Cybersurveillance, un marché florissant et inquiétant ? cover
Cybersurveillance, un marché florissant et inquiétant ? cover
Sur le fil

Cybersurveillance, un marché florissant et inquiétant ?

Cybersurveillance, un marché florissant et inquiétant ?

06min |18/07/2022
Play
Cybersurveillance, un marché florissant et inquiétant ? cover
Cybersurveillance, un marché florissant et inquiétant ? cover
Sur le fil

Cybersurveillance, un marché florissant et inquiétant ?

Cybersurveillance, un marché florissant et inquiétant ?

06min |18/07/2022
Play

Description

Il y a tout juste un an, l’entreprise israélienne NSO était mise en cause après la publication d’une série d’enquêtes par un consortium de 17 médias internationaux coordonné par l’organisation Forbidden Stories, révélant que son logiciel Pegasus aurait permis d'espionner les numéros de centaines de journalistes, d’hommes politiques, de militants des droits humains ou chefs d'entreprises de différents pays.


Depuis de nouvelles cibles ont été identifiées au Maroc ou encore en Pologne, selon Amnesty International .  Et Pegasus aurait aussi été utilisé au Salvador, en Israël et dans les Territoires palestiniens ou encore en Espagne.


Les ouvertures d'enquêtes judiciaires se succèdent, notamment en France, ou en Espagne et Apple va proposer bientôt un outil de protection des données aux journalistes et militants. Mais pour les organisations de défense des droits de l'homme il faut aller plus loin.


La cybersurveillance semble être devenue un business florissant.  C’est pourquoi ces ONG  demandent un moratoire international sur les ventes de ces logiciels, afin de mieux les encadrer et qu’ils ne servent qu’à contrer les crimes ou la menace terroriste.

Le Projet Pegasus a permis de tirer la sonnette d’alarme et de rappeler qu’il était urgent d’agir pour réglementer un secteur hors de contrôle. Malheureusement, les gouvernements à travers le monde n’ont toujours pas intensifié leur action pour remédier entièrement à la crise de la surveillance numérique”, dénonce Amnesty International dans un communiqué publié lundi 18 juillet.

Nous avons rendez-vous avec deux experts d’Amnesty international, Katia Roux et Etienne Maynier qui nous expliquent le fonctionnement de ces logiciels et les risques quils font peser sur les droits humains.

Description

Il y a tout juste un an, l’entreprise israélienne NSO était mise en cause après la publication d’une série d’enquêtes par un consortium de 17 médias internationaux coordonné par l’organisation Forbidden Stories, révélant que son logiciel Pegasus aurait permis d'espionner les numéros de centaines de journalistes, d’hommes politiques, de militants des droits humains ou chefs d'entreprises de différents pays.


Depuis de nouvelles cibles ont été identifiées au Maroc ou encore en Pologne, selon Amnesty International .  Et Pegasus aurait aussi été utilisé au Salvador, en Israël et dans les Territoires palestiniens ou encore en Espagne.


Les ouvertures d'enquêtes judiciaires se succèdent, notamment en France, ou en Espagne et Apple va proposer bientôt un outil de protection des données aux journalistes et militants. Mais pour les organisations de défense des droits de l'homme il faut aller plus loin.


La cybersurveillance semble être devenue un business florissant.  C’est pourquoi ces ONG  demandent un moratoire international sur les ventes de ces logiciels, afin de mieux les encadrer et qu’ils ne servent qu’à contrer les crimes ou la menace terroriste.

Le Projet Pegasus a permis de tirer la sonnette d’alarme et de rappeler qu’il était urgent d’agir pour réglementer un secteur hors de contrôle. Malheureusement, les gouvernements à travers le monde n’ont toujours pas intensifié leur action pour remédier entièrement à la crise de la surveillance numérique”, dénonce Amnesty International dans un communiqué publié lundi 18 juillet.

Nous avons rendez-vous avec deux experts d’Amnesty international, Katia Roux et Etienne Maynier qui nous expliquent le fonctionnement de ces logiciels et les risques quils font peser sur les droits humains.

Share

Embed

You may also like

Description

Il y a tout juste un an, l’entreprise israélienne NSO était mise en cause après la publication d’une série d’enquêtes par un consortium de 17 médias internationaux coordonné par l’organisation Forbidden Stories, révélant que son logiciel Pegasus aurait permis d'espionner les numéros de centaines de journalistes, d’hommes politiques, de militants des droits humains ou chefs d'entreprises de différents pays.


Depuis de nouvelles cibles ont été identifiées au Maroc ou encore en Pologne, selon Amnesty International .  Et Pegasus aurait aussi été utilisé au Salvador, en Israël et dans les Territoires palestiniens ou encore en Espagne.


Les ouvertures d'enquêtes judiciaires se succèdent, notamment en France, ou en Espagne et Apple va proposer bientôt un outil de protection des données aux journalistes et militants. Mais pour les organisations de défense des droits de l'homme il faut aller plus loin.


La cybersurveillance semble être devenue un business florissant.  C’est pourquoi ces ONG  demandent un moratoire international sur les ventes de ces logiciels, afin de mieux les encadrer et qu’ils ne servent qu’à contrer les crimes ou la menace terroriste.

Le Projet Pegasus a permis de tirer la sonnette d’alarme et de rappeler qu’il était urgent d’agir pour réglementer un secteur hors de contrôle. Malheureusement, les gouvernements à travers le monde n’ont toujours pas intensifié leur action pour remédier entièrement à la crise de la surveillance numérique”, dénonce Amnesty International dans un communiqué publié lundi 18 juillet.

Nous avons rendez-vous avec deux experts d’Amnesty international, Katia Roux et Etienne Maynier qui nous expliquent le fonctionnement de ces logiciels et les risques quils font peser sur les droits humains.

Description

Il y a tout juste un an, l’entreprise israélienne NSO était mise en cause après la publication d’une série d’enquêtes par un consortium de 17 médias internationaux coordonné par l’organisation Forbidden Stories, révélant que son logiciel Pegasus aurait permis d'espionner les numéros de centaines de journalistes, d’hommes politiques, de militants des droits humains ou chefs d'entreprises de différents pays.


Depuis de nouvelles cibles ont été identifiées au Maroc ou encore en Pologne, selon Amnesty International .  Et Pegasus aurait aussi été utilisé au Salvador, en Israël et dans les Territoires palestiniens ou encore en Espagne.


Les ouvertures d'enquêtes judiciaires se succèdent, notamment en France, ou en Espagne et Apple va proposer bientôt un outil de protection des données aux journalistes et militants. Mais pour les organisations de défense des droits de l'homme il faut aller plus loin.


La cybersurveillance semble être devenue un business florissant.  C’est pourquoi ces ONG  demandent un moratoire international sur les ventes de ces logiciels, afin de mieux les encadrer et qu’ils ne servent qu’à contrer les crimes ou la menace terroriste.

Le Projet Pegasus a permis de tirer la sonnette d’alarme et de rappeler qu’il était urgent d’agir pour réglementer un secteur hors de contrôle. Malheureusement, les gouvernements à travers le monde n’ont toujours pas intensifié leur action pour remédier entièrement à la crise de la surveillance numérique”, dénonce Amnesty International dans un communiqué publié lundi 18 juillet.

Nous avons rendez-vous avec deux experts d’Amnesty international, Katia Roux et Etienne Maynier qui nous expliquent le fonctionnement de ces logiciels et les risques quils font peser sur les droits humains.

Share

Embed

You may also like