[Sciences et éthique #1] Innover, pour le meilleur ? cover
[Sciences et éthique #1] Innover, pour le meilleur ? cover
Cogitons sciences

[Sciences et éthique #1] Innover, pour le meilleur ?

[Sciences et éthique #1] Innover, pour le meilleur ?

38min |01/02/2021
Listen
[Sciences et éthique #1] Innover, pour le meilleur ? cover
[Sciences et éthique #1] Innover, pour le meilleur ? cover
Cogitons sciences

[Sciences et éthique #1] Innover, pour le meilleur ?

[Sciences et éthique #1] Innover, pour le meilleur ?

38min |01/02/2021
Listen

Description

Qu’est-ce qu’une innovation ? Est-il souhaitable de toujours vouloir innover ? Et comment peut-on innover de manière responsable ?

Pascal Faure, directeur général de l’Institut National de la Propriété Industrielle (INPI), et Cédric Paternotte, maître de conférences en philosophie des sciences à Sorbonne Université, tâchent de répondre à ces questions dans le premier épisode de Cogitons Sciences. C'est le premier épisode de la mini-série sur l'éthique et les sciences qui s'étend sur trois épisodes.


Qu’est-ce qu’une innovation ? [1:20] – [15:09]

Selon les critères de l’INPI, une innovation doit être nouvelle, inventive et industrialisable. Ainsi l’innovation ne se réduit pas à la technologie mais existe dans de multiples domaines. On peut la diviser en deux catégories : les innovations de rupture et les innovations incrémentales [1:20]. En philosophie, il n’existe pas de consensus pour définir une innovation mais un des traits qui la caractérise est sa distinction avec l’invention [5:50].

Selon Pascal Faure, alors que progrès et innovation avaient toujours été liés, la mécanique s’est enrayée à la fin du XXe siècle lorsqu’on a constaté que les innovations pouvaient avoir des conséquences négatives (pollution, perte d’emploi, maladies etc.). S’est alors créé dans l’inconscient collectif une distanciation entre innovations et progrès. Lier à nouveau ces deux notions est selon lui un enjeu de notre siècle [9:58].

La régulation de l’innovation [15:20] - [30:29]

L’INPI n’est pas en charge de juger et d’évaluer les effets des technologies. En revanche, l’institut œuvre pour diffuser l’innovation et respecter un équilibre entre intérêt particulier de l’innovateur et intérêt collectif [15:10].

De son côté, la puissance publique a le rôle de protéger le consommateur et vérifier s’il n’y a pas de risques pour la société. Pascal Faure cite l’ASN, ANSM et la DGCCRF dont c’est la mission. Mais est-ce à l’Etat de contrôler l’innovation et l’éthique ? Selon Cédric Paternotte, la question est complexe car les innovations se succèdent vite et leurs conséquences sont difficilement prévisibles [18:18].

Une autre question se pose : doit-on laisser libre cours à l’innovation ou l’orienter vers des besoins ? Dans tous les cas, nos deux invités mettent l’accent sur l’importance de continuer à rechercher dans des domaines dont on ne voit pas l’utilité actuellement mais qui pourraient servir dans le futur. Enfin, Pascal Faure rappelle que la vraie responsabilité publique est de définir si on doit ou ne doit pas utiliser une innovation, par exemple les modifications génomiques [20:16].

Et si on s’arrêtait d’innover ? [30:30] – [35:10]

Pour Pascal Faure, l’innovation est un phénomène inhérent à la vie. Il ne faut pas le stopper, d’autant plus que l’humanité est confrontée à des défis nouveaux. En revanche, il est important d’innover de manière responsable et ainsi réconcilier innovation et progrès [30:30].

Selon Cédric, on ne peut tout simplement pas s’arrêter d’innover. Et même si l’intérêt général voudrait qu’on stoppe l’innovation, les Etats n’ont aucun intérêt à le faire. C’est pour cela que certains philosophes défendent l’idée que l’évolution de la technique est incontrôlable [33:26].


Références citées :

  • Joseph Schumpeter : économiste et professeur en science politique qui a théorisé la destruction créatrice dans l'innovation
  • Jacques Ellul : historien du droit, sociologue et théologien
  • Hans Jonas : historien et philosophe


Ressources pour aller plus loin :

  • Le principe responsabilité de Hans Jonas
  • La technique ou l’enjeu du siècle de Jacques Ellul
  • Film L'Homme au complet blanc réalisé par Alexander Mackendrick (1951)
  • Film Her réalisé par Spike Jonze (2013)
  • Film Minority Report de Spielberg (2002)
  • Site de l’INPI


Cogitons Sciences est un podcast produit et réalisé par Techniques de l'Ingénieur. Le générique a été réalisé par Pierre Ginon et le visuel du podcast a été créé par Camille Van Belle.

Description

Qu’est-ce qu’une innovation ? Est-il souhaitable de toujours vouloir innover ? Et comment peut-on innover de manière responsable ?

Pascal Faure, directeur général de l’Institut National de la Propriété Industrielle (INPI), et Cédric Paternotte, maître de conférences en philosophie des sciences à Sorbonne Université, tâchent de répondre à ces questions dans le premier épisode de Cogitons Sciences. C'est le premier épisode de la mini-série sur l'éthique et les sciences qui s'étend sur trois épisodes.


Qu’est-ce qu’une innovation ? [1:20] – [15:09]

Selon les critères de l’INPI, une innovation doit être nouvelle, inventive et industrialisable. Ainsi l’innovation ne se réduit pas à la technologie mais existe dans de multiples domaines. On peut la diviser en deux catégories : les innovations de rupture et les innovations incrémentales [1:20]. En philosophie, il n’existe pas de consensus pour définir une innovation mais un des traits qui la caractérise est sa distinction avec l’invention [5:50].

Selon Pascal Faure, alors que progrès et innovation avaient toujours été liés, la mécanique s’est enrayée à la fin du XXe siècle lorsqu’on a constaté que les innovations pouvaient avoir des conséquences négatives (pollution, perte d’emploi, maladies etc.). S’est alors créé dans l’inconscient collectif une distanciation entre innovations et progrès. Lier à nouveau ces deux notions est selon lui un enjeu de notre siècle [9:58].

La régulation de l’innovation [15:20] - [30:29]

L’INPI n’est pas en charge de juger et d’évaluer les effets des technologies. En revanche, l’institut œuvre pour diffuser l’innovation et respecter un équilibre entre intérêt particulier de l’innovateur et intérêt collectif [15:10].

De son côté, la puissance publique a le rôle de protéger le consommateur et vérifier s’il n’y a pas de risques pour la société. Pascal Faure cite l’ASN, ANSM et la DGCCRF dont c’est la mission. Mais est-ce à l’Etat de contrôler l’innovation et l’éthique ? Selon Cédric Paternotte, la question est complexe car les innovations se succèdent vite et leurs conséquences sont difficilement prévisibles [18:18].

Une autre question se pose : doit-on laisser libre cours à l’innovation ou l’orienter vers des besoins ? Dans tous les cas, nos deux invités mettent l’accent sur l’importance de continuer à rechercher dans des domaines dont on ne voit pas l’utilité actuellement mais qui pourraient servir dans le futur. Enfin, Pascal Faure rappelle que la vraie responsabilité publique est de définir si on doit ou ne doit pas utiliser une innovation, par exemple les modifications génomiques [20:16].

Et si on s’arrêtait d’innover ? [30:30] – [35:10]

Pour Pascal Faure, l’innovation est un phénomène inhérent à la vie. Il ne faut pas le stopper, d’autant plus que l’humanité est confrontée à des défis nouveaux. En revanche, il est important d’innover de manière responsable et ainsi réconcilier innovation et progrès [30:30].

Selon Cédric, on ne peut tout simplement pas s’arrêter d’innover. Et même si l’intérêt général voudrait qu’on stoppe l’innovation, les Etats n’ont aucun intérêt à le faire. C’est pour cela que certains philosophes défendent l’idée que l’évolution de la technique est incontrôlable [33:26].


Références citées :

  • Joseph Schumpeter : économiste et professeur en science politique qui a théorisé la destruction créatrice dans l'innovation
  • Jacques Ellul : historien du droit, sociologue et théologien
  • Hans Jonas : historien et philosophe


Ressources pour aller plus loin :

  • Le principe responsabilité de Hans Jonas
  • La technique ou l’enjeu du siècle de Jacques Ellul
  • Film L'Homme au complet blanc réalisé par Alexander Mackendrick (1951)
  • Film Her réalisé par Spike Jonze (2013)
  • Film Minority Report de Spielberg (2002)
  • Site de l’INPI


Cogitons Sciences est un podcast produit et réalisé par Techniques de l'Ingénieur. Le générique a été réalisé par Pierre Ginon et le visuel du podcast a été créé par Camille Van Belle.

Share

Embed

You may also like

Description

Qu’est-ce qu’une innovation ? Est-il souhaitable de toujours vouloir innover ? Et comment peut-on innover de manière responsable ?

Pascal Faure, directeur général de l’Institut National de la Propriété Industrielle (INPI), et Cédric Paternotte, maître de conférences en philosophie des sciences à Sorbonne Université, tâchent de répondre à ces questions dans le premier épisode de Cogitons Sciences. C'est le premier épisode de la mini-série sur l'éthique et les sciences qui s'étend sur trois épisodes.


Qu’est-ce qu’une innovation ? [1:20] – [15:09]

Selon les critères de l’INPI, une innovation doit être nouvelle, inventive et industrialisable. Ainsi l’innovation ne se réduit pas à la technologie mais existe dans de multiples domaines. On peut la diviser en deux catégories : les innovations de rupture et les innovations incrémentales [1:20]. En philosophie, il n’existe pas de consensus pour définir une innovation mais un des traits qui la caractérise est sa distinction avec l’invention [5:50].

Selon Pascal Faure, alors que progrès et innovation avaient toujours été liés, la mécanique s’est enrayée à la fin du XXe siècle lorsqu’on a constaté que les innovations pouvaient avoir des conséquences négatives (pollution, perte d’emploi, maladies etc.). S’est alors créé dans l’inconscient collectif une distanciation entre innovations et progrès. Lier à nouveau ces deux notions est selon lui un enjeu de notre siècle [9:58].

La régulation de l’innovation [15:20] - [30:29]

L’INPI n’est pas en charge de juger et d’évaluer les effets des technologies. En revanche, l’institut œuvre pour diffuser l’innovation et respecter un équilibre entre intérêt particulier de l’innovateur et intérêt collectif [15:10].

De son côté, la puissance publique a le rôle de protéger le consommateur et vérifier s’il n’y a pas de risques pour la société. Pascal Faure cite l’ASN, ANSM et la DGCCRF dont c’est la mission. Mais est-ce à l’Etat de contrôler l’innovation et l’éthique ? Selon Cédric Paternotte, la question est complexe car les innovations se succèdent vite et leurs conséquences sont difficilement prévisibles [18:18].

Une autre question se pose : doit-on laisser libre cours à l’innovation ou l’orienter vers des besoins ? Dans tous les cas, nos deux invités mettent l’accent sur l’importance de continuer à rechercher dans des domaines dont on ne voit pas l’utilité actuellement mais qui pourraient servir dans le futur. Enfin, Pascal Faure rappelle que la vraie responsabilité publique est de définir si on doit ou ne doit pas utiliser une innovation, par exemple les modifications génomiques [20:16].

Et si on s’arrêtait d’innover ? [30:30] – [35:10]

Pour Pascal Faure, l’innovation est un phénomène inhérent à la vie. Il ne faut pas le stopper, d’autant plus que l’humanité est confrontée à des défis nouveaux. En revanche, il est important d’innover de manière responsable et ainsi réconcilier innovation et progrès [30:30].

Selon Cédric, on ne peut tout simplement pas s’arrêter d’innover. Et même si l’intérêt général voudrait qu’on stoppe l’innovation, les Etats n’ont aucun intérêt à le faire. C’est pour cela que certains philosophes défendent l’idée que l’évolution de la technique est incontrôlable [33:26].


Références citées :

  • Joseph Schumpeter : économiste et professeur en science politique qui a théorisé la destruction créatrice dans l'innovation
  • Jacques Ellul : historien du droit, sociologue et théologien
  • Hans Jonas : historien et philosophe


Ressources pour aller plus loin :

  • Le principe responsabilité de Hans Jonas
  • La technique ou l’enjeu du siècle de Jacques Ellul
  • Film L'Homme au complet blanc réalisé par Alexander Mackendrick (1951)
  • Film Her réalisé par Spike Jonze (2013)
  • Film Minority Report de Spielberg (2002)
  • Site de l’INPI


Cogitons Sciences est un podcast produit et réalisé par Techniques de l'Ingénieur. Le générique a été réalisé par Pierre Ginon et le visuel du podcast a été créé par Camille Van Belle.

Description

Qu’est-ce qu’une innovation ? Est-il souhaitable de toujours vouloir innover ? Et comment peut-on innover de manière responsable ?

Pascal Faure, directeur général de l’Institut National de la Propriété Industrielle (INPI), et Cédric Paternotte, maître de conférences en philosophie des sciences à Sorbonne Université, tâchent de répondre à ces questions dans le premier épisode de Cogitons Sciences. C'est le premier épisode de la mini-série sur l'éthique et les sciences qui s'étend sur trois épisodes.


Qu’est-ce qu’une innovation ? [1:20] – [15:09]

Selon les critères de l’INPI, une innovation doit être nouvelle, inventive et industrialisable. Ainsi l’innovation ne se réduit pas à la technologie mais existe dans de multiples domaines. On peut la diviser en deux catégories : les innovations de rupture et les innovations incrémentales [1:20]. En philosophie, il n’existe pas de consensus pour définir une innovation mais un des traits qui la caractérise est sa distinction avec l’invention [5:50].

Selon Pascal Faure, alors que progrès et innovation avaient toujours été liés, la mécanique s’est enrayée à la fin du XXe siècle lorsqu’on a constaté que les innovations pouvaient avoir des conséquences négatives (pollution, perte d’emploi, maladies etc.). S’est alors créé dans l’inconscient collectif une distanciation entre innovations et progrès. Lier à nouveau ces deux notions est selon lui un enjeu de notre siècle [9:58].

La régulation de l’innovation [15:20] - [30:29]

L’INPI n’est pas en charge de juger et d’évaluer les effets des technologies. En revanche, l’institut œuvre pour diffuser l’innovation et respecter un équilibre entre intérêt particulier de l’innovateur et intérêt collectif [15:10].

De son côté, la puissance publique a le rôle de protéger le consommateur et vérifier s’il n’y a pas de risques pour la société. Pascal Faure cite l’ASN, ANSM et la DGCCRF dont c’est la mission. Mais est-ce à l’Etat de contrôler l’innovation et l’éthique ? Selon Cédric Paternotte, la question est complexe car les innovations se succèdent vite et leurs conséquences sont difficilement prévisibles [18:18].

Une autre question se pose : doit-on laisser libre cours à l’innovation ou l’orienter vers des besoins ? Dans tous les cas, nos deux invités mettent l’accent sur l’importance de continuer à rechercher dans des domaines dont on ne voit pas l’utilité actuellement mais qui pourraient servir dans le futur. Enfin, Pascal Faure rappelle que la vraie responsabilité publique est de définir si on doit ou ne doit pas utiliser une innovation, par exemple les modifications génomiques [20:16].

Et si on s’arrêtait d’innover ? [30:30] – [35:10]

Pour Pascal Faure, l’innovation est un phénomène inhérent à la vie. Il ne faut pas le stopper, d’autant plus que l’humanité est confrontée à des défis nouveaux. En revanche, il est important d’innover de manière responsable et ainsi réconcilier innovation et progrès [30:30].

Selon Cédric, on ne peut tout simplement pas s’arrêter d’innover. Et même si l’intérêt général voudrait qu’on stoppe l’innovation, les Etats n’ont aucun intérêt à le faire. C’est pour cela que certains philosophes défendent l’idée que l’évolution de la technique est incontrôlable [33:26].


Références citées :

  • Joseph Schumpeter : économiste et professeur en science politique qui a théorisé la destruction créatrice dans l'innovation
  • Jacques Ellul : historien du droit, sociologue et théologien
  • Hans Jonas : historien et philosophe


Ressources pour aller plus loin :

  • Le principe responsabilité de Hans Jonas
  • La technique ou l’enjeu du siècle de Jacques Ellul
  • Film L'Homme au complet blanc réalisé par Alexander Mackendrick (1951)
  • Film Her réalisé par Spike Jonze (2013)
  • Film Minority Report de Spielberg (2002)
  • Site de l’INPI


Cogitons Sciences est un podcast produit et réalisé par Techniques de l'Ingénieur. Le générique a été réalisé par Pierre Ginon et le visuel du podcast a été créé par Camille Van Belle.

Share

Embed

You may also like