undefined cover
undefined cover
#28 - Agir pour le bien-être au travail dans les établissements cover
#28 - Agir pour le bien-être au travail dans les établissements cover
Au périscope... (IH2EF)

#28 - Agir pour le bien-être au travail dans les établissements

#28 - Agir pour le bien-être au travail dans les établissements

1h06 |22/04/2022
Play
undefined cover
undefined cover
#28 - Agir pour le bien-être au travail dans les établissements cover
#28 - Agir pour le bien-être au travail dans les établissements cover
Au périscope... (IH2EF)

#28 - Agir pour le bien-être au travail dans les établissements

#28 - Agir pour le bien-être au travail dans les établissements

1h06 |22/04/2022
Play

Description

La notion de bien-être au travail est un concept englobant, de portée plus large que celui de santé tel que défini par l’OMS ("La santé est un état de complet bien-être physique, mental et social…"). Elle fait référence à un sentiment général de satisfaction et d’épanouissement dans et par le travail qui dépasse l’absence d’atteinte à la santé. 

Connaître, comprendre et agir pour le bien-être des agents est un impératif de premier plan pour la gestion et le développement des ressources humaines. Le bien-être au travail est un élément d’attractivité et de stabilité des métiers. C’est un levier de motivation individuel et au sein des collectifs professionnels. Le mal être est un des déterminants de certaines maladies professionnelles. Suite au Grenelle de l’Éducation, le ministère de l’Éducation nationale de la Jeunesse et des Sports s’engage, comme d’autres employeurs publics, à porter haut cette préoccupation du bien-être au
travail de ses agents par la mise en place de différentes mesures : 

  • un Observatoire des Rémunérations et du Bien-Être des personnels (ORBE) ; 
  • revalorisation, entre autres, salariales mais aussi d’image pour de nombreux agents ; 
  • rapprochement des centres de décisions en matière d’accompagnement et de gestion des ressources humaines ; 
  • création de fonctions RH de proximité ; 
  • etc.

La mise en place de l’ORBE a permis de lancer une enquête de grande envergure qui doit permettre de collecter différentes informations sur le bien-être qui, s’il se
mesure objectivement par certains indices, reste néanmoins un sentiment personnel, voire subjectif.
Ce baromètre du bien-être fait suite à différentes enquêtes préalablement conduites par la DEPP et Georges Fotinos, laissant apparaître quelques sujets d’inquiétude. Lors de ce direct, nous avons tenté de faire un tour d’horizon des réflexions sur ce sujet et de construire ensemble les réponses aux questions suivantes : 

  • lorsque l’on mesure le bien-être au travail, que constate-t-on ? 
  • quels sont les facteurs du bien-être au travail et comment les explique-t-on ? 
  • quels sont les leviers à disposition des personnels d’encadrement
    pour agir sur le bien-être au travail des personnels placés sous leur
    autorité et en corollaire comment peuvent-ils agir pour leur propre bien
    être ? 

Intervenants : 

  •  Georges Fotinos, ancien chargé d’Inspection générale et Diplômé de l’Institut des Hautes Études de Sécurité Intérieure (IHESI)  
  •  Pascal Simonet, maître de conférences, responsable de la licence
    Sciences de l'éducation, Psychologue du travail et Docteur en
    psychologie à l’université de Nantes  
  •  Arnaud Barillet, chargé de mission à l’Agence Régionale pour l’Amélioration des Conditions de Travail (ARACT) Nouvelle-Aquitaine  
  •  Axelle Charpentier, cheffe du bureau de l’évaluation des dispositifs
    éducatifs et des études sur les pratiques enseignantes (DEPP)  

Description

La notion de bien-être au travail est un concept englobant, de portée plus large que celui de santé tel que défini par l’OMS ("La santé est un état de complet bien-être physique, mental et social…"). Elle fait référence à un sentiment général de satisfaction et d’épanouissement dans et par le travail qui dépasse l’absence d’atteinte à la santé. 

Connaître, comprendre et agir pour le bien-être des agents est un impératif de premier plan pour la gestion et le développement des ressources humaines. Le bien-être au travail est un élément d’attractivité et de stabilité des métiers. C’est un levier de motivation individuel et au sein des collectifs professionnels. Le mal être est un des déterminants de certaines maladies professionnelles. Suite au Grenelle de l’Éducation, le ministère de l’Éducation nationale de la Jeunesse et des Sports s’engage, comme d’autres employeurs publics, à porter haut cette préoccupation du bien-être au
travail de ses agents par la mise en place de différentes mesures : 

  • un Observatoire des Rémunérations et du Bien-Être des personnels (ORBE) ; 
  • revalorisation, entre autres, salariales mais aussi d’image pour de nombreux agents ; 
  • rapprochement des centres de décisions en matière d’accompagnement et de gestion des ressources humaines ; 
  • création de fonctions RH de proximité ; 
  • etc.

La mise en place de l’ORBE a permis de lancer une enquête de grande envergure qui doit permettre de collecter différentes informations sur le bien-être qui, s’il se
mesure objectivement par certains indices, reste néanmoins un sentiment personnel, voire subjectif.
Ce baromètre du bien-être fait suite à différentes enquêtes préalablement conduites par la DEPP et Georges Fotinos, laissant apparaître quelques sujets d’inquiétude. Lors de ce direct, nous avons tenté de faire un tour d’horizon des réflexions sur ce sujet et de construire ensemble les réponses aux questions suivantes : 

  • lorsque l’on mesure le bien-être au travail, que constate-t-on ? 
  • quels sont les facteurs du bien-être au travail et comment les explique-t-on ? 
  • quels sont les leviers à disposition des personnels d’encadrement
    pour agir sur le bien-être au travail des personnels placés sous leur
    autorité et en corollaire comment peuvent-ils agir pour leur propre bien
    être ? 

Intervenants : 

  •  Georges Fotinos, ancien chargé d’Inspection générale et Diplômé de l’Institut des Hautes Études de Sécurité Intérieure (IHESI)  
  •  Pascal Simonet, maître de conférences, responsable de la licence
    Sciences de l'éducation, Psychologue du travail et Docteur en
    psychologie à l’université de Nantes  
  •  Arnaud Barillet, chargé de mission à l’Agence Régionale pour l’Amélioration des Conditions de Travail (ARACT) Nouvelle-Aquitaine  
  •  Axelle Charpentier, cheffe du bureau de l’évaluation des dispositifs
    éducatifs et des études sur les pratiques enseignantes (DEPP)  

Share

Embed

You may also like

Description

La notion de bien-être au travail est un concept englobant, de portée plus large que celui de santé tel que défini par l’OMS ("La santé est un état de complet bien-être physique, mental et social…"). Elle fait référence à un sentiment général de satisfaction et d’épanouissement dans et par le travail qui dépasse l’absence d’atteinte à la santé. 

Connaître, comprendre et agir pour le bien-être des agents est un impératif de premier plan pour la gestion et le développement des ressources humaines. Le bien-être au travail est un élément d’attractivité et de stabilité des métiers. C’est un levier de motivation individuel et au sein des collectifs professionnels. Le mal être est un des déterminants de certaines maladies professionnelles. Suite au Grenelle de l’Éducation, le ministère de l’Éducation nationale de la Jeunesse et des Sports s’engage, comme d’autres employeurs publics, à porter haut cette préoccupation du bien-être au
travail de ses agents par la mise en place de différentes mesures : 

  • un Observatoire des Rémunérations et du Bien-Être des personnels (ORBE) ; 
  • revalorisation, entre autres, salariales mais aussi d’image pour de nombreux agents ; 
  • rapprochement des centres de décisions en matière d’accompagnement et de gestion des ressources humaines ; 
  • création de fonctions RH de proximité ; 
  • etc.

La mise en place de l’ORBE a permis de lancer une enquête de grande envergure qui doit permettre de collecter différentes informations sur le bien-être qui, s’il se
mesure objectivement par certains indices, reste néanmoins un sentiment personnel, voire subjectif.
Ce baromètre du bien-être fait suite à différentes enquêtes préalablement conduites par la DEPP et Georges Fotinos, laissant apparaître quelques sujets d’inquiétude. Lors de ce direct, nous avons tenté de faire un tour d’horizon des réflexions sur ce sujet et de construire ensemble les réponses aux questions suivantes : 

  • lorsque l’on mesure le bien-être au travail, que constate-t-on ? 
  • quels sont les facteurs du bien-être au travail et comment les explique-t-on ? 
  • quels sont les leviers à disposition des personnels d’encadrement
    pour agir sur le bien-être au travail des personnels placés sous leur
    autorité et en corollaire comment peuvent-ils agir pour leur propre bien
    être ? 

Intervenants : 

  •  Georges Fotinos, ancien chargé d’Inspection générale et Diplômé de l’Institut des Hautes Études de Sécurité Intérieure (IHESI)  
  •  Pascal Simonet, maître de conférences, responsable de la licence
    Sciences de l'éducation, Psychologue du travail et Docteur en
    psychologie à l’université de Nantes  
  •  Arnaud Barillet, chargé de mission à l’Agence Régionale pour l’Amélioration des Conditions de Travail (ARACT) Nouvelle-Aquitaine  
  •  Axelle Charpentier, cheffe du bureau de l’évaluation des dispositifs
    éducatifs et des études sur les pratiques enseignantes (DEPP)  

Description

La notion de bien-être au travail est un concept englobant, de portée plus large que celui de santé tel que défini par l’OMS ("La santé est un état de complet bien-être physique, mental et social…"). Elle fait référence à un sentiment général de satisfaction et d’épanouissement dans et par le travail qui dépasse l’absence d’atteinte à la santé. 

Connaître, comprendre et agir pour le bien-être des agents est un impératif de premier plan pour la gestion et le développement des ressources humaines. Le bien-être au travail est un élément d’attractivité et de stabilité des métiers. C’est un levier de motivation individuel et au sein des collectifs professionnels. Le mal être est un des déterminants de certaines maladies professionnelles. Suite au Grenelle de l’Éducation, le ministère de l’Éducation nationale de la Jeunesse et des Sports s’engage, comme d’autres employeurs publics, à porter haut cette préoccupation du bien-être au
travail de ses agents par la mise en place de différentes mesures : 

  • un Observatoire des Rémunérations et du Bien-Être des personnels (ORBE) ; 
  • revalorisation, entre autres, salariales mais aussi d’image pour de nombreux agents ; 
  • rapprochement des centres de décisions en matière d’accompagnement et de gestion des ressources humaines ; 
  • création de fonctions RH de proximité ; 
  • etc.

La mise en place de l’ORBE a permis de lancer une enquête de grande envergure qui doit permettre de collecter différentes informations sur le bien-être qui, s’il se
mesure objectivement par certains indices, reste néanmoins un sentiment personnel, voire subjectif.
Ce baromètre du bien-être fait suite à différentes enquêtes préalablement conduites par la DEPP et Georges Fotinos, laissant apparaître quelques sujets d’inquiétude. Lors de ce direct, nous avons tenté de faire un tour d’horizon des réflexions sur ce sujet et de construire ensemble les réponses aux questions suivantes : 

  • lorsque l’on mesure le bien-être au travail, que constate-t-on ? 
  • quels sont les facteurs du bien-être au travail et comment les explique-t-on ? 
  • quels sont les leviers à disposition des personnels d’encadrement
    pour agir sur le bien-être au travail des personnels placés sous leur
    autorité et en corollaire comment peuvent-ils agir pour leur propre bien
    être ? 

Intervenants : 

  •  Georges Fotinos, ancien chargé d’Inspection générale et Diplômé de l’Institut des Hautes Études de Sécurité Intérieure (IHESI)  
  •  Pascal Simonet, maître de conférences, responsable de la licence
    Sciences de l'éducation, Psychologue du travail et Docteur en
    psychologie à l’université de Nantes  
  •  Arnaud Barillet, chargé de mission à l’Agence Régionale pour l’Amélioration des Conditions de Travail (ARACT) Nouvelle-Aquitaine  
  •  Axelle Charpentier, cheffe du bureau de l’évaluation des dispositifs
    éducatifs et des études sur les pratiques enseignantes (DEPP)  

Share

Embed

You may also like