undefined cover
undefined cover
Claude Khali : Une Leader Transformative Qui Repousse les Limites 🚀💡 cover
Claude Khali : Une Leader Transformative Qui Repousse les Limites 🚀💡 cover
Fais Voyager Ton Entreprise | Voyage DĂ©ductible

Claude Khali : Une Leader Transformative Qui Repousse les Limites 🚀💡

Claude Khali : Une Leader Transformative Qui Repousse les Limites 🚀💡

33min |18/04/2024
Play
undefined cover
undefined cover
Claude Khali : Une Leader Transformative Qui Repousse les Limites 🚀💡 cover
Claude Khali : Une Leader Transformative Qui Repousse les Limites 🚀💡 cover
Fais Voyager Ton Entreprise | Voyage DĂ©ductible

Claude Khali : Une Leader Transformative Qui Repousse les Limites 🚀💡

Claude Khali : Une Leader Transformative Qui Repousse les Limites 🚀💡

33min |18/04/2024
Play

Description

Rencontrez Claude Khali, une figure de proue dans le monde de l'innovation et du leadership, dont la vision et l'impact transcendent les normes établies. Claude est bien plus qu'une leader ; c'est une véritable agente de changement, une pionniÚre qui repousse constamment les limites de ce qui est possible, inspirant ceux et celles qui l'entourent à viser toujours plus haut.

Innovatrice Infatigable

Claude Khali est reconnue pour sa capacitĂ© Ă  identifier les opportunitĂ©s lĂ  oĂč d'autres voient des obstacles. Sa passion pour l'innovation l'a conduite Ă  dĂ©velopper des stratĂ©gies rĂ©volutionnaires qui ont transformĂ© des industries entiĂšres. Par son approche audacieuse et avant-gardiste, Claude dĂ©fie le statu quo, prouvant que la crĂ©ativitĂ© et la pensĂ©e novatrice sont les clĂ©s pour rĂ©soudre les dĂ©fis les plus complexes de notre Ă©poque.

Leadership Transformatif

Ce qui distingue Claude, c'est son style de leadership transformatif. Elle ne se contente pas de diriger par l'exemple ; elle équipe et habilite chaque membre de son équipe à devenir un leader dans son propre droit. Claude croit en la puissance de l'autonomie, encourageant l'innovation et l'excellence à tous les niveaux. Sous sa direction, des équipes diversifiées ont prospéré, dépassant leurs objectifs et réalisant des succÚs sans précédent.

Impact Social Profond

L'engagement de Claude Khali envers le changement positif dépasse le monde des affaires. Elle est activement impliquée dans des initiatives qui visent à créer un impact social durable, se concentrant sur l'éducation, la durabilité et l'égalité des chances. Claude est convaincue que le succÚs véritable est mesuré non seulement par les réalisations personnelles mais aussi par la capacité à contribuer à une société plus juste et plus verte.

Un Appel Ă  l'Action

Claude Khali est une source d'inspiration pour tous ceux et celles qui cherchent Ă  laisser une empreinte indĂ©lĂ©bile dans leur domaine et au-delĂ . Sa carriĂšre illustre brillamment comment la dĂ©termination, l'innovation et un leadership Ă©thique peuvent crĂ©er des vagues de changement positif. Pour celles et ceux qui aspirent Ă  faire la diffĂ©rence, Claude offre un modĂšle puissant : osez rĂȘver grand, prenez des risques calculĂ©s et engagez-vous passionnĂ©ment dans la quĂȘte d'un monde meilleur.

Rejoignez le Mouvement

Si vous ĂȘtes prĂȘte Ă  transformer votre vision en rĂ©alitĂ© et Ă  faire partie d'un mouvement qui repousse les frontiĂšres du possible, laissez-vous guider par l'exemple de Claude Khali. Ensemble, nous pouvons construire un avenir oĂč l'innovation, le leadership et l'impact social s'entremĂȘlent pour crĂ©er un monde oĂč chacun et chacune a la possibilitĂ© de briller. 🚀💡


Hébergé par Ausha. Visitez ausha.co/politique-de-confidentialite pour plus d'informations.

Transcription

  • Speaker #0

    Sous-titrage ST'501

  • Speaker #1

    Sous-titrage Société Radio-Canada Bonjour Claude, comment vas-tu ? Fais voyager ton entreprise, le podcast commandité par Voyages déductibles, qui organise des voyages formation en immersion. Si tu aimes le podcast, je t'invite à le partager et à le commenter sur ma chaßne YouTube du podcast Fais voyager ton entreprise. Merci de faire partie de mon univers et c'est parti !

  • Speaker #0

    Bonjour, Lucie. Merci, merci. Ça va super bien. Ton Ă©nergie est vraiment contagieuse. Ça va trĂšs bien.

  • Speaker #1

    Excellent. En fait, je veux quand mĂȘme vous prĂ©senter Claude Cali, qui est une coach-mentor qui coach des... Est-ce que tu coaches juste des femmes, Claude ?

  • Speaker #0

    Moi, je coach les hommes aussi, mais vraiment sur les réseaux sociaux, je me concentre sur les femmes, mais je coach des leaders d'entreprises ici.

  • Speaker #1

    Ok, j'Ă©tais plus sĂ»re. Je n'osais pas dire que tu causais juste des peurs. Mais non, effectivement, on va parler justement de ton programme Ă  la fin. Mais je tenais Ă  te rencontrer, mĂȘme si tu m'as dit, Lucie, pas une grande voyageuse, moi. Elle a parlĂ© de voyage, pourtant. Mais parler de voyage, ce n'est pas juste de prendre un avion et d'aller Ă  l'extĂ©rieur du pays. Ça peut ĂȘtre de voyager dans le pays, de voyager dans le QuĂ©bec. Donc, dis-moi, Claude, si je te pose la question, quel a Ă©tĂ© ton plus beau voyage ? Qu'est-ce que tu nous rĂ©ponds ?

  • Speaker #0

    Écoute, je suis une grande voyageuse personnelle, mais moi, je parlais des retraites, des retraites. Donc, je suis une trùs grande voyageuse personnelle, j'adore le voyage. Je vais te parler de deux voyages.

  • Speaker #1

    Le premier,

  • Speaker #0

    d'un voyage trĂšs personnel quand j'Ă©tais jeune avec mes parents. Donc, on est parti Ă  Chypre. Moi, je viens du Liban. On est parti Ă  Chypre pendant un mois. C'Ă©tait un des plus beaux voyages de ma vie. Et le deuxiĂšme, c'est quand moi, j'ai crĂ©Ă©... Une demi-journĂ©e de retraite avec des personnes qui sont dans mon monde Ă  moi et on a voyagĂ©, on Ă©tait au QuĂ©bec, mais c'est un voyage au niveau spirituel, Ă©motionnel, physique. Ça a Ă©tĂ© vraiment une purification. Ces deux voyages-lĂ  m'ont marquĂ©e beaucoup, beaucoup.

  • Speaker #1

    Ok, parfait. Parlons du premier. Pourquoi ce voyage-là ? PremiÚrement, quel ùge avais-tu ? Et pourquoi ce voyage-là en particulier te reste marqué aujourd'hui pour toi ?

  • Speaker #0

    J'avais 7 ans. Ça vibre encore Ă  l'intĂ©rieur de moi. Quand j'Ă©tais jeune, ce n'Ă©tait pas dans la culture de voyager beaucoup. Et Ă  un moment donnĂ©, la guerre a Ă©clatĂ©, la guerre civile, et ma mĂšre Ă©tait Ă  l'extĂ©rieur du pays, et mon pĂšre est allĂ© la rejoindre. Et lĂ , les aĂ©roports allaient fermer. Et lĂ , mon pĂšre a dit Ă  mon oncle, AmĂšne les enfants Ă  Chypre, on va passer un mois ensemble. Et moi, je suis habituĂ©e, mon pĂšre, c'Ă©tait un workaholic, il travaillait beaucoup, beaucoup, beaucoup. Ma mĂšre, c'Ă©tait une femme au foyer, mais elle s'occupait des enfants, mais c'Ă©tait pas Ă©motionnellement connectĂ©. Mais lĂ , on avait un mois. On se contente. que tout s'est arrĂȘtĂ©. Moi, je suis une relationnelle. Moi, j'ai besoin de connecter, j'ai besoin d'ĂȘtre connectĂ©e. Jacques, nous, on est cinq enfants et j'Ă©tais avec mes parents et c'Ă©tait la Donchevite. Tu sais, quand tu passes un mois Ă  juste te prĂ©lancer, oĂč mes parents Ă©taient trĂšs connectĂ©s, connectĂ©s Ă  nous, et j'ai des souvenirs tellement vifs de ce voyage-lĂ . MĂȘme si tu parles Ă  mes soeurs et mon frĂšre, on a tous vĂ©cu un voyage extraordinaire. C'est marquĂ© dans mes souvenirs Ă  jamais, ce voyage-lĂ . CrĂ©er chez moi tout ce que j'ai voulu crĂ©er avec mes filles, Ă  moi aussi, dans ma famille. Les voyages que j'ai fait avec mes filles, mes filles sont exceptionnelles, mais celui-lĂ , c'Ă©tait la racine de crĂ©er des voyages exceptionnels avec mes propres filles, mon conjoint, ma famille Ă©galement. Mais celui-lĂ , ça a Ă©tĂ© comme la flamme. La flamme dĂ©butait le tout. le goĂ»t, je me rappelle des odeurs je me rappelle de ce qu'on mangeait je me rappelle des Ă©motions que je vivais c'est Ă©tonnant et si justement je te demande quelle odeur ça a la chip pour toi c'est l'air salin c'est l'air salin j'Ă©tais tellement prĂ©sente tu sais quand des fois tu fais des voyages puis t'as peur que ça se termine tu penses Ă  demain, tu penses au retour t'es comme pas lĂ , moi j'Ă©tais tellement lĂ  c'Ă©tait euphorique les odeurs de la nourriture les odeurs des grillades qu'il faisait les odeurs de la crĂšme solaire les odeurs du shampoing qu'on utilisait qui Ă©tait diffĂ©rent du liban donc comme ça j'Ă©tais imprĂ©gnĂ©e dans ma mĂ©moire la crĂšme glacĂ©e qu'on prenait le soir le sable, l'eau salĂ©e les grillades de poisson qu'on mangeait c'Ă©tait, je te le dis lĂ , encore aujourd'hui ça vibre Ă  la con

  • Speaker #1

    Dis-moi, qu'est-ce que ça a changé ? On retourne au Liban aprÚs ce mois-là. Qu'est-ce que ça a changé, le avant et le aprÚs ?

  • Speaker #0

    J'ai goĂ»tĂ© Ă  quelque chose que j'ai dĂ©sirĂ© reproduire toute ma vie. Donc, c'est devenu comme un... un guideline, un minimum pour moi de dĂ©crocher rĂ©guliĂšrement. C'Ă©tait la seule fois que je me sentais vraiment en sĂ©curitĂ© avec mes parents. Parce qu'au Liban, bon, il y avait la guerre, mais il y avait aussi une famille trĂšs dysfonctionnelle. Donc, c'Ă©tait un moment oĂč je voyais mes parents ensemble, avec eux, mais avec nous Ă©galement. Et donc, c'est devenu comme un minimum pour moi. Moi, c'est comme ça que je veux vivre ma vie. C'est le genre de relation que je veux. C'est le genre de relation avec mes enfants, avec un conjoint, avec la vie. Ça a crĂ©Ă© rĂ©ellement la Claude d'aujourd'hui. Et la vie que j'ai aujourd'hui, c'est calquĂ© sur ce voyage-lĂ .

  • Speaker #1

    C'est trĂšs imprĂ©gnant. Oui. Oui. Tu sais, quand on fait des voyages immersifs, j'essaie d'expliquer aux gens que des fois, mĂȘme en sept jours, on vit ces transformations-lĂ . On vit ce changement-lĂ . Puis les gens ont de la difficultĂ© Ă  rĂ©aliser. quel point, puis ils font comme juste 7 jours, juste 7 jours, je peux comprendre ce que tu nous dis, moi, c'est comme vraiment extraordinaire, on a le temps de savourer, on a le temps de vraiment le vivre et d'arriver Ă  ce point-lĂ . Qu'est-ce que ça a changĂ© pour tes parents ?

  • Speaker #0

    Pour mes parents, je pense que ça a crĂ©Ă© aussi une connexion. Mes parents, aujourd'hui, ne sont plus ensemble, mais quand on leur en parle, C'est comme si, tu sais, parfois, la perception, on a tous des perceptions diffĂ©rentes d'une rĂ©alitĂ©. Chacun a sa rĂ©alitĂ©. Mais ce voyage, on a tous la mĂȘme perception et la mĂȘme rĂ©alitĂ©. Mais c'est incroyable parce que, tu sais, j'ai regardĂ© un peu tes questions avant et tout ça, puis je me suis dit, la premiĂšre chose sans mĂȘme y penser, c'Ă©tait Chypre. Pour moi, c'est Chypre. Et ça a crĂ©Ă© quelque chose dans la relation de mes parents oĂč je pense qu'ils Ă©taient tous les deux Ă  la recherche de revenir lĂ . ce n'Ă©tait pas possible. Mais quand on en parle encore aujourd'hui, les deux sont d'accord que ça a Ă©tĂ© un moment charmiĂšre dans leur propre vie.

  • Speaker #1

    Dans leur propre vie, de ce qu'ils veulent vivre, de comment ils veulent vivre, mĂȘme si c'est plus ensemble, c'est comme Ă  la recherche d'eux. Parce qu'effectivement, quand on vit ça de façon intensĂ©ment comme ça, oĂč est-ce qu'on est, ce que moi j'appelle dans une bulle de sĂ©curitĂ©, dans une bulle oĂč est-ce que... tout est possible dans cette bulle-lĂ , puis on peut ĂȘtre vulnĂ©rable, puis on peut se dire les vraies affaires, puis on peut aller en profondeur. Donc, quand on vit cette bulle-lĂ , c'est ça qui amĂšne une transformation humaine, je crois.

  • Speaker #0

    C'est incroyable aussi, quand tu dis ça, la sĂ©curitĂ© pour pouvoir ĂȘtre vulnĂ©rable, et tu me fais penser. Mon pĂšre est un homme trĂšs affectueux, mais il pouvait ĂȘtre violent dans ses paroles, dans... Il pouvait vraiment s'Ă©nerver rapidement. Et je me souviens trĂšs bien, on Ă©tait assis Ă  la plage en fin de journĂ©e, quand le soleil commence Ă  descendre, puis lĂ , on commençait Ă  ranger, tout ça. Mon pĂšre Ă©tait derriĂšre moi, puis il me prenait dans ses bras, puis j'Ă©tais capable de l'urbaniser trĂšs jeune. J'ai dit, Papa, quand tu te fĂąches, j'aime vraiment pas ça, ça me fait peur. Mais j'avais jamais osĂ© le dire avant. Mais je sentais un safe space. Je sais. une sĂ©curitĂ© oĂč il est parti Ă  rire, puis il m'a tenu fort, puis il dit, Je vais faire attention la prochaine fois. Est-ce que ça a rĂ©ellement changĂ© quelque chose ? Peut-ĂȘtre. Mais ce moment-lĂ , ça a changĂ© que moi, j'ai Ă©tĂ© capable de verbaliser quelque chose et de me mettre vulnĂ©rable en sĂ©curitĂ©.

  • Speaker #1

    Oui, oui. Et je le vis quand on vit des groupes, parce que c'est l'espace que je donne en fait Ă  mes coachs de pouvoir aller jouer dans ce 5 %-lĂ , que les gens ne disent pas Ă  personne, mais qui empĂȘche souvent un entrepreneur de dormir. Mais qui ne peut pas parler Ă  son conjoint, il ne peut pas parler Ă  ses employĂ©s ou Ă  ses clients. Mais quand on va jouer dans ce 5 %-lĂ , puis qu'on va parler des vrais problĂšmes, juste le fait d'en parler, comme tu dis, c'est dĂ©jĂ  un changement. C'est dĂ©jĂ  un soulagement de dire Ah, je ne suis pas toute seule Tout le monde. Tout le monde vit ça comme ça. Je suis sĂ»re que tes frĂšres et soeurs vivaient la mĂȘme chose que toi, mais d'ĂȘtre capable de verbaliser et de dire Hey, j'aime pas ça d'avoir la constance aprĂšs ça que les autres vivent ça quand nous, on le fait, ça aussi, c'est Ă©norme. En tout cas, c'est wow, vraiment.

  • Speaker #0

    Notre voix est importante. Ce que j'ai Ă  dire est important. Ce que j'ai Ă ... Je t'en parle parce que... Moi, je le dis souvent dans ma communautĂ©, moi, j'ai souffert d'un mutisme sĂ©lectif. Ça veut dire que quand je ne me sentais pas en sĂ©curitĂ©, je ne parlais pas. Et donc, d'ĂȘtre capable de sortir ça, d'avoir la gorge dĂ©ployĂ©e et de sentir que je suis correct, I'll be OK en le disant, je ne recevrai pas une baffe ou je ne recevrai pas une... Ça, c'est chaque femme, chaque homme, que ce soit entrepreneur ou n'importe qui, d'ĂȘtre capable de sentir que je peux tout dire, je peux verbaliser. de crĂ©er ces bulles-lĂ  de sĂ©curitĂ©. C'Ă©tait dans le deuxiĂšme voyage, j'ai fait une retraite ici au QuĂ©bec, et ça a Ă©tĂ© vraiment une bulle de sĂ©curitĂ© oĂč on a pu Ă©changer et on a pu vraiment dire des choses qu'on n'avait jamais osĂ© dire auparavant.

  • Speaker #1

    Exact. Et c'est ce que j'aime le plus, moi, dans les voyages immersifs. C'est cette bulle-lĂ  qui est crĂ©Ă©e et ce qui se vit Ă  l'intĂ©rieur de ça. On fait souvent des jokes quand on s'en va en voyage. Bon, mais ce qui se passe au Mexique ? ArrĂȘte au Mexique ! Mais tu sais, c'est parce que souvent, il va y avoir des jokes grivoises, il va y avoir des affaires. Mais lĂ , on ne parle pas de ça. On ne parle pas de Non, ce qui se passe lĂ  est quelque chose de puissant, quelque chose de fort, quelque chose d'intense. qui fait que, mon Dieu, lĂ , je me vois pour la premiĂšre fois et j'ai une voix, comme tu dis, pour la premiĂšre fois. Puis cette voix-lĂ , puis le fait que je puisse le dire, puis que personne ne me juge, puis que je me rends compte que finalement, les autres aussi sont comme moi, bien, ça fait toute la diffĂ©rence de, mon Dieu, est-ce que je veux encore ça ? Est-ce que je veux continuer comme ça ? Et ça crĂ©e la transformation parce qu'il y a une grosse crise de conscience. En fait, c'est comme si on leur mettait un miroir en avant d'eux quand ils disaient, bien, Ă©coute, c'est ça ta rĂ©alitĂ©, mais elle peut changer.

  • Speaker #0

    Right ?

  • Speaker #1

    on peut t'aider.

  • Speaker #0

    Et Lucie, c'est fou parce que je vais donner un exemple tellement concret sur quand on dit les vraies choses.

  • Speaker #1

    Oui.

  • Speaker #0

    La pensĂ©e, elle a une frĂ©quence vibratoire. L'Ă©motion, elle a une frĂ©quence vibratoire. Le son a une frĂ©quence vibratoire. Imaginez, ressentez, vous ĂȘtes follement amoureuse de quelqu'un, OK ? De le dire Ă  l'intĂ©rieur, je l'aime, je l'aime, je l'aime, mais de oser le dire. Regardez la diffĂ©rence. De dire Ă  quelqu'un, je t'aime, ou de le penser. C'est deux frĂ©quences complĂštement diffĂ©rentes. Imaginez la vulnĂ©rabilitĂ© de dire Ă  quelqu'un je t'aime il ne sait pas, puis tu viens pour lui dire ou de le penser et de le ressentir. C'est trois frĂ©quences vibratoires complĂštement diffĂ©rentes qui crĂ©ent un shift complĂštement diffĂ©rent. Donc, dans cet espace sĂ©cure, lorsque je verbalise, je viens d'envoyer une frĂ©quence. comme un wifi Ă  l'univers oĂč ce qu'il sera entendu, reconnu, validĂ© trĂšs diffĂ©remment d'une pensĂ©e ou d'une Ă©motion.

  • Speaker #1

    Donc, l'importance de le dire et pas juste de le dire, de le faire et de le penser, il faut que ça soit courant. C'est un peu ça que tu dois enseigner. L'enlignement, le fameux enlignement qu'on dit, c'est quoi l'enlignement ? Des rationnels comme moi qui disent EnlignĂ©, je suis oĂč je m'en vais. Mais non, c'est un peu ça. C'est ce que tu penses, c'est ce que tu vis, c'est ce que tu dis.

  • Speaker #0

    C'est exact. Mais ça, ce que ça fait, c'est que tu envoies comme un signal Wi-Fi, pas de parasite. Parce que je dis, j'ai envie de ça, j'aimerais donc bien. LĂ , j'ai peur, c'est que je ne le sais pas. Puis lĂ , je ne le dis pas, puis je ressens quelque chose d'autre. Donc, il y a une frĂ©quence parasitante. Et tes clients, ton conjoint, ta conjointe, tes enfants ne comprennent pas ton message. Lorsque tu es en cohĂ©rence, ce que tu penses, ce que tu dis, ce que tu fais, ce que tu ressens, ce que tu vibres est complĂštement alignĂ©. C'est lĂ  qu'on devient magnĂ©tique et on vit des choses antiques dans notre vie. Le succĂšs et l'abondance se passent ici avant mĂȘme l'action.

  • Speaker #1

    Wow ! Donc, ce que tu nous dis, puis tu sais, c'est pas facile, on va se le dire, d'avoir cette cohérence-là à tous les niveaux. J'ai beau vouloir dire, moi, je veux devenir millionnaire.

  • Speaker #0

    Oui, oui.

  • Speaker #1

    Tout le monde veut devenir millionnaire. Il y a personne qui a dit, je veux devenir potentier, lĂ , on s'entend, lĂ . Mais entre dire, je veux devenir millionnaire, d'avoir cette cohĂ©rence-lĂ , de dire, comment je vais y parvenir, puis qu'est-ce que je fais, c'est quelque chose qui m'allume, c'est quelque chose
 Tu sais, moi, j'ai toujours dit, tu sais, parle-moi pas, parle, voyons, ne me parle pas Ă  parler de voyage. C'est merci, vous n'arrivez plus. Tu sais, comme tu sais, la fille est plus que cohĂ©rente Ă  d'abord. Mais bon, c'est pas ça.

  • Speaker #0

    Mais pour devenir, tu sais, quelqu'un qui dit, je veux devenir millionnaire, OK ? Moi, ce que j'apprends les gens, c'est à amener des pensées et des paroles que ton cerveau croit. Par exemple, je suis en train de bùtir une entreprise qui va générer des revenus et des millions. Je suis en train de bùtir. C'est trÚs différent de j'ai une entreprise de millions C'est comme tu regardes ton cerveau et comme mais non, tu ne l'as pas Fait que tu es dans un conflit. Je suis en train de bùtir. Je suis en train d'apprendre des techniques. Je suis en train de devenir. C'est trÚs, trÚs, trÚs cohérent avec chaque étape que tu fais au lieu de dire je vis dans des millions C'est comme mais non, tu ne l'as pas

  • Speaker #1

    Non

  • Speaker #0

    Ou je suis pauvre. Bien non, ce n'est pas vrai que tu n'es pas pauvre. Non, non plus. Donc, c'est lĂ  la cohĂ©rence, c'est dans notre langage, notre vibration, notre frĂ©quence, d'oĂč le succĂšs. Le succĂšs, c'est quoi ? C'est que je bĂątis une entreprise Ă  succĂšs. Ce n'est pas un lancement, une retraite, parce que peut-ĂȘtre il n'y a pas eu assez d'inscriptions que je n'ai pas de succĂšs. Attends une minute.

  • Speaker #1

    Un succĂšs pareil. C'est lĂ .

  • Speaker #0

    Exact.

  • Speaker #1

    Peu importe le succĂšs. Oui, tout Ă  fait. Juste le fait de l'avoir fait, juste le fait d'avoir cru, juste le fait d'avoir vibrĂ©, ça en est un, un succĂšs. Mais reconnaĂźtre ça, lui-mĂȘme, malheureusement, va avoir ce qu'on appelle le succĂšs instantanĂ©. Je fais une action, puis il est oĂč le rĂ©sultat ? Il cherche le rĂ©sultat instantanĂ©. Ça, c'est bon. Oui, c'est ça. Moi, Ă©coute, ça fait 30 ans que je prĂŽne l'amĂ©lioration continue Ă  1 par jour, 15 minutes par jour. J'adore. 15 minutes par jour, tous les jours, depuis 30 ans. Tout le monde me demande aujourd'hui, Lucie, je ne comprends pas comment tu fais pour faire tout ce que tu fais. Bien oui, mais c'est parce que j'ai amĂ©liorĂ© par-dessus l'amĂ©lioration, par-dessus l'amĂ©lioration. Donc, je ne suis plus juste efficace. Je suis efficace, je suis efficiente. Mais je suis efficiente par-dessus l'efficience. Tu comprends ?

  • Speaker #0

    C'est de l'intĂ©rĂȘt composĂ©. C'est de l'intĂ©rĂȘt composĂ© comme dans un portefeuille. Lorsque tu investis, tu es revenu, tu es revenu, tu es revenu. Mais Ă  un moment donnĂ©, ça devient abondance. Et c'est la mĂȘme chose parce que quelqu'un qui ne fait pas ce que tu fais, le 2 le 5 le 10 mais dans le fond, il en fait moins ou il en fait zĂ©ro. Qu'est-ce que ça fait ? Ça confirme un pattern de non-succĂšs. Ça confirme un pattern d'Ă©chec. Chaque jour que tu ne fais pas ce que tu aimerais faire, dire, penser, vibrer, tu reconfirme. on Ă©chec. C'est lĂ  que les gens ne comprennent pas. C'est des intĂ©rĂȘts composĂ©s inverses. Tu t'enlises dans un chemin neuronal de pauvretĂ©, de manque de succĂšs. C'est vrai que les gens, lorsqu'ils comprennent ça, mĂȘme juste faire un stop Ă  une pensĂ©e nĂ©gative, c'est extrĂȘmement positif. MĂȘme si tu ne t'en vas mĂȘme pas dans la pensĂ©e bienveillante, juste faire un stop. Ce que ça fait, c'est que tu t'enlises plus dans du sable mouvant et tu ne reconfirme plus tes schĂ©mas du passĂ©. L'ego veut de l'instantanĂ© parce qu'il est habituĂ© et il a grandi Ă  la performance. Et non, et non Ă  ĂȘtre reconnu et validĂ© pour qui on est. Mais rĂ©sultat, l'Ă©chelle. Ă©chec, rĂ©ussite, Ă©chec, rĂ©ussite. Moi, je rĂ©ussis Ă  tous les jours. Tous les jours,

  • Speaker #1

    je rĂ©ussis. Absolument, moi aussi. C'est comme on dit, quand on est, entre parenthĂšses, notre X, ça veut dire qu'on est en cohĂ©rence avec tout ce qu'on doit ĂȘtre, notre pensĂ©e, notre ci, notre ça. On attire les gens parce qu'on est justement les gens qui disent, je veux la suivre, mon Dieu, c'est comme un modĂšle, c'est le jeu. Tu sais, les gens, moi, ils me disent tout le temps, c'est ainsi, nous, si on te parle, je veux ça, je veux en faire un voyage. Merci, tu sais, c'est comme...

  • Speaker #0

    C'est le Wi-Fi.

  • Speaker #1

    Oui, oui.

  • Speaker #0

    C'est un parasite. Mais toi, quand t'es chez toi, t'es comme, mon Dieu, mon Wi-Fi fonctionne pas, c'est parce que t'as dĂ©passĂ©. Tu t'Ă©loignes de ton vortex, de ton alignement. AussitĂŽt que tu t'Ă©loignes, il faut juste te ramener. Ça veut pas dire que je m'Ă©loigne jamais, hein. Ça peut venir des journĂ©es oĂč je suis loin, pis je suis comme, oh ! Oh my God ! Comment je suis rendue lĂ  ? Fait que lĂ , je retourne dans ma lumiĂšre.

  • Speaker #1

    On a le droit de s'Ă©loigner, Claude.

  • Speaker #0

    Oh mon Dieu ! Des fois, je suis Ă  genoux et je braille dans mon lit. Je suis comme, attends une minute.

  • Speaker #1

    JĂ©sus, c'est moi.

  • Speaker #0

    J'accueille mon vortex et j'accueille ses Ă©motions. Des fois, je suis dans la victimite et j'ai encore le goĂ»t d'ĂȘtre dans la victimite. Juste un petit peu encore. Ça fait du bien. J'ai fini.

  • Speaker #1

    Moi, c'est toujours ça. On a le droit à 5 minutes par jour.

  • Speaker #0

    C'est fini.

  • Speaker #1

    AprĂšs ça, c'est fini. On retourne dans le positif, on retourne dans notre lumiĂšre. Mais parle-moi, si on revient justement Ă  la retraite que tu as faite. C'Ă©tait une retraite de quelques jours, mais Ă©coute, les transformations que tu as dĂ» vivre avec tes participants, ça doit ĂȘtre extrĂȘmement difficile.

  • Speaker #0

    Oui. Puis mĂȘme une retraite d'une demi-journĂ©e, parce que je veux te parler vraiment de diffĂ©rentes retraites. J'avais fait une qui s'appelait l'expansion de l'ĂȘtre, OK ? C'Ă©tait... Des femmes qui avaient envie de vivre une purification de leur champ de conscience vont vraiment s'Ă©lever. On Ă©tait dans un spot, un lieu vulnĂ©rable oĂč on se confinait en costume de bain, oĂč on se confinait presque Ă  la mue, tu comprends ? Et les messages que j'ai entendus de ces femmes, les moments de purification, d'Ă©change, de sĂ©curitĂ© qu'on a vĂ©cu ensemble. Ă©tait out of this world. Pourquoi ? Parce qu'on arrive avec toute notre vulnĂ©rabilitĂ©, mais on le sait qu'on est tous comme ça.

  • Speaker #1

    Exact. Exact.

  • Speaker #0

    Tout comme ça. Ça a crĂ©Ă©... C'est fou les amitiĂ©s, premiĂšrement, qui se sont crĂ©Ă©es Ă  travers elle. C'est trĂšs plat. La vibration, la frĂ©quence, on a pris notre temps. Parce qu'une formation, on ne passe pas une journĂ©e complĂšte ensemble ou trois jours ensemble. Une formation en ligne, c'est une heure, une heure et demie,

  • Speaker #1

    deux heures.

  • Speaker #0

    LĂ , ça a Ă©tĂ©... MĂȘme le lunch, qu'on Ă©tait assis, je me suis dit, bon, les filles vont peut-ĂȘtre se disperser. Non, non, non ! Elles Ă©taient toutes ensemble !

  • Speaker #1

    Ah bon, ouais !

  • Speaker #0

    L'Ă©nergie avait switchĂ© pendant le lunch, il y avait moins d'Ă©nergie comme ça, puis lĂ , c'est devenu comme excitant. AprĂšs ça, l'aprĂšs-midi, on est descendus vers la riviĂšre, et j'en ai plusieurs qui m'ont dit, Non, je me demandais... comment j'allais me prĂ©senter en maillot devant toutes ces femmes. Et lĂ , je pars avec une fiertĂ© de mon corps, une fiertĂ© d'ĂȘtre femme, une fiertĂ© de dire, Hey, je suis tout ce que je suis. Mon corps est mon ami. Mon corps est lĂ  pour moi. C'est incroyable. Jusqu'Ă  aujourd'hui, les gens me demandent, C'est quand le prochain ? Hey, Guillaume,

  • Speaker #1

    tu vas faire ce qu'on fait aujourd'hui ?

  • Speaker #0

    On est prĂȘtes,

  • Speaker #1

    on est prĂȘtes !

  • Speaker #0

    Pourquoi j'ai pas fait beaucoup, beaucoup de retraites à l'étranger ? Parce que je suis mÚre, mon parentant, mes filles étaient jeunes. Pour moi, mon temps avec les filles, c'est que je partais en voyage avec les autres. Et là que mes filles sont un peu plus vieilles, là, ça commence à chicoter la croix de la grande voyageuse en moi. Et je sais que ça peut créer des vrais chiffres.

  • Speaker #1

    Ah oui, absolument.

  • Speaker #0

    Pourquoi ça crĂ©e des chiffres ? Parce que ce n'est pas juste, comme tu l'as dit au dĂ©but, au niveau conscient, mais c'est au niveau cellulaire qu'il y a une activation de choses que tu ne pensais mĂȘme pas ressentir et vivre.

  • Speaker #1

    Absolument, absolument. Écoute, moi, j'ai le bonheur de vivre ça avec des coachs diffĂ©rents. Et c'est ça que je disais, j'ai plein de coachs qui m'apprennent plein d'affaires. Tu sais, derniĂšrement, tu allais faire, justement, au Mexique, tu allais faire une activitĂ© de thĂ© mascal. Moi, je ne connais pas ça. Ce n'est pas de mon domaine. Le wellness, ce n'est pas ce que je fais dans la vie. Je comprends. Moi, je suis toute la compagne financiĂšrement avec On est ailleurs. Puis, je veux dire, juste de vivre ça, ça a Ă©tĂ© comme, OK, wow ! OK, je comprends plus d'affaires. Tu sais, c'est comme, hey, tu te refonds en toi, puis tu te fais comme, OK, je ne l'ai pas vĂ©cu tout seul. On Ă©tait plusieurs. Ah, on Ă©tait... C'est vrai que... Pour moi, ça, ces immersions-lĂ , d'avoir le temps d'ĂȘtre avec la coach pendant une semaine, c'est puissant. Une demi-journĂ©e, une journĂ©e, imagine. Oui, imagine. C'est tellement, tellement agrĂ©able. Dis-moi, tu l'as dit, on se fait des amis, on se fait des partenaires dans ce moment-lĂ . Mais toi, du cĂŽtĂ© de la coach qui accompagne ces gens-lĂ  et qui voit ces transformations-lĂ , mĂȘme aujourd'hui, autant de l'avoir vĂ©cu Ă  l'Ăąge de 7 ans et d'avoir dit je veux refaire ça dans ma vie que de l'avoir fait pour d'autres. Aujourd'hui, quand tu en parles, tu rĂ©alises quoi par rapport Ă  ton rĂŽle de coach ?

  • Speaker #0

    Je rĂ©alise Ă  quel point on a une responsabilitĂ© de contribuer lorsqu'on sait quelque chose. Lorsque je sais ce que je sais. Je ne peux pas le garder pour moi. Tu vois, ça vibre Ă  l'intĂ©rieur de moi. Il y a une puissance dans le connectif. Je suis moins ici pour expĂ©rimenter ma vie sur Terre, mais pour impacter et influencer. Et j'ai eu un grand impact dans ma vie de ma grand-mĂšre qui n'est plus avec nous ici dans ce monde, mais qui a encore un impact sur moi. Alors, j'ai dĂ©cidĂ© un jour consciemment de partager toutes mes connaissances, tout ce que j'ai appris dans la vie Ă  mes enfants. et Ă  mes clientes et Ă  mes amis pour qui veulent l'entendre. Je n'impose absolument rien. Mais j'ai une responsabilitĂ© sur cette terre de donner au suivant, de lĂ©guer. Je n'ai pas vu un chemin qui est le mien, mais si je peux Ă©clairer le chemin de quelqu'un d'autre, quelqu'un d'autre va Ă©clairer le chemin de quelqu'un d'autre, parce que mon collectif comme humanitĂ© contribue Ă  la conscience de la terre, Ă  Ă©lever la conscience de la terre. Et lorsque on est dans le collectif, il y a un impact majeur. Ça a Ă©tĂ© mĂȘme Ă©tudiĂ© scientifiquement. Je peux te dire, je viens d'un pays de guerre et il y a eu des priĂšres collectives Ă  des moments, pas des priĂšres qui sont reliĂ©es Ă  une religion, des priĂšres vraiment dans la paix, des priĂšres de paix. Et il y avait des bombardements au Liban, il y avait des voitures piĂ©gĂ©es, il y avait beaucoup de choses qui se passaient. Et les journĂ©es, ils ont analysĂ© Ă  plusieurs journĂ©es. Dans le monde, il y a eu des journĂ©es de priĂšre collective. Ces journĂ©es-lĂ , il y a eu moins de bombardements, de blessĂ©s, de dĂ©chets. C'est puissant, le collectif. Donc, si je peux le faire, sois certaine que Claude Canil va le faire. parce que j'ai une responsabilitĂ©. Écoute,

  • Speaker #1

    je te comprends tellement parce que j'ai exactement le mĂȘme langage. Tu sais, quand je rencontre des causes parce qu'on va se le dire, souvent les femmes ont plus peur, ont plus peur de l'inconnu ou de le faire. Moi, je ne suis pas dans ce style-lĂ . Moi, j'ai moins peur que d'autres, mettons. Puis je leur dis, j'ai Ă©coutĂ©, vous avez quelque chose Ă  dire, puis ça, c'est important. C'est important de le... C'est important de le dire, c'est important de le partager. Je vais vous aider, je vais vous aider Ă  le partager. Écoute, petite histoire. En 2018, quand j'ai quittĂ© le domaine financier et que j'ai vendu mes 800 clients, j'ai demandĂ© Ă  l'univers, j'aimerais ça aider encore plus de clients dans ma nouvelle business que je n'avais aucune idĂ©e que ça ferait quoi. À ce moment-lĂ . C'est comme, je quitte les finances, mais je ne sais pas ce que je vais faire, mais je veux aider plus de monde. LĂ , je me disais, Lucie. Comment tu vas faire pour aider plus que 800 clients ? C'est comme... T'imagines ! Aujourd'hui, en faisant du rĂ©alisable il y a quelques annĂ©es, quand justement Voyages Ă©dutibles est parti et tout ça, j'ai rĂ©alisĂ© que c'est en aidant des coachs comme toi... Ă  rayonner plus et Ă  faire aider plus de gens que j'aidais plus de gens. Tu comprends ? Que ce soit moi, que j'allais aider mille personnes moi-mĂȘme, mais que tous ensemble, dans ce fameux collectif-lĂ , on allait faire la diffĂ©rence. Puis on le sait, en humanitĂ©, moi je dis tout le temps, on est Ă  minuit moins cinq. Donc, lĂ , on a cette, je pense, cette... on doit porter ça. On doit porter nos messages. On doit Ă©lever les gens. On doit leur faire vivre ces scientifiques-lĂ . On doit ĂȘtre lĂ  pour eux. Puis je suis tellement d'accord avec toi.

  • Speaker #0

    On aurait aussi toutes celles qui ont pavĂ© le chemin pour nous et on en profite aujourd'hui. Donc, j'ai un rĂŽle Ă  lĂ©guer aux autres. Et d'avoir peur, c'est normal. Le courage, c'est d'avancer malgrĂ© la peur. Et la peur, elle n'est pas juste lĂ  en train de me dire t'as peur, t'as peur Moi, ce que je fais, c'est que la peur, je n'accueille Merci d'ĂȘtre prĂ©sente et de m'alerter, mais je suis tellement plus grande. Et je sais oĂč est-ce que je m'en vais. Je fais confiance Ă  mon instinct. Je fais confiance aux gens, aux synchronicitĂ©s. Je fais confiance Ă  ma capacitĂ© de me relever. Donc, je travaille avec la peur et non sans la peur ou que la peur prenne tout l'espace. Parce qu'il y en a beaucoup qui ignorent la peur. Elle est nĂ©cessaire. Elle m'alerte de quelque chose. On est quand mĂȘme des humains. Puis, tu as mis un doigt sur les femmes qui ont plus peur. Et ça vient vraiment de l'instinct. Les hommes, c'Ă©tait ceux qui nous protĂ©geaient. C'Ă©tait ceux qui partaient Ă  la chasse. Nous, on restait derriĂšre pour vraiment protĂ©ger les enfants. Donc, faire face Ă  la peur, ça fait partie de notre ADN parce que les hommes partaient souvent. Alors, ils se retrouvaient beaucoup Ă  vouloir protĂ©ger les nĂŽtres. Donc, ça fait partie de nous apprivoiser ça comme juste un instinct. C'est un instinct, mais aujourd'hui, on est plus avancĂ©. On est civilisĂ©. Donc, oui, ça fait partie de mon cerveau reptilien. mais en mĂȘme temps, je suis ici pour avancer et vraiment trouver les façons de faire et m'entourer de gens comme Claude, comme Lucie, comme plein de gens qui peuvent m'inspirer Ă  avancer.

  • Speaker #1

    Tout Ă  fait. Écoute, je pense qu'on pourrait en parler, Claude, pendant des heures et des temps. Vraiment. Dis-moi, si je te disais ton voyage de rĂȘve dans le futur, ça serait quoi ?

  • Speaker #0

    J'ai vraiment envie de faire vivre des techniques non conventionnelles aux femmes parce que je dĂ©couvre depuis les cinq derniĂšres annĂ©es des techniques exceptionnelles. Parce qu'on ne croyait pas au niveau scientifique que ça pouvait faire une diffĂ©rence. Et mon cerveau avait besoin d'aller plus loin. Donc j'ai commencĂ© Ă  chercher les preuves de pourquoi ça fonctionne. J'ai besoin de comprendre le pourquoi du comment. Et lĂ  je suis rentrĂ©e dans plein, plein, plein d'outils qui sont exceptionnels et je les pratique moi-mĂȘme. Et ça a crĂ©Ă© des chiffres dans ma vie, des sauts quantiques dans ma vie, ce qui m'a permis de tripler les revenus de mon entreprise, ce qui m'a permis d'avoir la relation amoureuse de mes rĂȘves, ce qui m'a permis d'avoir une relation exceptionnelle avec mes enfants. Et donc, j'ai envie d'avoir une retraite avec des femmes qui dĂ©sirent accĂ©der au quantique et jouer dans le quantique Ă  travers des outils et des solutions que vous ne croyez mĂȘme pas possibles. Alors c'est ça un voyage de rĂȘve. Et c'est de se laisser aller dans cette expĂ©rience pour vivre toutes ces activations Ă©nergĂ©tiques parce que c'est fou ce que notre cerveau crĂ©atif, notre cerveau Einstein peut crĂ©er. Vous n'avez aucune idĂ©e de ce qu'on peut crĂ©er dans ce monde. Sous-titrage SociĂ©tĂ© Radio-Canada Ça me parle Ă©normĂ©ment de ce que tu dis. Je te le dis, j'ai la main levĂ©e. On vous tient au courant, on va te donner une date. Mais sinon, Claude, avant de vivre la retraite, oĂč est-ce que les gens peuvent te retrouver ?

  • Speaker #1

    Ils peuvent me retrouver sur le groupe du Womanship sur Facebook. Ils peuvent aussi me trouver sur claudecanine.com, mon site. Le Womanship, pour moi, c'est... de vraiment dĂ©couvrir l'extraordinaire Ă  l'intĂ©rieur de nous, chaque femme qui dĂ©couvre l'exceptionnel, l'extraordinaire Ă  l'intĂ©rieur d'elle, pour vraiment transcender ses propres limites et inspirer les autres. Ça, c'est l'essence du womanship. Je travaille sur moi et j'impacte la vie des autres et j'avance. Alors, le womanship, c'est vraiment le succĂšs, l'abondance, l'alignement Ă©nergĂ©tique, l'alignement amoureux, l'alignement de prospĂ©ritĂ© et c'est l'essence de tout ce que je fais. Vous serez les bienvenus dans ce groupe oĂč je parle de finances. Moi aussi, j'ai quittĂ© une carriĂšre en gestion de patrimoine, donc on a un background trĂšs, trĂšs similaire. J'ai quittĂ© il y a une quinzaine d'annĂ©es, puis depuis 12 ans, j'ai aidĂ© 5 000 femmes Ă  transcender leur histoire, au travail, Ă  vraiment reconnaĂźtre qui on est premiĂšrement, puis Ă  crĂ©er le succĂšs et l'abondance dans notre vie, parce que ce n'est pas juste parce qu'on le mĂ©rite, mais parce qu'on le dessine.

  • Speaker #0

    on le dĂ©cide et on le met c'est rĂ©glĂ© un grand merci Claude d'avoir Ă©tĂ© avec nous pour moi c'est une belle dĂ©couverte pour moi on s'est dĂ©couvert derniĂšrement, je ne te connaissais pas puis on a tout de suite connectĂ© parce que oui on vient du domaine financier oui on a un cĂŽtĂ© rationnel mais oui il n'y a pas que il n'y a pas que ça puis la prospĂ©ritĂ© ce n'est pas que des stratĂ©gies. Ce n'est pas que, comme tu dis, il y a de l'alignement, il y a des stratĂ©gies. Il y a plein de choses, c'est un paquet de choses. On est trĂšs complĂ©mentaires dans ce qu'on fait. Je te remercie infiniment d'avoir acceptĂ© l'invitation. Je remercie nos auditeurs d'avoir Ă©tĂ© avec nous jusqu'Ă  la fin. N'hĂ©sitez pas Ă  suivre Claude. On lance Ă  l'univers que peut-ĂȘtre on va vous annoncer une date voyage.

  • Speaker #1

    Merci pour ton invitation et merci Ă  tous ceux qui Ă©coutent ce podcast et on ne sait jamais.

  • Speaker #0

    Never know. On est de mĂȘme, nous autres. On les sent toujours en souffrance.

  • Speaker #1

    Exact.

  • Speaker #0

    À la semaine prochaine. Au revoir.

  • Speaker #2

    Au revoir. Merci.

Description

Rencontrez Claude Khali, une figure de proue dans le monde de l'innovation et du leadership, dont la vision et l'impact transcendent les normes établies. Claude est bien plus qu'une leader ; c'est une véritable agente de changement, une pionniÚre qui repousse constamment les limites de ce qui est possible, inspirant ceux et celles qui l'entourent à viser toujours plus haut.

Innovatrice Infatigable

Claude Khali est reconnue pour sa capacitĂ© Ă  identifier les opportunitĂ©s lĂ  oĂč d'autres voient des obstacles. Sa passion pour l'innovation l'a conduite Ă  dĂ©velopper des stratĂ©gies rĂ©volutionnaires qui ont transformĂ© des industries entiĂšres. Par son approche audacieuse et avant-gardiste, Claude dĂ©fie le statu quo, prouvant que la crĂ©ativitĂ© et la pensĂ©e novatrice sont les clĂ©s pour rĂ©soudre les dĂ©fis les plus complexes de notre Ă©poque.

Leadership Transformatif

Ce qui distingue Claude, c'est son style de leadership transformatif. Elle ne se contente pas de diriger par l'exemple ; elle équipe et habilite chaque membre de son équipe à devenir un leader dans son propre droit. Claude croit en la puissance de l'autonomie, encourageant l'innovation et l'excellence à tous les niveaux. Sous sa direction, des équipes diversifiées ont prospéré, dépassant leurs objectifs et réalisant des succÚs sans précédent.

Impact Social Profond

L'engagement de Claude Khali envers le changement positif dépasse le monde des affaires. Elle est activement impliquée dans des initiatives qui visent à créer un impact social durable, se concentrant sur l'éducation, la durabilité et l'égalité des chances. Claude est convaincue que le succÚs véritable est mesuré non seulement par les réalisations personnelles mais aussi par la capacité à contribuer à une société plus juste et plus verte.

Un Appel Ă  l'Action

Claude Khali est une source d'inspiration pour tous ceux et celles qui cherchent Ă  laisser une empreinte indĂ©lĂ©bile dans leur domaine et au-delĂ . Sa carriĂšre illustre brillamment comment la dĂ©termination, l'innovation et un leadership Ă©thique peuvent crĂ©er des vagues de changement positif. Pour celles et ceux qui aspirent Ă  faire la diffĂ©rence, Claude offre un modĂšle puissant : osez rĂȘver grand, prenez des risques calculĂ©s et engagez-vous passionnĂ©ment dans la quĂȘte d'un monde meilleur.

Rejoignez le Mouvement

Si vous ĂȘtes prĂȘte Ă  transformer votre vision en rĂ©alitĂ© et Ă  faire partie d'un mouvement qui repousse les frontiĂšres du possible, laissez-vous guider par l'exemple de Claude Khali. Ensemble, nous pouvons construire un avenir oĂč l'innovation, le leadership et l'impact social s'entremĂȘlent pour crĂ©er un monde oĂč chacun et chacune a la possibilitĂ© de briller. 🚀💡


Hébergé par Ausha. Visitez ausha.co/politique-de-confidentialite pour plus d'informations.

Transcription

  • Speaker #0

    Sous-titrage ST'501

  • Speaker #1

    Sous-titrage Société Radio-Canada Bonjour Claude, comment vas-tu ? Fais voyager ton entreprise, le podcast commandité par Voyages déductibles, qui organise des voyages formation en immersion. Si tu aimes le podcast, je t'invite à le partager et à le commenter sur ma chaßne YouTube du podcast Fais voyager ton entreprise. Merci de faire partie de mon univers et c'est parti !

  • Speaker #0

    Bonjour, Lucie. Merci, merci. Ça va super bien. Ton Ă©nergie est vraiment contagieuse. Ça va trĂšs bien.

  • Speaker #1

    Excellent. En fait, je veux quand mĂȘme vous prĂ©senter Claude Cali, qui est une coach-mentor qui coach des... Est-ce que tu coaches juste des femmes, Claude ?

  • Speaker #0

    Moi, je coach les hommes aussi, mais vraiment sur les réseaux sociaux, je me concentre sur les femmes, mais je coach des leaders d'entreprises ici.

  • Speaker #1

    Ok, j'Ă©tais plus sĂ»re. Je n'osais pas dire que tu causais juste des peurs. Mais non, effectivement, on va parler justement de ton programme Ă  la fin. Mais je tenais Ă  te rencontrer, mĂȘme si tu m'as dit, Lucie, pas une grande voyageuse, moi. Elle a parlĂ© de voyage, pourtant. Mais parler de voyage, ce n'est pas juste de prendre un avion et d'aller Ă  l'extĂ©rieur du pays. Ça peut ĂȘtre de voyager dans le pays, de voyager dans le QuĂ©bec. Donc, dis-moi, Claude, si je te pose la question, quel a Ă©tĂ© ton plus beau voyage ? Qu'est-ce que tu nous rĂ©ponds ?

  • Speaker #0

    Écoute, je suis une grande voyageuse personnelle, mais moi, je parlais des retraites, des retraites. Donc, je suis une trùs grande voyageuse personnelle, j'adore le voyage. Je vais te parler de deux voyages.

  • Speaker #1

    Le premier,

  • Speaker #0

    d'un voyage trĂšs personnel quand j'Ă©tais jeune avec mes parents. Donc, on est parti Ă  Chypre. Moi, je viens du Liban. On est parti Ă  Chypre pendant un mois. C'Ă©tait un des plus beaux voyages de ma vie. Et le deuxiĂšme, c'est quand moi, j'ai crĂ©Ă©... Une demi-journĂ©e de retraite avec des personnes qui sont dans mon monde Ă  moi et on a voyagĂ©, on Ă©tait au QuĂ©bec, mais c'est un voyage au niveau spirituel, Ă©motionnel, physique. Ça a Ă©tĂ© vraiment une purification. Ces deux voyages-lĂ  m'ont marquĂ©e beaucoup, beaucoup.

  • Speaker #1

    Ok, parfait. Parlons du premier. Pourquoi ce voyage-là ? PremiÚrement, quel ùge avais-tu ? Et pourquoi ce voyage-là en particulier te reste marqué aujourd'hui pour toi ?

  • Speaker #0

    J'avais 7 ans. Ça vibre encore Ă  l'intĂ©rieur de moi. Quand j'Ă©tais jeune, ce n'Ă©tait pas dans la culture de voyager beaucoup. Et Ă  un moment donnĂ©, la guerre a Ă©clatĂ©, la guerre civile, et ma mĂšre Ă©tait Ă  l'extĂ©rieur du pays, et mon pĂšre est allĂ© la rejoindre. Et lĂ , les aĂ©roports allaient fermer. Et lĂ , mon pĂšre a dit Ă  mon oncle, AmĂšne les enfants Ă  Chypre, on va passer un mois ensemble. Et moi, je suis habituĂ©e, mon pĂšre, c'Ă©tait un workaholic, il travaillait beaucoup, beaucoup, beaucoup. Ma mĂšre, c'Ă©tait une femme au foyer, mais elle s'occupait des enfants, mais c'Ă©tait pas Ă©motionnellement connectĂ©. Mais lĂ , on avait un mois. On se contente. que tout s'est arrĂȘtĂ©. Moi, je suis une relationnelle. Moi, j'ai besoin de connecter, j'ai besoin d'ĂȘtre connectĂ©e. Jacques, nous, on est cinq enfants et j'Ă©tais avec mes parents et c'Ă©tait la Donchevite. Tu sais, quand tu passes un mois Ă  juste te prĂ©lancer, oĂč mes parents Ă©taient trĂšs connectĂ©s, connectĂ©s Ă  nous, et j'ai des souvenirs tellement vifs de ce voyage-lĂ . MĂȘme si tu parles Ă  mes soeurs et mon frĂšre, on a tous vĂ©cu un voyage extraordinaire. C'est marquĂ© dans mes souvenirs Ă  jamais, ce voyage-lĂ . CrĂ©er chez moi tout ce que j'ai voulu crĂ©er avec mes filles, Ă  moi aussi, dans ma famille. Les voyages que j'ai fait avec mes filles, mes filles sont exceptionnelles, mais celui-lĂ , c'Ă©tait la racine de crĂ©er des voyages exceptionnels avec mes propres filles, mon conjoint, ma famille Ă©galement. Mais celui-lĂ , ça a Ă©tĂ© comme la flamme. La flamme dĂ©butait le tout. le goĂ»t, je me rappelle des odeurs je me rappelle de ce qu'on mangeait je me rappelle des Ă©motions que je vivais c'est Ă©tonnant et si justement je te demande quelle odeur ça a la chip pour toi c'est l'air salin c'est l'air salin j'Ă©tais tellement prĂ©sente tu sais quand des fois tu fais des voyages puis t'as peur que ça se termine tu penses Ă  demain, tu penses au retour t'es comme pas lĂ , moi j'Ă©tais tellement lĂ  c'Ă©tait euphorique les odeurs de la nourriture les odeurs des grillades qu'il faisait les odeurs de la crĂšme solaire les odeurs du shampoing qu'on utilisait qui Ă©tait diffĂ©rent du liban donc comme ça j'Ă©tais imprĂ©gnĂ©e dans ma mĂ©moire la crĂšme glacĂ©e qu'on prenait le soir le sable, l'eau salĂ©e les grillades de poisson qu'on mangeait c'Ă©tait, je te le dis lĂ , encore aujourd'hui ça vibre Ă  la con

  • Speaker #1

    Dis-moi, qu'est-ce que ça a changé ? On retourne au Liban aprÚs ce mois-là. Qu'est-ce que ça a changé, le avant et le aprÚs ?

  • Speaker #0

    J'ai goĂ»tĂ© Ă  quelque chose que j'ai dĂ©sirĂ© reproduire toute ma vie. Donc, c'est devenu comme un... un guideline, un minimum pour moi de dĂ©crocher rĂ©guliĂšrement. C'Ă©tait la seule fois que je me sentais vraiment en sĂ©curitĂ© avec mes parents. Parce qu'au Liban, bon, il y avait la guerre, mais il y avait aussi une famille trĂšs dysfonctionnelle. Donc, c'Ă©tait un moment oĂč je voyais mes parents ensemble, avec eux, mais avec nous Ă©galement. Et donc, c'est devenu comme un minimum pour moi. Moi, c'est comme ça que je veux vivre ma vie. C'est le genre de relation que je veux. C'est le genre de relation avec mes enfants, avec un conjoint, avec la vie. Ça a crĂ©Ă© rĂ©ellement la Claude d'aujourd'hui. Et la vie que j'ai aujourd'hui, c'est calquĂ© sur ce voyage-lĂ .

  • Speaker #1

    C'est trĂšs imprĂ©gnant. Oui. Oui. Tu sais, quand on fait des voyages immersifs, j'essaie d'expliquer aux gens que des fois, mĂȘme en sept jours, on vit ces transformations-lĂ . On vit ce changement-lĂ . Puis les gens ont de la difficultĂ© Ă  rĂ©aliser. quel point, puis ils font comme juste 7 jours, juste 7 jours, je peux comprendre ce que tu nous dis, moi, c'est comme vraiment extraordinaire, on a le temps de savourer, on a le temps de vraiment le vivre et d'arriver Ă  ce point-lĂ . Qu'est-ce que ça a changĂ© pour tes parents ?

  • Speaker #0

    Pour mes parents, je pense que ça a crĂ©Ă© aussi une connexion. Mes parents, aujourd'hui, ne sont plus ensemble, mais quand on leur en parle, C'est comme si, tu sais, parfois, la perception, on a tous des perceptions diffĂ©rentes d'une rĂ©alitĂ©. Chacun a sa rĂ©alitĂ©. Mais ce voyage, on a tous la mĂȘme perception et la mĂȘme rĂ©alitĂ©. Mais c'est incroyable parce que, tu sais, j'ai regardĂ© un peu tes questions avant et tout ça, puis je me suis dit, la premiĂšre chose sans mĂȘme y penser, c'Ă©tait Chypre. Pour moi, c'est Chypre. Et ça a crĂ©Ă© quelque chose dans la relation de mes parents oĂč je pense qu'ils Ă©taient tous les deux Ă  la recherche de revenir lĂ . ce n'Ă©tait pas possible. Mais quand on en parle encore aujourd'hui, les deux sont d'accord que ça a Ă©tĂ© un moment charmiĂšre dans leur propre vie.

  • Speaker #1

    Dans leur propre vie, de ce qu'ils veulent vivre, de comment ils veulent vivre, mĂȘme si c'est plus ensemble, c'est comme Ă  la recherche d'eux. Parce qu'effectivement, quand on vit ça de façon intensĂ©ment comme ça, oĂč est-ce qu'on est, ce que moi j'appelle dans une bulle de sĂ©curitĂ©, dans une bulle oĂč est-ce que... tout est possible dans cette bulle-lĂ , puis on peut ĂȘtre vulnĂ©rable, puis on peut se dire les vraies affaires, puis on peut aller en profondeur. Donc, quand on vit cette bulle-lĂ , c'est ça qui amĂšne une transformation humaine, je crois.

  • Speaker #0

    C'est incroyable aussi, quand tu dis ça, la sĂ©curitĂ© pour pouvoir ĂȘtre vulnĂ©rable, et tu me fais penser. Mon pĂšre est un homme trĂšs affectueux, mais il pouvait ĂȘtre violent dans ses paroles, dans... Il pouvait vraiment s'Ă©nerver rapidement. Et je me souviens trĂšs bien, on Ă©tait assis Ă  la plage en fin de journĂ©e, quand le soleil commence Ă  descendre, puis lĂ , on commençait Ă  ranger, tout ça. Mon pĂšre Ă©tait derriĂšre moi, puis il me prenait dans ses bras, puis j'Ă©tais capable de l'urbaniser trĂšs jeune. J'ai dit, Papa, quand tu te fĂąches, j'aime vraiment pas ça, ça me fait peur. Mais j'avais jamais osĂ© le dire avant. Mais je sentais un safe space. Je sais. une sĂ©curitĂ© oĂč il est parti Ă  rire, puis il m'a tenu fort, puis il dit, Je vais faire attention la prochaine fois. Est-ce que ça a rĂ©ellement changĂ© quelque chose ? Peut-ĂȘtre. Mais ce moment-lĂ , ça a changĂ© que moi, j'ai Ă©tĂ© capable de verbaliser quelque chose et de me mettre vulnĂ©rable en sĂ©curitĂ©.

  • Speaker #1

    Oui, oui. Et je le vis quand on vit des groupes, parce que c'est l'espace que je donne en fait Ă  mes coachs de pouvoir aller jouer dans ce 5 %-lĂ , que les gens ne disent pas Ă  personne, mais qui empĂȘche souvent un entrepreneur de dormir. Mais qui ne peut pas parler Ă  son conjoint, il ne peut pas parler Ă  ses employĂ©s ou Ă  ses clients. Mais quand on va jouer dans ce 5 %-lĂ , puis qu'on va parler des vrais problĂšmes, juste le fait d'en parler, comme tu dis, c'est dĂ©jĂ  un changement. C'est dĂ©jĂ  un soulagement de dire Ah, je ne suis pas toute seule Tout le monde. Tout le monde vit ça comme ça. Je suis sĂ»re que tes frĂšres et soeurs vivaient la mĂȘme chose que toi, mais d'ĂȘtre capable de verbaliser et de dire Hey, j'aime pas ça d'avoir la constance aprĂšs ça que les autres vivent ça quand nous, on le fait, ça aussi, c'est Ă©norme. En tout cas, c'est wow, vraiment.

  • Speaker #0

    Notre voix est importante. Ce que j'ai Ă  dire est important. Ce que j'ai Ă ... Je t'en parle parce que... Moi, je le dis souvent dans ma communautĂ©, moi, j'ai souffert d'un mutisme sĂ©lectif. Ça veut dire que quand je ne me sentais pas en sĂ©curitĂ©, je ne parlais pas. Et donc, d'ĂȘtre capable de sortir ça, d'avoir la gorge dĂ©ployĂ©e et de sentir que je suis correct, I'll be OK en le disant, je ne recevrai pas une baffe ou je ne recevrai pas une... Ça, c'est chaque femme, chaque homme, que ce soit entrepreneur ou n'importe qui, d'ĂȘtre capable de sentir que je peux tout dire, je peux verbaliser. de crĂ©er ces bulles-lĂ  de sĂ©curitĂ©. C'Ă©tait dans le deuxiĂšme voyage, j'ai fait une retraite ici au QuĂ©bec, et ça a Ă©tĂ© vraiment une bulle de sĂ©curitĂ© oĂč on a pu Ă©changer et on a pu vraiment dire des choses qu'on n'avait jamais osĂ© dire auparavant.

  • Speaker #1

    Exact. Et c'est ce que j'aime le plus, moi, dans les voyages immersifs. C'est cette bulle-lĂ  qui est crĂ©Ă©e et ce qui se vit Ă  l'intĂ©rieur de ça. On fait souvent des jokes quand on s'en va en voyage. Bon, mais ce qui se passe au Mexique ? ArrĂȘte au Mexique ! Mais tu sais, c'est parce que souvent, il va y avoir des jokes grivoises, il va y avoir des affaires. Mais lĂ , on ne parle pas de ça. On ne parle pas de Non, ce qui se passe lĂ  est quelque chose de puissant, quelque chose de fort, quelque chose d'intense. qui fait que, mon Dieu, lĂ , je me vois pour la premiĂšre fois et j'ai une voix, comme tu dis, pour la premiĂšre fois. Puis cette voix-lĂ , puis le fait que je puisse le dire, puis que personne ne me juge, puis que je me rends compte que finalement, les autres aussi sont comme moi, bien, ça fait toute la diffĂ©rence de, mon Dieu, est-ce que je veux encore ça ? Est-ce que je veux continuer comme ça ? Et ça crĂ©e la transformation parce qu'il y a une grosse crise de conscience. En fait, c'est comme si on leur mettait un miroir en avant d'eux quand ils disaient, bien, Ă©coute, c'est ça ta rĂ©alitĂ©, mais elle peut changer.

  • Speaker #0

    Right ?

  • Speaker #1

    on peut t'aider.

  • Speaker #0

    Et Lucie, c'est fou parce que je vais donner un exemple tellement concret sur quand on dit les vraies choses.

  • Speaker #1

    Oui.

  • Speaker #0

    La pensĂ©e, elle a une frĂ©quence vibratoire. L'Ă©motion, elle a une frĂ©quence vibratoire. Le son a une frĂ©quence vibratoire. Imaginez, ressentez, vous ĂȘtes follement amoureuse de quelqu'un, OK ? De le dire Ă  l'intĂ©rieur, je l'aime, je l'aime, je l'aime, mais de oser le dire. Regardez la diffĂ©rence. De dire Ă  quelqu'un, je t'aime, ou de le penser. C'est deux frĂ©quences complĂštement diffĂ©rentes. Imaginez la vulnĂ©rabilitĂ© de dire Ă  quelqu'un je t'aime il ne sait pas, puis tu viens pour lui dire ou de le penser et de le ressentir. C'est trois frĂ©quences vibratoires complĂštement diffĂ©rentes qui crĂ©ent un shift complĂštement diffĂ©rent. Donc, dans cet espace sĂ©cure, lorsque je verbalise, je viens d'envoyer une frĂ©quence. comme un wifi Ă  l'univers oĂč ce qu'il sera entendu, reconnu, validĂ© trĂšs diffĂ©remment d'une pensĂ©e ou d'une Ă©motion.

  • Speaker #1

    Donc, l'importance de le dire et pas juste de le dire, de le faire et de le penser, il faut que ça soit courant. C'est un peu ça que tu dois enseigner. L'enlignement, le fameux enlignement qu'on dit, c'est quoi l'enlignement ? Des rationnels comme moi qui disent EnlignĂ©, je suis oĂč je m'en vais. Mais non, c'est un peu ça. C'est ce que tu penses, c'est ce que tu vis, c'est ce que tu dis.

  • Speaker #0

    C'est exact. Mais ça, ce que ça fait, c'est que tu envoies comme un signal Wi-Fi, pas de parasite. Parce que je dis, j'ai envie de ça, j'aimerais donc bien. LĂ , j'ai peur, c'est que je ne le sais pas. Puis lĂ , je ne le dis pas, puis je ressens quelque chose d'autre. Donc, il y a une frĂ©quence parasitante. Et tes clients, ton conjoint, ta conjointe, tes enfants ne comprennent pas ton message. Lorsque tu es en cohĂ©rence, ce que tu penses, ce que tu dis, ce que tu fais, ce que tu ressens, ce que tu vibres est complĂštement alignĂ©. C'est lĂ  qu'on devient magnĂ©tique et on vit des choses antiques dans notre vie. Le succĂšs et l'abondance se passent ici avant mĂȘme l'action.

  • Speaker #1

    Wow ! Donc, ce que tu nous dis, puis tu sais, c'est pas facile, on va se le dire, d'avoir cette cohérence-là à tous les niveaux. J'ai beau vouloir dire, moi, je veux devenir millionnaire.

  • Speaker #0

    Oui, oui.

  • Speaker #1

    Tout le monde veut devenir millionnaire. Il y a personne qui a dit, je veux devenir potentier, lĂ , on s'entend, lĂ . Mais entre dire, je veux devenir millionnaire, d'avoir cette cohĂ©rence-lĂ , de dire, comment je vais y parvenir, puis qu'est-ce que je fais, c'est quelque chose qui m'allume, c'est quelque chose
 Tu sais, moi, j'ai toujours dit, tu sais, parle-moi pas, parle, voyons, ne me parle pas Ă  parler de voyage. C'est merci, vous n'arrivez plus. Tu sais, comme tu sais, la fille est plus que cohĂ©rente Ă  d'abord. Mais bon, c'est pas ça.

  • Speaker #0

    Mais pour devenir, tu sais, quelqu'un qui dit, je veux devenir millionnaire, OK ? Moi, ce que j'apprends les gens, c'est à amener des pensées et des paroles que ton cerveau croit. Par exemple, je suis en train de bùtir une entreprise qui va générer des revenus et des millions. Je suis en train de bùtir. C'est trÚs différent de j'ai une entreprise de millions C'est comme tu regardes ton cerveau et comme mais non, tu ne l'as pas Fait que tu es dans un conflit. Je suis en train de bùtir. Je suis en train d'apprendre des techniques. Je suis en train de devenir. C'est trÚs, trÚs, trÚs cohérent avec chaque étape que tu fais au lieu de dire je vis dans des millions C'est comme mais non, tu ne l'as pas

  • Speaker #1

    Non

  • Speaker #0

    Ou je suis pauvre. Bien non, ce n'est pas vrai que tu n'es pas pauvre. Non, non plus. Donc, c'est lĂ  la cohĂ©rence, c'est dans notre langage, notre vibration, notre frĂ©quence, d'oĂč le succĂšs. Le succĂšs, c'est quoi ? C'est que je bĂątis une entreprise Ă  succĂšs. Ce n'est pas un lancement, une retraite, parce que peut-ĂȘtre il n'y a pas eu assez d'inscriptions que je n'ai pas de succĂšs. Attends une minute.

  • Speaker #1

    Un succĂšs pareil. C'est lĂ .

  • Speaker #0

    Exact.

  • Speaker #1

    Peu importe le succĂšs. Oui, tout Ă  fait. Juste le fait de l'avoir fait, juste le fait d'avoir cru, juste le fait d'avoir vibrĂ©, ça en est un, un succĂšs. Mais reconnaĂźtre ça, lui-mĂȘme, malheureusement, va avoir ce qu'on appelle le succĂšs instantanĂ©. Je fais une action, puis il est oĂč le rĂ©sultat ? Il cherche le rĂ©sultat instantanĂ©. Ça, c'est bon. Oui, c'est ça. Moi, Ă©coute, ça fait 30 ans que je prĂŽne l'amĂ©lioration continue Ă  1 par jour, 15 minutes par jour. J'adore. 15 minutes par jour, tous les jours, depuis 30 ans. Tout le monde me demande aujourd'hui, Lucie, je ne comprends pas comment tu fais pour faire tout ce que tu fais. Bien oui, mais c'est parce que j'ai amĂ©liorĂ© par-dessus l'amĂ©lioration, par-dessus l'amĂ©lioration. Donc, je ne suis plus juste efficace. Je suis efficace, je suis efficiente. Mais je suis efficiente par-dessus l'efficience. Tu comprends ?

  • Speaker #0

    C'est de l'intĂ©rĂȘt composĂ©. C'est de l'intĂ©rĂȘt composĂ© comme dans un portefeuille. Lorsque tu investis, tu es revenu, tu es revenu, tu es revenu. Mais Ă  un moment donnĂ©, ça devient abondance. Et c'est la mĂȘme chose parce que quelqu'un qui ne fait pas ce que tu fais, le 2 le 5 le 10 mais dans le fond, il en fait moins ou il en fait zĂ©ro. Qu'est-ce que ça fait ? Ça confirme un pattern de non-succĂšs. Ça confirme un pattern d'Ă©chec. Chaque jour que tu ne fais pas ce que tu aimerais faire, dire, penser, vibrer, tu reconfirme. on Ă©chec. C'est lĂ  que les gens ne comprennent pas. C'est des intĂ©rĂȘts composĂ©s inverses. Tu t'enlises dans un chemin neuronal de pauvretĂ©, de manque de succĂšs. C'est vrai que les gens, lorsqu'ils comprennent ça, mĂȘme juste faire un stop Ă  une pensĂ©e nĂ©gative, c'est extrĂȘmement positif. MĂȘme si tu ne t'en vas mĂȘme pas dans la pensĂ©e bienveillante, juste faire un stop. Ce que ça fait, c'est que tu t'enlises plus dans du sable mouvant et tu ne reconfirme plus tes schĂ©mas du passĂ©. L'ego veut de l'instantanĂ© parce qu'il est habituĂ© et il a grandi Ă  la performance. Et non, et non Ă  ĂȘtre reconnu et validĂ© pour qui on est. Mais rĂ©sultat, l'Ă©chelle. Ă©chec, rĂ©ussite, Ă©chec, rĂ©ussite. Moi, je rĂ©ussis Ă  tous les jours. Tous les jours,

  • Speaker #1

    je rĂ©ussis. Absolument, moi aussi. C'est comme on dit, quand on est, entre parenthĂšses, notre X, ça veut dire qu'on est en cohĂ©rence avec tout ce qu'on doit ĂȘtre, notre pensĂ©e, notre ci, notre ça. On attire les gens parce qu'on est justement les gens qui disent, je veux la suivre, mon Dieu, c'est comme un modĂšle, c'est le jeu. Tu sais, les gens, moi, ils me disent tout le temps, c'est ainsi, nous, si on te parle, je veux ça, je veux en faire un voyage. Merci, tu sais, c'est comme...

  • Speaker #0

    C'est le Wi-Fi.

  • Speaker #1

    Oui, oui.

  • Speaker #0

    C'est un parasite. Mais toi, quand t'es chez toi, t'es comme, mon Dieu, mon Wi-Fi fonctionne pas, c'est parce que t'as dĂ©passĂ©. Tu t'Ă©loignes de ton vortex, de ton alignement. AussitĂŽt que tu t'Ă©loignes, il faut juste te ramener. Ça veut pas dire que je m'Ă©loigne jamais, hein. Ça peut venir des journĂ©es oĂč je suis loin, pis je suis comme, oh ! Oh my God ! Comment je suis rendue lĂ  ? Fait que lĂ , je retourne dans ma lumiĂšre.

  • Speaker #1

    On a le droit de s'Ă©loigner, Claude.

  • Speaker #0

    Oh mon Dieu ! Des fois, je suis Ă  genoux et je braille dans mon lit. Je suis comme, attends une minute.

  • Speaker #1

    JĂ©sus, c'est moi.

  • Speaker #0

    J'accueille mon vortex et j'accueille ses Ă©motions. Des fois, je suis dans la victimite et j'ai encore le goĂ»t d'ĂȘtre dans la victimite. Juste un petit peu encore. Ça fait du bien. J'ai fini.

  • Speaker #1

    Moi, c'est toujours ça. On a le droit à 5 minutes par jour.

  • Speaker #0

    C'est fini.

  • Speaker #1

    AprĂšs ça, c'est fini. On retourne dans le positif, on retourne dans notre lumiĂšre. Mais parle-moi, si on revient justement Ă  la retraite que tu as faite. C'Ă©tait une retraite de quelques jours, mais Ă©coute, les transformations que tu as dĂ» vivre avec tes participants, ça doit ĂȘtre extrĂȘmement difficile.

  • Speaker #0

    Oui. Puis mĂȘme une retraite d'une demi-journĂ©e, parce que je veux te parler vraiment de diffĂ©rentes retraites. J'avais fait une qui s'appelait l'expansion de l'ĂȘtre, OK ? C'Ă©tait... Des femmes qui avaient envie de vivre une purification de leur champ de conscience vont vraiment s'Ă©lever. On Ă©tait dans un spot, un lieu vulnĂ©rable oĂč on se confinait en costume de bain, oĂč on se confinait presque Ă  la mue, tu comprends ? Et les messages que j'ai entendus de ces femmes, les moments de purification, d'Ă©change, de sĂ©curitĂ© qu'on a vĂ©cu ensemble. Ă©tait out of this world. Pourquoi ? Parce qu'on arrive avec toute notre vulnĂ©rabilitĂ©, mais on le sait qu'on est tous comme ça.

  • Speaker #1

    Exact. Exact.

  • Speaker #0

    Tout comme ça. Ça a crĂ©Ă©... C'est fou les amitiĂ©s, premiĂšrement, qui se sont crĂ©Ă©es Ă  travers elle. C'est trĂšs plat. La vibration, la frĂ©quence, on a pris notre temps. Parce qu'une formation, on ne passe pas une journĂ©e complĂšte ensemble ou trois jours ensemble. Une formation en ligne, c'est une heure, une heure et demie,

  • Speaker #1

    deux heures.

  • Speaker #0

    LĂ , ça a Ă©tĂ©... MĂȘme le lunch, qu'on Ă©tait assis, je me suis dit, bon, les filles vont peut-ĂȘtre se disperser. Non, non, non ! Elles Ă©taient toutes ensemble !

  • Speaker #1

    Ah bon, ouais !

  • Speaker #0

    L'Ă©nergie avait switchĂ© pendant le lunch, il y avait moins d'Ă©nergie comme ça, puis lĂ , c'est devenu comme excitant. AprĂšs ça, l'aprĂšs-midi, on est descendus vers la riviĂšre, et j'en ai plusieurs qui m'ont dit, Non, je me demandais... comment j'allais me prĂ©senter en maillot devant toutes ces femmes. Et lĂ , je pars avec une fiertĂ© de mon corps, une fiertĂ© d'ĂȘtre femme, une fiertĂ© de dire, Hey, je suis tout ce que je suis. Mon corps est mon ami. Mon corps est lĂ  pour moi. C'est incroyable. Jusqu'Ă  aujourd'hui, les gens me demandent, C'est quand le prochain ? Hey, Guillaume,

  • Speaker #1

    tu vas faire ce qu'on fait aujourd'hui ?

  • Speaker #0

    On est prĂȘtes,

  • Speaker #1

    on est prĂȘtes !

  • Speaker #0

    Pourquoi j'ai pas fait beaucoup, beaucoup de retraites à l'étranger ? Parce que je suis mÚre, mon parentant, mes filles étaient jeunes. Pour moi, mon temps avec les filles, c'est que je partais en voyage avec les autres. Et là que mes filles sont un peu plus vieilles, là, ça commence à chicoter la croix de la grande voyageuse en moi. Et je sais que ça peut créer des vrais chiffres.

  • Speaker #1

    Ah oui, absolument.

  • Speaker #0

    Pourquoi ça crĂ©e des chiffres ? Parce que ce n'est pas juste, comme tu l'as dit au dĂ©but, au niveau conscient, mais c'est au niveau cellulaire qu'il y a une activation de choses que tu ne pensais mĂȘme pas ressentir et vivre.

  • Speaker #1

    Absolument, absolument. Écoute, moi, j'ai le bonheur de vivre ça avec des coachs diffĂ©rents. Et c'est ça que je disais, j'ai plein de coachs qui m'apprennent plein d'affaires. Tu sais, derniĂšrement, tu allais faire, justement, au Mexique, tu allais faire une activitĂ© de thĂ© mascal. Moi, je ne connais pas ça. Ce n'est pas de mon domaine. Le wellness, ce n'est pas ce que je fais dans la vie. Je comprends. Moi, je suis toute la compagne financiĂšrement avec On est ailleurs. Puis, je veux dire, juste de vivre ça, ça a Ă©tĂ© comme, OK, wow ! OK, je comprends plus d'affaires. Tu sais, c'est comme, hey, tu te refonds en toi, puis tu te fais comme, OK, je ne l'ai pas vĂ©cu tout seul. On Ă©tait plusieurs. Ah, on Ă©tait... C'est vrai que... Pour moi, ça, ces immersions-lĂ , d'avoir le temps d'ĂȘtre avec la coach pendant une semaine, c'est puissant. Une demi-journĂ©e, une journĂ©e, imagine. Oui, imagine. C'est tellement, tellement agrĂ©able. Dis-moi, tu l'as dit, on se fait des amis, on se fait des partenaires dans ce moment-lĂ . Mais toi, du cĂŽtĂ© de la coach qui accompagne ces gens-lĂ  et qui voit ces transformations-lĂ , mĂȘme aujourd'hui, autant de l'avoir vĂ©cu Ă  l'Ăąge de 7 ans et d'avoir dit je veux refaire ça dans ma vie que de l'avoir fait pour d'autres. Aujourd'hui, quand tu en parles, tu rĂ©alises quoi par rapport Ă  ton rĂŽle de coach ?

  • Speaker #0

    Je rĂ©alise Ă  quel point on a une responsabilitĂ© de contribuer lorsqu'on sait quelque chose. Lorsque je sais ce que je sais. Je ne peux pas le garder pour moi. Tu vois, ça vibre Ă  l'intĂ©rieur de moi. Il y a une puissance dans le connectif. Je suis moins ici pour expĂ©rimenter ma vie sur Terre, mais pour impacter et influencer. Et j'ai eu un grand impact dans ma vie de ma grand-mĂšre qui n'est plus avec nous ici dans ce monde, mais qui a encore un impact sur moi. Alors, j'ai dĂ©cidĂ© un jour consciemment de partager toutes mes connaissances, tout ce que j'ai appris dans la vie Ă  mes enfants. et Ă  mes clientes et Ă  mes amis pour qui veulent l'entendre. Je n'impose absolument rien. Mais j'ai une responsabilitĂ© sur cette terre de donner au suivant, de lĂ©guer. Je n'ai pas vu un chemin qui est le mien, mais si je peux Ă©clairer le chemin de quelqu'un d'autre, quelqu'un d'autre va Ă©clairer le chemin de quelqu'un d'autre, parce que mon collectif comme humanitĂ© contribue Ă  la conscience de la terre, Ă  Ă©lever la conscience de la terre. Et lorsque on est dans le collectif, il y a un impact majeur. Ça a Ă©tĂ© mĂȘme Ă©tudiĂ© scientifiquement. Je peux te dire, je viens d'un pays de guerre et il y a eu des priĂšres collectives Ă  des moments, pas des priĂšres qui sont reliĂ©es Ă  une religion, des priĂšres vraiment dans la paix, des priĂšres de paix. Et il y avait des bombardements au Liban, il y avait des voitures piĂ©gĂ©es, il y avait beaucoup de choses qui se passaient. Et les journĂ©es, ils ont analysĂ© Ă  plusieurs journĂ©es. Dans le monde, il y a eu des journĂ©es de priĂšre collective. Ces journĂ©es-lĂ , il y a eu moins de bombardements, de blessĂ©s, de dĂ©chets. C'est puissant, le collectif. Donc, si je peux le faire, sois certaine que Claude Canil va le faire. parce que j'ai une responsabilitĂ©. Écoute,

  • Speaker #1

    je te comprends tellement parce que j'ai exactement le mĂȘme langage. Tu sais, quand je rencontre des causes parce qu'on va se le dire, souvent les femmes ont plus peur, ont plus peur de l'inconnu ou de le faire. Moi, je ne suis pas dans ce style-lĂ . Moi, j'ai moins peur que d'autres, mettons. Puis je leur dis, j'ai Ă©coutĂ©, vous avez quelque chose Ă  dire, puis ça, c'est important. C'est important de le... C'est important de le dire, c'est important de le partager. Je vais vous aider, je vais vous aider Ă  le partager. Écoute, petite histoire. En 2018, quand j'ai quittĂ© le domaine financier et que j'ai vendu mes 800 clients, j'ai demandĂ© Ă  l'univers, j'aimerais ça aider encore plus de clients dans ma nouvelle business que je n'avais aucune idĂ©e que ça ferait quoi. À ce moment-lĂ . C'est comme, je quitte les finances, mais je ne sais pas ce que je vais faire, mais je veux aider plus de monde. LĂ , je me disais, Lucie. Comment tu vas faire pour aider plus que 800 clients ? C'est comme... T'imagines ! Aujourd'hui, en faisant du rĂ©alisable il y a quelques annĂ©es, quand justement Voyages Ă©dutibles est parti et tout ça, j'ai rĂ©alisĂ© que c'est en aidant des coachs comme toi... Ă  rayonner plus et Ă  faire aider plus de gens que j'aidais plus de gens. Tu comprends ? Que ce soit moi, que j'allais aider mille personnes moi-mĂȘme, mais que tous ensemble, dans ce fameux collectif-lĂ , on allait faire la diffĂ©rence. Puis on le sait, en humanitĂ©, moi je dis tout le temps, on est Ă  minuit moins cinq. Donc, lĂ , on a cette, je pense, cette... on doit porter ça. On doit porter nos messages. On doit Ă©lever les gens. On doit leur faire vivre ces scientifiques-lĂ . On doit ĂȘtre lĂ  pour eux. Puis je suis tellement d'accord avec toi.

  • Speaker #0

    On aurait aussi toutes celles qui ont pavĂ© le chemin pour nous et on en profite aujourd'hui. Donc, j'ai un rĂŽle Ă  lĂ©guer aux autres. Et d'avoir peur, c'est normal. Le courage, c'est d'avancer malgrĂ© la peur. Et la peur, elle n'est pas juste lĂ  en train de me dire t'as peur, t'as peur Moi, ce que je fais, c'est que la peur, je n'accueille Merci d'ĂȘtre prĂ©sente et de m'alerter, mais je suis tellement plus grande. Et je sais oĂč est-ce que je m'en vais. Je fais confiance Ă  mon instinct. Je fais confiance aux gens, aux synchronicitĂ©s. Je fais confiance Ă  ma capacitĂ© de me relever. Donc, je travaille avec la peur et non sans la peur ou que la peur prenne tout l'espace. Parce qu'il y en a beaucoup qui ignorent la peur. Elle est nĂ©cessaire. Elle m'alerte de quelque chose. On est quand mĂȘme des humains. Puis, tu as mis un doigt sur les femmes qui ont plus peur. Et ça vient vraiment de l'instinct. Les hommes, c'Ă©tait ceux qui nous protĂ©geaient. C'Ă©tait ceux qui partaient Ă  la chasse. Nous, on restait derriĂšre pour vraiment protĂ©ger les enfants. Donc, faire face Ă  la peur, ça fait partie de notre ADN parce que les hommes partaient souvent. Alors, ils se retrouvaient beaucoup Ă  vouloir protĂ©ger les nĂŽtres. Donc, ça fait partie de nous apprivoiser ça comme juste un instinct. C'est un instinct, mais aujourd'hui, on est plus avancĂ©. On est civilisĂ©. Donc, oui, ça fait partie de mon cerveau reptilien. mais en mĂȘme temps, je suis ici pour avancer et vraiment trouver les façons de faire et m'entourer de gens comme Claude, comme Lucie, comme plein de gens qui peuvent m'inspirer Ă  avancer.

  • Speaker #1

    Tout Ă  fait. Écoute, je pense qu'on pourrait en parler, Claude, pendant des heures et des temps. Vraiment. Dis-moi, si je te disais ton voyage de rĂȘve dans le futur, ça serait quoi ?

  • Speaker #0

    J'ai vraiment envie de faire vivre des techniques non conventionnelles aux femmes parce que je dĂ©couvre depuis les cinq derniĂšres annĂ©es des techniques exceptionnelles. Parce qu'on ne croyait pas au niveau scientifique que ça pouvait faire une diffĂ©rence. Et mon cerveau avait besoin d'aller plus loin. Donc j'ai commencĂ© Ă  chercher les preuves de pourquoi ça fonctionne. J'ai besoin de comprendre le pourquoi du comment. Et lĂ  je suis rentrĂ©e dans plein, plein, plein d'outils qui sont exceptionnels et je les pratique moi-mĂȘme. Et ça a crĂ©Ă© des chiffres dans ma vie, des sauts quantiques dans ma vie, ce qui m'a permis de tripler les revenus de mon entreprise, ce qui m'a permis d'avoir la relation amoureuse de mes rĂȘves, ce qui m'a permis d'avoir une relation exceptionnelle avec mes enfants. Et donc, j'ai envie d'avoir une retraite avec des femmes qui dĂ©sirent accĂ©der au quantique et jouer dans le quantique Ă  travers des outils et des solutions que vous ne croyez mĂȘme pas possibles. Alors c'est ça un voyage de rĂȘve. Et c'est de se laisser aller dans cette expĂ©rience pour vivre toutes ces activations Ă©nergĂ©tiques parce que c'est fou ce que notre cerveau crĂ©atif, notre cerveau Einstein peut crĂ©er. Vous n'avez aucune idĂ©e de ce qu'on peut crĂ©er dans ce monde. Sous-titrage SociĂ©tĂ© Radio-Canada Ça me parle Ă©normĂ©ment de ce que tu dis. Je te le dis, j'ai la main levĂ©e. On vous tient au courant, on va te donner une date. Mais sinon, Claude, avant de vivre la retraite, oĂč est-ce que les gens peuvent te retrouver ?

  • Speaker #1

    Ils peuvent me retrouver sur le groupe du Womanship sur Facebook. Ils peuvent aussi me trouver sur claudecanine.com, mon site. Le Womanship, pour moi, c'est... de vraiment dĂ©couvrir l'extraordinaire Ă  l'intĂ©rieur de nous, chaque femme qui dĂ©couvre l'exceptionnel, l'extraordinaire Ă  l'intĂ©rieur d'elle, pour vraiment transcender ses propres limites et inspirer les autres. Ça, c'est l'essence du womanship. Je travaille sur moi et j'impacte la vie des autres et j'avance. Alors, le womanship, c'est vraiment le succĂšs, l'abondance, l'alignement Ă©nergĂ©tique, l'alignement amoureux, l'alignement de prospĂ©ritĂ© et c'est l'essence de tout ce que je fais. Vous serez les bienvenus dans ce groupe oĂč je parle de finances. Moi aussi, j'ai quittĂ© une carriĂšre en gestion de patrimoine, donc on a un background trĂšs, trĂšs similaire. J'ai quittĂ© il y a une quinzaine d'annĂ©es, puis depuis 12 ans, j'ai aidĂ© 5 000 femmes Ă  transcender leur histoire, au travail, Ă  vraiment reconnaĂźtre qui on est premiĂšrement, puis Ă  crĂ©er le succĂšs et l'abondance dans notre vie, parce que ce n'est pas juste parce qu'on le mĂ©rite, mais parce qu'on le dessine.

  • Speaker #0

    on le dĂ©cide et on le met c'est rĂ©glĂ© un grand merci Claude d'avoir Ă©tĂ© avec nous pour moi c'est une belle dĂ©couverte pour moi on s'est dĂ©couvert derniĂšrement, je ne te connaissais pas puis on a tout de suite connectĂ© parce que oui on vient du domaine financier oui on a un cĂŽtĂ© rationnel mais oui il n'y a pas que il n'y a pas que ça puis la prospĂ©ritĂ© ce n'est pas que des stratĂ©gies. Ce n'est pas que, comme tu dis, il y a de l'alignement, il y a des stratĂ©gies. Il y a plein de choses, c'est un paquet de choses. On est trĂšs complĂ©mentaires dans ce qu'on fait. Je te remercie infiniment d'avoir acceptĂ© l'invitation. Je remercie nos auditeurs d'avoir Ă©tĂ© avec nous jusqu'Ă  la fin. N'hĂ©sitez pas Ă  suivre Claude. On lance Ă  l'univers que peut-ĂȘtre on va vous annoncer une date voyage.

  • Speaker #1

    Merci pour ton invitation et merci Ă  tous ceux qui Ă©coutent ce podcast et on ne sait jamais.

  • Speaker #0

    Never know. On est de mĂȘme, nous autres. On les sent toujours en souffrance.

  • Speaker #1

    Exact.

  • Speaker #0

    À la semaine prochaine. Au revoir.

  • Speaker #2

    Au revoir. Merci.

Share

Embed

You may also like

Description

Rencontrez Claude Khali, une figure de proue dans le monde de l'innovation et du leadership, dont la vision et l'impact transcendent les normes établies. Claude est bien plus qu'une leader ; c'est une véritable agente de changement, une pionniÚre qui repousse constamment les limites de ce qui est possible, inspirant ceux et celles qui l'entourent à viser toujours plus haut.

Innovatrice Infatigable

Claude Khali est reconnue pour sa capacitĂ© Ă  identifier les opportunitĂ©s lĂ  oĂč d'autres voient des obstacles. Sa passion pour l'innovation l'a conduite Ă  dĂ©velopper des stratĂ©gies rĂ©volutionnaires qui ont transformĂ© des industries entiĂšres. Par son approche audacieuse et avant-gardiste, Claude dĂ©fie le statu quo, prouvant que la crĂ©ativitĂ© et la pensĂ©e novatrice sont les clĂ©s pour rĂ©soudre les dĂ©fis les plus complexes de notre Ă©poque.

Leadership Transformatif

Ce qui distingue Claude, c'est son style de leadership transformatif. Elle ne se contente pas de diriger par l'exemple ; elle équipe et habilite chaque membre de son équipe à devenir un leader dans son propre droit. Claude croit en la puissance de l'autonomie, encourageant l'innovation et l'excellence à tous les niveaux. Sous sa direction, des équipes diversifiées ont prospéré, dépassant leurs objectifs et réalisant des succÚs sans précédent.

Impact Social Profond

L'engagement de Claude Khali envers le changement positif dépasse le monde des affaires. Elle est activement impliquée dans des initiatives qui visent à créer un impact social durable, se concentrant sur l'éducation, la durabilité et l'égalité des chances. Claude est convaincue que le succÚs véritable est mesuré non seulement par les réalisations personnelles mais aussi par la capacité à contribuer à une société plus juste et plus verte.

Un Appel Ă  l'Action

Claude Khali est une source d'inspiration pour tous ceux et celles qui cherchent Ă  laisser une empreinte indĂ©lĂ©bile dans leur domaine et au-delĂ . Sa carriĂšre illustre brillamment comment la dĂ©termination, l'innovation et un leadership Ă©thique peuvent crĂ©er des vagues de changement positif. Pour celles et ceux qui aspirent Ă  faire la diffĂ©rence, Claude offre un modĂšle puissant : osez rĂȘver grand, prenez des risques calculĂ©s et engagez-vous passionnĂ©ment dans la quĂȘte d'un monde meilleur.

Rejoignez le Mouvement

Si vous ĂȘtes prĂȘte Ă  transformer votre vision en rĂ©alitĂ© et Ă  faire partie d'un mouvement qui repousse les frontiĂšres du possible, laissez-vous guider par l'exemple de Claude Khali. Ensemble, nous pouvons construire un avenir oĂč l'innovation, le leadership et l'impact social s'entremĂȘlent pour crĂ©er un monde oĂč chacun et chacune a la possibilitĂ© de briller. 🚀💡


Hébergé par Ausha. Visitez ausha.co/politique-de-confidentialite pour plus d'informations.

Transcription

  • Speaker #0

    Sous-titrage ST'501

  • Speaker #1

    Sous-titrage Société Radio-Canada Bonjour Claude, comment vas-tu ? Fais voyager ton entreprise, le podcast commandité par Voyages déductibles, qui organise des voyages formation en immersion. Si tu aimes le podcast, je t'invite à le partager et à le commenter sur ma chaßne YouTube du podcast Fais voyager ton entreprise. Merci de faire partie de mon univers et c'est parti !

  • Speaker #0

    Bonjour, Lucie. Merci, merci. Ça va super bien. Ton Ă©nergie est vraiment contagieuse. Ça va trĂšs bien.

  • Speaker #1

    Excellent. En fait, je veux quand mĂȘme vous prĂ©senter Claude Cali, qui est une coach-mentor qui coach des... Est-ce que tu coaches juste des femmes, Claude ?

  • Speaker #0

    Moi, je coach les hommes aussi, mais vraiment sur les réseaux sociaux, je me concentre sur les femmes, mais je coach des leaders d'entreprises ici.

  • Speaker #1

    Ok, j'Ă©tais plus sĂ»re. Je n'osais pas dire que tu causais juste des peurs. Mais non, effectivement, on va parler justement de ton programme Ă  la fin. Mais je tenais Ă  te rencontrer, mĂȘme si tu m'as dit, Lucie, pas une grande voyageuse, moi. Elle a parlĂ© de voyage, pourtant. Mais parler de voyage, ce n'est pas juste de prendre un avion et d'aller Ă  l'extĂ©rieur du pays. Ça peut ĂȘtre de voyager dans le pays, de voyager dans le QuĂ©bec. Donc, dis-moi, Claude, si je te pose la question, quel a Ă©tĂ© ton plus beau voyage ? Qu'est-ce que tu nous rĂ©ponds ?

  • Speaker #0

    Écoute, je suis une grande voyageuse personnelle, mais moi, je parlais des retraites, des retraites. Donc, je suis une trùs grande voyageuse personnelle, j'adore le voyage. Je vais te parler de deux voyages.

  • Speaker #1

    Le premier,

  • Speaker #0

    d'un voyage trĂšs personnel quand j'Ă©tais jeune avec mes parents. Donc, on est parti Ă  Chypre. Moi, je viens du Liban. On est parti Ă  Chypre pendant un mois. C'Ă©tait un des plus beaux voyages de ma vie. Et le deuxiĂšme, c'est quand moi, j'ai crĂ©Ă©... Une demi-journĂ©e de retraite avec des personnes qui sont dans mon monde Ă  moi et on a voyagĂ©, on Ă©tait au QuĂ©bec, mais c'est un voyage au niveau spirituel, Ă©motionnel, physique. Ça a Ă©tĂ© vraiment une purification. Ces deux voyages-lĂ  m'ont marquĂ©e beaucoup, beaucoup.

  • Speaker #1

    Ok, parfait. Parlons du premier. Pourquoi ce voyage-là ? PremiÚrement, quel ùge avais-tu ? Et pourquoi ce voyage-là en particulier te reste marqué aujourd'hui pour toi ?

  • Speaker #0

    J'avais 7 ans. Ça vibre encore Ă  l'intĂ©rieur de moi. Quand j'Ă©tais jeune, ce n'Ă©tait pas dans la culture de voyager beaucoup. Et Ă  un moment donnĂ©, la guerre a Ă©clatĂ©, la guerre civile, et ma mĂšre Ă©tait Ă  l'extĂ©rieur du pays, et mon pĂšre est allĂ© la rejoindre. Et lĂ , les aĂ©roports allaient fermer. Et lĂ , mon pĂšre a dit Ă  mon oncle, AmĂšne les enfants Ă  Chypre, on va passer un mois ensemble. Et moi, je suis habituĂ©e, mon pĂšre, c'Ă©tait un workaholic, il travaillait beaucoup, beaucoup, beaucoup. Ma mĂšre, c'Ă©tait une femme au foyer, mais elle s'occupait des enfants, mais c'Ă©tait pas Ă©motionnellement connectĂ©. Mais lĂ , on avait un mois. On se contente. que tout s'est arrĂȘtĂ©. Moi, je suis une relationnelle. Moi, j'ai besoin de connecter, j'ai besoin d'ĂȘtre connectĂ©e. Jacques, nous, on est cinq enfants et j'Ă©tais avec mes parents et c'Ă©tait la Donchevite. Tu sais, quand tu passes un mois Ă  juste te prĂ©lancer, oĂč mes parents Ă©taient trĂšs connectĂ©s, connectĂ©s Ă  nous, et j'ai des souvenirs tellement vifs de ce voyage-lĂ . MĂȘme si tu parles Ă  mes soeurs et mon frĂšre, on a tous vĂ©cu un voyage extraordinaire. C'est marquĂ© dans mes souvenirs Ă  jamais, ce voyage-lĂ . CrĂ©er chez moi tout ce que j'ai voulu crĂ©er avec mes filles, Ă  moi aussi, dans ma famille. Les voyages que j'ai fait avec mes filles, mes filles sont exceptionnelles, mais celui-lĂ , c'Ă©tait la racine de crĂ©er des voyages exceptionnels avec mes propres filles, mon conjoint, ma famille Ă©galement. Mais celui-lĂ , ça a Ă©tĂ© comme la flamme. La flamme dĂ©butait le tout. le goĂ»t, je me rappelle des odeurs je me rappelle de ce qu'on mangeait je me rappelle des Ă©motions que je vivais c'est Ă©tonnant et si justement je te demande quelle odeur ça a la chip pour toi c'est l'air salin c'est l'air salin j'Ă©tais tellement prĂ©sente tu sais quand des fois tu fais des voyages puis t'as peur que ça se termine tu penses Ă  demain, tu penses au retour t'es comme pas lĂ , moi j'Ă©tais tellement lĂ  c'Ă©tait euphorique les odeurs de la nourriture les odeurs des grillades qu'il faisait les odeurs de la crĂšme solaire les odeurs du shampoing qu'on utilisait qui Ă©tait diffĂ©rent du liban donc comme ça j'Ă©tais imprĂ©gnĂ©e dans ma mĂ©moire la crĂšme glacĂ©e qu'on prenait le soir le sable, l'eau salĂ©e les grillades de poisson qu'on mangeait c'Ă©tait, je te le dis lĂ , encore aujourd'hui ça vibre Ă  la con

  • Speaker #1

    Dis-moi, qu'est-ce que ça a changé ? On retourne au Liban aprÚs ce mois-là. Qu'est-ce que ça a changé, le avant et le aprÚs ?

  • Speaker #0

    J'ai goĂ»tĂ© Ă  quelque chose que j'ai dĂ©sirĂ© reproduire toute ma vie. Donc, c'est devenu comme un... un guideline, un minimum pour moi de dĂ©crocher rĂ©guliĂšrement. C'Ă©tait la seule fois que je me sentais vraiment en sĂ©curitĂ© avec mes parents. Parce qu'au Liban, bon, il y avait la guerre, mais il y avait aussi une famille trĂšs dysfonctionnelle. Donc, c'Ă©tait un moment oĂč je voyais mes parents ensemble, avec eux, mais avec nous Ă©galement. Et donc, c'est devenu comme un minimum pour moi. Moi, c'est comme ça que je veux vivre ma vie. C'est le genre de relation que je veux. C'est le genre de relation avec mes enfants, avec un conjoint, avec la vie. Ça a crĂ©Ă© rĂ©ellement la Claude d'aujourd'hui. Et la vie que j'ai aujourd'hui, c'est calquĂ© sur ce voyage-lĂ .

  • Speaker #1

    C'est trĂšs imprĂ©gnant. Oui. Oui. Tu sais, quand on fait des voyages immersifs, j'essaie d'expliquer aux gens que des fois, mĂȘme en sept jours, on vit ces transformations-lĂ . On vit ce changement-lĂ . Puis les gens ont de la difficultĂ© Ă  rĂ©aliser. quel point, puis ils font comme juste 7 jours, juste 7 jours, je peux comprendre ce que tu nous dis, moi, c'est comme vraiment extraordinaire, on a le temps de savourer, on a le temps de vraiment le vivre et d'arriver Ă  ce point-lĂ . Qu'est-ce que ça a changĂ© pour tes parents ?

  • Speaker #0

    Pour mes parents, je pense que ça a crĂ©Ă© aussi une connexion. Mes parents, aujourd'hui, ne sont plus ensemble, mais quand on leur en parle, C'est comme si, tu sais, parfois, la perception, on a tous des perceptions diffĂ©rentes d'une rĂ©alitĂ©. Chacun a sa rĂ©alitĂ©. Mais ce voyage, on a tous la mĂȘme perception et la mĂȘme rĂ©alitĂ©. Mais c'est incroyable parce que, tu sais, j'ai regardĂ© un peu tes questions avant et tout ça, puis je me suis dit, la premiĂšre chose sans mĂȘme y penser, c'Ă©tait Chypre. Pour moi, c'est Chypre. Et ça a crĂ©Ă© quelque chose dans la relation de mes parents oĂč je pense qu'ils Ă©taient tous les deux Ă  la recherche de revenir lĂ . ce n'Ă©tait pas possible. Mais quand on en parle encore aujourd'hui, les deux sont d'accord que ça a Ă©tĂ© un moment charmiĂšre dans leur propre vie.

  • Speaker #1

    Dans leur propre vie, de ce qu'ils veulent vivre, de comment ils veulent vivre, mĂȘme si c'est plus ensemble, c'est comme Ă  la recherche d'eux. Parce qu'effectivement, quand on vit ça de façon intensĂ©ment comme ça, oĂč est-ce qu'on est, ce que moi j'appelle dans une bulle de sĂ©curitĂ©, dans une bulle oĂč est-ce que... tout est possible dans cette bulle-lĂ , puis on peut ĂȘtre vulnĂ©rable, puis on peut se dire les vraies affaires, puis on peut aller en profondeur. Donc, quand on vit cette bulle-lĂ , c'est ça qui amĂšne une transformation humaine, je crois.

  • Speaker #0

    C'est incroyable aussi, quand tu dis ça, la sĂ©curitĂ© pour pouvoir ĂȘtre vulnĂ©rable, et tu me fais penser. Mon pĂšre est un homme trĂšs affectueux, mais il pouvait ĂȘtre violent dans ses paroles, dans... Il pouvait vraiment s'Ă©nerver rapidement. Et je me souviens trĂšs bien, on Ă©tait assis Ă  la plage en fin de journĂ©e, quand le soleil commence Ă  descendre, puis lĂ , on commençait Ă  ranger, tout ça. Mon pĂšre Ă©tait derriĂšre moi, puis il me prenait dans ses bras, puis j'Ă©tais capable de l'urbaniser trĂšs jeune. J'ai dit, Papa, quand tu te fĂąches, j'aime vraiment pas ça, ça me fait peur. Mais j'avais jamais osĂ© le dire avant. Mais je sentais un safe space. Je sais. une sĂ©curitĂ© oĂč il est parti Ă  rire, puis il m'a tenu fort, puis il dit, Je vais faire attention la prochaine fois. Est-ce que ça a rĂ©ellement changĂ© quelque chose ? Peut-ĂȘtre. Mais ce moment-lĂ , ça a changĂ© que moi, j'ai Ă©tĂ© capable de verbaliser quelque chose et de me mettre vulnĂ©rable en sĂ©curitĂ©.

  • Speaker #1

    Oui, oui. Et je le vis quand on vit des groupes, parce que c'est l'espace que je donne en fait Ă  mes coachs de pouvoir aller jouer dans ce 5 %-lĂ , que les gens ne disent pas Ă  personne, mais qui empĂȘche souvent un entrepreneur de dormir. Mais qui ne peut pas parler Ă  son conjoint, il ne peut pas parler Ă  ses employĂ©s ou Ă  ses clients. Mais quand on va jouer dans ce 5 %-lĂ , puis qu'on va parler des vrais problĂšmes, juste le fait d'en parler, comme tu dis, c'est dĂ©jĂ  un changement. C'est dĂ©jĂ  un soulagement de dire Ah, je ne suis pas toute seule Tout le monde. Tout le monde vit ça comme ça. Je suis sĂ»re que tes frĂšres et soeurs vivaient la mĂȘme chose que toi, mais d'ĂȘtre capable de verbaliser et de dire Hey, j'aime pas ça d'avoir la constance aprĂšs ça que les autres vivent ça quand nous, on le fait, ça aussi, c'est Ă©norme. En tout cas, c'est wow, vraiment.

  • Speaker #0

    Notre voix est importante. Ce que j'ai Ă  dire est important. Ce que j'ai Ă ... Je t'en parle parce que... Moi, je le dis souvent dans ma communautĂ©, moi, j'ai souffert d'un mutisme sĂ©lectif. Ça veut dire que quand je ne me sentais pas en sĂ©curitĂ©, je ne parlais pas. Et donc, d'ĂȘtre capable de sortir ça, d'avoir la gorge dĂ©ployĂ©e et de sentir que je suis correct, I'll be OK en le disant, je ne recevrai pas une baffe ou je ne recevrai pas une... Ça, c'est chaque femme, chaque homme, que ce soit entrepreneur ou n'importe qui, d'ĂȘtre capable de sentir que je peux tout dire, je peux verbaliser. de crĂ©er ces bulles-lĂ  de sĂ©curitĂ©. C'Ă©tait dans le deuxiĂšme voyage, j'ai fait une retraite ici au QuĂ©bec, et ça a Ă©tĂ© vraiment une bulle de sĂ©curitĂ© oĂč on a pu Ă©changer et on a pu vraiment dire des choses qu'on n'avait jamais osĂ© dire auparavant.

  • Speaker #1

    Exact. Et c'est ce que j'aime le plus, moi, dans les voyages immersifs. C'est cette bulle-lĂ  qui est crĂ©Ă©e et ce qui se vit Ă  l'intĂ©rieur de ça. On fait souvent des jokes quand on s'en va en voyage. Bon, mais ce qui se passe au Mexique ? ArrĂȘte au Mexique ! Mais tu sais, c'est parce que souvent, il va y avoir des jokes grivoises, il va y avoir des affaires. Mais lĂ , on ne parle pas de ça. On ne parle pas de Non, ce qui se passe lĂ  est quelque chose de puissant, quelque chose de fort, quelque chose d'intense. qui fait que, mon Dieu, lĂ , je me vois pour la premiĂšre fois et j'ai une voix, comme tu dis, pour la premiĂšre fois. Puis cette voix-lĂ , puis le fait que je puisse le dire, puis que personne ne me juge, puis que je me rends compte que finalement, les autres aussi sont comme moi, bien, ça fait toute la diffĂ©rence de, mon Dieu, est-ce que je veux encore ça ? Est-ce que je veux continuer comme ça ? Et ça crĂ©e la transformation parce qu'il y a une grosse crise de conscience. En fait, c'est comme si on leur mettait un miroir en avant d'eux quand ils disaient, bien, Ă©coute, c'est ça ta rĂ©alitĂ©, mais elle peut changer.

  • Speaker #0

    Right ?

  • Speaker #1

    on peut t'aider.

  • Speaker #0

    Et Lucie, c'est fou parce que je vais donner un exemple tellement concret sur quand on dit les vraies choses.

  • Speaker #1

    Oui.

  • Speaker #0

    La pensĂ©e, elle a une frĂ©quence vibratoire. L'Ă©motion, elle a une frĂ©quence vibratoire. Le son a une frĂ©quence vibratoire. Imaginez, ressentez, vous ĂȘtes follement amoureuse de quelqu'un, OK ? De le dire Ă  l'intĂ©rieur, je l'aime, je l'aime, je l'aime, mais de oser le dire. Regardez la diffĂ©rence. De dire Ă  quelqu'un, je t'aime, ou de le penser. C'est deux frĂ©quences complĂštement diffĂ©rentes. Imaginez la vulnĂ©rabilitĂ© de dire Ă  quelqu'un je t'aime il ne sait pas, puis tu viens pour lui dire ou de le penser et de le ressentir. C'est trois frĂ©quences vibratoires complĂštement diffĂ©rentes qui crĂ©ent un shift complĂštement diffĂ©rent. Donc, dans cet espace sĂ©cure, lorsque je verbalise, je viens d'envoyer une frĂ©quence. comme un wifi Ă  l'univers oĂč ce qu'il sera entendu, reconnu, validĂ© trĂšs diffĂ©remment d'une pensĂ©e ou d'une Ă©motion.

  • Speaker #1

    Donc, l'importance de le dire et pas juste de le dire, de le faire et de le penser, il faut que ça soit courant. C'est un peu ça que tu dois enseigner. L'enlignement, le fameux enlignement qu'on dit, c'est quoi l'enlignement ? Des rationnels comme moi qui disent EnlignĂ©, je suis oĂč je m'en vais. Mais non, c'est un peu ça. C'est ce que tu penses, c'est ce que tu vis, c'est ce que tu dis.

  • Speaker #0

    C'est exact. Mais ça, ce que ça fait, c'est que tu envoies comme un signal Wi-Fi, pas de parasite. Parce que je dis, j'ai envie de ça, j'aimerais donc bien. LĂ , j'ai peur, c'est que je ne le sais pas. Puis lĂ , je ne le dis pas, puis je ressens quelque chose d'autre. Donc, il y a une frĂ©quence parasitante. Et tes clients, ton conjoint, ta conjointe, tes enfants ne comprennent pas ton message. Lorsque tu es en cohĂ©rence, ce que tu penses, ce que tu dis, ce que tu fais, ce que tu ressens, ce que tu vibres est complĂštement alignĂ©. C'est lĂ  qu'on devient magnĂ©tique et on vit des choses antiques dans notre vie. Le succĂšs et l'abondance se passent ici avant mĂȘme l'action.

  • Speaker #1

    Wow ! Donc, ce que tu nous dis, puis tu sais, c'est pas facile, on va se le dire, d'avoir cette cohérence-là à tous les niveaux. J'ai beau vouloir dire, moi, je veux devenir millionnaire.

  • Speaker #0

    Oui, oui.

  • Speaker #1

    Tout le monde veut devenir millionnaire. Il y a personne qui a dit, je veux devenir potentier, lĂ , on s'entend, lĂ . Mais entre dire, je veux devenir millionnaire, d'avoir cette cohĂ©rence-lĂ , de dire, comment je vais y parvenir, puis qu'est-ce que je fais, c'est quelque chose qui m'allume, c'est quelque chose
 Tu sais, moi, j'ai toujours dit, tu sais, parle-moi pas, parle, voyons, ne me parle pas Ă  parler de voyage. C'est merci, vous n'arrivez plus. Tu sais, comme tu sais, la fille est plus que cohĂ©rente Ă  d'abord. Mais bon, c'est pas ça.

  • Speaker #0

    Mais pour devenir, tu sais, quelqu'un qui dit, je veux devenir millionnaire, OK ? Moi, ce que j'apprends les gens, c'est à amener des pensées et des paroles que ton cerveau croit. Par exemple, je suis en train de bùtir une entreprise qui va générer des revenus et des millions. Je suis en train de bùtir. C'est trÚs différent de j'ai une entreprise de millions C'est comme tu regardes ton cerveau et comme mais non, tu ne l'as pas Fait que tu es dans un conflit. Je suis en train de bùtir. Je suis en train d'apprendre des techniques. Je suis en train de devenir. C'est trÚs, trÚs, trÚs cohérent avec chaque étape que tu fais au lieu de dire je vis dans des millions C'est comme mais non, tu ne l'as pas

  • Speaker #1

    Non

  • Speaker #0

    Ou je suis pauvre. Bien non, ce n'est pas vrai que tu n'es pas pauvre. Non, non plus. Donc, c'est lĂ  la cohĂ©rence, c'est dans notre langage, notre vibration, notre frĂ©quence, d'oĂč le succĂšs. Le succĂšs, c'est quoi ? C'est que je bĂątis une entreprise Ă  succĂšs. Ce n'est pas un lancement, une retraite, parce que peut-ĂȘtre il n'y a pas eu assez d'inscriptions que je n'ai pas de succĂšs. Attends une minute.

  • Speaker #1

    Un succĂšs pareil. C'est lĂ .

  • Speaker #0

    Exact.

  • Speaker #1

    Peu importe le succĂšs. Oui, tout Ă  fait. Juste le fait de l'avoir fait, juste le fait d'avoir cru, juste le fait d'avoir vibrĂ©, ça en est un, un succĂšs. Mais reconnaĂźtre ça, lui-mĂȘme, malheureusement, va avoir ce qu'on appelle le succĂšs instantanĂ©. Je fais une action, puis il est oĂč le rĂ©sultat ? Il cherche le rĂ©sultat instantanĂ©. Ça, c'est bon. Oui, c'est ça. Moi, Ă©coute, ça fait 30 ans que je prĂŽne l'amĂ©lioration continue Ă  1 par jour, 15 minutes par jour. J'adore. 15 minutes par jour, tous les jours, depuis 30 ans. Tout le monde me demande aujourd'hui, Lucie, je ne comprends pas comment tu fais pour faire tout ce que tu fais. Bien oui, mais c'est parce que j'ai amĂ©liorĂ© par-dessus l'amĂ©lioration, par-dessus l'amĂ©lioration. Donc, je ne suis plus juste efficace. Je suis efficace, je suis efficiente. Mais je suis efficiente par-dessus l'efficience. Tu comprends ?

  • Speaker #0

    C'est de l'intĂ©rĂȘt composĂ©. C'est de l'intĂ©rĂȘt composĂ© comme dans un portefeuille. Lorsque tu investis, tu es revenu, tu es revenu, tu es revenu. Mais Ă  un moment donnĂ©, ça devient abondance. Et c'est la mĂȘme chose parce que quelqu'un qui ne fait pas ce que tu fais, le 2 le 5 le 10 mais dans le fond, il en fait moins ou il en fait zĂ©ro. Qu'est-ce que ça fait ? Ça confirme un pattern de non-succĂšs. Ça confirme un pattern d'Ă©chec. Chaque jour que tu ne fais pas ce que tu aimerais faire, dire, penser, vibrer, tu reconfirme. on Ă©chec. C'est lĂ  que les gens ne comprennent pas. C'est des intĂ©rĂȘts composĂ©s inverses. Tu t'enlises dans un chemin neuronal de pauvretĂ©, de manque de succĂšs. C'est vrai que les gens, lorsqu'ils comprennent ça, mĂȘme juste faire un stop Ă  une pensĂ©e nĂ©gative, c'est extrĂȘmement positif. MĂȘme si tu ne t'en vas mĂȘme pas dans la pensĂ©e bienveillante, juste faire un stop. Ce que ça fait, c'est que tu t'enlises plus dans du sable mouvant et tu ne reconfirme plus tes schĂ©mas du passĂ©. L'ego veut de l'instantanĂ© parce qu'il est habituĂ© et il a grandi Ă  la performance. Et non, et non Ă  ĂȘtre reconnu et validĂ© pour qui on est. Mais rĂ©sultat, l'Ă©chelle. Ă©chec, rĂ©ussite, Ă©chec, rĂ©ussite. Moi, je rĂ©ussis Ă  tous les jours. Tous les jours,

  • Speaker #1

    je rĂ©ussis. Absolument, moi aussi. C'est comme on dit, quand on est, entre parenthĂšses, notre X, ça veut dire qu'on est en cohĂ©rence avec tout ce qu'on doit ĂȘtre, notre pensĂ©e, notre ci, notre ça. On attire les gens parce qu'on est justement les gens qui disent, je veux la suivre, mon Dieu, c'est comme un modĂšle, c'est le jeu. Tu sais, les gens, moi, ils me disent tout le temps, c'est ainsi, nous, si on te parle, je veux ça, je veux en faire un voyage. Merci, tu sais, c'est comme...

  • Speaker #0

    C'est le Wi-Fi.

  • Speaker #1

    Oui, oui.

  • Speaker #0

    C'est un parasite. Mais toi, quand t'es chez toi, t'es comme, mon Dieu, mon Wi-Fi fonctionne pas, c'est parce que t'as dĂ©passĂ©. Tu t'Ă©loignes de ton vortex, de ton alignement. AussitĂŽt que tu t'Ă©loignes, il faut juste te ramener. Ça veut pas dire que je m'Ă©loigne jamais, hein. Ça peut venir des journĂ©es oĂč je suis loin, pis je suis comme, oh ! Oh my God ! Comment je suis rendue lĂ  ? Fait que lĂ , je retourne dans ma lumiĂšre.

  • Speaker #1

    On a le droit de s'Ă©loigner, Claude.

  • Speaker #0

    Oh mon Dieu ! Des fois, je suis Ă  genoux et je braille dans mon lit. Je suis comme, attends une minute.

  • Speaker #1

    JĂ©sus, c'est moi.

  • Speaker #0

    J'accueille mon vortex et j'accueille ses Ă©motions. Des fois, je suis dans la victimite et j'ai encore le goĂ»t d'ĂȘtre dans la victimite. Juste un petit peu encore. Ça fait du bien. J'ai fini.

  • Speaker #1

    Moi, c'est toujours ça. On a le droit à 5 minutes par jour.

  • Speaker #0

    C'est fini.

  • Speaker #1

    AprĂšs ça, c'est fini. On retourne dans le positif, on retourne dans notre lumiĂšre. Mais parle-moi, si on revient justement Ă  la retraite que tu as faite. C'Ă©tait une retraite de quelques jours, mais Ă©coute, les transformations que tu as dĂ» vivre avec tes participants, ça doit ĂȘtre extrĂȘmement difficile.

  • Speaker #0

    Oui. Puis mĂȘme une retraite d'une demi-journĂ©e, parce que je veux te parler vraiment de diffĂ©rentes retraites. J'avais fait une qui s'appelait l'expansion de l'ĂȘtre, OK ? C'Ă©tait... Des femmes qui avaient envie de vivre une purification de leur champ de conscience vont vraiment s'Ă©lever. On Ă©tait dans un spot, un lieu vulnĂ©rable oĂč on se confinait en costume de bain, oĂč on se confinait presque Ă  la mue, tu comprends ? Et les messages que j'ai entendus de ces femmes, les moments de purification, d'Ă©change, de sĂ©curitĂ© qu'on a vĂ©cu ensemble. Ă©tait out of this world. Pourquoi ? Parce qu'on arrive avec toute notre vulnĂ©rabilitĂ©, mais on le sait qu'on est tous comme ça.

  • Speaker #1

    Exact. Exact.

  • Speaker #0

    Tout comme ça. Ça a crĂ©Ă©... C'est fou les amitiĂ©s, premiĂšrement, qui se sont crĂ©Ă©es Ă  travers elle. C'est trĂšs plat. La vibration, la frĂ©quence, on a pris notre temps. Parce qu'une formation, on ne passe pas une journĂ©e complĂšte ensemble ou trois jours ensemble. Une formation en ligne, c'est une heure, une heure et demie,

  • Speaker #1

    deux heures.

  • Speaker #0

    LĂ , ça a Ă©tĂ©... MĂȘme le lunch, qu'on Ă©tait assis, je me suis dit, bon, les filles vont peut-ĂȘtre se disperser. Non, non, non ! Elles Ă©taient toutes ensemble !

  • Speaker #1

    Ah bon, ouais !

  • Speaker #0

    L'Ă©nergie avait switchĂ© pendant le lunch, il y avait moins d'Ă©nergie comme ça, puis lĂ , c'est devenu comme excitant. AprĂšs ça, l'aprĂšs-midi, on est descendus vers la riviĂšre, et j'en ai plusieurs qui m'ont dit, Non, je me demandais... comment j'allais me prĂ©senter en maillot devant toutes ces femmes. Et lĂ , je pars avec une fiertĂ© de mon corps, une fiertĂ© d'ĂȘtre femme, une fiertĂ© de dire, Hey, je suis tout ce que je suis. Mon corps est mon ami. Mon corps est lĂ  pour moi. C'est incroyable. Jusqu'Ă  aujourd'hui, les gens me demandent, C'est quand le prochain ? Hey, Guillaume,

  • Speaker #1

    tu vas faire ce qu'on fait aujourd'hui ?

  • Speaker #0

    On est prĂȘtes,

  • Speaker #1

    on est prĂȘtes !

  • Speaker #0

    Pourquoi j'ai pas fait beaucoup, beaucoup de retraites à l'étranger ? Parce que je suis mÚre, mon parentant, mes filles étaient jeunes. Pour moi, mon temps avec les filles, c'est que je partais en voyage avec les autres. Et là que mes filles sont un peu plus vieilles, là, ça commence à chicoter la croix de la grande voyageuse en moi. Et je sais que ça peut créer des vrais chiffres.

  • Speaker #1

    Ah oui, absolument.

  • Speaker #0

    Pourquoi ça crĂ©e des chiffres ? Parce que ce n'est pas juste, comme tu l'as dit au dĂ©but, au niveau conscient, mais c'est au niveau cellulaire qu'il y a une activation de choses que tu ne pensais mĂȘme pas ressentir et vivre.

  • Speaker #1

    Absolument, absolument. Écoute, moi, j'ai le bonheur de vivre ça avec des coachs diffĂ©rents. Et c'est ça que je disais, j'ai plein de coachs qui m'apprennent plein d'affaires. Tu sais, derniĂšrement, tu allais faire, justement, au Mexique, tu allais faire une activitĂ© de thĂ© mascal. Moi, je ne connais pas ça. Ce n'est pas de mon domaine. Le wellness, ce n'est pas ce que je fais dans la vie. Je comprends. Moi, je suis toute la compagne financiĂšrement avec On est ailleurs. Puis, je veux dire, juste de vivre ça, ça a Ă©tĂ© comme, OK, wow ! OK, je comprends plus d'affaires. Tu sais, c'est comme, hey, tu te refonds en toi, puis tu te fais comme, OK, je ne l'ai pas vĂ©cu tout seul. On Ă©tait plusieurs. Ah, on Ă©tait... C'est vrai que... Pour moi, ça, ces immersions-lĂ , d'avoir le temps d'ĂȘtre avec la coach pendant une semaine, c'est puissant. Une demi-journĂ©e, une journĂ©e, imagine. Oui, imagine. C'est tellement, tellement agrĂ©able. Dis-moi, tu l'as dit, on se fait des amis, on se fait des partenaires dans ce moment-lĂ . Mais toi, du cĂŽtĂ© de la coach qui accompagne ces gens-lĂ  et qui voit ces transformations-lĂ , mĂȘme aujourd'hui, autant de l'avoir vĂ©cu Ă  l'Ăąge de 7 ans et d'avoir dit je veux refaire ça dans ma vie que de l'avoir fait pour d'autres. Aujourd'hui, quand tu en parles, tu rĂ©alises quoi par rapport Ă  ton rĂŽle de coach ?

  • Speaker #0

    Je rĂ©alise Ă  quel point on a une responsabilitĂ© de contribuer lorsqu'on sait quelque chose. Lorsque je sais ce que je sais. Je ne peux pas le garder pour moi. Tu vois, ça vibre Ă  l'intĂ©rieur de moi. Il y a une puissance dans le connectif. Je suis moins ici pour expĂ©rimenter ma vie sur Terre, mais pour impacter et influencer. Et j'ai eu un grand impact dans ma vie de ma grand-mĂšre qui n'est plus avec nous ici dans ce monde, mais qui a encore un impact sur moi. Alors, j'ai dĂ©cidĂ© un jour consciemment de partager toutes mes connaissances, tout ce que j'ai appris dans la vie Ă  mes enfants. et Ă  mes clientes et Ă  mes amis pour qui veulent l'entendre. Je n'impose absolument rien. Mais j'ai une responsabilitĂ© sur cette terre de donner au suivant, de lĂ©guer. Je n'ai pas vu un chemin qui est le mien, mais si je peux Ă©clairer le chemin de quelqu'un d'autre, quelqu'un d'autre va Ă©clairer le chemin de quelqu'un d'autre, parce que mon collectif comme humanitĂ© contribue Ă  la conscience de la terre, Ă  Ă©lever la conscience de la terre. Et lorsque on est dans le collectif, il y a un impact majeur. Ça a Ă©tĂ© mĂȘme Ă©tudiĂ© scientifiquement. Je peux te dire, je viens d'un pays de guerre et il y a eu des priĂšres collectives Ă  des moments, pas des priĂšres qui sont reliĂ©es Ă  une religion, des priĂšres vraiment dans la paix, des priĂšres de paix. Et il y avait des bombardements au Liban, il y avait des voitures piĂ©gĂ©es, il y avait beaucoup de choses qui se passaient. Et les journĂ©es, ils ont analysĂ© Ă  plusieurs journĂ©es. Dans le monde, il y a eu des journĂ©es de priĂšre collective. Ces journĂ©es-lĂ , il y a eu moins de bombardements, de blessĂ©s, de dĂ©chets. C'est puissant, le collectif. Donc, si je peux le faire, sois certaine que Claude Canil va le faire. parce que j'ai une responsabilitĂ©. Écoute,

  • Speaker #1

    je te comprends tellement parce que j'ai exactement le mĂȘme langage. Tu sais, quand je rencontre des causes parce qu'on va se le dire, souvent les femmes ont plus peur, ont plus peur de l'inconnu ou de le faire. Moi, je ne suis pas dans ce style-lĂ . Moi, j'ai moins peur que d'autres, mettons. Puis je leur dis, j'ai Ă©coutĂ©, vous avez quelque chose Ă  dire, puis ça, c'est important. C'est important de le... C'est important de le dire, c'est important de le partager. Je vais vous aider, je vais vous aider Ă  le partager. Écoute, petite histoire. En 2018, quand j'ai quittĂ© le domaine financier et que j'ai vendu mes 800 clients, j'ai demandĂ© Ă  l'univers, j'aimerais ça aider encore plus de clients dans ma nouvelle business que je n'avais aucune idĂ©e que ça ferait quoi. À ce moment-lĂ . C'est comme, je quitte les finances, mais je ne sais pas ce que je vais faire, mais je veux aider plus de monde. LĂ , je me disais, Lucie. Comment tu vas faire pour aider plus que 800 clients ? C'est comme... T'imagines ! Aujourd'hui, en faisant du rĂ©alisable il y a quelques annĂ©es, quand justement Voyages Ă©dutibles est parti et tout ça, j'ai rĂ©alisĂ© que c'est en aidant des coachs comme toi... Ă  rayonner plus et Ă  faire aider plus de gens que j'aidais plus de gens. Tu comprends ? Que ce soit moi, que j'allais aider mille personnes moi-mĂȘme, mais que tous ensemble, dans ce fameux collectif-lĂ , on allait faire la diffĂ©rence. Puis on le sait, en humanitĂ©, moi je dis tout le temps, on est Ă  minuit moins cinq. Donc, lĂ , on a cette, je pense, cette... on doit porter ça. On doit porter nos messages. On doit Ă©lever les gens. On doit leur faire vivre ces scientifiques-lĂ . On doit ĂȘtre lĂ  pour eux. Puis je suis tellement d'accord avec toi.

  • Speaker #0

    On aurait aussi toutes celles qui ont pavĂ© le chemin pour nous et on en profite aujourd'hui. Donc, j'ai un rĂŽle Ă  lĂ©guer aux autres. Et d'avoir peur, c'est normal. Le courage, c'est d'avancer malgrĂ© la peur. Et la peur, elle n'est pas juste lĂ  en train de me dire t'as peur, t'as peur Moi, ce que je fais, c'est que la peur, je n'accueille Merci d'ĂȘtre prĂ©sente et de m'alerter, mais je suis tellement plus grande. Et je sais oĂč est-ce que je m'en vais. Je fais confiance Ă  mon instinct. Je fais confiance aux gens, aux synchronicitĂ©s. Je fais confiance Ă  ma capacitĂ© de me relever. Donc, je travaille avec la peur et non sans la peur ou que la peur prenne tout l'espace. Parce qu'il y en a beaucoup qui ignorent la peur. Elle est nĂ©cessaire. Elle m'alerte de quelque chose. On est quand mĂȘme des humains. Puis, tu as mis un doigt sur les femmes qui ont plus peur. Et ça vient vraiment de l'instinct. Les hommes, c'Ă©tait ceux qui nous protĂ©geaient. C'Ă©tait ceux qui partaient Ă  la chasse. Nous, on restait derriĂšre pour vraiment protĂ©ger les enfants. Donc, faire face Ă  la peur, ça fait partie de notre ADN parce que les hommes partaient souvent. Alors, ils se retrouvaient beaucoup Ă  vouloir protĂ©ger les nĂŽtres. Donc, ça fait partie de nous apprivoiser ça comme juste un instinct. C'est un instinct, mais aujourd'hui, on est plus avancĂ©. On est civilisĂ©. Donc, oui, ça fait partie de mon cerveau reptilien. mais en mĂȘme temps, je suis ici pour avancer et vraiment trouver les façons de faire et m'entourer de gens comme Claude, comme Lucie, comme plein de gens qui peuvent m'inspirer Ă  avancer.

  • Speaker #1

    Tout Ă  fait. Écoute, je pense qu'on pourrait en parler, Claude, pendant des heures et des temps. Vraiment. Dis-moi, si je te disais ton voyage de rĂȘve dans le futur, ça serait quoi ?

  • Speaker #0

    J'ai vraiment envie de faire vivre des techniques non conventionnelles aux femmes parce que je dĂ©couvre depuis les cinq derniĂšres annĂ©es des techniques exceptionnelles. Parce qu'on ne croyait pas au niveau scientifique que ça pouvait faire une diffĂ©rence. Et mon cerveau avait besoin d'aller plus loin. Donc j'ai commencĂ© Ă  chercher les preuves de pourquoi ça fonctionne. J'ai besoin de comprendre le pourquoi du comment. Et lĂ  je suis rentrĂ©e dans plein, plein, plein d'outils qui sont exceptionnels et je les pratique moi-mĂȘme. Et ça a crĂ©Ă© des chiffres dans ma vie, des sauts quantiques dans ma vie, ce qui m'a permis de tripler les revenus de mon entreprise, ce qui m'a permis d'avoir la relation amoureuse de mes rĂȘves, ce qui m'a permis d'avoir une relation exceptionnelle avec mes enfants. Et donc, j'ai envie d'avoir une retraite avec des femmes qui dĂ©sirent accĂ©der au quantique et jouer dans le quantique Ă  travers des outils et des solutions que vous ne croyez mĂȘme pas possibles. Alors c'est ça un voyage de rĂȘve. Et c'est de se laisser aller dans cette expĂ©rience pour vivre toutes ces activations Ă©nergĂ©tiques parce que c'est fou ce que notre cerveau crĂ©atif, notre cerveau Einstein peut crĂ©er. Vous n'avez aucune idĂ©e de ce qu'on peut crĂ©er dans ce monde. Sous-titrage SociĂ©tĂ© Radio-Canada Ça me parle Ă©normĂ©ment de ce que tu dis. Je te le dis, j'ai la main levĂ©e. On vous tient au courant, on va te donner une date. Mais sinon, Claude, avant de vivre la retraite, oĂč est-ce que les gens peuvent te retrouver ?

  • Speaker #1

    Ils peuvent me retrouver sur le groupe du Womanship sur Facebook. Ils peuvent aussi me trouver sur claudecanine.com, mon site. Le Womanship, pour moi, c'est... de vraiment dĂ©couvrir l'extraordinaire Ă  l'intĂ©rieur de nous, chaque femme qui dĂ©couvre l'exceptionnel, l'extraordinaire Ă  l'intĂ©rieur d'elle, pour vraiment transcender ses propres limites et inspirer les autres. Ça, c'est l'essence du womanship. Je travaille sur moi et j'impacte la vie des autres et j'avance. Alors, le womanship, c'est vraiment le succĂšs, l'abondance, l'alignement Ă©nergĂ©tique, l'alignement amoureux, l'alignement de prospĂ©ritĂ© et c'est l'essence de tout ce que je fais. Vous serez les bienvenus dans ce groupe oĂč je parle de finances. Moi aussi, j'ai quittĂ© une carriĂšre en gestion de patrimoine, donc on a un background trĂšs, trĂšs similaire. J'ai quittĂ© il y a une quinzaine d'annĂ©es, puis depuis 12 ans, j'ai aidĂ© 5 000 femmes Ă  transcender leur histoire, au travail, Ă  vraiment reconnaĂźtre qui on est premiĂšrement, puis Ă  crĂ©er le succĂšs et l'abondance dans notre vie, parce que ce n'est pas juste parce qu'on le mĂ©rite, mais parce qu'on le dessine.

  • Speaker #0

    on le dĂ©cide et on le met c'est rĂ©glĂ© un grand merci Claude d'avoir Ă©tĂ© avec nous pour moi c'est une belle dĂ©couverte pour moi on s'est dĂ©couvert derniĂšrement, je ne te connaissais pas puis on a tout de suite connectĂ© parce que oui on vient du domaine financier oui on a un cĂŽtĂ© rationnel mais oui il n'y a pas que il n'y a pas que ça puis la prospĂ©ritĂ© ce n'est pas que des stratĂ©gies. Ce n'est pas que, comme tu dis, il y a de l'alignement, il y a des stratĂ©gies. Il y a plein de choses, c'est un paquet de choses. On est trĂšs complĂ©mentaires dans ce qu'on fait. Je te remercie infiniment d'avoir acceptĂ© l'invitation. Je remercie nos auditeurs d'avoir Ă©tĂ© avec nous jusqu'Ă  la fin. N'hĂ©sitez pas Ă  suivre Claude. On lance Ă  l'univers que peut-ĂȘtre on va vous annoncer une date voyage.

  • Speaker #1

    Merci pour ton invitation et merci Ă  tous ceux qui Ă©coutent ce podcast et on ne sait jamais.

  • Speaker #0

    Never know. On est de mĂȘme, nous autres. On les sent toujours en souffrance.

  • Speaker #1

    Exact.

  • Speaker #0

    À la semaine prochaine. Au revoir.

  • Speaker #2

    Au revoir. Merci.

Description

Rencontrez Claude Khali, une figure de proue dans le monde de l'innovation et du leadership, dont la vision et l'impact transcendent les normes établies. Claude est bien plus qu'une leader ; c'est une véritable agente de changement, une pionniÚre qui repousse constamment les limites de ce qui est possible, inspirant ceux et celles qui l'entourent à viser toujours plus haut.

Innovatrice Infatigable

Claude Khali est reconnue pour sa capacitĂ© Ă  identifier les opportunitĂ©s lĂ  oĂč d'autres voient des obstacles. Sa passion pour l'innovation l'a conduite Ă  dĂ©velopper des stratĂ©gies rĂ©volutionnaires qui ont transformĂ© des industries entiĂšres. Par son approche audacieuse et avant-gardiste, Claude dĂ©fie le statu quo, prouvant que la crĂ©ativitĂ© et la pensĂ©e novatrice sont les clĂ©s pour rĂ©soudre les dĂ©fis les plus complexes de notre Ă©poque.

Leadership Transformatif

Ce qui distingue Claude, c'est son style de leadership transformatif. Elle ne se contente pas de diriger par l'exemple ; elle équipe et habilite chaque membre de son équipe à devenir un leader dans son propre droit. Claude croit en la puissance de l'autonomie, encourageant l'innovation et l'excellence à tous les niveaux. Sous sa direction, des équipes diversifiées ont prospéré, dépassant leurs objectifs et réalisant des succÚs sans précédent.

Impact Social Profond

L'engagement de Claude Khali envers le changement positif dépasse le monde des affaires. Elle est activement impliquée dans des initiatives qui visent à créer un impact social durable, se concentrant sur l'éducation, la durabilité et l'égalité des chances. Claude est convaincue que le succÚs véritable est mesuré non seulement par les réalisations personnelles mais aussi par la capacité à contribuer à une société plus juste et plus verte.

Un Appel Ă  l'Action

Claude Khali est une source d'inspiration pour tous ceux et celles qui cherchent Ă  laisser une empreinte indĂ©lĂ©bile dans leur domaine et au-delĂ . Sa carriĂšre illustre brillamment comment la dĂ©termination, l'innovation et un leadership Ă©thique peuvent crĂ©er des vagues de changement positif. Pour celles et ceux qui aspirent Ă  faire la diffĂ©rence, Claude offre un modĂšle puissant : osez rĂȘver grand, prenez des risques calculĂ©s et engagez-vous passionnĂ©ment dans la quĂȘte d'un monde meilleur.

Rejoignez le Mouvement

Si vous ĂȘtes prĂȘte Ă  transformer votre vision en rĂ©alitĂ© et Ă  faire partie d'un mouvement qui repousse les frontiĂšres du possible, laissez-vous guider par l'exemple de Claude Khali. Ensemble, nous pouvons construire un avenir oĂč l'innovation, le leadership et l'impact social s'entremĂȘlent pour crĂ©er un monde oĂč chacun et chacune a la possibilitĂ© de briller. 🚀💡


Hébergé par Ausha. Visitez ausha.co/politique-de-confidentialite pour plus d'informations.

Transcription

  • Speaker #0

    Sous-titrage ST'501

  • Speaker #1

    Sous-titrage Société Radio-Canada Bonjour Claude, comment vas-tu ? Fais voyager ton entreprise, le podcast commandité par Voyages déductibles, qui organise des voyages formation en immersion. Si tu aimes le podcast, je t'invite à le partager et à le commenter sur ma chaßne YouTube du podcast Fais voyager ton entreprise. Merci de faire partie de mon univers et c'est parti !

  • Speaker #0

    Bonjour, Lucie. Merci, merci. Ça va super bien. Ton Ă©nergie est vraiment contagieuse. Ça va trĂšs bien.

  • Speaker #1

    Excellent. En fait, je veux quand mĂȘme vous prĂ©senter Claude Cali, qui est une coach-mentor qui coach des... Est-ce que tu coaches juste des femmes, Claude ?

  • Speaker #0

    Moi, je coach les hommes aussi, mais vraiment sur les réseaux sociaux, je me concentre sur les femmes, mais je coach des leaders d'entreprises ici.

  • Speaker #1

    Ok, j'Ă©tais plus sĂ»re. Je n'osais pas dire que tu causais juste des peurs. Mais non, effectivement, on va parler justement de ton programme Ă  la fin. Mais je tenais Ă  te rencontrer, mĂȘme si tu m'as dit, Lucie, pas une grande voyageuse, moi. Elle a parlĂ© de voyage, pourtant. Mais parler de voyage, ce n'est pas juste de prendre un avion et d'aller Ă  l'extĂ©rieur du pays. Ça peut ĂȘtre de voyager dans le pays, de voyager dans le QuĂ©bec. Donc, dis-moi, Claude, si je te pose la question, quel a Ă©tĂ© ton plus beau voyage ? Qu'est-ce que tu nous rĂ©ponds ?

  • Speaker #0

    Écoute, je suis une grande voyageuse personnelle, mais moi, je parlais des retraites, des retraites. Donc, je suis une trùs grande voyageuse personnelle, j'adore le voyage. Je vais te parler de deux voyages.

  • Speaker #1

    Le premier,

  • Speaker #0

    d'un voyage trĂšs personnel quand j'Ă©tais jeune avec mes parents. Donc, on est parti Ă  Chypre. Moi, je viens du Liban. On est parti Ă  Chypre pendant un mois. C'Ă©tait un des plus beaux voyages de ma vie. Et le deuxiĂšme, c'est quand moi, j'ai crĂ©Ă©... Une demi-journĂ©e de retraite avec des personnes qui sont dans mon monde Ă  moi et on a voyagĂ©, on Ă©tait au QuĂ©bec, mais c'est un voyage au niveau spirituel, Ă©motionnel, physique. Ça a Ă©tĂ© vraiment une purification. Ces deux voyages-lĂ  m'ont marquĂ©e beaucoup, beaucoup.

  • Speaker #1

    Ok, parfait. Parlons du premier. Pourquoi ce voyage-là ? PremiÚrement, quel ùge avais-tu ? Et pourquoi ce voyage-là en particulier te reste marqué aujourd'hui pour toi ?

  • Speaker #0

    J'avais 7 ans. Ça vibre encore Ă  l'intĂ©rieur de moi. Quand j'Ă©tais jeune, ce n'Ă©tait pas dans la culture de voyager beaucoup. Et Ă  un moment donnĂ©, la guerre a Ă©clatĂ©, la guerre civile, et ma mĂšre Ă©tait Ă  l'extĂ©rieur du pays, et mon pĂšre est allĂ© la rejoindre. Et lĂ , les aĂ©roports allaient fermer. Et lĂ , mon pĂšre a dit Ă  mon oncle, AmĂšne les enfants Ă  Chypre, on va passer un mois ensemble. Et moi, je suis habituĂ©e, mon pĂšre, c'Ă©tait un workaholic, il travaillait beaucoup, beaucoup, beaucoup. Ma mĂšre, c'Ă©tait une femme au foyer, mais elle s'occupait des enfants, mais c'Ă©tait pas Ă©motionnellement connectĂ©. Mais lĂ , on avait un mois. On se contente. que tout s'est arrĂȘtĂ©. Moi, je suis une relationnelle. Moi, j'ai besoin de connecter, j'ai besoin d'ĂȘtre connectĂ©e. Jacques, nous, on est cinq enfants et j'Ă©tais avec mes parents et c'Ă©tait la Donchevite. Tu sais, quand tu passes un mois Ă  juste te prĂ©lancer, oĂč mes parents Ă©taient trĂšs connectĂ©s, connectĂ©s Ă  nous, et j'ai des souvenirs tellement vifs de ce voyage-lĂ . MĂȘme si tu parles Ă  mes soeurs et mon frĂšre, on a tous vĂ©cu un voyage extraordinaire. C'est marquĂ© dans mes souvenirs Ă  jamais, ce voyage-lĂ . CrĂ©er chez moi tout ce que j'ai voulu crĂ©er avec mes filles, Ă  moi aussi, dans ma famille. Les voyages que j'ai fait avec mes filles, mes filles sont exceptionnelles, mais celui-lĂ , c'Ă©tait la racine de crĂ©er des voyages exceptionnels avec mes propres filles, mon conjoint, ma famille Ă©galement. Mais celui-lĂ , ça a Ă©tĂ© comme la flamme. La flamme dĂ©butait le tout. le goĂ»t, je me rappelle des odeurs je me rappelle de ce qu'on mangeait je me rappelle des Ă©motions que je vivais c'est Ă©tonnant et si justement je te demande quelle odeur ça a la chip pour toi c'est l'air salin c'est l'air salin j'Ă©tais tellement prĂ©sente tu sais quand des fois tu fais des voyages puis t'as peur que ça se termine tu penses Ă  demain, tu penses au retour t'es comme pas lĂ , moi j'Ă©tais tellement lĂ  c'Ă©tait euphorique les odeurs de la nourriture les odeurs des grillades qu'il faisait les odeurs de la crĂšme solaire les odeurs du shampoing qu'on utilisait qui Ă©tait diffĂ©rent du liban donc comme ça j'Ă©tais imprĂ©gnĂ©e dans ma mĂ©moire la crĂšme glacĂ©e qu'on prenait le soir le sable, l'eau salĂ©e les grillades de poisson qu'on mangeait c'Ă©tait, je te le dis lĂ , encore aujourd'hui ça vibre Ă  la con

  • Speaker #1

    Dis-moi, qu'est-ce que ça a changé ? On retourne au Liban aprÚs ce mois-là. Qu'est-ce que ça a changé, le avant et le aprÚs ?

  • Speaker #0

    J'ai goĂ»tĂ© Ă  quelque chose que j'ai dĂ©sirĂ© reproduire toute ma vie. Donc, c'est devenu comme un... un guideline, un minimum pour moi de dĂ©crocher rĂ©guliĂšrement. C'Ă©tait la seule fois que je me sentais vraiment en sĂ©curitĂ© avec mes parents. Parce qu'au Liban, bon, il y avait la guerre, mais il y avait aussi une famille trĂšs dysfonctionnelle. Donc, c'Ă©tait un moment oĂč je voyais mes parents ensemble, avec eux, mais avec nous Ă©galement. Et donc, c'est devenu comme un minimum pour moi. Moi, c'est comme ça que je veux vivre ma vie. C'est le genre de relation que je veux. C'est le genre de relation avec mes enfants, avec un conjoint, avec la vie. Ça a crĂ©Ă© rĂ©ellement la Claude d'aujourd'hui. Et la vie que j'ai aujourd'hui, c'est calquĂ© sur ce voyage-lĂ .

  • Speaker #1

    C'est trĂšs imprĂ©gnant. Oui. Oui. Tu sais, quand on fait des voyages immersifs, j'essaie d'expliquer aux gens que des fois, mĂȘme en sept jours, on vit ces transformations-lĂ . On vit ce changement-lĂ . Puis les gens ont de la difficultĂ© Ă  rĂ©aliser. quel point, puis ils font comme juste 7 jours, juste 7 jours, je peux comprendre ce que tu nous dis, moi, c'est comme vraiment extraordinaire, on a le temps de savourer, on a le temps de vraiment le vivre et d'arriver Ă  ce point-lĂ . Qu'est-ce que ça a changĂ© pour tes parents ?

  • Speaker #0

    Pour mes parents, je pense que ça a crĂ©Ă© aussi une connexion. Mes parents, aujourd'hui, ne sont plus ensemble, mais quand on leur en parle, C'est comme si, tu sais, parfois, la perception, on a tous des perceptions diffĂ©rentes d'une rĂ©alitĂ©. Chacun a sa rĂ©alitĂ©. Mais ce voyage, on a tous la mĂȘme perception et la mĂȘme rĂ©alitĂ©. Mais c'est incroyable parce que, tu sais, j'ai regardĂ© un peu tes questions avant et tout ça, puis je me suis dit, la premiĂšre chose sans mĂȘme y penser, c'Ă©tait Chypre. Pour moi, c'est Chypre. Et ça a crĂ©Ă© quelque chose dans la relation de mes parents oĂč je pense qu'ils Ă©taient tous les deux Ă  la recherche de revenir lĂ . ce n'Ă©tait pas possible. Mais quand on en parle encore aujourd'hui, les deux sont d'accord que ça a Ă©tĂ© un moment charmiĂšre dans leur propre vie.

  • Speaker #1

    Dans leur propre vie, de ce qu'ils veulent vivre, de comment ils veulent vivre, mĂȘme si c'est plus ensemble, c'est comme Ă  la recherche d'eux. Parce qu'effectivement, quand on vit ça de façon intensĂ©ment comme ça, oĂč est-ce qu'on est, ce que moi j'appelle dans une bulle de sĂ©curitĂ©, dans une bulle oĂč est-ce que... tout est possible dans cette bulle-lĂ , puis on peut ĂȘtre vulnĂ©rable, puis on peut se dire les vraies affaires, puis on peut aller en profondeur. Donc, quand on vit cette bulle-lĂ , c'est ça qui amĂšne une transformation humaine, je crois.

  • Speaker #0

    C'est incroyable aussi, quand tu dis ça, la sĂ©curitĂ© pour pouvoir ĂȘtre vulnĂ©rable, et tu me fais penser. Mon pĂšre est un homme trĂšs affectueux, mais il pouvait ĂȘtre violent dans ses paroles, dans... Il pouvait vraiment s'Ă©nerver rapidement. Et je me souviens trĂšs bien, on Ă©tait assis Ă  la plage en fin de journĂ©e, quand le soleil commence Ă  descendre, puis lĂ , on commençait Ă  ranger, tout ça. Mon pĂšre Ă©tait derriĂšre moi, puis il me prenait dans ses bras, puis j'Ă©tais capable de l'urbaniser trĂšs jeune. J'ai dit, Papa, quand tu te fĂąches, j'aime vraiment pas ça, ça me fait peur. Mais j'avais jamais osĂ© le dire avant. Mais je sentais un safe space. Je sais. une sĂ©curitĂ© oĂč il est parti Ă  rire, puis il m'a tenu fort, puis il dit, Je vais faire attention la prochaine fois. Est-ce que ça a rĂ©ellement changĂ© quelque chose ? Peut-ĂȘtre. Mais ce moment-lĂ , ça a changĂ© que moi, j'ai Ă©tĂ© capable de verbaliser quelque chose et de me mettre vulnĂ©rable en sĂ©curitĂ©.

  • Speaker #1

    Oui, oui. Et je le vis quand on vit des groupes, parce que c'est l'espace que je donne en fait Ă  mes coachs de pouvoir aller jouer dans ce 5 %-lĂ , que les gens ne disent pas Ă  personne, mais qui empĂȘche souvent un entrepreneur de dormir. Mais qui ne peut pas parler Ă  son conjoint, il ne peut pas parler Ă  ses employĂ©s ou Ă  ses clients. Mais quand on va jouer dans ce 5 %-lĂ , puis qu'on va parler des vrais problĂšmes, juste le fait d'en parler, comme tu dis, c'est dĂ©jĂ  un changement. C'est dĂ©jĂ  un soulagement de dire Ah, je ne suis pas toute seule Tout le monde. Tout le monde vit ça comme ça. Je suis sĂ»re que tes frĂšres et soeurs vivaient la mĂȘme chose que toi, mais d'ĂȘtre capable de verbaliser et de dire Hey, j'aime pas ça d'avoir la constance aprĂšs ça que les autres vivent ça quand nous, on le fait, ça aussi, c'est Ă©norme. En tout cas, c'est wow, vraiment.

  • Speaker #0

    Notre voix est importante. Ce que j'ai Ă  dire est important. Ce que j'ai Ă ... Je t'en parle parce que... Moi, je le dis souvent dans ma communautĂ©, moi, j'ai souffert d'un mutisme sĂ©lectif. Ça veut dire que quand je ne me sentais pas en sĂ©curitĂ©, je ne parlais pas. Et donc, d'ĂȘtre capable de sortir ça, d'avoir la gorge dĂ©ployĂ©e et de sentir que je suis correct, I'll be OK en le disant, je ne recevrai pas une baffe ou je ne recevrai pas une... Ça, c'est chaque femme, chaque homme, que ce soit entrepreneur ou n'importe qui, d'ĂȘtre capable de sentir que je peux tout dire, je peux verbaliser. de crĂ©er ces bulles-lĂ  de sĂ©curitĂ©. C'Ă©tait dans le deuxiĂšme voyage, j'ai fait une retraite ici au QuĂ©bec, et ça a Ă©tĂ© vraiment une bulle de sĂ©curitĂ© oĂč on a pu Ă©changer et on a pu vraiment dire des choses qu'on n'avait jamais osĂ© dire auparavant.

  • Speaker #1

    Exact. Et c'est ce que j'aime le plus, moi, dans les voyages immersifs. C'est cette bulle-lĂ  qui est crĂ©Ă©e et ce qui se vit Ă  l'intĂ©rieur de ça. On fait souvent des jokes quand on s'en va en voyage. Bon, mais ce qui se passe au Mexique ? ArrĂȘte au Mexique ! Mais tu sais, c'est parce que souvent, il va y avoir des jokes grivoises, il va y avoir des affaires. Mais lĂ , on ne parle pas de ça. On ne parle pas de Non, ce qui se passe lĂ  est quelque chose de puissant, quelque chose de fort, quelque chose d'intense. qui fait que, mon Dieu, lĂ , je me vois pour la premiĂšre fois et j'ai une voix, comme tu dis, pour la premiĂšre fois. Puis cette voix-lĂ , puis le fait que je puisse le dire, puis que personne ne me juge, puis que je me rends compte que finalement, les autres aussi sont comme moi, bien, ça fait toute la diffĂ©rence de, mon Dieu, est-ce que je veux encore ça ? Est-ce que je veux continuer comme ça ? Et ça crĂ©e la transformation parce qu'il y a une grosse crise de conscience. En fait, c'est comme si on leur mettait un miroir en avant d'eux quand ils disaient, bien, Ă©coute, c'est ça ta rĂ©alitĂ©, mais elle peut changer.

  • Speaker #0

    Right ?

  • Speaker #1

    on peut t'aider.

  • Speaker #0

    Et Lucie, c'est fou parce que je vais donner un exemple tellement concret sur quand on dit les vraies choses.

  • Speaker #1

    Oui.

  • Speaker #0

    La pensĂ©e, elle a une frĂ©quence vibratoire. L'Ă©motion, elle a une frĂ©quence vibratoire. Le son a une frĂ©quence vibratoire. Imaginez, ressentez, vous ĂȘtes follement amoureuse de quelqu'un, OK ? De le dire Ă  l'intĂ©rieur, je l'aime, je l'aime, je l'aime, mais de oser le dire. Regardez la diffĂ©rence. De dire Ă  quelqu'un, je t'aime, ou de le penser. C'est deux frĂ©quences complĂštement diffĂ©rentes. Imaginez la vulnĂ©rabilitĂ© de dire Ă  quelqu'un je t'aime il ne sait pas, puis tu viens pour lui dire ou de le penser et de le ressentir. C'est trois frĂ©quences vibratoires complĂštement diffĂ©rentes qui crĂ©ent un shift complĂštement diffĂ©rent. Donc, dans cet espace sĂ©cure, lorsque je verbalise, je viens d'envoyer une frĂ©quence. comme un wifi Ă  l'univers oĂč ce qu'il sera entendu, reconnu, validĂ© trĂšs diffĂ©remment d'une pensĂ©e ou d'une Ă©motion.

  • Speaker #1

    Donc, l'importance de le dire et pas juste de le dire, de le faire et de le penser, il faut que ça soit courant. C'est un peu ça que tu dois enseigner. L'enlignement, le fameux enlignement qu'on dit, c'est quoi l'enlignement ? Des rationnels comme moi qui disent EnlignĂ©, je suis oĂč je m'en vais. Mais non, c'est un peu ça. C'est ce que tu penses, c'est ce que tu vis, c'est ce que tu dis.

  • Speaker #0

    C'est exact. Mais ça, ce que ça fait, c'est que tu envoies comme un signal Wi-Fi, pas de parasite. Parce que je dis, j'ai envie de ça, j'aimerais donc bien. LĂ , j'ai peur, c'est que je ne le sais pas. Puis lĂ , je ne le dis pas, puis je ressens quelque chose d'autre. Donc, il y a une frĂ©quence parasitante. Et tes clients, ton conjoint, ta conjointe, tes enfants ne comprennent pas ton message. Lorsque tu es en cohĂ©rence, ce que tu penses, ce que tu dis, ce que tu fais, ce que tu ressens, ce que tu vibres est complĂštement alignĂ©. C'est lĂ  qu'on devient magnĂ©tique et on vit des choses antiques dans notre vie. Le succĂšs et l'abondance se passent ici avant mĂȘme l'action.

  • Speaker #1

    Wow ! Donc, ce que tu nous dis, puis tu sais, c'est pas facile, on va se le dire, d'avoir cette cohérence-là à tous les niveaux. J'ai beau vouloir dire, moi, je veux devenir millionnaire.

  • Speaker #0

    Oui, oui.

  • Speaker #1

    Tout le monde veut devenir millionnaire. Il y a personne qui a dit, je veux devenir potentier, lĂ , on s'entend, lĂ . Mais entre dire, je veux devenir millionnaire, d'avoir cette cohĂ©rence-lĂ , de dire, comment je vais y parvenir, puis qu'est-ce que je fais, c'est quelque chose qui m'allume, c'est quelque chose
 Tu sais, moi, j'ai toujours dit, tu sais, parle-moi pas, parle, voyons, ne me parle pas Ă  parler de voyage. C'est merci, vous n'arrivez plus. Tu sais, comme tu sais, la fille est plus que cohĂ©rente Ă  d'abord. Mais bon, c'est pas ça.

  • Speaker #0

    Mais pour devenir, tu sais, quelqu'un qui dit, je veux devenir millionnaire, OK ? Moi, ce que j'apprends les gens, c'est à amener des pensées et des paroles que ton cerveau croit. Par exemple, je suis en train de bùtir une entreprise qui va générer des revenus et des millions. Je suis en train de bùtir. C'est trÚs différent de j'ai une entreprise de millions C'est comme tu regardes ton cerveau et comme mais non, tu ne l'as pas Fait que tu es dans un conflit. Je suis en train de bùtir. Je suis en train d'apprendre des techniques. Je suis en train de devenir. C'est trÚs, trÚs, trÚs cohérent avec chaque étape que tu fais au lieu de dire je vis dans des millions C'est comme mais non, tu ne l'as pas

  • Speaker #1

    Non

  • Speaker #0

    Ou je suis pauvre. Bien non, ce n'est pas vrai que tu n'es pas pauvre. Non, non plus. Donc, c'est lĂ  la cohĂ©rence, c'est dans notre langage, notre vibration, notre frĂ©quence, d'oĂč le succĂšs. Le succĂšs, c'est quoi ? C'est que je bĂątis une entreprise Ă  succĂšs. Ce n'est pas un lancement, une retraite, parce que peut-ĂȘtre il n'y a pas eu assez d'inscriptions que je n'ai pas de succĂšs. Attends une minute.

  • Speaker #1

    Un succĂšs pareil. C'est lĂ .

  • Speaker #0

    Exact.

  • Speaker #1

    Peu importe le succĂšs. Oui, tout Ă  fait. Juste le fait de l'avoir fait, juste le fait d'avoir cru, juste le fait d'avoir vibrĂ©, ça en est un, un succĂšs. Mais reconnaĂźtre ça, lui-mĂȘme, malheureusement, va avoir ce qu'on appelle le succĂšs instantanĂ©. Je fais une action, puis il est oĂč le rĂ©sultat ? Il cherche le rĂ©sultat instantanĂ©. Ça, c'est bon. Oui, c'est ça. Moi, Ă©coute, ça fait 30 ans que je prĂŽne l'amĂ©lioration continue Ă  1 par jour, 15 minutes par jour. J'adore. 15 minutes par jour, tous les jours, depuis 30 ans. Tout le monde me demande aujourd'hui, Lucie, je ne comprends pas comment tu fais pour faire tout ce que tu fais. Bien oui, mais c'est parce que j'ai amĂ©liorĂ© par-dessus l'amĂ©lioration, par-dessus l'amĂ©lioration. Donc, je ne suis plus juste efficace. Je suis efficace, je suis efficiente. Mais je suis efficiente par-dessus l'efficience. Tu comprends ?

  • Speaker #0

    C'est de l'intĂ©rĂȘt composĂ©. C'est de l'intĂ©rĂȘt composĂ© comme dans un portefeuille. Lorsque tu investis, tu es revenu, tu es revenu, tu es revenu. Mais Ă  un moment donnĂ©, ça devient abondance. Et c'est la mĂȘme chose parce que quelqu'un qui ne fait pas ce que tu fais, le 2 le 5 le 10 mais dans le fond, il en fait moins ou il en fait zĂ©ro. Qu'est-ce que ça fait ? Ça confirme un pattern de non-succĂšs. Ça confirme un pattern d'Ă©chec. Chaque jour que tu ne fais pas ce que tu aimerais faire, dire, penser, vibrer, tu reconfirme. on Ă©chec. C'est lĂ  que les gens ne comprennent pas. C'est des intĂ©rĂȘts composĂ©s inverses. Tu t'enlises dans un chemin neuronal de pauvretĂ©, de manque de succĂšs. C'est vrai que les gens, lorsqu'ils comprennent ça, mĂȘme juste faire un stop Ă  une pensĂ©e nĂ©gative, c'est extrĂȘmement positif. MĂȘme si tu ne t'en vas mĂȘme pas dans la pensĂ©e bienveillante, juste faire un stop. Ce que ça fait, c'est que tu t'enlises plus dans du sable mouvant et tu ne reconfirme plus tes schĂ©mas du passĂ©. L'ego veut de l'instantanĂ© parce qu'il est habituĂ© et il a grandi Ă  la performance. Et non, et non Ă  ĂȘtre reconnu et validĂ© pour qui on est. Mais rĂ©sultat, l'Ă©chelle. Ă©chec, rĂ©ussite, Ă©chec, rĂ©ussite. Moi, je rĂ©ussis Ă  tous les jours. Tous les jours,

  • Speaker #1

    je rĂ©ussis. Absolument, moi aussi. C'est comme on dit, quand on est, entre parenthĂšses, notre X, ça veut dire qu'on est en cohĂ©rence avec tout ce qu'on doit ĂȘtre, notre pensĂ©e, notre ci, notre ça. On attire les gens parce qu'on est justement les gens qui disent, je veux la suivre, mon Dieu, c'est comme un modĂšle, c'est le jeu. Tu sais, les gens, moi, ils me disent tout le temps, c'est ainsi, nous, si on te parle, je veux ça, je veux en faire un voyage. Merci, tu sais, c'est comme...

  • Speaker #0

    C'est le Wi-Fi.

  • Speaker #1

    Oui, oui.

  • Speaker #0

    C'est un parasite. Mais toi, quand t'es chez toi, t'es comme, mon Dieu, mon Wi-Fi fonctionne pas, c'est parce que t'as dĂ©passĂ©. Tu t'Ă©loignes de ton vortex, de ton alignement. AussitĂŽt que tu t'Ă©loignes, il faut juste te ramener. Ça veut pas dire que je m'Ă©loigne jamais, hein. Ça peut venir des journĂ©es oĂč je suis loin, pis je suis comme, oh ! Oh my God ! Comment je suis rendue lĂ  ? Fait que lĂ , je retourne dans ma lumiĂšre.

  • Speaker #1

    On a le droit de s'Ă©loigner, Claude.

  • Speaker #0

    Oh mon Dieu ! Des fois, je suis Ă  genoux et je braille dans mon lit. Je suis comme, attends une minute.

  • Speaker #1

    JĂ©sus, c'est moi.

  • Speaker #0

    J'accueille mon vortex et j'accueille ses Ă©motions. Des fois, je suis dans la victimite et j'ai encore le goĂ»t d'ĂȘtre dans la victimite. Juste un petit peu encore. Ça fait du bien. J'ai fini.

  • Speaker #1

    Moi, c'est toujours ça. On a le droit à 5 minutes par jour.

  • Speaker #0

    C'est fini.

  • Speaker #1

    AprĂšs ça, c'est fini. On retourne dans le positif, on retourne dans notre lumiĂšre. Mais parle-moi, si on revient justement Ă  la retraite que tu as faite. C'Ă©tait une retraite de quelques jours, mais Ă©coute, les transformations que tu as dĂ» vivre avec tes participants, ça doit ĂȘtre extrĂȘmement difficile.

  • Speaker #0

    Oui. Puis mĂȘme une retraite d'une demi-journĂ©e, parce que je veux te parler vraiment de diffĂ©rentes retraites. J'avais fait une qui s'appelait l'expansion de l'ĂȘtre, OK ? C'Ă©tait... Des femmes qui avaient envie de vivre une purification de leur champ de conscience vont vraiment s'Ă©lever. On Ă©tait dans un spot, un lieu vulnĂ©rable oĂč on se confinait en costume de bain, oĂč on se confinait presque Ă  la mue, tu comprends ? Et les messages que j'ai entendus de ces femmes, les moments de purification, d'Ă©change, de sĂ©curitĂ© qu'on a vĂ©cu ensemble. Ă©tait out of this world. Pourquoi ? Parce qu'on arrive avec toute notre vulnĂ©rabilitĂ©, mais on le sait qu'on est tous comme ça.

  • Speaker #1

    Exact. Exact.

  • Speaker #0

    Tout comme ça. Ça a crĂ©Ă©... C'est fou les amitiĂ©s, premiĂšrement, qui se sont crĂ©Ă©es Ă  travers elle. C'est trĂšs plat. La vibration, la frĂ©quence, on a pris notre temps. Parce qu'une formation, on ne passe pas une journĂ©e complĂšte ensemble ou trois jours ensemble. Une formation en ligne, c'est une heure, une heure et demie,

  • Speaker #1

    deux heures.

  • Speaker #0

    LĂ , ça a Ă©tĂ©... MĂȘme le lunch, qu'on Ă©tait assis, je me suis dit, bon, les filles vont peut-ĂȘtre se disperser. Non, non, non ! Elles Ă©taient toutes ensemble !

  • Speaker #1

    Ah bon, ouais !

  • Speaker #0

    L'Ă©nergie avait switchĂ© pendant le lunch, il y avait moins d'Ă©nergie comme ça, puis lĂ , c'est devenu comme excitant. AprĂšs ça, l'aprĂšs-midi, on est descendus vers la riviĂšre, et j'en ai plusieurs qui m'ont dit, Non, je me demandais... comment j'allais me prĂ©senter en maillot devant toutes ces femmes. Et lĂ , je pars avec une fiertĂ© de mon corps, une fiertĂ© d'ĂȘtre femme, une fiertĂ© de dire, Hey, je suis tout ce que je suis. Mon corps est mon ami. Mon corps est lĂ  pour moi. C'est incroyable. Jusqu'Ă  aujourd'hui, les gens me demandent, C'est quand le prochain ? Hey, Guillaume,

  • Speaker #1

    tu vas faire ce qu'on fait aujourd'hui ?

  • Speaker #0

    On est prĂȘtes,

  • Speaker #1

    on est prĂȘtes !

  • Speaker #0

    Pourquoi j'ai pas fait beaucoup, beaucoup de retraites à l'étranger ? Parce que je suis mÚre, mon parentant, mes filles étaient jeunes. Pour moi, mon temps avec les filles, c'est que je partais en voyage avec les autres. Et là que mes filles sont un peu plus vieilles, là, ça commence à chicoter la croix de la grande voyageuse en moi. Et je sais que ça peut créer des vrais chiffres.

  • Speaker #1

    Ah oui, absolument.

  • Speaker #0

    Pourquoi ça crĂ©e des chiffres ? Parce que ce n'est pas juste, comme tu l'as dit au dĂ©but, au niveau conscient, mais c'est au niveau cellulaire qu'il y a une activation de choses que tu ne pensais mĂȘme pas ressentir et vivre.

  • Speaker #1

    Absolument, absolument. Écoute, moi, j'ai le bonheur de vivre ça avec des coachs diffĂ©rents. Et c'est ça que je disais, j'ai plein de coachs qui m'apprennent plein d'affaires. Tu sais, derniĂšrement, tu allais faire, justement, au Mexique, tu allais faire une activitĂ© de thĂ© mascal. Moi, je ne connais pas ça. Ce n'est pas de mon domaine. Le wellness, ce n'est pas ce que je fais dans la vie. Je comprends. Moi, je suis toute la compagne financiĂšrement avec On est ailleurs. Puis, je veux dire, juste de vivre ça, ça a Ă©tĂ© comme, OK, wow ! OK, je comprends plus d'affaires. Tu sais, c'est comme, hey, tu te refonds en toi, puis tu te fais comme, OK, je ne l'ai pas vĂ©cu tout seul. On Ă©tait plusieurs. Ah, on Ă©tait... C'est vrai que... Pour moi, ça, ces immersions-lĂ , d'avoir le temps d'ĂȘtre avec la coach pendant une semaine, c'est puissant. Une demi-journĂ©e, une journĂ©e, imagine. Oui, imagine. C'est tellement, tellement agrĂ©able. Dis-moi, tu l'as dit, on se fait des amis, on se fait des partenaires dans ce moment-lĂ . Mais toi, du cĂŽtĂ© de la coach qui accompagne ces gens-lĂ  et qui voit ces transformations-lĂ , mĂȘme aujourd'hui, autant de l'avoir vĂ©cu Ă  l'Ăąge de 7 ans et d'avoir dit je veux refaire ça dans ma vie que de l'avoir fait pour d'autres. Aujourd'hui, quand tu en parles, tu rĂ©alises quoi par rapport Ă  ton rĂŽle de coach ?

  • Speaker #0

    Je rĂ©alise Ă  quel point on a une responsabilitĂ© de contribuer lorsqu'on sait quelque chose. Lorsque je sais ce que je sais. Je ne peux pas le garder pour moi. Tu vois, ça vibre Ă  l'intĂ©rieur de moi. Il y a une puissance dans le connectif. Je suis moins ici pour expĂ©rimenter ma vie sur Terre, mais pour impacter et influencer. Et j'ai eu un grand impact dans ma vie de ma grand-mĂšre qui n'est plus avec nous ici dans ce monde, mais qui a encore un impact sur moi. Alors, j'ai dĂ©cidĂ© un jour consciemment de partager toutes mes connaissances, tout ce que j'ai appris dans la vie Ă  mes enfants. et Ă  mes clientes et Ă  mes amis pour qui veulent l'entendre. Je n'impose absolument rien. Mais j'ai une responsabilitĂ© sur cette terre de donner au suivant, de lĂ©guer. Je n'ai pas vu un chemin qui est le mien, mais si je peux Ă©clairer le chemin de quelqu'un d'autre, quelqu'un d'autre va Ă©clairer le chemin de quelqu'un d'autre, parce que mon collectif comme humanitĂ© contribue Ă  la conscience de la terre, Ă  Ă©lever la conscience de la terre. Et lorsque on est dans le collectif, il y a un impact majeur. Ça a Ă©tĂ© mĂȘme Ă©tudiĂ© scientifiquement. Je peux te dire, je viens d'un pays de guerre et il y a eu des priĂšres collectives Ă  des moments, pas des priĂšres qui sont reliĂ©es Ă  une religion, des priĂšres vraiment dans la paix, des priĂšres de paix. Et il y avait des bombardements au Liban, il y avait des voitures piĂ©gĂ©es, il y avait beaucoup de choses qui se passaient. Et les journĂ©es, ils ont analysĂ© Ă  plusieurs journĂ©es. Dans le monde, il y a eu des journĂ©es de priĂšre collective. Ces journĂ©es-lĂ , il y a eu moins de bombardements, de blessĂ©s, de dĂ©chets. C'est puissant, le collectif. Donc, si je peux le faire, sois certaine que Claude Canil va le faire. parce que j'ai une responsabilitĂ©. Écoute,

  • Speaker #1

    je te comprends tellement parce que j'ai exactement le mĂȘme langage. Tu sais, quand je rencontre des causes parce qu'on va se le dire, souvent les femmes ont plus peur, ont plus peur de l'inconnu ou de le faire. Moi, je ne suis pas dans ce style-lĂ . Moi, j'ai moins peur que d'autres, mettons. Puis je leur dis, j'ai Ă©coutĂ©, vous avez quelque chose Ă  dire, puis ça, c'est important. C'est important de le... C'est important de le dire, c'est important de le partager. Je vais vous aider, je vais vous aider Ă  le partager. Écoute, petite histoire. En 2018, quand j'ai quittĂ© le domaine financier et que j'ai vendu mes 800 clients, j'ai demandĂ© Ă  l'univers, j'aimerais ça aider encore plus de clients dans ma nouvelle business que je n'avais aucune idĂ©e que ça ferait quoi. À ce moment-lĂ . C'est comme, je quitte les finances, mais je ne sais pas ce que je vais faire, mais je veux aider plus de monde. LĂ , je me disais, Lucie. Comment tu vas faire pour aider plus que 800 clients ? C'est comme... T'imagines ! Aujourd'hui, en faisant du rĂ©alisable il y a quelques annĂ©es, quand justement Voyages Ă©dutibles est parti et tout ça, j'ai rĂ©alisĂ© que c'est en aidant des coachs comme toi... Ă  rayonner plus et Ă  faire aider plus de gens que j'aidais plus de gens. Tu comprends ? Que ce soit moi, que j'allais aider mille personnes moi-mĂȘme, mais que tous ensemble, dans ce fameux collectif-lĂ , on allait faire la diffĂ©rence. Puis on le sait, en humanitĂ©, moi je dis tout le temps, on est Ă  minuit moins cinq. Donc, lĂ , on a cette, je pense, cette... on doit porter ça. On doit porter nos messages. On doit Ă©lever les gens. On doit leur faire vivre ces scientifiques-lĂ . On doit ĂȘtre lĂ  pour eux. Puis je suis tellement d'accord avec toi.

  • Speaker #0

    On aurait aussi toutes celles qui ont pavĂ© le chemin pour nous et on en profite aujourd'hui. Donc, j'ai un rĂŽle Ă  lĂ©guer aux autres. Et d'avoir peur, c'est normal. Le courage, c'est d'avancer malgrĂ© la peur. Et la peur, elle n'est pas juste lĂ  en train de me dire t'as peur, t'as peur Moi, ce que je fais, c'est que la peur, je n'accueille Merci d'ĂȘtre prĂ©sente et de m'alerter, mais je suis tellement plus grande. Et je sais oĂč est-ce que je m'en vais. Je fais confiance Ă  mon instinct. Je fais confiance aux gens, aux synchronicitĂ©s. Je fais confiance Ă  ma capacitĂ© de me relever. Donc, je travaille avec la peur et non sans la peur ou que la peur prenne tout l'espace. Parce qu'il y en a beaucoup qui ignorent la peur. Elle est nĂ©cessaire. Elle m'alerte de quelque chose. On est quand mĂȘme des humains. Puis, tu as mis un doigt sur les femmes qui ont plus peur. Et ça vient vraiment de l'instinct. Les hommes, c'Ă©tait ceux qui nous protĂ©geaient. C'Ă©tait ceux qui partaient Ă  la chasse. Nous, on restait derriĂšre pour vraiment protĂ©ger les enfants. Donc, faire face Ă  la peur, ça fait partie de notre ADN parce que les hommes partaient souvent. Alors, ils se retrouvaient beaucoup Ă  vouloir protĂ©ger les nĂŽtres. Donc, ça fait partie de nous apprivoiser ça comme juste un instinct. C'est un instinct, mais aujourd'hui, on est plus avancĂ©. On est civilisĂ©. Donc, oui, ça fait partie de mon cerveau reptilien. mais en mĂȘme temps, je suis ici pour avancer et vraiment trouver les façons de faire et m'entourer de gens comme Claude, comme Lucie, comme plein de gens qui peuvent m'inspirer Ă  avancer.

  • Speaker #1

    Tout Ă  fait. Écoute, je pense qu'on pourrait en parler, Claude, pendant des heures et des temps. Vraiment. Dis-moi, si je te disais ton voyage de rĂȘve dans le futur, ça serait quoi ?

  • Speaker #0

    J'ai vraiment envie de faire vivre des techniques non conventionnelles aux femmes parce que je dĂ©couvre depuis les cinq derniĂšres annĂ©es des techniques exceptionnelles. Parce qu'on ne croyait pas au niveau scientifique que ça pouvait faire une diffĂ©rence. Et mon cerveau avait besoin d'aller plus loin. Donc j'ai commencĂ© Ă  chercher les preuves de pourquoi ça fonctionne. J'ai besoin de comprendre le pourquoi du comment. Et lĂ  je suis rentrĂ©e dans plein, plein, plein d'outils qui sont exceptionnels et je les pratique moi-mĂȘme. Et ça a crĂ©Ă© des chiffres dans ma vie, des sauts quantiques dans ma vie, ce qui m'a permis de tripler les revenus de mon entreprise, ce qui m'a permis d'avoir la relation amoureuse de mes rĂȘves, ce qui m'a permis d'avoir une relation exceptionnelle avec mes enfants. Et donc, j'ai envie d'avoir une retraite avec des femmes qui dĂ©sirent accĂ©der au quantique et jouer dans le quantique Ă  travers des outils et des solutions que vous ne croyez mĂȘme pas possibles. Alors c'est ça un voyage de rĂȘve. Et c'est de se laisser aller dans cette expĂ©rience pour vivre toutes ces activations Ă©nergĂ©tiques parce que c'est fou ce que notre cerveau crĂ©atif, notre cerveau Einstein peut crĂ©er. Vous n'avez aucune idĂ©e de ce qu'on peut crĂ©er dans ce monde. Sous-titrage SociĂ©tĂ© Radio-Canada Ça me parle Ă©normĂ©ment de ce que tu dis. Je te le dis, j'ai la main levĂ©e. On vous tient au courant, on va te donner une date. Mais sinon, Claude, avant de vivre la retraite, oĂč est-ce que les gens peuvent te retrouver ?

  • Speaker #1

    Ils peuvent me retrouver sur le groupe du Womanship sur Facebook. Ils peuvent aussi me trouver sur claudecanine.com, mon site. Le Womanship, pour moi, c'est... de vraiment dĂ©couvrir l'extraordinaire Ă  l'intĂ©rieur de nous, chaque femme qui dĂ©couvre l'exceptionnel, l'extraordinaire Ă  l'intĂ©rieur d'elle, pour vraiment transcender ses propres limites et inspirer les autres. Ça, c'est l'essence du womanship. Je travaille sur moi et j'impacte la vie des autres et j'avance. Alors, le womanship, c'est vraiment le succĂšs, l'abondance, l'alignement Ă©nergĂ©tique, l'alignement amoureux, l'alignement de prospĂ©ritĂ© et c'est l'essence de tout ce que je fais. Vous serez les bienvenus dans ce groupe oĂč je parle de finances. Moi aussi, j'ai quittĂ© une carriĂšre en gestion de patrimoine, donc on a un background trĂšs, trĂšs similaire. J'ai quittĂ© il y a une quinzaine d'annĂ©es, puis depuis 12 ans, j'ai aidĂ© 5 000 femmes Ă  transcender leur histoire, au travail, Ă  vraiment reconnaĂźtre qui on est premiĂšrement, puis Ă  crĂ©er le succĂšs et l'abondance dans notre vie, parce que ce n'est pas juste parce qu'on le mĂ©rite, mais parce qu'on le dessine.

  • Speaker #0

    on le dĂ©cide et on le met c'est rĂ©glĂ© un grand merci Claude d'avoir Ă©tĂ© avec nous pour moi c'est une belle dĂ©couverte pour moi on s'est dĂ©couvert derniĂšrement, je ne te connaissais pas puis on a tout de suite connectĂ© parce que oui on vient du domaine financier oui on a un cĂŽtĂ© rationnel mais oui il n'y a pas que il n'y a pas que ça puis la prospĂ©ritĂ© ce n'est pas que des stratĂ©gies. Ce n'est pas que, comme tu dis, il y a de l'alignement, il y a des stratĂ©gies. Il y a plein de choses, c'est un paquet de choses. On est trĂšs complĂ©mentaires dans ce qu'on fait. Je te remercie infiniment d'avoir acceptĂ© l'invitation. Je remercie nos auditeurs d'avoir Ă©tĂ© avec nous jusqu'Ă  la fin. N'hĂ©sitez pas Ă  suivre Claude. On lance Ă  l'univers que peut-ĂȘtre on va vous annoncer une date voyage.

  • Speaker #1

    Merci pour ton invitation et merci Ă  tous ceux qui Ă©coutent ce podcast et on ne sait jamais.

  • Speaker #0

    Never know. On est de mĂȘme, nous autres. On les sent toujours en souffrance.

  • Speaker #1

    Exact.

  • Speaker #0

    À la semaine prochaine. Au revoir.

  • Speaker #2

    Au revoir. Merci.

Share

Embed

You may also like