undefined cover
undefined cover
13 • SMITH et les ruines de présence cover
13 • SMITH et les ruines de présence cover
Babines

13 • SMITH et les ruines de présence

13 • SMITH et les ruines de présence

31min |05/09/2023
Play
undefined cover
undefined cover
13 • SMITH et les ruines de présence cover
13 • SMITH et les ruines de présence cover
Babines

13 • SMITH et les ruines de présence

13 • SMITH et les ruines de présence

31min |05/09/2023
Play

Description

Partie I 🌓
L'imaginaire animal de SMITH s'est construit dans son enfance citadine, autour d'histoires, de films et de dessins animés – des enfants "à part" y découvraient la puissance de l'amitié et des familles choisies à travers leur rencontre avec des animaux ou des créatures anthropomorphiques. Propulsé à la tête d'un élevage involontaire d'hamsters russes, SMITH noue ensuite sa première véritable alliance animale avec Peaches, une chatte tricolore. Ses enquêtes artistiques transdisciplinaires convoquent notre rapport à l'absence, aux fantômes, au cosmos. L'usage de la caméra thermique offre à SMITH un sens supplémentaire et la consolation de percevoir les traces de chaleur, de présence, laissées par les êtres aimés. Le rêve, la méditation et la transe cognitive lui permettent d'accéder à des mondes superposés, et de se retrouver sur la même longueur d'onde que "les espèces compagnes" décrites par la philosophe Donna Haraway. 

www.instagram.com/traumsmith/

Entretien, montage, réalisation : Flor Alazraki.

Musique : Mathilde Forget. 

Illustration : Irène Tardif.

Générique : « Quand on parle aux animaux c’est une manière un peu de se parler à soi-même. À part quand ils sont malades ou qu’ils ont l’air malheureux ou qu’ils ont des crises de mélancolie – ce qui leur arrive – normalement quand on parle à un animal, quand on dit "Eh bien mon petit coco, mon pauvre vieux" c’est une manière de se parler à soi-même, un peu indirecte quoi. » • Extrait de la vidéo ‘Françoise Sagan : bonjour tendresse’, 1979.

Durée de l'épisode : 00:31:34 🦕

Retrouvez Babines sur Instagram @babinespodcast.

Description

Partie I 🌓
L'imaginaire animal de SMITH s'est construit dans son enfance citadine, autour d'histoires, de films et de dessins animés – des enfants "à part" y découvraient la puissance de l'amitié et des familles choisies à travers leur rencontre avec des animaux ou des créatures anthropomorphiques. Propulsé à la tête d'un élevage involontaire d'hamsters russes, SMITH noue ensuite sa première véritable alliance animale avec Peaches, une chatte tricolore. Ses enquêtes artistiques transdisciplinaires convoquent notre rapport à l'absence, aux fantômes, au cosmos. L'usage de la caméra thermique offre à SMITH un sens supplémentaire et la consolation de percevoir les traces de chaleur, de présence, laissées par les êtres aimés. Le rêve, la méditation et la transe cognitive lui permettent d'accéder à des mondes superposés, et de se retrouver sur la même longueur d'onde que "les espèces compagnes" décrites par la philosophe Donna Haraway. 

www.instagram.com/traumsmith/

Entretien, montage, réalisation : Flor Alazraki.

Musique : Mathilde Forget. 

Illustration : Irène Tardif.

Générique : « Quand on parle aux animaux c’est une manière un peu de se parler à soi-même. À part quand ils sont malades ou qu’ils ont l’air malheureux ou qu’ils ont des crises de mélancolie – ce qui leur arrive – normalement quand on parle à un animal, quand on dit "Eh bien mon petit coco, mon pauvre vieux" c’est une manière de se parler à soi-même, un peu indirecte quoi. » • Extrait de la vidéo ‘Françoise Sagan : bonjour tendresse’, 1979.

Durée de l'épisode : 00:31:34 🦕

Retrouvez Babines sur Instagram @babinespodcast.

Share

Embed

You may also like

Description

Partie I 🌓
L'imaginaire animal de SMITH s'est construit dans son enfance citadine, autour d'histoires, de films et de dessins animés – des enfants "à part" y découvraient la puissance de l'amitié et des familles choisies à travers leur rencontre avec des animaux ou des créatures anthropomorphiques. Propulsé à la tête d'un élevage involontaire d'hamsters russes, SMITH noue ensuite sa première véritable alliance animale avec Peaches, une chatte tricolore. Ses enquêtes artistiques transdisciplinaires convoquent notre rapport à l'absence, aux fantômes, au cosmos. L'usage de la caméra thermique offre à SMITH un sens supplémentaire et la consolation de percevoir les traces de chaleur, de présence, laissées par les êtres aimés. Le rêve, la méditation et la transe cognitive lui permettent d'accéder à des mondes superposés, et de se retrouver sur la même longueur d'onde que "les espèces compagnes" décrites par la philosophe Donna Haraway. 

www.instagram.com/traumsmith/

Entretien, montage, réalisation : Flor Alazraki.

Musique : Mathilde Forget. 

Illustration : Irène Tardif.

Générique : « Quand on parle aux animaux c’est une manière un peu de se parler à soi-même. À part quand ils sont malades ou qu’ils ont l’air malheureux ou qu’ils ont des crises de mélancolie – ce qui leur arrive – normalement quand on parle à un animal, quand on dit "Eh bien mon petit coco, mon pauvre vieux" c’est une manière de se parler à soi-même, un peu indirecte quoi. » • Extrait de la vidéo ‘Françoise Sagan : bonjour tendresse’, 1979.

Durée de l'épisode : 00:31:34 🦕

Retrouvez Babines sur Instagram @babinespodcast.

Description

Partie I 🌓
L'imaginaire animal de SMITH s'est construit dans son enfance citadine, autour d'histoires, de films et de dessins animés – des enfants "à part" y découvraient la puissance de l'amitié et des familles choisies à travers leur rencontre avec des animaux ou des créatures anthropomorphiques. Propulsé à la tête d'un élevage involontaire d'hamsters russes, SMITH noue ensuite sa première véritable alliance animale avec Peaches, une chatte tricolore. Ses enquêtes artistiques transdisciplinaires convoquent notre rapport à l'absence, aux fantômes, au cosmos. L'usage de la caméra thermique offre à SMITH un sens supplémentaire et la consolation de percevoir les traces de chaleur, de présence, laissées par les êtres aimés. Le rêve, la méditation et la transe cognitive lui permettent d'accéder à des mondes superposés, et de se retrouver sur la même longueur d'onde que "les espèces compagnes" décrites par la philosophe Donna Haraway. 

www.instagram.com/traumsmith/

Entretien, montage, réalisation : Flor Alazraki.

Musique : Mathilde Forget. 

Illustration : Irène Tardif.

Générique : « Quand on parle aux animaux c’est une manière un peu de se parler à soi-même. À part quand ils sont malades ou qu’ils ont l’air malheureux ou qu’ils ont des crises de mélancolie – ce qui leur arrive – normalement quand on parle à un animal, quand on dit "Eh bien mon petit coco, mon pauvre vieux" c’est une manière de se parler à soi-même, un peu indirecte quoi. » • Extrait de la vidéo ‘Françoise Sagan : bonjour tendresse’, 1979.

Durée de l'épisode : 00:31:34 🦕

Retrouvez Babines sur Instagram @babinespodcast.

Share

Embed

You may also like