Paul Verlaine - Poèmes Saturniens- Paysages Tristes-  Soleils Couchants -Yannick Debain cover
Paul Verlaine - Poèmes Saturniens- Paysages Tristes-  Soleils Couchants -Yannick Debain cover
A Voix Haute

Paul Verlaine - Poèmes Saturniens- Paysages Tristes- Soleils Couchants -Yannick Debain

Paul Verlaine - Poèmes Saturniens- Paysages Tristes- Soleils Couchants -Yannick Debain

54sec |26/11/2020|

1059

Listen
Paul Verlaine - Poèmes Saturniens- Paysages Tristes-  Soleils Couchants -Yannick Debain cover
Paul Verlaine - Poèmes Saturniens- Paysages Tristes-  Soleils Couchants -Yannick Debain cover
A Voix Haute

Paul Verlaine - Poèmes Saturniens- Paysages Tristes- Soleils Couchants -Yannick Debain

Paul Verlaine - Poèmes Saturniens- Paysages Tristes- Soleils Couchants -Yannick Debain

54sec |26/11/2020|

1059

Listen

Description

Paul Verlaine
1844 - 1896

« Soleils couchants », pluralisé, en déclinaison de personnalisation, ce poème de Verlaine prend, dès son titre, une couleur particulière qui l’éloigne de la lumière. Crépuscule de la vie, création du poète, ou inversement, le chant désigne, souligne, questionne. Dans quel monde nous entraîne alors ce poème ? Poésie et musique, ou création artistique d’une musicalité, monde onirique également, où le rêve transparaît, disparaît, se transforme. Monde inconnu enfin, où l’angoisse rejoint son corollaire, la disparition.


Description

Paul Verlaine
1844 - 1896

« Soleils couchants », pluralisé, en déclinaison de personnalisation, ce poème de Verlaine prend, dès son titre, une couleur particulière qui l’éloigne de la lumière. Crépuscule de la vie, création du poète, ou inversement, le chant désigne, souligne, questionne. Dans quel monde nous entraîne alors ce poème ? Poésie et musique, ou création artistique d’une musicalité, monde onirique également, où le rêve transparaît, disparaît, se transforme. Monde inconnu enfin, où l’angoisse rejoint son corollaire, la disparition.


Share

Embed

To listen also

Description

Paul Verlaine
1844 - 1896

« Soleils couchants », pluralisé, en déclinaison de personnalisation, ce poème de Verlaine prend, dès son titre, une couleur particulière qui l’éloigne de la lumière. Crépuscule de la vie, création du poète, ou inversement, le chant désigne, souligne, questionne. Dans quel monde nous entraîne alors ce poème ? Poésie et musique, ou création artistique d’une musicalité, monde onirique également, où le rêve transparaît, disparaît, se transforme. Monde inconnu enfin, où l’angoisse rejoint son corollaire, la disparition.


Description

Paul Verlaine
1844 - 1896

« Soleils couchants », pluralisé, en déclinaison de personnalisation, ce poème de Verlaine prend, dès son titre, une couleur particulière qui l’éloigne de la lumière. Crépuscule de la vie, création du poète, ou inversement, le chant désigne, souligne, questionne. Dans quel monde nous entraîne alors ce poème ? Poésie et musique, ou création artistique d’une musicalité, monde onirique également, où le rêve transparaît, disparaît, se transforme. Monde inconnu enfin, où l’angoisse rejoint son corollaire, la disparition.


Share

Embed

To listen also