undefined cover
undefined cover
Bio Is The New  Black #7 - Marguerite Benony, design embarqué en laboratoires de biologie. cover
Bio Is The New  Black #7 - Marguerite Benony, design embarqué en laboratoires de biologie. cover
Bio Is The New Black

Bio Is The New Black #7 - Marguerite Benony, design embarqué en laboratoires de biologie.

Bio Is The New Black #7 - Marguerite Benony, design embarqué en laboratoires de biologie.

59min |24/06/2021|

117

Listen
undefined cover
undefined cover
Bio Is The New  Black #7 - Marguerite Benony, design embarqué en laboratoires de biologie. cover
Bio Is The New  Black #7 - Marguerite Benony, design embarqué en laboratoires de biologie. cover
Bio Is The New Black

Bio Is The New Black #7 - Marguerite Benony, design embarqué en laboratoires de biologie.

Bio Is The New Black #7 - Marguerite Benony, design embarqué en laboratoires de biologie.

59min |24/06/2021|

117

Listen

Description


Qu’est-ce qu’un laboratoire de biologie ? Un tout petit laboratoire sur papier peut-il être considéré comme un laboratoire ? Une communauté peut-elle « faire laboratoire » ? Marguerite Benony nous invite au cœur de ces questions entre design et ethnographie de sa thèse de doctorat.

Dans cette release de CPU :

  • Des objets non qualifiés
  • De jolies boîte de pétri
  • Une discipline à inventer
  • Un manuscrit de thèse soumis

Notre invité est Marguerite Benony, chercheuse et designeuse, nous allons discuter des pratiques de design dans les laboratoires de biologie.

L'équipe aujourd'hui : Elise Rigot et DaScritch


🔗Documentation 

Marguerite Benony 

Recherches à découvert #2, Marguerite Benony en conversation avec Julien Bobroff  

E. chromi: Living Colour from Bacteria 

Bio Is The New Black 5 part. 1  

James King, Dressing the Meat of Tomorrow, 2006 

Just One Giant Lab  

La Paillasse, laboratoire éco-citoyen 

 Sophie Houdart, La cour des miracles: ethnologie d’un laboratoire japonais, CNRS, 2008

Charlotte Brives, Des levures et des hommes : anthropologie des relations entre humains et non humains au sein d’un laboratoire de biologie 

Lorraine Daston et Peter Galison, Objectivité, Dijon, 2012

Textes d'Ett ore Sottsass 

Marguerite Benony et Nolwenn Maudet, « From Guests and Guides to Collaborators: Negotiating Roles in Design and Biology Collaborations », The Design Journal, vol. 23, no 4, 2020, p. 557‑574

Minima, proj et Bio Design Challenge, École Boulle & CRI, 2018

Broken Nature 

Design and the Elastic Mind 

En vie : aus frontières du design 

La Fabrique du vivant

🎼 Musiques :

  • Bon Entendeur vs Pierre Bachelet - Coup de tête, Album Aller-retour (2019) 3:52
  • El Búho, Mirando el Fuego Feat. Joaquin Cornejo & Minük, Album Camino de Flores (2018) 5:42
  • Simon And Garfunkel, The Sound of Silence, Wednesday Morning, 3 A.M. (1964) 3:05


〰️ Fonds musicaux :

  • Amon Tobin, One Shy Morning, Album Long Stories (2019)
  • Amon Tobin,On A Hilltop Sat The Moon, Album Fear in a Handful of Dust (2019)


📘 Lectures (choisies avec Marguerite Benony) :

  • « Scénographies du laboratoire » dans le chapitre « Un laboratoire au Japon, pas un laboratoire japonais », Sophie Houdart, La cour des miracles: ethnologie d’un laboratoire japonais, CNRS, 2008, pp. 58-63
  • « De la représentation à la présentation » dans le chapitre VII, Lorraine Daston et Peter Galison, Objectivité, Dijon, 2012, pp. 474-475

 

Paillasse du design : Dans « un laboratoire  » 🏷️

Au bord du promontoire, tu hisses ton corps. Tu esquisses un premier plongeon. 

Nous pouvons imaginer la scène : un.e design.er.euse arpentant les couloirs d’un laboratoire de biologie, dans une salle au fond, des paillasses alignées, pipettes, centrifugeuses, frigidaires, robinetterie, hottes, et solvants règnent en maître. Puis à gauche, quelques portes fermées, des chercheu.r.se.s derrière des grands écrans, plus loin une salle sombre, remplie de microscopes l’un est binoculaire, l’autre à balayage électronique, tandis que celui-là permet de voir des cellules dans un environnement contrôlé. Le carnet à la main, le designer ethnographe observe, note scrupuleusement chaque détail, chaque habitus de ce milieu de vie où sont étudiés les vivants.

Nous sommes avec Marguerite Benony,sur le point de terminer sa thèse, qui se situe à la croisée de l’ethnographie et du design, elle y étudie comment les outils, méthodes, et pratiques des designers peuvent s’insérer dans la vie de laboratoire.

Le petit jeu de description auquel je viens de me prêter est avant tout celui d’un étonnement du designer dans un environnement qui n’est pas le sien et j’aime à croire que cette altérité a des vertus très fécondes. J'aimerais que nous partagions ses recherches qu’elle mène sous la direction de Sophie Pène et Pascal Hersen.

Bienvenue dans Bio is the new Black.

Interview intro 🐙

Bio Is The New Black invite artistes, designers, philosophes, scientifiques et ingénieurs à explorer les multiples questions éthiques, critiques et de créations qui se posent avec les technologies de bio-fabrication.

Aujourd’hui, nous partageons une interview avec Marguerite Benony. Nous sommes au CRI, Centre de Recherche Interdisciplinaire de Paris. Merci de cet accueil chaleureux malgré la situation compliquée.

Première partie : Designeuse-ethnographe en contrée de biologistes

Tout d’abord peut-être déjà une question de positionnement, qu’est ce que ça apporte, change, fait importer, le fait d’être designeuse & ethnographe dans un laboratoire de biologie ?

Comment est-ce que tu t’y prends concrètement pour étudier ce terrain ?


Deuxième partie : A la recherche du « laboratoire  »

Troisième partie : Collaborations asymétriques & biologie comme matériau

Dans un article “From Guests and Guides to Collaborators: Negotiating Roles in Design and Biology Collaborations” que l’on peut traduire en français par « Négocier des rôles dans les collaborations en design et biologie : depuis les invités & les guides jusqu’aux collaborateurs » que tu as co-écrit avec Nolwenn Maudet et qui est paru en Mai 2020 dans la revue scientifique The Design Journal, vous revenez sur une forme d’asymétrie que vous avez observés dans les rôles et postures entre designer & biologistes. Ces collaborations vous les avez observé d’un côté à Paris et de l’autre à Tokyo, et ce qui revient le plus souvent c’est que les biologistes sont des guides pour les designers qui deviennent les invités pour un temps dans le laboratoire de biologie. Dans ce cadre, la relation est quelque un peu déséquilibrée / asymétrique, puisque les biologistes qui ont la connaissance de leur discipline et agissent comme des influenceurs voire des décideurs scientifiques des projets mis en place. Il y a un phénomène que vous explicitez à la fin de l’article, que je trouve particulièrement intéressant, qui est l’exclusion totale des biologistes à la fin du projet quand les designers sont en phase de production, dans le cadre précis ici, à savoir, d’une exposition qui a eut lieu à la fin des collaborations. Vous soulignez comment les designers s’emparent du processus tandis que les biologistes sont garants du contenu.

Je me demande à titre personnel à quel point l'autorité du sachant, du scientifique, au fond l’autorité que l’on prête aux sciences ne joue-t-elle pas un rôle important dans cette dynamique. Mais aussi en quoi l'âge et le sexe des participants jouent potentiellement un rôle dans la dynamique de prise de décision autour des projets ? Tu me confiais que cet article a été largement retravaillé pour les besoins de la revue. Qu'est-ce que vous aviez envie d'y mettre au départ ?

Fin

Nous remercions chaleureusement Marguerite Benony et le CRI-Paris.

Pour ce septième épisode de la série Bio is the new black, l'équipe est composée de :

Elise Rigot et DaScritch.

La release a été shippée avec les moyens techniques de CPU et de Bio is the new black. 

L'intégralité du programme, des extraits et nos sources sont disponibles sur le site cpu.pm

sur la page de l’émission cpu.pm/167 et sur la  plateforme Ausha, vous pouvez commenter et partager. Les chroniques et interviews sont en licence libre c'est donc là pour ça !

Prochaine release : Nous vous donnons rendez-vous à la rentrée et on vous souhaite un très bel été.

Si vous nous écoutez sur radio FMR le jeudi, il est midi, nous cédons l’antenne à Monique Blanquet.

La programmation musicale est de Elise Rigot.

Chapters

  • Paillasse du design : Dans un laboratoire

    01:13

  • Interview, première partie : Designeuse-ethnographe en contrée de biologistes

    02:34

  • ♪ Bon Entendeur vs Pierre Bachelet - Coup de tête

    13:44

  • Interview, deuxième partie : Collaborations asymétriques

    17:26

  • Feedback : Scénographies du laboratoire

    23:44

  • Interview, deuxième partie (suite)

    27:45

  • ♪ El Búho feat. Joaquin Cornejo & Minük - Mirando el fuego

    33:03

  • Interview, troisième partie : Rôle, design et science

    38:40

  • How to : Voir la biologie comme une discipline plus qu’un matériau

    53:30

  • Rendez-vous à la rentrée !

    58:56

Description


Qu’est-ce qu’un laboratoire de biologie ? Un tout petit laboratoire sur papier peut-il être considéré comme un laboratoire ? Une communauté peut-elle « faire laboratoire » ? Marguerite Benony nous invite au cœur de ces questions entre design et ethnographie de sa thèse de doctorat.

Dans cette release de CPU :

  • Des objets non qualifiés
  • De jolies boîte de pétri
  • Une discipline à inventer
  • Un manuscrit de thèse soumis

Notre invité est Marguerite Benony, chercheuse et designeuse, nous allons discuter des pratiques de design dans les laboratoires de biologie.

L'équipe aujourd'hui : Elise Rigot et DaScritch


🔗Documentation 

Marguerite Benony 

Recherches à découvert #2, Marguerite Benony en conversation avec Julien Bobroff  

E. chromi: Living Colour from Bacteria 

Bio Is The New Black 5 part. 1  

James King, Dressing the Meat of Tomorrow, 2006 

Just One Giant Lab  

La Paillasse, laboratoire éco-citoyen 

 Sophie Houdart, La cour des miracles: ethnologie d’un laboratoire japonais, CNRS, 2008

Charlotte Brives, Des levures et des hommes : anthropologie des relations entre humains et non humains au sein d’un laboratoire de biologie 

Lorraine Daston et Peter Galison, Objectivité, Dijon, 2012

Textes d'Ett ore Sottsass 

Marguerite Benony et Nolwenn Maudet, « From Guests and Guides to Collaborators: Negotiating Roles in Design and Biology Collaborations », The Design Journal, vol. 23, no 4, 2020, p. 557‑574

Minima, proj et Bio Design Challenge, École Boulle & CRI, 2018

Broken Nature 

Design and the Elastic Mind 

En vie : aus frontières du design 

La Fabrique du vivant

🎼 Musiques :

  • Bon Entendeur vs Pierre Bachelet - Coup de tête, Album Aller-retour (2019) 3:52
  • El Búho, Mirando el Fuego Feat. Joaquin Cornejo & Minük, Album Camino de Flores (2018) 5:42
  • Simon And Garfunkel, The Sound of Silence, Wednesday Morning, 3 A.M. (1964) 3:05


〰️ Fonds musicaux :

  • Amon Tobin, One Shy Morning, Album Long Stories (2019)
  • Amon Tobin,On A Hilltop Sat The Moon, Album Fear in a Handful of Dust (2019)


📘 Lectures (choisies avec Marguerite Benony) :

  • « Scénographies du laboratoire » dans le chapitre « Un laboratoire au Japon, pas un laboratoire japonais », Sophie Houdart, La cour des miracles: ethnologie d’un laboratoire japonais, CNRS, 2008, pp. 58-63
  • « De la représentation à la présentation » dans le chapitre VII, Lorraine Daston et Peter Galison, Objectivité, Dijon, 2012, pp. 474-475

 

Paillasse du design : Dans « un laboratoire  » 🏷️

Au bord du promontoire, tu hisses ton corps. Tu esquisses un premier plongeon. 

Nous pouvons imaginer la scène : un.e design.er.euse arpentant les couloirs d’un laboratoire de biologie, dans une salle au fond, des paillasses alignées, pipettes, centrifugeuses, frigidaires, robinetterie, hottes, et solvants règnent en maître. Puis à gauche, quelques portes fermées, des chercheu.r.se.s derrière des grands écrans, plus loin une salle sombre, remplie de microscopes l’un est binoculaire, l’autre à balayage électronique, tandis que celui-là permet de voir des cellules dans un environnement contrôlé. Le carnet à la main, le designer ethnographe observe, note scrupuleusement chaque détail, chaque habitus de ce milieu de vie où sont étudiés les vivants.

Nous sommes avec Marguerite Benony,sur le point de terminer sa thèse, qui se situe à la croisée de l’ethnographie et du design, elle y étudie comment les outils, méthodes, et pratiques des designers peuvent s’insérer dans la vie de laboratoire.

Le petit jeu de description auquel je viens de me prêter est avant tout celui d’un étonnement du designer dans un environnement qui n’est pas le sien et j’aime à croire que cette altérité a des vertus très fécondes. J'aimerais que nous partagions ses recherches qu’elle mène sous la direction de Sophie Pène et Pascal Hersen.

Bienvenue dans Bio is the new Black.

Interview intro 🐙

Bio Is The New Black invite artistes, designers, philosophes, scientifiques et ingénieurs à explorer les multiples questions éthiques, critiques et de créations qui se posent avec les technologies de bio-fabrication.

Aujourd’hui, nous partageons une interview avec Marguerite Benony. Nous sommes au CRI, Centre de Recherche Interdisciplinaire de Paris. Merci de cet accueil chaleureux malgré la situation compliquée.

Première partie : Designeuse-ethnographe en contrée de biologistes

Tout d’abord peut-être déjà une question de positionnement, qu’est ce que ça apporte, change, fait importer, le fait d’être designeuse & ethnographe dans un laboratoire de biologie ?

Comment est-ce que tu t’y prends concrètement pour étudier ce terrain ?


Deuxième partie : A la recherche du « laboratoire  »

Troisième partie : Collaborations asymétriques & biologie comme matériau

Dans un article “From Guests and Guides to Collaborators: Negotiating Roles in Design and Biology Collaborations” que l’on peut traduire en français par « Négocier des rôles dans les collaborations en design et biologie : depuis les invités & les guides jusqu’aux collaborateurs » que tu as co-écrit avec Nolwenn Maudet et qui est paru en Mai 2020 dans la revue scientifique The Design Journal, vous revenez sur une forme d’asymétrie que vous avez observés dans les rôles et postures entre designer & biologistes. Ces collaborations vous les avez observé d’un côté à Paris et de l’autre à Tokyo, et ce qui revient le plus souvent c’est que les biologistes sont des guides pour les designers qui deviennent les invités pour un temps dans le laboratoire de biologie. Dans ce cadre, la relation est quelque un peu déséquilibrée / asymétrique, puisque les biologistes qui ont la connaissance de leur discipline et agissent comme des influenceurs voire des décideurs scientifiques des projets mis en place. Il y a un phénomène que vous explicitez à la fin de l’article, que je trouve particulièrement intéressant, qui est l’exclusion totale des biologistes à la fin du projet quand les designers sont en phase de production, dans le cadre précis ici, à savoir, d’une exposition qui a eut lieu à la fin des collaborations. Vous soulignez comment les designers s’emparent du processus tandis que les biologistes sont garants du contenu.

Je me demande à titre personnel à quel point l'autorité du sachant, du scientifique, au fond l’autorité que l’on prête aux sciences ne joue-t-elle pas un rôle important dans cette dynamique. Mais aussi en quoi l'âge et le sexe des participants jouent potentiellement un rôle dans la dynamique de prise de décision autour des projets ? Tu me confiais que cet article a été largement retravaillé pour les besoins de la revue. Qu'est-ce que vous aviez envie d'y mettre au départ ?

Fin

Nous remercions chaleureusement Marguerite Benony et le CRI-Paris.

Pour ce septième épisode de la série Bio is the new black, l'équipe est composée de :

Elise Rigot et DaScritch.

La release a été shippée avec les moyens techniques de CPU et de Bio is the new black. 

L'intégralité du programme, des extraits et nos sources sont disponibles sur le site cpu.pm

sur la page de l’émission cpu.pm/167 et sur la  plateforme Ausha, vous pouvez commenter et partager. Les chroniques et interviews sont en licence libre c'est donc là pour ça !

Prochaine release : Nous vous donnons rendez-vous à la rentrée et on vous souhaite un très bel été.

Si vous nous écoutez sur radio FMR le jeudi, il est midi, nous cédons l’antenne à Monique Blanquet.

La programmation musicale est de Elise Rigot.

Chapters

  • Paillasse du design : Dans un laboratoire

    01:13

  • Interview, première partie : Designeuse-ethnographe en contrée de biologistes

    02:34

  • ♪ Bon Entendeur vs Pierre Bachelet - Coup de tête

    13:44

  • Interview, deuxième partie : Collaborations asymétriques

    17:26

  • Feedback : Scénographies du laboratoire

    23:44

  • Interview, deuxième partie (suite)

    27:45

  • ♪ El Búho feat. Joaquin Cornejo & Minük - Mirando el fuego

    33:03

  • Interview, troisième partie : Rôle, design et science

    38:40

  • How to : Voir la biologie comme une discipline plus qu’un matériau

    53:30

  • Rendez-vous à la rentrée !

    58:56

Share

Embed

You may also like

Description


Qu’est-ce qu’un laboratoire de biologie ? Un tout petit laboratoire sur papier peut-il être considéré comme un laboratoire ? Une communauté peut-elle « faire laboratoire » ? Marguerite Benony nous invite au cœur de ces questions entre design et ethnographie de sa thèse de doctorat.

Dans cette release de CPU :

  • Des objets non qualifiés
  • De jolies boîte de pétri
  • Une discipline à inventer
  • Un manuscrit de thèse soumis

Notre invité est Marguerite Benony, chercheuse et designeuse, nous allons discuter des pratiques de design dans les laboratoires de biologie.

L'équipe aujourd'hui : Elise Rigot et DaScritch


🔗Documentation 

Marguerite Benony 

Recherches à découvert #2, Marguerite Benony en conversation avec Julien Bobroff  

E. chromi: Living Colour from Bacteria 

Bio Is The New Black 5 part. 1  

James King, Dressing the Meat of Tomorrow, 2006 

Just One Giant Lab  

La Paillasse, laboratoire éco-citoyen 

 Sophie Houdart, La cour des miracles: ethnologie d’un laboratoire japonais, CNRS, 2008

Charlotte Brives, Des levures et des hommes : anthropologie des relations entre humains et non humains au sein d’un laboratoire de biologie 

Lorraine Daston et Peter Galison, Objectivité, Dijon, 2012

Textes d'Ett ore Sottsass 

Marguerite Benony et Nolwenn Maudet, « From Guests and Guides to Collaborators: Negotiating Roles in Design and Biology Collaborations », The Design Journal, vol. 23, no 4, 2020, p. 557‑574

Minima, proj et Bio Design Challenge, École Boulle & CRI, 2018

Broken Nature 

Design and the Elastic Mind 

En vie : aus frontières du design 

La Fabrique du vivant

🎼 Musiques :

  • Bon Entendeur vs Pierre Bachelet - Coup de tête, Album Aller-retour (2019) 3:52
  • El Búho, Mirando el Fuego Feat. Joaquin Cornejo & Minük, Album Camino de Flores (2018) 5:42
  • Simon And Garfunkel, The Sound of Silence, Wednesday Morning, 3 A.M. (1964) 3:05


〰️ Fonds musicaux :

  • Amon Tobin, One Shy Morning, Album Long Stories (2019)
  • Amon Tobin,On A Hilltop Sat The Moon, Album Fear in a Handful of Dust (2019)


📘 Lectures (choisies avec Marguerite Benony) :

  • « Scénographies du laboratoire » dans le chapitre « Un laboratoire au Japon, pas un laboratoire japonais », Sophie Houdart, La cour des miracles: ethnologie d’un laboratoire japonais, CNRS, 2008, pp. 58-63
  • « De la représentation à la présentation » dans le chapitre VII, Lorraine Daston et Peter Galison, Objectivité, Dijon, 2012, pp. 474-475

 

Paillasse du design : Dans « un laboratoire  » 🏷️

Au bord du promontoire, tu hisses ton corps. Tu esquisses un premier plongeon. 

Nous pouvons imaginer la scène : un.e design.er.euse arpentant les couloirs d’un laboratoire de biologie, dans une salle au fond, des paillasses alignées, pipettes, centrifugeuses, frigidaires, robinetterie, hottes, et solvants règnent en maître. Puis à gauche, quelques portes fermées, des chercheu.r.se.s derrière des grands écrans, plus loin une salle sombre, remplie de microscopes l’un est binoculaire, l’autre à balayage électronique, tandis que celui-là permet de voir des cellules dans un environnement contrôlé. Le carnet à la main, le designer ethnographe observe, note scrupuleusement chaque détail, chaque habitus de ce milieu de vie où sont étudiés les vivants.

Nous sommes avec Marguerite Benony,sur le point de terminer sa thèse, qui se situe à la croisée de l’ethnographie et du design, elle y étudie comment les outils, méthodes, et pratiques des designers peuvent s’insérer dans la vie de laboratoire.

Le petit jeu de description auquel je viens de me prêter est avant tout celui d’un étonnement du designer dans un environnement qui n’est pas le sien et j’aime à croire que cette altérité a des vertus très fécondes. J'aimerais que nous partagions ses recherches qu’elle mène sous la direction de Sophie Pène et Pascal Hersen.

Bienvenue dans Bio is the new Black.

Interview intro 🐙

Bio Is The New Black invite artistes, designers, philosophes, scientifiques et ingénieurs à explorer les multiples questions éthiques, critiques et de créations qui se posent avec les technologies de bio-fabrication.

Aujourd’hui, nous partageons une interview avec Marguerite Benony. Nous sommes au CRI, Centre de Recherche Interdisciplinaire de Paris. Merci de cet accueil chaleureux malgré la situation compliquée.

Première partie : Designeuse-ethnographe en contrée de biologistes

Tout d’abord peut-être déjà une question de positionnement, qu’est ce que ça apporte, change, fait importer, le fait d’être designeuse & ethnographe dans un laboratoire de biologie ?

Comment est-ce que tu t’y prends concrètement pour étudier ce terrain ?


Deuxième partie : A la recherche du « laboratoire  »

Troisième partie : Collaborations asymétriques & biologie comme matériau

Dans un article “From Guests and Guides to Collaborators: Negotiating Roles in Design and Biology Collaborations” que l’on peut traduire en français par « Négocier des rôles dans les collaborations en design et biologie : depuis les invités & les guides jusqu’aux collaborateurs » que tu as co-écrit avec Nolwenn Maudet et qui est paru en Mai 2020 dans la revue scientifique The Design Journal, vous revenez sur une forme d’asymétrie que vous avez observés dans les rôles et postures entre designer & biologistes. Ces collaborations vous les avez observé d’un côté à Paris et de l’autre à Tokyo, et ce qui revient le plus souvent c’est que les biologistes sont des guides pour les designers qui deviennent les invités pour un temps dans le laboratoire de biologie. Dans ce cadre, la relation est quelque un peu déséquilibrée / asymétrique, puisque les biologistes qui ont la connaissance de leur discipline et agissent comme des influenceurs voire des décideurs scientifiques des projets mis en place. Il y a un phénomène que vous explicitez à la fin de l’article, que je trouve particulièrement intéressant, qui est l’exclusion totale des biologistes à la fin du projet quand les designers sont en phase de production, dans le cadre précis ici, à savoir, d’une exposition qui a eut lieu à la fin des collaborations. Vous soulignez comment les designers s’emparent du processus tandis que les biologistes sont garants du contenu.

Je me demande à titre personnel à quel point l'autorité du sachant, du scientifique, au fond l’autorité que l’on prête aux sciences ne joue-t-elle pas un rôle important dans cette dynamique. Mais aussi en quoi l'âge et le sexe des participants jouent potentiellement un rôle dans la dynamique de prise de décision autour des projets ? Tu me confiais que cet article a été largement retravaillé pour les besoins de la revue. Qu'est-ce que vous aviez envie d'y mettre au départ ?

Fin

Nous remercions chaleureusement Marguerite Benony et le CRI-Paris.

Pour ce septième épisode de la série Bio is the new black, l'équipe est composée de :

Elise Rigot et DaScritch.

La release a été shippée avec les moyens techniques de CPU et de Bio is the new black. 

L'intégralité du programme, des extraits et nos sources sont disponibles sur le site cpu.pm

sur la page de l’émission cpu.pm/167 et sur la  plateforme Ausha, vous pouvez commenter et partager. Les chroniques et interviews sont en licence libre c'est donc là pour ça !

Prochaine release : Nous vous donnons rendez-vous à la rentrée et on vous souhaite un très bel été.

Si vous nous écoutez sur radio FMR le jeudi, il est midi, nous cédons l’antenne à Monique Blanquet.

La programmation musicale est de Elise Rigot.

Chapters

  • Paillasse du design : Dans un laboratoire

    01:13

  • Interview, première partie : Designeuse-ethnographe en contrée de biologistes

    02:34

  • ♪ Bon Entendeur vs Pierre Bachelet - Coup de tête

    13:44

  • Interview, deuxième partie : Collaborations asymétriques

    17:26

  • Feedback : Scénographies du laboratoire

    23:44

  • Interview, deuxième partie (suite)

    27:45

  • ♪ El Búho feat. Joaquin Cornejo & Minük - Mirando el fuego

    33:03

  • Interview, troisième partie : Rôle, design et science

    38:40

  • How to : Voir la biologie comme une discipline plus qu’un matériau

    53:30

  • Rendez-vous à la rentrée !

    58:56

Description


Qu’est-ce qu’un laboratoire de biologie ? Un tout petit laboratoire sur papier peut-il être considéré comme un laboratoire ? Une communauté peut-elle « faire laboratoire » ? Marguerite Benony nous invite au cœur de ces questions entre design et ethnographie de sa thèse de doctorat.

Dans cette release de CPU :

  • Des objets non qualifiés
  • De jolies boîte de pétri
  • Une discipline à inventer
  • Un manuscrit de thèse soumis

Notre invité est Marguerite Benony, chercheuse et designeuse, nous allons discuter des pratiques de design dans les laboratoires de biologie.

L'équipe aujourd'hui : Elise Rigot et DaScritch


🔗Documentation 

Marguerite Benony 

Recherches à découvert #2, Marguerite Benony en conversation avec Julien Bobroff  

E. chromi: Living Colour from Bacteria 

Bio Is The New Black 5 part. 1  

James King, Dressing the Meat of Tomorrow, 2006 

Just One Giant Lab  

La Paillasse, laboratoire éco-citoyen 

 Sophie Houdart, La cour des miracles: ethnologie d’un laboratoire japonais, CNRS, 2008

Charlotte Brives, Des levures et des hommes : anthropologie des relations entre humains et non humains au sein d’un laboratoire de biologie 

Lorraine Daston et Peter Galison, Objectivité, Dijon, 2012

Textes d'Ett ore Sottsass 

Marguerite Benony et Nolwenn Maudet, « From Guests and Guides to Collaborators: Negotiating Roles in Design and Biology Collaborations », The Design Journal, vol. 23, no 4, 2020, p. 557‑574

Minima, proj et Bio Design Challenge, École Boulle & CRI, 2018

Broken Nature 

Design and the Elastic Mind 

En vie : aus frontières du design 

La Fabrique du vivant

🎼 Musiques :

  • Bon Entendeur vs Pierre Bachelet - Coup de tête, Album Aller-retour (2019) 3:52
  • El Búho, Mirando el Fuego Feat. Joaquin Cornejo & Minük, Album Camino de Flores (2018) 5:42
  • Simon And Garfunkel, The Sound of Silence, Wednesday Morning, 3 A.M. (1964) 3:05


〰️ Fonds musicaux :

  • Amon Tobin, One Shy Morning, Album Long Stories (2019)
  • Amon Tobin,On A Hilltop Sat The Moon, Album Fear in a Handful of Dust (2019)


📘 Lectures (choisies avec Marguerite Benony) :

  • « Scénographies du laboratoire » dans le chapitre « Un laboratoire au Japon, pas un laboratoire japonais », Sophie Houdart, La cour des miracles: ethnologie d’un laboratoire japonais, CNRS, 2008, pp. 58-63
  • « De la représentation à la présentation » dans le chapitre VII, Lorraine Daston et Peter Galison, Objectivité, Dijon, 2012, pp. 474-475

 

Paillasse du design : Dans « un laboratoire  » 🏷️

Au bord du promontoire, tu hisses ton corps. Tu esquisses un premier plongeon. 

Nous pouvons imaginer la scène : un.e design.er.euse arpentant les couloirs d’un laboratoire de biologie, dans une salle au fond, des paillasses alignées, pipettes, centrifugeuses, frigidaires, robinetterie, hottes, et solvants règnent en maître. Puis à gauche, quelques portes fermées, des chercheu.r.se.s derrière des grands écrans, plus loin une salle sombre, remplie de microscopes l’un est binoculaire, l’autre à balayage électronique, tandis que celui-là permet de voir des cellules dans un environnement contrôlé. Le carnet à la main, le designer ethnographe observe, note scrupuleusement chaque détail, chaque habitus de ce milieu de vie où sont étudiés les vivants.

Nous sommes avec Marguerite Benony,sur le point de terminer sa thèse, qui se situe à la croisée de l’ethnographie et du design, elle y étudie comment les outils, méthodes, et pratiques des designers peuvent s’insérer dans la vie de laboratoire.

Le petit jeu de description auquel je viens de me prêter est avant tout celui d’un étonnement du designer dans un environnement qui n’est pas le sien et j’aime à croire que cette altérité a des vertus très fécondes. J'aimerais que nous partagions ses recherches qu’elle mène sous la direction de Sophie Pène et Pascal Hersen.

Bienvenue dans Bio is the new Black.

Interview intro 🐙

Bio Is The New Black invite artistes, designers, philosophes, scientifiques et ingénieurs à explorer les multiples questions éthiques, critiques et de créations qui se posent avec les technologies de bio-fabrication.

Aujourd’hui, nous partageons une interview avec Marguerite Benony. Nous sommes au CRI, Centre de Recherche Interdisciplinaire de Paris. Merci de cet accueil chaleureux malgré la situation compliquée.

Première partie : Designeuse-ethnographe en contrée de biologistes

Tout d’abord peut-être déjà une question de positionnement, qu’est ce que ça apporte, change, fait importer, le fait d’être designeuse & ethnographe dans un laboratoire de biologie ?

Comment est-ce que tu t’y prends concrètement pour étudier ce terrain ?


Deuxième partie : A la recherche du « laboratoire  »

Troisième partie : Collaborations asymétriques & biologie comme matériau

Dans un article “From Guests and Guides to Collaborators: Negotiating Roles in Design and Biology Collaborations” que l’on peut traduire en français par « Négocier des rôles dans les collaborations en design et biologie : depuis les invités & les guides jusqu’aux collaborateurs » que tu as co-écrit avec Nolwenn Maudet et qui est paru en Mai 2020 dans la revue scientifique The Design Journal, vous revenez sur une forme d’asymétrie que vous avez observés dans les rôles et postures entre designer & biologistes. Ces collaborations vous les avez observé d’un côté à Paris et de l’autre à Tokyo, et ce qui revient le plus souvent c’est que les biologistes sont des guides pour les designers qui deviennent les invités pour un temps dans le laboratoire de biologie. Dans ce cadre, la relation est quelque un peu déséquilibrée / asymétrique, puisque les biologistes qui ont la connaissance de leur discipline et agissent comme des influenceurs voire des décideurs scientifiques des projets mis en place. Il y a un phénomène que vous explicitez à la fin de l’article, que je trouve particulièrement intéressant, qui est l’exclusion totale des biologistes à la fin du projet quand les designers sont en phase de production, dans le cadre précis ici, à savoir, d’une exposition qui a eut lieu à la fin des collaborations. Vous soulignez comment les designers s’emparent du processus tandis que les biologistes sont garants du contenu.

Je me demande à titre personnel à quel point l'autorité du sachant, du scientifique, au fond l’autorité que l’on prête aux sciences ne joue-t-elle pas un rôle important dans cette dynamique. Mais aussi en quoi l'âge et le sexe des participants jouent potentiellement un rôle dans la dynamique de prise de décision autour des projets ? Tu me confiais que cet article a été largement retravaillé pour les besoins de la revue. Qu'est-ce que vous aviez envie d'y mettre au départ ?

Fin

Nous remercions chaleureusement Marguerite Benony et le CRI-Paris.

Pour ce septième épisode de la série Bio is the new black, l'équipe est composée de :

Elise Rigot et DaScritch.

La release a été shippée avec les moyens techniques de CPU et de Bio is the new black. 

L'intégralité du programme, des extraits et nos sources sont disponibles sur le site cpu.pm

sur la page de l’émission cpu.pm/167 et sur la  plateforme Ausha, vous pouvez commenter et partager. Les chroniques et interviews sont en licence libre c'est donc là pour ça !

Prochaine release : Nous vous donnons rendez-vous à la rentrée et on vous souhaite un très bel été.

Si vous nous écoutez sur radio FMR le jeudi, il est midi, nous cédons l’antenne à Monique Blanquet.

La programmation musicale est de Elise Rigot.

Chapters

  • Paillasse du design : Dans un laboratoire

    01:13

  • Interview, première partie : Designeuse-ethnographe en contrée de biologistes

    02:34

  • ♪ Bon Entendeur vs Pierre Bachelet - Coup de tête

    13:44

  • Interview, deuxième partie : Collaborations asymétriques

    17:26

  • Feedback : Scénographies du laboratoire

    23:44

  • Interview, deuxième partie (suite)

    27:45

  • ♪ El Búho feat. Joaquin Cornejo & Minük - Mirando el fuego

    33:03

  • Interview, troisième partie : Rôle, design et science

    38:40

  • How to : Voir la biologie comme une discipline plus qu’un matériau

    53:30

  • Rendez-vous à la rentrée !

    58:56

Share

Embed

You may also like