undefined cover
undefined cover
undefined cover
undefined cover
undefined cover
undefined cover
:31 Part 1 - Teddy Pellerin - Heetch : Route mouvementée, chemin tracé cover
:31 Part 1 - Teddy Pellerin - Heetch : Route mouvementée, chemin tracé cover
40 nuances de Next

:31 Part 1 - Teddy Pellerin - Heetch : Route mouvementée, chemin tracé

:31 Part 1 - Teddy Pellerin - Heetch : Route mouvementée, chemin tracé

53min |29/07/2021
Listen
undefined cover
undefined cover
undefined cover
undefined cover
undefined cover
undefined cover
:31 Part 1 - Teddy Pellerin - Heetch : Route mouvementée, chemin tracé cover
:31 Part 1 - Teddy Pellerin - Heetch : Route mouvementée, chemin tracé cover
40 nuances de Next

:31 Part 1 - Teddy Pellerin - Heetch : Route mouvementée, chemin tracé

:31 Part 1 - Teddy Pellerin - Heetch : Route mouvementée, chemin tracé

53min |29/07/2021
Listen

Description

"Quand j'étais jeune, jamais je n'ai pris un taxi, c'était quelque chose réservé aux hommes d'affaires"
Ces mots sont ceux deTeddy Pellerin, fondateur de la plateforme de VTCHeetch.

Avec lui, au micro de 40 nuances de Next, nous retraçons l’épopée Heetch, de ses débuts à ses ambitions futures, sans omettre les combats judiciaires et médiatiques qui ont marqué l’entreprise.

En 2013, Teddy et son associé Mathieu Jacob lancent Heetch.
Le concept ? Le covoiturage courte distance. Ils ciblent principalement banlieues, zones périurbaines et zones à forte densité étudiante : là où les transports en commun font parfois défaut, et où les taxis sont presque introuvables.

En 2015, arrivent les problématiques médiatiques et judiciaires liées au modèle de la plateforme, surtout dues au parallèle fait avec le service Uberpop d'Uber. Arrive le procès en 2017, qui a permis à la boite de pivoter et de se positionner comme la marque que nous connaissons aujourd’hui.

« Le positionnement n’a pas changé, le marché a évolué, notre ambition à la base c’est de créer une mobilité plus accessible et plus responsable, créer une économie du partage ».

Une levée de fonds en 2018 de 16,5 millions d’euros auprès d'Alven, Felix Capital et Via ID - Mobivia , suivie d’une deuxième en 2019 de 37,6 millions orchestrée par la banque d’affaires Arma Partners, ont permis un développement plus rapide en France, en Belgique et en Afrique francophone.

Un développement évidemment freiné par la crise du covid.
Aujourd’hui, la marque affiche plus de 10 000 chauffeurs professionnels au compteur. L’ambition ne s’arrête évidement pas à ce chiffre et Teddy évoque ses projets pour l'avenir.

Son choix Sista : Ursula Ndombele, fondatrice de HOJA, un service de taxi dans les mégalopoles africaines basé sur la sécurité et la traçabilité des véhicules.

On découvrira aussi, à travers sa carte blanche, un rêve de beaucoup d’ados, de groupes d’amis : lancer son propre bar. En l’occurrence pas n’importe lequel. Voilà pour la mise en bouche. Une interview à déguster entièrement. 

Retrouvez tous les entrepreneurs du Next40 sur :
https://lnkd.in/eM4gngP

Description

"Quand j'étais jeune, jamais je n'ai pris un taxi, c'était quelque chose réservé aux hommes d'affaires"
Ces mots sont ceux deTeddy Pellerin, fondateur de la plateforme de VTCHeetch.

Avec lui, au micro de 40 nuances de Next, nous retraçons l’épopée Heetch, de ses débuts à ses ambitions futures, sans omettre les combats judiciaires et médiatiques qui ont marqué l’entreprise.

En 2013, Teddy et son associé Mathieu Jacob lancent Heetch.
Le concept ? Le covoiturage courte distance. Ils ciblent principalement banlieues, zones périurbaines et zones à forte densité étudiante : là où les transports en commun font parfois défaut, et où les taxis sont presque introuvables.

En 2015, arrivent les problématiques médiatiques et judiciaires liées au modèle de la plateforme, surtout dues au parallèle fait avec le service Uberpop d'Uber. Arrive le procès en 2017, qui a permis à la boite de pivoter et de se positionner comme la marque que nous connaissons aujourd’hui.

« Le positionnement n’a pas changé, le marché a évolué, notre ambition à la base c’est de créer une mobilité plus accessible et plus responsable, créer une économie du partage ».

Une levée de fonds en 2018 de 16,5 millions d’euros auprès d'Alven, Felix Capital et Via ID - Mobivia , suivie d’une deuxième en 2019 de 37,6 millions orchestrée par la banque d’affaires Arma Partners, ont permis un développement plus rapide en France, en Belgique et en Afrique francophone.

Un développement évidemment freiné par la crise du covid.
Aujourd’hui, la marque affiche plus de 10 000 chauffeurs professionnels au compteur. L’ambition ne s’arrête évidement pas à ce chiffre et Teddy évoque ses projets pour l'avenir.

Son choix Sista : Ursula Ndombele, fondatrice de HOJA, un service de taxi dans les mégalopoles africaines basé sur la sécurité et la traçabilité des véhicules.

On découvrira aussi, à travers sa carte blanche, un rêve de beaucoup d’ados, de groupes d’amis : lancer son propre bar. En l’occurrence pas n’importe lequel. Voilà pour la mise en bouche. Une interview à déguster entièrement. 

Retrouvez tous les entrepreneurs du Next40 sur :
https://lnkd.in/eM4gngP

Share

Embed

You may also like

Description

"Quand j'étais jeune, jamais je n'ai pris un taxi, c'était quelque chose réservé aux hommes d'affaires"
Ces mots sont ceux deTeddy Pellerin, fondateur de la plateforme de VTCHeetch.

Avec lui, au micro de 40 nuances de Next, nous retraçons l’épopée Heetch, de ses débuts à ses ambitions futures, sans omettre les combats judiciaires et médiatiques qui ont marqué l’entreprise.

En 2013, Teddy et son associé Mathieu Jacob lancent Heetch.
Le concept ? Le covoiturage courte distance. Ils ciblent principalement banlieues, zones périurbaines et zones à forte densité étudiante : là où les transports en commun font parfois défaut, et où les taxis sont presque introuvables.

En 2015, arrivent les problématiques médiatiques et judiciaires liées au modèle de la plateforme, surtout dues au parallèle fait avec le service Uberpop d'Uber. Arrive le procès en 2017, qui a permis à la boite de pivoter et de se positionner comme la marque que nous connaissons aujourd’hui.

« Le positionnement n’a pas changé, le marché a évolué, notre ambition à la base c’est de créer une mobilité plus accessible et plus responsable, créer une économie du partage ».

Une levée de fonds en 2018 de 16,5 millions d’euros auprès d'Alven, Felix Capital et Via ID - Mobivia , suivie d’une deuxième en 2019 de 37,6 millions orchestrée par la banque d’affaires Arma Partners, ont permis un développement plus rapide en France, en Belgique et en Afrique francophone.

Un développement évidemment freiné par la crise du covid.
Aujourd’hui, la marque affiche plus de 10 000 chauffeurs professionnels au compteur. L’ambition ne s’arrête évidement pas à ce chiffre et Teddy évoque ses projets pour l'avenir.

Son choix Sista : Ursula Ndombele, fondatrice de HOJA, un service de taxi dans les mégalopoles africaines basé sur la sécurité et la traçabilité des véhicules.

On découvrira aussi, à travers sa carte blanche, un rêve de beaucoup d’ados, de groupes d’amis : lancer son propre bar. En l’occurrence pas n’importe lequel. Voilà pour la mise en bouche. Une interview à déguster entièrement. 

Retrouvez tous les entrepreneurs du Next40 sur :
https://lnkd.in/eM4gngP

Description

"Quand j'étais jeune, jamais je n'ai pris un taxi, c'était quelque chose réservé aux hommes d'affaires"
Ces mots sont ceux deTeddy Pellerin, fondateur de la plateforme de VTCHeetch.

Avec lui, au micro de 40 nuances de Next, nous retraçons l’épopée Heetch, de ses débuts à ses ambitions futures, sans omettre les combats judiciaires et médiatiques qui ont marqué l’entreprise.

En 2013, Teddy et son associé Mathieu Jacob lancent Heetch.
Le concept ? Le covoiturage courte distance. Ils ciblent principalement banlieues, zones périurbaines et zones à forte densité étudiante : là où les transports en commun font parfois défaut, et où les taxis sont presque introuvables.

En 2015, arrivent les problématiques médiatiques et judiciaires liées au modèle de la plateforme, surtout dues au parallèle fait avec le service Uberpop d'Uber. Arrive le procès en 2017, qui a permis à la boite de pivoter et de se positionner comme la marque que nous connaissons aujourd’hui.

« Le positionnement n’a pas changé, le marché a évolué, notre ambition à la base c’est de créer une mobilité plus accessible et plus responsable, créer une économie du partage ».

Une levée de fonds en 2018 de 16,5 millions d’euros auprès d'Alven, Felix Capital et Via ID - Mobivia , suivie d’une deuxième en 2019 de 37,6 millions orchestrée par la banque d’affaires Arma Partners, ont permis un développement plus rapide en France, en Belgique et en Afrique francophone.

Un développement évidemment freiné par la crise du covid.
Aujourd’hui, la marque affiche plus de 10 000 chauffeurs professionnels au compteur. L’ambition ne s’arrête évidement pas à ce chiffre et Teddy évoque ses projets pour l'avenir.

Son choix Sista : Ursula Ndombele, fondatrice de HOJA, un service de taxi dans les mégalopoles africaines basé sur la sécurité et la traçabilité des véhicules.

On découvrira aussi, à travers sa carte blanche, un rêve de beaucoup d’ados, de groupes d’amis : lancer son propre bar. En l’occurrence pas n’importe lequel. Voilà pour la mise en bouche. Une interview à déguster entièrement. 

Retrouvez tous les entrepreneurs du Next40 sur :
https://lnkd.in/eM4gngP

Share

Embed

You may also like

undefined cover
undefined cover