undefined cover
undefined cover
REDIFF// Sarah - Transmettre la littérature, par tous les moyens cover
REDIFF// Sarah - Transmettre la littérature, par tous les moyens cover
40 années

REDIFF// Sarah - Transmettre la littérature, par tous les moyens

REDIFF// Sarah - Transmettre la littérature, par tous les moyens

40min |14/01/2022
Play
undefined cover
undefined cover
REDIFF// Sarah - Transmettre la littérature, par tous les moyens cover
REDIFF// Sarah - Transmettre la littérature, par tous les moyens cover
40 années

REDIFF// Sarah - Transmettre la littérature, par tous les moyens

REDIFF// Sarah - Transmettre la littérature, par tous les moyens

40min |14/01/2022
Play

Description

REDIFF // Si vous traînez régulièrement sur les réseaux sociaux, le nom de Sarah Sauquet ne vous est peut être pas inconnu. Professeur de lettres férue de technologies, Sarah a mis à profit une grossesse alitée pour lancer un blog littéraire – “Un texte un jour” – puis co-développer des applications pour smartphone dédiées à la vulgarisation de la littérature. Très active sur les réseaux sociaux, elle partage sa vision de la littérature et partage les clés de compréhension du monde que les œuvres littéraires portent en elle à tous ceux qui le veulent. Un sacré programme! 

Sarah, une bonne élève qui aimait les lettres

Sarah était une bonne élève, qui aimait l’école suffisamment pour se poser la question de devenir enseignant ou non. Après avoir un temps hésité avec le journalisme – fascinée par les pages cultures et mode des magazines féminins – elle choisit l’enseignement de la littérature et se retrouve devant une classe de lycéens à l’âge canonique de… 23 ans.

Professeur, oui! Mais pas seulement

Car oui, c’est ça la réalité de prof! On peut se retrouver, à peine diplômé, devant une classe de grands gaillards âgés de quelques années de moins seulement, et face à qui il faut être capable non seulement de transmettre un savoir, une méthodologie, une passion, mais également de maintenir l’ordre et affirmer son autorité. Pas si simple.
Pour un professeur au collège ou au lycée, le temps de travail se découpe principalement en trois périodes: le temps passé à préparer les cours, le temps passé devant les élèves, et le temps de… correction. A cela, s’ajoutent les nécessaires heures de rencontre avec les parents, les heures d’accompagnement et d’orientation des élèves: vous pensiez que c’était un métier tranquille? Détrompez-vous! 

  • La préparation des cours peut prendre un temps phénoménal. Environ 2 heures de préparation par heure de cours dispensée. Bien entendu il est possible de réutiliser le contenu préparé d’une année sur l’autre, mais pas dans son intégralité. C’est un travail de titan, qui nécessite une vraie passion pour la matière que l’on enseigne! 
  • Le temps passé devant les élèves est le cœur du métier. S’il est passionnant, grâce aux échanges et à l’énergie des élèves, il peut être épuisant. Imaginez la concentration nécessaire pour rester accroché au fil de son cours tout en gérant l’attention relative des élèves: je vous garantis qu’à la fin de la journée, le silence est roi! 
  • Le temps de correction. Nécessaire pour permettre aux élèves de progresser, pour des matières nécessitant un long travail écrit, cela peut s’apparenter à un interminable labeur qui occupe facilement les soirs et les week-ends.

Sarah Sauquet a la particularité d’avoir fait de sa passion pour la littérature un métier à multiples facettes. Après plusieurs années dans l’enseignement classique, face à une classe, elle enseigne à présent à de petits groupes dans le cadre de cours particuliers. En complément, Sarah Sauquet anime un blog très riche – Un texte un jour – et gère 4 applications littéraires. Vous retrouverez tout cela sur son blog, dont le lien est à la fin de cet article! 

Pour qui cet épisode est-il utile ?

Pour ceux qui s’intéressent à la littérature. Ceux qui se demandent s’ils sont faits pour être enseignants. Ceux qui veulent écrire et ne savent pas comment faire. Ceux qui cherchent un regard un peu décalé sur l’actualité, enrichi du savoir et de la maturité de ce que des siècles de littérature ont apporté à l’humanité! 

Vous voulez aller plus loin? 

Pour retrouver Sarah Sauquet, c’est par ici ! 

Description

REDIFF // Si vous traînez régulièrement sur les réseaux sociaux, le nom de Sarah Sauquet ne vous est peut être pas inconnu. Professeur de lettres férue de technologies, Sarah a mis à profit une grossesse alitée pour lancer un blog littéraire – “Un texte un jour” – puis co-développer des applications pour smartphone dédiées à la vulgarisation de la littérature. Très active sur les réseaux sociaux, elle partage sa vision de la littérature et partage les clés de compréhension du monde que les œuvres littéraires portent en elle à tous ceux qui le veulent. Un sacré programme! 

Sarah, une bonne élève qui aimait les lettres

Sarah était une bonne élève, qui aimait l’école suffisamment pour se poser la question de devenir enseignant ou non. Après avoir un temps hésité avec le journalisme – fascinée par les pages cultures et mode des magazines féminins – elle choisit l’enseignement de la littérature et se retrouve devant une classe de lycéens à l’âge canonique de… 23 ans.

Professeur, oui! Mais pas seulement

Car oui, c’est ça la réalité de prof! On peut se retrouver, à peine diplômé, devant une classe de grands gaillards âgés de quelques années de moins seulement, et face à qui il faut être capable non seulement de transmettre un savoir, une méthodologie, une passion, mais également de maintenir l’ordre et affirmer son autorité. Pas si simple.
Pour un professeur au collège ou au lycée, le temps de travail se découpe principalement en trois périodes: le temps passé à préparer les cours, le temps passé devant les élèves, et le temps de… correction. A cela, s’ajoutent les nécessaires heures de rencontre avec les parents, les heures d’accompagnement et d’orientation des élèves: vous pensiez que c’était un métier tranquille? Détrompez-vous! 

  • La préparation des cours peut prendre un temps phénoménal. Environ 2 heures de préparation par heure de cours dispensée. Bien entendu il est possible de réutiliser le contenu préparé d’une année sur l’autre, mais pas dans son intégralité. C’est un travail de titan, qui nécessite une vraie passion pour la matière que l’on enseigne! 
  • Le temps passé devant les élèves est le cœur du métier. S’il est passionnant, grâce aux échanges et à l’énergie des élèves, il peut être épuisant. Imaginez la concentration nécessaire pour rester accroché au fil de son cours tout en gérant l’attention relative des élèves: je vous garantis qu’à la fin de la journée, le silence est roi! 
  • Le temps de correction. Nécessaire pour permettre aux élèves de progresser, pour des matières nécessitant un long travail écrit, cela peut s’apparenter à un interminable labeur qui occupe facilement les soirs et les week-ends.

Sarah Sauquet a la particularité d’avoir fait de sa passion pour la littérature un métier à multiples facettes. Après plusieurs années dans l’enseignement classique, face à une classe, elle enseigne à présent à de petits groupes dans le cadre de cours particuliers. En complément, Sarah Sauquet anime un blog très riche – Un texte un jour – et gère 4 applications littéraires. Vous retrouverez tout cela sur son blog, dont le lien est à la fin de cet article! 

Pour qui cet épisode est-il utile ?

Pour ceux qui s’intéressent à la littérature. Ceux qui se demandent s’ils sont faits pour être enseignants. Ceux qui veulent écrire et ne savent pas comment faire. Ceux qui cherchent un regard un peu décalé sur l’actualité, enrichi du savoir et de la maturité de ce que des siècles de littérature ont apporté à l’humanité! 

Vous voulez aller plus loin? 

Pour retrouver Sarah Sauquet, c’est par ici ! 

Share

Embed

You may also like

Description

REDIFF // Si vous traînez régulièrement sur les réseaux sociaux, le nom de Sarah Sauquet ne vous est peut être pas inconnu. Professeur de lettres férue de technologies, Sarah a mis à profit une grossesse alitée pour lancer un blog littéraire – “Un texte un jour” – puis co-développer des applications pour smartphone dédiées à la vulgarisation de la littérature. Très active sur les réseaux sociaux, elle partage sa vision de la littérature et partage les clés de compréhension du monde que les œuvres littéraires portent en elle à tous ceux qui le veulent. Un sacré programme! 

Sarah, une bonne élève qui aimait les lettres

Sarah était une bonne élève, qui aimait l’école suffisamment pour se poser la question de devenir enseignant ou non. Après avoir un temps hésité avec le journalisme – fascinée par les pages cultures et mode des magazines féminins – elle choisit l’enseignement de la littérature et se retrouve devant une classe de lycéens à l’âge canonique de… 23 ans.

Professeur, oui! Mais pas seulement

Car oui, c’est ça la réalité de prof! On peut se retrouver, à peine diplômé, devant une classe de grands gaillards âgés de quelques années de moins seulement, et face à qui il faut être capable non seulement de transmettre un savoir, une méthodologie, une passion, mais également de maintenir l’ordre et affirmer son autorité. Pas si simple.
Pour un professeur au collège ou au lycée, le temps de travail se découpe principalement en trois périodes: le temps passé à préparer les cours, le temps passé devant les élèves, et le temps de… correction. A cela, s’ajoutent les nécessaires heures de rencontre avec les parents, les heures d’accompagnement et d’orientation des élèves: vous pensiez que c’était un métier tranquille? Détrompez-vous! 

  • La préparation des cours peut prendre un temps phénoménal. Environ 2 heures de préparation par heure de cours dispensée. Bien entendu il est possible de réutiliser le contenu préparé d’une année sur l’autre, mais pas dans son intégralité. C’est un travail de titan, qui nécessite une vraie passion pour la matière que l’on enseigne! 
  • Le temps passé devant les élèves est le cœur du métier. S’il est passionnant, grâce aux échanges et à l’énergie des élèves, il peut être épuisant. Imaginez la concentration nécessaire pour rester accroché au fil de son cours tout en gérant l’attention relative des élèves: je vous garantis qu’à la fin de la journée, le silence est roi! 
  • Le temps de correction. Nécessaire pour permettre aux élèves de progresser, pour des matières nécessitant un long travail écrit, cela peut s’apparenter à un interminable labeur qui occupe facilement les soirs et les week-ends.

Sarah Sauquet a la particularité d’avoir fait de sa passion pour la littérature un métier à multiples facettes. Après plusieurs années dans l’enseignement classique, face à une classe, elle enseigne à présent à de petits groupes dans le cadre de cours particuliers. En complément, Sarah Sauquet anime un blog très riche – Un texte un jour – et gère 4 applications littéraires. Vous retrouverez tout cela sur son blog, dont le lien est à la fin de cet article! 

Pour qui cet épisode est-il utile ?

Pour ceux qui s’intéressent à la littérature. Ceux qui se demandent s’ils sont faits pour être enseignants. Ceux qui veulent écrire et ne savent pas comment faire. Ceux qui cherchent un regard un peu décalé sur l’actualité, enrichi du savoir et de la maturité de ce que des siècles de littérature ont apporté à l’humanité! 

Vous voulez aller plus loin? 

Pour retrouver Sarah Sauquet, c’est par ici ! 

Description

REDIFF // Si vous traînez régulièrement sur les réseaux sociaux, le nom de Sarah Sauquet ne vous est peut être pas inconnu. Professeur de lettres férue de technologies, Sarah a mis à profit une grossesse alitée pour lancer un blog littéraire – “Un texte un jour” – puis co-développer des applications pour smartphone dédiées à la vulgarisation de la littérature. Très active sur les réseaux sociaux, elle partage sa vision de la littérature et partage les clés de compréhension du monde que les œuvres littéraires portent en elle à tous ceux qui le veulent. Un sacré programme! 

Sarah, une bonne élève qui aimait les lettres

Sarah était une bonne élève, qui aimait l’école suffisamment pour se poser la question de devenir enseignant ou non. Après avoir un temps hésité avec le journalisme – fascinée par les pages cultures et mode des magazines féminins – elle choisit l’enseignement de la littérature et se retrouve devant une classe de lycéens à l’âge canonique de… 23 ans.

Professeur, oui! Mais pas seulement

Car oui, c’est ça la réalité de prof! On peut se retrouver, à peine diplômé, devant une classe de grands gaillards âgés de quelques années de moins seulement, et face à qui il faut être capable non seulement de transmettre un savoir, une méthodologie, une passion, mais également de maintenir l’ordre et affirmer son autorité. Pas si simple.
Pour un professeur au collège ou au lycée, le temps de travail se découpe principalement en trois périodes: le temps passé à préparer les cours, le temps passé devant les élèves, et le temps de… correction. A cela, s’ajoutent les nécessaires heures de rencontre avec les parents, les heures d’accompagnement et d’orientation des élèves: vous pensiez que c’était un métier tranquille? Détrompez-vous! 

  • La préparation des cours peut prendre un temps phénoménal. Environ 2 heures de préparation par heure de cours dispensée. Bien entendu il est possible de réutiliser le contenu préparé d’une année sur l’autre, mais pas dans son intégralité. C’est un travail de titan, qui nécessite une vraie passion pour la matière que l’on enseigne! 
  • Le temps passé devant les élèves est le cœur du métier. S’il est passionnant, grâce aux échanges et à l’énergie des élèves, il peut être épuisant. Imaginez la concentration nécessaire pour rester accroché au fil de son cours tout en gérant l’attention relative des élèves: je vous garantis qu’à la fin de la journée, le silence est roi! 
  • Le temps de correction. Nécessaire pour permettre aux élèves de progresser, pour des matières nécessitant un long travail écrit, cela peut s’apparenter à un interminable labeur qui occupe facilement les soirs et les week-ends.

Sarah Sauquet a la particularité d’avoir fait de sa passion pour la littérature un métier à multiples facettes. Après plusieurs années dans l’enseignement classique, face à une classe, elle enseigne à présent à de petits groupes dans le cadre de cours particuliers. En complément, Sarah Sauquet anime un blog très riche – Un texte un jour – et gère 4 applications littéraires. Vous retrouverez tout cela sur son blog, dont le lien est à la fin de cet article! 

Pour qui cet épisode est-il utile ?

Pour ceux qui s’intéressent à la littérature. Ceux qui se demandent s’ils sont faits pour être enseignants. Ceux qui veulent écrire et ne savent pas comment faire. Ceux qui cherchent un regard un peu décalé sur l’actualité, enrichi du savoir et de la maturité de ce que des siècles de littérature ont apporté à l’humanité! 

Vous voulez aller plus loin? 

Pour retrouver Sarah Sauquet, c’est par ici ! 

Share

Embed

You may also like