undefined cover
undefined cover
S02E89 Sexualité des animaux 2/4: Bêtes de sexe, Matthieu Keller (chercheur) cover
S02E89 Sexualité des animaux 2/4: Bêtes de sexe, Matthieu Keller (chercheur) cover
Baleine sous Gravillon (BSG)

S02E89 Sexualité des animaux 2/4: Bêtes de sexe, Matthieu Keller (chercheur)

S02E89 Sexualité des animaux 2/4: Bêtes de sexe, Matthieu Keller (chercheur)

25min |04/05/2021
Listen
undefined cover
undefined cover
S02E89 Sexualité des animaux 2/4: Bêtes de sexe, Matthieu Keller (chercheur) cover
S02E89 Sexualité des animaux 2/4: Bêtes de sexe, Matthieu Keller (chercheur) cover
Baleine sous Gravillon (BSG)

S02E89 Sexualité des animaux 2/4: Bêtes de sexe, Matthieu Keller (chercheur)

S02E89 Sexualité des animaux 2/4: Bêtes de sexe, Matthieu Keller (chercheur)

25min |04/05/2021
Listen

Description

Mathieu Keller est spécialiste du comportement de la reproduction. La reproduction est souvent présentée comme la manière dont les individus assurent la «survie de l'espèce». Mais c'est une conception fausse. Les biologistes s’accordent aujourd'hui à considérer que les individus ne sont pas une fin en soi. Ils ne sont que des artifices inventés par les gènes pour se reproduire. Autre concept intéressant, le "double coût" de la reproduction sexuée : d’abord, il faut trouver un partenaire, et ça peut être exténuant et dangereux, et surtout ça engendre des mâles et des femelles, donc une moitié d’inutiles… Ces coûts jouent un rôle important dans les processus de sélection naturelle. Dans certains cas, les adultes meurent en quelque sorte « au profit » de leur progéniture, après avoir produit un grand nombre d'œufs (ex: les saumons). Dans d'autres cas, comme les grands mammifères, les adultes produisent peu de petits, mais consacrent beaucoup d'énergie à les élever et les protéger. Photo © Nicolas Davy

Description

Mathieu Keller est spécialiste du comportement de la reproduction. La reproduction est souvent présentée comme la manière dont les individus assurent la «survie de l'espèce». Mais c'est une conception fausse. Les biologistes s’accordent aujourd'hui à considérer que les individus ne sont pas une fin en soi. Ils ne sont que des artifices inventés par les gènes pour se reproduire. Autre concept intéressant, le "double coût" de la reproduction sexuée : d’abord, il faut trouver un partenaire, et ça peut être exténuant et dangereux, et surtout ça engendre des mâles et des femelles, donc une moitié d’inutiles… Ces coûts jouent un rôle important dans les processus de sélection naturelle. Dans certains cas, les adultes meurent en quelque sorte « au profit » de leur progéniture, après avoir produit un grand nombre d'œufs (ex: les saumons). Dans d'autres cas, comme les grands mammifères, les adultes produisent peu de petits, mais consacrent beaucoup d'énergie à les élever et les protéger. Photo © Nicolas Davy

Share

Embed

You may also like

Description

Mathieu Keller est spécialiste du comportement de la reproduction. La reproduction est souvent présentée comme la manière dont les individus assurent la «survie de l'espèce». Mais c'est une conception fausse. Les biologistes s’accordent aujourd'hui à considérer que les individus ne sont pas une fin en soi. Ils ne sont que des artifices inventés par les gènes pour se reproduire. Autre concept intéressant, le "double coût" de la reproduction sexuée : d’abord, il faut trouver un partenaire, et ça peut être exténuant et dangereux, et surtout ça engendre des mâles et des femelles, donc une moitié d’inutiles… Ces coûts jouent un rôle important dans les processus de sélection naturelle. Dans certains cas, les adultes meurent en quelque sorte « au profit » de leur progéniture, après avoir produit un grand nombre d'œufs (ex: les saumons). Dans d'autres cas, comme les grands mammifères, les adultes produisent peu de petits, mais consacrent beaucoup d'énergie à les élever et les protéger. Photo © Nicolas Davy

Description

Mathieu Keller est spécialiste du comportement de la reproduction. La reproduction est souvent présentée comme la manière dont les individus assurent la «survie de l'espèce». Mais c'est une conception fausse. Les biologistes s’accordent aujourd'hui à considérer que les individus ne sont pas une fin en soi. Ils ne sont que des artifices inventés par les gènes pour se reproduire. Autre concept intéressant, le "double coût" de la reproduction sexuée : d’abord, il faut trouver un partenaire, et ça peut être exténuant et dangereux, et surtout ça engendre des mâles et des femelles, donc une moitié d’inutiles… Ces coûts jouent un rôle important dans les processus de sélection naturelle. Dans certains cas, les adultes meurent en quelque sorte « au profit » de leur progéniture, après avoir produit un grand nombre d'œufs (ex: les saumons). Dans d'autres cas, comme les grands mammifères, les adultes produisent peu de petits, mais consacrent beaucoup d'énergie à les élever et les protéger. Photo © Nicolas Davy

Share

Embed

You may also like