24 - LE MOT DU MATIN - La Rochefoucauld - Yannick Debain cover
24 - LE MOT DU MATIN - La Rochefoucauld - Yannick Debain cover
A Voix Haute

24 - LE MOT DU MATIN - La Rochefoucauld - Yannick Debain

24 - LE MOT DU MATIN - La Rochefoucauld - Yannick Debain

29sec |04/10/2021|

867

Listen
24 - LE MOT DU MATIN - La Rochefoucauld - Yannick Debain cover
24 - LE MOT DU MATIN - La Rochefoucauld - Yannick Debain cover
A Voix Haute

24 - LE MOT DU MATIN - La Rochefoucauld - Yannick Debain

24 - LE MOT DU MATIN - La Rochefoucauld - Yannick Debain

29sec |04/10/2021|

867

Listen

Description

François VI, duc de La Rochefoucauld, prince de Marcillac, est un écrivain, moraliste et mémorialiste français.


Appartenant à l'une des plus illustres familles de la noblesse française, il succède le 1er mai 1629 à l'âge de 16 ans, en tant que mestre de camp du Régiment d'Estissac à son oncle Benjamin de La Rochefoucauld, comte d'Estissac. Le prince de Marcillac, très jeune, se mêle activement à toutes les intrigues de l'époque et prend part aux complots de Gaston de France et de la duchesse de Chevreuse contre le cardinal de Richelieu.


Sa vie se voit dès lors ponctuée de disgrâces ; arrêté puis emprisonné à La Bastille pendant huit jours, il opte pour l'exil et se retire sur ses terres. À la mort de Richelieu (1642), il revient à la cour. Le cardinal Mazarin succède à Richelieu, mais l'animosité ne s'étiole pas.


Blessé à plusieurs reprises au combat, il évitera de peu la cécité. Il fut fait maréchal de camp le 19 mai 1646. Jouissant de la faveur de Louis XIV, il se consacre à la réflexion.


Pendant la Fronde, il prend le parti de la révolte nobiliaire encouragé par sa maîtresse le duchesse de Longueville, la propre sœur du Grand Condé. Leur fils né pendant le siège de la capitale sera nommé Charles-Paris. Après la mort de son père en 1650, il prend le titre de duc de La Rochefoucauld.


Assagi, c'est alors que dans son château de Verteuil en Angoumois il rédige ses « Mémoires » qu'il consacre à la régence d'Anne d'Autriche et qui sont publiées sans son autorisation à Cologne en 1662. Le scandale le pousse à désavouer son œuvre. Il publia lui-même sa propre édition en 1665. Il fréquente dès lors les salons des « honnêtes gens » et se lie d'amitié avec la marquise de Sévigné, la marquise de Sablé et plus particulièrement avec la comtesse de La Fayette. Ses réflexions successives l'amèneront à publier un ouvrage inédit en 1665 : les Réflexions ou sentences et maximes morales (communément nommé « Maximes »), ponctué d'aphorismes philosophiques.


Bien qu'il n'ait publié officiellement que ses "Mémoires" et ses "Maximes", sa production littéraire est dense. Il fut proche des jansénistes.


La Rochefoucauld s'éteindra après avoir reçu l'extrême-onction des mains mêmes de Bossuet.

Description

François VI, duc de La Rochefoucauld, prince de Marcillac, est un écrivain, moraliste et mémorialiste français.


Appartenant à l'une des plus illustres familles de la noblesse française, il succède le 1er mai 1629 à l'âge de 16 ans, en tant que mestre de camp du Régiment d'Estissac à son oncle Benjamin de La Rochefoucauld, comte d'Estissac. Le prince de Marcillac, très jeune, se mêle activement à toutes les intrigues de l'époque et prend part aux complots de Gaston de France et de la duchesse de Chevreuse contre le cardinal de Richelieu.


Sa vie se voit dès lors ponctuée de disgrâces ; arrêté puis emprisonné à La Bastille pendant huit jours, il opte pour l'exil et se retire sur ses terres. À la mort de Richelieu (1642), il revient à la cour. Le cardinal Mazarin succède à Richelieu, mais l'animosité ne s'étiole pas.


Blessé à plusieurs reprises au combat, il évitera de peu la cécité. Il fut fait maréchal de camp le 19 mai 1646. Jouissant de la faveur de Louis XIV, il se consacre à la réflexion.


Pendant la Fronde, il prend le parti de la révolte nobiliaire encouragé par sa maîtresse le duchesse de Longueville, la propre sœur du Grand Condé. Leur fils né pendant le siège de la capitale sera nommé Charles-Paris. Après la mort de son père en 1650, il prend le titre de duc de La Rochefoucauld.


Assagi, c'est alors que dans son château de Verteuil en Angoumois il rédige ses « Mémoires » qu'il consacre à la régence d'Anne d'Autriche et qui sont publiées sans son autorisation à Cologne en 1662. Le scandale le pousse à désavouer son œuvre. Il publia lui-même sa propre édition en 1665. Il fréquente dès lors les salons des « honnêtes gens » et se lie d'amitié avec la marquise de Sévigné, la marquise de Sablé et plus particulièrement avec la comtesse de La Fayette. Ses réflexions successives l'amèneront à publier un ouvrage inédit en 1665 : les Réflexions ou sentences et maximes morales (communément nommé « Maximes »), ponctué d'aphorismes philosophiques.


Bien qu'il n'ait publié officiellement que ses "Mémoires" et ses "Maximes", sa production littéraire est dense. Il fut proche des jansénistes.


La Rochefoucauld s'éteindra après avoir reçu l'extrême-onction des mains mêmes de Bossuet.

Share

Embed

You may also like

Description

François VI, duc de La Rochefoucauld, prince de Marcillac, est un écrivain, moraliste et mémorialiste français.


Appartenant à l'une des plus illustres familles de la noblesse française, il succède le 1er mai 1629 à l'âge de 16 ans, en tant que mestre de camp du Régiment d'Estissac à son oncle Benjamin de La Rochefoucauld, comte d'Estissac. Le prince de Marcillac, très jeune, se mêle activement à toutes les intrigues de l'époque et prend part aux complots de Gaston de France et de la duchesse de Chevreuse contre le cardinal de Richelieu.


Sa vie se voit dès lors ponctuée de disgrâces ; arrêté puis emprisonné à La Bastille pendant huit jours, il opte pour l'exil et se retire sur ses terres. À la mort de Richelieu (1642), il revient à la cour. Le cardinal Mazarin succède à Richelieu, mais l'animosité ne s'étiole pas.


Blessé à plusieurs reprises au combat, il évitera de peu la cécité. Il fut fait maréchal de camp le 19 mai 1646. Jouissant de la faveur de Louis XIV, il se consacre à la réflexion.


Pendant la Fronde, il prend le parti de la révolte nobiliaire encouragé par sa maîtresse le duchesse de Longueville, la propre sœur du Grand Condé. Leur fils né pendant le siège de la capitale sera nommé Charles-Paris. Après la mort de son père en 1650, il prend le titre de duc de La Rochefoucauld.


Assagi, c'est alors que dans son château de Verteuil en Angoumois il rédige ses « Mémoires » qu'il consacre à la régence d'Anne d'Autriche et qui sont publiées sans son autorisation à Cologne en 1662. Le scandale le pousse à désavouer son œuvre. Il publia lui-même sa propre édition en 1665. Il fréquente dès lors les salons des « honnêtes gens » et se lie d'amitié avec la marquise de Sévigné, la marquise de Sablé et plus particulièrement avec la comtesse de La Fayette. Ses réflexions successives l'amèneront à publier un ouvrage inédit en 1665 : les Réflexions ou sentences et maximes morales (communément nommé « Maximes »), ponctué d'aphorismes philosophiques.


Bien qu'il n'ait publié officiellement que ses "Mémoires" et ses "Maximes", sa production littéraire est dense. Il fut proche des jansénistes.


La Rochefoucauld s'éteindra après avoir reçu l'extrême-onction des mains mêmes de Bossuet.

Description

François VI, duc de La Rochefoucauld, prince de Marcillac, est un écrivain, moraliste et mémorialiste français.


Appartenant à l'une des plus illustres familles de la noblesse française, il succède le 1er mai 1629 à l'âge de 16 ans, en tant que mestre de camp du Régiment d'Estissac à son oncle Benjamin de La Rochefoucauld, comte d'Estissac. Le prince de Marcillac, très jeune, se mêle activement à toutes les intrigues de l'époque et prend part aux complots de Gaston de France et de la duchesse de Chevreuse contre le cardinal de Richelieu.


Sa vie se voit dès lors ponctuée de disgrâces ; arrêté puis emprisonné à La Bastille pendant huit jours, il opte pour l'exil et se retire sur ses terres. À la mort de Richelieu (1642), il revient à la cour. Le cardinal Mazarin succède à Richelieu, mais l'animosité ne s'étiole pas.


Blessé à plusieurs reprises au combat, il évitera de peu la cécité. Il fut fait maréchal de camp le 19 mai 1646. Jouissant de la faveur de Louis XIV, il se consacre à la réflexion.


Pendant la Fronde, il prend le parti de la révolte nobiliaire encouragé par sa maîtresse le duchesse de Longueville, la propre sœur du Grand Condé. Leur fils né pendant le siège de la capitale sera nommé Charles-Paris. Après la mort de son père en 1650, il prend le titre de duc de La Rochefoucauld.


Assagi, c'est alors que dans son château de Verteuil en Angoumois il rédige ses « Mémoires » qu'il consacre à la régence d'Anne d'Autriche et qui sont publiées sans son autorisation à Cologne en 1662. Le scandale le pousse à désavouer son œuvre. Il publia lui-même sa propre édition en 1665. Il fréquente dès lors les salons des « honnêtes gens » et se lie d'amitié avec la marquise de Sévigné, la marquise de Sablé et plus particulièrement avec la comtesse de La Fayette. Ses réflexions successives l'amèneront à publier un ouvrage inédit en 1665 : les Réflexions ou sentences et maximes morales (communément nommé « Maximes »), ponctué d'aphorismes philosophiques.


Bien qu'il n'ait publié officiellement que ses "Mémoires" et ses "Maximes", sa production littéraire est dense. Il fut proche des jansénistes.


La Rochefoucauld s'éteindra après avoir reçu l'extrême-onction des mains mêmes de Bossuet.

Share

Embed

You may also like