undefined cover
undefined cover
#16, Christophe Gendreau, Coordinateur artistique, "c'est le mouvement qui fait qu'on est vivant" cover
#16, Christophe Gendreau, Coordinateur artistique, "c'est le mouvement qui fait qu'on est vivant" cover
Art du Lien

#16, Christophe Gendreau, Coordinateur artistique, "c'est le mouvement qui fait qu'on est vivant"

#16, Christophe Gendreau, Coordinateur artistique, "c'est le mouvement qui fait qu'on est vivant"

38min |11/04/2021
Play
undefined cover
undefined cover
#16, Christophe Gendreau, Coordinateur artistique, "c'est le mouvement qui fait qu'on est vivant" cover
#16, Christophe Gendreau, Coordinateur artistique, "c'est le mouvement qui fait qu'on est vivant" cover
Art du Lien

#16, Christophe Gendreau, Coordinateur artistique, "c'est le mouvement qui fait qu'on est vivant"

#16, Christophe Gendreau, Coordinateur artistique, "c'est le mouvement qui fait qu'on est vivant"

38min |11/04/2021
Play

Description

Christophe Gendreau est comédien, chanteur, compositeur, metteur en scène… et maintenant coordinateur artistique. Nous avons quelques amis artistes et montagnards en commun, et l’enthousiasme avec lequel il a accepté mon invitation dans le podcast confirme bien qu'il vit, lui aussi, la philosophie de l’Art du Lien!!

La liste est longue, des artistes avec qui il a collaboré, de Pauline Croze à Idir, en passant par Karimouche et plus récemment Ben Mazué. Il fait d’ailleurs un joli bilan sur Instagram! On y lit aussi "l’émergence, la crème, la classe"! 

« Je suis coordinateur artistique. J'accompagne les artistes à préparer leur spectacle sur scène: comment faire ressentir l’émotion de la chanson au public sur scène. 

Je joue l’oeil extérieur. Pour tous les artistes, je les fais revenir sur le sens : « de quoi parle ton texte? Quel est ton point de vue, quand tu dis "je", est-ce très personnel ou est-ce que ça se veut "universel": ça joue dans l'interprétation, joue aussi sur la lumière, les arrangements. »

Je reviens au début: souvent le texte a été écrit il y a 2 ans, cette chanson a vécu, depuis il y a eu des étapes d’arrangement, de mise en musique, le travail de la lumière…

Maintenant que le travail a été fait, pourquoi a-t-elle été écrite à l'époque? Quel sens? l'essentiel de la chanson: le travail, les heures de travail passées imprtent peu. C'est le résultat qui nous intéresse - on cherche des émotions quand on écoute des chansons, et pas le processus.

Le travail de l'instant: comment recréer l'instant - s'attacher au texte, c’est issu de mon travail de comédien - chaque soir on réinvente l'instant, à partir d'un texte écrit. 

Les quinze ans passés au sein des Wriggles sont aussi une expérience structurante: dans la création, l'écriture, la scène, la vie d'un groupe...Comme job étudiant, j’ai été barman au Zénith de Paris. J’y ai vu énormément de spectacles, et notamment toutes les entrées en scène d'un artiste et les sorties, avec l'explosion d'émotion - période très formatrice aussi dans la construction des mises en scènes. 

La difficulté c'est la confiance: je passe une semaine avec l'artiste que je ne connais pas. Je ne suis pas le chef, mais le lien entre tout le monde, pour que chacun avance ensemble: les musiciens, les techniciens du son… tous doivent entendre de quoi parle la chanson. Je mets du sens pour tout le monde - le sens commun. 

Etre le changement que je souhaite pour le monde? c’est le mouvement perpétuel; on ne recherche pas la maitrise complète d'un art. Tout est toujours en mouvement: les choses nous échappent. Dans l'interprétation, je demande aux artistes de laisser aller leur chanson, pour être touchante. Laisser la possibilité de se tromper…. J'ai envie de rencontrer l'artiste, si je vais le voir sur scène : découvrir ses fragilités, se laisser vivre pour être vraiment dans l'instant. 

Le canal de l’émotion: c'est le mouvement qui fait qu'on est vivant, en mutation. 

Une personne qui m'inspire?... j’aurais aimé aller marcher avec Jean Giono pour son rapport à l'humanité exceptionnelle, sa connaissance de la nature incroyable. Et la marche, c'est le mouvement, avec la course à pied, elle est plus méditative que sportive pour moi: c’est un vrai plaisir, à Chamonix, d'être dehors.

Description

Christophe Gendreau est comédien, chanteur, compositeur, metteur en scène… et maintenant coordinateur artistique. Nous avons quelques amis artistes et montagnards en commun, et l’enthousiasme avec lequel il a accepté mon invitation dans le podcast confirme bien qu'il vit, lui aussi, la philosophie de l’Art du Lien!!

La liste est longue, des artistes avec qui il a collaboré, de Pauline Croze à Idir, en passant par Karimouche et plus récemment Ben Mazué. Il fait d’ailleurs un joli bilan sur Instagram! On y lit aussi "l’émergence, la crème, la classe"! 

« Je suis coordinateur artistique. J'accompagne les artistes à préparer leur spectacle sur scène: comment faire ressentir l’émotion de la chanson au public sur scène. 

Je joue l’oeil extérieur. Pour tous les artistes, je les fais revenir sur le sens : « de quoi parle ton texte? Quel est ton point de vue, quand tu dis "je", est-ce très personnel ou est-ce que ça se veut "universel": ça joue dans l'interprétation, joue aussi sur la lumière, les arrangements. »

Je reviens au début: souvent le texte a été écrit il y a 2 ans, cette chanson a vécu, depuis il y a eu des étapes d’arrangement, de mise en musique, le travail de la lumière…

Maintenant que le travail a été fait, pourquoi a-t-elle été écrite à l'époque? Quel sens? l'essentiel de la chanson: le travail, les heures de travail passées imprtent peu. C'est le résultat qui nous intéresse - on cherche des émotions quand on écoute des chansons, et pas le processus.

Le travail de l'instant: comment recréer l'instant - s'attacher au texte, c’est issu de mon travail de comédien - chaque soir on réinvente l'instant, à partir d'un texte écrit. 

Les quinze ans passés au sein des Wriggles sont aussi une expérience structurante: dans la création, l'écriture, la scène, la vie d'un groupe...Comme job étudiant, j’ai été barman au Zénith de Paris. J’y ai vu énormément de spectacles, et notamment toutes les entrées en scène d'un artiste et les sorties, avec l'explosion d'émotion - période très formatrice aussi dans la construction des mises en scènes. 

La difficulté c'est la confiance: je passe une semaine avec l'artiste que je ne connais pas. Je ne suis pas le chef, mais le lien entre tout le monde, pour que chacun avance ensemble: les musiciens, les techniciens du son… tous doivent entendre de quoi parle la chanson. Je mets du sens pour tout le monde - le sens commun. 

Etre le changement que je souhaite pour le monde? c’est le mouvement perpétuel; on ne recherche pas la maitrise complète d'un art. Tout est toujours en mouvement: les choses nous échappent. Dans l'interprétation, je demande aux artistes de laisser aller leur chanson, pour être touchante. Laisser la possibilité de se tromper…. J'ai envie de rencontrer l'artiste, si je vais le voir sur scène : découvrir ses fragilités, se laisser vivre pour être vraiment dans l'instant. 

Le canal de l’émotion: c'est le mouvement qui fait qu'on est vivant, en mutation. 

Une personne qui m'inspire?... j’aurais aimé aller marcher avec Jean Giono pour son rapport à l'humanité exceptionnelle, sa connaissance de la nature incroyable. Et la marche, c'est le mouvement, avec la course à pied, elle est plus méditative que sportive pour moi: c’est un vrai plaisir, à Chamonix, d'être dehors.

Share

Embed

You may also like

Description

Christophe Gendreau est comédien, chanteur, compositeur, metteur en scène… et maintenant coordinateur artistique. Nous avons quelques amis artistes et montagnards en commun, et l’enthousiasme avec lequel il a accepté mon invitation dans le podcast confirme bien qu'il vit, lui aussi, la philosophie de l’Art du Lien!!

La liste est longue, des artistes avec qui il a collaboré, de Pauline Croze à Idir, en passant par Karimouche et plus récemment Ben Mazué. Il fait d’ailleurs un joli bilan sur Instagram! On y lit aussi "l’émergence, la crème, la classe"! 

« Je suis coordinateur artistique. J'accompagne les artistes à préparer leur spectacle sur scène: comment faire ressentir l’émotion de la chanson au public sur scène. 

Je joue l’oeil extérieur. Pour tous les artistes, je les fais revenir sur le sens : « de quoi parle ton texte? Quel est ton point de vue, quand tu dis "je", est-ce très personnel ou est-ce que ça se veut "universel": ça joue dans l'interprétation, joue aussi sur la lumière, les arrangements. »

Je reviens au début: souvent le texte a été écrit il y a 2 ans, cette chanson a vécu, depuis il y a eu des étapes d’arrangement, de mise en musique, le travail de la lumière…

Maintenant que le travail a été fait, pourquoi a-t-elle été écrite à l'époque? Quel sens? l'essentiel de la chanson: le travail, les heures de travail passées imprtent peu. C'est le résultat qui nous intéresse - on cherche des émotions quand on écoute des chansons, et pas le processus.

Le travail de l'instant: comment recréer l'instant - s'attacher au texte, c’est issu de mon travail de comédien - chaque soir on réinvente l'instant, à partir d'un texte écrit. 

Les quinze ans passés au sein des Wriggles sont aussi une expérience structurante: dans la création, l'écriture, la scène, la vie d'un groupe...Comme job étudiant, j’ai été barman au Zénith de Paris. J’y ai vu énormément de spectacles, et notamment toutes les entrées en scène d'un artiste et les sorties, avec l'explosion d'émotion - période très formatrice aussi dans la construction des mises en scènes. 

La difficulté c'est la confiance: je passe une semaine avec l'artiste que je ne connais pas. Je ne suis pas le chef, mais le lien entre tout le monde, pour que chacun avance ensemble: les musiciens, les techniciens du son… tous doivent entendre de quoi parle la chanson. Je mets du sens pour tout le monde - le sens commun. 

Etre le changement que je souhaite pour le monde? c’est le mouvement perpétuel; on ne recherche pas la maitrise complète d'un art. Tout est toujours en mouvement: les choses nous échappent. Dans l'interprétation, je demande aux artistes de laisser aller leur chanson, pour être touchante. Laisser la possibilité de se tromper…. J'ai envie de rencontrer l'artiste, si je vais le voir sur scène : découvrir ses fragilités, se laisser vivre pour être vraiment dans l'instant. 

Le canal de l’émotion: c'est le mouvement qui fait qu'on est vivant, en mutation. 

Une personne qui m'inspire?... j’aurais aimé aller marcher avec Jean Giono pour son rapport à l'humanité exceptionnelle, sa connaissance de la nature incroyable. Et la marche, c'est le mouvement, avec la course à pied, elle est plus méditative que sportive pour moi: c’est un vrai plaisir, à Chamonix, d'être dehors.

Description

Christophe Gendreau est comédien, chanteur, compositeur, metteur en scène… et maintenant coordinateur artistique. Nous avons quelques amis artistes et montagnards en commun, et l’enthousiasme avec lequel il a accepté mon invitation dans le podcast confirme bien qu'il vit, lui aussi, la philosophie de l’Art du Lien!!

La liste est longue, des artistes avec qui il a collaboré, de Pauline Croze à Idir, en passant par Karimouche et plus récemment Ben Mazué. Il fait d’ailleurs un joli bilan sur Instagram! On y lit aussi "l’émergence, la crème, la classe"! 

« Je suis coordinateur artistique. J'accompagne les artistes à préparer leur spectacle sur scène: comment faire ressentir l’émotion de la chanson au public sur scène. 

Je joue l’oeil extérieur. Pour tous les artistes, je les fais revenir sur le sens : « de quoi parle ton texte? Quel est ton point de vue, quand tu dis "je", est-ce très personnel ou est-ce que ça se veut "universel": ça joue dans l'interprétation, joue aussi sur la lumière, les arrangements. »

Je reviens au début: souvent le texte a été écrit il y a 2 ans, cette chanson a vécu, depuis il y a eu des étapes d’arrangement, de mise en musique, le travail de la lumière…

Maintenant que le travail a été fait, pourquoi a-t-elle été écrite à l'époque? Quel sens? l'essentiel de la chanson: le travail, les heures de travail passées imprtent peu. C'est le résultat qui nous intéresse - on cherche des émotions quand on écoute des chansons, et pas le processus.

Le travail de l'instant: comment recréer l'instant - s'attacher au texte, c’est issu de mon travail de comédien - chaque soir on réinvente l'instant, à partir d'un texte écrit. 

Les quinze ans passés au sein des Wriggles sont aussi une expérience structurante: dans la création, l'écriture, la scène, la vie d'un groupe...Comme job étudiant, j’ai été barman au Zénith de Paris. J’y ai vu énormément de spectacles, et notamment toutes les entrées en scène d'un artiste et les sorties, avec l'explosion d'émotion - période très formatrice aussi dans la construction des mises en scènes. 

La difficulté c'est la confiance: je passe une semaine avec l'artiste que je ne connais pas. Je ne suis pas le chef, mais le lien entre tout le monde, pour que chacun avance ensemble: les musiciens, les techniciens du son… tous doivent entendre de quoi parle la chanson. Je mets du sens pour tout le monde - le sens commun. 

Etre le changement que je souhaite pour le monde? c’est le mouvement perpétuel; on ne recherche pas la maitrise complète d'un art. Tout est toujours en mouvement: les choses nous échappent. Dans l'interprétation, je demande aux artistes de laisser aller leur chanson, pour être touchante. Laisser la possibilité de se tromper…. J'ai envie de rencontrer l'artiste, si je vais le voir sur scène : découvrir ses fragilités, se laisser vivre pour être vraiment dans l'instant. 

Le canal de l’émotion: c'est le mouvement qui fait qu'on est vivant, en mutation. 

Une personne qui m'inspire?... j’aurais aimé aller marcher avec Jean Giono pour son rapport à l'humanité exceptionnelle, sa connaissance de la nature incroyable. Et la marche, c'est le mouvement, avec la course à pied, elle est plus méditative que sportive pour moi: c’est un vrai plaisir, à Chamonix, d'être dehors.

Share

Embed

You may also like