Ep 9 I Géopolitique de la mer, cap sur l'horizon 2040 cover
Ep 9 I Géopolitique de la mer, cap sur l'horizon 2040 cover
Balades Sonores

Ep 9 I Géopolitique de la mer, cap sur l'horizon 2040

Ep 9 I Géopolitique de la mer, cap sur l'horizon 2040

33min |04/05/2021|

120

Listen
Ep 9 I Géopolitique de la mer, cap sur l'horizon 2040 cover
Ep 9 I Géopolitique de la mer, cap sur l'horizon 2040 cover
Balades Sonores

Ep 9 I Géopolitique de la mer, cap sur l'horizon 2040

Ep 9 I Géopolitique de la mer, cap sur l'horizon 2040

33min |04/05/2021|

120

Listen

Description

L’humanité compte 9 milliards de personnes, dont 6 milliards sur la bande littorale ou à proximité. Les grandes villes mondiales sont pour la plupart d’importants ports. 

La poursuite de l’urbanisation et le tropisme littoral a entraîné une augmentation de 2 milliards de la population vivant à proximité des littoraux en 20 ans.

La croissance et la concentration urbaine, en particulier sur le littoral, augmentent la dépendance des populations à un apport de ressources provenant d’un bassin de plus en plus grand. Ainsi, l’augmentation de la taille de villes, en particulier littorales, va de pair avec une croissance du trafic maritime.  

Au cœur de la réflexion de cet atelier se trouve la question d'un aménagement équilibré dans lequel les bassins maritimes inspirent les politiques publiques et les modes de vie.

Parmi les grandes questions adressées :  

 - La réappropriation des littoraux et leurs nécessaires évolutions. Ces évolutions (environnementales et d’aménagement) se sont accompagnées d’une révolution sociétale, autour de deux valeurs : habitabilité et hospitalité. Le littoral est un espace plus social, avec moins de ségrégation socio-spatiale (notamment dans les îles). Des sociétés citoyennes de portage immobilier se sont développées sur le modèle de l’habitat participatif, permettant de maîtriser le coût des logements et le coût de la vie en général, et une meilleure dynamique économique et sociale sur le littoral.  

 - La mer et les océans sont aussi des ressources de solutions innovantes. En 2040, si elle n’est pas encore unanime, il y a une prise de conscience grandissante sur l’importance de préserver l’environnement maritime, elle n’est plus seulement l’affaire des « maritimes » mais aussi des continentaux. La conscience et la connaissance de l’océan s’est considérablement améliorée ("ocean literacy") grâce à la médiation scientifique et culturelle. De nombreuses structures ont vu le jour en 20 ans et se sont renforcées : port centers, musées maritimes, aquariums pour permettre une meilleure éducation de tous, notamment les plus jeunes, à travers des classes de mer ou des activités nautiques de découverte du littoral ; d’ailleurs en 2040, tous les enfants de France ont au moins un séjour à la mer obligatoire.

- Une nouvelle citoyenneté de la mer émerge. En 2040, la mer et les océans sont devenus un bien commun de l’Humanité et ont désormais une gouvernance spécifique et protectrice. L’initiative est venue il y a 20 ans de l’échelon international, d’abord au sein de l’Organisation Maritime Internationale, puis par la création d’un Conseil International de la Mer et des Littoraux, qui réunit la sphère publique, la sphère privée et les ONG. Cela a permis de réaliser un schéma international de mise en valeur des mers dont la mise en œuvre est suivie par le Conseil International de la Mer, organisation onusienne. Ce schéma permet également de mettre en place une meilleure protection des ressources halieutiques. Toutes ces mesures collectivement adoptées au niveau international ont participé à faire de la mer et des océans, un bien commun de l’Humanité dont la gouvernance est partagée entre institutionnels et usagers de la mer.

Remerciements aux pilotes et auteurs de l'atelier : Benjamin Grebot, directeur de l'Agence d'urbanisme Brest-Bretagne (Adeupa) ; Marianne Malez, directrice de mission Ville durable, Europe et international, Fédération nationale des agences d'urbanisme (Fnau) ; Olivier Poncelet, chargé de la prospective, de la veille et des études, Finistère 360° ; Aurélien Biscaut, secrétaire général, Mission opérationnelle transfrontalière (MOT) ; Rafaele Viaggi, chargé d'études transfrontalières et projets urbains, MOT.

Avec la participation exceptionnelle d'André Talarmin, président de la communauté de communes du Pays d'Iroise.

Balades Sonores, une création Ecran Sonore  

Au micro, Alexandre Héraud  

Réalisation, Benoît Artaud

Création Originale Sonore Guillermo Federico Rodriguez

Description

L’humanité compte 9 milliards de personnes, dont 6 milliards sur la bande littorale ou à proximité. Les grandes villes mondiales sont pour la plupart d’importants ports. 

La poursuite de l’urbanisation et le tropisme littoral a entraîné une augmentation de 2 milliards de la population vivant à proximité des littoraux en 20 ans.

La croissance et la concentration urbaine, en particulier sur le littoral, augmentent la dépendance des populations à un apport de ressources provenant d’un bassin de plus en plus grand. Ainsi, l’augmentation de la taille de villes, en particulier littorales, va de pair avec une croissance du trafic maritime.  

Au cœur de la réflexion de cet atelier se trouve la question d'un aménagement équilibré dans lequel les bassins maritimes inspirent les politiques publiques et les modes de vie.

Parmi les grandes questions adressées :  

 - La réappropriation des littoraux et leurs nécessaires évolutions. Ces évolutions (environnementales et d’aménagement) se sont accompagnées d’une révolution sociétale, autour de deux valeurs : habitabilité et hospitalité. Le littoral est un espace plus social, avec moins de ségrégation socio-spatiale (notamment dans les îles). Des sociétés citoyennes de portage immobilier se sont développées sur le modèle de l’habitat participatif, permettant de maîtriser le coût des logements et le coût de la vie en général, et une meilleure dynamique économique et sociale sur le littoral.  

 - La mer et les océans sont aussi des ressources de solutions innovantes. En 2040, si elle n’est pas encore unanime, il y a une prise de conscience grandissante sur l’importance de préserver l’environnement maritime, elle n’est plus seulement l’affaire des « maritimes » mais aussi des continentaux. La conscience et la connaissance de l’océan s’est considérablement améliorée ("ocean literacy") grâce à la médiation scientifique et culturelle. De nombreuses structures ont vu le jour en 20 ans et se sont renforcées : port centers, musées maritimes, aquariums pour permettre une meilleure éducation de tous, notamment les plus jeunes, à travers des classes de mer ou des activités nautiques de découverte du littoral ; d’ailleurs en 2040, tous les enfants de France ont au moins un séjour à la mer obligatoire.

- Une nouvelle citoyenneté de la mer émerge. En 2040, la mer et les océans sont devenus un bien commun de l’Humanité et ont désormais une gouvernance spécifique et protectrice. L’initiative est venue il y a 20 ans de l’échelon international, d’abord au sein de l’Organisation Maritime Internationale, puis par la création d’un Conseil International de la Mer et des Littoraux, qui réunit la sphère publique, la sphère privée et les ONG. Cela a permis de réaliser un schéma international de mise en valeur des mers dont la mise en œuvre est suivie par le Conseil International de la Mer, organisation onusienne. Ce schéma permet également de mettre en place une meilleure protection des ressources halieutiques. Toutes ces mesures collectivement adoptées au niveau international ont participé à faire de la mer et des océans, un bien commun de l’Humanité dont la gouvernance est partagée entre institutionnels et usagers de la mer.

Remerciements aux pilotes et auteurs de l'atelier : Benjamin Grebot, directeur de l'Agence d'urbanisme Brest-Bretagne (Adeupa) ; Marianne Malez, directrice de mission Ville durable, Europe et international, Fédération nationale des agences d'urbanisme (Fnau) ; Olivier Poncelet, chargé de la prospective, de la veille et des études, Finistère 360° ; Aurélien Biscaut, secrétaire général, Mission opérationnelle transfrontalière (MOT) ; Rafaele Viaggi, chargé d'études transfrontalières et projets urbains, MOT.

Avec la participation exceptionnelle d'André Talarmin, président de la communauté de communes du Pays d'Iroise.

Balades Sonores, une création Ecran Sonore  

Au micro, Alexandre Héraud  

Réalisation, Benoît Artaud

Création Originale Sonore Guillermo Federico Rodriguez

Share

Embed

You may also like

Description

L’humanité compte 9 milliards de personnes, dont 6 milliards sur la bande littorale ou à proximité. Les grandes villes mondiales sont pour la plupart d’importants ports. 

La poursuite de l’urbanisation et le tropisme littoral a entraîné une augmentation de 2 milliards de la population vivant à proximité des littoraux en 20 ans.

La croissance et la concentration urbaine, en particulier sur le littoral, augmentent la dépendance des populations à un apport de ressources provenant d’un bassin de plus en plus grand. Ainsi, l’augmentation de la taille de villes, en particulier littorales, va de pair avec une croissance du trafic maritime.  

Au cœur de la réflexion de cet atelier se trouve la question d'un aménagement équilibré dans lequel les bassins maritimes inspirent les politiques publiques et les modes de vie.

Parmi les grandes questions adressées :  

 - La réappropriation des littoraux et leurs nécessaires évolutions. Ces évolutions (environnementales et d’aménagement) se sont accompagnées d’une révolution sociétale, autour de deux valeurs : habitabilité et hospitalité. Le littoral est un espace plus social, avec moins de ségrégation socio-spatiale (notamment dans les îles). Des sociétés citoyennes de portage immobilier se sont développées sur le modèle de l’habitat participatif, permettant de maîtriser le coût des logements et le coût de la vie en général, et une meilleure dynamique économique et sociale sur le littoral.  

 - La mer et les océans sont aussi des ressources de solutions innovantes. En 2040, si elle n’est pas encore unanime, il y a une prise de conscience grandissante sur l’importance de préserver l’environnement maritime, elle n’est plus seulement l’affaire des « maritimes » mais aussi des continentaux. La conscience et la connaissance de l’océan s’est considérablement améliorée ("ocean literacy") grâce à la médiation scientifique et culturelle. De nombreuses structures ont vu le jour en 20 ans et se sont renforcées : port centers, musées maritimes, aquariums pour permettre une meilleure éducation de tous, notamment les plus jeunes, à travers des classes de mer ou des activités nautiques de découverte du littoral ; d’ailleurs en 2040, tous les enfants de France ont au moins un séjour à la mer obligatoire.

- Une nouvelle citoyenneté de la mer émerge. En 2040, la mer et les océans sont devenus un bien commun de l’Humanité et ont désormais une gouvernance spécifique et protectrice. L’initiative est venue il y a 20 ans de l’échelon international, d’abord au sein de l’Organisation Maritime Internationale, puis par la création d’un Conseil International de la Mer et des Littoraux, qui réunit la sphère publique, la sphère privée et les ONG. Cela a permis de réaliser un schéma international de mise en valeur des mers dont la mise en œuvre est suivie par le Conseil International de la Mer, organisation onusienne. Ce schéma permet également de mettre en place une meilleure protection des ressources halieutiques. Toutes ces mesures collectivement adoptées au niveau international ont participé à faire de la mer et des océans, un bien commun de l’Humanité dont la gouvernance est partagée entre institutionnels et usagers de la mer.

Remerciements aux pilotes et auteurs de l'atelier : Benjamin Grebot, directeur de l'Agence d'urbanisme Brest-Bretagne (Adeupa) ; Marianne Malez, directrice de mission Ville durable, Europe et international, Fédération nationale des agences d'urbanisme (Fnau) ; Olivier Poncelet, chargé de la prospective, de la veille et des études, Finistère 360° ; Aurélien Biscaut, secrétaire général, Mission opérationnelle transfrontalière (MOT) ; Rafaele Viaggi, chargé d'études transfrontalières et projets urbains, MOT.

Avec la participation exceptionnelle d'André Talarmin, président de la communauté de communes du Pays d'Iroise.

Balades Sonores, une création Ecran Sonore  

Au micro, Alexandre Héraud  

Réalisation, Benoît Artaud

Création Originale Sonore Guillermo Federico Rodriguez

Description

L’humanité compte 9 milliards de personnes, dont 6 milliards sur la bande littorale ou à proximité. Les grandes villes mondiales sont pour la plupart d’importants ports. 

La poursuite de l’urbanisation et le tropisme littoral a entraîné une augmentation de 2 milliards de la population vivant à proximité des littoraux en 20 ans.

La croissance et la concentration urbaine, en particulier sur le littoral, augmentent la dépendance des populations à un apport de ressources provenant d’un bassin de plus en plus grand. Ainsi, l’augmentation de la taille de villes, en particulier littorales, va de pair avec une croissance du trafic maritime.  

Au cœur de la réflexion de cet atelier se trouve la question d'un aménagement équilibré dans lequel les bassins maritimes inspirent les politiques publiques et les modes de vie.

Parmi les grandes questions adressées :  

 - La réappropriation des littoraux et leurs nécessaires évolutions. Ces évolutions (environnementales et d’aménagement) se sont accompagnées d’une révolution sociétale, autour de deux valeurs : habitabilité et hospitalité. Le littoral est un espace plus social, avec moins de ségrégation socio-spatiale (notamment dans les îles). Des sociétés citoyennes de portage immobilier se sont développées sur le modèle de l’habitat participatif, permettant de maîtriser le coût des logements et le coût de la vie en général, et une meilleure dynamique économique et sociale sur le littoral.  

 - La mer et les océans sont aussi des ressources de solutions innovantes. En 2040, si elle n’est pas encore unanime, il y a une prise de conscience grandissante sur l’importance de préserver l’environnement maritime, elle n’est plus seulement l’affaire des « maritimes » mais aussi des continentaux. La conscience et la connaissance de l’océan s’est considérablement améliorée ("ocean literacy") grâce à la médiation scientifique et culturelle. De nombreuses structures ont vu le jour en 20 ans et se sont renforcées : port centers, musées maritimes, aquariums pour permettre une meilleure éducation de tous, notamment les plus jeunes, à travers des classes de mer ou des activités nautiques de découverte du littoral ; d’ailleurs en 2040, tous les enfants de France ont au moins un séjour à la mer obligatoire.

- Une nouvelle citoyenneté de la mer émerge. En 2040, la mer et les océans sont devenus un bien commun de l’Humanité et ont désormais une gouvernance spécifique et protectrice. L’initiative est venue il y a 20 ans de l’échelon international, d’abord au sein de l’Organisation Maritime Internationale, puis par la création d’un Conseil International de la Mer et des Littoraux, qui réunit la sphère publique, la sphère privée et les ONG. Cela a permis de réaliser un schéma international de mise en valeur des mers dont la mise en œuvre est suivie par le Conseil International de la Mer, organisation onusienne. Ce schéma permet également de mettre en place une meilleure protection des ressources halieutiques. Toutes ces mesures collectivement adoptées au niveau international ont participé à faire de la mer et des océans, un bien commun de l’Humanité dont la gouvernance est partagée entre institutionnels et usagers de la mer.

Remerciements aux pilotes et auteurs de l'atelier : Benjamin Grebot, directeur de l'Agence d'urbanisme Brest-Bretagne (Adeupa) ; Marianne Malez, directrice de mission Ville durable, Europe et international, Fédération nationale des agences d'urbanisme (Fnau) ; Olivier Poncelet, chargé de la prospective, de la veille et des études, Finistère 360° ; Aurélien Biscaut, secrétaire général, Mission opérationnelle transfrontalière (MOT) ; Rafaele Viaggi, chargé d'études transfrontalières et projets urbains, MOT.

Avec la participation exceptionnelle d'André Talarmin, président de la communauté de communes du Pays d'Iroise.

Balades Sonores, une création Ecran Sonore  

Au micro, Alexandre Héraud  

Réalisation, Benoît Artaud

Création Originale Sonore Guillermo Federico Rodriguez

Share

Embed

You may also like