undefined cover
undefined cover
Assistance médicale à la procréation : faut-il priver les enfants de père ? cover
Assistance médicale à la procréation : faut-il priver les enfants de père ? cover
Église et bioéthique

Assistance médicale à la procréation : faut-il priver les enfants de père ?

Assistance médicale à la procréation : faut-il priver les enfants de père ?

03min |07/10/2020|

1304

Play
undefined cover
undefined cover
Assistance médicale à la procréation : faut-il priver les enfants de père ? cover
Assistance médicale à la procréation : faut-il priver les enfants de père ? cover
Église et bioéthique

Assistance médicale à la procréation : faut-il priver les enfants de père ?

Assistance médicale à la procréation : faut-il priver les enfants de père ?

03min |07/10/2020|

1304

Play

Description

Ouvrir l’assistance médicale à la procréation aux femmes seules ou aux couples de femmes, c’est instituer un droit à l’enfant au détriment des droits de l’enfant.  C’est priver un enfant de père. C’est encourager la marchandisation des spermatozoïdes. C’est encourager, à terme, l’autorisation de la gestation pour autrui. 

Description

Ouvrir l’assistance médicale à la procréation aux femmes seules ou aux couples de femmes, c’est instituer un droit à l’enfant au détriment des droits de l’enfant.  C’est priver un enfant de père. C’est encourager la marchandisation des spermatozoïdes. C’est encourager, à terme, l’autorisation de la gestation pour autrui. 

Share

Embed

You may also like

Description

Ouvrir l’assistance médicale à la procréation aux femmes seules ou aux couples de femmes, c’est instituer un droit à l’enfant au détriment des droits de l’enfant.  C’est priver un enfant de père. C’est encourager la marchandisation des spermatozoïdes. C’est encourager, à terme, l’autorisation de la gestation pour autrui. 

Description

Ouvrir l’assistance médicale à la procréation aux femmes seules ou aux couples de femmes, c’est instituer un droit à l’enfant au détriment des droits de l’enfant.  C’est priver un enfant de père. C’est encourager la marchandisation des spermatozoïdes. C’est encourager, à terme, l’autorisation de la gestation pour autrui. 

Share

Embed

You may also like