undefined cover
undefined cover
SPÉCIAL MIGRATIONS DES OISEAUX 4/4  : Comment les étudier ? Adrien de Montaudouin (ornithologue) cover
SPÉCIAL MIGRATIONS DES OISEAUX 4/4  : Comment les étudier ? Adrien de Montaudouin (ornithologue) cover
Baleine sous Gravillon (BSG)

SPÉCIAL MIGRATIONS DES OISEAUX 4/4 : Comment les étudier ? Adrien de Montaudouin (ornithologue)

SPÉCIAL MIGRATIONS DES OISEAUX 4/4 : Comment les étudier ? Adrien de Montaudouin (ornithologue)

21min |13/05/2024
Play
undefined cover
undefined cover
SPÉCIAL MIGRATIONS DES OISEAUX 4/4  : Comment les étudier ? Adrien de Montaudouin (ornithologue) cover
SPÉCIAL MIGRATIONS DES OISEAUX 4/4  : Comment les étudier ? Adrien de Montaudouin (ornithologue) cover
Baleine sous Gravillon (BSG)

SPÉCIAL MIGRATIONS DES OISEAUX 4/4 : Comment les étudier ? Adrien de Montaudouin (ornithologue)

SPÉCIAL MIGRATIONS DES OISEAUX 4/4 : Comment les étudier ? Adrien de Montaudouin (ornithologue)

21min |13/05/2024
Play

Description

À l'occasion de la journée mondiale des oiseaux migrateurs, BSG rediffuse les quatre premiers épisodes de cette saga en 12 épisodes. Une espèce sur deux d'oiseau est en déclin. La France est un lieu de passage essentiel, pourtant les chasseurs hexagonaux font carton plein, avec le record européen d'une soixantaine d'espèces chassables !

______


Comment étudier les migrations?

L’observation directe des individus en vol est le premier outil utilisé, le plus simple et le plus ancien. Chaque année, de nombreux ornithos / birdwatchers du monde entier scrutent le ciel de l’aube au coucher du soleil pour dénombrer les oiseaux et identifier les espèces de passage. Ces «sites de migration» sont souvent des cols de montagnes, des promontoires côtiers, des caps…

Le baguage des oiseaux est, quant à lui, l’outil le plus connu. Il s’est démocratisé à partir du début du 20e siècle. il consiste à poser une bague métallique munie d’un numéro unique autour de la patte de l’oiseau. Lorsqu’un oiseau est capturé (avec de grands filets tendus entre deux perches), le bagueur réalise des mesures biométriques telles que le poids, la masse de graisse, la longueur de l’aile, l'âge, le sexe. Ainsi, si l’individu est recapturé ou observé plus tard par d’autres ornithologues, l’oiseau pourra alors être identifié. Cela permettra de déterminer le trajet effectué par ce dernier.

3e méthode: le marquage coloré ne peut être appliqué sur des petits oiseaux. Cette technique possède l’avantage de ne pas avoir à procéder à la recapture de l’oiseau, le numéro de bague ou la combinaison de couleur étant visible à distance. Il peut également s’agir de marques placées sur les ailes (rapaces), le cou (oie) ou sur le bec des canards par exemple.

Le radio-tracking GPS (ou radio-pistage) consiste en la pose d’un émetteur ou d’une balise GPS sur l’oiseau. La précision de ce type de système peut varier de quelques kilomètres à quelques mètres seulement pour les balises GPS Argos par exemple qui renseignent la position de l’oiseau à 150 mètres près ! Inutile de dire que ça coûte cher.

Ces différentes techniques ont permis de récolter des données très précises sur les voies empruntées lors de la migration, la période sur laquelle elle s’étend, les stratégies de migration, la façon dont les oiseaux appréhendent les obstacles… Toutes ces informations constituent une base de données essentielle pour l’étude du comportement de ces espèces.

Une meilleure compréhension permet de mettre en place des mesures de protection et de conservation adaptées et ainsi agir concrètement en faveur de la biodiversité, par exemple, au lieu de les flinguer comme du ball trap vivant.

________

Notre invité Adrien de Montaudouin est ornithologue et fondateur de l’association CPAL. Il nous a contactés en 2021 pour proposer un sujet sur sa passion, et c’est aujourd’hui chose faite... par lui et avec lui !

Nos épisodes se basent sur l’excellent livre d’une autre jeune ornithologue, Maxime Zucca: La migration des oiseaux, comprendre les voyageurs du ciel.

________

Tous les épisodes de la saga Migrations des oiseaux :

https://bit.ly/migrations_1_leg_defs_BSG

https://bit.ly/migrations_2_typ_dir_BSG

https://bit.ly/migrations_3_voi_zones_BSG

https://bit.ly/migrations_4_met_etudes_BSG

https://bit.ly/migrations_5_pilotg_nav_BSG

https://bit.ly/migrations_6_prepa_BSG

https://bit.ly/migrations_7_records_BSG

https://bit.ly/migrations_8_curiosites_BSG

https://bit.ly/migrations_9_ete_BSG

https://bit.ly/migrations_10_automne_BSG

https://bit.ly/migrations_11_hiver_BSG

https://bit.ly/migrations_12_printemps_BSG

_______

 

🐳 Notre but est de faire connaître le Vivant, pour mieux donner envie de le protéger : https://baleinesousgravillon.com/liens-2

Description

À l'occasion de la journée mondiale des oiseaux migrateurs, BSG rediffuse les quatre premiers épisodes de cette saga en 12 épisodes. Une espèce sur deux d'oiseau est en déclin. La France est un lieu de passage essentiel, pourtant les chasseurs hexagonaux font carton plein, avec le record européen d'une soixantaine d'espèces chassables !

______


Comment étudier les migrations?

L’observation directe des individus en vol est le premier outil utilisé, le plus simple et le plus ancien. Chaque année, de nombreux ornithos / birdwatchers du monde entier scrutent le ciel de l’aube au coucher du soleil pour dénombrer les oiseaux et identifier les espèces de passage. Ces «sites de migration» sont souvent des cols de montagnes, des promontoires côtiers, des caps…

Le baguage des oiseaux est, quant à lui, l’outil le plus connu. Il s’est démocratisé à partir du début du 20e siècle. il consiste à poser une bague métallique munie d’un numéro unique autour de la patte de l’oiseau. Lorsqu’un oiseau est capturé (avec de grands filets tendus entre deux perches), le bagueur réalise des mesures biométriques telles que le poids, la masse de graisse, la longueur de l’aile, l'âge, le sexe. Ainsi, si l’individu est recapturé ou observé plus tard par d’autres ornithologues, l’oiseau pourra alors être identifié. Cela permettra de déterminer le trajet effectué par ce dernier.

3e méthode: le marquage coloré ne peut être appliqué sur des petits oiseaux. Cette technique possède l’avantage de ne pas avoir à procéder à la recapture de l’oiseau, le numéro de bague ou la combinaison de couleur étant visible à distance. Il peut également s’agir de marques placées sur les ailes (rapaces), le cou (oie) ou sur le bec des canards par exemple.

Le radio-tracking GPS (ou radio-pistage) consiste en la pose d’un émetteur ou d’une balise GPS sur l’oiseau. La précision de ce type de système peut varier de quelques kilomètres à quelques mètres seulement pour les balises GPS Argos par exemple qui renseignent la position de l’oiseau à 150 mètres près ! Inutile de dire que ça coûte cher.

Ces différentes techniques ont permis de récolter des données très précises sur les voies empruntées lors de la migration, la période sur laquelle elle s’étend, les stratégies de migration, la façon dont les oiseaux appréhendent les obstacles… Toutes ces informations constituent une base de données essentielle pour l’étude du comportement de ces espèces.

Une meilleure compréhension permet de mettre en place des mesures de protection et de conservation adaptées et ainsi agir concrètement en faveur de la biodiversité, par exemple, au lieu de les flinguer comme du ball trap vivant.

________

Notre invité Adrien de Montaudouin est ornithologue et fondateur de l’association CPAL. Il nous a contactés en 2021 pour proposer un sujet sur sa passion, et c’est aujourd’hui chose faite... par lui et avec lui !

Nos épisodes se basent sur l’excellent livre d’une autre jeune ornithologue, Maxime Zucca: La migration des oiseaux, comprendre les voyageurs du ciel.

________

Tous les épisodes de la saga Migrations des oiseaux :

https://bit.ly/migrations_1_leg_defs_BSG

https://bit.ly/migrations_2_typ_dir_BSG

https://bit.ly/migrations_3_voi_zones_BSG

https://bit.ly/migrations_4_met_etudes_BSG

https://bit.ly/migrations_5_pilotg_nav_BSG

https://bit.ly/migrations_6_prepa_BSG

https://bit.ly/migrations_7_records_BSG

https://bit.ly/migrations_8_curiosites_BSG

https://bit.ly/migrations_9_ete_BSG

https://bit.ly/migrations_10_automne_BSG

https://bit.ly/migrations_11_hiver_BSG

https://bit.ly/migrations_12_printemps_BSG

_______

 

🐳 Notre but est de faire connaître le Vivant, pour mieux donner envie de le protéger : https://baleinesousgravillon.com/liens-2

Share

Embed

You may also like

Description

À l'occasion de la journée mondiale des oiseaux migrateurs, BSG rediffuse les quatre premiers épisodes de cette saga en 12 épisodes. Une espèce sur deux d'oiseau est en déclin. La France est un lieu de passage essentiel, pourtant les chasseurs hexagonaux font carton plein, avec le record européen d'une soixantaine d'espèces chassables !

______


Comment étudier les migrations?

L’observation directe des individus en vol est le premier outil utilisé, le plus simple et le plus ancien. Chaque année, de nombreux ornithos / birdwatchers du monde entier scrutent le ciel de l’aube au coucher du soleil pour dénombrer les oiseaux et identifier les espèces de passage. Ces «sites de migration» sont souvent des cols de montagnes, des promontoires côtiers, des caps…

Le baguage des oiseaux est, quant à lui, l’outil le plus connu. Il s’est démocratisé à partir du début du 20e siècle. il consiste à poser une bague métallique munie d’un numéro unique autour de la patte de l’oiseau. Lorsqu’un oiseau est capturé (avec de grands filets tendus entre deux perches), le bagueur réalise des mesures biométriques telles que le poids, la masse de graisse, la longueur de l’aile, l'âge, le sexe. Ainsi, si l’individu est recapturé ou observé plus tard par d’autres ornithologues, l’oiseau pourra alors être identifié. Cela permettra de déterminer le trajet effectué par ce dernier.

3e méthode: le marquage coloré ne peut être appliqué sur des petits oiseaux. Cette technique possède l’avantage de ne pas avoir à procéder à la recapture de l’oiseau, le numéro de bague ou la combinaison de couleur étant visible à distance. Il peut également s’agir de marques placées sur les ailes (rapaces), le cou (oie) ou sur le bec des canards par exemple.

Le radio-tracking GPS (ou radio-pistage) consiste en la pose d’un émetteur ou d’une balise GPS sur l’oiseau. La précision de ce type de système peut varier de quelques kilomètres à quelques mètres seulement pour les balises GPS Argos par exemple qui renseignent la position de l’oiseau à 150 mètres près ! Inutile de dire que ça coûte cher.

Ces différentes techniques ont permis de récolter des données très précises sur les voies empruntées lors de la migration, la période sur laquelle elle s’étend, les stratégies de migration, la façon dont les oiseaux appréhendent les obstacles… Toutes ces informations constituent une base de données essentielle pour l’étude du comportement de ces espèces.

Une meilleure compréhension permet de mettre en place des mesures de protection et de conservation adaptées et ainsi agir concrètement en faveur de la biodiversité, par exemple, au lieu de les flinguer comme du ball trap vivant.

________

Notre invité Adrien de Montaudouin est ornithologue et fondateur de l’association CPAL. Il nous a contactés en 2021 pour proposer un sujet sur sa passion, et c’est aujourd’hui chose faite... par lui et avec lui !

Nos épisodes se basent sur l’excellent livre d’une autre jeune ornithologue, Maxime Zucca: La migration des oiseaux, comprendre les voyageurs du ciel.

________

Tous les épisodes de la saga Migrations des oiseaux :

https://bit.ly/migrations_1_leg_defs_BSG

https://bit.ly/migrations_2_typ_dir_BSG

https://bit.ly/migrations_3_voi_zones_BSG

https://bit.ly/migrations_4_met_etudes_BSG

https://bit.ly/migrations_5_pilotg_nav_BSG

https://bit.ly/migrations_6_prepa_BSG

https://bit.ly/migrations_7_records_BSG

https://bit.ly/migrations_8_curiosites_BSG

https://bit.ly/migrations_9_ete_BSG

https://bit.ly/migrations_10_automne_BSG

https://bit.ly/migrations_11_hiver_BSG

https://bit.ly/migrations_12_printemps_BSG

_______

 

🐳 Notre but est de faire connaître le Vivant, pour mieux donner envie de le protéger : https://baleinesousgravillon.com/liens-2

Description

À l'occasion de la journée mondiale des oiseaux migrateurs, BSG rediffuse les quatre premiers épisodes de cette saga en 12 épisodes. Une espèce sur deux d'oiseau est en déclin. La France est un lieu de passage essentiel, pourtant les chasseurs hexagonaux font carton plein, avec le record européen d'une soixantaine d'espèces chassables !

______


Comment étudier les migrations?

L’observation directe des individus en vol est le premier outil utilisé, le plus simple et le plus ancien. Chaque année, de nombreux ornithos / birdwatchers du monde entier scrutent le ciel de l’aube au coucher du soleil pour dénombrer les oiseaux et identifier les espèces de passage. Ces «sites de migration» sont souvent des cols de montagnes, des promontoires côtiers, des caps…

Le baguage des oiseaux est, quant à lui, l’outil le plus connu. Il s’est démocratisé à partir du début du 20e siècle. il consiste à poser une bague métallique munie d’un numéro unique autour de la patte de l’oiseau. Lorsqu’un oiseau est capturé (avec de grands filets tendus entre deux perches), le bagueur réalise des mesures biométriques telles que le poids, la masse de graisse, la longueur de l’aile, l'âge, le sexe. Ainsi, si l’individu est recapturé ou observé plus tard par d’autres ornithologues, l’oiseau pourra alors être identifié. Cela permettra de déterminer le trajet effectué par ce dernier.

3e méthode: le marquage coloré ne peut être appliqué sur des petits oiseaux. Cette technique possède l’avantage de ne pas avoir à procéder à la recapture de l’oiseau, le numéro de bague ou la combinaison de couleur étant visible à distance. Il peut également s’agir de marques placées sur les ailes (rapaces), le cou (oie) ou sur le bec des canards par exemple.

Le radio-tracking GPS (ou radio-pistage) consiste en la pose d’un émetteur ou d’une balise GPS sur l’oiseau. La précision de ce type de système peut varier de quelques kilomètres à quelques mètres seulement pour les balises GPS Argos par exemple qui renseignent la position de l’oiseau à 150 mètres près ! Inutile de dire que ça coûte cher.

Ces différentes techniques ont permis de récolter des données très précises sur les voies empruntées lors de la migration, la période sur laquelle elle s’étend, les stratégies de migration, la façon dont les oiseaux appréhendent les obstacles… Toutes ces informations constituent une base de données essentielle pour l’étude du comportement de ces espèces.

Une meilleure compréhension permet de mettre en place des mesures de protection et de conservation adaptées et ainsi agir concrètement en faveur de la biodiversité, par exemple, au lieu de les flinguer comme du ball trap vivant.

________

Notre invité Adrien de Montaudouin est ornithologue et fondateur de l’association CPAL. Il nous a contactés en 2021 pour proposer un sujet sur sa passion, et c’est aujourd’hui chose faite... par lui et avec lui !

Nos épisodes se basent sur l’excellent livre d’une autre jeune ornithologue, Maxime Zucca: La migration des oiseaux, comprendre les voyageurs du ciel.

________

Tous les épisodes de la saga Migrations des oiseaux :

https://bit.ly/migrations_1_leg_defs_BSG

https://bit.ly/migrations_2_typ_dir_BSG

https://bit.ly/migrations_3_voi_zones_BSG

https://bit.ly/migrations_4_met_etudes_BSG

https://bit.ly/migrations_5_pilotg_nav_BSG

https://bit.ly/migrations_6_prepa_BSG

https://bit.ly/migrations_7_records_BSG

https://bit.ly/migrations_8_curiosites_BSG

https://bit.ly/migrations_9_ete_BSG

https://bit.ly/migrations_10_automne_BSG

https://bit.ly/migrations_11_hiver_BSG

https://bit.ly/migrations_12_printemps_BSG

_______

 

🐳 Notre but est de faire connaître le Vivant, pour mieux donner envie de le protéger : https://baleinesousgravillon.com/liens-2

Share

Embed

You may also like