Ep 10 I 2040 : prendre soin de soi-même, c'est prendre soin des autres cover
Ep 10 I 2040 : prendre soin de soi-même, c'est prendre soin des autres cover
Balades Sonores

Ep 10 I 2040 : prendre soin de soi-même, c'est prendre soin des autres

Ep 10 I 2040 : prendre soin de soi-même, c'est prendre soin des autres

31min |18/05/2021|

67

Listen
Ep 10 I 2040 : prendre soin de soi-même, c'est prendre soin des autres cover
Ep 10 I 2040 : prendre soin de soi-même, c'est prendre soin des autres cover
Balades Sonores

Ep 10 I 2040 : prendre soin de soi-même, c'est prendre soin des autres

Ep 10 I 2040 : prendre soin de soi-même, c'est prendre soin des autres

31min |18/05/2021|

67

Listen

Description

En 2040, santé et environnement sont étroitement liés. Mieux informés, les citoyens peuvent anticiper et prendre leurs dispositions lors d’épisodes de nuisances diverses : dispersion d’allergènes, pic de chaleur ou pollution de l’eau ou de l’air. 

Ceux-ci sont d’ailleurs moins fréquents par le développement de la mobilité active (vélo et marche) qui a réduit les émissions polluantes. Il est également à noter que le changement du modèle économique orienté vers le mieux consommer y contribue. 

Parallèlement, l’organisation urbaine et celle du système de santé donnent accès à chacun à une information médicale claire et vulgarisée, accessible à tous, même aux enfants. Le citoyen est pris en compte dans sa globalité (dimensions physique, émotionnelle et mentale). Aussi, l’évolution des professionnels de la santé a amené une meilleure coopération entre les médecines conventionnelles et non conventionnelles, dans une approche globale du patient. Elle permet une meilleure prise en charge et les pratiques du bien-être sont reconnues d’utilité sanitaire.   

En 2040, une meilleure coopération entre politiques et professionnels de santé a permis d’instaurer des conseils territoriaux sur la santé comme une obligation. La politique semblait ambitieuse, difficile à mettre en œuvre, et pourtant, tous se sont mobilisés pour coopérer afin que les actions portent sur tous les aspects de la santé. Une meilleure reconnaissance des aidants par un statut « officiel » permet de faire ce choix en toute sérénité. 

Ainsi des Conseils Citoyens de la Santé ont été institués. Chacun peut y apporter son expérience, son aide ou son regard sur la meilleure organisation dans son quartier, sa ville ou son village. Aider un proche est reconnu d’utilité publique comme contribuant à la politique globale de santé.  Dans des lieux mutualisés de santé, les praticiens bénéficient d’outils permettant la réalisation d’examens et d’interprétations en quasi-temps réel, aidant notamment la réalisation de pré-diagnostics. À domicile ou en mobilité, chaque individu dispose d’une panoplie d’informations et de services numériques personnalisés en lien avec la santé. Un véritable plan d’inclusion à la santé numérique, passant par la formation renforcée des professionnels de santé, mais également par un accompagnement des publics notamment les plus vulnérables, a permis au plus grand nombre de bénéficier de ces progrès. 

Ces initiatives ont également été intégrées à un grand plan pour un digital raisonné et responsable qui a permis de faire reculer aussi bien les addictions numériques que l’impact écologique de ces technologies.   

Remerciements aux pilotes de l'atelier : Sandrine Babonneau, environnementaliste-urbaniste, Agence d’urbanisme et de développement de la région Flandre Dunkerque (AGUR), Catherine Horodyski , projet urbain-aménagement, Agence d’urbanisme de la région mulhousienne (AURM), Laurent Renavand, urbaniste, Agence d’urbanisme et de développement de la région Flandre Dunkerque (AGUR).

Avec l'intervention de Françoise Schaetzel, vice-présidente Eurométropole de Strasbourg et présidente de l'Adeus, Anne Roué Le-Gall, Enseignante-chercheuse, École des hautes études en santé publique (EHESP).

Cet épisode a été réalisé en collaboration avec les équipes de l'ADEUPA (Anne Ferec, Benjamin Grebot), avec le soutien de Stéphane Cordobes (conseiller expert recherche action prospective & anthropocène, ANCT)

Balades Sonores, une création Ecran Sonore  

Au micro Alexandre Héraud  

Réalisation Benoît Artaud  

Création Originale Sonore Guillermo Federico Rodriguez

Description

En 2040, santé et environnement sont étroitement liés. Mieux informés, les citoyens peuvent anticiper et prendre leurs dispositions lors d’épisodes de nuisances diverses : dispersion d’allergènes, pic de chaleur ou pollution de l’eau ou de l’air. 

Ceux-ci sont d’ailleurs moins fréquents par le développement de la mobilité active (vélo et marche) qui a réduit les émissions polluantes. Il est également à noter que le changement du modèle économique orienté vers le mieux consommer y contribue. 

Parallèlement, l’organisation urbaine et celle du système de santé donnent accès à chacun à une information médicale claire et vulgarisée, accessible à tous, même aux enfants. Le citoyen est pris en compte dans sa globalité (dimensions physique, émotionnelle et mentale). Aussi, l’évolution des professionnels de la santé a amené une meilleure coopération entre les médecines conventionnelles et non conventionnelles, dans une approche globale du patient. Elle permet une meilleure prise en charge et les pratiques du bien-être sont reconnues d’utilité sanitaire.   

En 2040, une meilleure coopération entre politiques et professionnels de santé a permis d’instaurer des conseils territoriaux sur la santé comme une obligation. La politique semblait ambitieuse, difficile à mettre en œuvre, et pourtant, tous se sont mobilisés pour coopérer afin que les actions portent sur tous les aspects de la santé. Une meilleure reconnaissance des aidants par un statut « officiel » permet de faire ce choix en toute sérénité. 

Ainsi des Conseils Citoyens de la Santé ont été institués. Chacun peut y apporter son expérience, son aide ou son regard sur la meilleure organisation dans son quartier, sa ville ou son village. Aider un proche est reconnu d’utilité publique comme contribuant à la politique globale de santé.  Dans des lieux mutualisés de santé, les praticiens bénéficient d’outils permettant la réalisation d’examens et d’interprétations en quasi-temps réel, aidant notamment la réalisation de pré-diagnostics. À domicile ou en mobilité, chaque individu dispose d’une panoplie d’informations et de services numériques personnalisés en lien avec la santé. Un véritable plan d’inclusion à la santé numérique, passant par la formation renforcée des professionnels de santé, mais également par un accompagnement des publics notamment les plus vulnérables, a permis au plus grand nombre de bénéficier de ces progrès. 

Ces initiatives ont également été intégrées à un grand plan pour un digital raisonné et responsable qui a permis de faire reculer aussi bien les addictions numériques que l’impact écologique de ces technologies.   

Remerciements aux pilotes de l'atelier : Sandrine Babonneau, environnementaliste-urbaniste, Agence d’urbanisme et de développement de la région Flandre Dunkerque (AGUR), Catherine Horodyski , projet urbain-aménagement, Agence d’urbanisme de la région mulhousienne (AURM), Laurent Renavand, urbaniste, Agence d’urbanisme et de développement de la région Flandre Dunkerque (AGUR).

Avec l'intervention de Françoise Schaetzel, vice-présidente Eurométropole de Strasbourg et présidente de l'Adeus, Anne Roué Le-Gall, Enseignante-chercheuse, École des hautes études en santé publique (EHESP).

Cet épisode a été réalisé en collaboration avec les équipes de l'ADEUPA (Anne Ferec, Benjamin Grebot), avec le soutien de Stéphane Cordobes (conseiller expert recherche action prospective & anthropocène, ANCT)

Balades Sonores, une création Ecran Sonore  

Au micro Alexandre Héraud  

Réalisation Benoît Artaud  

Création Originale Sonore Guillermo Federico Rodriguez

Share

Embed

You may also like

Description

En 2040, santé et environnement sont étroitement liés. Mieux informés, les citoyens peuvent anticiper et prendre leurs dispositions lors d’épisodes de nuisances diverses : dispersion d’allergènes, pic de chaleur ou pollution de l’eau ou de l’air. 

Ceux-ci sont d’ailleurs moins fréquents par le développement de la mobilité active (vélo et marche) qui a réduit les émissions polluantes. Il est également à noter que le changement du modèle économique orienté vers le mieux consommer y contribue. 

Parallèlement, l’organisation urbaine et celle du système de santé donnent accès à chacun à une information médicale claire et vulgarisée, accessible à tous, même aux enfants. Le citoyen est pris en compte dans sa globalité (dimensions physique, émotionnelle et mentale). Aussi, l’évolution des professionnels de la santé a amené une meilleure coopération entre les médecines conventionnelles et non conventionnelles, dans une approche globale du patient. Elle permet une meilleure prise en charge et les pratiques du bien-être sont reconnues d’utilité sanitaire.   

En 2040, une meilleure coopération entre politiques et professionnels de santé a permis d’instaurer des conseils territoriaux sur la santé comme une obligation. La politique semblait ambitieuse, difficile à mettre en œuvre, et pourtant, tous se sont mobilisés pour coopérer afin que les actions portent sur tous les aspects de la santé. Une meilleure reconnaissance des aidants par un statut « officiel » permet de faire ce choix en toute sérénité. 

Ainsi des Conseils Citoyens de la Santé ont été institués. Chacun peut y apporter son expérience, son aide ou son regard sur la meilleure organisation dans son quartier, sa ville ou son village. Aider un proche est reconnu d’utilité publique comme contribuant à la politique globale de santé.  Dans des lieux mutualisés de santé, les praticiens bénéficient d’outils permettant la réalisation d’examens et d’interprétations en quasi-temps réel, aidant notamment la réalisation de pré-diagnostics. À domicile ou en mobilité, chaque individu dispose d’une panoplie d’informations et de services numériques personnalisés en lien avec la santé. Un véritable plan d’inclusion à la santé numérique, passant par la formation renforcée des professionnels de santé, mais également par un accompagnement des publics notamment les plus vulnérables, a permis au plus grand nombre de bénéficier de ces progrès. 

Ces initiatives ont également été intégrées à un grand plan pour un digital raisonné et responsable qui a permis de faire reculer aussi bien les addictions numériques que l’impact écologique de ces technologies.   

Remerciements aux pilotes de l'atelier : Sandrine Babonneau, environnementaliste-urbaniste, Agence d’urbanisme et de développement de la région Flandre Dunkerque (AGUR), Catherine Horodyski , projet urbain-aménagement, Agence d’urbanisme de la région mulhousienne (AURM), Laurent Renavand, urbaniste, Agence d’urbanisme et de développement de la région Flandre Dunkerque (AGUR).

Avec l'intervention de Françoise Schaetzel, vice-présidente Eurométropole de Strasbourg et présidente de l'Adeus, Anne Roué Le-Gall, Enseignante-chercheuse, École des hautes études en santé publique (EHESP).

Cet épisode a été réalisé en collaboration avec les équipes de l'ADEUPA (Anne Ferec, Benjamin Grebot), avec le soutien de Stéphane Cordobes (conseiller expert recherche action prospective & anthropocène, ANCT)

Balades Sonores, une création Ecran Sonore  

Au micro Alexandre Héraud  

Réalisation Benoît Artaud  

Création Originale Sonore Guillermo Federico Rodriguez

Description

En 2040, santé et environnement sont étroitement liés. Mieux informés, les citoyens peuvent anticiper et prendre leurs dispositions lors d’épisodes de nuisances diverses : dispersion d’allergènes, pic de chaleur ou pollution de l’eau ou de l’air. 

Ceux-ci sont d’ailleurs moins fréquents par le développement de la mobilité active (vélo et marche) qui a réduit les émissions polluantes. Il est également à noter que le changement du modèle économique orienté vers le mieux consommer y contribue. 

Parallèlement, l’organisation urbaine et celle du système de santé donnent accès à chacun à une information médicale claire et vulgarisée, accessible à tous, même aux enfants. Le citoyen est pris en compte dans sa globalité (dimensions physique, émotionnelle et mentale). Aussi, l’évolution des professionnels de la santé a amené une meilleure coopération entre les médecines conventionnelles et non conventionnelles, dans une approche globale du patient. Elle permet une meilleure prise en charge et les pratiques du bien-être sont reconnues d’utilité sanitaire.   

En 2040, une meilleure coopération entre politiques et professionnels de santé a permis d’instaurer des conseils territoriaux sur la santé comme une obligation. La politique semblait ambitieuse, difficile à mettre en œuvre, et pourtant, tous se sont mobilisés pour coopérer afin que les actions portent sur tous les aspects de la santé. Une meilleure reconnaissance des aidants par un statut « officiel » permet de faire ce choix en toute sérénité. 

Ainsi des Conseils Citoyens de la Santé ont été institués. Chacun peut y apporter son expérience, son aide ou son regard sur la meilleure organisation dans son quartier, sa ville ou son village. Aider un proche est reconnu d’utilité publique comme contribuant à la politique globale de santé.  Dans des lieux mutualisés de santé, les praticiens bénéficient d’outils permettant la réalisation d’examens et d’interprétations en quasi-temps réel, aidant notamment la réalisation de pré-diagnostics. À domicile ou en mobilité, chaque individu dispose d’une panoplie d’informations et de services numériques personnalisés en lien avec la santé. Un véritable plan d’inclusion à la santé numérique, passant par la formation renforcée des professionnels de santé, mais également par un accompagnement des publics notamment les plus vulnérables, a permis au plus grand nombre de bénéficier de ces progrès. 

Ces initiatives ont également été intégrées à un grand plan pour un digital raisonné et responsable qui a permis de faire reculer aussi bien les addictions numériques que l’impact écologique de ces technologies.   

Remerciements aux pilotes de l'atelier : Sandrine Babonneau, environnementaliste-urbaniste, Agence d’urbanisme et de développement de la région Flandre Dunkerque (AGUR), Catherine Horodyski , projet urbain-aménagement, Agence d’urbanisme de la région mulhousienne (AURM), Laurent Renavand, urbaniste, Agence d’urbanisme et de développement de la région Flandre Dunkerque (AGUR).

Avec l'intervention de Françoise Schaetzel, vice-présidente Eurométropole de Strasbourg et présidente de l'Adeus, Anne Roué Le-Gall, Enseignante-chercheuse, École des hautes études en santé publique (EHESP).

Cet épisode a été réalisé en collaboration avec les équipes de l'ADEUPA (Anne Ferec, Benjamin Grebot), avec le soutien de Stéphane Cordobes (conseiller expert recherche action prospective & anthropocène, ANCT)

Balades Sonores, une création Ecran Sonore  

Au micro Alexandre Héraud  

Réalisation Benoît Artaud  

Création Originale Sonore Guillermo Federico Rodriguez

Share

Embed

You may also like