#3 Patrice Bailly Salins ou l’art du rebond cover
#3 Patrice Bailly Salins ou l’art du rebond cover
C'EST PRESQUE TOUT DANS LA TÊTE

#3 Patrice Bailly Salins ou l’art du rebond

#3 Patrice Bailly Salins ou l’art du rebond

56min |06/07/2021
Listen
#3 Patrice Bailly Salins ou l’art du rebond cover
#3 Patrice Bailly Salins ou l’art du rebond cover
C'EST PRESQUE TOUT DANS LA TÊTE

#3 Patrice Bailly Salins ou l’art du rebond

#3 Patrice Bailly Salins ou l’art du rebond

56min |06/07/2021
Listen

Description


D’une carrière souhaitée en ski alpin à haut niveau qui se refuse à lui. A une Coupe du Monde générale de biathlon. C’est, ce qu’a accompli Patrice de 1983 à 1994. Après avoir dit d’abord non à celui qui deviendra son mentor et qui le voulait en équipe de France. Le regretté David Moretti. 

Alors quel est son secret ? C’est simple … 10 000 cartouches par an ;)  et surtout beaucoup de travail ! 

--

Ainsi, c’est construit le chemin de vie de PBS. Patrice Bailly Salins. Le Jurassien qui a laissé une trace dans l’Histoire de son sport. Le gaillard de Morbier au caractère bien trempé qui, dès les cadets, glanait déjà quelques coupes … à vélo. Formé à la petite reine par un papa champion local.

--

Alors vous l’aurez compris, la voie n’était pas toute tracée et il a fallu rebondir après la désillusion de ne pas monter dans le même train que Franck Piccard ou Luc Alphand les champions de ski de descente.

--

Patrice Bailly Salins, ce n’est donc pas le premier Français à avoir marché sur la Lune * …

Mais c’est bien le premier Français à avoir gagné une coupe du monde générale de biathlon en 1994. Avant Raphaël Poirée et bien avant le grand champion Martin Fourcade … 

Bref, le gars qui a transformé l’ambition du charismatique directeur du biathlon cité plus haut en vrai succès sur une saison entière. Un exploit où chaque cartouche compte et où quand tu as la caisse, les tours de pénalité sont presque instantanément oubliés. Presque...

Car le moteur, Patrice l’avait. Avec une endurance développée gamin. La capacité à descendre vite aussi. Lui l’ancien Alpin. Mais tiré debout, avec la carabine 22 long rifle, ça il l’a appris tard à 19 ans. Probablement trop tard pour être aussi réputé que la gâchette Martin Fourcade...

--

Dans cet épisode, Patrice revient donc sur une carrière au long cours, émaillée de 3 participations aux Jeux Olympiques. Il raconte comment son cœur ralentit, juste avant le tir en lui laissant 30 secondes pour les 5 balles, avant de remonter irrémédiablement. Il précise que ce sont les centaines de séquences répétées l’été et l’automne qui le permettent. Il évoque la famille comme étoile polaire et revient sur la confiance en lui. “ La vraie “. Celle du quotidien. Il confirme que croire en soi est une bonne idée mais que cela ne veut pas dire “ rêver “...  

Bref, une belle rencontre avec celui qui aujourd’hui, été comme hiver, démocratise sa discipline, en initiant petits et grands au biathlon grâce au tir laser. Aux gentianes au pied de sa ferme Jurassienne. Ou au Glacier juste au-dessus de la maison. Avec la même passion et le même engagement. Chapeau bas et à l’hiver prochain Patrice.



Suivre Patrice :

A l’ESF de Morbier pour des cours

https://www.facebook.com/esfmorbier/

Pour revenir sur lui :

https://www.liberation.fr/sports/1995/02/14/les-dernieres-cartouches-du-tireur-de-fond_123453/

Son gîte à Morbier :




* C’est bien l’astronaute Jean-François Clervoy qui l’a fait ... 

Description


D’une carrière souhaitée en ski alpin à haut niveau qui se refuse à lui. A une Coupe du Monde générale de biathlon. C’est, ce qu’a accompli Patrice de 1983 à 1994. Après avoir dit d’abord non à celui qui deviendra son mentor et qui le voulait en équipe de France. Le regretté David Moretti. 

Alors quel est son secret ? C’est simple … 10 000 cartouches par an ;)  et surtout beaucoup de travail ! 

--

Ainsi, c’est construit le chemin de vie de PBS. Patrice Bailly Salins. Le Jurassien qui a laissé une trace dans l’Histoire de son sport. Le gaillard de Morbier au caractère bien trempé qui, dès les cadets, glanait déjà quelques coupes … à vélo. Formé à la petite reine par un papa champion local.

--

Alors vous l’aurez compris, la voie n’était pas toute tracée et il a fallu rebondir après la désillusion de ne pas monter dans le même train que Franck Piccard ou Luc Alphand les champions de ski de descente.

--

Patrice Bailly Salins, ce n’est donc pas le premier Français à avoir marché sur la Lune * …

Mais c’est bien le premier Français à avoir gagné une coupe du monde générale de biathlon en 1994. Avant Raphaël Poirée et bien avant le grand champion Martin Fourcade … 

Bref, le gars qui a transformé l’ambition du charismatique directeur du biathlon cité plus haut en vrai succès sur une saison entière. Un exploit où chaque cartouche compte et où quand tu as la caisse, les tours de pénalité sont presque instantanément oubliés. Presque...

Car le moteur, Patrice l’avait. Avec une endurance développée gamin. La capacité à descendre vite aussi. Lui l’ancien Alpin. Mais tiré debout, avec la carabine 22 long rifle, ça il l’a appris tard à 19 ans. Probablement trop tard pour être aussi réputé que la gâchette Martin Fourcade...

--

Dans cet épisode, Patrice revient donc sur une carrière au long cours, émaillée de 3 participations aux Jeux Olympiques. Il raconte comment son cœur ralentit, juste avant le tir en lui laissant 30 secondes pour les 5 balles, avant de remonter irrémédiablement. Il précise que ce sont les centaines de séquences répétées l’été et l’automne qui le permettent. Il évoque la famille comme étoile polaire et revient sur la confiance en lui. “ La vraie “. Celle du quotidien. Il confirme que croire en soi est une bonne idée mais que cela ne veut pas dire “ rêver “...  

Bref, une belle rencontre avec celui qui aujourd’hui, été comme hiver, démocratise sa discipline, en initiant petits et grands au biathlon grâce au tir laser. Aux gentianes au pied de sa ferme Jurassienne. Ou au Glacier juste au-dessus de la maison. Avec la même passion et le même engagement. Chapeau bas et à l’hiver prochain Patrice.



Suivre Patrice :

A l’ESF de Morbier pour des cours

https://www.facebook.com/esfmorbier/

Pour revenir sur lui :

https://www.liberation.fr/sports/1995/02/14/les-dernieres-cartouches-du-tireur-de-fond_123453/

Son gîte à Morbier :




* C’est bien l’astronaute Jean-François Clervoy qui l’a fait ... 

Share

Embed

You may also like

Description


D’une carrière souhaitée en ski alpin à haut niveau qui se refuse à lui. A une Coupe du Monde générale de biathlon. C’est, ce qu’a accompli Patrice de 1983 à 1994. Après avoir dit d’abord non à celui qui deviendra son mentor et qui le voulait en équipe de France. Le regretté David Moretti. 

Alors quel est son secret ? C’est simple … 10 000 cartouches par an ;)  et surtout beaucoup de travail ! 

--

Ainsi, c’est construit le chemin de vie de PBS. Patrice Bailly Salins. Le Jurassien qui a laissé une trace dans l’Histoire de son sport. Le gaillard de Morbier au caractère bien trempé qui, dès les cadets, glanait déjà quelques coupes … à vélo. Formé à la petite reine par un papa champion local.

--

Alors vous l’aurez compris, la voie n’était pas toute tracée et il a fallu rebondir après la désillusion de ne pas monter dans le même train que Franck Piccard ou Luc Alphand les champions de ski de descente.

--

Patrice Bailly Salins, ce n’est donc pas le premier Français à avoir marché sur la Lune * …

Mais c’est bien le premier Français à avoir gagné une coupe du monde générale de biathlon en 1994. Avant Raphaël Poirée et bien avant le grand champion Martin Fourcade … 

Bref, le gars qui a transformé l’ambition du charismatique directeur du biathlon cité plus haut en vrai succès sur une saison entière. Un exploit où chaque cartouche compte et où quand tu as la caisse, les tours de pénalité sont presque instantanément oubliés. Presque...

Car le moteur, Patrice l’avait. Avec une endurance développée gamin. La capacité à descendre vite aussi. Lui l’ancien Alpin. Mais tiré debout, avec la carabine 22 long rifle, ça il l’a appris tard à 19 ans. Probablement trop tard pour être aussi réputé que la gâchette Martin Fourcade...

--

Dans cet épisode, Patrice revient donc sur une carrière au long cours, émaillée de 3 participations aux Jeux Olympiques. Il raconte comment son cœur ralentit, juste avant le tir en lui laissant 30 secondes pour les 5 balles, avant de remonter irrémédiablement. Il précise que ce sont les centaines de séquences répétées l’été et l’automne qui le permettent. Il évoque la famille comme étoile polaire et revient sur la confiance en lui. “ La vraie “. Celle du quotidien. Il confirme que croire en soi est une bonne idée mais que cela ne veut pas dire “ rêver “...  

Bref, une belle rencontre avec celui qui aujourd’hui, été comme hiver, démocratise sa discipline, en initiant petits et grands au biathlon grâce au tir laser. Aux gentianes au pied de sa ferme Jurassienne. Ou au Glacier juste au-dessus de la maison. Avec la même passion et le même engagement. Chapeau bas et à l’hiver prochain Patrice.



Suivre Patrice :

A l’ESF de Morbier pour des cours

https://www.facebook.com/esfmorbier/

Pour revenir sur lui :

https://www.liberation.fr/sports/1995/02/14/les-dernieres-cartouches-du-tireur-de-fond_123453/

Son gîte à Morbier :




* C’est bien l’astronaute Jean-François Clervoy qui l’a fait ... 

Description


D’une carrière souhaitée en ski alpin à haut niveau qui se refuse à lui. A une Coupe du Monde générale de biathlon. C’est, ce qu’a accompli Patrice de 1983 à 1994. Après avoir dit d’abord non à celui qui deviendra son mentor et qui le voulait en équipe de France. Le regretté David Moretti. 

Alors quel est son secret ? C’est simple … 10 000 cartouches par an ;)  et surtout beaucoup de travail ! 

--

Ainsi, c’est construit le chemin de vie de PBS. Patrice Bailly Salins. Le Jurassien qui a laissé une trace dans l’Histoire de son sport. Le gaillard de Morbier au caractère bien trempé qui, dès les cadets, glanait déjà quelques coupes … à vélo. Formé à la petite reine par un papa champion local.

--

Alors vous l’aurez compris, la voie n’était pas toute tracée et il a fallu rebondir après la désillusion de ne pas monter dans le même train que Franck Piccard ou Luc Alphand les champions de ski de descente.

--

Patrice Bailly Salins, ce n’est donc pas le premier Français à avoir marché sur la Lune * …

Mais c’est bien le premier Français à avoir gagné une coupe du monde générale de biathlon en 1994. Avant Raphaël Poirée et bien avant le grand champion Martin Fourcade … 

Bref, le gars qui a transformé l’ambition du charismatique directeur du biathlon cité plus haut en vrai succès sur une saison entière. Un exploit où chaque cartouche compte et où quand tu as la caisse, les tours de pénalité sont presque instantanément oubliés. Presque...

Car le moteur, Patrice l’avait. Avec une endurance développée gamin. La capacité à descendre vite aussi. Lui l’ancien Alpin. Mais tiré debout, avec la carabine 22 long rifle, ça il l’a appris tard à 19 ans. Probablement trop tard pour être aussi réputé que la gâchette Martin Fourcade...

--

Dans cet épisode, Patrice revient donc sur une carrière au long cours, émaillée de 3 participations aux Jeux Olympiques. Il raconte comment son cœur ralentit, juste avant le tir en lui laissant 30 secondes pour les 5 balles, avant de remonter irrémédiablement. Il précise que ce sont les centaines de séquences répétées l’été et l’automne qui le permettent. Il évoque la famille comme étoile polaire et revient sur la confiance en lui. “ La vraie “. Celle du quotidien. Il confirme que croire en soi est une bonne idée mais que cela ne veut pas dire “ rêver “...  

Bref, une belle rencontre avec celui qui aujourd’hui, été comme hiver, démocratise sa discipline, en initiant petits et grands au biathlon grâce au tir laser. Aux gentianes au pied de sa ferme Jurassienne. Ou au Glacier juste au-dessus de la maison. Avec la même passion et le même engagement. Chapeau bas et à l’hiver prochain Patrice.



Suivre Patrice :

A l’ESF de Morbier pour des cours

https://www.facebook.com/esfmorbier/

Pour revenir sur lui :

https://www.liberation.fr/sports/1995/02/14/les-dernieres-cartouches-du-tireur-de-fond_123453/

Son gîte à Morbier :




* C’est bien l’astronaute Jean-François Clervoy qui l’a fait ... 

Share

Embed

You may also like