undefined cover
undefined cover
#077 Mehdi MEKHNECHE -  Du judo au conseil en stratégie - s03e39 cover
#077 Mehdi MEKHNECHE -  Du judo au conseil en stratégie - s03e39 cover
(dans les) Vestiaires by A-player !

#077 Mehdi MEKHNECHE - Du judo au conseil en stratégie - s03e39

#077 Mehdi MEKHNECHE - Du judo au conseil en stratégie - s03e39

1h02 |27/03/2024|

38

Play
undefined cover
undefined cover
#077 Mehdi MEKHNECHE -  Du judo au conseil en stratégie - s03e39 cover
#077 Mehdi MEKHNECHE -  Du judo au conseil en stratégie - s03e39 cover
(dans les) Vestiaires by A-player !

#077 Mehdi MEKHNECHE - Du judo au conseil en stratégie - s03e39

#077 Mehdi MEKHNECHE - Du judo au conseil en stratégie - s03e39

1h02 |27/03/2024|

38

Play

Description

ūüĆüImaginez un sportif, dot√© d'une r√©silience √† toute √©preuve, dont chaque d√©fi lui offre l'occasion de briller encore plus fort.ūüĆą Cet homme, c'est Mehdi MEKHNECHE. Dans le grand jeux de son existence, il a suivi un parcours non pas sans emb√Ľches, mais richement pav√© d'apprentissages et de victoires personnelles.ūü•č


ūüŹÜAncien judoka de haut niveau, Mehdi n'a jamais √©t√© √©tranger aux d√©fis ou √† la comp√©tition. Il conna√ģt le go√Ľt de la sueur, de la pers√©v√©rance et, surtout, celui de la renaissance apr√®s chaque chute.ūüí™ √Ä l'√©coute de son histoire, on plonge dans les souvenirs d'une jeunesse rythm√©e par le Judo, o√Ļ le self-d√©fense c√®de peu √† peu la place √† une passion d√©vorante. ūüĆć


ūüďöDou√© d'une soif d'apprendre et de se prouver √† lui-m√™me, il quitte finalement le monde du sport, non sans emporter avec lui ses pr√©cieuses le√ßons, pour s'engager sur un tout autre tatami : celui du monde professionnel.ūüĆÄ


ūüĆüMais Mehdi ne se contente pas de combats physiques.


ūü§ĒIl est vrai que la question de Nicolas, entre anciens athl√®tes convertis dans la qu√™te d'autres victoires, promet d'allumer une nouvelle lueur de curiosit√©. Serait-elle la pi√®ce manquante permettant de dessiner plus pr√©cis√©ment le tableau de cette transition, du judogi au costume de consultant?ūüĒć


ūüéôÔłŹDans cet √©pisode du podcast, il n'est pas seulement question de se souvenir mais de partager. De partager cette flamme qui ne s'est jamais √©teinte en lui, celle qui √©claire aujourd'hui son chemin dans le vaste monde du conseil en strat√©gie, o√Ļ il se pr√©pare √† relever ses nouveaux d√©fis, √† Bruxelles, tout en restant ancr√© dans ses racines.ūüĆŅ


ūüéß√Čcoutez l'√©pisode sur toutes les plateformes de podcast et pour ne rien manquer des prochains √©pisodes, abonnez-vous !


#Podcast #DansLesVestiaires #Sport #Judo #Carrière #Transition #Détermination #Resilience #Inspiration #Motivation #LinkedIn #Ecriture #ConseilEnStratégie #VieProfessionnelle #SuccessStory #Ambition #Challenge #Succès


Dans cet épisode, vous pourrez découvrir (chapitres de l’épisode) :


  1. 00:03:38 - Début dans le Judo et Influence Maternelle

  2. 00:06:49 - Victoire Déterminante et Transition vers le Haut Niveau

  3. 00:10:05 - L'Impact des Blessures sur la Carrière Sportive

  4. 00:12:32 - La Psychologie du Sport et le Soutien Manquant

  5. 00:14:08 - Importance de la Préparation Mentale

  6. 00:16:33 - Les Difficultés Financières des Sportifs de Haut Niveau

  7. 00:19:43 - Le Parcours après le Judo : Transition Professionnelle

  8. 00:22:07 - Conseils pour les Jeunes Sportifs : √Čducation et Pr√©paration pour l'Avenir

  9. 00:24:29 - Le Haut Niveau dans le Sport et le Monde Professionnel

  10. 00:27:16 - Le Sport comme √Čl√©vateur Social

  11. 00:34:34 - Les Enseignements du Sport Applicables dans la Vie Professionnelle

  12. 00:39:26 - Les questions d'anciens invités du podcast

  13. 00:43:05 - L'Importance de Conna√ģtre et D√©passer ses Limites

  14. 00:44:02 - Encouragement √† √Čcouter sa Propre Voix et √† Ne Pas Abandonner


Pour suivre et soutenir notre invité : https://www.linkedin.com/in/mehdi-mekhneche / https://www.instagram.com/mekhnechito / https://www.strava.com/athletes/81580268


Gr√Ęce √† Autoscript.fr, on vous propose m√™me de revivre l‚Äô√©change que j‚Äôai pu avoir avec Mehdi. √áa se passe sur https://vestiaires.org !


Hébergé par Ausha. Visitez ausha.co/politique-de-confidentialite pour plus d'informations.

Transcription

  • Speaker #0

    Dis papa, pourquoi les sportifs quand ils ne sont pas sur le terrain ? Et bien croyez-moi, quand votre fils vous pose cette question, ça fait réfléchir. Surtout quand on sait que pas mal d'entre eux jonglent avec un ou plusieurs jobs pour pouvoir joindre les deux bouts. Et j'ai réalisé que beaucoup d'entre nous se posent la même question. C'est pour ça qu'il y a quelques années, j'ai décidé de lancer le podcast dans les vestiaires pour plonger dans ces doubles vies. Parce que derrière chaque athlète, il y a une histoire et parfois un autre métier. A peu près au même moment, j'ai rejoint Aplayer, un cabinet de recrutement spécialisé dans les recherches critiques. Alors moi, je suis recruteur tech et avec mon associé, on aide les entreprises à trouver les perles rares. Mais on accompagne aussi les entités qui veulent définir ou redéfinir une politique de recrutement. Et je peux vous dire que des sportifs de haut niveau, croisés au gré de nos chasses de candidats, on en a vu un sacré paquet. Et oui, parce que, encore une fois, vivre de son sport n'est pas si facile quand on n'est pas installé au plus haut des podiums depuis des années. Et encore, comme une marque vient à l'installer, il faut y rester et se réinventer sans cesse. Du coup, à travers les histoires inspirantes de mes invités, je vous propose de découvrir comment on peut répondre à nos enfants qui se demandent encore ce que font toutes... La journée, c'est sportif de haut niveau. Parce que oui, entre sport et entrepreneuriat, il y a beaucoup de points communs. Et avec les JO de Paris qui approchent, c'était le moment de redonner vie à ce podcast. Alors restez après l'épisode, je vous donne tous les détails sur notre invité et je vous invite à aller voir la page sur le site vestiaire.org pour pouvoir le soutenir dans ses projets. Allez, c'est parti pour un nouvel épisode ! Salut les sportifs, c'est Hermano et je suis très heureux de vous recevoir comme d'habitude pour un nouvel épisode du podcast Dans les Vestiaires. Aujourd'hui, on inaugure un petit peu ce format puisque je suis en face-à-face avec mon invité mais pas par caméra interposée. J'ai la chance d'être en face de Mehdi Meknesh. Salut Mehdi.

  • Speaker #1

    Salut Hermano, salut tout le monde.

  • Speaker #0

    Mehdi, √©coute, je suis tr√®s content de te voir, surtout qu'on parle beaucoup de toi en ce moment, que ce soit dans les podcasts avec d'anciens invit√©s et d'ailleurs tu auras une petite surprise √† la fin de l'√©pisode, mais aussi... avec Cyril Blanchard avec qui je suis la formation champion de ma vie on pourra revenir un petit peu l√† dessus on pourra revenir aussi sur le talk que tu as fait sur le c√īt√© tr√®s inspirant de ce talk mais avant tout ce que je te propose c'est ce que je propose √† tous mes invit√©s je te demande de te pr√©senter donc dis nous tout qui est Mehdi Meknesh alors

  • Speaker #1

    d√©j√† merci pour tes mots en amont √ßa me touche √ßa fait tr√®s plaisir de savoir que mes passages ou mes talks o√Ļ mon nom arrive √† √† inspirer, √† accompagner et √† aider certaines personnes. C'est d'ailleurs le but et l'id√©e. Sinon, pour ma part, comme tu l'as dit, Mehdi Meknej, j'ai 29 ans. Et je vis actuellement √† la fronti√®re du Luxembourg car je travaille, ou du moins je travaillais au Luxembourg depuis deux ans et demi. J'ai d√©cid√© de quitter mon job pour en rejoindre un autre, donc passer du conseiller en management au conseiller en strat√©gie, quelque chose que je cherchais depuis un moment. Donc l√† je rejoins Bruxelles, mais je continuerai √† vivre ici pour rester pr√®s aussi de ma compagne. Sinon, voil√†, ancien sportif de haut niveau, judoka, plus de 18 ans de judo, je pense, √† peu pr√®s. Plusieurs bons moments, presque 10 ans dans le haut niveau. Donc, des souvenirs, des bons, des moins bons. Plein d'amis, plein de... et surtout, une personnalit√© qui s'est cr√©√©e, qui s'est forg√©e. Au fur et √† mesure des ann√©es et des exp√©riences qui me permettent aujourd'hui d'√™tre qui je suis, c'est-√†-dire quelqu'un d'ambitieux mais qui reste, je pense, simple, parce que c'est important, parce que c'est l'humain qui prime avant tout. Donc, voil√†, rester abordable, accessible, transmettre. Je pense que si je devais d√©finir un mot qui me parle beaucoup, c'est vraiment transmettre. Parce qu'on s'enrichit beaucoup √† travers la transmission. Et donc oui, voil√† √† peu pr√®s dans les grandes lignes qui je suis.

  • Speaker #0

    On va rentrer un petit peu plus dans les détails, justement, dans les petites lignes de toi, de ton histoire, de ta carrière, de ta vie de sportif de haut niveau, mais pas que. On parle de sport. Comment est-ce que tu découvres le sport ?

  • Speaker #1

    Comment est-ce que je d√©couvre le sport ? D√©j√†, j'ai ma m√®re qui √©tait ancienne sportive de haut niveau quand elle √©tait en Alg√©rie. Mais comment je d√©couvre mon sport ? Parce qu'elle faisait de l'athl√©tisme. C'est parti. Parce que ma m√®re voulait que je fasse du sport. Et puis pour l'anecdote, j'ai grandi dans le 20e arrondissement de Paris, pr√®s de Belleville. Et c'est vrai que c'√©tait... On va dire que √ßa craignait un petit peu. En tout cas, il y avait quand m√™me dans mon √©cole pas mal d'opposition et de tensions. Et donc, j'√©tais amen√© √† me disputer tr√®s souvent. Sauf que moi, je n'√©tais pas du tout un gar√ßon combatif. J'√©tais plut√īt un fils √† maman. Je pense que je le suis toujours un petit peu, dans le sens o√Ļ je suis tr√®s attach√© √† ma m√®re et j'ai une relation tr√®s particuli√®re avec elle. Mais voil√†, je n'√©tais pas celui qui voulait absolument d√©coudre avec tout le monde. Je revenais souvent marqu√© et ma m√®re a dit c'est plus possible, c'est pas possible, il faut que tu puisses te d√©fendre. Et elle m'a fait faire du sport mais elle voulait pas que je fasse un sport en plein air ou en ext√©rieur. Et donc √ßa limite le champ du possible et on se retrouve √† aller dans le judo parce que pour elle c'√©tait du self-defense et que c'√©tait pas un sport de gros impacts. Elle a bien compris qu'avec le temps, ce n'√©tait pas forc√©ment vrai. Elle a d'ailleurs regrett√© tr√®s rapidement. Regretter, c'est un grand mot, mais en tout cas, elle s'est dit, mince, je pensais mettre mon fils dans un sport qui va permettre quand m√™me de pouvoir se d√©fendre, mais d'√™tre au chaud, etc. Et au final, je tombe dans ce sport qui, √† la base, ne me s√©duit pas du tout. que j'ai pas aim√©, que j'ai voulu arr√™ter parce que moi je voulais faire du foot mais mon entra√ģneur Julien Nabara s'il m'entend j'esp√®re bien on va lui envoyer le podcast comme √ßa il pourra faire ses commentaires exact √† d√©celer quelque chose un potentiel un niveau et en fait tr√®s rapidement il y a eu un moment Apr√®s pas mal de victoires, mais aussi quelques grosses d√©faites qui ont laiss√© des traces, je me suis dit non, je ne peux pas accepter ces d√©faites-l√†. C'est vrai que j'√©tais quelqu'un qui... Je ne suis pas mauvais joueur, mais je suis tr√®s mauvais perdant. Je d√©teste perdre. Et je pense que c'est une des bases aussi de pas mal de sportifs, c'est d√©tester perdre. Et du coup, je me suis dit non, je ne peux pas accepter ces d√©faites-l√†. Et en fait, je me suis entra√ģn√© tr√®s dur, chose que je ne faisais pas quand j'√©tais plus jeune. Et quand j'√©tais minime, j'arrive sur les championnats de Paris. Donc je fais troisi√®me apr√®s avoir perdu. En demi-finale et sur ma troisi√®me demi-finale cons√©cutive contre le m√™me gars. Et c'est √ßa en fait que je n'ai pas tol√©r√©, je me suis dit que ce n'√©tait pas possible. Je l'avais battu une premi√®re fois, je le bats une fois, il me bat deux fois. Le deuxi√®me combat, donc la premi√®re fois o√Ļ il me bat, il me bat en 12 secondes. Alors que moi je l'avais battu √† 3 secondes de la fin sur le premier combat. Et en demi-finale des championnats de Paris... Il me bat encore et l√† j'ai dit non √ßa c'est pas possible √ßa je peux pas le tol√©rer et donc je lui ai dit tu fais ce que tu veux de moi mais plus jamais je perds contre ce mec l√† c'est pas possible √ßa c'est ce que tu dis √† ton coach √ßa c'est ce que je lui dis √† lui donc j'√©tais minime je devais avoir 12-13 ans et je lui ai dit c'est impossible et c'est parti de l√† en fait et en fait ce qui est marrant peut-√™tre pour l'anecdote j'avais combattu au championnat de Paris En moins de 60 kg, √† l'√©poque, le championnat de Paris, c'√©tait celui en Ile-de-France qui √©tait consid√©r√© comme le moins dense en termes de niveau. Et donc, je fais trois en moins de 60. Et aux Iles-de-France, j'arrive avec 400 grammes de trop. Parce qu'√† l'√©poque, les r√©gimes, je ne connaissais pas. Et bon, je ne jugeais pas pertinent d'en faire. En tout cas, juste faire attention √† son poids. Sauf que je n'ai jamais √©t√© tr√®s bon pour √ßa. Je me suis am√©lior√© par la suite avec. Et je me retrouve √† faire deuxi√®me en moins de 66. alors que je faisais 60.3-60.34 donc je me retrouve surclass√© de cat√©gorie de poids et √† faire une meilleure place que celle que j'avais fait donc comme quoi l'entra√ģnement et le travail √ßa paye et √ßa a √©t√© un √©l√©ment d√©clencheur pour moi √† l'√©poque partir en sport et √©tudes c'√©tait C'√©tait presque un r√™ve inaccessible. C'√©tait r√©serv√© qu'aux meilleurs. Et avec cette m√©daille aux √éles-de-France...

  • Speaker #0

    Vice-champion d'Île-de-France, ça va, tu faisais quand même partie des meilleurs.

  • Speaker #1

    √Ä ce moment-l√†, oui. Mais √ßa, je devais √™tre en quatri√®me quand c'est arriv√©, donc au coll√®ge. Sauf que je me rappelle des ann√©es sixi√®me, cinqui√®me, etc. C'est pour √™tre tuto. C'est incroyable, mais sport et √©tudes c'est que le top du top des meilleurs, etc. Jusqu'en quatri√®me, avant que je fasse cette m√©daille, c'√©tait encore... Mais c'est vrai que √ßa a ouvert le champ des possibles d'avoir fait cette premi√®re m√©daille, de voir toutes ces personnes-l√† autour de soi, en fait, sur toutes les cat√©gories de poids des podiums partir en sport et √©tudes. J'ai dit, ben en fait, moi aussi. Et j'y suis pas parti directement, j'ai voulu terminer le coll√®ge dans lequel j'√©tais. C'√©tait un bon coll√®ge avec un bon niveau et surtout... Je me sentais pas pr√™t √† partir directement en fait. J'avais 13 ans, ma m√®re... un consoble je pense de partir directement et surtout mon entra√ģneur qui me dit fais encore une petite ann√©e au club √ßa va pas te faire de mal etc je ne sais pas ce qui serait pass√© si j'√©tais parti en sport √©tudes d√®s ma premi√®re ann√©e, peut-√™tre que j'aurais moins bien fait peut-√™tre que je me serais cram√© surtout qu'√† l'√©poque on pensait que le sport √©tudes c'√©tait la voie royale or le temps nous a montr√© surtout ces derni√®res ann√©es nous ont montr√© qu'il y a pas mal de personnes qui se sont sorties sans passer par l'√©paule Euh... Donc... Donc oui, j'y suis all√© et en fait de l√† √ßa a d√©roul√©. Premi√®re ann√©e qualifi√©e au championnat de France en KD, derri√®re premi√®re m√©daille de l'histoire au championnat de France de mon club. Premi√®re m√©daille aux √ģles de France de l'histoire de mon club, ensuite premi√®re m√©daille au championnat de France, ensuite d√©part en P√īle France, plusieurs m√©dailles au championnat de France par √©quipe. FSGT, universitaire, et ensuite d'autres r√™ves qui sont cr√©√©s. Ensuite une double nationalit√© qui a jou√©, parce que j'ai tent√© ma chance avec l'√©quipe nationale alg√©rienne pour les Jeux de Rio. Des blessures, des blessures, des blessures, des blessures. C'est un sport qui am√®ne beaucoup de blessures, je trouve. Voil√†, avis personnel, des blessures qui ont fait beaucoup de mal. mais qui au final rendent plus fort parce que la bonne vieille expression ce qui ne tue pas rend plus fort est vraie, mais il faut quand m√™me arriver √† capitaliser sur ces √©checs ou sur ces difficult√©s pour que √ßa rende plus fort. Parce que j'ai connu des gens aussi que √ßa n'a pas rendu plus fort et au contraire √ßa a vuln√©rabilis√©. Et √ßa je pense que c'est un probl√®me qu'on n'aborde pas assez dans le monde du sport. On commence √† l'aborder, je l'entends tr√®s souvent maintenant, et √ßa me rappelle un... Un superbe article d'un ami qui s'appelle Papdoudou Ndiaye, qui √©tait dans ma cat√©gorie de poids √† l'√©poque, on s'est tir√© quelques bastons ensemble, qui lui a eu un parcours superbe, il a fait m√©daille au championnat du monde junior, et qui lui parle beaucoup de ses difficult√©s, de la psychologie, du manque de soutien, et de l'impact des blessures du moral, du mental sur... sur le sportif, et donc l√†, je lui passe une petite d√©dicace s'il l'entend aussi. C'√©tait tr√®s... Enfin, son article et son post √©taient vraiment impactants et inspirants, et je l'ai soutenu √† 200% parce que, comme je l'ai dit au d√©but, c'est de l'humain avant tout. Et on a tendance √† l'oublier dans une √®re o√Ļ il y a beaucoup d'IA, etc. √áa reste de l'humain avant tout √† chaque fois. Donc voil√†, voil√† pour le loulou.

  • Speaker #0

    la petite histoire on pourra revenir un petit peu apr√®s sur l'apr√®s judo on va y rester mais avant tu parles l√† justement de ce c√īt√© humain, de ce c√īt√© blessure et l'impact que √ßa peut avoir sur le mental est-ce que toi √† l'√©poque parce qu'on l'a compris maintenant tu n'es plus sportif de haut niveau, tu t'es orient√© vers plut√īt un m√©tier de haut niveau mais dans le sport est-ce qu'√† l'√©poque tu √©tais accompagn√© par un staff et notamment un pr√©parateur mental ou est-ce que c'√©tait pas encore le moment de parler de tout √ßa ?

  • Speaker #1

    C'est vrai que la notion de pr√©parateur mental est arriv√©e un petit peu apr√®s, notamment sur mes derni√®res ann√©es en P√īle France, parce que j'avais quand m√™me remarqu√© que j'avais tendance, parfois, en fait, j'ai eu une p√©riode o√Ļ j'arrivais bien √† passer le bloc final, et j'ai eu quelques comp√©titions o√Ļ j'ai bloqu√© en demi √† chaque fois, et je sais que √ßa a laiss√© quelques traces. Et sur mes deux derni√®res ann√©es de P√īle France, Il y avait un pr√©parateur mental. En fait, il y avait l'entra√ģneur des P√īle Espoir. Nous, on √©tait en P√īle France √† Strasbourg. Le P√īle Espoir et le P√īle France s'entra√ģnaient au m√™me endroit. Et du coup, l'entra√ģneur des P√īle Espoir √©tait aussi pr√©parateur mental. Et donc du coup, on pouvait de temps en temps aller le voir. Et je pense qu'ils ont essay√© de mettre √ßa en place. Je ne sais pas ce que √ßa donnait par la suite, mais du coup, r√©guli√®rement, on √©tait accompagn√© par ce pr√©parateur-l√†. Et c'est vrai qu'√† l'√©poque, je pense qu'on avait tous un peu une vision biais√©e de ce que c'est que le pr√©parateur mental. On pensait qu'on allait √™tre accompagn√©. C'est un pr√©parateur mental, tu le vois parce que tu n'es pas pr√™t mentalement. Et √ßa, c'est, je pense, la plus grosse erreur que l'on puisse faire. C'est comme si je te disais tu g√®res tes comptes sans gestionnaire. Enfin, genre,

  • Speaker #0

    tu feras un budget quand tu n'auras plus de sous.

  • Speaker #1

    Voil√†, exactement. Alors que √ßa n'a pas de sens. Justement, c'est quand t'as de l'argent, c'est quand t'as du mental, que tu dois voir un pr√©parateur mental. C'est l√† tout le paradoxe, en fait, o√Ļ on se dit un pr√©parateur mental, c'est parce que tu n'es pas pr√™t, alors que justement, c'est parce que tu es pr√™t que tu vas voir un pr√©parateur mental. Si tu n'as rien dans la t√™te, tu ne vas pas voir un pr√©parateur mental.

  • Speaker #0

    C'est pour mieux r√©orienter tes forces et l√† en l'occurrence la pr√©paration mentale pour mieux r√©orienter tes forces et les mettre l√† o√Ļ √ßa va avoir un impact. On parle de la pr√©paration physique, on parle du coach, le pr√©parateur physique, le coach il est l√† pour mieux te pr√©parer, pour mieux orienter tes comp√©tences, tes capacit√©s. Tu disais ton premier coach a vu en toi quelque chose qui fait que tu avais les capacit√©s de devenir un grand judoka et il a appuy√© l√†-dessus, le pr√©parateur mental. On est un peu l√†-dessus mais √† ton √©poque. C'√©tait beaucoup plus biais√© et c'√©tait tu vas voir un pr√©parateur mental parce que tu vas pas bien.

  • Speaker #1

    On avait presque honte d'y aller quoi. On √©tait pas fiers d'aller voir. Pas pas fiers d'aller voir, l'avantage c'est que c'√©tait un... Je vais pas dire c'√©tait un ami. Mais presque, dans le sens o√Ļ il √©tait quand m√™me plut√īt jeune. Nous, on avait 18, 19, et lui devait en avoir 26, 27, donc pas un gros √©cart d'√Ęge. Et il √©tait tr√®s sympa. Donc il y avait une accessibilit√© qui permettait, qui facilitait l'approche. un pr√©parateur mental officiel, etc. Ou pareil, nutritionniste pour perdre le poids, etc. Mais pas du tout. Pas du tout. Et certains qui √©coutent ce podcast, qui √©taient en club avec moi ou en p√īle, me voyaient faire des r√©gimes. des r√©gimes sur mes deux derni√®res ann√©es je pense que mon coloc m'a vu faire des r√©gimes de 12 kilos en une semaine et demie et qui laisse des traces sur le corps dans le sens o√Ļ on fait des effets yo-yo o√Ļ on perd 12 on en reprend 15 en fait on se rend pas compte que quelques ann√©es dans le haut niveau mal g√©r√©es et encore j'ai de la chance parce qu'au final fin J'ai plut√īt bien g√©r√© ma sortie et ma transition, plut√īt. Mais je ne sais pas, en fait. Je ne sais pas si c'√©tait si bien g√©r√© que √ßa, en fait. Je ne sais pas. Mais en tout cas, j'ai r√©ussi √† le faire. Et on ne se rend pas compte, en fait, des s√©quelles que √ßa laisse physiquement sur le corps. L√†, j'ai les genoux. Enfin, je me suis fait infiltrer les deux genoux. Infiltration PRP en d√©cembre. Parce que tu te blesses plus simplement, plus facilement, ton corps est plus vuln√©rable. Donc encore une fois, il y a plein de paradoxes dans le sport, mais tu es cens√© √™tre une machine physiquement, et tu te rends compte que tu deviens vuln√©rable physiquement plus rapidement.

  • Speaker #0

    Moi, j'ai remarqué quelque chose avec tous les invités que j'ai pu avoir sur ce podcast et sur d'autres, c'est que vous gagnez énormément en maturité. Tu peux échanger avec des gamins de 20-25 ans. Tu as l'impression que certains ont déjà une bonne quarantaine d'années en termes de maturité, en termes d'expérience. Mais, et tu le dis, ça va aussi de pair avec une fatigue plus rapide, plus accrue au niveau du corps et aussi du mental. Et je suis bien content que maintenant, la préparation mentale... prennent un peu de l'essor et que ça rentre beaucoup plus dans les mentalités c'est le cas de le dire et que ça permette d'accompagner encore mieux les jeunes sportifs il y a une autre problématique et je pense que ça c'est même

  • Speaker #1

    si je pense que l'aspect pr√©paration mentale rentre en jeu c'est la probl√©matique des moyens aujourd'hui les sportifs de haut niveau n'ont pas les moyens c'est l'essence m√™me de ce podcast on va pouvoir revenir dessus mais vas-y je t'en prie mais euh... Parce qu'aujourd'hui, se faire accompagner, quel que soit le professionnel par qui tu te accompagnes, tu dois le payer. Dans le judo, on ne prend rien. J'ai l'impression, c'est peut-√™tre qu'une impression, mais j'ai l'impression qu'aujourd'hui √ßa va un peu mieux. On a un nouveau pr√©sident de la FED, St√©phane Nomiz, qui est l'ancien pr√©sident du Flamme 91, club dans lequel j'√©tais licenci√©. Mais il faut les payer. Et le probl√®me, c'est que quand tu vis avec √† peine 600, 700, 800 euros par mois, tu vas payer quoi avec √ßa, mis √† part ce que tu vas potentiellement manger ou pas manger, d'ailleurs ? C'est un vrai probl√®me, √ßa. On n'a pas ce luxe, en fait. On ne s'appelle pas Novak Djokovic ou Teddy Riner, d'ailleurs. M√™me si, voil√†, bien s√Ľr, il le m√©rite. On ne revient pas dessus. Mais ce n'est pas un sport o√Ļ l'argent... coule facilement, au contraire. Et donc, √ßa pose d'autres probl√©matiques quand on sait que plus de 70% des sportifs de haut niveau vivent en dessous du seuil de pauvret√©. D'exit, on est quand m√™me sur une ann√©e olympique. Donc, on savait d√©j√† √† l'√©poque que les Jeux Olympiques allaient arriver en 2024. le fait m√™me en fait de se dire que les sportifs de haut niveau fran√ßais vivent en dessous du seuil de pauvret√© derri√®re implique que tu dois faire des choix et c'est vrai que pr√©parateur mental nutritionniste etc tu dis √ßa √ßa vient apr√®s alors qu'en fait Non, √ßa ne vient pas apr√®s en fait, √ßa vient en amont.

  • Speaker #0

    √áa doit venir en amont, oui. Tu parles justement de cette ann√©e olympique, de la difficult√© que rencontrent les sportives et les sportifs de haut niveau pour financer leur carri√®re. √Ä ce micro, j'ai eu plusieurs sportives d'ailleurs qui se pr√©parent pour une qualification aux Jeux olympiques qui m'ont dit, cette ann√©e, √ßa va encore. En ann√©e olympique, on a pu trouver 2-3 sponsors qui nous permettent de voir jusque au JO. mais apr√®s les JO qu'est-ce qu'il en sera ? qu'est-ce qu'on fera ? est-ce qu'on sera oblig√© de l√Ęcher notre sport pour se mettre √† faire entre guillemets je mets bien des guillemets un vrai travail parce qu'on vit plus de sport toi maintenant que tu tu as entam√© ta transition que tu travailles que tu as une vie active ou tu tu ne vis plus de ton sport Quel conseil tu pourrais donner quelques ann√©es apr√®s justement √† des petits jeunes qui veulent se lancer l√†-dedans et qui se demandent comment je vais financer ma carri√®re de judoka professionnel, de karat√©ka professionnel, de tennisman professionnel ?

  • Speaker #1

    Backer vos arrières.

  • Speaker #0

    Faites un budget et voyez un préparateur mental.

  • Speaker #1

    Backer vos arri√®res dans le sens o√Ļ je me souviens quand j'√©tais au P√īle, je me souviens Il y a un ancien qui est venu et qui nous a expliqu√©, qui nous a dit Voil√†, vous √™tes sportif de haut niveau, c'est un gros avantage dans votre vie, mais il va falloir bosser et il va falloir baquer vos arri√®res. Je ne comprenais pas trop, je me suis dit Je m'en fous, je veux √™tre champion du monde, je veux √™tre champion olympique. Et en fait, tu te rends compte que d√©j√†, la route est longue, ce n'est pas que ton travail et tes efforts, il y a aussi un coup de chance, un coup de bol, mais √ßa fait partie du jeu. √áa fait r√©ellement partie du jeu. Il y a des concours de circonstances, il y a des blessures. Moi, j'avais pris le parti √† l'√©poque de tout concilier, donc de travailler, de faire mes √©tudes, de faire du sport, sauf qu'il y a un moment o√Ļ ton corps l√Ęche. Il y a un moment o√Ļ ton corps l√Ęche, ne tient plus, tu ne tiens plus les r√©gimes, tu te blesses de plus en plus, et en fait, tu craques. Ton corps craque, ton corps craque, et donc tu n'y arrives pas, mais malgr√© √ßa, J'√©tais bien content d'avoir fait mes √©tudes √† c√īt√©. Et quand je parle d'√©tudes, je parle d'√©tudes o√Ļ je n'ai pas l√©sign√© sur les moyens au niveau des √©tudes. Donc j'ai fait des bonnes √©tudes. Et √ßa, c'est peut-√™tre la tendance... Je me souviens, tu me fais penser √† quelque chose, je suis repass√© l'ann√©e derni√®re, il y a un an et demi, dans mon ancien p√īle, √† Strasbourg. Et je me souviens, comme si c'√©tait hier, d'avoir pos√© la question Mais parmi vous, qui pense √™tre champion olympique ? Sur 50 gamins, il y en a un qui a lev√© la main. Chez les autres, vous comptez faire quoi ? Vous savez ce que vous allez faire ? Et donc au final, il y en a un qui vient me voir apr√®s √ßa, un peu curieux, qui me dit bah ouais, en fait, t'as raison, ce que tu viens de me dire, √ßa a fait un petit d√©clic, je ne sais pas trop quoi faire, etc. Le mec, il √©tait en fili√®re S, il avait 16 de moyenne, il voulait aller en BTS. Alors je ne d√©nigre pas du tout les BTS, mais... Quand on a des capacit√©s de haut niveau,

  • Speaker #0

    que ce soit dans le sport ou dans les études,

  • Speaker #1

    surtout quand on a des capacit√©s de haut niveau et qu'on est sportif de haut niveau, donc on a baign√© dans cette mentalit√©, dans cette culture de l'√©litisme, du num√©ro 1, etc. On ne peut pas se contenter d'aller faire √ßa. On ne peut pas se contenter d'aller faire √ßa. C'est impossible. Mais le fait m√™me qu'ils ne sachent pas ce qu'il y a derri√®re la porte du baccalaur√©at, c'est un probl√®me. Et je le sais aussi, le monde du sport... ne pousse pas les athl√®tes √† aller chercher m√©decine, √† aller chercher... Voil√†, ils cherchent Staps, les trucs qui se concilient facilement avec le sport. Non, non, non, non, non. Il faut aller chercher le haut niveau. Au final, l√†, aujourd'hui, il est en BBA √† l'EM Lyon. Il a plus de chances d'assurer ses arri√®res. Il ne va peut-√™tre pas finir champion olympique, mais il va finir avec un bon job. Et je le dis parce que c'est important de le dire. Et certaines personnes comprendront ce que je vais dire parce que je sais qu'ils ont d√©j√† entam√© cette transition. Le haut niveau, √ßa existe aussi dans le monde professionnel. Je vous le dis, il y a des pr√©parations, il y a l'aspect mental qui rentre en jeu, il y a la t√©nacit√©, il y a l'abn√©gation. On peut faire des m√©tiers de tr√®s tr√®s haut niveau, avec des niveaux de pression que le commun du mortel ne peut pas assumer. Et √ßa, √ßa fait partie aussi du jeu. Et c'est vrai que tu parlais de maturit√©. L'avantage d'un sportif de haut niveau, c'est qu'il a fait une carri√®re avant une carri√®re. Donc, un sportif de haut niveau arrive √† ressentir, √† comprendre des ressentis de PDG, de CEO, de C-suite, comme on dit. Arrive √† ressentir, en fait, les phrases, les expressions, les... Les... les sentiments qu'ont exprim√©s des gens qui ont fait 25 ans d'exp√©rience, ils vont r√©ussir √† les ressentir. Pourquoi ? Parce qu'ils ont d√©j√† fait face √† la diversit√©, √† la comp√©tition, √† la d√©faite, √† l'√©chec, qui fait partie du processus de r√©ussite. Parce qu'on ne peut pas ressentir la douceur et le go√Ľt d'une victoire si on n'a pas go√Ľt√© celle de la d√©faite avant. En tout cas, on ne la savoure pas de la m√™me mani√®re. Et √ßa n'importe quel sportif qui va m'entendre l√† il le sait

  • Speaker #0

    le go√Ľt de la victoire apr√®s avoir connu les d√©faites c'est pas comparable c'est pas comparable tu peux pas toujours manger dans une cuill√®re en argent et apr√®s arriver dans une cuill√®re en aluminium et comprendre le bienfait que c'√©tait d'avoir mang√© dans une cuill√®re en argent et

  • Speaker #1

    retrouver ensuite la cuillère en argent tu te dis ah c'est bon ça ah ça c'était bon ça et donc n'importe quel sportif le reconnait on l'a tous ressenti après avoir reçu perdu cruellement sur un championnat de France l'année d'après d'aller le gagner aller chercher la médaille, la breloque quand on retrouve le podium on dit ah ah tu en parlais tout à l'heure,

  • Speaker #0

    ce qui a √©t√© le d√©clencheur chez toi √ßa a √©t√© au championnat de Paris premi√®re victoire o√Ļ tu gagnes √† 3 secondes de la fin du combat et ton adversaire qui apr√®s t'a lamin√© sur les deux prochaines rencontres lui Il a compris la saveur de cette victoire apr√®s sa d√©faite.

  • Speaker #1

    Les 12 secondes, √ßa y est. Th√©o Roussel, je dis son nom, je droppe son nom. D'ailleurs, il ne le sait pas. Je ne sais pas s'il le sait, mais c'est quand m√™me lui qui a d√©clench√© derri√®re le parcours que j'ai pu avoir. Mais ce qui est aussi fort, et je pense que je parlais des moyens dans le sport, le peu de moyens, mais on ne... Le sport est quand m√™me un √©l√©vateur social. Il faut le dire. Moi, j'ai grandi dans un milieu pr√©caire et le sport m'a permis de d√©couvrir de nouvelles horizons. Il m'a permis de me dire que j'avais les moyens de faire. Il m'a permis d'ignorer la vie des gens, l'opinion des gens. Et il m'a fait dire, si tu le veux, c'est possible. Et moi, ce que je voulais, et je pense aussi que... Il faut comprendre quels sont les drivers de chaque personne, quels sont les motivateurs de chaque personne. Parce que moi, ce qui m'importait le plus, c'√©tait sortir ma famille et ma maman des situations pr√©caires que l'on a pu conna√ģtre. Et c'√©tait √ßa mon vrai driver. Et au d√©but, en √©tant plus jeune, je pensais que c'√©tait en √©tant champion du monde et champion olympique que j'atteindrais cet objectif-l√†. Malheureusement, la r√©alit√© de mon sport fait que j'ai connu des champions olympiques durant mon parcours au niveau, j'ai connu des champions olympiques qui touchaient le ch√īmage et qui touchaient le RSA. Donc en fait, j'ai compris que ce n'est pas √† travers... Et je pense que c'est un indice... Quand on conna√ģt bien, quand on commence √† bien se conna√ģtre, et avec un peu de recul, √ßa va peut-√™tre d√©clencher quelque chose chez moi qui m'a dit, OK, en fait, il va falloir que tu trouves ce qui va te faire atteindre ton objectif, parce que l√†, ton objectif, tu ne vas pas y arriver si tu continues. Et je pense que raccrocher des √©tudes...

  • Speaker #0

    Les bonnes √©tudes, en parall√®le, m'ont permis de me rassurer un petit peu. Donc, √©l√©vateur social dans le sens o√Ļ on arrive √† conna√ģtre plus de gens, on arrive √† sortir des zones dans lesquelles on vit, rencontrer des gens de classes diff√©rentes, parce que quand t'es en p√īle, peu importe d'o√Ļ tu viens, ce qui importe c'est ton niveau, et on se rend compte que dans la vie, c'est pas toujours le cas, mais de le savoir... √ßa permet d'avancer.

  • Speaker #1

    Oui, quand tu es en p√īle, vous √™tes un petit peu tous sur le m√™me pied d'estal. L'objectif, c'est de monter sur la bo√ģte et, si possible, la premi√®re marche. Mais finalement, c'est un peu comme les vertus que pouvait avoir le service militaire. Quand on le faisait encore, on arrivait tous l√†, qu'on soit fils d'eux ou juste venir du caniveau. On se retrouvait tous l√†. On avait tous les m√™mes chances √† la sortie du service militaire. Et √ßa d√©clenchait certaines choses chez les gens. Toi ? justement tes origines et puis cette confrontation avec Th√©o Roussel que t'as battu une premi√®re fois apr√®s qu'il t'a lamin√© les deux fois d'apr√®s s'il entend le podcast il va dire mais putain mais c'est ce qui se passe toujours √©coute Th√©o si tu nous √©coutes contacte-moi √ßa me ferait plaisir d'avoir ta version des faits

  • Speaker #0

    Théo je te remercie mon fils

  • Speaker #1

    Toi, √ßa t'a permis de d√©bloquer quelque chose chez toi au niveau sportif ? Apr√®s, tu viens de nous le dire. Cette exp√©rience, notamment en P√īle France, √ßa t'a permis de d√©bloquer autre chose chez toi, de faire des √©tudes de haut niveau et apr√®s de te lancer dans une carri√®re professionnelle de haut niveau. Est-ce que quand tu t'es rendu compte justement que ce n'est pas avec le sport que tu atteindrais tes objectifs et notamment... de faire de l'argent, de sortir ta famille de la pr√©carit√©. Est-ce que c'est √ßa aussi qui t'a pouss√© √† te relancer dans tes √©tudes, mais surtout √† laisser le sport de c√īt√©, √† te reconvertir ou √† transitionner vers la vie active professionnelle ?

  • Speaker #0

    Il y a eu deux choses. Blessure, donc mettre fin √† des ambitions olympiques, qui a √©t√© tr√®s dur d'accepter, parce qu'on grandit avec √ßa. Parce que n'emp√™che que on r√©alise peut-√™tre apr√®s 15 ans que c'est pas le sport qui va mettre le pain dans ta bouche, en tout cas pas forc√©ment mais n'emp√™che que pendant 15 ans t'arrivais d'√™tre champion du monde ou champion olympique et Et il faut l'accepter que ce ne sera pas le cas. Donc au final, √ßa a √©t√© super dur, tr√®s dur de l'accepter. Mais en m√™me temps, il y avait une petite voix dans ta t√™te qui te dit, en tout cas qui doit te dire et qui au bout d'un moment finit par vraiment te le dire, il va falloir que tu te ressaisisses parce que l√†, √ßa ne s'arr√™te pas l√† en fait. C'√©tait qu'au d√©but du chemin en fait. Et donc... √† partir de l√†, t'essaies de comprendre comment je peux capitaliser sur tout ce que j'ai appris, parce que c'est pas perdu, au contraire. C'est gagn√©, en fait, c'est √† moi, c'est bon. Les titres que j'ai eus sont √† moi, les exp√©riences que j'ai eues, les rencontres que j'ai eues, tout √ßa, c'est √† moi, en fait, personne ne me les enl√®vera. Les m√©dailles que j'ai, on ne me les enl√®vera pas. Les d√©faites que j'ai eues, on ne me les enl√®vera pas non plus, malheureusement. Mais voil√†, on n'enl√®vera rien du tout. Donc tout ce que j'ai gel√©, comment je compose avec ? Et donc c'est vrai que... Donc... avoir compris que je n'atteindrais pas mon objectif final, le tout dernier, c'est-√†-dire √™tre bien financi√®rement, te pousse en fait √† prendre des choix. Et au final, ces choix-l√†, tu ne peux pas les regretter m√™me s'ils mettent fin √† des ambitions que tu avais ou que tu as toujours eues. parce que l'objectif n'est pas de r√©aliser tes ambitions, l'objectif c'est d'atteindre l'objectif en fait. C'est d'aller chercher ton titre √† toi. Et c'est pour √ßa d'ailleurs que la th√©matique champion de sa vie, pour moi, marchait et fonctionnait super bien, parce qu'√™tre champion c'est bien, mais √™tre champion d'une autre vie ou de quelque chose qui n'est pas la cons√©cration ultime pour toi, √ßa sert √† rien au final. C'est √™tre champion de sa vie qui compte. Et donc, le comprendre permet en fait de plus facilement mettre de c√īt√© des √©checs. Et √ßa, quand je me blesse en 2015, j'avais 21 ans. Qu'est-ce que tu sais de √ßa ? √Ä 21 ans, tu as du mal √† comprendre, tu as du mal √† concevoir ces choses-l√†. Tu te renfermes un peu sur toi-m√™me. C'est √ßa que je dis. √Ä 21 ans, 22 ans, quand tu passes √† travers ce genre d'√©preuves, derri√®re, il y a peu de choses qui arrivent √† te toucher. Et la plupart des gens que je commence √† c√ītoyer vraiment dans le monde professionnel rencontrent ces moments de difficult√©-l√† maintenant, donc la trentaine, √† 30 ans. Je ne les ai pas encore, mais ceux que je c√ītoie ont 30 ans. Mais voil√†, enfin, commencent √† conna√ģtre l'adversit√©, la difficult√©. Je sais que dans ce processus-l√† de compr√©hension de mon environnement, ma compagne m'aide beaucoup √† comprendre, parce qu'elle a fait un parcours plus classique. Et quand moi je ne comprends pas la m√©thodologie ou la fa√ßon de r√©fl√©chir de certaines personnes, elles me le traduisent en disant mais h√©, n'oublie pas que telle personne n'est pas s'faim Le parcours classique, ce n'est pas le parcours d'un sportif. Et on arrive dans un environnement √† tr√®s facilement d√©tecter ceux qui sortent un peu du lot, ceux qui ont eu des parcours atypiques, ceux qui ont des parcours particuliers, de ceux qui sont dans le moule. Voil√†, je suis aujourd'hui dans une ligne professionnelle o√Ļ la plupart des gens sont sortis de pr√©pa, HEC, voil√†, et donc eux ont connu... Leurs difficult√©s √† leur mani√®re, mais c'est quand m√™me un moule d√©j√† pr√©fait o√Ļ les gens passent de bloc √† bloc. Et moi, j'arrive de mani√®re disruptive comme √ßa, de nulle part. Exactement. Et donc, forc√©ment... Je ne vais pas reprendre ce qui ne tue pas en plus fort, mais je vais plut√īt dire ce qui, √† la base, peut √™tre une faiblesse, si tu arrives √† le dompter, √† le dominer, devient vraiment une force. Parce que mon parcours, que ce soit pr√©caire, que ce soit dans l'adversit√©, que ce soit parfois un peu plus long, que ce soit les blessures, etc., aujourd'hui, je capitalise dessus √† fond. Aujourd'hui, je capitalise dessus √† fond, c'est-√†-dire que quand on est proche d'une deadline et que tout le monde commence √† paniquer, non, il n'y a pas de panique √† avoir. Au pire des cas, on va mourir, personne ne va mourir ici. Au pire des cas, c'est perdu.

  • Speaker #1

    Et au pire, on décale un peu la deadline et puis voilà.

  • Speaker #0

    C'est √ßa, l√† o√Ļ c'est infaisable ou inenvisageable pour d'autres personnes. Alors je ne dis pas qu'il ne faut pas respecter ces deadlines, comme on m'entend. Mais ce que je veux dire, c'est plus, il faut voir qu'est-ce qui est important en fait. Et m√™me dans notre parcours professionnel, il y a des √©ch√©ances o√Ļ je me dis √ßa c'est important et sans pas le rater. Et en fait c'est tout l'art de ne pas c√©der √† la pression. √† la mauvaise pression, celle qui va plus nuire √† ton activit√©, √† ce que tu fais, plut√īt que celle qui va te galvaniser et te permettre de g√©n√©rer de l'adr√©naline en toi.

  • Speaker #1

    Et d'aller au bout d'un combat, au bout d'une compétition, ou comme tu dis, au bout d'une compétition professionnelle, parce que ce parcours du sportif de haut niveau, il existe aussi dans le monde professionnel.

  • Speaker #0

    C'est √ßa. Ah non, mais clairement, on le voit bien, je l'ai compris. Et je pense que c'est quand m√™me quelque chose qui m'a fait plaisir, parce que quand tu arr√™tes le sport de haut niveau, c'est dur. Parce qu'il faut le dire... Quand on a grandi dans un environnement sport de haut niveau, P√īle Espoir, P√īle France, les classes sp√©cialis√©es, etc., on est toujours un peu sp√©cial. On est toujours consid√©r√© diff√©remment. On a toujours des petits avantages, on a toujours des petits passe-droits, etc. Et du jour au lendemain, tu les as plus.

  • Speaker #1

    Tout s'arrête.

  • Speaker #0

    Tout s'arrête. Quand je dis tout s'arrête,

  • Speaker #1

    c'est... Tu perds ton titre de noblesse et tu redeviens citoyen.

  • Speaker #0

    Pa√Įen. Alors vraiment, pour le coup, tu redeviens personne, dans le sens o√Ļ... Les subventions s'arr√™tent, les revenus chutent, l'entourage dispara√ģt, les amis... Enfin, √ßa d√©pend lesquels. Il y en a qui... T'arr√™tes un sport, donc tu ne viens plus aussi souvent, donc forc√©ment, il y en a qui prennent moins de nouvelles de toi. Les entra√ģneurs, l'accompagnement psychologique, physique, etc. M√©decins, kin√©s, ost√©os... tout √ßa dispara√ģt. Mais du jour au lendemain. Donc, t'es moins entour√© en fait, tu te sens moins consid√©r√©. Et c'est peut-√™tre √ßa le mot. Consid√©r√©. Tu te sens moins consid√©r√©. Et √ßa, √ßa fait mal. Parce que tu penses √™tre consid√©r√© pour ce que tu es, alors qu'en fait, tu es consid√©r√© pour qui tu es, ce que tu repr√©sentes dans le syst√®me. Quand t'es sportif de haut niveau, tu repr√©sentes une chance de m√©daille. quelle qu'elle soit en fait. Et donc du coup, tu es consid√©r√© parce que tu vas permettre √† d'autres personnes, une f√©d√©ration, un entra√ģneur, un club, √† atteindre des fins. Mais quand tu n'es plus dans ce syst√®me-l√†, tu ne leur sers plus rien. Et c'est l√† en fait que tu te rends compte qu'il va falloir que tu te fasses toi. Parce qu'√† un moment... Et le savoir, c'est important, parce que m√™me si tu d√©cides de rentrer dans ce syst√®me-l√†, parce que le monde professionnel, c'est la m√™me chose, que tu sois ind√©pendant ou que tu sois salari√©, tu permets √† des collaborateurs ou √† des coll√®gues ou des sup√©rieurs d'atteindre des fins. Mais quand tu le sais, c'est diff√©rent, parce que tu peux dire non plus facilement.

  • Speaker #1

    je veux dire je t'emmerde je sais pas si je peux parler comme √ßa √©coute c'est ton podcast c'est Roulib tu fais ce que tu veux √ßa m'inspire une r√©flexion est-ce que du coup tu pourrais revenir un petit peu avec nous sur les apprentissages encore plus que t'ont apport√© le sport de niveau dans le monde professionnel et peut-√™tre inversement imaginons qu'on est dans un monde parall√®le un monde magnifique o√Ļ l√† maintenant tu vas commencer ton nouveau job dans quelques jours dans un nouveau pays et puis tu peux redevenir Mehdi Meknesh, le judoka de haut niveau et tu peux repartir en qu√™te d'un tournoi olympique qu'est-ce que tu penses que le monde professionnel je t'ai mis quelques √©toiles dans les yeux l√† qu'est-ce que tu penses que le monde professionnel t'a apport√© dans ton statut, dans ton histoire de sportif de haut niveau et du sportif de haut niveau ce que tu as apport√© dans ton monde professionnel alors je vais prendre tes questions par √©tapes si on √©tait dans un monde parall√®le

  • Speaker #0

    et que je pouvais aussi √† c√īt√© reprendre une activit√© √† haut niveau, je serais beaucoup plus apais√©. Parce que j'ai pu me montrer ce que j'√©tais capable de faire dans le monde professionnel, un monde qui lui me permet de manger.

  • Speaker #1

    Je reviens juste sur ce que tu as dit. Tu as dit j'ai pu me montrer c'est-à-dire pas montrer aux autres. C'est me montrer à moi ce que je suis capable de faire dans ce monde professionnel.

  • Speaker #0

    Me montrer à moi. Et une fois que je me suis montré à moi, je peux dire, bon, maintenant que je me le suis montré, je peux le montrer aux autres. Mais ce que je veux dire, c'est que, bah oui, parce qu'à un moment, c'est les autres gens qui te payent. Donc il faut montrer à un moment à quelqu'un. Mais ce que je veux dire, c'est que t'as des achievements, en fait. T'as accompli des choses. Et je pense que c'est important parce que c'est générateur de confiance. Parce que quand tu viens de nulle part, et qu'en plus tu vois que ce que tu fais depuis des années n'est pas ce qui va te faire manger, à un moment tu te dis, il va falloir que je le trouve le truc là. Il va falloir que je le trouve, il va falloir que je montre que j'ai le niveau. Et en plus de ça, un parcours sportif de haut niveau te fait prendre du retard en termes d'années. Et donc il y a un moment, tu dois 1. rattraper ce gap et 2. aller chercher ton objectif. Et je pense que si aujourd'hui je reprenais le sport, je le reprendrais plus sereinement. Pourquoi ? Parce que je me dis, OK, ça va être difficile financièrement, etc. Mais j'ai déjà ça sur mon CV, en fait, donc je peux revenir. quitte à perdre une petite année ou deux, je peux revenir. C'est différent, mais ça n'a pas du tout le même impact.

  • Speaker #1

    La même saveur, pour revenir sur ce que tu disais tout à l'heure. La victoire après la défaite, ça n'a pas la même saveur.

  • Speaker #0

    Tu viens plus apais√© l√†. Il y en a qui avaient besoin de... Chacun avait un objectif, on va dire, bien propre √† lui-m√™me. Chacun a un objectif bien propre √† lui-m√™me. Et moi, je sais que comme mon objectif √† moi, c'√©tait √™tre bien dans la vie, financi√®rement et du coup, pas que moi, mais aussi mon entourage. L'id√©e de ne pas faire vivre, par exemple, √† mes enfants ou √† ma famille ou √† ma femme les m√™mes situations que moi j'ai pu conna√ģtre plus jeune, le fait de savoir que ce n'est plus le cas, en fait, tu vois, d'autres c'√©tait des points diff√©rents, d'autres c'√©tait li√© √† des parents, li√© √†, on va dire, une l√©gatie,

  • Speaker #1

    un héritage.

  • Speaker #0

    Ouais c'est √ßa un h√©ritage en fait chacun avait son point en fait moi c'√©tait celui-l√† donc c'est vrai que je pense c'est pour √ßa que je veux pas rendre universel ce que je suis en train de dire dans le sens c'est pas applicable √† tout le monde mais dans mon cas √† moi bien propre √† moi oui c'est vrai que c'est plus apaisant en fait tu dis j'ai r√©ussi √† prouver √† me prouver √† moi et √† prouver au march√© que j'avais ma place √† ce niveau l√† en fait √ßa c'est fait et l√† tu te dis vas-y je peux je peux remettre les pieds dans le tas peut-√™tre un peu comme comme Nico qui a on en parlait tout √† l'heure il a fait une pause et maintenant il reprend le judo parce qu'il a r√©ussi √† int√©grer HEC montrer qu'il y √©tait capable et qu'il a montr√© au march√© entre guillemets √† la communaut√© qu'il √©tait capable d'avoir ce niveau l√† √† chacun son degr√©. Ce que j'aime beaucoup, c'est que les jeunes de maintenant, on va dire, prennent plus conscience des difficult√©s, de nos difficult√©s qu'on a pu avoir. Moi, je sais que il y a des jeunes que je consid√®re vraiment beaucoup, comme par exemple Sina, qui est judoka, qui a fait Brittany, qui a fait Strasbourg, qui a fait l'INSEP, qui... qui s'inspire en fait des anciens. Et je sais qu'on a une tr√®s belle relation, lui et moi, parce que quand il est sorti de Strasbourg, j'ai tenu √† l'accompagner, √† lui dire, √©coute, tu vois l√† tout √ßa ? Tu le fais pas. Fais pas ces erreurs-l√†. Quitte, fuis, fais ci, fais √ßa. Viens l√† d'abord, ensuite va l√†, va l√†. Parce que moi, j'aurais voulu qu'on me le dise. Moi, j'ai d√Ľ t√Ętonner et trouver tout seul. Et √ßa, c'est dur, parce que tu ne sais pas si tu vas dans le bon ou... En tout cas, tu vas dans ce qui te semble √™tre le mieux. Mais personne n'√©tait l√† pour me dire Ah non, mec, l√†, l'√©cole dans laquelle tu es, elle est nulle. Je ne sais pas, tu suis les pauvres classements que tu vois et √† un moment, tu te rends compte que Non, non, en fait, je pense pouvoir aller plus haut, je pense pouvoir chercher mieux, je pense pouvoir... d√©passer certaines limites que l'on m'a fix√©es, et tu reproduis un mod√®le, et c'est l√†, en fait. Je voulais parler de √ßa pour revenir sur ta question initiale qui √©tait quels sont les enseignements que tu tires du sport ? C'est √ßa, en fait. C'est beaucoup plus simple maintenant pour moi d'aller repousser mes limites qu'avant. Avant, t'avais un consensus autour de toi, que ce soit un corps m√©dical ou un corps parental ou d'adultes en fait, qui fixent les limites pour toi. Et t'es cens√© y croire parce qu'eux sont grands et toi t'es petit, donc par d√©faut tu penses qu'ils ont raison. alors que non, ils n'ont pas raison. Ils n'ont pas raison, et pour √™tre honn√™te, la plupart du temps, ils n'ont pas raison. Ma m√®re, que j'aime plus que tout, qui le sait tr√®s bien, avait beaucoup d'opinions et d'avis qui √©taient erron√©s, qui n'√©taient pas bonnes, en pensant bien faire pour moi, que je n'ai pas √©cout√©, qu'au final, ont √©t√© un salut pour moi. Petite anecdote, quand j'√©tais en seconde, Je suis pass√© en premi√®re S alors que moi je voulais faire une ES. Les professeurs ont d√©cid√© que je n'avais aucun avenir en ES et m'ont fait passer en S parce que j'avais tr√®s bonne note dans les mati√®res scientifiques. J'√©tais pas d'accord, parce que moi, c'est pas ce que je voulais faire. Ma m√®re r√™vait que d'une chose, c'est que je sois m√©decin, donc S, c'est ce qu'il faut faire. Et donc, les professeurs m'ont r√©orient√© en S, et pour faire appel, il faut l'accord des parents. Et donc, il y a eu une sorte de petit complot derri√®re mon dos, qui a fait que je me suis retrouv√© en premi√®re S, alors que moi, je voulais faire ES. R√©sultat, qu'est-ce qui s'est pass√© ? je termine ma premi√®re S, je peux passer dans la classe suivante, et moi je dis c'est simple, c'est soit je passe en premi√®re S, soit j'arr√™te l'√©cole. Et donc au final j'ai perdu un an gratuitement, alors que moi c'est pas ce que je voulais faire, regarde aujourd'hui. J'ai eu mon bac avec mention bien, 15-6, je me suis r√©gal√©, j'ai tout d√©chir√©, derri√®re j'ai fait une √©cole, puis une deuxi√®me, puis une troisi√®me, tu vois. Et aujourd'hui, je rentre dans le conseil en strat, enfin,

  • Speaker #1

    fallait m'écouter dès le début en fait ça aurait été plus simple t'aurais gagné un an mais comme tu le disais c'est peut-être comme le sport études tu disais que t'avais pas voulu faire la première année de sport études au collège et on sait pas ce que ça aurait donné est-ce que tu serais blessé avant est-ce que t'aurais progressé plus vite on saura jamais, on peut pas refaire l'histoire et là cette année que t'as fait en plus tu voulais pas la faire, mais peut-être qu'elle t'a permis aussi de gagner un an en maturité, peut-être qu'elle a aussi assis le socle des compétences qu'on acquiert en première, que ce soit en AS ou en ES, et qui t'a permis après de t'exprimer, d'exprimer ton plein potentiel en ES, et peut-être aussi te consacrer un peu plus au judo cette année-là, puisque t'avais déjà vu le programme de première. Je me fais l'avocat du diable !

  • Speaker #0

    C'est vrai, c'est compl√®tement vrai, d'ailleurs c'est l'ann√©e o√Ļ j'ai le plus perform√©, l'ann√©e o√Ļ je suis pass√© en premi√®re ES, mais il y a eu un aspect psychologique qui √©tait long, j'ai pass√© 5 ans en lyc√©en. 5 ans au lyc√©e c'est long je peux te dire que c'est long parce que normalement c'est 3 ans quand t'arrives √† ta 3√®me ann√©e que tu dis je suis √† la moiti√© j'ai cru ne jamais sortir du lyc√©e pasteur √ßa j'ai cru ne jamais en sortir mais ce qui est vrai c'est que √ßa m'a permis surtout de savoir ce que je ne veux pas et c'est hyper important de savoir ce que tu ne veux pas tout comme c'est hyper important de savoir ce que tu ne peux pas c'est hyper important savoir ce que tu ne peux pas faire, conna√ģtre tes limites Parce qu'il faut conna√ģtre ses limites pour aller les repousser. Si tu penses, si tu te persuades que tu es capable de le faire, alors qu'en fait non... tu vas aller chercher des limites encore plus haut, tu vas te cramer et tu vas tomber. Donc, savoir ce que tu ne veux pas, c'est aussi important que savoir ce que tu ne peux pas faire. Je ne peux pas √™tre danseur √©toile. Je ne peux pas et je ne veux pas. C'est bien, c'est align√©. C'est align√©, tu vois. Mais voil√†, √ßa m'a permis d'asseoir ce socle-l√†. Mais n'emp√™che que le r√©sultat, et je pense que c'est l'enseignement le plus important que j'ai tir√© moi durant toute ma vie, c'√©tait... Les gens pensent avoir raison sur toi, mais en fait, il n'y a que toi qui sais ce que tu es capable de faire. Et √ßa, j'en parlais dans mon talk. Il n'y a que toi qui sais ce qu'il y a √† l'int√©rieur de toi. Que toi qui es capable de dire Ok, √ßa je peux, √ßa je peux pas Les gens, aussi proches qu'ils puissent √™tre, ne peuvent pas savoir ce que tu as en toi comme ressources, comme r√©serve. Tu peux les surprendre, mais toi, tu ne te surprendras pas. C'est-√†-dire que moi, quand j'ai ce que j'ai, je ne suis pas surpris. Je peux √™tre content, mais c'est pas pareil que d'√™tre surpris. Je suis pas surpris, parce que je le savais, je m'√©tais fix√© cet objectif-l√†. Les autres, oh, mais c'est incroyable, mais c'est incroyable, pourquoi c'est incroyable ? Parce qu'ils pensaient que j'arriverais pas. Donc si tu te mets √† les √©couter, un, si t'y arrives pas,

  • Speaker #1

    tu vas leur donner raison,

  • Speaker #0

    tu vas leur donner raison, et en plus de √ßa, si tu n'y arrives pas, tu ne peux pas leur en vouloir. Tu vois ? Moi, quand je r√©ussis quelque chose o√Ļ les gens me disaient Ah, tu n'√©tais pas capable je ne peux pas dire T'as vu ? T'as vu ? Je n'y arriverai pas. Je m'en fous. Ils m'en fous, ils l'ont compris. Je n'ai pas besoin de leur dire. Ils l'ont compris, ils le voient. Mais √ßa te fait surtout comprendre quelque chose. Et moi, je l'ai compris tr√®s jeune, parce que c'est arriv√© tr√®s jeune. J'√©coute plus que ces gens, en fait. Je m'en fous. Et je vais m√™me aller plus loin. √áa me motive encore plus. Quand quelqu'un me dit Ah ouais, mais non, mais tu n'y arriveras pas. Ah, j'y arriverai pas ? Ah ben, on verra. Ah ben, on verra. Et aujourd'hui, l'√©tape que je suis en train de passer, il y a deux ans, dans mon √©cole, des professionnels de l'√©cole, pas des √©tudiants, mais des professionnels qui g√©raient un track en strat√©gie, m'ont r√©pondu texto que tu n'as pas le profil pour y rentrer. Et bien voil√†, j'ai not√©, et deux ans apr√®s, j'y rentre.

  • Speaker #1

    Voilà, donc cher professionnel de l'école, si tu nous écoutes, toi aussi, on va t'envoyer le podcast.

  • Speaker #0

    C'est ça, il a sorti l'école.

  • Speaker #1

    Tu me le donneras en off et je lui enverrai. Super, écoute Mehdi, on avance, je ne veux pas te prendre trop de temps. Comme je te le disais en off, j'ai une petite surprise pour toi. Je voudrais avec toi inaugurer une nouvelle catégorie du podcast. C'est les questions des anciens invités qui viennent du même sport que toi. Tu parlais de Nico tout à l'heure, tu fais référence à Nicolas Biffaut que j'ai reçu dans le podcast D'ailleurs, son épisode a été publié le 31 décembre pour bien finir l'année 2021. Il a une question pour toi.

  • Speaker #0

    Salut Mehdi, j'esp√®re que tu vas bien. J'esp√®re que tu t'√©clates dans tes nouveaux projets personnels et professionnels. Alors, la question que je voulais te poser pour ce podcast, c'√©tait de savoir quel √©tait ton meilleur souvenir lorsque tu √©tais au P√īle Espoir de Bretigny-sur-Orge. La Nico t'es en train de faire de... C'est chaud l√† ce que t'es en train de me demander. L'ann√©e que j'ai pass√©e √† Bretigny a certainement √©t√© l'ann√©e la plus folle que j'ai pass√©e dans le sport. Pourquoi il me pose cette question-l√† ? Parce qu'il sait tr√®s bien que c'est des zinzins. On √©tait des zinzins. Pour donner un petit point, sur ma classe, on √©tait 19 redoublants. Euh... Et... Alors, non, ouais, c'est... 19 redoublants, non, 26 redoublants ou 25 redoublants et 19 conseils de discipline. Mais je peux te dire que l'envers du d√©cor des chiffres que je te donne, c'√©tait un bordel et une ambiance de malade. Et je pense que mon plus beau souvenir... √áa se bagarre, l√† ? Allez, je vais sortir des sentiers battus. Je ne vais pas dire ma premi√®re m√©daille en championnat de France parce que normalement, c'est √ßa. J'en ai pleur√©, c'√©tait des √©motions de fou. Je vais plus sortir un point d'ambiance. C'√©tait... les soir√©es les soir√©es √† foutre le bordel dans l'internat mais √ßa c'est des souvenirs que je garderai toujours dans ma t√™te parce que j'ai jamais autant rigol√© de ma vie que cette ann√©e l√† en fait √ßa a √©t√© tr√®s dur parce qu'il y a eu des moments tr√®s difficiles des blessures etc mais non Nico non l'ambiance dans l'internat c'est trop c'est pas possible

  • Speaker #1

    Moi, il y a un truc qui me choque, c'est que tu parles de foutre le bordel à l'internat, mais dans le judo, il y a les valeurs du respect.

  • Speaker #0

    Non, on se respecte. C'est le bordel. On se respecte. C'est-√†-dire que quand on se retrouve, en tout cas moi, on se retrouve devant le fait accompli qu'on va se faire punir ou sanctionner, parce que j'ai √©t√© vir√© de l'internat √† la fin, mais je n'√©tais jamais d√©l√©gu√© aux championnats de France, donc je m'en foutais. Voil√†, pour ceux qui m'entendent, je le r√©p√®te, je m'en foutais. tu restes respectueux. Moi, je n'ai jamais hauss√© le ton face √† des profs, parce que j'ai √©t√© √©duqu√© comme √ßa et parce que c'est notre sport et parce que derri√®re, on prenait cher. Et puis Nicolas Motion m'aurait d√©fonc√©. Mais n'emp√™che que c'√©tait le zoo. C'√©tait le zoo. On dormait le... Il y avait des surveillants qui faisaient des rondes. On les rendait malades. Ah oui, j'ai un tr√®s bon souvenir. Les petits ponts massacreurs. les petits ponts massacreurs les petits ponts massacreurs en fait c'est un concept qui est tr√®s simple c'est tout le monde qui joue avec une balle et si un gars prend un petit pont il se fait massacrer par toute la cour et je peux te dire que quand tu fais √ßa √† Bretigny o√Ļ il y a le p√īle espoir de judo le p√īle de foot et le p√īle de rugby les petits ponts massacres √ßa massacre √ßa massacre et puis accessoirement t'es √† Bretigny au milieu du 91 avec des gens qui viennent de partout banlieue parisienne et qui viennent Les petits pour m'assacreur, √ßa va tr√®s vite, tr√®s loin. Moi, je sais que... Ah oui ! Et les bapt√™mes d'anniversaire aussi. Moi, je sais que le 26 mai, donc le jour de mon anniversaire, le Je sais pas si c'√©tait comme √ßa chez toi, √† Brette, pour toi, Nico, mais nous, √† notre √©poque, le jour de ton anniversaire, tu te faisais d√©foncer.

  • Speaker #1

    Donc il va venir me prendre congé ou être malade.

  • Speaker #0

    Moi, j'√©tais pas l√†. Le 25, je rentre chez moi, je reviens le 27. en plus moi je suis de fin d'ann√©e fin d'ann√©e scolaire j'ai d√©mont√© tout le monde on a fait des pires traces √† certaines personnes il y en a qui ont pris des sauts d'urine dans leur lit moi √† arriver √† la fin comme √ßa j'allais prendre tarif je viens pas c'est simple je ne viens pas et d'ailleurs Sina si t'entends √ßa je pense que tu sais tr√®s bien comment c'√©tait aussi toi pour toi ta g√©n√©ration parce que je pense que t'es de la m√™me g√©n√©ration que Nico ou peut-√™tre une g√©n√©ration avant mais je vous souhaite que c'√©tait pas Je pense pas, c'√©tait pas aussi pire que nous parce que je sais que nous il y a eu une grande refonte dans le P√īle Espoir apr√®s notre ann√©e et les gens en ont entendu parler quelques ann√©es apr√®s de notre g√©n√©ration parce que √ßa a √©t√© une honte

  • Speaker #1

    Bon, on retiendra donc comme meilleur moment au P√īle de Bretigny les petits ponts massacreurs J'ai une autre question pour toi, cette fois-ci qui vient d'une athl√®te, une judocate c'est Anfatou Mbayeiro, voil√† sa question Quelle est la qualit√© que tu as d√©velopp√©e au judo ?

  • Speaker #0

    et que tu as réussi à introduire dans ta vie professionnelle.

  • Speaker #1

    On en a déjà un petit peu parlé tout à l'heure, mais est-ce qu'il y en a une autre qui te vient cette fois-ci avec la question posée par Anne Fatou ?

  • Speaker #0

    √áa, c'est Anne Fatou, plus professionnelle, plus pos√©e. √áa, c'est vraiment elle, tu vois. Alors, tr√®s bonne question. Je pense que c'est l'abn√©gation, la pers√©v√©rance, rien l√Ęcher. C'est quelque chose qu'on d√©veloppe tr√®s rapidement, on n'a pas le choix de le d√©velopper tr√®s rapidement dans le sport, parce que sinon tu n'as nulle part, tu ne fais aucune m√©daille, tu ne fais rien du tout. Mais qui est beaucoup plus difficile √† percevoir parce que le sport c'est toi, le monde professionnel c'est toi et les autres. Et quand je dis que je parle d'humain, c'est l√† o√Ļ √ßa se joue. et je pense que l'abn√©gation et la pers√©v√©rance le fait de rien l√Ęcher √ßa a peut-√™tre un point plus li√© au judo le judo c'est le sport individuel le plus collectif que je connais c'est simple parce que tu travailles pour toi mais tu ne peux pas travailler pour toi si tu ne fais pas travailler les autres et je pense que c'est le point que j'ai le plus gard√© et qui m'a fait le plus penser √† l'humain c'est que si tu ne fais pas monter en comp√©tence les autres, tu ne monteras jamais toi. Ou tu ne pourras pas bien monter toi. Si tu t'amuses √† garder tous tes secrets et toutes les techniques pour toi, et que tu ne les partages pas avec les autres, de peur de leur donner tes techniques, eux ne d√©velopperont jamais un moyen de te contrer, et toi tu ne d√©velopperas jamais un moyen de contrer leur contre.

  • Speaker #1

    Et de devenir encore plus fort.

  • Speaker #0

    Exactement. Et donc l√† c'est √ßa. Si tu ne fais pas monter en comp√©tence les gens √† c√īt√© de toi, si tu ne prends pas le temps... de comprendre les forces et les faiblesses et les drivers de chacun. tu n'arriveras jamais √† aller loin. Tout simplement. Tu monteras vite, mais tu auras un plafond de verre parce que tu n'auras pas fait monter toute une cohorte avec toi √† d√©velopper leur meilleur niveau. Je pense que c'est √ßa. C'est faire attention √† l'humain et aux gens autour de toi, les partager avec eux. Rien √† l√Ęcher, m√™me si tu perds, m√™me si √ßa ne marche pas. m√™me si tu te fais lourder de ta bo√ģte, m√™me si tu te fais d√©tester par plein de gens, c'est pas grave parce que tant que tu gardes cette philosophie il y a d'autres gens qui t'adoreront √† c√īt√© donc voil√†, partagez et rien l√Ęcher partagez et rien l√Ęcher, tu sais quoi, partagez et rien l√Ęcher, c'est tr√®s bien voil√†,

  • Speaker #1

    c'est super, Mehdi j'ai encore deux questions pour toi, la premi√®re je la pose √† tous les invit√©s, si on retournait dans ce monde parall√®le et tu pouvais revenir euh te mettre √† c√īt√© du petit Mehdi qui va d√©couvrir le judo tu sais celui o√Ļ maman te dit je veux que tu fasses un sport mais t'es un petit peu mou donc un sport peut-√™tre de combat o√Ļ tu vas apprendre √† te d√©fendre mais un sport qui soit pas en plein air donc je vais t'emmener au judo t'arrives l√†, toi tu voulais pas et toi le Mehdi de maintenant, t'es √† c√īt√© de ce petit Mehdi qu'est-ce que tu crois que le petit Mehdi de 4-5 ans Dirais en te voyant, en sachant tout ce que t'as accompli Et l√† o√Ļ tu en es aujourd'hui Qu'est-ce que lui dirait ? Qu'est-ce qu'il penserait de toi ?

  • Speaker #0

    Je serais super fier Ah il dirait mais je fonce j'y vais quoi Non non non parce que je pensais que ta question c'était qu'est-ce que je lui dirais Non trop facile ça trop facile Qu'est-ce que lui me dirait s'il avait un film de tout ce qui a été fait Oh bah il foncerait Il foncerait Il foncerait encore plus Il foncerait et j'espère qu'il aura bien regardé l'histoire de sa vie future pour ne du coup être meilleur et foutre encore plus le bordel à l'internat

  • Speaker #1

    aussi aussi parce que quitte √† √™tre vir√© autant vraiment foutre le bordel parce que je savais que j'allais √™tre vir√© moi quitte √† prendre cher autant prendre cher jusqu'au bout exactement √† bien prendre cher en fait √ßa marche et puis derni√®re question √©coute elle est tr√®s simple o√Ļ est-ce qu'on peut te suivre o√Ļ est-ce qu'on peut rentrer en contact avec toi si on veut en savoir encore plus si on veut d√©couvrir ton fameux triangle

  • Speaker #0

    des Bermudas c'est un bon truc que tu me dis parce que l√† j'avais pens√© √† publier moi cette vid√©o et puis Et en fait le truc qui m'a le plus emp√™ch√© de la publier c'√©tait que C'est en 17 minutes j'avais la flemme de faire les sous-titres Sauf que maintenant il y a Delia qui fait les sous-titres pour toi Donc je vais la publier, je vais me faire un compte YouTube pour la publier. Je vais travailler la vid√©o et ensuite je vais la publier. Mais je vais aussi couper des extraits et mettre sur LinkedIn diff√©rents supports. Mais ouais, LinkedIn d√©j√†. Premier support o√Ļ on peut me retrouver. Mais aussi, pour ceux qui sont judokas, il y a Instagram. Et...

  • Speaker #1

    et Youtube bient√īt ok super nous on mettra √ßa de toute fa√ßon dans toutes les notes de l'√©pisode j'avais donn√© un challenge √† Nico Biffo qui se lance aussi dans la cr√©ation de contenu avec une cha√ģne Youtube je lui avais dit que je publierais le podcast uniquement une fois qu'il aurait publi√© deux vid√©os donc je te donne le m√™me style de challenge je publierai ce podcast quand tu auras publi√© ta vid√©o sur ton compte Youtube √ßa marche ? ok j'ai pas le choix voil√† maintenant t'as un objectif merci beaucoup Mehdi pour ce moment qu'on a pass√© ensemble merci √† je te souhaite bon courage pour la suite bonne continuation, bon voyage pour ton nouveau boulot et puis on suivra avec attention la suite et moi je reste accroch√© √† ton talk sur la m√©thode Bermuda sur le cercle des Bermuda √ßa m'a beaucoup inspir√© √ßa allait faire autant trois

  • Speaker #0

    ans après

  • Speaker #1

    et comme tu l'as dit la dernière fois quand on a eu l'occasion d'échanger avec Cyril Blanchard avec d'autres formés dans la formation champion de ma vie tu t'en rendais même pas compte mais en fait tu es un des supports de la formation donc je l'ai pas du tout et pour te donner une anecdote sur le triangle des Bermudas comme

  • Speaker #0

    le disait à chaque fois Cyril et Salah donc ils nous ont formés sur champion de sa vie Il y a le talk, et ça c'est important, tu dois le savoir toi, il y a le talk que tu veux faire, il y a le talk que tu vas faire, que tu fais, et le talk que tu voulais faire. et bien travailler son talk ça te permet en fait de pouvoir improviser quand t'es sur scène, quand tu vois mon talk tu vois qu'il y a eu de l'impro mais je connaissais tellement mon sujet que je pouvais me permettre de faire 4 versions 8 versions différentes que ça resterait impactant et le triangle des Bermudas je l'ai fait dans le train avant d'arriver à... c'est à dire que j'ai travaillé mon talk et j'ai incorporé cette notion du triangle des Bermudas peut-être moins de 24 heures avant et c'est le truc que tout le monde a retenu c'est incroyable,

  • Speaker #1

    j'ai travaillé mon talk pendant un an et tout le monde a retenu ce truc que j'ai fait à la dernière seconde ouais mais parce que le talk en lui-même est inspirant mais cette image du triangle des Bermudas ça met en lumière finalement en une image ce que ton talk raconte un

  • Speaker #0

    Bermuda pour être bien dans la vie c'est ça,

  • Speaker #1

    merci beaucoup encore Mehdi bonne continuation merci √† toi aussi Alors on est tous d'accord chaque athl√®te a une histoire unique tout comme Mehdi Meknesh que vous venez d'entendre sur le podcast si son parcours vous a inspir√©, rejoignez-nous sur les r√©seaux sociaux du podcast pour en discuter, tous les liens sont dans les notes de l'√©pisode Pour en d√©couvrir davantage sur Mehdi et tous les autres sportifs du podcast et les soutenir dans leurs d√©fis, visitez le site vestiaires.org. On a besoin de vous, chaque euro compte et 100% des dons sont directement revers√©s aux athl√®tes. Le podcast Dans les vestiaires met en lumi√®re ces h√©ros du sport et ils ont besoin de votre soutien. Et le plus simple, c'est de partager leurs histoires pour les aider √† briller sur la sc√®ne internationale. Et puis comme √ßa, tout le monde fera un peu partie de cette superbe aventure sportive et philanthropique. partager leurs √©pisodes √ßa nous aide et √ßa les aide surtout eux allez portez-vous bien entra√ģnez-vous bien et on se retrouve bient√īt pour un nouvel √©pisode salut les sportifs

Description

ūüĆüImaginez un sportif, dot√© d'une r√©silience √† toute √©preuve, dont chaque d√©fi lui offre l'occasion de briller encore plus fort.ūüĆą Cet homme, c'est Mehdi MEKHNECHE. Dans le grand jeux de son existence, il a suivi un parcours non pas sans emb√Ľches, mais richement pav√© d'apprentissages et de victoires personnelles.ūü•č


ūüŹÜAncien judoka de haut niveau, Mehdi n'a jamais √©t√© √©tranger aux d√©fis ou √† la comp√©tition. Il conna√ģt le go√Ľt de la sueur, de la pers√©v√©rance et, surtout, celui de la renaissance apr√®s chaque chute.ūüí™ √Ä l'√©coute de son histoire, on plonge dans les souvenirs d'une jeunesse rythm√©e par le Judo, o√Ļ le self-d√©fense c√®de peu √† peu la place √† une passion d√©vorante. ūüĆć


ūüďöDou√© d'une soif d'apprendre et de se prouver √† lui-m√™me, il quitte finalement le monde du sport, non sans emporter avec lui ses pr√©cieuses le√ßons, pour s'engager sur un tout autre tatami : celui du monde professionnel.ūüĆÄ


ūüĆüMais Mehdi ne se contente pas de combats physiques.


ūü§ĒIl est vrai que la question de Nicolas, entre anciens athl√®tes convertis dans la qu√™te d'autres victoires, promet d'allumer une nouvelle lueur de curiosit√©. Serait-elle la pi√®ce manquante permettant de dessiner plus pr√©cis√©ment le tableau de cette transition, du judogi au costume de consultant?ūüĒć


ūüéôÔłŹDans cet √©pisode du podcast, il n'est pas seulement question de se souvenir mais de partager. De partager cette flamme qui ne s'est jamais √©teinte en lui, celle qui √©claire aujourd'hui son chemin dans le vaste monde du conseil en strat√©gie, o√Ļ il se pr√©pare √† relever ses nouveaux d√©fis, √† Bruxelles, tout en restant ancr√© dans ses racines.ūüĆŅ


ūüéß√Čcoutez l'√©pisode sur toutes les plateformes de podcast et pour ne rien manquer des prochains √©pisodes, abonnez-vous !


#Podcast #DansLesVestiaires #Sport #Judo #Carrière #Transition #Détermination #Resilience #Inspiration #Motivation #LinkedIn #Ecriture #ConseilEnStratégie #VieProfessionnelle #SuccessStory #Ambition #Challenge #Succès


Dans cet épisode, vous pourrez découvrir (chapitres de l’épisode) :


  1. 00:03:38 - Début dans le Judo et Influence Maternelle

  2. 00:06:49 - Victoire Déterminante et Transition vers le Haut Niveau

  3. 00:10:05 - L'Impact des Blessures sur la Carrière Sportive

  4. 00:12:32 - La Psychologie du Sport et le Soutien Manquant

  5. 00:14:08 - Importance de la Préparation Mentale

  6. 00:16:33 - Les Difficultés Financières des Sportifs de Haut Niveau

  7. 00:19:43 - Le Parcours après le Judo : Transition Professionnelle

  8. 00:22:07 - Conseils pour les Jeunes Sportifs : √Čducation et Pr√©paration pour l'Avenir

  9. 00:24:29 - Le Haut Niveau dans le Sport et le Monde Professionnel

  10. 00:27:16 - Le Sport comme √Čl√©vateur Social

  11. 00:34:34 - Les Enseignements du Sport Applicables dans la Vie Professionnelle

  12. 00:39:26 - Les questions d'anciens invités du podcast

  13. 00:43:05 - L'Importance de Conna√ģtre et D√©passer ses Limites

  14. 00:44:02 - Encouragement √† √Čcouter sa Propre Voix et √† Ne Pas Abandonner


Pour suivre et soutenir notre invité : https://www.linkedin.com/in/mehdi-mekhneche / https://www.instagram.com/mekhnechito / https://www.strava.com/athletes/81580268


Gr√Ęce √† Autoscript.fr, on vous propose m√™me de revivre l‚Äô√©change que j‚Äôai pu avoir avec Mehdi. √áa se passe sur https://vestiaires.org !


Hébergé par Ausha. Visitez ausha.co/politique-de-confidentialite pour plus d'informations.

Transcription

  • Speaker #0

    Dis papa, pourquoi les sportifs quand ils ne sont pas sur le terrain ? Et bien croyez-moi, quand votre fils vous pose cette question, ça fait réfléchir. Surtout quand on sait que pas mal d'entre eux jonglent avec un ou plusieurs jobs pour pouvoir joindre les deux bouts. Et j'ai réalisé que beaucoup d'entre nous se posent la même question. C'est pour ça qu'il y a quelques années, j'ai décidé de lancer le podcast dans les vestiaires pour plonger dans ces doubles vies. Parce que derrière chaque athlète, il y a une histoire et parfois un autre métier. A peu près au même moment, j'ai rejoint Aplayer, un cabinet de recrutement spécialisé dans les recherches critiques. Alors moi, je suis recruteur tech et avec mon associé, on aide les entreprises à trouver les perles rares. Mais on accompagne aussi les entités qui veulent définir ou redéfinir une politique de recrutement. Et je peux vous dire que des sportifs de haut niveau, croisés au gré de nos chasses de candidats, on en a vu un sacré paquet. Et oui, parce que, encore une fois, vivre de son sport n'est pas si facile quand on n'est pas installé au plus haut des podiums depuis des années. Et encore, comme une marque vient à l'installer, il faut y rester et se réinventer sans cesse. Du coup, à travers les histoires inspirantes de mes invités, je vous propose de découvrir comment on peut répondre à nos enfants qui se demandent encore ce que font toutes... La journée, c'est sportif de haut niveau. Parce que oui, entre sport et entrepreneuriat, il y a beaucoup de points communs. Et avec les JO de Paris qui approchent, c'était le moment de redonner vie à ce podcast. Alors restez après l'épisode, je vous donne tous les détails sur notre invité et je vous invite à aller voir la page sur le site vestiaire.org pour pouvoir le soutenir dans ses projets. Allez, c'est parti pour un nouvel épisode ! Salut les sportifs, c'est Hermano et je suis très heureux de vous recevoir comme d'habitude pour un nouvel épisode du podcast Dans les Vestiaires. Aujourd'hui, on inaugure un petit peu ce format puisque je suis en face-à-face avec mon invité mais pas par caméra interposée. J'ai la chance d'être en face de Mehdi Meknesh. Salut Mehdi.

  • Speaker #1

    Salut Hermano, salut tout le monde.

  • Speaker #0

    Mehdi, √©coute, je suis tr√®s content de te voir, surtout qu'on parle beaucoup de toi en ce moment, que ce soit dans les podcasts avec d'anciens invit√©s et d'ailleurs tu auras une petite surprise √† la fin de l'√©pisode, mais aussi... avec Cyril Blanchard avec qui je suis la formation champion de ma vie on pourra revenir un petit peu l√† dessus on pourra revenir aussi sur le talk que tu as fait sur le c√īt√© tr√®s inspirant de ce talk mais avant tout ce que je te propose c'est ce que je propose √† tous mes invit√©s je te demande de te pr√©senter donc dis nous tout qui est Mehdi Meknesh alors

  • Speaker #1

    d√©j√† merci pour tes mots en amont √ßa me touche √ßa fait tr√®s plaisir de savoir que mes passages ou mes talks o√Ļ mon nom arrive √† √† inspirer, √† accompagner et √† aider certaines personnes. C'est d'ailleurs le but et l'id√©e. Sinon, pour ma part, comme tu l'as dit, Mehdi Meknej, j'ai 29 ans. Et je vis actuellement √† la fronti√®re du Luxembourg car je travaille, ou du moins je travaillais au Luxembourg depuis deux ans et demi. J'ai d√©cid√© de quitter mon job pour en rejoindre un autre, donc passer du conseiller en management au conseiller en strat√©gie, quelque chose que je cherchais depuis un moment. Donc l√† je rejoins Bruxelles, mais je continuerai √† vivre ici pour rester pr√®s aussi de ma compagne. Sinon, voil√†, ancien sportif de haut niveau, judoka, plus de 18 ans de judo, je pense, √† peu pr√®s. Plusieurs bons moments, presque 10 ans dans le haut niveau. Donc, des souvenirs, des bons, des moins bons. Plein d'amis, plein de... et surtout, une personnalit√© qui s'est cr√©√©e, qui s'est forg√©e. Au fur et √† mesure des ann√©es et des exp√©riences qui me permettent aujourd'hui d'√™tre qui je suis, c'est-√†-dire quelqu'un d'ambitieux mais qui reste, je pense, simple, parce que c'est important, parce que c'est l'humain qui prime avant tout. Donc, voil√†, rester abordable, accessible, transmettre. Je pense que si je devais d√©finir un mot qui me parle beaucoup, c'est vraiment transmettre. Parce qu'on s'enrichit beaucoup √† travers la transmission. Et donc oui, voil√† √† peu pr√®s dans les grandes lignes qui je suis.

  • Speaker #0

    On va rentrer un petit peu plus dans les détails, justement, dans les petites lignes de toi, de ton histoire, de ta carrière, de ta vie de sportif de haut niveau, mais pas que. On parle de sport. Comment est-ce que tu découvres le sport ?

  • Speaker #1

    Comment est-ce que je d√©couvre le sport ? D√©j√†, j'ai ma m√®re qui √©tait ancienne sportive de haut niveau quand elle √©tait en Alg√©rie. Mais comment je d√©couvre mon sport ? Parce qu'elle faisait de l'athl√©tisme. C'est parti. Parce que ma m√®re voulait que je fasse du sport. Et puis pour l'anecdote, j'ai grandi dans le 20e arrondissement de Paris, pr√®s de Belleville. Et c'est vrai que c'√©tait... On va dire que √ßa craignait un petit peu. En tout cas, il y avait quand m√™me dans mon √©cole pas mal d'opposition et de tensions. Et donc, j'√©tais amen√© √† me disputer tr√®s souvent. Sauf que moi, je n'√©tais pas du tout un gar√ßon combatif. J'√©tais plut√īt un fils √† maman. Je pense que je le suis toujours un petit peu, dans le sens o√Ļ je suis tr√®s attach√© √† ma m√®re et j'ai une relation tr√®s particuli√®re avec elle. Mais voil√†, je n'√©tais pas celui qui voulait absolument d√©coudre avec tout le monde. Je revenais souvent marqu√© et ma m√®re a dit c'est plus possible, c'est pas possible, il faut que tu puisses te d√©fendre. Et elle m'a fait faire du sport mais elle voulait pas que je fasse un sport en plein air ou en ext√©rieur. Et donc √ßa limite le champ du possible et on se retrouve √† aller dans le judo parce que pour elle c'√©tait du self-defense et que c'√©tait pas un sport de gros impacts. Elle a bien compris qu'avec le temps, ce n'√©tait pas forc√©ment vrai. Elle a d'ailleurs regrett√© tr√®s rapidement. Regretter, c'est un grand mot, mais en tout cas, elle s'est dit, mince, je pensais mettre mon fils dans un sport qui va permettre quand m√™me de pouvoir se d√©fendre, mais d'√™tre au chaud, etc. Et au final, je tombe dans ce sport qui, √† la base, ne me s√©duit pas du tout. que j'ai pas aim√©, que j'ai voulu arr√™ter parce que moi je voulais faire du foot mais mon entra√ģneur Julien Nabara s'il m'entend j'esp√®re bien on va lui envoyer le podcast comme √ßa il pourra faire ses commentaires exact √† d√©celer quelque chose un potentiel un niveau et en fait tr√®s rapidement il y a eu un moment Apr√®s pas mal de victoires, mais aussi quelques grosses d√©faites qui ont laiss√© des traces, je me suis dit non, je ne peux pas accepter ces d√©faites-l√†. C'est vrai que j'√©tais quelqu'un qui... Je ne suis pas mauvais joueur, mais je suis tr√®s mauvais perdant. Je d√©teste perdre. Et je pense que c'est une des bases aussi de pas mal de sportifs, c'est d√©tester perdre. Et du coup, je me suis dit non, je ne peux pas accepter ces d√©faites-l√†. Et en fait, je me suis entra√ģn√© tr√®s dur, chose que je ne faisais pas quand j'√©tais plus jeune. Et quand j'√©tais minime, j'arrive sur les championnats de Paris. Donc je fais troisi√®me apr√®s avoir perdu. En demi-finale et sur ma troisi√®me demi-finale cons√©cutive contre le m√™me gars. Et c'est √ßa en fait que je n'ai pas tol√©r√©, je me suis dit que ce n'√©tait pas possible. Je l'avais battu une premi√®re fois, je le bats une fois, il me bat deux fois. Le deuxi√®me combat, donc la premi√®re fois o√Ļ il me bat, il me bat en 12 secondes. Alors que moi je l'avais battu √† 3 secondes de la fin sur le premier combat. Et en demi-finale des championnats de Paris... Il me bat encore et l√† j'ai dit non √ßa c'est pas possible √ßa je peux pas le tol√©rer et donc je lui ai dit tu fais ce que tu veux de moi mais plus jamais je perds contre ce mec l√† c'est pas possible √ßa c'est ce que tu dis √† ton coach √ßa c'est ce que je lui dis √† lui donc j'√©tais minime je devais avoir 12-13 ans et je lui ai dit c'est impossible et c'est parti de l√† en fait et en fait ce qui est marrant peut-√™tre pour l'anecdote j'avais combattu au championnat de Paris En moins de 60 kg, √† l'√©poque, le championnat de Paris, c'√©tait celui en Ile-de-France qui √©tait consid√©r√© comme le moins dense en termes de niveau. Et donc, je fais trois en moins de 60. Et aux Iles-de-France, j'arrive avec 400 grammes de trop. Parce qu'√† l'√©poque, les r√©gimes, je ne connaissais pas. Et bon, je ne jugeais pas pertinent d'en faire. En tout cas, juste faire attention √† son poids. Sauf que je n'ai jamais √©t√© tr√®s bon pour √ßa. Je me suis am√©lior√© par la suite avec. Et je me retrouve √† faire deuxi√®me en moins de 66. alors que je faisais 60.3-60.34 donc je me retrouve surclass√© de cat√©gorie de poids et √† faire une meilleure place que celle que j'avais fait donc comme quoi l'entra√ģnement et le travail √ßa paye et √ßa a √©t√© un √©l√©ment d√©clencheur pour moi √† l'√©poque partir en sport et √©tudes c'√©tait C'√©tait presque un r√™ve inaccessible. C'√©tait r√©serv√© qu'aux meilleurs. Et avec cette m√©daille aux √éles-de-France...

  • Speaker #0

    Vice-champion d'Île-de-France, ça va, tu faisais quand même partie des meilleurs.

  • Speaker #1

    √Ä ce moment-l√†, oui. Mais √ßa, je devais √™tre en quatri√®me quand c'est arriv√©, donc au coll√®ge. Sauf que je me rappelle des ann√©es sixi√®me, cinqui√®me, etc. C'est pour √™tre tuto. C'est incroyable, mais sport et √©tudes c'est que le top du top des meilleurs, etc. Jusqu'en quatri√®me, avant que je fasse cette m√©daille, c'√©tait encore... Mais c'est vrai que √ßa a ouvert le champ des possibles d'avoir fait cette premi√®re m√©daille, de voir toutes ces personnes-l√† autour de soi, en fait, sur toutes les cat√©gories de poids des podiums partir en sport et √©tudes. J'ai dit, ben en fait, moi aussi. Et j'y suis pas parti directement, j'ai voulu terminer le coll√®ge dans lequel j'√©tais. C'√©tait un bon coll√®ge avec un bon niveau et surtout... Je me sentais pas pr√™t √† partir directement en fait. J'avais 13 ans, ma m√®re... un consoble je pense de partir directement et surtout mon entra√ģneur qui me dit fais encore une petite ann√©e au club √ßa va pas te faire de mal etc je ne sais pas ce qui serait pass√© si j'√©tais parti en sport √©tudes d√®s ma premi√®re ann√©e, peut-√™tre que j'aurais moins bien fait peut-√™tre que je me serais cram√© surtout qu'√† l'√©poque on pensait que le sport √©tudes c'√©tait la voie royale or le temps nous a montr√© surtout ces derni√®res ann√©es nous ont montr√© qu'il y a pas mal de personnes qui se sont sorties sans passer par l'√©paule Euh... Donc... Donc oui, j'y suis all√© et en fait de l√† √ßa a d√©roul√©. Premi√®re ann√©e qualifi√©e au championnat de France en KD, derri√®re premi√®re m√©daille de l'histoire au championnat de France de mon club. Premi√®re m√©daille aux √ģles de France de l'histoire de mon club, ensuite premi√®re m√©daille au championnat de France, ensuite d√©part en P√īle France, plusieurs m√©dailles au championnat de France par √©quipe. FSGT, universitaire, et ensuite d'autres r√™ves qui sont cr√©√©s. Ensuite une double nationalit√© qui a jou√©, parce que j'ai tent√© ma chance avec l'√©quipe nationale alg√©rienne pour les Jeux de Rio. Des blessures, des blessures, des blessures, des blessures. C'est un sport qui am√®ne beaucoup de blessures, je trouve. Voil√†, avis personnel, des blessures qui ont fait beaucoup de mal. mais qui au final rendent plus fort parce que la bonne vieille expression ce qui ne tue pas rend plus fort est vraie, mais il faut quand m√™me arriver √† capitaliser sur ces √©checs ou sur ces difficult√©s pour que √ßa rende plus fort. Parce que j'ai connu des gens aussi que √ßa n'a pas rendu plus fort et au contraire √ßa a vuln√©rabilis√©. Et √ßa je pense que c'est un probl√®me qu'on n'aborde pas assez dans le monde du sport. On commence √† l'aborder, je l'entends tr√®s souvent maintenant, et √ßa me rappelle un... Un superbe article d'un ami qui s'appelle Papdoudou Ndiaye, qui √©tait dans ma cat√©gorie de poids √† l'√©poque, on s'est tir√© quelques bastons ensemble, qui lui a eu un parcours superbe, il a fait m√©daille au championnat du monde junior, et qui lui parle beaucoup de ses difficult√©s, de la psychologie, du manque de soutien, et de l'impact des blessures du moral, du mental sur... sur le sportif, et donc l√†, je lui passe une petite d√©dicace s'il l'entend aussi. C'√©tait tr√®s... Enfin, son article et son post √©taient vraiment impactants et inspirants, et je l'ai soutenu √† 200% parce que, comme je l'ai dit au d√©but, c'est de l'humain avant tout. Et on a tendance √† l'oublier dans une √®re o√Ļ il y a beaucoup d'IA, etc. √áa reste de l'humain avant tout √† chaque fois. Donc voil√†, voil√† pour le loulou.

  • Speaker #0

    la petite histoire on pourra revenir un petit peu apr√®s sur l'apr√®s judo on va y rester mais avant tu parles l√† justement de ce c√īt√© humain, de ce c√īt√© blessure et l'impact que √ßa peut avoir sur le mental est-ce que toi √† l'√©poque parce qu'on l'a compris maintenant tu n'es plus sportif de haut niveau, tu t'es orient√© vers plut√īt un m√©tier de haut niveau mais dans le sport est-ce qu'√† l'√©poque tu √©tais accompagn√© par un staff et notamment un pr√©parateur mental ou est-ce que c'√©tait pas encore le moment de parler de tout √ßa ?

  • Speaker #1

    C'est vrai que la notion de pr√©parateur mental est arriv√©e un petit peu apr√®s, notamment sur mes derni√®res ann√©es en P√īle France, parce que j'avais quand m√™me remarqu√© que j'avais tendance, parfois, en fait, j'ai eu une p√©riode o√Ļ j'arrivais bien √† passer le bloc final, et j'ai eu quelques comp√©titions o√Ļ j'ai bloqu√© en demi √† chaque fois, et je sais que √ßa a laiss√© quelques traces. Et sur mes deux derni√®res ann√©es de P√īle France, Il y avait un pr√©parateur mental. En fait, il y avait l'entra√ģneur des P√īle Espoir. Nous, on √©tait en P√īle France √† Strasbourg. Le P√īle Espoir et le P√īle France s'entra√ģnaient au m√™me endroit. Et du coup, l'entra√ģneur des P√īle Espoir √©tait aussi pr√©parateur mental. Et donc du coup, on pouvait de temps en temps aller le voir. Et je pense qu'ils ont essay√© de mettre √ßa en place. Je ne sais pas ce que √ßa donnait par la suite, mais du coup, r√©guli√®rement, on √©tait accompagn√© par ce pr√©parateur-l√†. Et c'est vrai qu'√† l'√©poque, je pense qu'on avait tous un peu une vision biais√©e de ce que c'est que le pr√©parateur mental. On pensait qu'on allait √™tre accompagn√©. C'est un pr√©parateur mental, tu le vois parce que tu n'es pas pr√™t mentalement. Et √ßa, c'est, je pense, la plus grosse erreur que l'on puisse faire. C'est comme si je te disais tu g√®res tes comptes sans gestionnaire. Enfin, genre,

  • Speaker #0

    tu feras un budget quand tu n'auras plus de sous.

  • Speaker #1

    Voil√†, exactement. Alors que √ßa n'a pas de sens. Justement, c'est quand t'as de l'argent, c'est quand t'as du mental, que tu dois voir un pr√©parateur mental. C'est l√† tout le paradoxe, en fait, o√Ļ on se dit un pr√©parateur mental, c'est parce que tu n'es pas pr√™t, alors que justement, c'est parce que tu es pr√™t que tu vas voir un pr√©parateur mental. Si tu n'as rien dans la t√™te, tu ne vas pas voir un pr√©parateur mental.

  • Speaker #0

    C'est pour mieux r√©orienter tes forces et l√† en l'occurrence la pr√©paration mentale pour mieux r√©orienter tes forces et les mettre l√† o√Ļ √ßa va avoir un impact. On parle de la pr√©paration physique, on parle du coach, le pr√©parateur physique, le coach il est l√† pour mieux te pr√©parer, pour mieux orienter tes comp√©tences, tes capacit√©s. Tu disais ton premier coach a vu en toi quelque chose qui fait que tu avais les capacit√©s de devenir un grand judoka et il a appuy√© l√†-dessus, le pr√©parateur mental. On est un peu l√†-dessus mais √† ton √©poque. C'√©tait beaucoup plus biais√© et c'√©tait tu vas voir un pr√©parateur mental parce que tu vas pas bien.

  • Speaker #1

    On avait presque honte d'y aller quoi. On √©tait pas fiers d'aller voir. Pas pas fiers d'aller voir, l'avantage c'est que c'√©tait un... Je vais pas dire c'√©tait un ami. Mais presque, dans le sens o√Ļ il √©tait quand m√™me plut√īt jeune. Nous, on avait 18, 19, et lui devait en avoir 26, 27, donc pas un gros √©cart d'√Ęge. Et il √©tait tr√®s sympa. Donc il y avait une accessibilit√© qui permettait, qui facilitait l'approche. un pr√©parateur mental officiel, etc. Ou pareil, nutritionniste pour perdre le poids, etc. Mais pas du tout. Pas du tout. Et certains qui √©coutent ce podcast, qui √©taient en club avec moi ou en p√īle, me voyaient faire des r√©gimes. des r√©gimes sur mes deux derni√®res ann√©es je pense que mon coloc m'a vu faire des r√©gimes de 12 kilos en une semaine et demie et qui laisse des traces sur le corps dans le sens o√Ļ on fait des effets yo-yo o√Ļ on perd 12 on en reprend 15 en fait on se rend pas compte que quelques ann√©es dans le haut niveau mal g√©r√©es et encore j'ai de la chance parce qu'au final fin J'ai plut√īt bien g√©r√© ma sortie et ma transition, plut√īt. Mais je ne sais pas, en fait. Je ne sais pas si c'√©tait si bien g√©r√© que √ßa, en fait. Je ne sais pas. Mais en tout cas, j'ai r√©ussi √† le faire. Et on ne se rend pas compte, en fait, des s√©quelles que √ßa laisse physiquement sur le corps. L√†, j'ai les genoux. Enfin, je me suis fait infiltrer les deux genoux. Infiltration PRP en d√©cembre. Parce que tu te blesses plus simplement, plus facilement, ton corps est plus vuln√©rable. Donc encore une fois, il y a plein de paradoxes dans le sport, mais tu es cens√© √™tre une machine physiquement, et tu te rends compte que tu deviens vuln√©rable physiquement plus rapidement.

  • Speaker #0

    Moi, j'ai remarqué quelque chose avec tous les invités que j'ai pu avoir sur ce podcast et sur d'autres, c'est que vous gagnez énormément en maturité. Tu peux échanger avec des gamins de 20-25 ans. Tu as l'impression que certains ont déjà une bonne quarantaine d'années en termes de maturité, en termes d'expérience. Mais, et tu le dis, ça va aussi de pair avec une fatigue plus rapide, plus accrue au niveau du corps et aussi du mental. Et je suis bien content que maintenant, la préparation mentale... prennent un peu de l'essor et que ça rentre beaucoup plus dans les mentalités c'est le cas de le dire et que ça permette d'accompagner encore mieux les jeunes sportifs il y a une autre problématique et je pense que ça c'est même

  • Speaker #1

    si je pense que l'aspect pr√©paration mentale rentre en jeu c'est la probl√©matique des moyens aujourd'hui les sportifs de haut niveau n'ont pas les moyens c'est l'essence m√™me de ce podcast on va pouvoir revenir dessus mais vas-y je t'en prie mais euh... Parce qu'aujourd'hui, se faire accompagner, quel que soit le professionnel par qui tu te accompagnes, tu dois le payer. Dans le judo, on ne prend rien. J'ai l'impression, c'est peut-√™tre qu'une impression, mais j'ai l'impression qu'aujourd'hui √ßa va un peu mieux. On a un nouveau pr√©sident de la FED, St√©phane Nomiz, qui est l'ancien pr√©sident du Flamme 91, club dans lequel j'√©tais licenci√©. Mais il faut les payer. Et le probl√®me, c'est que quand tu vis avec √† peine 600, 700, 800 euros par mois, tu vas payer quoi avec √ßa, mis √† part ce que tu vas potentiellement manger ou pas manger, d'ailleurs ? C'est un vrai probl√®me, √ßa. On n'a pas ce luxe, en fait. On ne s'appelle pas Novak Djokovic ou Teddy Riner, d'ailleurs. M√™me si, voil√†, bien s√Ľr, il le m√©rite. On ne revient pas dessus. Mais ce n'est pas un sport o√Ļ l'argent... coule facilement, au contraire. Et donc, √ßa pose d'autres probl√©matiques quand on sait que plus de 70% des sportifs de haut niveau vivent en dessous du seuil de pauvret√©. D'exit, on est quand m√™me sur une ann√©e olympique. Donc, on savait d√©j√† √† l'√©poque que les Jeux Olympiques allaient arriver en 2024. le fait m√™me en fait de se dire que les sportifs de haut niveau fran√ßais vivent en dessous du seuil de pauvret√© derri√®re implique que tu dois faire des choix et c'est vrai que pr√©parateur mental nutritionniste etc tu dis √ßa √ßa vient apr√®s alors qu'en fait Non, √ßa ne vient pas apr√®s en fait, √ßa vient en amont.

  • Speaker #0

    √áa doit venir en amont, oui. Tu parles justement de cette ann√©e olympique, de la difficult√© que rencontrent les sportives et les sportifs de haut niveau pour financer leur carri√®re. √Ä ce micro, j'ai eu plusieurs sportives d'ailleurs qui se pr√©parent pour une qualification aux Jeux olympiques qui m'ont dit, cette ann√©e, √ßa va encore. En ann√©e olympique, on a pu trouver 2-3 sponsors qui nous permettent de voir jusque au JO. mais apr√®s les JO qu'est-ce qu'il en sera ? qu'est-ce qu'on fera ? est-ce qu'on sera oblig√© de l√Ęcher notre sport pour se mettre √† faire entre guillemets je mets bien des guillemets un vrai travail parce qu'on vit plus de sport toi maintenant que tu tu as entam√© ta transition que tu travailles que tu as une vie active ou tu tu ne vis plus de ton sport Quel conseil tu pourrais donner quelques ann√©es apr√®s justement √† des petits jeunes qui veulent se lancer l√†-dedans et qui se demandent comment je vais financer ma carri√®re de judoka professionnel, de karat√©ka professionnel, de tennisman professionnel ?

  • Speaker #1

    Backer vos arrières.

  • Speaker #0

    Faites un budget et voyez un préparateur mental.

  • Speaker #1

    Backer vos arri√®res dans le sens o√Ļ je me souviens quand j'√©tais au P√īle, je me souviens Il y a un ancien qui est venu et qui nous a expliqu√©, qui nous a dit Voil√†, vous √™tes sportif de haut niveau, c'est un gros avantage dans votre vie, mais il va falloir bosser et il va falloir baquer vos arri√®res. Je ne comprenais pas trop, je me suis dit Je m'en fous, je veux √™tre champion du monde, je veux √™tre champion olympique. Et en fait, tu te rends compte que d√©j√†, la route est longue, ce n'est pas que ton travail et tes efforts, il y a aussi un coup de chance, un coup de bol, mais √ßa fait partie du jeu. √áa fait r√©ellement partie du jeu. Il y a des concours de circonstances, il y a des blessures. Moi, j'avais pris le parti √† l'√©poque de tout concilier, donc de travailler, de faire mes √©tudes, de faire du sport, sauf qu'il y a un moment o√Ļ ton corps l√Ęche. Il y a un moment o√Ļ ton corps l√Ęche, ne tient plus, tu ne tiens plus les r√©gimes, tu te blesses de plus en plus, et en fait, tu craques. Ton corps craque, ton corps craque, et donc tu n'y arrives pas, mais malgr√© √ßa, J'√©tais bien content d'avoir fait mes √©tudes √† c√īt√©. Et quand je parle d'√©tudes, je parle d'√©tudes o√Ļ je n'ai pas l√©sign√© sur les moyens au niveau des √©tudes. Donc j'ai fait des bonnes √©tudes. Et √ßa, c'est peut-√™tre la tendance... Je me souviens, tu me fais penser √† quelque chose, je suis repass√© l'ann√©e derni√®re, il y a un an et demi, dans mon ancien p√īle, √† Strasbourg. Et je me souviens, comme si c'√©tait hier, d'avoir pos√© la question Mais parmi vous, qui pense √™tre champion olympique ? Sur 50 gamins, il y en a un qui a lev√© la main. Chez les autres, vous comptez faire quoi ? Vous savez ce que vous allez faire ? Et donc au final, il y en a un qui vient me voir apr√®s √ßa, un peu curieux, qui me dit bah ouais, en fait, t'as raison, ce que tu viens de me dire, √ßa a fait un petit d√©clic, je ne sais pas trop quoi faire, etc. Le mec, il √©tait en fili√®re S, il avait 16 de moyenne, il voulait aller en BTS. Alors je ne d√©nigre pas du tout les BTS, mais... Quand on a des capacit√©s de haut niveau,

  • Speaker #0

    que ce soit dans le sport ou dans les études,

  • Speaker #1

    surtout quand on a des capacit√©s de haut niveau et qu'on est sportif de haut niveau, donc on a baign√© dans cette mentalit√©, dans cette culture de l'√©litisme, du num√©ro 1, etc. On ne peut pas se contenter d'aller faire √ßa. On ne peut pas se contenter d'aller faire √ßa. C'est impossible. Mais le fait m√™me qu'ils ne sachent pas ce qu'il y a derri√®re la porte du baccalaur√©at, c'est un probl√®me. Et je le sais aussi, le monde du sport... ne pousse pas les athl√®tes √† aller chercher m√©decine, √† aller chercher... Voil√†, ils cherchent Staps, les trucs qui se concilient facilement avec le sport. Non, non, non, non, non. Il faut aller chercher le haut niveau. Au final, l√†, aujourd'hui, il est en BBA √† l'EM Lyon. Il a plus de chances d'assurer ses arri√®res. Il ne va peut-√™tre pas finir champion olympique, mais il va finir avec un bon job. Et je le dis parce que c'est important de le dire. Et certaines personnes comprendront ce que je vais dire parce que je sais qu'ils ont d√©j√† entam√© cette transition. Le haut niveau, √ßa existe aussi dans le monde professionnel. Je vous le dis, il y a des pr√©parations, il y a l'aspect mental qui rentre en jeu, il y a la t√©nacit√©, il y a l'abn√©gation. On peut faire des m√©tiers de tr√®s tr√®s haut niveau, avec des niveaux de pression que le commun du mortel ne peut pas assumer. Et √ßa, √ßa fait partie aussi du jeu. Et c'est vrai que tu parlais de maturit√©. L'avantage d'un sportif de haut niveau, c'est qu'il a fait une carri√®re avant une carri√®re. Donc, un sportif de haut niveau arrive √† ressentir, √† comprendre des ressentis de PDG, de CEO, de C-suite, comme on dit. Arrive √† ressentir, en fait, les phrases, les expressions, les... Les... les sentiments qu'ont exprim√©s des gens qui ont fait 25 ans d'exp√©rience, ils vont r√©ussir √† les ressentir. Pourquoi ? Parce qu'ils ont d√©j√† fait face √† la diversit√©, √† la comp√©tition, √† la d√©faite, √† l'√©chec, qui fait partie du processus de r√©ussite. Parce qu'on ne peut pas ressentir la douceur et le go√Ľt d'une victoire si on n'a pas go√Ľt√© celle de la d√©faite avant. En tout cas, on ne la savoure pas de la m√™me mani√®re. Et √ßa n'importe quel sportif qui va m'entendre l√† il le sait

  • Speaker #0

    le go√Ľt de la victoire apr√®s avoir connu les d√©faites c'est pas comparable c'est pas comparable tu peux pas toujours manger dans une cuill√®re en argent et apr√®s arriver dans une cuill√®re en aluminium et comprendre le bienfait que c'√©tait d'avoir mang√© dans une cuill√®re en argent et

  • Speaker #1

    retrouver ensuite la cuillère en argent tu te dis ah c'est bon ça ah ça c'était bon ça et donc n'importe quel sportif le reconnait on l'a tous ressenti après avoir reçu perdu cruellement sur un championnat de France l'année d'après d'aller le gagner aller chercher la médaille, la breloque quand on retrouve le podium on dit ah ah tu en parlais tout à l'heure,

  • Speaker #0

    ce qui a √©t√© le d√©clencheur chez toi √ßa a √©t√© au championnat de Paris premi√®re victoire o√Ļ tu gagnes √† 3 secondes de la fin du combat et ton adversaire qui apr√®s t'a lamin√© sur les deux prochaines rencontres lui Il a compris la saveur de cette victoire apr√®s sa d√©faite.

  • Speaker #1

    Les 12 secondes, √ßa y est. Th√©o Roussel, je dis son nom, je droppe son nom. D'ailleurs, il ne le sait pas. Je ne sais pas s'il le sait, mais c'est quand m√™me lui qui a d√©clench√© derri√®re le parcours que j'ai pu avoir. Mais ce qui est aussi fort, et je pense que je parlais des moyens dans le sport, le peu de moyens, mais on ne... Le sport est quand m√™me un √©l√©vateur social. Il faut le dire. Moi, j'ai grandi dans un milieu pr√©caire et le sport m'a permis de d√©couvrir de nouvelles horizons. Il m'a permis de me dire que j'avais les moyens de faire. Il m'a permis d'ignorer la vie des gens, l'opinion des gens. Et il m'a fait dire, si tu le veux, c'est possible. Et moi, ce que je voulais, et je pense aussi que... Il faut comprendre quels sont les drivers de chaque personne, quels sont les motivateurs de chaque personne. Parce que moi, ce qui m'importait le plus, c'√©tait sortir ma famille et ma maman des situations pr√©caires que l'on a pu conna√ģtre. Et c'√©tait √ßa mon vrai driver. Et au d√©but, en √©tant plus jeune, je pensais que c'√©tait en √©tant champion du monde et champion olympique que j'atteindrais cet objectif-l√†. Malheureusement, la r√©alit√© de mon sport fait que j'ai connu des champions olympiques durant mon parcours au niveau, j'ai connu des champions olympiques qui touchaient le ch√īmage et qui touchaient le RSA. Donc en fait, j'ai compris que ce n'est pas √† travers... Et je pense que c'est un indice... Quand on conna√ģt bien, quand on commence √† bien se conna√ģtre, et avec un peu de recul, √ßa va peut-√™tre d√©clencher quelque chose chez moi qui m'a dit, OK, en fait, il va falloir que tu trouves ce qui va te faire atteindre ton objectif, parce que l√†, ton objectif, tu ne vas pas y arriver si tu continues. Et je pense que raccrocher des √©tudes...

  • Speaker #0

    Les bonnes √©tudes, en parall√®le, m'ont permis de me rassurer un petit peu. Donc, √©l√©vateur social dans le sens o√Ļ on arrive √† conna√ģtre plus de gens, on arrive √† sortir des zones dans lesquelles on vit, rencontrer des gens de classes diff√©rentes, parce que quand t'es en p√īle, peu importe d'o√Ļ tu viens, ce qui importe c'est ton niveau, et on se rend compte que dans la vie, c'est pas toujours le cas, mais de le savoir... √ßa permet d'avancer.

  • Speaker #1

    Oui, quand tu es en p√īle, vous √™tes un petit peu tous sur le m√™me pied d'estal. L'objectif, c'est de monter sur la bo√ģte et, si possible, la premi√®re marche. Mais finalement, c'est un peu comme les vertus que pouvait avoir le service militaire. Quand on le faisait encore, on arrivait tous l√†, qu'on soit fils d'eux ou juste venir du caniveau. On se retrouvait tous l√†. On avait tous les m√™mes chances √† la sortie du service militaire. Et √ßa d√©clenchait certaines choses chez les gens. Toi ? justement tes origines et puis cette confrontation avec Th√©o Roussel que t'as battu une premi√®re fois apr√®s qu'il t'a lamin√© les deux fois d'apr√®s s'il entend le podcast il va dire mais putain mais c'est ce qui se passe toujours √©coute Th√©o si tu nous √©coutes contacte-moi √ßa me ferait plaisir d'avoir ta version des faits

  • Speaker #0

    Théo je te remercie mon fils

  • Speaker #1

    Toi, √ßa t'a permis de d√©bloquer quelque chose chez toi au niveau sportif ? Apr√®s, tu viens de nous le dire. Cette exp√©rience, notamment en P√īle France, √ßa t'a permis de d√©bloquer autre chose chez toi, de faire des √©tudes de haut niveau et apr√®s de te lancer dans une carri√®re professionnelle de haut niveau. Est-ce que quand tu t'es rendu compte justement que ce n'est pas avec le sport que tu atteindrais tes objectifs et notamment... de faire de l'argent, de sortir ta famille de la pr√©carit√©. Est-ce que c'est √ßa aussi qui t'a pouss√© √† te relancer dans tes √©tudes, mais surtout √† laisser le sport de c√īt√©, √† te reconvertir ou √† transitionner vers la vie active professionnelle ?

  • Speaker #0

    Il y a eu deux choses. Blessure, donc mettre fin √† des ambitions olympiques, qui a √©t√© tr√®s dur d'accepter, parce qu'on grandit avec √ßa. Parce que n'emp√™che que on r√©alise peut-√™tre apr√®s 15 ans que c'est pas le sport qui va mettre le pain dans ta bouche, en tout cas pas forc√©ment mais n'emp√™che que pendant 15 ans t'arrivais d'√™tre champion du monde ou champion olympique et Et il faut l'accepter que ce ne sera pas le cas. Donc au final, √ßa a √©t√© super dur, tr√®s dur de l'accepter. Mais en m√™me temps, il y avait une petite voix dans ta t√™te qui te dit, en tout cas qui doit te dire et qui au bout d'un moment finit par vraiment te le dire, il va falloir que tu te ressaisisses parce que l√†, √ßa ne s'arr√™te pas l√† en fait. C'√©tait qu'au d√©but du chemin en fait. Et donc... √† partir de l√†, t'essaies de comprendre comment je peux capitaliser sur tout ce que j'ai appris, parce que c'est pas perdu, au contraire. C'est gagn√©, en fait, c'est √† moi, c'est bon. Les titres que j'ai eus sont √† moi, les exp√©riences que j'ai eues, les rencontres que j'ai eues, tout √ßa, c'est √† moi, en fait, personne ne me les enl√®vera. Les m√©dailles que j'ai, on ne me les enl√®vera pas. Les d√©faites que j'ai eues, on ne me les enl√®vera pas non plus, malheureusement. Mais voil√†, on n'enl√®vera rien du tout. Donc tout ce que j'ai gel√©, comment je compose avec ? Et donc c'est vrai que... Donc... avoir compris que je n'atteindrais pas mon objectif final, le tout dernier, c'est-√†-dire √™tre bien financi√®rement, te pousse en fait √† prendre des choix. Et au final, ces choix-l√†, tu ne peux pas les regretter m√™me s'ils mettent fin √† des ambitions que tu avais ou que tu as toujours eues. parce que l'objectif n'est pas de r√©aliser tes ambitions, l'objectif c'est d'atteindre l'objectif en fait. C'est d'aller chercher ton titre √† toi. Et c'est pour √ßa d'ailleurs que la th√©matique champion de sa vie, pour moi, marchait et fonctionnait super bien, parce qu'√™tre champion c'est bien, mais √™tre champion d'une autre vie ou de quelque chose qui n'est pas la cons√©cration ultime pour toi, √ßa sert √† rien au final. C'est √™tre champion de sa vie qui compte. Et donc, le comprendre permet en fait de plus facilement mettre de c√īt√© des √©checs. Et √ßa, quand je me blesse en 2015, j'avais 21 ans. Qu'est-ce que tu sais de √ßa ? √Ä 21 ans, tu as du mal √† comprendre, tu as du mal √† concevoir ces choses-l√†. Tu te renfermes un peu sur toi-m√™me. C'est √ßa que je dis. √Ä 21 ans, 22 ans, quand tu passes √† travers ce genre d'√©preuves, derri√®re, il y a peu de choses qui arrivent √† te toucher. Et la plupart des gens que je commence √† c√ītoyer vraiment dans le monde professionnel rencontrent ces moments de difficult√©-l√† maintenant, donc la trentaine, √† 30 ans. Je ne les ai pas encore, mais ceux que je c√ītoie ont 30 ans. Mais voil√†, enfin, commencent √† conna√ģtre l'adversit√©, la difficult√©. Je sais que dans ce processus-l√† de compr√©hension de mon environnement, ma compagne m'aide beaucoup √† comprendre, parce qu'elle a fait un parcours plus classique. Et quand moi je ne comprends pas la m√©thodologie ou la fa√ßon de r√©fl√©chir de certaines personnes, elles me le traduisent en disant mais h√©, n'oublie pas que telle personne n'est pas s'faim Le parcours classique, ce n'est pas le parcours d'un sportif. Et on arrive dans un environnement √† tr√®s facilement d√©tecter ceux qui sortent un peu du lot, ceux qui ont eu des parcours atypiques, ceux qui ont des parcours particuliers, de ceux qui sont dans le moule. Voil√†, je suis aujourd'hui dans une ligne professionnelle o√Ļ la plupart des gens sont sortis de pr√©pa, HEC, voil√†, et donc eux ont connu... Leurs difficult√©s √† leur mani√®re, mais c'est quand m√™me un moule d√©j√† pr√©fait o√Ļ les gens passent de bloc √† bloc. Et moi, j'arrive de mani√®re disruptive comme √ßa, de nulle part. Exactement. Et donc, forc√©ment... Je ne vais pas reprendre ce qui ne tue pas en plus fort, mais je vais plut√īt dire ce qui, √† la base, peut √™tre une faiblesse, si tu arrives √† le dompter, √† le dominer, devient vraiment une force. Parce que mon parcours, que ce soit pr√©caire, que ce soit dans l'adversit√©, que ce soit parfois un peu plus long, que ce soit les blessures, etc., aujourd'hui, je capitalise dessus √† fond. Aujourd'hui, je capitalise dessus √† fond, c'est-√†-dire que quand on est proche d'une deadline et que tout le monde commence √† paniquer, non, il n'y a pas de panique √† avoir. Au pire des cas, on va mourir, personne ne va mourir ici. Au pire des cas, c'est perdu.

  • Speaker #1

    Et au pire, on décale un peu la deadline et puis voilà.

  • Speaker #0

    C'est √ßa, l√† o√Ļ c'est infaisable ou inenvisageable pour d'autres personnes. Alors je ne dis pas qu'il ne faut pas respecter ces deadlines, comme on m'entend. Mais ce que je veux dire, c'est plus, il faut voir qu'est-ce qui est important en fait. Et m√™me dans notre parcours professionnel, il y a des √©ch√©ances o√Ļ je me dis √ßa c'est important et sans pas le rater. Et en fait c'est tout l'art de ne pas c√©der √† la pression. √† la mauvaise pression, celle qui va plus nuire √† ton activit√©, √† ce que tu fais, plut√īt que celle qui va te galvaniser et te permettre de g√©n√©rer de l'adr√©naline en toi.

  • Speaker #1

    Et d'aller au bout d'un combat, au bout d'une compétition, ou comme tu dis, au bout d'une compétition professionnelle, parce que ce parcours du sportif de haut niveau, il existe aussi dans le monde professionnel.

  • Speaker #0

    C'est √ßa. Ah non, mais clairement, on le voit bien, je l'ai compris. Et je pense que c'est quand m√™me quelque chose qui m'a fait plaisir, parce que quand tu arr√™tes le sport de haut niveau, c'est dur. Parce qu'il faut le dire... Quand on a grandi dans un environnement sport de haut niveau, P√īle Espoir, P√īle France, les classes sp√©cialis√©es, etc., on est toujours un peu sp√©cial. On est toujours consid√©r√© diff√©remment. On a toujours des petits avantages, on a toujours des petits passe-droits, etc. Et du jour au lendemain, tu les as plus.

  • Speaker #1

    Tout s'arrête.

  • Speaker #0

    Tout s'arrête. Quand je dis tout s'arrête,

  • Speaker #1

    c'est... Tu perds ton titre de noblesse et tu redeviens citoyen.

  • Speaker #0

    Pa√Įen. Alors vraiment, pour le coup, tu redeviens personne, dans le sens o√Ļ... Les subventions s'arr√™tent, les revenus chutent, l'entourage dispara√ģt, les amis... Enfin, √ßa d√©pend lesquels. Il y en a qui... T'arr√™tes un sport, donc tu ne viens plus aussi souvent, donc forc√©ment, il y en a qui prennent moins de nouvelles de toi. Les entra√ģneurs, l'accompagnement psychologique, physique, etc. M√©decins, kin√©s, ost√©os... tout √ßa dispara√ģt. Mais du jour au lendemain. Donc, t'es moins entour√© en fait, tu te sens moins consid√©r√©. Et c'est peut-√™tre √ßa le mot. Consid√©r√©. Tu te sens moins consid√©r√©. Et √ßa, √ßa fait mal. Parce que tu penses √™tre consid√©r√© pour ce que tu es, alors qu'en fait, tu es consid√©r√© pour qui tu es, ce que tu repr√©sentes dans le syst√®me. Quand t'es sportif de haut niveau, tu repr√©sentes une chance de m√©daille. quelle qu'elle soit en fait. Et donc du coup, tu es consid√©r√© parce que tu vas permettre √† d'autres personnes, une f√©d√©ration, un entra√ģneur, un club, √† atteindre des fins. Mais quand tu n'es plus dans ce syst√®me-l√†, tu ne leur sers plus rien. Et c'est l√† en fait que tu te rends compte qu'il va falloir que tu te fasses toi. Parce qu'√† un moment... Et le savoir, c'est important, parce que m√™me si tu d√©cides de rentrer dans ce syst√®me-l√†, parce que le monde professionnel, c'est la m√™me chose, que tu sois ind√©pendant ou que tu sois salari√©, tu permets √† des collaborateurs ou √† des coll√®gues ou des sup√©rieurs d'atteindre des fins. Mais quand tu le sais, c'est diff√©rent, parce que tu peux dire non plus facilement.

  • Speaker #1

    je veux dire je t'emmerde je sais pas si je peux parler comme √ßa √©coute c'est ton podcast c'est Roulib tu fais ce que tu veux √ßa m'inspire une r√©flexion est-ce que du coup tu pourrais revenir un petit peu avec nous sur les apprentissages encore plus que t'ont apport√© le sport de niveau dans le monde professionnel et peut-√™tre inversement imaginons qu'on est dans un monde parall√®le un monde magnifique o√Ļ l√† maintenant tu vas commencer ton nouveau job dans quelques jours dans un nouveau pays et puis tu peux redevenir Mehdi Meknesh, le judoka de haut niveau et tu peux repartir en qu√™te d'un tournoi olympique qu'est-ce que tu penses que le monde professionnel je t'ai mis quelques √©toiles dans les yeux l√† qu'est-ce que tu penses que le monde professionnel t'a apport√© dans ton statut, dans ton histoire de sportif de haut niveau et du sportif de haut niveau ce que tu as apport√© dans ton monde professionnel alors je vais prendre tes questions par √©tapes si on √©tait dans un monde parall√®le

  • Speaker #0

    et que je pouvais aussi √† c√īt√© reprendre une activit√© √† haut niveau, je serais beaucoup plus apais√©. Parce que j'ai pu me montrer ce que j'√©tais capable de faire dans le monde professionnel, un monde qui lui me permet de manger.

  • Speaker #1

    Je reviens juste sur ce que tu as dit. Tu as dit j'ai pu me montrer c'est-à-dire pas montrer aux autres. C'est me montrer à moi ce que je suis capable de faire dans ce monde professionnel.

  • Speaker #0

    Me montrer à moi. Et une fois que je me suis montré à moi, je peux dire, bon, maintenant que je me le suis montré, je peux le montrer aux autres. Mais ce que je veux dire, c'est que, bah oui, parce qu'à un moment, c'est les autres gens qui te payent. Donc il faut montrer à un moment à quelqu'un. Mais ce que je veux dire, c'est que t'as des achievements, en fait. T'as accompli des choses. Et je pense que c'est important parce que c'est générateur de confiance. Parce que quand tu viens de nulle part, et qu'en plus tu vois que ce que tu fais depuis des années n'est pas ce qui va te faire manger, à un moment tu te dis, il va falloir que je le trouve le truc là. Il va falloir que je le trouve, il va falloir que je montre que j'ai le niveau. Et en plus de ça, un parcours sportif de haut niveau te fait prendre du retard en termes d'années. Et donc il y a un moment, tu dois 1. rattraper ce gap et 2. aller chercher ton objectif. Et je pense que si aujourd'hui je reprenais le sport, je le reprendrais plus sereinement. Pourquoi ? Parce que je me dis, OK, ça va être difficile financièrement, etc. Mais j'ai déjà ça sur mon CV, en fait, donc je peux revenir. quitte à perdre une petite année ou deux, je peux revenir. C'est différent, mais ça n'a pas du tout le même impact.

  • Speaker #1

    La même saveur, pour revenir sur ce que tu disais tout à l'heure. La victoire après la défaite, ça n'a pas la même saveur.

  • Speaker #0

    Tu viens plus apais√© l√†. Il y en a qui avaient besoin de... Chacun avait un objectif, on va dire, bien propre √† lui-m√™me. Chacun a un objectif bien propre √† lui-m√™me. Et moi, je sais que comme mon objectif √† moi, c'√©tait √™tre bien dans la vie, financi√®rement et du coup, pas que moi, mais aussi mon entourage. L'id√©e de ne pas faire vivre, par exemple, √† mes enfants ou √† ma famille ou √† ma femme les m√™mes situations que moi j'ai pu conna√ģtre plus jeune, le fait de savoir que ce n'est plus le cas, en fait, tu vois, d'autres c'√©tait des points diff√©rents, d'autres c'√©tait li√© √† des parents, li√© √†, on va dire, une l√©gatie,

  • Speaker #1

    un héritage.

  • Speaker #0

    Ouais c'est √ßa un h√©ritage en fait chacun avait son point en fait moi c'√©tait celui-l√† donc c'est vrai que je pense c'est pour √ßa que je veux pas rendre universel ce que je suis en train de dire dans le sens c'est pas applicable √† tout le monde mais dans mon cas √† moi bien propre √† moi oui c'est vrai que c'est plus apaisant en fait tu dis j'ai r√©ussi √† prouver √† me prouver √† moi et √† prouver au march√© que j'avais ma place √† ce niveau l√† en fait √ßa c'est fait et l√† tu te dis vas-y je peux je peux remettre les pieds dans le tas peut-√™tre un peu comme comme Nico qui a on en parlait tout √† l'heure il a fait une pause et maintenant il reprend le judo parce qu'il a r√©ussi √† int√©grer HEC montrer qu'il y √©tait capable et qu'il a montr√© au march√© entre guillemets √† la communaut√© qu'il √©tait capable d'avoir ce niveau l√† √† chacun son degr√©. Ce que j'aime beaucoup, c'est que les jeunes de maintenant, on va dire, prennent plus conscience des difficult√©s, de nos difficult√©s qu'on a pu avoir. Moi, je sais que il y a des jeunes que je consid√®re vraiment beaucoup, comme par exemple Sina, qui est judoka, qui a fait Brittany, qui a fait Strasbourg, qui a fait l'INSEP, qui... qui s'inspire en fait des anciens. Et je sais qu'on a une tr√®s belle relation, lui et moi, parce que quand il est sorti de Strasbourg, j'ai tenu √† l'accompagner, √† lui dire, √©coute, tu vois l√† tout √ßa ? Tu le fais pas. Fais pas ces erreurs-l√†. Quitte, fuis, fais ci, fais √ßa. Viens l√† d'abord, ensuite va l√†, va l√†. Parce que moi, j'aurais voulu qu'on me le dise. Moi, j'ai d√Ľ t√Ętonner et trouver tout seul. Et √ßa, c'est dur, parce que tu ne sais pas si tu vas dans le bon ou... En tout cas, tu vas dans ce qui te semble √™tre le mieux. Mais personne n'√©tait l√† pour me dire Ah non, mec, l√†, l'√©cole dans laquelle tu es, elle est nulle. Je ne sais pas, tu suis les pauvres classements que tu vois et √† un moment, tu te rends compte que Non, non, en fait, je pense pouvoir aller plus haut, je pense pouvoir chercher mieux, je pense pouvoir... d√©passer certaines limites que l'on m'a fix√©es, et tu reproduis un mod√®le, et c'est l√†, en fait. Je voulais parler de √ßa pour revenir sur ta question initiale qui √©tait quels sont les enseignements que tu tires du sport ? C'est √ßa, en fait. C'est beaucoup plus simple maintenant pour moi d'aller repousser mes limites qu'avant. Avant, t'avais un consensus autour de toi, que ce soit un corps m√©dical ou un corps parental ou d'adultes en fait, qui fixent les limites pour toi. Et t'es cens√© y croire parce qu'eux sont grands et toi t'es petit, donc par d√©faut tu penses qu'ils ont raison. alors que non, ils n'ont pas raison. Ils n'ont pas raison, et pour √™tre honn√™te, la plupart du temps, ils n'ont pas raison. Ma m√®re, que j'aime plus que tout, qui le sait tr√®s bien, avait beaucoup d'opinions et d'avis qui √©taient erron√©s, qui n'√©taient pas bonnes, en pensant bien faire pour moi, que je n'ai pas √©cout√©, qu'au final, ont √©t√© un salut pour moi. Petite anecdote, quand j'√©tais en seconde, Je suis pass√© en premi√®re S alors que moi je voulais faire une ES. Les professeurs ont d√©cid√© que je n'avais aucun avenir en ES et m'ont fait passer en S parce que j'avais tr√®s bonne note dans les mati√®res scientifiques. J'√©tais pas d'accord, parce que moi, c'est pas ce que je voulais faire. Ma m√®re r√™vait que d'une chose, c'est que je sois m√©decin, donc S, c'est ce qu'il faut faire. Et donc, les professeurs m'ont r√©orient√© en S, et pour faire appel, il faut l'accord des parents. Et donc, il y a eu une sorte de petit complot derri√®re mon dos, qui a fait que je me suis retrouv√© en premi√®re S, alors que moi, je voulais faire ES. R√©sultat, qu'est-ce qui s'est pass√© ? je termine ma premi√®re S, je peux passer dans la classe suivante, et moi je dis c'est simple, c'est soit je passe en premi√®re S, soit j'arr√™te l'√©cole. Et donc au final j'ai perdu un an gratuitement, alors que moi c'est pas ce que je voulais faire, regarde aujourd'hui. J'ai eu mon bac avec mention bien, 15-6, je me suis r√©gal√©, j'ai tout d√©chir√©, derri√®re j'ai fait une √©cole, puis une deuxi√®me, puis une troisi√®me, tu vois. Et aujourd'hui, je rentre dans le conseil en strat, enfin,

  • Speaker #1

    fallait m'écouter dès le début en fait ça aurait été plus simple t'aurais gagné un an mais comme tu le disais c'est peut-être comme le sport études tu disais que t'avais pas voulu faire la première année de sport études au collège et on sait pas ce que ça aurait donné est-ce que tu serais blessé avant est-ce que t'aurais progressé plus vite on saura jamais, on peut pas refaire l'histoire et là cette année que t'as fait en plus tu voulais pas la faire, mais peut-être qu'elle t'a permis aussi de gagner un an en maturité, peut-être qu'elle a aussi assis le socle des compétences qu'on acquiert en première, que ce soit en AS ou en ES, et qui t'a permis après de t'exprimer, d'exprimer ton plein potentiel en ES, et peut-être aussi te consacrer un peu plus au judo cette année-là, puisque t'avais déjà vu le programme de première. Je me fais l'avocat du diable !

  • Speaker #0

    C'est vrai, c'est compl√®tement vrai, d'ailleurs c'est l'ann√©e o√Ļ j'ai le plus perform√©, l'ann√©e o√Ļ je suis pass√© en premi√®re ES, mais il y a eu un aspect psychologique qui √©tait long, j'ai pass√© 5 ans en lyc√©en. 5 ans au lyc√©e c'est long je peux te dire que c'est long parce que normalement c'est 3 ans quand t'arrives √† ta 3√®me ann√©e que tu dis je suis √† la moiti√© j'ai cru ne jamais sortir du lyc√©e pasteur √ßa j'ai cru ne jamais en sortir mais ce qui est vrai c'est que √ßa m'a permis surtout de savoir ce que je ne veux pas et c'est hyper important de savoir ce que tu ne veux pas tout comme c'est hyper important de savoir ce que tu ne peux pas c'est hyper important savoir ce que tu ne peux pas faire, conna√ģtre tes limites Parce qu'il faut conna√ģtre ses limites pour aller les repousser. Si tu penses, si tu te persuades que tu es capable de le faire, alors qu'en fait non... tu vas aller chercher des limites encore plus haut, tu vas te cramer et tu vas tomber. Donc, savoir ce que tu ne veux pas, c'est aussi important que savoir ce que tu ne peux pas faire. Je ne peux pas √™tre danseur √©toile. Je ne peux pas et je ne veux pas. C'est bien, c'est align√©. C'est align√©, tu vois. Mais voil√†, √ßa m'a permis d'asseoir ce socle-l√†. Mais n'emp√™che que le r√©sultat, et je pense que c'est l'enseignement le plus important que j'ai tir√© moi durant toute ma vie, c'√©tait... Les gens pensent avoir raison sur toi, mais en fait, il n'y a que toi qui sais ce que tu es capable de faire. Et √ßa, j'en parlais dans mon talk. Il n'y a que toi qui sais ce qu'il y a √† l'int√©rieur de toi. Que toi qui es capable de dire Ok, √ßa je peux, √ßa je peux pas Les gens, aussi proches qu'ils puissent √™tre, ne peuvent pas savoir ce que tu as en toi comme ressources, comme r√©serve. Tu peux les surprendre, mais toi, tu ne te surprendras pas. C'est-√†-dire que moi, quand j'ai ce que j'ai, je ne suis pas surpris. Je peux √™tre content, mais c'est pas pareil que d'√™tre surpris. Je suis pas surpris, parce que je le savais, je m'√©tais fix√© cet objectif-l√†. Les autres, oh, mais c'est incroyable, mais c'est incroyable, pourquoi c'est incroyable ? Parce qu'ils pensaient que j'arriverais pas. Donc si tu te mets √† les √©couter, un, si t'y arrives pas,

  • Speaker #1

    tu vas leur donner raison,

  • Speaker #0

    tu vas leur donner raison, et en plus de √ßa, si tu n'y arrives pas, tu ne peux pas leur en vouloir. Tu vois ? Moi, quand je r√©ussis quelque chose o√Ļ les gens me disaient Ah, tu n'√©tais pas capable je ne peux pas dire T'as vu ? T'as vu ? Je n'y arriverai pas. Je m'en fous. Ils m'en fous, ils l'ont compris. Je n'ai pas besoin de leur dire. Ils l'ont compris, ils le voient. Mais √ßa te fait surtout comprendre quelque chose. Et moi, je l'ai compris tr√®s jeune, parce que c'est arriv√© tr√®s jeune. J'√©coute plus que ces gens, en fait. Je m'en fous. Et je vais m√™me aller plus loin. √áa me motive encore plus. Quand quelqu'un me dit Ah ouais, mais non, mais tu n'y arriveras pas. Ah, j'y arriverai pas ? Ah ben, on verra. Ah ben, on verra. Et aujourd'hui, l'√©tape que je suis en train de passer, il y a deux ans, dans mon √©cole, des professionnels de l'√©cole, pas des √©tudiants, mais des professionnels qui g√©raient un track en strat√©gie, m'ont r√©pondu texto que tu n'as pas le profil pour y rentrer. Et bien voil√†, j'ai not√©, et deux ans apr√®s, j'y rentre.

  • Speaker #1

    Voilà, donc cher professionnel de l'école, si tu nous écoutes, toi aussi, on va t'envoyer le podcast.

  • Speaker #0

    C'est ça, il a sorti l'école.

  • Speaker #1

    Tu me le donneras en off et je lui enverrai. Super, écoute Mehdi, on avance, je ne veux pas te prendre trop de temps. Comme je te le disais en off, j'ai une petite surprise pour toi. Je voudrais avec toi inaugurer une nouvelle catégorie du podcast. C'est les questions des anciens invités qui viennent du même sport que toi. Tu parlais de Nico tout à l'heure, tu fais référence à Nicolas Biffaut que j'ai reçu dans le podcast D'ailleurs, son épisode a été publié le 31 décembre pour bien finir l'année 2021. Il a une question pour toi.

  • Speaker #0

    Salut Mehdi, j'esp√®re que tu vas bien. J'esp√®re que tu t'√©clates dans tes nouveaux projets personnels et professionnels. Alors, la question que je voulais te poser pour ce podcast, c'√©tait de savoir quel √©tait ton meilleur souvenir lorsque tu √©tais au P√īle Espoir de Bretigny-sur-Orge. La Nico t'es en train de faire de... C'est chaud l√† ce que t'es en train de me demander. L'ann√©e que j'ai pass√©e √† Bretigny a certainement √©t√© l'ann√©e la plus folle que j'ai pass√©e dans le sport. Pourquoi il me pose cette question-l√† ? Parce qu'il sait tr√®s bien que c'est des zinzins. On √©tait des zinzins. Pour donner un petit point, sur ma classe, on √©tait 19 redoublants. Euh... Et... Alors, non, ouais, c'est... 19 redoublants, non, 26 redoublants ou 25 redoublants et 19 conseils de discipline. Mais je peux te dire que l'envers du d√©cor des chiffres que je te donne, c'√©tait un bordel et une ambiance de malade. Et je pense que mon plus beau souvenir... √áa se bagarre, l√† ? Allez, je vais sortir des sentiers battus. Je ne vais pas dire ma premi√®re m√©daille en championnat de France parce que normalement, c'est √ßa. J'en ai pleur√©, c'√©tait des √©motions de fou. Je vais plus sortir un point d'ambiance. C'√©tait... les soir√©es les soir√©es √† foutre le bordel dans l'internat mais √ßa c'est des souvenirs que je garderai toujours dans ma t√™te parce que j'ai jamais autant rigol√© de ma vie que cette ann√©e l√† en fait √ßa a √©t√© tr√®s dur parce qu'il y a eu des moments tr√®s difficiles des blessures etc mais non Nico non l'ambiance dans l'internat c'est trop c'est pas possible

  • Speaker #1

    Moi, il y a un truc qui me choque, c'est que tu parles de foutre le bordel à l'internat, mais dans le judo, il y a les valeurs du respect.

  • Speaker #0

    Non, on se respecte. C'est le bordel. On se respecte. C'est-√†-dire que quand on se retrouve, en tout cas moi, on se retrouve devant le fait accompli qu'on va se faire punir ou sanctionner, parce que j'ai √©t√© vir√© de l'internat √† la fin, mais je n'√©tais jamais d√©l√©gu√© aux championnats de France, donc je m'en foutais. Voil√†, pour ceux qui m'entendent, je le r√©p√®te, je m'en foutais. tu restes respectueux. Moi, je n'ai jamais hauss√© le ton face √† des profs, parce que j'ai √©t√© √©duqu√© comme √ßa et parce que c'est notre sport et parce que derri√®re, on prenait cher. Et puis Nicolas Motion m'aurait d√©fonc√©. Mais n'emp√™che que c'√©tait le zoo. C'√©tait le zoo. On dormait le... Il y avait des surveillants qui faisaient des rondes. On les rendait malades. Ah oui, j'ai un tr√®s bon souvenir. Les petits ponts massacreurs. les petits ponts massacreurs les petits ponts massacreurs en fait c'est un concept qui est tr√®s simple c'est tout le monde qui joue avec une balle et si un gars prend un petit pont il se fait massacrer par toute la cour et je peux te dire que quand tu fais √ßa √† Bretigny o√Ļ il y a le p√īle espoir de judo le p√īle de foot et le p√īle de rugby les petits ponts massacres √ßa massacre √ßa massacre et puis accessoirement t'es √† Bretigny au milieu du 91 avec des gens qui viennent de partout banlieue parisienne et qui viennent Les petits pour m'assacreur, √ßa va tr√®s vite, tr√®s loin. Moi, je sais que... Ah oui ! Et les bapt√™mes d'anniversaire aussi. Moi, je sais que le 26 mai, donc le jour de mon anniversaire, le Je sais pas si c'√©tait comme √ßa chez toi, √† Brette, pour toi, Nico, mais nous, √† notre √©poque, le jour de ton anniversaire, tu te faisais d√©foncer.

  • Speaker #1

    Donc il va venir me prendre congé ou être malade.

  • Speaker #0

    Moi, j'√©tais pas l√†. Le 25, je rentre chez moi, je reviens le 27. en plus moi je suis de fin d'ann√©e fin d'ann√©e scolaire j'ai d√©mont√© tout le monde on a fait des pires traces √† certaines personnes il y en a qui ont pris des sauts d'urine dans leur lit moi √† arriver √† la fin comme √ßa j'allais prendre tarif je viens pas c'est simple je ne viens pas et d'ailleurs Sina si t'entends √ßa je pense que tu sais tr√®s bien comment c'√©tait aussi toi pour toi ta g√©n√©ration parce que je pense que t'es de la m√™me g√©n√©ration que Nico ou peut-√™tre une g√©n√©ration avant mais je vous souhaite que c'√©tait pas Je pense pas, c'√©tait pas aussi pire que nous parce que je sais que nous il y a eu une grande refonte dans le P√īle Espoir apr√®s notre ann√©e et les gens en ont entendu parler quelques ann√©es apr√®s de notre g√©n√©ration parce que √ßa a √©t√© une honte

  • Speaker #1

    Bon, on retiendra donc comme meilleur moment au P√īle de Bretigny les petits ponts massacreurs J'ai une autre question pour toi, cette fois-ci qui vient d'une athl√®te, une judocate c'est Anfatou Mbayeiro, voil√† sa question Quelle est la qualit√© que tu as d√©velopp√©e au judo ?

  • Speaker #0

    et que tu as réussi à introduire dans ta vie professionnelle.

  • Speaker #1

    On en a déjà un petit peu parlé tout à l'heure, mais est-ce qu'il y en a une autre qui te vient cette fois-ci avec la question posée par Anne Fatou ?

  • Speaker #0

    √áa, c'est Anne Fatou, plus professionnelle, plus pos√©e. √áa, c'est vraiment elle, tu vois. Alors, tr√®s bonne question. Je pense que c'est l'abn√©gation, la pers√©v√©rance, rien l√Ęcher. C'est quelque chose qu'on d√©veloppe tr√®s rapidement, on n'a pas le choix de le d√©velopper tr√®s rapidement dans le sport, parce que sinon tu n'as nulle part, tu ne fais aucune m√©daille, tu ne fais rien du tout. Mais qui est beaucoup plus difficile √† percevoir parce que le sport c'est toi, le monde professionnel c'est toi et les autres. Et quand je dis que je parle d'humain, c'est l√† o√Ļ √ßa se joue. et je pense que l'abn√©gation et la pers√©v√©rance le fait de rien l√Ęcher √ßa a peut-√™tre un point plus li√© au judo le judo c'est le sport individuel le plus collectif que je connais c'est simple parce que tu travailles pour toi mais tu ne peux pas travailler pour toi si tu ne fais pas travailler les autres et je pense que c'est le point que j'ai le plus gard√© et qui m'a fait le plus penser √† l'humain c'est que si tu ne fais pas monter en comp√©tence les autres, tu ne monteras jamais toi. Ou tu ne pourras pas bien monter toi. Si tu t'amuses √† garder tous tes secrets et toutes les techniques pour toi, et que tu ne les partages pas avec les autres, de peur de leur donner tes techniques, eux ne d√©velopperont jamais un moyen de te contrer, et toi tu ne d√©velopperas jamais un moyen de contrer leur contre.

  • Speaker #1

    Et de devenir encore plus fort.

  • Speaker #0

    Exactement. Et donc l√† c'est √ßa. Si tu ne fais pas monter en comp√©tence les gens √† c√īt√© de toi, si tu ne prends pas le temps... de comprendre les forces et les faiblesses et les drivers de chacun. tu n'arriveras jamais √† aller loin. Tout simplement. Tu monteras vite, mais tu auras un plafond de verre parce que tu n'auras pas fait monter toute une cohorte avec toi √† d√©velopper leur meilleur niveau. Je pense que c'est √ßa. C'est faire attention √† l'humain et aux gens autour de toi, les partager avec eux. Rien √† l√Ęcher, m√™me si tu perds, m√™me si √ßa ne marche pas. m√™me si tu te fais lourder de ta bo√ģte, m√™me si tu te fais d√©tester par plein de gens, c'est pas grave parce que tant que tu gardes cette philosophie il y a d'autres gens qui t'adoreront √† c√īt√© donc voil√†, partagez et rien l√Ęcher partagez et rien l√Ęcher, tu sais quoi, partagez et rien l√Ęcher, c'est tr√®s bien voil√†,

  • Speaker #1

    c'est super, Mehdi j'ai encore deux questions pour toi, la premi√®re je la pose √† tous les invit√©s, si on retournait dans ce monde parall√®le et tu pouvais revenir euh te mettre √† c√īt√© du petit Mehdi qui va d√©couvrir le judo tu sais celui o√Ļ maman te dit je veux que tu fasses un sport mais t'es un petit peu mou donc un sport peut-√™tre de combat o√Ļ tu vas apprendre √† te d√©fendre mais un sport qui soit pas en plein air donc je vais t'emmener au judo t'arrives l√†, toi tu voulais pas et toi le Mehdi de maintenant, t'es √† c√īt√© de ce petit Mehdi qu'est-ce que tu crois que le petit Mehdi de 4-5 ans Dirais en te voyant, en sachant tout ce que t'as accompli Et l√† o√Ļ tu en es aujourd'hui Qu'est-ce que lui dirait ? Qu'est-ce qu'il penserait de toi ?

  • Speaker #0

    Je serais super fier Ah il dirait mais je fonce j'y vais quoi Non non non parce que je pensais que ta question c'était qu'est-ce que je lui dirais Non trop facile ça trop facile Qu'est-ce que lui me dirait s'il avait un film de tout ce qui a été fait Oh bah il foncerait Il foncerait Il foncerait encore plus Il foncerait et j'espère qu'il aura bien regardé l'histoire de sa vie future pour ne du coup être meilleur et foutre encore plus le bordel à l'internat

  • Speaker #1

    aussi aussi parce que quitte √† √™tre vir√© autant vraiment foutre le bordel parce que je savais que j'allais √™tre vir√© moi quitte √† prendre cher autant prendre cher jusqu'au bout exactement √† bien prendre cher en fait √ßa marche et puis derni√®re question √©coute elle est tr√®s simple o√Ļ est-ce qu'on peut te suivre o√Ļ est-ce qu'on peut rentrer en contact avec toi si on veut en savoir encore plus si on veut d√©couvrir ton fameux triangle

  • Speaker #0

    des Bermudas c'est un bon truc que tu me dis parce que l√† j'avais pens√© √† publier moi cette vid√©o et puis Et en fait le truc qui m'a le plus emp√™ch√© de la publier c'√©tait que C'est en 17 minutes j'avais la flemme de faire les sous-titres Sauf que maintenant il y a Delia qui fait les sous-titres pour toi Donc je vais la publier, je vais me faire un compte YouTube pour la publier. Je vais travailler la vid√©o et ensuite je vais la publier. Mais je vais aussi couper des extraits et mettre sur LinkedIn diff√©rents supports. Mais ouais, LinkedIn d√©j√†. Premier support o√Ļ on peut me retrouver. Mais aussi, pour ceux qui sont judokas, il y a Instagram. Et...

  • Speaker #1

    et Youtube bient√īt ok super nous on mettra √ßa de toute fa√ßon dans toutes les notes de l'√©pisode j'avais donn√© un challenge √† Nico Biffo qui se lance aussi dans la cr√©ation de contenu avec une cha√ģne Youtube je lui avais dit que je publierais le podcast uniquement une fois qu'il aurait publi√© deux vid√©os donc je te donne le m√™me style de challenge je publierai ce podcast quand tu auras publi√© ta vid√©o sur ton compte Youtube √ßa marche ? ok j'ai pas le choix voil√† maintenant t'as un objectif merci beaucoup Mehdi pour ce moment qu'on a pass√© ensemble merci √† je te souhaite bon courage pour la suite bonne continuation, bon voyage pour ton nouveau boulot et puis on suivra avec attention la suite et moi je reste accroch√© √† ton talk sur la m√©thode Bermuda sur le cercle des Bermuda √ßa m'a beaucoup inspir√© √ßa allait faire autant trois

  • Speaker #0

    ans après

  • Speaker #1

    et comme tu l'as dit la dernière fois quand on a eu l'occasion d'échanger avec Cyril Blanchard avec d'autres formés dans la formation champion de ma vie tu t'en rendais même pas compte mais en fait tu es un des supports de la formation donc je l'ai pas du tout et pour te donner une anecdote sur le triangle des Bermudas comme

  • Speaker #0

    le disait à chaque fois Cyril et Salah donc ils nous ont formés sur champion de sa vie Il y a le talk, et ça c'est important, tu dois le savoir toi, il y a le talk que tu veux faire, il y a le talk que tu vas faire, que tu fais, et le talk que tu voulais faire. et bien travailler son talk ça te permet en fait de pouvoir improviser quand t'es sur scène, quand tu vois mon talk tu vois qu'il y a eu de l'impro mais je connaissais tellement mon sujet que je pouvais me permettre de faire 4 versions 8 versions différentes que ça resterait impactant et le triangle des Bermudas je l'ai fait dans le train avant d'arriver à... c'est à dire que j'ai travaillé mon talk et j'ai incorporé cette notion du triangle des Bermudas peut-être moins de 24 heures avant et c'est le truc que tout le monde a retenu c'est incroyable,

  • Speaker #1

    j'ai travaillé mon talk pendant un an et tout le monde a retenu ce truc que j'ai fait à la dernière seconde ouais mais parce que le talk en lui-même est inspirant mais cette image du triangle des Bermudas ça met en lumière finalement en une image ce que ton talk raconte un

  • Speaker #0

    Bermuda pour être bien dans la vie c'est ça,

  • Speaker #1

    merci beaucoup encore Mehdi bonne continuation merci √† toi aussi Alors on est tous d'accord chaque athl√®te a une histoire unique tout comme Mehdi Meknesh que vous venez d'entendre sur le podcast si son parcours vous a inspir√©, rejoignez-nous sur les r√©seaux sociaux du podcast pour en discuter, tous les liens sont dans les notes de l'√©pisode Pour en d√©couvrir davantage sur Mehdi et tous les autres sportifs du podcast et les soutenir dans leurs d√©fis, visitez le site vestiaires.org. On a besoin de vous, chaque euro compte et 100% des dons sont directement revers√©s aux athl√®tes. Le podcast Dans les vestiaires met en lumi√®re ces h√©ros du sport et ils ont besoin de votre soutien. Et le plus simple, c'est de partager leurs histoires pour les aider √† briller sur la sc√®ne internationale. Et puis comme √ßa, tout le monde fera un peu partie de cette superbe aventure sportive et philanthropique. partager leurs √©pisodes √ßa nous aide et √ßa les aide surtout eux allez portez-vous bien entra√ģnez-vous bien et on se retrouve bient√īt pour un nouvel √©pisode salut les sportifs

Share

Embed

You may also like

Description

ūüĆüImaginez un sportif, dot√© d'une r√©silience √† toute √©preuve, dont chaque d√©fi lui offre l'occasion de briller encore plus fort.ūüĆą Cet homme, c'est Mehdi MEKHNECHE. Dans le grand jeux de son existence, il a suivi un parcours non pas sans emb√Ľches, mais richement pav√© d'apprentissages et de victoires personnelles.ūü•č


ūüŹÜAncien judoka de haut niveau, Mehdi n'a jamais √©t√© √©tranger aux d√©fis ou √† la comp√©tition. Il conna√ģt le go√Ľt de la sueur, de la pers√©v√©rance et, surtout, celui de la renaissance apr√®s chaque chute.ūüí™ √Ä l'√©coute de son histoire, on plonge dans les souvenirs d'une jeunesse rythm√©e par le Judo, o√Ļ le self-d√©fense c√®de peu √† peu la place √† une passion d√©vorante. ūüĆć


ūüďöDou√© d'une soif d'apprendre et de se prouver √† lui-m√™me, il quitte finalement le monde du sport, non sans emporter avec lui ses pr√©cieuses le√ßons, pour s'engager sur un tout autre tatami : celui du monde professionnel.ūüĆÄ


ūüĆüMais Mehdi ne se contente pas de combats physiques.


ūü§ĒIl est vrai que la question de Nicolas, entre anciens athl√®tes convertis dans la qu√™te d'autres victoires, promet d'allumer une nouvelle lueur de curiosit√©. Serait-elle la pi√®ce manquante permettant de dessiner plus pr√©cis√©ment le tableau de cette transition, du judogi au costume de consultant?ūüĒć


ūüéôÔłŹDans cet √©pisode du podcast, il n'est pas seulement question de se souvenir mais de partager. De partager cette flamme qui ne s'est jamais √©teinte en lui, celle qui √©claire aujourd'hui son chemin dans le vaste monde du conseil en strat√©gie, o√Ļ il se pr√©pare √† relever ses nouveaux d√©fis, √† Bruxelles, tout en restant ancr√© dans ses racines.ūüĆŅ


ūüéß√Čcoutez l'√©pisode sur toutes les plateformes de podcast et pour ne rien manquer des prochains √©pisodes, abonnez-vous !


#Podcast #DansLesVestiaires #Sport #Judo #Carrière #Transition #Détermination #Resilience #Inspiration #Motivation #LinkedIn #Ecriture #ConseilEnStratégie #VieProfessionnelle #SuccessStory #Ambition #Challenge #Succès


Dans cet épisode, vous pourrez découvrir (chapitres de l’épisode) :


  1. 00:03:38 - Début dans le Judo et Influence Maternelle

  2. 00:06:49 - Victoire Déterminante et Transition vers le Haut Niveau

  3. 00:10:05 - L'Impact des Blessures sur la Carrière Sportive

  4. 00:12:32 - La Psychologie du Sport et le Soutien Manquant

  5. 00:14:08 - Importance de la Préparation Mentale

  6. 00:16:33 - Les Difficultés Financières des Sportifs de Haut Niveau

  7. 00:19:43 - Le Parcours après le Judo : Transition Professionnelle

  8. 00:22:07 - Conseils pour les Jeunes Sportifs : √Čducation et Pr√©paration pour l'Avenir

  9. 00:24:29 - Le Haut Niveau dans le Sport et le Monde Professionnel

  10. 00:27:16 - Le Sport comme √Čl√©vateur Social

  11. 00:34:34 - Les Enseignements du Sport Applicables dans la Vie Professionnelle

  12. 00:39:26 - Les questions d'anciens invités du podcast

  13. 00:43:05 - L'Importance de Conna√ģtre et D√©passer ses Limites

  14. 00:44:02 - Encouragement √† √Čcouter sa Propre Voix et √† Ne Pas Abandonner


Pour suivre et soutenir notre invité : https://www.linkedin.com/in/mehdi-mekhneche / https://www.instagram.com/mekhnechito / https://www.strava.com/athletes/81580268


Gr√Ęce √† Autoscript.fr, on vous propose m√™me de revivre l‚Äô√©change que j‚Äôai pu avoir avec Mehdi. √áa se passe sur https://vestiaires.org !


Hébergé par Ausha. Visitez ausha.co/politique-de-confidentialite pour plus d'informations.

Transcription

  • Speaker #0

    Dis papa, pourquoi les sportifs quand ils ne sont pas sur le terrain ? Et bien croyez-moi, quand votre fils vous pose cette question, ça fait réfléchir. Surtout quand on sait que pas mal d'entre eux jonglent avec un ou plusieurs jobs pour pouvoir joindre les deux bouts. Et j'ai réalisé que beaucoup d'entre nous se posent la même question. C'est pour ça qu'il y a quelques années, j'ai décidé de lancer le podcast dans les vestiaires pour plonger dans ces doubles vies. Parce que derrière chaque athlète, il y a une histoire et parfois un autre métier. A peu près au même moment, j'ai rejoint Aplayer, un cabinet de recrutement spécialisé dans les recherches critiques. Alors moi, je suis recruteur tech et avec mon associé, on aide les entreprises à trouver les perles rares. Mais on accompagne aussi les entités qui veulent définir ou redéfinir une politique de recrutement. Et je peux vous dire que des sportifs de haut niveau, croisés au gré de nos chasses de candidats, on en a vu un sacré paquet. Et oui, parce que, encore une fois, vivre de son sport n'est pas si facile quand on n'est pas installé au plus haut des podiums depuis des années. Et encore, comme une marque vient à l'installer, il faut y rester et se réinventer sans cesse. Du coup, à travers les histoires inspirantes de mes invités, je vous propose de découvrir comment on peut répondre à nos enfants qui se demandent encore ce que font toutes... La journée, c'est sportif de haut niveau. Parce que oui, entre sport et entrepreneuriat, il y a beaucoup de points communs. Et avec les JO de Paris qui approchent, c'était le moment de redonner vie à ce podcast. Alors restez après l'épisode, je vous donne tous les détails sur notre invité et je vous invite à aller voir la page sur le site vestiaire.org pour pouvoir le soutenir dans ses projets. Allez, c'est parti pour un nouvel épisode ! Salut les sportifs, c'est Hermano et je suis très heureux de vous recevoir comme d'habitude pour un nouvel épisode du podcast Dans les Vestiaires. Aujourd'hui, on inaugure un petit peu ce format puisque je suis en face-à-face avec mon invité mais pas par caméra interposée. J'ai la chance d'être en face de Mehdi Meknesh. Salut Mehdi.

  • Speaker #1

    Salut Hermano, salut tout le monde.

  • Speaker #0

    Mehdi, √©coute, je suis tr√®s content de te voir, surtout qu'on parle beaucoup de toi en ce moment, que ce soit dans les podcasts avec d'anciens invit√©s et d'ailleurs tu auras une petite surprise √† la fin de l'√©pisode, mais aussi... avec Cyril Blanchard avec qui je suis la formation champion de ma vie on pourra revenir un petit peu l√† dessus on pourra revenir aussi sur le talk que tu as fait sur le c√īt√© tr√®s inspirant de ce talk mais avant tout ce que je te propose c'est ce que je propose √† tous mes invit√©s je te demande de te pr√©senter donc dis nous tout qui est Mehdi Meknesh alors

  • Speaker #1

    d√©j√† merci pour tes mots en amont √ßa me touche √ßa fait tr√®s plaisir de savoir que mes passages ou mes talks o√Ļ mon nom arrive √† √† inspirer, √† accompagner et √† aider certaines personnes. C'est d'ailleurs le but et l'id√©e. Sinon, pour ma part, comme tu l'as dit, Mehdi Meknej, j'ai 29 ans. Et je vis actuellement √† la fronti√®re du Luxembourg car je travaille, ou du moins je travaillais au Luxembourg depuis deux ans et demi. J'ai d√©cid√© de quitter mon job pour en rejoindre un autre, donc passer du conseiller en management au conseiller en strat√©gie, quelque chose que je cherchais depuis un moment. Donc l√† je rejoins Bruxelles, mais je continuerai √† vivre ici pour rester pr√®s aussi de ma compagne. Sinon, voil√†, ancien sportif de haut niveau, judoka, plus de 18 ans de judo, je pense, √† peu pr√®s. Plusieurs bons moments, presque 10 ans dans le haut niveau. Donc, des souvenirs, des bons, des moins bons. Plein d'amis, plein de... et surtout, une personnalit√© qui s'est cr√©√©e, qui s'est forg√©e. Au fur et √† mesure des ann√©es et des exp√©riences qui me permettent aujourd'hui d'√™tre qui je suis, c'est-√†-dire quelqu'un d'ambitieux mais qui reste, je pense, simple, parce que c'est important, parce que c'est l'humain qui prime avant tout. Donc, voil√†, rester abordable, accessible, transmettre. Je pense que si je devais d√©finir un mot qui me parle beaucoup, c'est vraiment transmettre. Parce qu'on s'enrichit beaucoup √† travers la transmission. Et donc oui, voil√† √† peu pr√®s dans les grandes lignes qui je suis.

  • Speaker #0

    On va rentrer un petit peu plus dans les détails, justement, dans les petites lignes de toi, de ton histoire, de ta carrière, de ta vie de sportif de haut niveau, mais pas que. On parle de sport. Comment est-ce que tu découvres le sport ?

  • Speaker #1

    Comment est-ce que je d√©couvre le sport ? D√©j√†, j'ai ma m√®re qui √©tait ancienne sportive de haut niveau quand elle √©tait en Alg√©rie. Mais comment je d√©couvre mon sport ? Parce qu'elle faisait de l'athl√©tisme. C'est parti. Parce que ma m√®re voulait que je fasse du sport. Et puis pour l'anecdote, j'ai grandi dans le 20e arrondissement de Paris, pr√®s de Belleville. Et c'est vrai que c'√©tait... On va dire que √ßa craignait un petit peu. En tout cas, il y avait quand m√™me dans mon √©cole pas mal d'opposition et de tensions. Et donc, j'√©tais amen√© √† me disputer tr√®s souvent. Sauf que moi, je n'√©tais pas du tout un gar√ßon combatif. J'√©tais plut√īt un fils √† maman. Je pense que je le suis toujours un petit peu, dans le sens o√Ļ je suis tr√®s attach√© √† ma m√®re et j'ai une relation tr√®s particuli√®re avec elle. Mais voil√†, je n'√©tais pas celui qui voulait absolument d√©coudre avec tout le monde. Je revenais souvent marqu√© et ma m√®re a dit c'est plus possible, c'est pas possible, il faut que tu puisses te d√©fendre. Et elle m'a fait faire du sport mais elle voulait pas que je fasse un sport en plein air ou en ext√©rieur. Et donc √ßa limite le champ du possible et on se retrouve √† aller dans le judo parce que pour elle c'√©tait du self-defense et que c'√©tait pas un sport de gros impacts. Elle a bien compris qu'avec le temps, ce n'√©tait pas forc√©ment vrai. Elle a d'ailleurs regrett√© tr√®s rapidement. Regretter, c'est un grand mot, mais en tout cas, elle s'est dit, mince, je pensais mettre mon fils dans un sport qui va permettre quand m√™me de pouvoir se d√©fendre, mais d'√™tre au chaud, etc. Et au final, je tombe dans ce sport qui, √† la base, ne me s√©duit pas du tout. que j'ai pas aim√©, que j'ai voulu arr√™ter parce que moi je voulais faire du foot mais mon entra√ģneur Julien Nabara s'il m'entend j'esp√®re bien on va lui envoyer le podcast comme √ßa il pourra faire ses commentaires exact √† d√©celer quelque chose un potentiel un niveau et en fait tr√®s rapidement il y a eu un moment Apr√®s pas mal de victoires, mais aussi quelques grosses d√©faites qui ont laiss√© des traces, je me suis dit non, je ne peux pas accepter ces d√©faites-l√†. C'est vrai que j'√©tais quelqu'un qui... Je ne suis pas mauvais joueur, mais je suis tr√®s mauvais perdant. Je d√©teste perdre. Et je pense que c'est une des bases aussi de pas mal de sportifs, c'est d√©tester perdre. Et du coup, je me suis dit non, je ne peux pas accepter ces d√©faites-l√†. Et en fait, je me suis entra√ģn√© tr√®s dur, chose que je ne faisais pas quand j'√©tais plus jeune. Et quand j'√©tais minime, j'arrive sur les championnats de Paris. Donc je fais troisi√®me apr√®s avoir perdu. En demi-finale et sur ma troisi√®me demi-finale cons√©cutive contre le m√™me gars. Et c'est √ßa en fait que je n'ai pas tol√©r√©, je me suis dit que ce n'√©tait pas possible. Je l'avais battu une premi√®re fois, je le bats une fois, il me bat deux fois. Le deuxi√®me combat, donc la premi√®re fois o√Ļ il me bat, il me bat en 12 secondes. Alors que moi je l'avais battu √† 3 secondes de la fin sur le premier combat. Et en demi-finale des championnats de Paris... Il me bat encore et l√† j'ai dit non √ßa c'est pas possible √ßa je peux pas le tol√©rer et donc je lui ai dit tu fais ce que tu veux de moi mais plus jamais je perds contre ce mec l√† c'est pas possible √ßa c'est ce que tu dis √† ton coach √ßa c'est ce que je lui dis √† lui donc j'√©tais minime je devais avoir 12-13 ans et je lui ai dit c'est impossible et c'est parti de l√† en fait et en fait ce qui est marrant peut-√™tre pour l'anecdote j'avais combattu au championnat de Paris En moins de 60 kg, √† l'√©poque, le championnat de Paris, c'√©tait celui en Ile-de-France qui √©tait consid√©r√© comme le moins dense en termes de niveau. Et donc, je fais trois en moins de 60. Et aux Iles-de-France, j'arrive avec 400 grammes de trop. Parce qu'√† l'√©poque, les r√©gimes, je ne connaissais pas. Et bon, je ne jugeais pas pertinent d'en faire. En tout cas, juste faire attention √† son poids. Sauf que je n'ai jamais √©t√© tr√®s bon pour √ßa. Je me suis am√©lior√© par la suite avec. Et je me retrouve √† faire deuxi√®me en moins de 66. alors que je faisais 60.3-60.34 donc je me retrouve surclass√© de cat√©gorie de poids et √† faire une meilleure place que celle que j'avais fait donc comme quoi l'entra√ģnement et le travail √ßa paye et √ßa a √©t√© un √©l√©ment d√©clencheur pour moi √† l'√©poque partir en sport et √©tudes c'√©tait C'√©tait presque un r√™ve inaccessible. C'√©tait r√©serv√© qu'aux meilleurs. Et avec cette m√©daille aux √éles-de-France...

  • Speaker #0

    Vice-champion d'Île-de-France, ça va, tu faisais quand même partie des meilleurs.

  • Speaker #1

    √Ä ce moment-l√†, oui. Mais √ßa, je devais √™tre en quatri√®me quand c'est arriv√©, donc au coll√®ge. Sauf que je me rappelle des ann√©es sixi√®me, cinqui√®me, etc. C'est pour √™tre tuto. C'est incroyable, mais sport et √©tudes c'est que le top du top des meilleurs, etc. Jusqu'en quatri√®me, avant que je fasse cette m√©daille, c'√©tait encore... Mais c'est vrai que √ßa a ouvert le champ des possibles d'avoir fait cette premi√®re m√©daille, de voir toutes ces personnes-l√† autour de soi, en fait, sur toutes les cat√©gories de poids des podiums partir en sport et √©tudes. J'ai dit, ben en fait, moi aussi. Et j'y suis pas parti directement, j'ai voulu terminer le coll√®ge dans lequel j'√©tais. C'√©tait un bon coll√®ge avec un bon niveau et surtout... Je me sentais pas pr√™t √† partir directement en fait. J'avais 13 ans, ma m√®re... un consoble je pense de partir directement et surtout mon entra√ģneur qui me dit fais encore une petite ann√©e au club √ßa va pas te faire de mal etc je ne sais pas ce qui serait pass√© si j'√©tais parti en sport √©tudes d√®s ma premi√®re ann√©e, peut-√™tre que j'aurais moins bien fait peut-√™tre que je me serais cram√© surtout qu'√† l'√©poque on pensait que le sport √©tudes c'√©tait la voie royale or le temps nous a montr√© surtout ces derni√®res ann√©es nous ont montr√© qu'il y a pas mal de personnes qui se sont sorties sans passer par l'√©paule Euh... Donc... Donc oui, j'y suis all√© et en fait de l√† √ßa a d√©roul√©. Premi√®re ann√©e qualifi√©e au championnat de France en KD, derri√®re premi√®re m√©daille de l'histoire au championnat de France de mon club. Premi√®re m√©daille aux √ģles de France de l'histoire de mon club, ensuite premi√®re m√©daille au championnat de France, ensuite d√©part en P√īle France, plusieurs m√©dailles au championnat de France par √©quipe. FSGT, universitaire, et ensuite d'autres r√™ves qui sont cr√©√©s. Ensuite une double nationalit√© qui a jou√©, parce que j'ai tent√© ma chance avec l'√©quipe nationale alg√©rienne pour les Jeux de Rio. Des blessures, des blessures, des blessures, des blessures. C'est un sport qui am√®ne beaucoup de blessures, je trouve. Voil√†, avis personnel, des blessures qui ont fait beaucoup de mal. mais qui au final rendent plus fort parce que la bonne vieille expression ce qui ne tue pas rend plus fort est vraie, mais il faut quand m√™me arriver √† capitaliser sur ces √©checs ou sur ces difficult√©s pour que √ßa rende plus fort. Parce que j'ai connu des gens aussi que √ßa n'a pas rendu plus fort et au contraire √ßa a vuln√©rabilis√©. Et √ßa je pense que c'est un probl√®me qu'on n'aborde pas assez dans le monde du sport. On commence √† l'aborder, je l'entends tr√®s souvent maintenant, et √ßa me rappelle un... Un superbe article d'un ami qui s'appelle Papdoudou Ndiaye, qui √©tait dans ma cat√©gorie de poids √† l'√©poque, on s'est tir√© quelques bastons ensemble, qui lui a eu un parcours superbe, il a fait m√©daille au championnat du monde junior, et qui lui parle beaucoup de ses difficult√©s, de la psychologie, du manque de soutien, et de l'impact des blessures du moral, du mental sur... sur le sportif, et donc l√†, je lui passe une petite d√©dicace s'il l'entend aussi. C'√©tait tr√®s... Enfin, son article et son post √©taient vraiment impactants et inspirants, et je l'ai soutenu √† 200% parce que, comme je l'ai dit au d√©but, c'est de l'humain avant tout. Et on a tendance √† l'oublier dans une √®re o√Ļ il y a beaucoup d'IA, etc. √áa reste de l'humain avant tout √† chaque fois. Donc voil√†, voil√† pour le loulou.

  • Speaker #0

    la petite histoire on pourra revenir un petit peu apr√®s sur l'apr√®s judo on va y rester mais avant tu parles l√† justement de ce c√īt√© humain, de ce c√īt√© blessure et l'impact que √ßa peut avoir sur le mental est-ce que toi √† l'√©poque parce qu'on l'a compris maintenant tu n'es plus sportif de haut niveau, tu t'es orient√© vers plut√īt un m√©tier de haut niveau mais dans le sport est-ce qu'√† l'√©poque tu √©tais accompagn√© par un staff et notamment un pr√©parateur mental ou est-ce que c'√©tait pas encore le moment de parler de tout √ßa ?

  • Speaker #1

    C'est vrai que la notion de pr√©parateur mental est arriv√©e un petit peu apr√®s, notamment sur mes derni√®res ann√©es en P√īle France, parce que j'avais quand m√™me remarqu√© que j'avais tendance, parfois, en fait, j'ai eu une p√©riode o√Ļ j'arrivais bien √† passer le bloc final, et j'ai eu quelques comp√©titions o√Ļ j'ai bloqu√© en demi √† chaque fois, et je sais que √ßa a laiss√© quelques traces. Et sur mes deux derni√®res ann√©es de P√īle France, Il y avait un pr√©parateur mental. En fait, il y avait l'entra√ģneur des P√īle Espoir. Nous, on √©tait en P√īle France √† Strasbourg. Le P√īle Espoir et le P√īle France s'entra√ģnaient au m√™me endroit. Et du coup, l'entra√ģneur des P√īle Espoir √©tait aussi pr√©parateur mental. Et donc du coup, on pouvait de temps en temps aller le voir. Et je pense qu'ils ont essay√© de mettre √ßa en place. Je ne sais pas ce que √ßa donnait par la suite, mais du coup, r√©guli√®rement, on √©tait accompagn√© par ce pr√©parateur-l√†. Et c'est vrai qu'√† l'√©poque, je pense qu'on avait tous un peu une vision biais√©e de ce que c'est que le pr√©parateur mental. On pensait qu'on allait √™tre accompagn√©. C'est un pr√©parateur mental, tu le vois parce que tu n'es pas pr√™t mentalement. Et √ßa, c'est, je pense, la plus grosse erreur que l'on puisse faire. C'est comme si je te disais tu g√®res tes comptes sans gestionnaire. Enfin, genre,

  • Speaker #0

    tu feras un budget quand tu n'auras plus de sous.

  • Speaker #1

    Voil√†, exactement. Alors que √ßa n'a pas de sens. Justement, c'est quand t'as de l'argent, c'est quand t'as du mental, que tu dois voir un pr√©parateur mental. C'est l√† tout le paradoxe, en fait, o√Ļ on se dit un pr√©parateur mental, c'est parce que tu n'es pas pr√™t, alors que justement, c'est parce que tu es pr√™t que tu vas voir un pr√©parateur mental. Si tu n'as rien dans la t√™te, tu ne vas pas voir un pr√©parateur mental.

  • Speaker #0

    C'est pour mieux r√©orienter tes forces et l√† en l'occurrence la pr√©paration mentale pour mieux r√©orienter tes forces et les mettre l√† o√Ļ √ßa va avoir un impact. On parle de la pr√©paration physique, on parle du coach, le pr√©parateur physique, le coach il est l√† pour mieux te pr√©parer, pour mieux orienter tes comp√©tences, tes capacit√©s. Tu disais ton premier coach a vu en toi quelque chose qui fait que tu avais les capacit√©s de devenir un grand judoka et il a appuy√© l√†-dessus, le pr√©parateur mental. On est un peu l√†-dessus mais √† ton √©poque. C'√©tait beaucoup plus biais√© et c'√©tait tu vas voir un pr√©parateur mental parce que tu vas pas bien.

  • Speaker #1

    On avait presque honte d'y aller quoi. On √©tait pas fiers d'aller voir. Pas pas fiers d'aller voir, l'avantage c'est que c'√©tait un... Je vais pas dire c'√©tait un ami. Mais presque, dans le sens o√Ļ il √©tait quand m√™me plut√īt jeune. Nous, on avait 18, 19, et lui devait en avoir 26, 27, donc pas un gros √©cart d'√Ęge. Et il √©tait tr√®s sympa. Donc il y avait une accessibilit√© qui permettait, qui facilitait l'approche. un pr√©parateur mental officiel, etc. Ou pareil, nutritionniste pour perdre le poids, etc. Mais pas du tout. Pas du tout. Et certains qui √©coutent ce podcast, qui √©taient en club avec moi ou en p√īle, me voyaient faire des r√©gimes. des r√©gimes sur mes deux derni√®res ann√©es je pense que mon coloc m'a vu faire des r√©gimes de 12 kilos en une semaine et demie et qui laisse des traces sur le corps dans le sens o√Ļ on fait des effets yo-yo o√Ļ on perd 12 on en reprend 15 en fait on se rend pas compte que quelques ann√©es dans le haut niveau mal g√©r√©es et encore j'ai de la chance parce qu'au final fin J'ai plut√īt bien g√©r√© ma sortie et ma transition, plut√īt. Mais je ne sais pas, en fait. Je ne sais pas si c'√©tait si bien g√©r√© que √ßa, en fait. Je ne sais pas. Mais en tout cas, j'ai r√©ussi √† le faire. Et on ne se rend pas compte, en fait, des s√©quelles que √ßa laisse physiquement sur le corps. L√†, j'ai les genoux. Enfin, je me suis fait infiltrer les deux genoux. Infiltration PRP en d√©cembre. Parce que tu te blesses plus simplement, plus facilement, ton corps est plus vuln√©rable. Donc encore une fois, il y a plein de paradoxes dans le sport, mais tu es cens√© √™tre une machine physiquement, et tu te rends compte que tu deviens vuln√©rable physiquement plus rapidement.

  • Speaker #0

    Moi, j'ai remarqué quelque chose avec tous les invités que j'ai pu avoir sur ce podcast et sur d'autres, c'est que vous gagnez énormément en maturité. Tu peux échanger avec des gamins de 20-25 ans. Tu as l'impression que certains ont déjà une bonne quarantaine d'années en termes de maturité, en termes d'expérience. Mais, et tu le dis, ça va aussi de pair avec une fatigue plus rapide, plus accrue au niveau du corps et aussi du mental. Et je suis bien content que maintenant, la préparation mentale... prennent un peu de l'essor et que ça rentre beaucoup plus dans les mentalités c'est le cas de le dire et que ça permette d'accompagner encore mieux les jeunes sportifs il y a une autre problématique et je pense que ça c'est même

  • Speaker #1

    si je pense que l'aspect pr√©paration mentale rentre en jeu c'est la probl√©matique des moyens aujourd'hui les sportifs de haut niveau n'ont pas les moyens c'est l'essence m√™me de ce podcast on va pouvoir revenir dessus mais vas-y je t'en prie mais euh... Parce qu'aujourd'hui, se faire accompagner, quel que soit le professionnel par qui tu te accompagnes, tu dois le payer. Dans le judo, on ne prend rien. J'ai l'impression, c'est peut-√™tre qu'une impression, mais j'ai l'impression qu'aujourd'hui √ßa va un peu mieux. On a un nouveau pr√©sident de la FED, St√©phane Nomiz, qui est l'ancien pr√©sident du Flamme 91, club dans lequel j'√©tais licenci√©. Mais il faut les payer. Et le probl√®me, c'est que quand tu vis avec √† peine 600, 700, 800 euros par mois, tu vas payer quoi avec √ßa, mis √† part ce que tu vas potentiellement manger ou pas manger, d'ailleurs ? C'est un vrai probl√®me, √ßa. On n'a pas ce luxe, en fait. On ne s'appelle pas Novak Djokovic ou Teddy Riner, d'ailleurs. M√™me si, voil√†, bien s√Ľr, il le m√©rite. On ne revient pas dessus. Mais ce n'est pas un sport o√Ļ l'argent... coule facilement, au contraire. Et donc, √ßa pose d'autres probl√©matiques quand on sait que plus de 70% des sportifs de haut niveau vivent en dessous du seuil de pauvret√©. D'exit, on est quand m√™me sur une ann√©e olympique. Donc, on savait d√©j√† √† l'√©poque que les Jeux Olympiques allaient arriver en 2024. le fait m√™me en fait de se dire que les sportifs de haut niveau fran√ßais vivent en dessous du seuil de pauvret√© derri√®re implique que tu dois faire des choix et c'est vrai que pr√©parateur mental nutritionniste etc tu dis √ßa √ßa vient apr√®s alors qu'en fait Non, √ßa ne vient pas apr√®s en fait, √ßa vient en amont.

  • Speaker #0

    √áa doit venir en amont, oui. Tu parles justement de cette ann√©e olympique, de la difficult√© que rencontrent les sportives et les sportifs de haut niveau pour financer leur carri√®re. √Ä ce micro, j'ai eu plusieurs sportives d'ailleurs qui se pr√©parent pour une qualification aux Jeux olympiques qui m'ont dit, cette ann√©e, √ßa va encore. En ann√©e olympique, on a pu trouver 2-3 sponsors qui nous permettent de voir jusque au JO. mais apr√®s les JO qu'est-ce qu'il en sera ? qu'est-ce qu'on fera ? est-ce qu'on sera oblig√© de l√Ęcher notre sport pour se mettre √† faire entre guillemets je mets bien des guillemets un vrai travail parce qu'on vit plus de sport toi maintenant que tu tu as entam√© ta transition que tu travailles que tu as une vie active ou tu tu ne vis plus de ton sport Quel conseil tu pourrais donner quelques ann√©es apr√®s justement √† des petits jeunes qui veulent se lancer l√†-dedans et qui se demandent comment je vais financer ma carri√®re de judoka professionnel, de karat√©ka professionnel, de tennisman professionnel ?

  • Speaker #1

    Backer vos arrières.

  • Speaker #0

    Faites un budget et voyez un préparateur mental.

  • Speaker #1

    Backer vos arri√®res dans le sens o√Ļ je me souviens quand j'√©tais au P√īle, je me souviens Il y a un ancien qui est venu et qui nous a expliqu√©, qui nous a dit Voil√†, vous √™tes sportif de haut niveau, c'est un gros avantage dans votre vie, mais il va falloir bosser et il va falloir baquer vos arri√®res. Je ne comprenais pas trop, je me suis dit Je m'en fous, je veux √™tre champion du monde, je veux √™tre champion olympique. Et en fait, tu te rends compte que d√©j√†, la route est longue, ce n'est pas que ton travail et tes efforts, il y a aussi un coup de chance, un coup de bol, mais √ßa fait partie du jeu. √áa fait r√©ellement partie du jeu. Il y a des concours de circonstances, il y a des blessures. Moi, j'avais pris le parti √† l'√©poque de tout concilier, donc de travailler, de faire mes √©tudes, de faire du sport, sauf qu'il y a un moment o√Ļ ton corps l√Ęche. Il y a un moment o√Ļ ton corps l√Ęche, ne tient plus, tu ne tiens plus les r√©gimes, tu te blesses de plus en plus, et en fait, tu craques. Ton corps craque, ton corps craque, et donc tu n'y arrives pas, mais malgr√© √ßa, J'√©tais bien content d'avoir fait mes √©tudes √† c√īt√©. Et quand je parle d'√©tudes, je parle d'√©tudes o√Ļ je n'ai pas l√©sign√© sur les moyens au niveau des √©tudes. Donc j'ai fait des bonnes √©tudes. Et √ßa, c'est peut-√™tre la tendance... Je me souviens, tu me fais penser √† quelque chose, je suis repass√© l'ann√©e derni√®re, il y a un an et demi, dans mon ancien p√īle, √† Strasbourg. Et je me souviens, comme si c'√©tait hier, d'avoir pos√© la question Mais parmi vous, qui pense √™tre champion olympique ? Sur 50 gamins, il y en a un qui a lev√© la main. Chez les autres, vous comptez faire quoi ? Vous savez ce que vous allez faire ? Et donc au final, il y en a un qui vient me voir apr√®s √ßa, un peu curieux, qui me dit bah ouais, en fait, t'as raison, ce que tu viens de me dire, √ßa a fait un petit d√©clic, je ne sais pas trop quoi faire, etc. Le mec, il √©tait en fili√®re S, il avait 16 de moyenne, il voulait aller en BTS. Alors je ne d√©nigre pas du tout les BTS, mais... Quand on a des capacit√©s de haut niveau,

  • Speaker #0

    que ce soit dans le sport ou dans les études,

  • Speaker #1

    surtout quand on a des capacit√©s de haut niveau et qu'on est sportif de haut niveau, donc on a baign√© dans cette mentalit√©, dans cette culture de l'√©litisme, du num√©ro 1, etc. On ne peut pas se contenter d'aller faire √ßa. On ne peut pas se contenter d'aller faire √ßa. C'est impossible. Mais le fait m√™me qu'ils ne sachent pas ce qu'il y a derri√®re la porte du baccalaur√©at, c'est un probl√®me. Et je le sais aussi, le monde du sport... ne pousse pas les athl√®tes √† aller chercher m√©decine, √† aller chercher... Voil√†, ils cherchent Staps, les trucs qui se concilient facilement avec le sport. Non, non, non, non, non. Il faut aller chercher le haut niveau. Au final, l√†, aujourd'hui, il est en BBA √† l'EM Lyon. Il a plus de chances d'assurer ses arri√®res. Il ne va peut-√™tre pas finir champion olympique, mais il va finir avec un bon job. Et je le dis parce que c'est important de le dire. Et certaines personnes comprendront ce que je vais dire parce que je sais qu'ils ont d√©j√† entam√© cette transition. Le haut niveau, √ßa existe aussi dans le monde professionnel. Je vous le dis, il y a des pr√©parations, il y a l'aspect mental qui rentre en jeu, il y a la t√©nacit√©, il y a l'abn√©gation. On peut faire des m√©tiers de tr√®s tr√®s haut niveau, avec des niveaux de pression que le commun du mortel ne peut pas assumer. Et √ßa, √ßa fait partie aussi du jeu. Et c'est vrai que tu parlais de maturit√©. L'avantage d'un sportif de haut niveau, c'est qu'il a fait une carri√®re avant une carri√®re. Donc, un sportif de haut niveau arrive √† ressentir, √† comprendre des ressentis de PDG, de CEO, de C-suite, comme on dit. Arrive √† ressentir, en fait, les phrases, les expressions, les... Les... les sentiments qu'ont exprim√©s des gens qui ont fait 25 ans d'exp√©rience, ils vont r√©ussir √† les ressentir. Pourquoi ? Parce qu'ils ont d√©j√† fait face √† la diversit√©, √† la comp√©tition, √† la d√©faite, √† l'√©chec, qui fait partie du processus de r√©ussite. Parce qu'on ne peut pas ressentir la douceur et le go√Ľt d'une victoire si on n'a pas go√Ľt√© celle de la d√©faite avant. En tout cas, on ne la savoure pas de la m√™me mani√®re. Et √ßa n'importe quel sportif qui va m'entendre l√† il le sait

  • Speaker #0

    le go√Ľt de la victoire apr√®s avoir connu les d√©faites c'est pas comparable c'est pas comparable tu peux pas toujours manger dans une cuill√®re en argent et apr√®s arriver dans une cuill√®re en aluminium et comprendre le bienfait que c'√©tait d'avoir mang√© dans une cuill√®re en argent et

  • Speaker #1

    retrouver ensuite la cuillère en argent tu te dis ah c'est bon ça ah ça c'était bon ça et donc n'importe quel sportif le reconnait on l'a tous ressenti après avoir reçu perdu cruellement sur un championnat de France l'année d'après d'aller le gagner aller chercher la médaille, la breloque quand on retrouve le podium on dit ah ah tu en parlais tout à l'heure,

  • Speaker #0

    ce qui a √©t√© le d√©clencheur chez toi √ßa a √©t√© au championnat de Paris premi√®re victoire o√Ļ tu gagnes √† 3 secondes de la fin du combat et ton adversaire qui apr√®s t'a lamin√© sur les deux prochaines rencontres lui Il a compris la saveur de cette victoire apr√®s sa d√©faite.

  • Speaker #1

    Les 12 secondes, √ßa y est. Th√©o Roussel, je dis son nom, je droppe son nom. D'ailleurs, il ne le sait pas. Je ne sais pas s'il le sait, mais c'est quand m√™me lui qui a d√©clench√© derri√®re le parcours que j'ai pu avoir. Mais ce qui est aussi fort, et je pense que je parlais des moyens dans le sport, le peu de moyens, mais on ne... Le sport est quand m√™me un √©l√©vateur social. Il faut le dire. Moi, j'ai grandi dans un milieu pr√©caire et le sport m'a permis de d√©couvrir de nouvelles horizons. Il m'a permis de me dire que j'avais les moyens de faire. Il m'a permis d'ignorer la vie des gens, l'opinion des gens. Et il m'a fait dire, si tu le veux, c'est possible. Et moi, ce que je voulais, et je pense aussi que... Il faut comprendre quels sont les drivers de chaque personne, quels sont les motivateurs de chaque personne. Parce que moi, ce qui m'importait le plus, c'√©tait sortir ma famille et ma maman des situations pr√©caires que l'on a pu conna√ģtre. Et c'√©tait √ßa mon vrai driver. Et au d√©but, en √©tant plus jeune, je pensais que c'√©tait en √©tant champion du monde et champion olympique que j'atteindrais cet objectif-l√†. Malheureusement, la r√©alit√© de mon sport fait que j'ai connu des champions olympiques durant mon parcours au niveau, j'ai connu des champions olympiques qui touchaient le ch√īmage et qui touchaient le RSA. Donc en fait, j'ai compris que ce n'est pas √† travers... Et je pense que c'est un indice... Quand on conna√ģt bien, quand on commence √† bien se conna√ģtre, et avec un peu de recul, √ßa va peut-√™tre d√©clencher quelque chose chez moi qui m'a dit, OK, en fait, il va falloir que tu trouves ce qui va te faire atteindre ton objectif, parce que l√†, ton objectif, tu ne vas pas y arriver si tu continues. Et je pense que raccrocher des √©tudes...

  • Speaker #0

    Les bonnes √©tudes, en parall√®le, m'ont permis de me rassurer un petit peu. Donc, √©l√©vateur social dans le sens o√Ļ on arrive √† conna√ģtre plus de gens, on arrive √† sortir des zones dans lesquelles on vit, rencontrer des gens de classes diff√©rentes, parce que quand t'es en p√īle, peu importe d'o√Ļ tu viens, ce qui importe c'est ton niveau, et on se rend compte que dans la vie, c'est pas toujours le cas, mais de le savoir... √ßa permet d'avancer.

  • Speaker #1

    Oui, quand tu es en p√īle, vous √™tes un petit peu tous sur le m√™me pied d'estal. L'objectif, c'est de monter sur la bo√ģte et, si possible, la premi√®re marche. Mais finalement, c'est un peu comme les vertus que pouvait avoir le service militaire. Quand on le faisait encore, on arrivait tous l√†, qu'on soit fils d'eux ou juste venir du caniveau. On se retrouvait tous l√†. On avait tous les m√™mes chances √† la sortie du service militaire. Et √ßa d√©clenchait certaines choses chez les gens. Toi ? justement tes origines et puis cette confrontation avec Th√©o Roussel que t'as battu une premi√®re fois apr√®s qu'il t'a lamin√© les deux fois d'apr√®s s'il entend le podcast il va dire mais putain mais c'est ce qui se passe toujours √©coute Th√©o si tu nous √©coutes contacte-moi √ßa me ferait plaisir d'avoir ta version des faits

  • Speaker #0

    Théo je te remercie mon fils

  • Speaker #1

    Toi, √ßa t'a permis de d√©bloquer quelque chose chez toi au niveau sportif ? Apr√®s, tu viens de nous le dire. Cette exp√©rience, notamment en P√īle France, √ßa t'a permis de d√©bloquer autre chose chez toi, de faire des √©tudes de haut niveau et apr√®s de te lancer dans une carri√®re professionnelle de haut niveau. Est-ce que quand tu t'es rendu compte justement que ce n'est pas avec le sport que tu atteindrais tes objectifs et notamment... de faire de l'argent, de sortir ta famille de la pr√©carit√©. Est-ce que c'est √ßa aussi qui t'a pouss√© √† te relancer dans tes √©tudes, mais surtout √† laisser le sport de c√īt√©, √† te reconvertir ou √† transitionner vers la vie active professionnelle ?

  • Speaker #0

    Il y a eu deux choses. Blessure, donc mettre fin √† des ambitions olympiques, qui a √©t√© tr√®s dur d'accepter, parce qu'on grandit avec √ßa. Parce que n'emp√™che que on r√©alise peut-√™tre apr√®s 15 ans que c'est pas le sport qui va mettre le pain dans ta bouche, en tout cas pas forc√©ment mais n'emp√™che que pendant 15 ans t'arrivais d'√™tre champion du monde ou champion olympique et Et il faut l'accepter que ce ne sera pas le cas. Donc au final, √ßa a √©t√© super dur, tr√®s dur de l'accepter. Mais en m√™me temps, il y avait une petite voix dans ta t√™te qui te dit, en tout cas qui doit te dire et qui au bout d'un moment finit par vraiment te le dire, il va falloir que tu te ressaisisses parce que l√†, √ßa ne s'arr√™te pas l√† en fait. C'√©tait qu'au d√©but du chemin en fait. Et donc... √† partir de l√†, t'essaies de comprendre comment je peux capitaliser sur tout ce que j'ai appris, parce que c'est pas perdu, au contraire. C'est gagn√©, en fait, c'est √† moi, c'est bon. Les titres que j'ai eus sont √† moi, les exp√©riences que j'ai eues, les rencontres que j'ai eues, tout √ßa, c'est √† moi, en fait, personne ne me les enl√®vera. Les m√©dailles que j'ai, on ne me les enl√®vera pas. Les d√©faites que j'ai eues, on ne me les enl√®vera pas non plus, malheureusement. Mais voil√†, on n'enl√®vera rien du tout. Donc tout ce que j'ai gel√©, comment je compose avec ? Et donc c'est vrai que... Donc... avoir compris que je n'atteindrais pas mon objectif final, le tout dernier, c'est-√†-dire √™tre bien financi√®rement, te pousse en fait √† prendre des choix. Et au final, ces choix-l√†, tu ne peux pas les regretter m√™me s'ils mettent fin √† des ambitions que tu avais ou que tu as toujours eues. parce que l'objectif n'est pas de r√©aliser tes ambitions, l'objectif c'est d'atteindre l'objectif en fait. C'est d'aller chercher ton titre √† toi. Et c'est pour √ßa d'ailleurs que la th√©matique champion de sa vie, pour moi, marchait et fonctionnait super bien, parce qu'√™tre champion c'est bien, mais √™tre champion d'une autre vie ou de quelque chose qui n'est pas la cons√©cration ultime pour toi, √ßa sert √† rien au final. C'est √™tre champion de sa vie qui compte. Et donc, le comprendre permet en fait de plus facilement mettre de c√īt√© des √©checs. Et √ßa, quand je me blesse en 2015, j'avais 21 ans. Qu'est-ce que tu sais de √ßa ? √Ä 21 ans, tu as du mal √† comprendre, tu as du mal √† concevoir ces choses-l√†. Tu te renfermes un peu sur toi-m√™me. C'est √ßa que je dis. √Ä 21 ans, 22 ans, quand tu passes √† travers ce genre d'√©preuves, derri√®re, il y a peu de choses qui arrivent √† te toucher. Et la plupart des gens que je commence √† c√ītoyer vraiment dans le monde professionnel rencontrent ces moments de difficult√©-l√† maintenant, donc la trentaine, √† 30 ans. Je ne les ai pas encore, mais ceux que je c√ītoie ont 30 ans. Mais voil√†, enfin, commencent √† conna√ģtre l'adversit√©, la difficult√©. Je sais que dans ce processus-l√† de compr√©hension de mon environnement, ma compagne m'aide beaucoup √† comprendre, parce qu'elle a fait un parcours plus classique. Et quand moi je ne comprends pas la m√©thodologie ou la fa√ßon de r√©fl√©chir de certaines personnes, elles me le traduisent en disant mais h√©, n'oublie pas que telle personne n'est pas s'faim Le parcours classique, ce n'est pas le parcours d'un sportif. Et on arrive dans un environnement √† tr√®s facilement d√©tecter ceux qui sortent un peu du lot, ceux qui ont eu des parcours atypiques, ceux qui ont des parcours particuliers, de ceux qui sont dans le moule. Voil√†, je suis aujourd'hui dans une ligne professionnelle o√Ļ la plupart des gens sont sortis de pr√©pa, HEC, voil√†, et donc eux ont connu... Leurs difficult√©s √† leur mani√®re, mais c'est quand m√™me un moule d√©j√† pr√©fait o√Ļ les gens passent de bloc √† bloc. Et moi, j'arrive de mani√®re disruptive comme √ßa, de nulle part. Exactement. Et donc, forc√©ment... Je ne vais pas reprendre ce qui ne tue pas en plus fort, mais je vais plut√īt dire ce qui, √† la base, peut √™tre une faiblesse, si tu arrives √† le dompter, √† le dominer, devient vraiment une force. Parce que mon parcours, que ce soit pr√©caire, que ce soit dans l'adversit√©, que ce soit parfois un peu plus long, que ce soit les blessures, etc., aujourd'hui, je capitalise dessus √† fond. Aujourd'hui, je capitalise dessus √† fond, c'est-√†-dire que quand on est proche d'une deadline et que tout le monde commence √† paniquer, non, il n'y a pas de panique √† avoir. Au pire des cas, on va mourir, personne ne va mourir ici. Au pire des cas, c'est perdu.

  • Speaker #1

    Et au pire, on décale un peu la deadline et puis voilà.

  • Speaker #0

    C'est √ßa, l√† o√Ļ c'est infaisable ou inenvisageable pour d'autres personnes. Alors je ne dis pas qu'il ne faut pas respecter ces deadlines, comme on m'entend. Mais ce que je veux dire, c'est plus, il faut voir qu'est-ce qui est important en fait. Et m√™me dans notre parcours professionnel, il y a des √©ch√©ances o√Ļ je me dis √ßa c'est important et sans pas le rater. Et en fait c'est tout l'art de ne pas c√©der √† la pression. √† la mauvaise pression, celle qui va plus nuire √† ton activit√©, √† ce que tu fais, plut√īt que celle qui va te galvaniser et te permettre de g√©n√©rer de l'adr√©naline en toi.

  • Speaker #1

    Et d'aller au bout d'un combat, au bout d'une compétition, ou comme tu dis, au bout d'une compétition professionnelle, parce que ce parcours du sportif de haut niveau, il existe aussi dans le monde professionnel.

  • Speaker #0

    C'est √ßa. Ah non, mais clairement, on le voit bien, je l'ai compris. Et je pense que c'est quand m√™me quelque chose qui m'a fait plaisir, parce que quand tu arr√™tes le sport de haut niveau, c'est dur. Parce qu'il faut le dire... Quand on a grandi dans un environnement sport de haut niveau, P√īle Espoir, P√īle France, les classes sp√©cialis√©es, etc., on est toujours un peu sp√©cial. On est toujours consid√©r√© diff√©remment. On a toujours des petits avantages, on a toujours des petits passe-droits, etc. Et du jour au lendemain, tu les as plus.

  • Speaker #1

    Tout s'arrête.

  • Speaker #0

    Tout s'arrête. Quand je dis tout s'arrête,

  • Speaker #1

    c'est... Tu perds ton titre de noblesse et tu redeviens citoyen.

  • Speaker #0

    Pa√Įen. Alors vraiment, pour le coup, tu redeviens personne, dans le sens o√Ļ... Les subventions s'arr√™tent, les revenus chutent, l'entourage dispara√ģt, les amis... Enfin, √ßa d√©pend lesquels. Il y en a qui... T'arr√™tes un sport, donc tu ne viens plus aussi souvent, donc forc√©ment, il y en a qui prennent moins de nouvelles de toi. Les entra√ģneurs, l'accompagnement psychologique, physique, etc. M√©decins, kin√©s, ost√©os... tout √ßa dispara√ģt. Mais du jour au lendemain. Donc, t'es moins entour√© en fait, tu te sens moins consid√©r√©. Et c'est peut-√™tre √ßa le mot. Consid√©r√©. Tu te sens moins consid√©r√©. Et √ßa, √ßa fait mal. Parce que tu penses √™tre consid√©r√© pour ce que tu es, alors qu'en fait, tu es consid√©r√© pour qui tu es, ce que tu repr√©sentes dans le syst√®me. Quand t'es sportif de haut niveau, tu repr√©sentes une chance de m√©daille. quelle qu'elle soit en fait. Et donc du coup, tu es consid√©r√© parce que tu vas permettre √† d'autres personnes, une f√©d√©ration, un entra√ģneur, un club, √† atteindre des fins. Mais quand tu n'es plus dans ce syst√®me-l√†, tu ne leur sers plus rien. Et c'est l√† en fait que tu te rends compte qu'il va falloir que tu te fasses toi. Parce qu'√† un moment... Et le savoir, c'est important, parce que m√™me si tu d√©cides de rentrer dans ce syst√®me-l√†, parce que le monde professionnel, c'est la m√™me chose, que tu sois ind√©pendant ou que tu sois salari√©, tu permets √† des collaborateurs ou √† des coll√®gues ou des sup√©rieurs d'atteindre des fins. Mais quand tu le sais, c'est diff√©rent, parce que tu peux dire non plus facilement.

  • Speaker #1

    je veux dire je t'emmerde je sais pas si je peux parler comme √ßa √©coute c'est ton podcast c'est Roulib tu fais ce que tu veux √ßa m'inspire une r√©flexion est-ce que du coup tu pourrais revenir un petit peu avec nous sur les apprentissages encore plus que t'ont apport√© le sport de niveau dans le monde professionnel et peut-√™tre inversement imaginons qu'on est dans un monde parall√®le un monde magnifique o√Ļ l√† maintenant tu vas commencer ton nouveau job dans quelques jours dans un nouveau pays et puis tu peux redevenir Mehdi Meknesh, le judoka de haut niveau et tu peux repartir en qu√™te d'un tournoi olympique qu'est-ce que tu penses que le monde professionnel je t'ai mis quelques √©toiles dans les yeux l√† qu'est-ce que tu penses que le monde professionnel t'a apport√© dans ton statut, dans ton histoire de sportif de haut niveau et du sportif de haut niveau ce que tu as apport√© dans ton monde professionnel alors je vais prendre tes questions par √©tapes si on √©tait dans un monde parall√®le

  • Speaker #0

    et que je pouvais aussi √† c√īt√© reprendre une activit√© √† haut niveau, je serais beaucoup plus apais√©. Parce que j'ai pu me montrer ce que j'√©tais capable de faire dans le monde professionnel, un monde qui lui me permet de manger.

  • Speaker #1

    Je reviens juste sur ce que tu as dit. Tu as dit j'ai pu me montrer c'est-à-dire pas montrer aux autres. C'est me montrer à moi ce que je suis capable de faire dans ce monde professionnel.

  • Speaker #0

    Me montrer à moi. Et une fois que je me suis montré à moi, je peux dire, bon, maintenant que je me le suis montré, je peux le montrer aux autres. Mais ce que je veux dire, c'est que, bah oui, parce qu'à un moment, c'est les autres gens qui te payent. Donc il faut montrer à un moment à quelqu'un. Mais ce que je veux dire, c'est que t'as des achievements, en fait. T'as accompli des choses. Et je pense que c'est important parce que c'est générateur de confiance. Parce que quand tu viens de nulle part, et qu'en plus tu vois que ce que tu fais depuis des années n'est pas ce qui va te faire manger, à un moment tu te dis, il va falloir que je le trouve le truc là. Il va falloir que je le trouve, il va falloir que je montre que j'ai le niveau. Et en plus de ça, un parcours sportif de haut niveau te fait prendre du retard en termes d'années. Et donc il y a un moment, tu dois 1. rattraper ce gap et 2. aller chercher ton objectif. Et je pense que si aujourd'hui je reprenais le sport, je le reprendrais plus sereinement. Pourquoi ? Parce que je me dis, OK, ça va être difficile financièrement, etc. Mais j'ai déjà ça sur mon CV, en fait, donc je peux revenir. quitte à perdre une petite année ou deux, je peux revenir. C'est différent, mais ça n'a pas du tout le même impact.

  • Speaker #1

    La même saveur, pour revenir sur ce que tu disais tout à l'heure. La victoire après la défaite, ça n'a pas la même saveur.

  • Speaker #0

    Tu viens plus apais√© l√†. Il y en a qui avaient besoin de... Chacun avait un objectif, on va dire, bien propre √† lui-m√™me. Chacun a un objectif bien propre √† lui-m√™me. Et moi, je sais que comme mon objectif √† moi, c'√©tait √™tre bien dans la vie, financi√®rement et du coup, pas que moi, mais aussi mon entourage. L'id√©e de ne pas faire vivre, par exemple, √† mes enfants ou √† ma famille ou √† ma femme les m√™mes situations que moi j'ai pu conna√ģtre plus jeune, le fait de savoir que ce n'est plus le cas, en fait, tu vois, d'autres c'√©tait des points diff√©rents, d'autres c'√©tait li√© √† des parents, li√© √†, on va dire, une l√©gatie,

  • Speaker #1

    un héritage.

  • Speaker #0

    Ouais c'est √ßa un h√©ritage en fait chacun avait son point en fait moi c'√©tait celui-l√† donc c'est vrai que je pense c'est pour √ßa que je veux pas rendre universel ce que je suis en train de dire dans le sens c'est pas applicable √† tout le monde mais dans mon cas √† moi bien propre √† moi oui c'est vrai que c'est plus apaisant en fait tu dis j'ai r√©ussi √† prouver √† me prouver √† moi et √† prouver au march√© que j'avais ma place √† ce niveau l√† en fait √ßa c'est fait et l√† tu te dis vas-y je peux je peux remettre les pieds dans le tas peut-√™tre un peu comme comme Nico qui a on en parlait tout √† l'heure il a fait une pause et maintenant il reprend le judo parce qu'il a r√©ussi √† int√©grer HEC montrer qu'il y √©tait capable et qu'il a montr√© au march√© entre guillemets √† la communaut√© qu'il √©tait capable d'avoir ce niveau l√† √† chacun son degr√©. Ce que j'aime beaucoup, c'est que les jeunes de maintenant, on va dire, prennent plus conscience des difficult√©s, de nos difficult√©s qu'on a pu avoir. Moi, je sais que il y a des jeunes que je consid√®re vraiment beaucoup, comme par exemple Sina, qui est judoka, qui a fait Brittany, qui a fait Strasbourg, qui a fait l'INSEP, qui... qui s'inspire en fait des anciens. Et je sais qu'on a une tr√®s belle relation, lui et moi, parce que quand il est sorti de Strasbourg, j'ai tenu √† l'accompagner, √† lui dire, √©coute, tu vois l√† tout √ßa ? Tu le fais pas. Fais pas ces erreurs-l√†. Quitte, fuis, fais ci, fais √ßa. Viens l√† d'abord, ensuite va l√†, va l√†. Parce que moi, j'aurais voulu qu'on me le dise. Moi, j'ai d√Ľ t√Ętonner et trouver tout seul. Et √ßa, c'est dur, parce que tu ne sais pas si tu vas dans le bon ou... En tout cas, tu vas dans ce qui te semble √™tre le mieux. Mais personne n'√©tait l√† pour me dire Ah non, mec, l√†, l'√©cole dans laquelle tu es, elle est nulle. Je ne sais pas, tu suis les pauvres classements que tu vois et √† un moment, tu te rends compte que Non, non, en fait, je pense pouvoir aller plus haut, je pense pouvoir chercher mieux, je pense pouvoir... d√©passer certaines limites que l'on m'a fix√©es, et tu reproduis un mod√®le, et c'est l√†, en fait. Je voulais parler de √ßa pour revenir sur ta question initiale qui √©tait quels sont les enseignements que tu tires du sport ? C'est √ßa, en fait. C'est beaucoup plus simple maintenant pour moi d'aller repousser mes limites qu'avant. Avant, t'avais un consensus autour de toi, que ce soit un corps m√©dical ou un corps parental ou d'adultes en fait, qui fixent les limites pour toi. Et t'es cens√© y croire parce qu'eux sont grands et toi t'es petit, donc par d√©faut tu penses qu'ils ont raison. alors que non, ils n'ont pas raison. Ils n'ont pas raison, et pour √™tre honn√™te, la plupart du temps, ils n'ont pas raison. Ma m√®re, que j'aime plus que tout, qui le sait tr√®s bien, avait beaucoup d'opinions et d'avis qui √©taient erron√©s, qui n'√©taient pas bonnes, en pensant bien faire pour moi, que je n'ai pas √©cout√©, qu'au final, ont √©t√© un salut pour moi. Petite anecdote, quand j'√©tais en seconde, Je suis pass√© en premi√®re S alors que moi je voulais faire une ES. Les professeurs ont d√©cid√© que je n'avais aucun avenir en ES et m'ont fait passer en S parce que j'avais tr√®s bonne note dans les mati√®res scientifiques. J'√©tais pas d'accord, parce que moi, c'est pas ce que je voulais faire. Ma m√®re r√™vait que d'une chose, c'est que je sois m√©decin, donc S, c'est ce qu'il faut faire. Et donc, les professeurs m'ont r√©orient√© en S, et pour faire appel, il faut l'accord des parents. Et donc, il y a eu une sorte de petit complot derri√®re mon dos, qui a fait que je me suis retrouv√© en premi√®re S, alors que moi, je voulais faire ES. R√©sultat, qu'est-ce qui s'est pass√© ? je termine ma premi√®re S, je peux passer dans la classe suivante, et moi je dis c'est simple, c'est soit je passe en premi√®re S, soit j'arr√™te l'√©cole. Et donc au final j'ai perdu un an gratuitement, alors que moi c'est pas ce que je voulais faire, regarde aujourd'hui. J'ai eu mon bac avec mention bien, 15-6, je me suis r√©gal√©, j'ai tout d√©chir√©, derri√®re j'ai fait une √©cole, puis une deuxi√®me, puis une troisi√®me, tu vois. Et aujourd'hui, je rentre dans le conseil en strat, enfin,

  • Speaker #1

    fallait m'écouter dès le début en fait ça aurait été plus simple t'aurais gagné un an mais comme tu le disais c'est peut-être comme le sport études tu disais que t'avais pas voulu faire la première année de sport études au collège et on sait pas ce que ça aurait donné est-ce que tu serais blessé avant est-ce que t'aurais progressé plus vite on saura jamais, on peut pas refaire l'histoire et là cette année que t'as fait en plus tu voulais pas la faire, mais peut-être qu'elle t'a permis aussi de gagner un an en maturité, peut-être qu'elle a aussi assis le socle des compétences qu'on acquiert en première, que ce soit en AS ou en ES, et qui t'a permis après de t'exprimer, d'exprimer ton plein potentiel en ES, et peut-être aussi te consacrer un peu plus au judo cette année-là, puisque t'avais déjà vu le programme de première. Je me fais l'avocat du diable !

  • Speaker #0

    C'est vrai, c'est compl√®tement vrai, d'ailleurs c'est l'ann√©e o√Ļ j'ai le plus perform√©, l'ann√©e o√Ļ je suis pass√© en premi√®re ES, mais il y a eu un aspect psychologique qui √©tait long, j'ai pass√© 5 ans en lyc√©en. 5 ans au lyc√©e c'est long je peux te dire que c'est long parce que normalement c'est 3 ans quand t'arrives √† ta 3√®me ann√©e que tu dis je suis √† la moiti√© j'ai cru ne jamais sortir du lyc√©e pasteur √ßa j'ai cru ne jamais en sortir mais ce qui est vrai c'est que √ßa m'a permis surtout de savoir ce que je ne veux pas et c'est hyper important de savoir ce que tu ne veux pas tout comme c'est hyper important de savoir ce que tu ne peux pas c'est hyper important savoir ce que tu ne peux pas faire, conna√ģtre tes limites Parce qu'il faut conna√ģtre ses limites pour aller les repousser. Si tu penses, si tu te persuades que tu es capable de le faire, alors qu'en fait non... tu vas aller chercher des limites encore plus haut, tu vas te cramer et tu vas tomber. Donc, savoir ce que tu ne veux pas, c'est aussi important que savoir ce que tu ne peux pas faire. Je ne peux pas √™tre danseur √©toile. Je ne peux pas et je ne veux pas. C'est bien, c'est align√©. C'est align√©, tu vois. Mais voil√†, √ßa m'a permis d'asseoir ce socle-l√†. Mais n'emp√™che que le r√©sultat, et je pense que c'est l'enseignement le plus important que j'ai tir√© moi durant toute ma vie, c'√©tait... Les gens pensent avoir raison sur toi, mais en fait, il n'y a que toi qui sais ce que tu es capable de faire. Et √ßa, j'en parlais dans mon talk. Il n'y a que toi qui sais ce qu'il y a √† l'int√©rieur de toi. Que toi qui es capable de dire Ok, √ßa je peux, √ßa je peux pas Les gens, aussi proches qu'ils puissent √™tre, ne peuvent pas savoir ce que tu as en toi comme ressources, comme r√©serve. Tu peux les surprendre, mais toi, tu ne te surprendras pas. C'est-√†-dire que moi, quand j'ai ce que j'ai, je ne suis pas surpris. Je peux √™tre content, mais c'est pas pareil que d'√™tre surpris. Je suis pas surpris, parce que je le savais, je m'√©tais fix√© cet objectif-l√†. Les autres, oh, mais c'est incroyable, mais c'est incroyable, pourquoi c'est incroyable ? Parce qu'ils pensaient que j'arriverais pas. Donc si tu te mets √† les √©couter, un, si t'y arrives pas,

  • Speaker #1

    tu vas leur donner raison,

  • Speaker #0

    tu vas leur donner raison, et en plus de √ßa, si tu n'y arrives pas, tu ne peux pas leur en vouloir. Tu vois ? Moi, quand je r√©ussis quelque chose o√Ļ les gens me disaient Ah, tu n'√©tais pas capable je ne peux pas dire T'as vu ? T'as vu ? Je n'y arriverai pas. Je m'en fous. Ils m'en fous, ils l'ont compris. Je n'ai pas besoin de leur dire. Ils l'ont compris, ils le voient. Mais √ßa te fait surtout comprendre quelque chose. Et moi, je l'ai compris tr√®s jeune, parce que c'est arriv√© tr√®s jeune. J'√©coute plus que ces gens, en fait. Je m'en fous. Et je vais m√™me aller plus loin. √áa me motive encore plus. Quand quelqu'un me dit Ah ouais, mais non, mais tu n'y arriveras pas. Ah, j'y arriverai pas ? Ah ben, on verra. Ah ben, on verra. Et aujourd'hui, l'√©tape que je suis en train de passer, il y a deux ans, dans mon √©cole, des professionnels de l'√©cole, pas des √©tudiants, mais des professionnels qui g√©raient un track en strat√©gie, m'ont r√©pondu texto que tu n'as pas le profil pour y rentrer. Et bien voil√†, j'ai not√©, et deux ans apr√®s, j'y rentre.

  • Speaker #1

    Voilà, donc cher professionnel de l'école, si tu nous écoutes, toi aussi, on va t'envoyer le podcast.

  • Speaker #0

    C'est ça, il a sorti l'école.

  • Speaker #1

    Tu me le donneras en off et je lui enverrai. Super, écoute Mehdi, on avance, je ne veux pas te prendre trop de temps. Comme je te le disais en off, j'ai une petite surprise pour toi. Je voudrais avec toi inaugurer une nouvelle catégorie du podcast. C'est les questions des anciens invités qui viennent du même sport que toi. Tu parlais de Nico tout à l'heure, tu fais référence à Nicolas Biffaut que j'ai reçu dans le podcast D'ailleurs, son épisode a été publié le 31 décembre pour bien finir l'année 2021. Il a une question pour toi.

  • Speaker #0

    Salut Mehdi, j'esp√®re que tu vas bien. J'esp√®re que tu t'√©clates dans tes nouveaux projets personnels et professionnels. Alors, la question que je voulais te poser pour ce podcast, c'√©tait de savoir quel √©tait ton meilleur souvenir lorsque tu √©tais au P√īle Espoir de Bretigny-sur-Orge. La Nico t'es en train de faire de... C'est chaud l√† ce que t'es en train de me demander. L'ann√©e que j'ai pass√©e √† Bretigny a certainement √©t√© l'ann√©e la plus folle que j'ai pass√©e dans le sport. Pourquoi il me pose cette question-l√† ? Parce qu'il sait tr√®s bien que c'est des zinzins. On √©tait des zinzins. Pour donner un petit point, sur ma classe, on √©tait 19 redoublants. Euh... Et... Alors, non, ouais, c'est... 19 redoublants, non, 26 redoublants ou 25 redoublants et 19 conseils de discipline. Mais je peux te dire que l'envers du d√©cor des chiffres que je te donne, c'√©tait un bordel et une ambiance de malade. Et je pense que mon plus beau souvenir... √áa se bagarre, l√† ? Allez, je vais sortir des sentiers battus. Je ne vais pas dire ma premi√®re m√©daille en championnat de France parce que normalement, c'est √ßa. J'en ai pleur√©, c'√©tait des √©motions de fou. Je vais plus sortir un point d'ambiance. C'√©tait... les soir√©es les soir√©es √† foutre le bordel dans l'internat mais √ßa c'est des souvenirs que je garderai toujours dans ma t√™te parce que j'ai jamais autant rigol√© de ma vie que cette ann√©e l√† en fait √ßa a √©t√© tr√®s dur parce qu'il y a eu des moments tr√®s difficiles des blessures etc mais non Nico non l'ambiance dans l'internat c'est trop c'est pas possible

  • Speaker #1

    Moi, il y a un truc qui me choque, c'est que tu parles de foutre le bordel à l'internat, mais dans le judo, il y a les valeurs du respect.

  • Speaker #0

    Non, on se respecte. C'est le bordel. On se respecte. C'est-√†-dire que quand on se retrouve, en tout cas moi, on se retrouve devant le fait accompli qu'on va se faire punir ou sanctionner, parce que j'ai √©t√© vir√© de l'internat √† la fin, mais je n'√©tais jamais d√©l√©gu√© aux championnats de France, donc je m'en foutais. Voil√†, pour ceux qui m'entendent, je le r√©p√®te, je m'en foutais. tu restes respectueux. Moi, je n'ai jamais hauss√© le ton face √† des profs, parce que j'ai √©t√© √©duqu√© comme √ßa et parce que c'est notre sport et parce que derri√®re, on prenait cher. Et puis Nicolas Motion m'aurait d√©fonc√©. Mais n'emp√™che que c'√©tait le zoo. C'√©tait le zoo. On dormait le... Il y avait des surveillants qui faisaient des rondes. On les rendait malades. Ah oui, j'ai un tr√®s bon souvenir. Les petits ponts massacreurs. les petits ponts massacreurs les petits ponts massacreurs en fait c'est un concept qui est tr√®s simple c'est tout le monde qui joue avec une balle et si un gars prend un petit pont il se fait massacrer par toute la cour et je peux te dire que quand tu fais √ßa √† Bretigny o√Ļ il y a le p√īle espoir de judo le p√īle de foot et le p√īle de rugby les petits ponts massacres √ßa massacre √ßa massacre et puis accessoirement t'es √† Bretigny au milieu du 91 avec des gens qui viennent de partout banlieue parisienne et qui viennent Les petits pour m'assacreur, √ßa va tr√®s vite, tr√®s loin. Moi, je sais que... Ah oui ! Et les bapt√™mes d'anniversaire aussi. Moi, je sais que le 26 mai, donc le jour de mon anniversaire, le Je sais pas si c'√©tait comme √ßa chez toi, √† Brette, pour toi, Nico, mais nous, √† notre √©poque, le jour de ton anniversaire, tu te faisais d√©foncer.

  • Speaker #1

    Donc il va venir me prendre congé ou être malade.

  • Speaker #0

    Moi, j'√©tais pas l√†. Le 25, je rentre chez moi, je reviens le 27. en plus moi je suis de fin d'ann√©e fin d'ann√©e scolaire j'ai d√©mont√© tout le monde on a fait des pires traces √† certaines personnes il y en a qui ont pris des sauts d'urine dans leur lit moi √† arriver √† la fin comme √ßa j'allais prendre tarif je viens pas c'est simple je ne viens pas et d'ailleurs Sina si t'entends √ßa je pense que tu sais tr√®s bien comment c'√©tait aussi toi pour toi ta g√©n√©ration parce que je pense que t'es de la m√™me g√©n√©ration que Nico ou peut-√™tre une g√©n√©ration avant mais je vous souhaite que c'√©tait pas Je pense pas, c'√©tait pas aussi pire que nous parce que je sais que nous il y a eu une grande refonte dans le P√īle Espoir apr√®s notre ann√©e et les gens en ont entendu parler quelques ann√©es apr√®s de notre g√©n√©ration parce que √ßa a √©t√© une honte

  • Speaker #1

    Bon, on retiendra donc comme meilleur moment au P√īle de Bretigny les petits ponts massacreurs J'ai une autre question pour toi, cette fois-ci qui vient d'une athl√®te, une judocate c'est Anfatou Mbayeiro, voil√† sa question Quelle est la qualit√© que tu as d√©velopp√©e au judo ?

  • Speaker #0

    et que tu as réussi à introduire dans ta vie professionnelle.

  • Speaker #1

    On en a déjà un petit peu parlé tout à l'heure, mais est-ce qu'il y en a une autre qui te vient cette fois-ci avec la question posée par Anne Fatou ?

  • Speaker #0

    √áa, c'est Anne Fatou, plus professionnelle, plus pos√©e. √áa, c'est vraiment elle, tu vois. Alors, tr√®s bonne question. Je pense que c'est l'abn√©gation, la pers√©v√©rance, rien l√Ęcher. C'est quelque chose qu'on d√©veloppe tr√®s rapidement, on n'a pas le choix de le d√©velopper tr√®s rapidement dans le sport, parce que sinon tu n'as nulle part, tu ne fais aucune m√©daille, tu ne fais rien du tout. Mais qui est beaucoup plus difficile √† percevoir parce que le sport c'est toi, le monde professionnel c'est toi et les autres. Et quand je dis que je parle d'humain, c'est l√† o√Ļ √ßa se joue. et je pense que l'abn√©gation et la pers√©v√©rance le fait de rien l√Ęcher √ßa a peut-√™tre un point plus li√© au judo le judo c'est le sport individuel le plus collectif que je connais c'est simple parce que tu travailles pour toi mais tu ne peux pas travailler pour toi si tu ne fais pas travailler les autres et je pense que c'est le point que j'ai le plus gard√© et qui m'a fait le plus penser √† l'humain c'est que si tu ne fais pas monter en comp√©tence les autres, tu ne monteras jamais toi. Ou tu ne pourras pas bien monter toi. Si tu t'amuses √† garder tous tes secrets et toutes les techniques pour toi, et que tu ne les partages pas avec les autres, de peur de leur donner tes techniques, eux ne d√©velopperont jamais un moyen de te contrer, et toi tu ne d√©velopperas jamais un moyen de contrer leur contre.

  • Speaker #1

    Et de devenir encore plus fort.

  • Speaker #0

    Exactement. Et donc l√† c'est √ßa. Si tu ne fais pas monter en comp√©tence les gens √† c√īt√© de toi, si tu ne prends pas le temps... de comprendre les forces et les faiblesses et les drivers de chacun. tu n'arriveras jamais √† aller loin. Tout simplement. Tu monteras vite, mais tu auras un plafond de verre parce que tu n'auras pas fait monter toute une cohorte avec toi √† d√©velopper leur meilleur niveau. Je pense que c'est √ßa. C'est faire attention √† l'humain et aux gens autour de toi, les partager avec eux. Rien √† l√Ęcher, m√™me si tu perds, m√™me si √ßa ne marche pas. m√™me si tu te fais lourder de ta bo√ģte, m√™me si tu te fais d√©tester par plein de gens, c'est pas grave parce que tant que tu gardes cette philosophie il y a d'autres gens qui t'adoreront √† c√īt√© donc voil√†, partagez et rien l√Ęcher partagez et rien l√Ęcher, tu sais quoi, partagez et rien l√Ęcher, c'est tr√®s bien voil√†,

  • Speaker #1

    c'est super, Mehdi j'ai encore deux questions pour toi, la premi√®re je la pose √† tous les invit√©s, si on retournait dans ce monde parall√®le et tu pouvais revenir euh te mettre √† c√īt√© du petit Mehdi qui va d√©couvrir le judo tu sais celui o√Ļ maman te dit je veux que tu fasses un sport mais t'es un petit peu mou donc un sport peut-√™tre de combat o√Ļ tu vas apprendre √† te d√©fendre mais un sport qui soit pas en plein air donc je vais t'emmener au judo t'arrives l√†, toi tu voulais pas et toi le Mehdi de maintenant, t'es √† c√īt√© de ce petit Mehdi qu'est-ce que tu crois que le petit Mehdi de 4-5 ans Dirais en te voyant, en sachant tout ce que t'as accompli Et l√† o√Ļ tu en es aujourd'hui Qu'est-ce que lui dirait ? Qu'est-ce qu'il penserait de toi ?

  • Speaker #0

    Je serais super fier Ah il dirait mais je fonce j'y vais quoi Non non non parce que je pensais que ta question c'était qu'est-ce que je lui dirais Non trop facile ça trop facile Qu'est-ce que lui me dirait s'il avait un film de tout ce qui a été fait Oh bah il foncerait Il foncerait Il foncerait encore plus Il foncerait et j'espère qu'il aura bien regardé l'histoire de sa vie future pour ne du coup être meilleur et foutre encore plus le bordel à l'internat

  • Speaker #1

    aussi aussi parce que quitte √† √™tre vir√© autant vraiment foutre le bordel parce que je savais que j'allais √™tre vir√© moi quitte √† prendre cher autant prendre cher jusqu'au bout exactement √† bien prendre cher en fait √ßa marche et puis derni√®re question √©coute elle est tr√®s simple o√Ļ est-ce qu'on peut te suivre o√Ļ est-ce qu'on peut rentrer en contact avec toi si on veut en savoir encore plus si on veut d√©couvrir ton fameux triangle

  • Speaker #0

    des Bermudas c'est un bon truc que tu me dis parce que l√† j'avais pens√© √† publier moi cette vid√©o et puis Et en fait le truc qui m'a le plus emp√™ch√© de la publier c'√©tait que C'est en 17 minutes j'avais la flemme de faire les sous-titres Sauf que maintenant il y a Delia qui fait les sous-titres pour toi Donc je vais la publier, je vais me faire un compte YouTube pour la publier. Je vais travailler la vid√©o et ensuite je vais la publier. Mais je vais aussi couper des extraits et mettre sur LinkedIn diff√©rents supports. Mais ouais, LinkedIn d√©j√†. Premier support o√Ļ on peut me retrouver. Mais aussi, pour ceux qui sont judokas, il y a Instagram. Et...

  • Speaker #1

    et Youtube bient√īt ok super nous on mettra √ßa de toute fa√ßon dans toutes les notes de l'√©pisode j'avais donn√© un challenge √† Nico Biffo qui se lance aussi dans la cr√©ation de contenu avec une cha√ģne Youtube je lui avais dit que je publierais le podcast uniquement une fois qu'il aurait publi√© deux vid√©os donc je te donne le m√™me style de challenge je publierai ce podcast quand tu auras publi√© ta vid√©o sur ton compte Youtube √ßa marche ? ok j'ai pas le choix voil√† maintenant t'as un objectif merci beaucoup Mehdi pour ce moment qu'on a pass√© ensemble merci √† je te souhaite bon courage pour la suite bonne continuation, bon voyage pour ton nouveau boulot et puis on suivra avec attention la suite et moi je reste accroch√© √† ton talk sur la m√©thode Bermuda sur le cercle des Bermuda √ßa m'a beaucoup inspir√© √ßa allait faire autant trois

  • Speaker #0

    ans après

  • Speaker #1

    et comme tu l'as dit la dernière fois quand on a eu l'occasion d'échanger avec Cyril Blanchard avec d'autres formés dans la formation champion de ma vie tu t'en rendais même pas compte mais en fait tu es un des supports de la formation donc je l'ai pas du tout et pour te donner une anecdote sur le triangle des Bermudas comme

  • Speaker #0

    le disait à chaque fois Cyril et Salah donc ils nous ont formés sur champion de sa vie Il y a le talk, et ça c'est important, tu dois le savoir toi, il y a le talk que tu veux faire, il y a le talk que tu vas faire, que tu fais, et le talk que tu voulais faire. et bien travailler son talk ça te permet en fait de pouvoir improviser quand t'es sur scène, quand tu vois mon talk tu vois qu'il y a eu de l'impro mais je connaissais tellement mon sujet que je pouvais me permettre de faire 4 versions 8 versions différentes que ça resterait impactant et le triangle des Bermudas je l'ai fait dans le train avant d'arriver à... c'est à dire que j'ai travaillé mon talk et j'ai incorporé cette notion du triangle des Bermudas peut-être moins de 24 heures avant et c'est le truc que tout le monde a retenu c'est incroyable,

  • Speaker #1

    j'ai travaillé mon talk pendant un an et tout le monde a retenu ce truc que j'ai fait à la dernière seconde ouais mais parce que le talk en lui-même est inspirant mais cette image du triangle des Bermudas ça met en lumière finalement en une image ce que ton talk raconte un

  • Speaker #0

    Bermuda pour être bien dans la vie c'est ça,

  • Speaker #1

    merci beaucoup encore Mehdi bonne continuation merci √† toi aussi Alors on est tous d'accord chaque athl√®te a une histoire unique tout comme Mehdi Meknesh que vous venez d'entendre sur le podcast si son parcours vous a inspir√©, rejoignez-nous sur les r√©seaux sociaux du podcast pour en discuter, tous les liens sont dans les notes de l'√©pisode Pour en d√©couvrir davantage sur Mehdi et tous les autres sportifs du podcast et les soutenir dans leurs d√©fis, visitez le site vestiaires.org. On a besoin de vous, chaque euro compte et 100% des dons sont directement revers√©s aux athl√®tes. Le podcast Dans les vestiaires met en lumi√®re ces h√©ros du sport et ils ont besoin de votre soutien. Et le plus simple, c'est de partager leurs histoires pour les aider √† briller sur la sc√®ne internationale. Et puis comme √ßa, tout le monde fera un peu partie de cette superbe aventure sportive et philanthropique. partager leurs √©pisodes √ßa nous aide et √ßa les aide surtout eux allez portez-vous bien entra√ģnez-vous bien et on se retrouve bient√īt pour un nouvel √©pisode salut les sportifs

Description

ūüĆüImaginez un sportif, dot√© d'une r√©silience √† toute √©preuve, dont chaque d√©fi lui offre l'occasion de briller encore plus fort.ūüĆą Cet homme, c'est Mehdi MEKHNECHE. Dans le grand jeux de son existence, il a suivi un parcours non pas sans emb√Ľches, mais richement pav√© d'apprentissages et de victoires personnelles.ūü•č


ūüŹÜAncien judoka de haut niveau, Mehdi n'a jamais √©t√© √©tranger aux d√©fis ou √† la comp√©tition. Il conna√ģt le go√Ľt de la sueur, de la pers√©v√©rance et, surtout, celui de la renaissance apr√®s chaque chute.ūüí™ √Ä l'√©coute de son histoire, on plonge dans les souvenirs d'une jeunesse rythm√©e par le Judo, o√Ļ le self-d√©fense c√®de peu √† peu la place √† une passion d√©vorante. ūüĆć


ūüďöDou√© d'une soif d'apprendre et de se prouver √† lui-m√™me, il quitte finalement le monde du sport, non sans emporter avec lui ses pr√©cieuses le√ßons, pour s'engager sur un tout autre tatami : celui du monde professionnel.ūüĆÄ


ūüĆüMais Mehdi ne se contente pas de combats physiques.


ūü§ĒIl est vrai que la question de Nicolas, entre anciens athl√®tes convertis dans la qu√™te d'autres victoires, promet d'allumer une nouvelle lueur de curiosit√©. Serait-elle la pi√®ce manquante permettant de dessiner plus pr√©cis√©ment le tableau de cette transition, du judogi au costume de consultant?ūüĒć


ūüéôÔłŹDans cet √©pisode du podcast, il n'est pas seulement question de se souvenir mais de partager. De partager cette flamme qui ne s'est jamais √©teinte en lui, celle qui √©claire aujourd'hui son chemin dans le vaste monde du conseil en strat√©gie, o√Ļ il se pr√©pare √† relever ses nouveaux d√©fis, √† Bruxelles, tout en restant ancr√© dans ses racines.ūüĆŅ


ūüéß√Čcoutez l'√©pisode sur toutes les plateformes de podcast et pour ne rien manquer des prochains √©pisodes, abonnez-vous !


#Podcast #DansLesVestiaires #Sport #Judo #Carrière #Transition #Détermination #Resilience #Inspiration #Motivation #LinkedIn #Ecriture #ConseilEnStratégie #VieProfessionnelle #SuccessStory #Ambition #Challenge #Succès


Dans cet épisode, vous pourrez découvrir (chapitres de l’épisode) :


  1. 00:03:38 - Début dans le Judo et Influence Maternelle

  2. 00:06:49 - Victoire Déterminante et Transition vers le Haut Niveau

  3. 00:10:05 - L'Impact des Blessures sur la Carrière Sportive

  4. 00:12:32 - La Psychologie du Sport et le Soutien Manquant

  5. 00:14:08 - Importance de la Préparation Mentale

  6. 00:16:33 - Les Difficultés Financières des Sportifs de Haut Niveau

  7. 00:19:43 - Le Parcours après le Judo : Transition Professionnelle

  8. 00:22:07 - Conseils pour les Jeunes Sportifs : √Čducation et Pr√©paration pour l'Avenir

  9. 00:24:29 - Le Haut Niveau dans le Sport et le Monde Professionnel

  10. 00:27:16 - Le Sport comme √Čl√©vateur Social

  11. 00:34:34 - Les Enseignements du Sport Applicables dans la Vie Professionnelle

  12. 00:39:26 - Les questions d'anciens invités du podcast

  13. 00:43:05 - L'Importance de Conna√ģtre et D√©passer ses Limites

  14. 00:44:02 - Encouragement √† √Čcouter sa Propre Voix et √† Ne Pas Abandonner


Pour suivre et soutenir notre invité : https://www.linkedin.com/in/mehdi-mekhneche / https://www.instagram.com/mekhnechito / https://www.strava.com/athletes/81580268


Gr√Ęce √† Autoscript.fr, on vous propose m√™me de revivre l‚Äô√©change que j‚Äôai pu avoir avec Mehdi. √áa se passe sur https://vestiaires.org !


Hébergé par Ausha. Visitez ausha.co/politique-de-confidentialite pour plus d'informations.

Transcription

  • Speaker #0

    Dis papa, pourquoi les sportifs quand ils ne sont pas sur le terrain ? Et bien croyez-moi, quand votre fils vous pose cette question, ça fait réfléchir. Surtout quand on sait que pas mal d'entre eux jonglent avec un ou plusieurs jobs pour pouvoir joindre les deux bouts. Et j'ai réalisé que beaucoup d'entre nous se posent la même question. C'est pour ça qu'il y a quelques années, j'ai décidé de lancer le podcast dans les vestiaires pour plonger dans ces doubles vies. Parce que derrière chaque athlète, il y a une histoire et parfois un autre métier. A peu près au même moment, j'ai rejoint Aplayer, un cabinet de recrutement spécialisé dans les recherches critiques. Alors moi, je suis recruteur tech et avec mon associé, on aide les entreprises à trouver les perles rares. Mais on accompagne aussi les entités qui veulent définir ou redéfinir une politique de recrutement. Et je peux vous dire que des sportifs de haut niveau, croisés au gré de nos chasses de candidats, on en a vu un sacré paquet. Et oui, parce que, encore une fois, vivre de son sport n'est pas si facile quand on n'est pas installé au plus haut des podiums depuis des années. Et encore, comme une marque vient à l'installer, il faut y rester et se réinventer sans cesse. Du coup, à travers les histoires inspirantes de mes invités, je vous propose de découvrir comment on peut répondre à nos enfants qui se demandent encore ce que font toutes... La journée, c'est sportif de haut niveau. Parce que oui, entre sport et entrepreneuriat, il y a beaucoup de points communs. Et avec les JO de Paris qui approchent, c'était le moment de redonner vie à ce podcast. Alors restez après l'épisode, je vous donne tous les détails sur notre invité et je vous invite à aller voir la page sur le site vestiaire.org pour pouvoir le soutenir dans ses projets. Allez, c'est parti pour un nouvel épisode ! Salut les sportifs, c'est Hermano et je suis très heureux de vous recevoir comme d'habitude pour un nouvel épisode du podcast Dans les Vestiaires. Aujourd'hui, on inaugure un petit peu ce format puisque je suis en face-à-face avec mon invité mais pas par caméra interposée. J'ai la chance d'être en face de Mehdi Meknesh. Salut Mehdi.

  • Speaker #1

    Salut Hermano, salut tout le monde.

  • Speaker #0

    Mehdi, √©coute, je suis tr√®s content de te voir, surtout qu'on parle beaucoup de toi en ce moment, que ce soit dans les podcasts avec d'anciens invit√©s et d'ailleurs tu auras une petite surprise √† la fin de l'√©pisode, mais aussi... avec Cyril Blanchard avec qui je suis la formation champion de ma vie on pourra revenir un petit peu l√† dessus on pourra revenir aussi sur le talk que tu as fait sur le c√īt√© tr√®s inspirant de ce talk mais avant tout ce que je te propose c'est ce que je propose √† tous mes invit√©s je te demande de te pr√©senter donc dis nous tout qui est Mehdi Meknesh alors

  • Speaker #1

    d√©j√† merci pour tes mots en amont √ßa me touche √ßa fait tr√®s plaisir de savoir que mes passages ou mes talks o√Ļ mon nom arrive √† √† inspirer, √† accompagner et √† aider certaines personnes. C'est d'ailleurs le but et l'id√©e. Sinon, pour ma part, comme tu l'as dit, Mehdi Meknej, j'ai 29 ans. Et je vis actuellement √† la fronti√®re du Luxembourg car je travaille, ou du moins je travaillais au Luxembourg depuis deux ans et demi. J'ai d√©cid√© de quitter mon job pour en rejoindre un autre, donc passer du conseiller en management au conseiller en strat√©gie, quelque chose que je cherchais depuis un moment. Donc l√† je rejoins Bruxelles, mais je continuerai √† vivre ici pour rester pr√®s aussi de ma compagne. Sinon, voil√†, ancien sportif de haut niveau, judoka, plus de 18 ans de judo, je pense, √† peu pr√®s. Plusieurs bons moments, presque 10 ans dans le haut niveau. Donc, des souvenirs, des bons, des moins bons. Plein d'amis, plein de... et surtout, une personnalit√© qui s'est cr√©√©e, qui s'est forg√©e. Au fur et √† mesure des ann√©es et des exp√©riences qui me permettent aujourd'hui d'√™tre qui je suis, c'est-√†-dire quelqu'un d'ambitieux mais qui reste, je pense, simple, parce que c'est important, parce que c'est l'humain qui prime avant tout. Donc, voil√†, rester abordable, accessible, transmettre. Je pense que si je devais d√©finir un mot qui me parle beaucoup, c'est vraiment transmettre. Parce qu'on s'enrichit beaucoup √† travers la transmission. Et donc oui, voil√† √† peu pr√®s dans les grandes lignes qui je suis.

  • Speaker #0

    On va rentrer un petit peu plus dans les détails, justement, dans les petites lignes de toi, de ton histoire, de ta carrière, de ta vie de sportif de haut niveau, mais pas que. On parle de sport. Comment est-ce que tu découvres le sport ?

  • Speaker #1

    Comment est-ce que je d√©couvre le sport ? D√©j√†, j'ai ma m√®re qui √©tait ancienne sportive de haut niveau quand elle √©tait en Alg√©rie. Mais comment je d√©couvre mon sport ? Parce qu'elle faisait de l'athl√©tisme. C'est parti. Parce que ma m√®re voulait que je fasse du sport. Et puis pour l'anecdote, j'ai grandi dans le 20e arrondissement de Paris, pr√®s de Belleville. Et c'est vrai que c'√©tait... On va dire que √ßa craignait un petit peu. En tout cas, il y avait quand m√™me dans mon √©cole pas mal d'opposition et de tensions. Et donc, j'√©tais amen√© √† me disputer tr√®s souvent. Sauf que moi, je n'√©tais pas du tout un gar√ßon combatif. J'√©tais plut√īt un fils √† maman. Je pense que je le suis toujours un petit peu, dans le sens o√Ļ je suis tr√®s attach√© √† ma m√®re et j'ai une relation tr√®s particuli√®re avec elle. Mais voil√†, je n'√©tais pas celui qui voulait absolument d√©coudre avec tout le monde. Je revenais souvent marqu√© et ma m√®re a dit c'est plus possible, c'est pas possible, il faut que tu puisses te d√©fendre. Et elle m'a fait faire du sport mais elle voulait pas que je fasse un sport en plein air ou en ext√©rieur. Et donc √ßa limite le champ du possible et on se retrouve √† aller dans le judo parce que pour elle c'√©tait du self-defense et que c'√©tait pas un sport de gros impacts. Elle a bien compris qu'avec le temps, ce n'√©tait pas forc√©ment vrai. Elle a d'ailleurs regrett√© tr√®s rapidement. Regretter, c'est un grand mot, mais en tout cas, elle s'est dit, mince, je pensais mettre mon fils dans un sport qui va permettre quand m√™me de pouvoir se d√©fendre, mais d'√™tre au chaud, etc. Et au final, je tombe dans ce sport qui, √† la base, ne me s√©duit pas du tout. que j'ai pas aim√©, que j'ai voulu arr√™ter parce que moi je voulais faire du foot mais mon entra√ģneur Julien Nabara s'il m'entend j'esp√®re bien on va lui envoyer le podcast comme √ßa il pourra faire ses commentaires exact √† d√©celer quelque chose un potentiel un niveau et en fait tr√®s rapidement il y a eu un moment Apr√®s pas mal de victoires, mais aussi quelques grosses d√©faites qui ont laiss√© des traces, je me suis dit non, je ne peux pas accepter ces d√©faites-l√†. C'est vrai que j'√©tais quelqu'un qui... Je ne suis pas mauvais joueur, mais je suis tr√®s mauvais perdant. Je d√©teste perdre. Et je pense que c'est une des bases aussi de pas mal de sportifs, c'est d√©tester perdre. Et du coup, je me suis dit non, je ne peux pas accepter ces d√©faites-l√†. Et en fait, je me suis entra√ģn√© tr√®s dur, chose que je ne faisais pas quand j'√©tais plus jeune. Et quand j'√©tais minime, j'arrive sur les championnats de Paris. Donc je fais troisi√®me apr√®s avoir perdu. En demi-finale et sur ma troisi√®me demi-finale cons√©cutive contre le m√™me gars. Et c'est √ßa en fait que je n'ai pas tol√©r√©, je me suis dit que ce n'√©tait pas possible. Je l'avais battu une premi√®re fois, je le bats une fois, il me bat deux fois. Le deuxi√®me combat, donc la premi√®re fois o√Ļ il me bat, il me bat en 12 secondes. Alors que moi je l'avais battu √† 3 secondes de la fin sur le premier combat. Et en demi-finale des championnats de Paris... Il me bat encore et l√† j'ai dit non √ßa c'est pas possible √ßa je peux pas le tol√©rer et donc je lui ai dit tu fais ce que tu veux de moi mais plus jamais je perds contre ce mec l√† c'est pas possible √ßa c'est ce que tu dis √† ton coach √ßa c'est ce que je lui dis √† lui donc j'√©tais minime je devais avoir 12-13 ans et je lui ai dit c'est impossible et c'est parti de l√† en fait et en fait ce qui est marrant peut-√™tre pour l'anecdote j'avais combattu au championnat de Paris En moins de 60 kg, √† l'√©poque, le championnat de Paris, c'√©tait celui en Ile-de-France qui √©tait consid√©r√© comme le moins dense en termes de niveau. Et donc, je fais trois en moins de 60. Et aux Iles-de-France, j'arrive avec 400 grammes de trop. Parce qu'√† l'√©poque, les r√©gimes, je ne connaissais pas. Et bon, je ne jugeais pas pertinent d'en faire. En tout cas, juste faire attention √† son poids. Sauf que je n'ai jamais √©t√© tr√®s bon pour √ßa. Je me suis am√©lior√© par la suite avec. Et je me retrouve √† faire deuxi√®me en moins de 66. alors que je faisais 60.3-60.34 donc je me retrouve surclass√© de cat√©gorie de poids et √† faire une meilleure place que celle que j'avais fait donc comme quoi l'entra√ģnement et le travail √ßa paye et √ßa a √©t√© un √©l√©ment d√©clencheur pour moi √† l'√©poque partir en sport et √©tudes c'√©tait C'√©tait presque un r√™ve inaccessible. C'√©tait r√©serv√© qu'aux meilleurs. Et avec cette m√©daille aux √éles-de-France...

  • Speaker #0

    Vice-champion d'Île-de-France, ça va, tu faisais quand même partie des meilleurs.

  • Speaker #1

    √Ä ce moment-l√†, oui. Mais √ßa, je devais √™tre en quatri√®me quand c'est arriv√©, donc au coll√®ge. Sauf que je me rappelle des ann√©es sixi√®me, cinqui√®me, etc. C'est pour √™tre tuto. C'est incroyable, mais sport et √©tudes c'est que le top du top des meilleurs, etc. Jusqu'en quatri√®me, avant que je fasse cette m√©daille, c'√©tait encore... Mais c'est vrai que √ßa a ouvert le champ des possibles d'avoir fait cette premi√®re m√©daille, de voir toutes ces personnes-l√† autour de soi, en fait, sur toutes les cat√©gories de poids des podiums partir en sport et √©tudes. J'ai dit, ben en fait, moi aussi. Et j'y suis pas parti directement, j'ai voulu terminer le coll√®ge dans lequel j'√©tais. C'√©tait un bon coll√®ge avec un bon niveau et surtout... Je me sentais pas pr√™t √† partir directement en fait. J'avais 13 ans, ma m√®re... un consoble je pense de partir directement et surtout mon entra√ģneur qui me dit fais encore une petite ann√©e au club √ßa va pas te faire de mal etc je ne sais pas ce qui serait pass√© si j'√©tais parti en sport √©tudes d√®s ma premi√®re ann√©e, peut-√™tre que j'aurais moins bien fait peut-√™tre que je me serais cram√© surtout qu'√† l'√©poque on pensait que le sport √©tudes c'√©tait la voie royale or le temps nous a montr√© surtout ces derni√®res ann√©es nous ont montr√© qu'il y a pas mal de personnes qui se sont sorties sans passer par l'√©paule Euh... Donc... Donc oui, j'y suis all√© et en fait de l√† √ßa a d√©roul√©. Premi√®re ann√©e qualifi√©e au championnat de France en KD, derri√®re premi√®re m√©daille de l'histoire au championnat de France de mon club. Premi√®re m√©daille aux √ģles de France de l'histoire de mon club, ensuite premi√®re m√©daille au championnat de France, ensuite d√©part en P√īle France, plusieurs m√©dailles au championnat de France par √©quipe. FSGT, universitaire, et ensuite d'autres r√™ves qui sont cr√©√©s. Ensuite une double nationalit√© qui a jou√©, parce que j'ai tent√© ma chance avec l'√©quipe nationale alg√©rienne pour les Jeux de Rio. Des blessures, des blessures, des blessures, des blessures. C'est un sport qui am√®ne beaucoup de blessures, je trouve. Voil√†, avis personnel, des blessures qui ont fait beaucoup de mal. mais qui au final rendent plus fort parce que la bonne vieille expression ce qui ne tue pas rend plus fort est vraie, mais il faut quand m√™me arriver √† capitaliser sur ces √©checs ou sur ces difficult√©s pour que √ßa rende plus fort. Parce que j'ai connu des gens aussi que √ßa n'a pas rendu plus fort et au contraire √ßa a vuln√©rabilis√©. Et √ßa je pense que c'est un probl√®me qu'on n'aborde pas assez dans le monde du sport. On commence √† l'aborder, je l'entends tr√®s souvent maintenant, et √ßa me rappelle un... Un superbe article d'un ami qui s'appelle Papdoudou Ndiaye, qui √©tait dans ma cat√©gorie de poids √† l'√©poque, on s'est tir√© quelques bastons ensemble, qui lui a eu un parcours superbe, il a fait m√©daille au championnat du monde junior, et qui lui parle beaucoup de ses difficult√©s, de la psychologie, du manque de soutien, et de l'impact des blessures du moral, du mental sur... sur le sportif, et donc l√†, je lui passe une petite d√©dicace s'il l'entend aussi. C'√©tait tr√®s... Enfin, son article et son post √©taient vraiment impactants et inspirants, et je l'ai soutenu √† 200% parce que, comme je l'ai dit au d√©but, c'est de l'humain avant tout. Et on a tendance √† l'oublier dans une √®re o√Ļ il y a beaucoup d'IA, etc. √áa reste de l'humain avant tout √† chaque fois. Donc voil√†, voil√† pour le loulou.

  • Speaker #0

    la petite histoire on pourra revenir un petit peu apr√®s sur l'apr√®s judo on va y rester mais avant tu parles l√† justement de ce c√īt√© humain, de ce c√īt√© blessure et l'impact que √ßa peut avoir sur le mental est-ce que toi √† l'√©poque parce qu'on l'a compris maintenant tu n'es plus sportif de haut niveau, tu t'es orient√© vers plut√īt un m√©tier de haut niveau mais dans le sport est-ce qu'√† l'√©poque tu √©tais accompagn√© par un staff et notamment un pr√©parateur mental ou est-ce que c'√©tait pas encore le moment de parler de tout √ßa ?

  • Speaker #1

    C'est vrai que la notion de pr√©parateur mental est arriv√©e un petit peu apr√®s, notamment sur mes derni√®res ann√©es en P√īle France, parce que j'avais quand m√™me remarqu√© que j'avais tendance, parfois, en fait, j'ai eu une p√©riode o√Ļ j'arrivais bien √† passer le bloc final, et j'ai eu quelques comp√©titions o√Ļ j'ai bloqu√© en demi √† chaque fois, et je sais que √ßa a laiss√© quelques traces. Et sur mes deux derni√®res ann√©es de P√īle France, Il y avait un pr√©parateur mental. En fait, il y avait l'entra√ģneur des P√īle Espoir. Nous, on √©tait en P√īle France √† Strasbourg. Le P√īle Espoir et le P√īle France s'entra√ģnaient au m√™me endroit. Et du coup, l'entra√ģneur des P√īle Espoir √©tait aussi pr√©parateur mental. Et donc du coup, on pouvait de temps en temps aller le voir. Et je pense qu'ils ont essay√© de mettre √ßa en place. Je ne sais pas ce que √ßa donnait par la suite, mais du coup, r√©guli√®rement, on √©tait accompagn√© par ce pr√©parateur-l√†. Et c'est vrai qu'√† l'√©poque, je pense qu'on avait tous un peu une vision biais√©e de ce que c'est que le pr√©parateur mental. On pensait qu'on allait √™tre accompagn√©. C'est un pr√©parateur mental, tu le vois parce que tu n'es pas pr√™t mentalement. Et √ßa, c'est, je pense, la plus grosse erreur que l'on puisse faire. C'est comme si je te disais tu g√®res tes comptes sans gestionnaire. Enfin, genre,

  • Speaker #0

    tu feras un budget quand tu n'auras plus de sous.

  • Speaker #1

    Voil√†, exactement. Alors que √ßa n'a pas de sens. Justement, c'est quand t'as de l'argent, c'est quand t'as du mental, que tu dois voir un pr√©parateur mental. C'est l√† tout le paradoxe, en fait, o√Ļ on se dit un pr√©parateur mental, c'est parce que tu n'es pas pr√™t, alors que justement, c'est parce que tu es pr√™t que tu vas voir un pr√©parateur mental. Si tu n'as rien dans la t√™te, tu ne vas pas voir un pr√©parateur mental.

  • Speaker #0

    C'est pour mieux r√©orienter tes forces et l√† en l'occurrence la pr√©paration mentale pour mieux r√©orienter tes forces et les mettre l√† o√Ļ √ßa va avoir un impact. On parle de la pr√©paration physique, on parle du coach, le pr√©parateur physique, le coach il est l√† pour mieux te pr√©parer, pour mieux orienter tes comp√©tences, tes capacit√©s. Tu disais ton premier coach a vu en toi quelque chose qui fait que tu avais les capacit√©s de devenir un grand judoka et il a appuy√© l√†-dessus, le pr√©parateur mental. On est un peu l√†-dessus mais √† ton √©poque. C'√©tait beaucoup plus biais√© et c'√©tait tu vas voir un pr√©parateur mental parce que tu vas pas bien.

  • Speaker #1

    On avait presque honte d'y aller quoi. On √©tait pas fiers d'aller voir. Pas pas fiers d'aller voir, l'avantage c'est que c'√©tait un... Je vais pas dire c'√©tait un ami. Mais presque, dans le sens o√Ļ il √©tait quand m√™me plut√īt jeune. Nous, on avait 18, 19, et lui devait en avoir 26, 27, donc pas un gros √©cart d'√Ęge. Et il √©tait tr√®s sympa. Donc il y avait une accessibilit√© qui permettait, qui facilitait l'approche. un pr√©parateur mental officiel, etc. Ou pareil, nutritionniste pour perdre le poids, etc. Mais pas du tout. Pas du tout. Et certains qui √©coutent ce podcast, qui √©taient en club avec moi ou en p√īle, me voyaient faire des r√©gimes. des r√©gimes sur mes deux derni√®res ann√©es je pense que mon coloc m'a vu faire des r√©gimes de 12 kilos en une semaine et demie et qui laisse des traces sur le corps dans le sens o√Ļ on fait des effets yo-yo o√Ļ on perd 12 on en reprend 15 en fait on se rend pas compte que quelques ann√©es dans le haut niveau mal g√©r√©es et encore j'ai de la chance parce qu'au final fin J'ai plut√īt bien g√©r√© ma sortie et ma transition, plut√īt. Mais je ne sais pas, en fait. Je ne sais pas si c'√©tait si bien g√©r√© que √ßa, en fait. Je ne sais pas. Mais en tout cas, j'ai r√©ussi √† le faire. Et on ne se rend pas compte, en fait, des s√©quelles que √ßa laisse physiquement sur le corps. L√†, j'ai les genoux. Enfin, je me suis fait infiltrer les deux genoux. Infiltration PRP en d√©cembre. Parce que tu te blesses plus simplement, plus facilement, ton corps est plus vuln√©rable. Donc encore une fois, il y a plein de paradoxes dans le sport, mais tu es cens√© √™tre une machine physiquement, et tu te rends compte que tu deviens vuln√©rable physiquement plus rapidement.

  • Speaker #0

    Moi, j'ai remarqué quelque chose avec tous les invités que j'ai pu avoir sur ce podcast et sur d'autres, c'est que vous gagnez énormément en maturité. Tu peux échanger avec des gamins de 20-25 ans. Tu as l'impression que certains ont déjà une bonne quarantaine d'années en termes de maturité, en termes d'expérience. Mais, et tu le dis, ça va aussi de pair avec une fatigue plus rapide, plus accrue au niveau du corps et aussi du mental. Et je suis bien content que maintenant, la préparation mentale... prennent un peu de l'essor et que ça rentre beaucoup plus dans les mentalités c'est le cas de le dire et que ça permette d'accompagner encore mieux les jeunes sportifs il y a une autre problématique et je pense que ça c'est même

  • Speaker #1

    si je pense que l'aspect pr√©paration mentale rentre en jeu c'est la probl√©matique des moyens aujourd'hui les sportifs de haut niveau n'ont pas les moyens c'est l'essence m√™me de ce podcast on va pouvoir revenir dessus mais vas-y je t'en prie mais euh... Parce qu'aujourd'hui, se faire accompagner, quel que soit le professionnel par qui tu te accompagnes, tu dois le payer. Dans le judo, on ne prend rien. J'ai l'impression, c'est peut-√™tre qu'une impression, mais j'ai l'impression qu'aujourd'hui √ßa va un peu mieux. On a un nouveau pr√©sident de la FED, St√©phane Nomiz, qui est l'ancien pr√©sident du Flamme 91, club dans lequel j'√©tais licenci√©. Mais il faut les payer. Et le probl√®me, c'est que quand tu vis avec √† peine 600, 700, 800 euros par mois, tu vas payer quoi avec √ßa, mis √† part ce que tu vas potentiellement manger ou pas manger, d'ailleurs ? C'est un vrai probl√®me, √ßa. On n'a pas ce luxe, en fait. On ne s'appelle pas Novak Djokovic ou Teddy Riner, d'ailleurs. M√™me si, voil√†, bien s√Ľr, il le m√©rite. On ne revient pas dessus. Mais ce n'est pas un sport o√Ļ l'argent... coule facilement, au contraire. Et donc, √ßa pose d'autres probl√©matiques quand on sait que plus de 70% des sportifs de haut niveau vivent en dessous du seuil de pauvret√©. D'exit, on est quand m√™me sur une ann√©e olympique. Donc, on savait d√©j√† √† l'√©poque que les Jeux Olympiques allaient arriver en 2024. le fait m√™me en fait de se dire que les sportifs de haut niveau fran√ßais vivent en dessous du seuil de pauvret√© derri√®re implique que tu dois faire des choix et c'est vrai que pr√©parateur mental nutritionniste etc tu dis √ßa √ßa vient apr√®s alors qu'en fait Non, √ßa ne vient pas apr√®s en fait, √ßa vient en amont.

  • Speaker #0

    √áa doit venir en amont, oui. Tu parles justement de cette ann√©e olympique, de la difficult√© que rencontrent les sportives et les sportifs de haut niveau pour financer leur carri√®re. √Ä ce micro, j'ai eu plusieurs sportives d'ailleurs qui se pr√©parent pour une qualification aux Jeux olympiques qui m'ont dit, cette ann√©e, √ßa va encore. En ann√©e olympique, on a pu trouver 2-3 sponsors qui nous permettent de voir jusque au JO. mais apr√®s les JO qu'est-ce qu'il en sera ? qu'est-ce qu'on fera ? est-ce qu'on sera oblig√© de l√Ęcher notre sport pour se mettre √† faire entre guillemets je mets bien des guillemets un vrai travail parce qu'on vit plus de sport toi maintenant que tu tu as entam√© ta transition que tu travailles que tu as une vie active ou tu tu ne vis plus de ton sport Quel conseil tu pourrais donner quelques ann√©es apr√®s justement √† des petits jeunes qui veulent se lancer l√†-dedans et qui se demandent comment je vais financer ma carri√®re de judoka professionnel, de karat√©ka professionnel, de tennisman professionnel ?

  • Speaker #1

    Backer vos arrières.

  • Speaker #0

    Faites un budget et voyez un préparateur mental.

  • Speaker #1

    Backer vos arri√®res dans le sens o√Ļ je me souviens quand j'√©tais au P√īle, je me souviens Il y a un ancien qui est venu et qui nous a expliqu√©, qui nous a dit Voil√†, vous √™tes sportif de haut niveau, c'est un gros avantage dans votre vie, mais il va falloir bosser et il va falloir baquer vos arri√®res. Je ne comprenais pas trop, je me suis dit Je m'en fous, je veux √™tre champion du monde, je veux √™tre champion olympique. Et en fait, tu te rends compte que d√©j√†, la route est longue, ce n'est pas que ton travail et tes efforts, il y a aussi un coup de chance, un coup de bol, mais √ßa fait partie du jeu. √áa fait r√©ellement partie du jeu. Il y a des concours de circonstances, il y a des blessures. Moi, j'avais pris le parti √† l'√©poque de tout concilier, donc de travailler, de faire mes √©tudes, de faire du sport, sauf qu'il y a un moment o√Ļ ton corps l√Ęche. Il y a un moment o√Ļ ton corps l√Ęche, ne tient plus, tu ne tiens plus les r√©gimes, tu te blesses de plus en plus, et en fait, tu craques. Ton corps craque, ton corps craque, et donc tu n'y arrives pas, mais malgr√© √ßa, J'√©tais bien content d'avoir fait mes √©tudes √† c√īt√©. Et quand je parle d'√©tudes, je parle d'√©tudes o√Ļ je n'ai pas l√©sign√© sur les moyens au niveau des √©tudes. Donc j'ai fait des bonnes √©tudes. Et √ßa, c'est peut-√™tre la tendance... Je me souviens, tu me fais penser √† quelque chose, je suis repass√© l'ann√©e derni√®re, il y a un an et demi, dans mon ancien p√īle, √† Strasbourg. Et je me souviens, comme si c'√©tait hier, d'avoir pos√© la question Mais parmi vous, qui pense √™tre champion olympique ? Sur 50 gamins, il y en a un qui a lev√© la main. Chez les autres, vous comptez faire quoi ? Vous savez ce que vous allez faire ? Et donc au final, il y en a un qui vient me voir apr√®s √ßa, un peu curieux, qui me dit bah ouais, en fait, t'as raison, ce que tu viens de me dire, √ßa a fait un petit d√©clic, je ne sais pas trop quoi faire, etc. Le mec, il √©tait en fili√®re S, il avait 16 de moyenne, il voulait aller en BTS. Alors je ne d√©nigre pas du tout les BTS, mais... Quand on a des capacit√©s de haut niveau,

  • Speaker #0

    que ce soit dans le sport ou dans les études,

  • Speaker #1

    surtout quand on a des capacit√©s de haut niveau et qu'on est sportif de haut niveau, donc on a baign√© dans cette mentalit√©, dans cette culture de l'√©litisme, du num√©ro 1, etc. On ne peut pas se contenter d'aller faire √ßa. On ne peut pas se contenter d'aller faire √ßa. C'est impossible. Mais le fait m√™me qu'ils ne sachent pas ce qu'il y a derri√®re la porte du baccalaur√©at, c'est un probl√®me. Et je le sais aussi, le monde du sport... ne pousse pas les athl√®tes √† aller chercher m√©decine, √† aller chercher... Voil√†, ils cherchent Staps, les trucs qui se concilient facilement avec le sport. Non, non, non, non, non. Il faut aller chercher le haut niveau. Au final, l√†, aujourd'hui, il est en BBA √† l'EM Lyon. Il a plus de chances d'assurer ses arri√®res. Il ne va peut-√™tre pas finir champion olympique, mais il va finir avec un bon job. Et je le dis parce que c'est important de le dire. Et certaines personnes comprendront ce que je vais dire parce que je sais qu'ils ont d√©j√† entam√© cette transition. Le haut niveau, √ßa existe aussi dans le monde professionnel. Je vous le dis, il y a des pr√©parations, il y a l'aspect mental qui rentre en jeu, il y a la t√©nacit√©, il y a l'abn√©gation. On peut faire des m√©tiers de tr√®s tr√®s haut niveau, avec des niveaux de pression que le commun du mortel ne peut pas assumer. Et √ßa, √ßa fait partie aussi du jeu. Et c'est vrai que tu parlais de maturit√©. L'avantage d'un sportif de haut niveau, c'est qu'il a fait une carri√®re avant une carri√®re. Donc, un sportif de haut niveau arrive √† ressentir, √† comprendre des ressentis de PDG, de CEO, de C-suite, comme on dit. Arrive √† ressentir, en fait, les phrases, les expressions, les... Les... les sentiments qu'ont exprim√©s des gens qui ont fait 25 ans d'exp√©rience, ils vont r√©ussir √† les ressentir. Pourquoi ? Parce qu'ils ont d√©j√† fait face √† la diversit√©, √† la comp√©tition, √† la d√©faite, √† l'√©chec, qui fait partie du processus de r√©ussite. Parce qu'on ne peut pas ressentir la douceur et le go√Ľt d'une victoire si on n'a pas go√Ľt√© celle de la d√©faite avant. En tout cas, on ne la savoure pas de la m√™me mani√®re. Et √ßa n'importe quel sportif qui va m'entendre l√† il le sait

  • Speaker #0

    le go√Ľt de la victoire apr√®s avoir connu les d√©faites c'est pas comparable c'est pas comparable tu peux pas toujours manger dans une cuill√®re en argent et apr√®s arriver dans une cuill√®re en aluminium et comprendre le bienfait que c'√©tait d'avoir mang√© dans une cuill√®re en argent et

  • Speaker #1

    retrouver ensuite la cuillère en argent tu te dis ah c'est bon ça ah ça c'était bon ça et donc n'importe quel sportif le reconnait on l'a tous ressenti après avoir reçu perdu cruellement sur un championnat de France l'année d'après d'aller le gagner aller chercher la médaille, la breloque quand on retrouve le podium on dit ah ah tu en parlais tout à l'heure,

  • Speaker #0

    ce qui a √©t√© le d√©clencheur chez toi √ßa a √©t√© au championnat de Paris premi√®re victoire o√Ļ tu gagnes √† 3 secondes de la fin du combat et ton adversaire qui apr√®s t'a lamin√© sur les deux prochaines rencontres lui Il a compris la saveur de cette victoire apr√®s sa d√©faite.

  • Speaker #1

    Les 12 secondes, √ßa y est. Th√©o Roussel, je dis son nom, je droppe son nom. D'ailleurs, il ne le sait pas. Je ne sais pas s'il le sait, mais c'est quand m√™me lui qui a d√©clench√© derri√®re le parcours que j'ai pu avoir. Mais ce qui est aussi fort, et je pense que je parlais des moyens dans le sport, le peu de moyens, mais on ne... Le sport est quand m√™me un √©l√©vateur social. Il faut le dire. Moi, j'ai grandi dans un milieu pr√©caire et le sport m'a permis de d√©couvrir de nouvelles horizons. Il m'a permis de me dire que j'avais les moyens de faire. Il m'a permis d'ignorer la vie des gens, l'opinion des gens. Et il m'a fait dire, si tu le veux, c'est possible. Et moi, ce que je voulais, et je pense aussi que... Il faut comprendre quels sont les drivers de chaque personne, quels sont les motivateurs de chaque personne. Parce que moi, ce qui m'importait le plus, c'√©tait sortir ma famille et ma maman des situations pr√©caires que l'on a pu conna√ģtre. Et c'√©tait √ßa mon vrai driver. Et au d√©but, en √©tant plus jeune, je pensais que c'√©tait en √©tant champion du monde et champion olympique que j'atteindrais cet objectif-l√†. Malheureusement, la r√©alit√© de mon sport fait que j'ai connu des champions olympiques durant mon parcours au niveau, j'ai connu des champions olympiques qui touchaient le ch√īmage et qui touchaient le RSA. Donc en fait, j'ai compris que ce n'est pas √† travers... Et je pense que c'est un indice... Quand on conna√ģt bien, quand on commence √† bien se conna√ģtre, et avec un peu de recul, √ßa va peut-√™tre d√©clencher quelque chose chez moi qui m'a dit, OK, en fait, il va falloir que tu trouves ce qui va te faire atteindre ton objectif, parce que l√†, ton objectif, tu ne vas pas y arriver si tu continues. Et je pense que raccrocher des √©tudes...

  • Speaker #0

    Les bonnes √©tudes, en parall√®le, m'ont permis de me rassurer un petit peu. Donc, √©l√©vateur social dans le sens o√Ļ on arrive √† conna√ģtre plus de gens, on arrive √† sortir des zones dans lesquelles on vit, rencontrer des gens de classes diff√©rentes, parce que quand t'es en p√īle, peu importe d'o√Ļ tu viens, ce qui importe c'est ton niveau, et on se rend compte que dans la vie, c'est pas toujours le cas, mais de le savoir... √ßa permet d'avancer.

  • Speaker #1

    Oui, quand tu es en p√īle, vous √™tes un petit peu tous sur le m√™me pied d'estal. L'objectif, c'est de monter sur la bo√ģte et, si possible, la premi√®re marche. Mais finalement, c'est un peu comme les vertus que pouvait avoir le service militaire. Quand on le faisait encore, on arrivait tous l√†, qu'on soit fils d'eux ou juste venir du caniveau. On se retrouvait tous l√†. On avait tous les m√™mes chances √† la sortie du service militaire. Et √ßa d√©clenchait certaines choses chez les gens. Toi ? justement tes origines et puis cette confrontation avec Th√©o Roussel que t'as battu une premi√®re fois apr√®s qu'il t'a lamin√© les deux fois d'apr√®s s'il entend le podcast il va dire mais putain mais c'est ce qui se passe toujours √©coute Th√©o si tu nous √©coutes contacte-moi √ßa me ferait plaisir d'avoir ta version des faits

  • Speaker #0

    Théo je te remercie mon fils

  • Speaker #1

    Toi, √ßa t'a permis de d√©bloquer quelque chose chez toi au niveau sportif ? Apr√®s, tu viens de nous le dire. Cette exp√©rience, notamment en P√īle France, √ßa t'a permis de d√©bloquer autre chose chez toi, de faire des √©tudes de haut niveau et apr√®s de te lancer dans une carri√®re professionnelle de haut niveau. Est-ce que quand tu t'es rendu compte justement que ce n'est pas avec le sport que tu atteindrais tes objectifs et notamment... de faire de l'argent, de sortir ta famille de la pr√©carit√©. Est-ce que c'est √ßa aussi qui t'a pouss√© √† te relancer dans tes √©tudes, mais surtout √† laisser le sport de c√īt√©, √† te reconvertir ou √† transitionner vers la vie active professionnelle ?

  • Speaker #0

    Il y a eu deux choses. Blessure, donc mettre fin √† des ambitions olympiques, qui a √©t√© tr√®s dur d'accepter, parce qu'on grandit avec √ßa. Parce que n'emp√™che que on r√©alise peut-√™tre apr√®s 15 ans que c'est pas le sport qui va mettre le pain dans ta bouche, en tout cas pas forc√©ment mais n'emp√™che que pendant 15 ans t'arrivais d'√™tre champion du monde ou champion olympique et Et il faut l'accepter que ce ne sera pas le cas. Donc au final, √ßa a √©t√© super dur, tr√®s dur de l'accepter. Mais en m√™me temps, il y avait une petite voix dans ta t√™te qui te dit, en tout cas qui doit te dire et qui au bout d'un moment finit par vraiment te le dire, il va falloir que tu te ressaisisses parce que l√†, √ßa ne s'arr√™te pas l√† en fait. C'√©tait qu'au d√©but du chemin en fait. Et donc... √† partir de l√†, t'essaies de comprendre comment je peux capitaliser sur tout ce que j'ai appris, parce que c'est pas perdu, au contraire. C'est gagn√©, en fait, c'est √† moi, c'est bon. Les titres que j'ai eus sont √† moi, les exp√©riences que j'ai eues, les rencontres que j'ai eues, tout √ßa, c'est √† moi, en fait, personne ne me les enl√®vera. Les m√©dailles que j'ai, on ne me les enl√®vera pas. Les d√©faites que j'ai eues, on ne me les enl√®vera pas non plus, malheureusement. Mais voil√†, on n'enl√®vera rien du tout. Donc tout ce que j'ai gel√©, comment je compose avec ? Et donc c'est vrai que... Donc... avoir compris que je n'atteindrais pas mon objectif final, le tout dernier, c'est-√†-dire √™tre bien financi√®rement, te pousse en fait √† prendre des choix. Et au final, ces choix-l√†, tu ne peux pas les regretter m√™me s'ils mettent fin √† des ambitions que tu avais ou que tu as toujours eues. parce que l'objectif n'est pas de r√©aliser tes ambitions, l'objectif c'est d'atteindre l'objectif en fait. C'est d'aller chercher ton titre √† toi. Et c'est pour √ßa d'ailleurs que la th√©matique champion de sa vie, pour moi, marchait et fonctionnait super bien, parce qu'√™tre champion c'est bien, mais √™tre champion d'une autre vie ou de quelque chose qui n'est pas la cons√©cration ultime pour toi, √ßa sert √† rien au final. C'est √™tre champion de sa vie qui compte. Et donc, le comprendre permet en fait de plus facilement mettre de c√īt√© des √©checs. Et √ßa, quand je me blesse en 2015, j'avais 21 ans. Qu'est-ce que tu sais de √ßa ? √Ä 21 ans, tu as du mal √† comprendre, tu as du mal √† concevoir ces choses-l√†. Tu te renfermes un peu sur toi-m√™me. C'est √ßa que je dis. √Ä 21 ans, 22 ans, quand tu passes √† travers ce genre d'√©preuves, derri√®re, il y a peu de choses qui arrivent √† te toucher. Et la plupart des gens que je commence √† c√ītoyer vraiment dans le monde professionnel rencontrent ces moments de difficult√©-l√† maintenant, donc la trentaine, √† 30 ans. Je ne les ai pas encore, mais ceux que je c√ītoie ont 30 ans. Mais voil√†, enfin, commencent √† conna√ģtre l'adversit√©, la difficult√©. Je sais que dans ce processus-l√† de compr√©hension de mon environnement, ma compagne m'aide beaucoup √† comprendre, parce qu'elle a fait un parcours plus classique. Et quand moi je ne comprends pas la m√©thodologie ou la fa√ßon de r√©fl√©chir de certaines personnes, elles me le traduisent en disant mais h√©, n'oublie pas que telle personne n'est pas s'faim Le parcours classique, ce n'est pas le parcours d'un sportif. Et on arrive dans un environnement √† tr√®s facilement d√©tecter ceux qui sortent un peu du lot, ceux qui ont eu des parcours atypiques, ceux qui ont des parcours particuliers, de ceux qui sont dans le moule. Voil√†, je suis aujourd'hui dans une ligne professionnelle o√Ļ la plupart des gens sont sortis de pr√©pa, HEC, voil√†, et donc eux ont connu... Leurs difficult√©s √† leur mani√®re, mais c'est quand m√™me un moule d√©j√† pr√©fait o√Ļ les gens passent de bloc √† bloc. Et moi, j'arrive de mani√®re disruptive comme √ßa, de nulle part. Exactement. Et donc, forc√©ment... Je ne vais pas reprendre ce qui ne tue pas en plus fort, mais je vais plut√īt dire ce qui, √† la base, peut √™tre une faiblesse, si tu arrives √† le dompter, √† le dominer, devient vraiment une force. Parce que mon parcours, que ce soit pr√©caire, que ce soit dans l'adversit√©, que ce soit parfois un peu plus long, que ce soit les blessures, etc., aujourd'hui, je capitalise dessus √† fond. Aujourd'hui, je capitalise dessus √† fond, c'est-√†-dire que quand on est proche d'une deadline et que tout le monde commence √† paniquer, non, il n'y a pas de panique √† avoir. Au pire des cas, on va mourir, personne ne va mourir ici. Au pire des cas, c'est perdu.

  • Speaker #1

    Et au pire, on décale un peu la deadline et puis voilà.

  • Speaker #0

    C'est √ßa, l√† o√Ļ c'est infaisable ou inenvisageable pour d'autres personnes. Alors je ne dis pas qu'il ne faut pas respecter ces deadlines, comme on m'entend. Mais ce que je veux dire, c'est plus, il faut voir qu'est-ce qui est important en fait. Et m√™me dans notre parcours professionnel, il y a des √©ch√©ances o√Ļ je me dis √ßa c'est important et sans pas le rater. Et en fait c'est tout l'art de ne pas c√©der √† la pression. √† la mauvaise pression, celle qui va plus nuire √† ton activit√©, √† ce que tu fais, plut√īt que celle qui va te galvaniser et te permettre de g√©n√©rer de l'adr√©naline en toi.

  • Speaker #1

    Et d'aller au bout d'un combat, au bout d'une compétition, ou comme tu dis, au bout d'une compétition professionnelle, parce que ce parcours du sportif de haut niveau, il existe aussi dans le monde professionnel.

  • Speaker #0

    C'est √ßa. Ah non, mais clairement, on le voit bien, je l'ai compris. Et je pense que c'est quand m√™me quelque chose qui m'a fait plaisir, parce que quand tu arr√™tes le sport de haut niveau, c'est dur. Parce qu'il faut le dire... Quand on a grandi dans un environnement sport de haut niveau, P√īle Espoir, P√īle France, les classes sp√©cialis√©es, etc., on est toujours un peu sp√©cial. On est toujours consid√©r√© diff√©remment. On a toujours des petits avantages, on a toujours des petits passe-droits, etc. Et du jour au lendemain, tu les as plus.

  • Speaker #1

    Tout s'arrête.

  • Speaker #0

    Tout s'arrête. Quand je dis tout s'arrête,

  • Speaker #1

    c'est... Tu perds ton titre de noblesse et tu redeviens citoyen.

  • Speaker #0

    Pa√Įen. Alors vraiment, pour le coup, tu redeviens personne, dans le sens o√Ļ... Les subventions s'arr√™tent, les revenus chutent, l'entourage dispara√ģt, les amis... Enfin, √ßa d√©pend lesquels. Il y en a qui... T'arr√™tes un sport, donc tu ne viens plus aussi souvent, donc forc√©ment, il y en a qui prennent moins de nouvelles de toi. Les entra√ģneurs, l'accompagnement psychologique, physique, etc. M√©decins, kin√©s, ost√©os... tout √ßa dispara√ģt. Mais du jour au lendemain. Donc, t'es moins entour√© en fait, tu te sens moins consid√©r√©. Et c'est peut-√™tre √ßa le mot. Consid√©r√©. Tu te sens moins consid√©r√©. Et √ßa, √ßa fait mal. Parce que tu penses √™tre consid√©r√© pour ce que tu es, alors qu'en fait, tu es consid√©r√© pour qui tu es, ce que tu repr√©sentes dans le syst√®me. Quand t'es sportif de haut niveau, tu repr√©sentes une chance de m√©daille. quelle qu'elle soit en fait. Et donc du coup, tu es consid√©r√© parce que tu vas permettre √† d'autres personnes, une f√©d√©ration, un entra√ģneur, un club, √† atteindre des fins. Mais quand tu n'es plus dans ce syst√®me-l√†, tu ne leur sers plus rien. Et c'est l√† en fait que tu te rends compte qu'il va falloir que tu te fasses toi. Parce qu'√† un moment... Et le savoir, c'est important, parce que m√™me si tu d√©cides de rentrer dans ce syst√®me-l√†, parce que le monde professionnel, c'est la m√™me chose, que tu sois ind√©pendant ou que tu sois salari√©, tu permets √† des collaborateurs ou √† des coll√®gues ou des sup√©rieurs d'atteindre des fins. Mais quand tu le sais, c'est diff√©rent, parce que tu peux dire non plus facilement.

  • Speaker #1

    je veux dire je t'emmerde je sais pas si je peux parler comme √ßa √©coute c'est ton podcast c'est Roulib tu fais ce que tu veux √ßa m'inspire une r√©flexion est-ce que du coup tu pourrais revenir un petit peu avec nous sur les apprentissages encore plus que t'ont apport√© le sport de niveau dans le monde professionnel et peut-√™tre inversement imaginons qu'on est dans un monde parall√®le un monde magnifique o√Ļ l√† maintenant tu vas commencer ton nouveau job dans quelques jours dans un nouveau pays et puis tu peux redevenir Mehdi Meknesh, le judoka de haut niveau et tu peux repartir en qu√™te d'un tournoi olympique qu'est-ce que tu penses que le monde professionnel je t'ai mis quelques √©toiles dans les yeux l√† qu'est-ce que tu penses que le monde professionnel t'a apport√© dans ton statut, dans ton histoire de sportif de haut niveau et du sportif de haut niveau ce que tu as apport√© dans ton monde professionnel alors je vais prendre tes questions par √©tapes si on √©tait dans un monde parall√®le

  • Speaker #0

    et que je pouvais aussi √† c√īt√© reprendre une activit√© √† haut niveau, je serais beaucoup plus apais√©. Parce que j'ai pu me montrer ce que j'√©tais capable de faire dans le monde professionnel, un monde qui lui me permet de manger.

  • Speaker #1

    Je reviens juste sur ce que tu as dit. Tu as dit j'ai pu me montrer c'est-à-dire pas montrer aux autres. C'est me montrer à moi ce que je suis capable de faire dans ce monde professionnel.

  • Speaker #0

    Me montrer à moi. Et une fois que je me suis montré à moi, je peux dire, bon, maintenant que je me le suis montré, je peux le montrer aux autres. Mais ce que je veux dire, c'est que, bah oui, parce qu'à un moment, c'est les autres gens qui te payent. Donc il faut montrer à un moment à quelqu'un. Mais ce que je veux dire, c'est que t'as des achievements, en fait. T'as accompli des choses. Et je pense que c'est important parce que c'est générateur de confiance. Parce que quand tu viens de nulle part, et qu'en plus tu vois que ce que tu fais depuis des années n'est pas ce qui va te faire manger, à un moment tu te dis, il va falloir que je le trouve le truc là. Il va falloir que je le trouve, il va falloir que je montre que j'ai le niveau. Et en plus de ça, un parcours sportif de haut niveau te fait prendre du retard en termes d'années. Et donc il y a un moment, tu dois 1. rattraper ce gap et 2. aller chercher ton objectif. Et je pense que si aujourd'hui je reprenais le sport, je le reprendrais plus sereinement. Pourquoi ? Parce que je me dis, OK, ça va être difficile financièrement, etc. Mais j'ai déjà ça sur mon CV, en fait, donc je peux revenir. quitte à perdre une petite année ou deux, je peux revenir. C'est différent, mais ça n'a pas du tout le même impact.

  • Speaker #1

    La même saveur, pour revenir sur ce que tu disais tout à l'heure. La victoire après la défaite, ça n'a pas la même saveur.

  • Speaker #0

    Tu viens plus apais√© l√†. Il y en a qui avaient besoin de... Chacun avait un objectif, on va dire, bien propre √† lui-m√™me. Chacun a un objectif bien propre √† lui-m√™me. Et moi, je sais que comme mon objectif √† moi, c'√©tait √™tre bien dans la vie, financi√®rement et du coup, pas que moi, mais aussi mon entourage. L'id√©e de ne pas faire vivre, par exemple, √† mes enfants ou √† ma famille ou √† ma femme les m√™mes situations que moi j'ai pu conna√ģtre plus jeune, le fait de savoir que ce n'est plus le cas, en fait, tu vois, d'autres c'√©tait des points diff√©rents, d'autres c'√©tait li√© √† des parents, li√© √†, on va dire, une l√©gatie,

  • Speaker #1

    un héritage.

  • Speaker #0

    Ouais c'est √ßa un h√©ritage en fait chacun avait son point en fait moi c'√©tait celui-l√† donc c'est vrai que je pense c'est pour √ßa que je veux pas rendre universel ce que je suis en train de dire dans le sens c'est pas applicable √† tout le monde mais dans mon cas √† moi bien propre √† moi oui c'est vrai que c'est plus apaisant en fait tu dis j'ai r√©ussi √† prouver √† me prouver √† moi et √† prouver au march√© que j'avais ma place √† ce niveau l√† en fait √ßa c'est fait et l√† tu te dis vas-y je peux je peux remettre les pieds dans le tas peut-√™tre un peu comme comme Nico qui a on en parlait tout √† l'heure il a fait une pause et maintenant il reprend le judo parce qu'il a r√©ussi √† int√©grer HEC montrer qu'il y √©tait capable et qu'il a montr√© au march√© entre guillemets √† la communaut√© qu'il √©tait capable d'avoir ce niveau l√† √† chacun son degr√©. Ce que j'aime beaucoup, c'est que les jeunes de maintenant, on va dire, prennent plus conscience des difficult√©s, de nos difficult√©s qu'on a pu avoir. Moi, je sais que il y a des jeunes que je consid√®re vraiment beaucoup, comme par exemple Sina, qui est judoka, qui a fait Brittany, qui a fait Strasbourg, qui a fait l'INSEP, qui... qui s'inspire en fait des anciens. Et je sais qu'on a une tr√®s belle relation, lui et moi, parce que quand il est sorti de Strasbourg, j'ai tenu √† l'accompagner, √† lui dire, √©coute, tu vois l√† tout √ßa ? Tu le fais pas. Fais pas ces erreurs-l√†. Quitte, fuis, fais ci, fais √ßa. Viens l√† d'abord, ensuite va l√†, va l√†. Parce que moi, j'aurais voulu qu'on me le dise. Moi, j'ai d√Ľ t√Ętonner et trouver tout seul. Et √ßa, c'est dur, parce que tu ne sais pas si tu vas dans le bon ou... En tout cas, tu vas dans ce qui te semble √™tre le mieux. Mais personne n'√©tait l√† pour me dire Ah non, mec, l√†, l'√©cole dans laquelle tu es, elle est nulle. Je ne sais pas, tu suis les pauvres classements que tu vois et √† un moment, tu te rends compte que Non, non, en fait, je pense pouvoir aller plus haut, je pense pouvoir chercher mieux, je pense pouvoir... d√©passer certaines limites que l'on m'a fix√©es, et tu reproduis un mod√®le, et c'est l√†, en fait. Je voulais parler de √ßa pour revenir sur ta question initiale qui √©tait quels sont les enseignements que tu tires du sport ? C'est √ßa, en fait. C'est beaucoup plus simple maintenant pour moi d'aller repousser mes limites qu'avant. Avant, t'avais un consensus autour de toi, que ce soit un corps m√©dical ou un corps parental ou d'adultes en fait, qui fixent les limites pour toi. Et t'es cens√© y croire parce qu'eux sont grands et toi t'es petit, donc par d√©faut tu penses qu'ils ont raison. alors que non, ils n'ont pas raison. Ils n'ont pas raison, et pour √™tre honn√™te, la plupart du temps, ils n'ont pas raison. Ma m√®re, que j'aime plus que tout, qui le sait tr√®s bien, avait beaucoup d'opinions et d'avis qui √©taient erron√©s, qui n'√©taient pas bonnes, en pensant bien faire pour moi, que je n'ai pas √©cout√©, qu'au final, ont √©t√© un salut pour moi. Petite anecdote, quand j'√©tais en seconde, Je suis pass√© en premi√®re S alors que moi je voulais faire une ES. Les professeurs ont d√©cid√© que je n'avais aucun avenir en ES et m'ont fait passer en S parce que j'avais tr√®s bonne note dans les mati√®res scientifiques. J'√©tais pas d'accord, parce que moi, c'est pas ce que je voulais faire. Ma m√®re r√™vait que d'une chose, c'est que je sois m√©decin, donc S, c'est ce qu'il faut faire. Et donc, les professeurs m'ont r√©orient√© en S, et pour faire appel, il faut l'accord des parents. Et donc, il y a eu une sorte de petit complot derri√®re mon dos, qui a fait que je me suis retrouv√© en premi√®re S, alors que moi, je voulais faire ES. R√©sultat, qu'est-ce qui s'est pass√© ? je termine ma premi√®re S, je peux passer dans la classe suivante, et moi je dis c'est simple, c'est soit je passe en premi√®re S, soit j'arr√™te l'√©cole. Et donc au final j'ai perdu un an gratuitement, alors que moi c'est pas ce que je voulais faire, regarde aujourd'hui. J'ai eu mon bac avec mention bien, 15-6, je me suis r√©gal√©, j'ai tout d√©chir√©, derri√®re j'ai fait une √©cole, puis une deuxi√®me, puis une troisi√®me, tu vois. Et aujourd'hui, je rentre dans le conseil en strat, enfin,

  • Speaker #1

    fallait m'écouter dès le début en fait ça aurait été plus simple t'aurais gagné un an mais comme tu le disais c'est peut-être comme le sport études tu disais que t'avais pas voulu faire la première année de sport études au collège et on sait pas ce que ça aurait donné est-ce que tu serais blessé avant est-ce que t'aurais progressé plus vite on saura jamais, on peut pas refaire l'histoire et là cette année que t'as fait en plus tu voulais pas la faire, mais peut-être qu'elle t'a permis aussi de gagner un an en maturité, peut-être qu'elle a aussi assis le socle des compétences qu'on acquiert en première, que ce soit en AS ou en ES, et qui t'a permis après de t'exprimer, d'exprimer ton plein potentiel en ES, et peut-être aussi te consacrer un peu plus au judo cette année-là, puisque t'avais déjà vu le programme de première. Je me fais l'avocat du diable !

  • Speaker #0

    C'est vrai, c'est compl√®tement vrai, d'ailleurs c'est l'ann√©e o√Ļ j'ai le plus perform√©, l'ann√©e o√Ļ je suis pass√© en premi√®re ES, mais il y a eu un aspect psychologique qui √©tait long, j'ai pass√© 5 ans en lyc√©en. 5 ans au lyc√©e c'est long je peux te dire que c'est long parce que normalement c'est 3 ans quand t'arrives √† ta 3√®me ann√©e que tu dis je suis √† la moiti√© j'ai cru ne jamais sortir du lyc√©e pasteur √ßa j'ai cru ne jamais en sortir mais ce qui est vrai c'est que √ßa m'a permis surtout de savoir ce que je ne veux pas et c'est hyper important de savoir ce que tu ne veux pas tout comme c'est hyper important de savoir ce que tu ne peux pas c'est hyper important savoir ce que tu ne peux pas faire, conna√ģtre tes limites Parce qu'il faut conna√ģtre ses limites pour aller les repousser. Si tu penses, si tu te persuades que tu es capable de le faire, alors qu'en fait non... tu vas aller chercher des limites encore plus haut, tu vas te cramer et tu vas tomber. Donc, savoir ce que tu ne veux pas, c'est aussi important que savoir ce que tu ne peux pas faire. Je ne peux pas √™tre danseur √©toile. Je ne peux pas et je ne veux pas. C'est bien, c'est align√©. C'est align√©, tu vois. Mais voil√†, √ßa m'a permis d'asseoir ce socle-l√†. Mais n'emp√™che que le r√©sultat, et je pense que c'est l'enseignement le plus important que j'ai tir√© moi durant toute ma vie, c'√©tait... Les gens pensent avoir raison sur toi, mais en fait, il n'y a que toi qui sais ce que tu es capable de faire. Et √ßa, j'en parlais dans mon talk. Il n'y a que toi qui sais ce qu'il y a √† l'int√©rieur de toi. Que toi qui es capable de dire Ok, √ßa je peux, √ßa je peux pas Les gens, aussi proches qu'ils puissent √™tre, ne peuvent pas savoir ce que tu as en toi comme ressources, comme r√©serve. Tu peux les surprendre, mais toi, tu ne te surprendras pas. C'est-√†-dire que moi, quand j'ai ce que j'ai, je ne suis pas surpris. Je peux √™tre content, mais c'est pas pareil que d'√™tre surpris. Je suis pas surpris, parce que je le savais, je m'√©tais fix√© cet objectif-l√†. Les autres, oh, mais c'est incroyable, mais c'est incroyable, pourquoi c'est incroyable ? Parce qu'ils pensaient que j'arriverais pas. Donc si tu te mets √† les √©couter, un, si t'y arrives pas,

  • Speaker #1

    tu vas leur donner raison,

  • Speaker #0

    tu vas leur donner raison, et en plus de √ßa, si tu n'y arrives pas, tu ne peux pas leur en vouloir. Tu vois ? Moi, quand je r√©ussis quelque chose o√Ļ les gens me disaient Ah, tu n'√©tais pas capable je ne peux pas dire T'as vu ? T'as vu ? Je n'y arriverai pas. Je m'en fous. Ils m'en fous, ils l'ont compris. Je n'ai pas besoin de leur dire. Ils l'ont compris, ils le voient. Mais √ßa te fait surtout comprendre quelque chose. Et moi, je l'ai compris tr√®s jeune, parce que c'est arriv√© tr√®s jeune. J'√©coute plus que ces gens, en fait. Je m'en fous. Et je vais m√™me aller plus loin. √áa me motive encore plus. Quand quelqu'un me dit Ah ouais, mais non, mais tu n'y arriveras pas. Ah, j'y arriverai pas ? Ah ben, on verra. Ah ben, on verra. Et aujourd'hui, l'√©tape que je suis en train de passer, il y a deux ans, dans mon √©cole, des professionnels de l'√©cole, pas des √©tudiants, mais des professionnels qui g√©raient un track en strat√©gie, m'ont r√©pondu texto que tu n'as pas le profil pour y rentrer. Et bien voil√†, j'ai not√©, et deux ans apr√®s, j'y rentre.

  • Speaker #1

    Voilà, donc cher professionnel de l'école, si tu nous écoutes, toi aussi, on va t'envoyer le podcast.

  • Speaker #0

    C'est ça, il a sorti l'école.

  • Speaker #1

    Tu me le donneras en off et je lui enverrai. Super, écoute Mehdi, on avance, je ne veux pas te prendre trop de temps. Comme je te le disais en off, j'ai une petite surprise pour toi. Je voudrais avec toi inaugurer une nouvelle catégorie du podcast. C'est les questions des anciens invités qui viennent du même sport que toi. Tu parlais de Nico tout à l'heure, tu fais référence à Nicolas Biffaut que j'ai reçu dans le podcast D'ailleurs, son épisode a été publié le 31 décembre pour bien finir l'année 2021. Il a une question pour toi.

  • Speaker #0

    Salut Mehdi, j'esp√®re que tu vas bien. J'esp√®re que tu t'√©clates dans tes nouveaux projets personnels et professionnels. Alors, la question que je voulais te poser pour ce podcast, c'√©tait de savoir quel √©tait ton meilleur souvenir lorsque tu √©tais au P√īle Espoir de Bretigny-sur-Orge. La Nico t'es en train de faire de... C'est chaud l√† ce que t'es en train de me demander. L'ann√©e que j'ai pass√©e √† Bretigny a certainement √©t√© l'ann√©e la plus folle que j'ai pass√©e dans le sport. Pourquoi il me pose cette question-l√† ? Parce qu'il sait tr√®s bien que c'est des zinzins. On √©tait des zinzins. Pour donner un petit point, sur ma classe, on √©tait 19 redoublants. Euh... Et... Alors, non, ouais, c'est... 19 redoublants, non, 26 redoublants ou 25 redoublants et 19 conseils de discipline. Mais je peux te dire que l'envers du d√©cor des chiffres que je te donne, c'√©tait un bordel et une ambiance de malade. Et je pense que mon plus beau souvenir... √áa se bagarre, l√† ? Allez, je vais sortir des sentiers battus. Je ne vais pas dire ma premi√®re m√©daille en championnat de France parce que normalement, c'est √ßa. J'en ai pleur√©, c'√©tait des √©motions de fou. Je vais plus sortir un point d'ambiance. C'√©tait... les soir√©es les soir√©es √† foutre le bordel dans l'internat mais √ßa c'est des souvenirs que je garderai toujours dans ma t√™te parce que j'ai jamais autant rigol√© de ma vie que cette ann√©e l√† en fait √ßa a √©t√© tr√®s dur parce qu'il y a eu des moments tr√®s difficiles des blessures etc mais non Nico non l'ambiance dans l'internat c'est trop c'est pas possible

  • Speaker #1

    Moi, il y a un truc qui me choque, c'est que tu parles de foutre le bordel à l'internat, mais dans le judo, il y a les valeurs du respect.

  • Speaker #0

    Non, on se respecte. C'est le bordel. On se respecte. C'est-√†-dire que quand on se retrouve, en tout cas moi, on se retrouve devant le fait accompli qu'on va se faire punir ou sanctionner, parce que j'ai √©t√© vir√© de l'internat √† la fin, mais je n'√©tais jamais d√©l√©gu√© aux championnats de France, donc je m'en foutais. Voil√†, pour ceux qui m'entendent, je le r√©p√®te, je m'en foutais. tu restes respectueux. Moi, je n'ai jamais hauss√© le ton face √† des profs, parce que j'ai √©t√© √©duqu√© comme √ßa et parce que c'est notre sport et parce que derri√®re, on prenait cher. Et puis Nicolas Motion m'aurait d√©fonc√©. Mais n'emp√™che que c'√©tait le zoo. C'√©tait le zoo. On dormait le... Il y avait des surveillants qui faisaient des rondes. On les rendait malades. Ah oui, j'ai un tr√®s bon souvenir. Les petits ponts massacreurs. les petits ponts massacreurs les petits ponts massacreurs en fait c'est un concept qui est tr√®s simple c'est tout le monde qui joue avec une balle et si un gars prend un petit pont il se fait massacrer par toute la cour et je peux te dire que quand tu fais √ßa √† Bretigny o√Ļ il y a le p√īle espoir de judo le p√īle de foot et le p√īle de rugby les petits ponts massacres √ßa massacre √ßa massacre et puis accessoirement t'es √† Bretigny au milieu du 91 avec des gens qui viennent de partout banlieue parisienne et qui viennent Les petits pour m'assacreur, √ßa va tr√®s vite, tr√®s loin. Moi, je sais que... Ah oui ! Et les bapt√™mes d'anniversaire aussi. Moi, je sais que le 26 mai, donc le jour de mon anniversaire, le Je sais pas si c'√©tait comme √ßa chez toi, √† Brette, pour toi, Nico, mais nous, √† notre √©poque, le jour de ton anniversaire, tu te faisais d√©foncer.

  • Speaker #1

    Donc il va venir me prendre congé ou être malade.

  • Speaker #0

    Moi, j'√©tais pas l√†. Le 25, je rentre chez moi, je reviens le 27. en plus moi je suis de fin d'ann√©e fin d'ann√©e scolaire j'ai d√©mont√© tout le monde on a fait des pires traces √† certaines personnes il y en a qui ont pris des sauts d'urine dans leur lit moi √† arriver √† la fin comme √ßa j'allais prendre tarif je viens pas c'est simple je ne viens pas et d'ailleurs Sina si t'entends √ßa je pense que tu sais tr√®s bien comment c'√©tait aussi toi pour toi ta g√©n√©ration parce que je pense que t'es de la m√™me g√©n√©ration que Nico ou peut-√™tre une g√©n√©ration avant mais je vous souhaite que c'√©tait pas Je pense pas, c'√©tait pas aussi pire que nous parce que je sais que nous il y a eu une grande refonte dans le P√īle Espoir apr√®s notre ann√©e et les gens en ont entendu parler quelques ann√©es apr√®s de notre g√©n√©ration parce que √ßa a √©t√© une honte

  • Speaker #1

    Bon, on retiendra donc comme meilleur moment au P√īle de Bretigny les petits ponts massacreurs J'ai une autre question pour toi, cette fois-ci qui vient d'une athl√®te, une judocate c'est Anfatou Mbayeiro, voil√† sa question Quelle est la qualit√© que tu as d√©velopp√©e au judo ?

  • Speaker #0

    et que tu as réussi à introduire dans ta vie professionnelle.

  • Speaker #1

    On en a déjà un petit peu parlé tout à l'heure, mais est-ce qu'il y en a une autre qui te vient cette fois-ci avec la question posée par Anne Fatou ?

  • Speaker #0

    √áa, c'est Anne Fatou, plus professionnelle, plus pos√©e. √áa, c'est vraiment elle, tu vois. Alors, tr√®s bonne question. Je pense que c'est l'abn√©gation, la pers√©v√©rance, rien l√Ęcher. C'est quelque chose qu'on d√©veloppe tr√®s rapidement, on n'a pas le choix de le d√©velopper tr√®s rapidement dans le sport, parce que sinon tu n'as nulle part, tu ne fais aucune m√©daille, tu ne fais rien du tout. Mais qui est beaucoup plus difficile √† percevoir parce que le sport c'est toi, le monde professionnel c'est toi et les autres. Et quand je dis que je parle d'humain, c'est l√† o√Ļ √ßa se joue. et je pense que l'abn√©gation et la pers√©v√©rance le fait de rien l√Ęcher √ßa a peut-√™tre un point plus li√© au judo le judo c'est le sport individuel le plus collectif que je connais c'est simple parce que tu travailles pour toi mais tu ne peux pas travailler pour toi si tu ne fais pas travailler les autres et je pense que c'est le point que j'ai le plus gard√© et qui m'a fait le plus penser √† l'humain c'est que si tu ne fais pas monter en comp√©tence les autres, tu ne monteras jamais toi. Ou tu ne pourras pas bien monter toi. Si tu t'amuses √† garder tous tes secrets et toutes les techniques pour toi, et que tu ne les partages pas avec les autres, de peur de leur donner tes techniques, eux ne d√©velopperont jamais un moyen de te contrer, et toi tu ne d√©velopperas jamais un moyen de contrer leur contre.

  • Speaker #1

    Et de devenir encore plus fort.

  • Speaker #0

    Exactement. Et donc l√† c'est √ßa. Si tu ne fais pas monter en comp√©tence les gens √† c√īt√© de toi, si tu ne prends pas le temps... de comprendre les forces et les faiblesses et les drivers de chacun. tu n'arriveras jamais √† aller loin. Tout simplement. Tu monteras vite, mais tu auras un plafond de verre parce que tu n'auras pas fait monter toute une cohorte avec toi √† d√©velopper leur meilleur niveau. Je pense que c'est √ßa. C'est faire attention √† l'humain et aux gens autour de toi, les partager avec eux. Rien √† l√Ęcher, m√™me si tu perds, m√™me si √ßa ne marche pas. m√™me si tu te fais lourder de ta bo√ģte, m√™me si tu te fais d√©tester par plein de gens, c'est pas grave parce que tant que tu gardes cette philosophie il y a d'autres gens qui t'adoreront √† c√īt√© donc voil√†, partagez et rien l√Ęcher partagez et rien l√Ęcher, tu sais quoi, partagez et rien l√Ęcher, c'est tr√®s bien voil√†,

  • Speaker #1

    c'est super, Mehdi j'ai encore deux questions pour toi, la premi√®re je la pose √† tous les invit√©s, si on retournait dans ce monde parall√®le et tu pouvais revenir euh te mettre √† c√īt√© du petit Mehdi qui va d√©couvrir le judo tu sais celui o√Ļ maman te dit je veux que tu fasses un sport mais t'es un petit peu mou donc un sport peut-√™tre de combat o√Ļ tu vas apprendre √† te d√©fendre mais un sport qui soit pas en plein air donc je vais t'emmener au judo t'arrives l√†, toi tu voulais pas et toi le Mehdi de maintenant, t'es √† c√īt√© de ce petit Mehdi qu'est-ce que tu crois que le petit Mehdi de 4-5 ans Dirais en te voyant, en sachant tout ce que t'as accompli Et l√† o√Ļ tu en es aujourd'hui Qu'est-ce que lui dirait ? Qu'est-ce qu'il penserait de toi ?

  • Speaker #0

    Je serais super fier Ah il dirait mais je fonce j'y vais quoi Non non non parce que je pensais que ta question c'était qu'est-ce que je lui dirais Non trop facile ça trop facile Qu'est-ce que lui me dirait s'il avait un film de tout ce qui a été fait Oh bah il foncerait Il foncerait Il foncerait encore plus Il foncerait et j'espère qu'il aura bien regardé l'histoire de sa vie future pour ne du coup être meilleur et foutre encore plus le bordel à l'internat

  • Speaker #1

    aussi aussi parce que quitte √† √™tre vir√© autant vraiment foutre le bordel parce que je savais que j'allais √™tre vir√© moi quitte √† prendre cher autant prendre cher jusqu'au bout exactement √† bien prendre cher en fait √ßa marche et puis derni√®re question √©coute elle est tr√®s simple o√Ļ est-ce qu'on peut te suivre o√Ļ est-ce qu'on peut rentrer en contact avec toi si on veut en savoir encore plus si on veut d√©couvrir ton fameux triangle

  • Speaker #0

    des Bermudas c'est un bon truc que tu me dis parce que l√† j'avais pens√© √† publier moi cette vid√©o et puis Et en fait le truc qui m'a le plus emp√™ch√© de la publier c'√©tait que C'est en 17 minutes j'avais la flemme de faire les sous-titres Sauf que maintenant il y a Delia qui fait les sous-titres pour toi Donc je vais la publier, je vais me faire un compte YouTube pour la publier. Je vais travailler la vid√©o et ensuite je vais la publier. Mais je vais aussi couper des extraits et mettre sur LinkedIn diff√©rents supports. Mais ouais, LinkedIn d√©j√†. Premier support o√Ļ on peut me retrouver. Mais aussi, pour ceux qui sont judokas, il y a Instagram. Et...

  • Speaker #1

    et Youtube bient√īt ok super nous on mettra √ßa de toute fa√ßon dans toutes les notes de l'√©pisode j'avais donn√© un challenge √† Nico Biffo qui se lance aussi dans la cr√©ation de contenu avec une cha√ģne Youtube je lui avais dit que je publierais le podcast uniquement une fois qu'il aurait publi√© deux vid√©os donc je te donne le m√™me style de challenge je publierai ce podcast quand tu auras publi√© ta vid√©o sur ton compte Youtube √ßa marche ? ok j'ai pas le choix voil√† maintenant t'as un objectif merci beaucoup Mehdi pour ce moment qu'on a pass√© ensemble merci √† je te souhaite bon courage pour la suite bonne continuation, bon voyage pour ton nouveau boulot et puis on suivra avec attention la suite et moi je reste accroch√© √† ton talk sur la m√©thode Bermuda sur le cercle des Bermuda √ßa m'a beaucoup inspir√© √ßa allait faire autant trois

  • Speaker #0

    ans après

  • Speaker #1

    et comme tu l'as dit la dernière fois quand on a eu l'occasion d'échanger avec Cyril Blanchard avec d'autres formés dans la formation champion de ma vie tu t'en rendais même pas compte mais en fait tu es un des supports de la formation donc je l'ai pas du tout et pour te donner une anecdote sur le triangle des Bermudas comme

  • Speaker #0

    le disait à chaque fois Cyril et Salah donc ils nous ont formés sur champion de sa vie Il y a le talk, et ça c'est important, tu dois le savoir toi, il y a le talk que tu veux faire, il y a le talk que tu vas faire, que tu fais, et le talk que tu voulais faire. et bien travailler son talk ça te permet en fait de pouvoir improviser quand t'es sur scène, quand tu vois mon talk tu vois qu'il y a eu de l'impro mais je connaissais tellement mon sujet que je pouvais me permettre de faire 4 versions 8 versions différentes que ça resterait impactant et le triangle des Bermudas je l'ai fait dans le train avant d'arriver à... c'est à dire que j'ai travaillé mon talk et j'ai incorporé cette notion du triangle des Bermudas peut-être moins de 24 heures avant et c'est le truc que tout le monde a retenu c'est incroyable,

  • Speaker #1

    j'ai travaillé mon talk pendant un an et tout le monde a retenu ce truc que j'ai fait à la dernière seconde ouais mais parce que le talk en lui-même est inspirant mais cette image du triangle des Bermudas ça met en lumière finalement en une image ce que ton talk raconte un

  • Speaker #0

    Bermuda pour être bien dans la vie c'est ça,

  • Speaker #1

    merci beaucoup encore Mehdi bonne continuation merci √† toi aussi Alors on est tous d'accord chaque athl√®te a une histoire unique tout comme Mehdi Meknesh que vous venez d'entendre sur le podcast si son parcours vous a inspir√©, rejoignez-nous sur les r√©seaux sociaux du podcast pour en discuter, tous les liens sont dans les notes de l'√©pisode Pour en d√©couvrir davantage sur Mehdi et tous les autres sportifs du podcast et les soutenir dans leurs d√©fis, visitez le site vestiaires.org. On a besoin de vous, chaque euro compte et 100% des dons sont directement revers√©s aux athl√®tes. Le podcast Dans les vestiaires met en lumi√®re ces h√©ros du sport et ils ont besoin de votre soutien. Et le plus simple, c'est de partager leurs histoires pour les aider √† briller sur la sc√®ne internationale. Et puis comme √ßa, tout le monde fera un peu partie de cette superbe aventure sportive et philanthropique. partager leurs √©pisodes √ßa nous aide et √ßa les aide surtout eux allez portez-vous bien entra√ģnez-vous bien et on se retrouve bient√īt pour un nouvel √©pisode salut les sportifs

Share

Embed

You may also like