undefined cover
undefined cover
Camille Bertault, l'audace du Tigre cover
Camille Bertault, l'audace du Tigre cover
Art District Radio Podcasts

Camille Bertault, l'audace du Tigre

Camille Bertault, l'audace du Tigre

49min |21/02/2021|

21

Listen
undefined cover
undefined cover
Camille Bertault, l'audace du Tigre cover
Camille Bertault, l'audace du Tigre cover
Art District Radio Podcasts

Camille Bertault, l'audace du Tigre

Camille Bertault, l'audace du Tigre

49min |21/02/2021|

21

Listen

Description

PODCAST JAZZ INTERVIEW mardi et vendredi à 14h. Cette semaine, Frèd Blanc rencontre la chanteuse, Camille Bertault.

Chanteuse et compositrice, Camille Bertault a sorti récemment son 3ème album intitulé Le Tigre (chez Masterworks / Sony), après son 1er album "Pas de Géants" très remarqué en 2018. Désireuse d'un vent de liberté et d'une audace nouvelle dans la pratique du chant et dans ses compositions, Camille Bertault a profité de ces moments suspendus de confinement, du temps laissé à la réflexion, pour commencer à s'écarter légèrement de la ligne des années précédentes qui l'ont fait connaître grâce à un succès fulgurant arrivé après la publication d'une vidéo sur Facebook.

Une performance de scat remarquée mais qui selon elle ne représente que "3% de ce qu'elle est réellement musicalement. "On m'a tout de suite identifiée au scat, au bebop, à chanter très rapidement mais je me rends compte que j'ai été un petit peu aspirée par ce que les gens ont vu de moi. Vraiment, on est connu pour quelque chose mais c'est une chose très petite par rapport à ce qu'on sait faire à côté". Décomplexée, au-delà des frontières du jazz et des contraintes de création induites par l'industrie musicale, Camille Bertault se confie au micro de Frèd Blanc, racontant la sortie de ce nouvel album et revenant sur sa percée dans l'univers du jazz, une jeune carrière qui a débuté aux Etats-Unis et s'est développée à Paris.

Mettant en avant ses propres désirs de musique et d'écriture, elle dit avoir voulu faire un album "que j'aurais voulu écouter en tant qu'auditrice" et non guidé uniquement  "par une envie de performance, de prouver quelque chose". Semblant vouloir se délivrer d'un carcan et ne plus vouloir "faire ça pour plaire à", on entend une voix d'une maturité nouvelle, portée par ce nouveau projet et qui s'interroge sur ce que signifie aujourd'hui "être une chanteuse de jazz" : "Oui, je suis chanteuse mais j'aime bien le rôle de conteuse. Quand j'étais petite, ma mère me racontait chaque soir des histoires et cela m'a beaucoup marqué. Il y a une forme de commode, tu ouvres des tiroirs, j'aime bien ce théâtre de poche". 


Titres diffusés dans l'interview : Le Tigre / Todolist / Berceuse de la 54e rueCrédit photo : © Jean-Baptiste-Millot

Description

PODCAST JAZZ INTERVIEW mardi et vendredi à 14h. Cette semaine, Frèd Blanc rencontre la chanteuse, Camille Bertault.

Chanteuse et compositrice, Camille Bertault a sorti récemment son 3ème album intitulé Le Tigre (chez Masterworks / Sony), après son 1er album "Pas de Géants" très remarqué en 2018. Désireuse d'un vent de liberté et d'une audace nouvelle dans la pratique du chant et dans ses compositions, Camille Bertault a profité de ces moments suspendus de confinement, du temps laissé à la réflexion, pour commencer à s'écarter légèrement de la ligne des années précédentes qui l'ont fait connaître grâce à un succès fulgurant arrivé après la publication d'une vidéo sur Facebook.

Une performance de scat remarquée mais qui selon elle ne représente que "3% de ce qu'elle est réellement musicalement. "On m'a tout de suite identifiée au scat, au bebop, à chanter très rapidement mais je me rends compte que j'ai été un petit peu aspirée par ce que les gens ont vu de moi. Vraiment, on est connu pour quelque chose mais c'est une chose très petite par rapport à ce qu'on sait faire à côté". Décomplexée, au-delà des frontières du jazz et des contraintes de création induites par l'industrie musicale, Camille Bertault se confie au micro de Frèd Blanc, racontant la sortie de ce nouvel album et revenant sur sa percée dans l'univers du jazz, une jeune carrière qui a débuté aux Etats-Unis et s'est développée à Paris.

Mettant en avant ses propres désirs de musique et d'écriture, elle dit avoir voulu faire un album "que j'aurais voulu écouter en tant qu'auditrice" et non guidé uniquement  "par une envie de performance, de prouver quelque chose". Semblant vouloir se délivrer d'un carcan et ne plus vouloir "faire ça pour plaire à", on entend une voix d'une maturité nouvelle, portée par ce nouveau projet et qui s'interroge sur ce que signifie aujourd'hui "être une chanteuse de jazz" : "Oui, je suis chanteuse mais j'aime bien le rôle de conteuse. Quand j'étais petite, ma mère me racontait chaque soir des histoires et cela m'a beaucoup marqué. Il y a une forme de commode, tu ouvres des tiroirs, j'aime bien ce théâtre de poche". 


Titres diffusés dans l'interview : Le Tigre / Todolist / Berceuse de la 54e rueCrédit photo : © Jean-Baptiste-Millot

Share

Embed

You may also like

Description

PODCAST JAZZ INTERVIEW mardi et vendredi à 14h. Cette semaine, Frèd Blanc rencontre la chanteuse, Camille Bertault.

Chanteuse et compositrice, Camille Bertault a sorti récemment son 3ème album intitulé Le Tigre (chez Masterworks / Sony), après son 1er album "Pas de Géants" très remarqué en 2018. Désireuse d'un vent de liberté et d'une audace nouvelle dans la pratique du chant et dans ses compositions, Camille Bertault a profité de ces moments suspendus de confinement, du temps laissé à la réflexion, pour commencer à s'écarter légèrement de la ligne des années précédentes qui l'ont fait connaître grâce à un succès fulgurant arrivé après la publication d'une vidéo sur Facebook.

Une performance de scat remarquée mais qui selon elle ne représente que "3% de ce qu'elle est réellement musicalement. "On m'a tout de suite identifiée au scat, au bebop, à chanter très rapidement mais je me rends compte que j'ai été un petit peu aspirée par ce que les gens ont vu de moi. Vraiment, on est connu pour quelque chose mais c'est une chose très petite par rapport à ce qu'on sait faire à côté". Décomplexée, au-delà des frontières du jazz et des contraintes de création induites par l'industrie musicale, Camille Bertault se confie au micro de Frèd Blanc, racontant la sortie de ce nouvel album et revenant sur sa percée dans l'univers du jazz, une jeune carrière qui a débuté aux Etats-Unis et s'est développée à Paris.

Mettant en avant ses propres désirs de musique et d'écriture, elle dit avoir voulu faire un album "que j'aurais voulu écouter en tant qu'auditrice" et non guidé uniquement  "par une envie de performance, de prouver quelque chose". Semblant vouloir se délivrer d'un carcan et ne plus vouloir "faire ça pour plaire à", on entend une voix d'une maturité nouvelle, portée par ce nouveau projet et qui s'interroge sur ce que signifie aujourd'hui "être une chanteuse de jazz" : "Oui, je suis chanteuse mais j'aime bien le rôle de conteuse. Quand j'étais petite, ma mère me racontait chaque soir des histoires et cela m'a beaucoup marqué. Il y a une forme de commode, tu ouvres des tiroirs, j'aime bien ce théâtre de poche". 


Titres diffusés dans l'interview : Le Tigre / Todolist / Berceuse de la 54e rueCrédit photo : © Jean-Baptiste-Millot

Description

PODCAST JAZZ INTERVIEW mardi et vendredi à 14h. Cette semaine, Frèd Blanc rencontre la chanteuse, Camille Bertault.

Chanteuse et compositrice, Camille Bertault a sorti récemment son 3ème album intitulé Le Tigre (chez Masterworks / Sony), après son 1er album "Pas de Géants" très remarqué en 2018. Désireuse d'un vent de liberté et d'une audace nouvelle dans la pratique du chant et dans ses compositions, Camille Bertault a profité de ces moments suspendus de confinement, du temps laissé à la réflexion, pour commencer à s'écarter légèrement de la ligne des années précédentes qui l'ont fait connaître grâce à un succès fulgurant arrivé après la publication d'une vidéo sur Facebook.

Une performance de scat remarquée mais qui selon elle ne représente que "3% de ce qu'elle est réellement musicalement. "On m'a tout de suite identifiée au scat, au bebop, à chanter très rapidement mais je me rends compte que j'ai été un petit peu aspirée par ce que les gens ont vu de moi. Vraiment, on est connu pour quelque chose mais c'est une chose très petite par rapport à ce qu'on sait faire à côté". Décomplexée, au-delà des frontières du jazz et des contraintes de création induites par l'industrie musicale, Camille Bertault se confie au micro de Frèd Blanc, racontant la sortie de ce nouvel album et revenant sur sa percée dans l'univers du jazz, une jeune carrière qui a débuté aux Etats-Unis et s'est développée à Paris.

Mettant en avant ses propres désirs de musique et d'écriture, elle dit avoir voulu faire un album "que j'aurais voulu écouter en tant qu'auditrice" et non guidé uniquement  "par une envie de performance, de prouver quelque chose". Semblant vouloir se délivrer d'un carcan et ne plus vouloir "faire ça pour plaire à", on entend une voix d'une maturité nouvelle, portée par ce nouveau projet et qui s'interroge sur ce que signifie aujourd'hui "être une chanteuse de jazz" : "Oui, je suis chanteuse mais j'aime bien le rôle de conteuse. Quand j'étais petite, ma mère me racontait chaque soir des histoires et cela m'a beaucoup marqué. Il y a une forme de commode, tu ouvres des tiroirs, j'aime bien ce théâtre de poche". 


Titres diffusés dans l'interview : Le Tigre / Todolist / Berceuse de la 54e rueCrédit photo : © Jean-Baptiste-Millot

Share

Embed

You may also like