undefined cover
undefined cover
INFOS LOCALES DU 18 OCTOBRE 2021 cover
INFOS LOCALES DU 18 OCTOBRE 2021 cover
AZUR FM

INFOS LOCALES DU 18 OCTOBRE 2021

INFOS LOCALES DU 18 OCTOBRE 2021

04min |18/10/2021
Listen
undefined cover
undefined cover
INFOS LOCALES DU 18 OCTOBRE 2021 cover
INFOS LOCALES DU 18 OCTOBRE 2021 cover
AZUR FM

INFOS LOCALES DU 18 OCTOBRE 2021

INFOS LOCALES DU 18 OCTOBRE 2021

04min |18/10/2021
Listen

Description

Sujets traités : 

- Une situation inédite. De mémoire de responsable d'agence intérim, trouver des candidats n'a jamais été aussi compliqué en Alsace. Après la crise, la reprise économique pourrait être simple. Mais les entreprises du secteur peinent à trouver des personnes pour répondre aux offres d'emploi. Fait nouveau depuis la crise covid, les intérimaires sont en position de force. Ils ont le choix du travail et attendent de meilleures rémunérations. Les candidats les plus jeunes sont même à la recherche d'emploi avec du sens, dans le social ou l'écologie, tout ne trouvant l'équilibre entre vie professionnelle et personnelle.

Autre secteur en manque de bras, le BTP. Dans la Haut-Rhin, de la main d'œuvre est toujours recherchée. 2 600 offres sont publiées chaque année dans le département, mais les candidats ne se bousculent pas au portillon. Pour que le recrutement soit facilité, la fédération du BTP haut-rhinoise vient de signer une convention avec pôle emploi. Actuellement, les entreprises recherchent des installateurs thermiques ou sanitaires ainsi que des plaquistes. Et pas besoin d'avoir de l'expérience, puisqu'il est possible de se former sur le tas dans l'entreprise avec un besoin en main d'œuvre, avec une embauche en CDI à la clef.

Petite récolte. Entre des épisodes de gel tardif, survenus au printemps, et la prolifération du mildiou suite aux fortes intempéries cet été, la vignoble alsacien a été plus touché que prévu. En amont des vendages, l'AVA, l'association des viticulteurs d'alsaces estimait les pertes de 20 à 40% en moyenne, voire 60 à 80% dans certaines zones. Alors que les vendanges sont sur le point de s'achever, les viticulteurs sont pessimistes, ils ont rentré moins de raisins que prévu dans les caves. Les domaines qui travaillent en agriculture biologique ont été les plus touchés. L'AVA réfléchit donc à des aides pour aider les professionnels du secteur. En revanche, même s'il y aura moins de vins que les autres années, pour ce qui pourrait être la plus petite récolte alsacienne jamais vue, le vin sera de très bonne qualité cette année.

Klaxit débarque en Alsace Centrale. Le PETR, le pôle d'équilibre territorial et rural, veut augmenter la part des déplacements réalisés en covoiturage dans le secteur, notamment les déplacements professionnels. L'application Klaxit, qui permet la mise en relation de passagers et de covoitureurs, sera tout d'abord lancée auprès avec les employeurs les plus importants du territoire. Durant la phase de lancement, les trajets effectués en covoiturage à travers l'application sont cofinancés. Les frais de transports de chaque passager sont pris en charge en totalité ou en partie avant d'être reversés aux conducteurs par le PETR. Le service sera ensuite lancé auprès de la population d'Alsace centrale.

Une honte. Sur leur page Facebook, les pompiers d'Ensisheim ne cachent pas leur colère. Dans une publication partagée samedi, ils reviennent sur une intervention qui a eu lieu la veille. Ce jour-là, un jeune sapeur-pompier volontaire de la commune, lorsque son bip retentit, enfourche son vélo pour se rendre à la caserne. Il laisse alors son cycle posé sur un mur du bâtiment. De retour d'intervention vers 19h, il s'aperçoit que son vélo lui a été volé. Les pompiers d'Ensisheim ont donc lancé un appel afin de retrouver le vélo de leur collègue, qu'il utilise tous les jours, notamment pour se rendre à la caserne. Il s'agit d'un Trek Merlin bleu avec des rayures sur le cadre. Plus d'infos sur la page Facebook de l'amicale des sapeurs-pompiers d'Ensisheim.

Une marche aux flambeaux, sans flambeaux. Ce week-end, les anti passe sanitaire sont de nouveau descendus dans la rue en Alsace. A Strasbourg, vendredi, ils étaient environ 300 pour u...

Description

Sujets traités : 

- Une situation inédite. De mémoire de responsable d'agence intérim, trouver des candidats n'a jamais été aussi compliqué en Alsace. Après la crise, la reprise économique pourrait être simple. Mais les entreprises du secteur peinent à trouver des personnes pour répondre aux offres d'emploi. Fait nouveau depuis la crise covid, les intérimaires sont en position de force. Ils ont le choix du travail et attendent de meilleures rémunérations. Les candidats les plus jeunes sont même à la recherche d'emploi avec du sens, dans le social ou l'écologie, tout ne trouvant l'équilibre entre vie professionnelle et personnelle.

Autre secteur en manque de bras, le BTP. Dans la Haut-Rhin, de la main d'œuvre est toujours recherchée. 2 600 offres sont publiées chaque année dans le département, mais les candidats ne se bousculent pas au portillon. Pour que le recrutement soit facilité, la fédération du BTP haut-rhinoise vient de signer une convention avec pôle emploi. Actuellement, les entreprises recherchent des installateurs thermiques ou sanitaires ainsi que des plaquistes. Et pas besoin d'avoir de l'expérience, puisqu'il est possible de se former sur le tas dans l'entreprise avec un besoin en main d'œuvre, avec une embauche en CDI à la clef.

Petite récolte. Entre des épisodes de gel tardif, survenus au printemps, et la prolifération du mildiou suite aux fortes intempéries cet été, la vignoble alsacien a été plus touché que prévu. En amont des vendages, l'AVA, l'association des viticulteurs d'alsaces estimait les pertes de 20 à 40% en moyenne, voire 60 à 80% dans certaines zones. Alors que les vendanges sont sur le point de s'achever, les viticulteurs sont pessimistes, ils ont rentré moins de raisins que prévu dans les caves. Les domaines qui travaillent en agriculture biologique ont été les plus touchés. L'AVA réfléchit donc à des aides pour aider les professionnels du secteur. En revanche, même s'il y aura moins de vins que les autres années, pour ce qui pourrait être la plus petite récolte alsacienne jamais vue, le vin sera de très bonne qualité cette année.

Klaxit débarque en Alsace Centrale. Le PETR, le pôle d'équilibre territorial et rural, veut augmenter la part des déplacements réalisés en covoiturage dans le secteur, notamment les déplacements professionnels. L'application Klaxit, qui permet la mise en relation de passagers et de covoitureurs, sera tout d'abord lancée auprès avec les employeurs les plus importants du territoire. Durant la phase de lancement, les trajets effectués en covoiturage à travers l'application sont cofinancés. Les frais de transports de chaque passager sont pris en charge en totalité ou en partie avant d'être reversés aux conducteurs par le PETR. Le service sera ensuite lancé auprès de la population d'Alsace centrale.

Une honte. Sur leur page Facebook, les pompiers d'Ensisheim ne cachent pas leur colère. Dans une publication partagée samedi, ils reviennent sur une intervention qui a eu lieu la veille. Ce jour-là, un jeune sapeur-pompier volontaire de la commune, lorsque son bip retentit, enfourche son vélo pour se rendre à la caserne. Il laisse alors son cycle posé sur un mur du bâtiment. De retour d'intervention vers 19h, il s'aperçoit que son vélo lui a été volé. Les pompiers d'Ensisheim ont donc lancé un appel afin de retrouver le vélo de leur collègue, qu'il utilise tous les jours, notamment pour se rendre à la caserne. Il s'agit d'un Trek Merlin bleu avec des rayures sur le cadre. Plus d'infos sur la page Facebook de l'amicale des sapeurs-pompiers d'Ensisheim.

Une marche aux flambeaux, sans flambeaux. Ce week-end, les anti passe sanitaire sont de nouveau descendus dans la rue en Alsace. A Strasbourg, vendredi, ils étaient environ 300 pour u...

Share

Embed

You may also like

Description

Sujets traités : 

- Une situation inédite. De mémoire de responsable d'agence intérim, trouver des candidats n'a jamais été aussi compliqué en Alsace. Après la crise, la reprise économique pourrait être simple. Mais les entreprises du secteur peinent à trouver des personnes pour répondre aux offres d'emploi. Fait nouveau depuis la crise covid, les intérimaires sont en position de force. Ils ont le choix du travail et attendent de meilleures rémunérations. Les candidats les plus jeunes sont même à la recherche d'emploi avec du sens, dans le social ou l'écologie, tout ne trouvant l'équilibre entre vie professionnelle et personnelle.

Autre secteur en manque de bras, le BTP. Dans la Haut-Rhin, de la main d'œuvre est toujours recherchée. 2 600 offres sont publiées chaque année dans le département, mais les candidats ne se bousculent pas au portillon. Pour que le recrutement soit facilité, la fédération du BTP haut-rhinoise vient de signer une convention avec pôle emploi. Actuellement, les entreprises recherchent des installateurs thermiques ou sanitaires ainsi que des plaquistes. Et pas besoin d'avoir de l'expérience, puisqu'il est possible de se former sur le tas dans l'entreprise avec un besoin en main d'œuvre, avec une embauche en CDI à la clef.

Petite récolte. Entre des épisodes de gel tardif, survenus au printemps, et la prolifération du mildiou suite aux fortes intempéries cet été, la vignoble alsacien a été plus touché que prévu. En amont des vendages, l'AVA, l'association des viticulteurs d'alsaces estimait les pertes de 20 à 40% en moyenne, voire 60 à 80% dans certaines zones. Alors que les vendanges sont sur le point de s'achever, les viticulteurs sont pessimistes, ils ont rentré moins de raisins que prévu dans les caves. Les domaines qui travaillent en agriculture biologique ont été les plus touchés. L'AVA réfléchit donc à des aides pour aider les professionnels du secteur. En revanche, même s'il y aura moins de vins que les autres années, pour ce qui pourrait être la plus petite récolte alsacienne jamais vue, le vin sera de très bonne qualité cette année.

Klaxit débarque en Alsace Centrale. Le PETR, le pôle d'équilibre territorial et rural, veut augmenter la part des déplacements réalisés en covoiturage dans le secteur, notamment les déplacements professionnels. L'application Klaxit, qui permet la mise en relation de passagers et de covoitureurs, sera tout d'abord lancée auprès avec les employeurs les plus importants du territoire. Durant la phase de lancement, les trajets effectués en covoiturage à travers l'application sont cofinancés. Les frais de transports de chaque passager sont pris en charge en totalité ou en partie avant d'être reversés aux conducteurs par le PETR. Le service sera ensuite lancé auprès de la population d'Alsace centrale.

Une honte. Sur leur page Facebook, les pompiers d'Ensisheim ne cachent pas leur colère. Dans une publication partagée samedi, ils reviennent sur une intervention qui a eu lieu la veille. Ce jour-là, un jeune sapeur-pompier volontaire de la commune, lorsque son bip retentit, enfourche son vélo pour se rendre à la caserne. Il laisse alors son cycle posé sur un mur du bâtiment. De retour d'intervention vers 19h, il s'aperçoit que son vélo lui a été volé. Les pompiers d'Ensisheim ont donc lancé un appel afin de retrouver le vélo de leur collègue, qu'il utilise tous les jours, notamment pour se rendre à la caserne. Il s'agit d'un Trek Merlin bleu avec des rayures sur le cadre. Plus d'infos sur la page Facebook de l'amicale des sapeurs-pompiers d'Ensisheim.

Une marche aux flambeaux, sans flambeaux. Ce week-end, les anti passe sanitaire sont de nouveau descendus dans la rue en Alsace. A Strasbourg, vendredi, ils étaient environ 300 pour u...

Description

Sujets traités : 

- Une situation inédite. De mémoire de responsable d'agence intérim, trouver des candidats n'a jamais été aussi compliqué en Alsace. Après la crise, la reprise économique pourrait être simple. Mais les entreprises du secteur peinent à trouver des personnes pour répondre aux offres d'emploi. Fait nouveau depuis la crise covid, les intérimaires sont en position de force. Ils ont le choix du travail et attendent de meilleures rémunérations. Les candidats les plus jeunes sont même à la recherche d'emploi avec du sens, dans le social ou l'écologie, tout ne trouvant l'équilibre entre vie professionnelle et personnelle.

Autre secteur en manque de bras, le BTP. Dans la Haut-Rhin, de la main d'œuvre est toujours recherchée. 2 600 offres sont publiées chaque année dans le département, mais les candidats ne se bousculent pas au portillon. Pour que le recrutement soit facilité, la fédération du BTP haut-rhinoise vient de signer une convention avec pôle emploi. Actuellement, les entreprises recherchent des installateurs thermiques ou sanitaires ainsi que des plaquistes. Et pas besoin d'avoir de l'expérience, puisqu'il est possible de se former sur le tas dans l'entreprise avec un besoin en main d'œuvre, avec une embauche en CDI à la clef.

Petite récolte. Entre des épisodes de gel tardif, survenus au printemps, et la prolifération du mildiou suite aux fortes intempéries cet été, la vignoble alsacien a été plus touché que prévu. En amont des vendages, l'AVA, l'association des viticulteurs d'alsaces estimait les pertes de 20 à 40% en moyenne, voire 60 à 80% dans certaines zones. Alors que les vendanges sont sur le point de s'achever, les viticulteurs sont pessimistes, ils ont rentré moins de raisins que prévu dans les caves. Les domaines qui travaillent en agriculture biologique ont été les plus touchés. L'AVA réfléchit donc à des aides pour aider les professionnels du secteur. En revanche, même s'il y aura moins de vins que les autres années, pour ce qui pourrait être la plus petite récolte alsacienne jamais vue, le vin sera de très bonne qualité cette année.

Klaxit débarque en Alsace Centrale. Le PETR, le pôle d'équilibre territorial et rural, veut augmenter la part des déplacements réalisés en covoiturage dans le secteur, notamment les déplacements professionnels. L'application Klaxit, qui permet la mise en relation de passagers et de covoitureurs, sera tout d'abord lancée auprès avec les employeurs les plus importants du territoire. Durant la phase de lancement, les trajets effectués en covoiturage à travers l'application sont cofinancés. Les frais de transports de chaque passager sont pris en charge en totalité ou en partie avant d'être reversés aux conducteurs par le PETR. Le service sera ensuite lancé auprès de la population d'Alsace centrale.

Une honte. Sur leur page Facebook, les pompiers d'Ensisheim ne cachent pas leur colère. Dans une publication partagée samedi, ils reviennent sur une intervention qui a eu lieu la veille. Ce jour-là, un jeune sapeur-pompier volontaire de la commune, lorsque son bip retentit, enfourche son vélo pour se rendre à la caserne. Il laisse alors son cycle posé sur un mur du bâtiment. De retour d'intervention vers 19h, il s'aperçoit que son vélo lui a été volé. Les pompiers d'Ensisheim ont donc lancé un appel afin de retrouver le vélo de leur collègue, qu'il utilise tous les jours, notamment pour se rendre à la caserne. Il s'agit d'un Trek Merlin bleu avec des rayures sur le cadre. Plus d'infos sur la page Facebook de l'amicale des sapeurs-pompiers d'Ensisheim.

Une marche aux flambeaux, sans flambeaux. Ce week-end, les anti passe sanitaire sont de nouveau descendus dans la rue en Alsace. A Strasbourg, vendredi, ils étaient environ 300 pour u...

Share

Embed

You may also like