undefined cover
undefined cover
undefined cover
undefined cover
:38 Part 1 : Benjamin Gaignault - Ornikar : Du shitstorm des 3 premières années à la scale-up d’aujourd’hui cover
:38 Part 1 : Benjamin Gaignault - Ornikar : Du shitstorm des 3 premières années à la scale-up d’aujourd’hui cover
40 nuances de Next - les champions de la French Tech

:38 Part 1 : Benjamin Gaignault - Ornikar : Du shitstorm des 3 premières années à la scale-up d’aujourd’hui

:38 Part 1 : Benjamin Gaignault - Ornikar : Du shitstorm des 3 premières années à la scale-up d’aujourd’hui

1h12 |25/05/2022
Play
undefined cover
undefined cover
undefined cover
undefined cover
:38 Part 1 : Benjamin Gaignault - Ornikar : Du shitstorm des 3 premières années à la scale-up d’aujourd’hui cover
:38 Part 1 : Benjamin Gaignault - Ornikar : Du shitstorm des 3 premières années à la scale-up d’aujourd’hui cover
40 nuances de Next - les champions de la French Tech

:38 Part 1 : Benjamin Gaignault - Ornikar : Du shitstorm des 3 premières années à la scale-up d’aujourd’hui

:38 Part 1 : Benjamin Gaignault - Ornikar : Du shitstorm des 3 premières années à la scale-up d’aujourd’hui

1h12 |25/05/2022
Play

Description

Faire la une du New York Times, lever un million d’euros sans client, ni chiffre d’affaires, être convoqués à l’Élysée 8 mois après la création de son entreprise et subir 12 procès en trois ans : voici l’incroyable récit d’Ornikar et de son co-fondateur Benjamin Gaignault.


💡 La première idée de Benjamin et de son ex-associé ? Un logiciel, une sorte de « la fourchette », à destination des auto-écoles. La réponse est claire : « Vous êtes des petits branleurs d’école de commerce, l’internet et l’auto-école ça n’a rien à voir. »


Même 10 ans après, cette phrase marque Benjamin. Mais sa détermination est déjà  incontestable, « c’est merveilleux s’ils pensent comme ça, 80% de leurs clients ont moins de 25 ans, on va les dégommer. »


Et ensuite ? Un million de candidats passent leur permis chaque année à raison de 2000€ dépensé par personne et 82% d’utilisateurs insatisfaits de leur expérience avec les auto-écoles classiques (en 2013).


🗯️ « Un marché de deux milliards avec 82% de taux d’insatisfaction, ça s’appelle une  opportunité. »


🦾 L’objectif d’Ornikar ? Devenir la première auto-école digitale et être moins chère que les auto écoles conventionnelles. Sur le papier, c’est alléchant n’est-ce pas ? Mais c’était sans compter  sur le protectionnisme d’un secteur très règlementé :

  • Le premier procès ne se fait pas attendre et éclate mi-2014.
  • L’agrément nécessaire pour exercer, normalement délivré au bout de deux semaines, n’arrivera que deux ans et demi plus tard.


Heureusement, après avoir fait la une du New York Times le 29 août 2014, l’entreprise lève  un million d’euros auprès des fonds d’investissement Partech et Elaia et à titre personnel de  Jacques-Antoine Granjon (Veepee), Marc Simoncini (Meetic), Xavier Niel (Free) et Bertrand  Jelensperger (La Fourchette).

« C’est grâce à eux qu’on a pu tenir ce shitstorm de trois ans. »


Le gouvernement, vexé par les propos du géant médiatique américain, convoque les  protagonistes d’Ornikar. « On a 25 ans, on est trop contents et c’est même le garde de l’Élysée qui nous prend en photo. Et en fait, on s’est fait engueuler comme des enfants qui avaient voler des bonbons. »


Suite à la pression des différentes assignations, de la distance géographique et de leur vision  divergente, Benjamin se sépare de son associé fin 2015. Flavien Le Rendu, son actuel associé qui n‘est autre que le premier salarié de la boîte, lui redonne de l’énergie et ils reconstruisent Ornikar après cet ouragan.


Les investisseurs suivent à nouveau, mais sans donner d’argent. Ils rigolent même en lui disant :  « tu verras, sans argent, on prend des bien meilleures décisions. » Si ça n’avait pas fait rire  l’entrepreneur à l’époque, il comprend mieux leur message maintenant.


Première plateforme de location de véhicules à double commandes avec prestation  d’enseignement de la conduite à titre non onéreux, rapport de force auprès du gouvernement et 4 JT en une semaine… C’est sûr, vous n’êtes pas prêts à entendre toutes les anecdotes d’Ornikar !


Une première partie détonante, où vous découvrirez l'engagement sans faille de Benjamin, sa  stratégie, ses erreurs, ses claques et ses apprentissages.


Avant de vous révéler dans la seconde partie de l’épisode, l’homme derrière l’entreprise. Dans cet épisode, on cite :

  • Marc Simoncini, fondateur de Meetic ;
  • Jacques-Antoine Granjon, fondateur de Veepee ;
  • Bertrand Jelensperger, fondateur de La Fourchette ;
  • Xavier Niel, fondateur d’Iliad ;
  • Flavien Le Rendu, co-fondateur d’Ornikar.

Merci à mes compères Olivier Mathiot et Solène ETIENNE, ainsi qu’à nos partenaires pour leur  soutien et leurs questions à nos invités: Neuflize OBC, Oracle, La Tribune, Maddyness, La French Tech, France Digitale et Le Village by CA Paris.


A vos écouteurs 🎧                     

       

Description

Faire la une du New York Times, lever un million d’euros sans client, ni chiffre d’affaires, être convoqués à l’Élysée 8 mois après la création de son entreprise et subir 12 procès en trois ans : voici l’incroyable récit d’Ornikar et de son co-fondateur Benjamin Gaignault.


💡 La première idée de Benjamin et de son ex-associé ? Un logiciel, une sorte de « la fourchette », à destination des auto-écoles. La réponse est claire : « Vous êtes des petits branleurs d’école de commerce, l’internet et l’auto-école ça n’a rien à voir. »


Même 10 ans après, cette phrase marque Benjamin. Mais sa détermination est déjà  incontestable, « c’est merveilleux s’ils pensent comme ça, 80% de leurs clients ont moins de 25 ans, on va les dégommer. »


Et ensuite ? Un million de candidats passent leur permis chaque année à raison de 2000€ dépensé par personne et 82% d’utilisateurs insatisfaits de leur expérience avec les auto-écoles classiques (en 2013).


🗯️ « Un marché de deux milliards avec 82% de taux d’insatisfaction, ça s’appelle une  opportunité. »


🦾 L’objectif d’Ornikar ? Devenir la première auto-école digitale et être moins chère que les auto écoles conventionnelles. Sur le papier, c’est alléchant n’est-ce pas ? Mais c’était sans compter  sur le protectionnisme d’un secteur très règlementé :

  • Le premier procès ne se fait pas attendre et éclate mi-2014.
  • L’agrément nécessaire pour exercer, normalement délivré au bout de deux semaines, n’arrivera que deux ans et demi plus tard.


Heureusement, après avoir fait la une du New York Times le 29 août 2014, l’entreprise lève  un million d’euros auprès des fonds d’investissement Partech et Elaia et à titre personnel de  Jacques-Antoine Granjon (Veepee), Marc Simoncini (Meetic), Xavier Niel (Free) et Bertrand  Jelensperger (La Fourchette).

« C’est grâce à eux qu’on a pu tenir ce shitstorm de trois ans. »


Le gouvernement, vexé par les propos du géant médiatique américain, convoque les  protagonistes d’Ornikar. « On a 25 ans, on est trop contents et c’est même le garde de l’Élysée qui nous prend en photo. Et en fait, on s’est fait engueuler comme des enfants qui avaient voler des bonbons. »


Suite à la pression des différentes assignations, de la distance géographique et de leur vision  divergente, Benjamin se sépare de son associé fin 2015. Flavien Le Rendu, son actuel associé qui n‘est autre que le premier salarié de la boîte, lui redonne de l’énergie et ils reconstruisent Ornikar après cet ouragan.


Les investisseurs suivent à nouveau, mais sans donner d’argent. Ils rigolent même en lui disant :  « tu verras, sans argent, on prend des bien meilleures décisions. » Si ça n’avait pas fait rire  l’entrepreneur à l’époque, il comprend mieux leur message maintenant.


Première plateforme de location de véhicules à double commandes avec prestation  d’enseignement de la conduite à titre non onéreux, rapport de force auprès du gouvernement et 4 JT en une semaine… C’est sûr, vous n’êtes pas prêts à entendre toutes les anecdotes d’Ornikar !


Une première partie détonante, où vous découvrirez l'engagement sans faille de Benjamin, sa  stratégie, ses erreurs, ses claques et ses apprentissages.


Avant de vous révéler dans la seconde partie de l’épisode, l’homme derrière l’entreprise. Dans cet épisode, on cite :

  • Marc Simoncini, fondateur de Meetic ;
  • Jacques-Antoine Granjon, fondateur de Veepee ;
  • Bertrand Jelensperger, fondateur de La Fourchette ;
  • Xavier Niel, fondateur d’Iliad ;
  • Flavien Le Rendu, co-fondateur d’Ornikar.

Merci à mes compères Olivier Mathiot et Solène ETIENNE, ainsi qu’à nos partenaires pour leur  soutien et leurs questions à nos invités: Neuflize OBC, Oracle, La Tribune, Maddyness, La French Tech, France Digitale et Le Village by CA Paris.


A vos écouteurs 🎧                     

       

Share

Embed

You may also like

Description

Faire la une du New York Times, lever un million d’euros sans client, ni chiffre d’affaires, être convoqués à l’Élysée 8 mois après la création de son entreprise et subir 12 procès en trois ans : voici l’incroyable récit d’Ornikar et de son co-fondateur Benjamin Gaignault.


💡 La première idée de Benjamin et de son ex-associé ? Un logiciel, une sorte de « la fourchette », à destination des auto-écoles. La réponse est claire : « Vous êtes des petits branleurs d’école de commerce, l’internet et l’auto-école ça n’a rien à voir. »


Même 10 ans après, cette phrase marque Benjamin. Mais sa détermination est déjà  incontestable, « c’est merveilleux s’ils pensent comme ça, 80% de leurs clients ont moins de 25 ans, on va les dégommer. »


Et ensuite ? Un million de candidats passent leur permis chaque année à raison de 2000€ dépensé par personne et 82% d’utilisateurs insatisfaits de leur expérience avec les auto-écoles classiques (en 2013).


🗯️ « Un marché de deux milliards avec 82% de taux d’insatisfaction, ça s’appelle une  opportunité. »


🦾 L’objectif d’Ornikar ? Devenir la première auto-école digitale et être moins chère que les auto écoles conventionnelles. Sur le papier, c’est alléchant n’est-ce pas ? Mais c’était sans compter  sur le protectionnisme d’un secteur très règlementé :

  • Le premier procès ne se fait pas attendre et éclate mi-2014.
  • L’agrément nécessaire pour exercer, normalement délivré au bout de deux semaines, n’arrivera que deux ans et demi plus tard.


Heureusement, après avoir fait la une du New York Times le 29 août 2014, l’entreprise lève  un million d’euros auprès des fonds d’investissement Partech et Elaia et à titre personnel de  Jacques-Antoine Granjon (Veepee), Marc Simoncini (Meetic), Xavier Niel (Free) et Bertrand  Jelensperger (La Fourchette).

« C’est grâce à eux qu’on a pu tenir ce shitstorm de trois ans. »


Le gouvernement, vexé par les propos du géant médiatique américain, convoque les  protagonistes d’Ornikar. « On a 25 ans, on est trop contents et c’est même le garde de l’Élysée qui nous prend en photo. Et en fait, on s’est fait engueuler comme des enfants qui avaient voler des bonbons. »


Suite à la pression des différentes assignations, de la distance géographique et de leur vision  divergente, Benjamin se sépare de son associé fin 2015. Flavien Le Rendu, son actuel associé qui n‘est autre que le premier salarié de la boîte, lui redonne de l’énergie et ils reconstruisent Ornikar après cet ouragan.


Les investisseurs suivent à nouveau, mais sans donner d’argent. Ils rigolent même en lui disant :  « tu verras, sans argent, on prend des bien meilleures décisions. » Si ça n’avait pas fait rire  l’entrepreneur à l’époque, il comprend mieux leur message maintenant.


Première plateforme de location de véhicules à double commandes avec prestation  d’enseignement de la conduite à titre non onéreux, rapport de force auprès du gouvernement et 4 JT en une semaine… C’est sûr, vous n’êtes pas prêts à entendre toutes les anecdotes d’Ornikar !


Une première partie détonante, où vous découvrirez l'engagement sans faille de Benjamin, sa  stratégie, ses erreurs, ses claques et ses apprentissages.


Avant de vous révéler dans la seconde partie de l’épisode, l’homme derrière l’entreprise. Dans cet épisode, on cite :

  • Marc Simoncini, fondateur de Meetic ;
  • Jacques-Antoine Granjon, fondateur de Veepee ;
  • Bertrand Jelensperger, fondateur de La Fourchette ;
  • Xavier Niel, fondateur d’Iliad ;
  • Flavien Le Rendu, co-fondateur d’Ornikar.

Merci à mes compères Olivier Mathiot et Solène ETIENNE, ainsi qu’à nos partenaires pour leur  soutien et leurs questions à nos invités: Neuflize OBC, Oracle, La Tribune, Maddyness, La French Tech, France Digitale et Le Village by CA Paris.


A vos écouteurs 🎧                     

       

Description

Faire la une du New York Times, lever un million d’euros sans client, ni chiffre d’affaires, être convoqués à l’Élysée 8 mois après la création de son entreprise et subir 12 procès en trois ans : voici l’incroyable récit d’Ornikar et de son co-fondateur Benjamin Gaignault.


💡 La première idée de Benjamin et de son ex-associé ? Un logiciel, une sorte de « la fourchette », à destination des auto-écoles. La réponse est claire : « Vous êtes des petits branleurs d’école de commerce, l’internet et l’auto-école ça n’a rien à voir. »


Même 10 ans après, cette phrase marque Benjamin. Mais sa détermination est déjà  incontestable, « c’est merveilleux s’ils pensent comme ça, 80% de leurs clients ont moins de 25 ans, on va les dégommer. »


Et ensuite ? Un million de candidats passent leur permis chaque année à raison de 2000€ dépensé par personne et 82% d’utilisateurs insatisfaits de leur expérience avec les auto-écoles classiques (en 2013).


🗯️ « Un marché de deux milliards avec 82% de taux d’insatisfaction, ça s’appelle une  opportunité. »


🦾 L’objectif d’Ornikar ? Devenir la première auto-école digitale et être moins chère que les auto écoles conventionnelles. Sur le papier, c’est alléchant n’est-ce pas ? Mais c’était sans compter  sur le protectionnisme d’un secteur très règlementé :

  • Le premier procès ne se fait pas attendre et éclate mi-2014.
  • L’agrément nécessaire pour exercer, normalement délivré au bout de deux semaines, n’arrivera que deux ans et demi plus tard.


Heureusement, après avoir fait la une du New York Times le 29 août 2014, l’entreprise lève  un million d’euros auprès des fonds d’investissement Partech et Elaia et à titre personnel de  Jacques-Antoine Granjon (Veepee), Marc Simoncini (Meetic), Xavier Niel (Free) et Bertrand  Jelensperger (La Fourchette).

« C’est grâce à eux qu’on a pu tenir ce shitstorm de trois ans. »


Le gouvernement, vexé par les propos du géant médiatique américain, convoque les  protagonistes d’Ornikar. « On a 25 ans, on est trop contents et c’est même le garde de l’Élysée qui nous prend en photo. Et en fait, on s’est fait engueuler comme des enfants qui avaient voler des bonbons. »


Suite à la pression des différentes assignations, de la distance géographique et de leur vision  divergente, Benjamin se sépare de son associé fin 2015. Flavien Le Rendu, son actuel associé qui n‘est autre que le premier salarié de la boîte, lui redonne de l’énergie et ils reconstruisent Ornikar après cet ouragan.


Les investisseurs suivent à nouveau, mais sans donner d’argent. Ils rigolent même en lui disant :  « tu verras, sans argent, on prend des bien meilleures décisions. » Si ça n’avait pas fait rire  l’entrepreneur à l’époque, il comprend mieux leur message maintenant.


Première plateforme de location de véhicules à double commandes avec prestation  d’enseignement de la conduite à titre non onéreux, rapport de force auprès du gouvernement et 4 JT en une semaine… C’est sûr, vous n’êtes pas prêts à entendre toutes les anecdotes d’Ornikar !


Une première partie détonante, où vous découvrirez l'engagement sans faille de Benjamin, sa  stratégie, ses erreurs, ses claques et ses apprentissages.


Avant de vous révéler dans la seconde partie de l’épisode, l’homme derrière l’entreprise. Dans cet épisode, on cite :

  • Marc Simoncini, fondateur de Meetic ;
  • Jacques-Antoine Granjon, fondateur de Veepee ;
  • Bertrand Jelensperger, fondateur de La Fourchette ;
  • Xavier Niel, fondateur d’Iliad ;
  • Flavien Le Rendu, co-fondateur d’Ornikar.

Merci à mes compères Olivier Mathiot et Solène ETIENNE, ainsi qu’à nos partenaires pour leur  soutien et leurs questions à nos invités: Neuflize OBC, Oracle, La Tribune, Maddyness, La French Tech, France Digitale et Le Village by CA Paris.


A vos écouteurs 🎧                     

       

Share

Embed

You may also like

undefined cover
undefined cover