#12 - Jérémie Guez, Head of Data & IA @BNP Paribas Personal Finances - Favoriser les échanges intergénérationnels pour casser les silos cover
#12 - Jérémie Guez, Head of Data & IA @BNP Paribas Personal Finances - Favoriser les échanges intergénérationnels pour casser les silos cover
From The Insight

#12 - Jérémie Guez, Head of Data & IA @BNP Paribas Personal Finances - Favoriser les échanges intergénérationnels pour casser les silos

#12 - Jérémie Guez, Head of Data & IA @BNP Paribas Personal Finances - Favoriser les échanges intergénérationnels pour casser les silos

56min |16/03/2022
Play
#12 - Jérémie Guez, Head of Data & IA @BNP Paribas Personal Finances - Favoriser les échanges intergénérationnels pour casser les silos cover
#12 - Jérémie Guez, Head of Data & IA @BNP Paribas Personal Finances - Favoriser les échanges intergénérationnels pour casser les silos cover
From The Insight

#12 - Jérémie Guez, Head of Data & IA @BNP Paribas Personal Finances - Favoriser les échanges intergénérationnels pour casser les silos

#12 - Jérémie Guez, Head of Data & IA @BNP Paribas Personal Finances - Favoriser les échanges intergénérationnels pour casser les silos

56min |16/03/2022
Play

Description

La chance sourit aux audacieux paraît-il. Je ne saurai pas dire si Jérémie a eu de la chance ou pas. Ce qui est sûr en revanche, c'est qu'il n'a pas manqué d'audace ! Propulsé à la tête du pôle data après le départ de ses N+1 et N+2, à peine quelques mois après avoir rejoint la BNP... et se saisir de l'opportunité pour créer un DataLab qui va révolutionner l'usage de la data métier, il fallait en avoir.


La trentaine, reprendre les études et rendre sa thèse à3h du mat, la veille de son mariage. Voilà qui en dit long sur le personnage. Comme dirait l'autre, "la chance, ça se provoque".

 

En bossant sa thèse sur les modèles de traitement du langage, il trouve un modèle sur un blog au fin fond du web. L'auteur du modèle est un ingénieur de chez Google. Le genre de mec inaccessible. C'est presque une bouteille à la mer que lui a lancé Jérémie en lui demandant de l'aide pour avancer sur le modèle de sa thèse. Surprise, le gars répond 2 jours plus trad.

 

Découverte de l'open source, d'un mindset nouveau fait d'ouverture, de partage et de confiance. Piqûre.

 

C'est avec ce même mindset qu'il rejoint la BNP. Quand il lance le DataLab, il repart d'une plateforme embryonnaire, le projet d'une plateforme à destination des Data Scientist du groupe. Quelques mois plus tard, cette plateforme devient une véritable boîte à outil pour plus de 400 Data Scientist, dans une vingtaine de pays.

 

Changement de paradigme. Avant l'existence de cette plateforme par exemple, pour enregistrer une donnée quelque part, il fallait se déplacer, physiquement, parfois loin, avec un disque dur crypté, ouvrir un ticket, etc. Ce qui pouvait parfois prendre des semaines. Avec cette plateforme, tout est intégré, chacun est autonome. La première pierre était posée.

 

La deuxième pierre est peut être plus ambitieuse encore : former les collaborateurs qui le souhaitent aux métiers de demain. C'est ainsi que, profitant du programme Upskilling déjà en place, des gens sont formés au métier de data engineer.

 

Évidemment, c'est très difficile pour eux de rattraper les années, d'être sur des technologies de pointe. Techniquement, ce retard est parfois irratrapable. En revanche, ce qui est sûr, c'est que les années d'expérience métier de ces collaborateurs valent de l'or. Et c'est tout l'enjeu !

 

Casser les silos, ou plutôt, outrepasser les silos, les ignorer si intensément qu'on ne se souvient même plus qu'ils existent, voilà l'enjeu. Ces collaborateurs formés permettent d'ouvrir de nouvelles portes, d'arriver jusqu'à des CODIR jusqu'alors inatteignables, le fruit de plusieurs années de labeurs et de projets en tous genre. 

 

L'art de favoriser des échanges intergénérationnels pour briser les silos.

Description

La chance sourit aux audacieux paraît-il. Je ne saurai pas dire si Jérémie a eu de la chance ou pas. Ce qui est sûr en revanche, c'est qu'il n'a pas manqué d'audace ! Propulsé à la tête du pôle data après le départ de ses N+1 et N+2, à peine quelques mois après avoir rejoint la BNP... et se saisir de l'opportunité pour créer un DataLab qui va révolutionner l'usage de la data métier, il fallait en avoir.


La trentaine, reprendre les études et rendre sa thèse à3h du mat, la veille de son mariage. Voilà qui en dit long sur le personnage. Comme dirait l'autre, "la chance, ça se provoque".

 

En bossant sa thèse sur les modèles de traitement du langage, il trouve un modèle sur un blog au fin fond du web. L'auteur du modèle est un ingénieur de chez Google. Le genre de mec inaccessible. C'est presque une bouteille à la mer que lui a lancé Jérémie en lui demandant de l'aide pour avancer sur le modèle de sa thèse. Surprise, le gars répond 2 jours plus trad.

 

Découverte de l'open source, d'un mindset nouveau fait d'ouverture, de partage et de confiance. Piqûre.

 

C'est avec ce même mindset qu'il rejoint la BNP. Quand il lance le DataLab, il repart d'une plateforme embryonnaire, le projet d'une plateforme à destination des Data Scientist du groupe. Quelques mois plus tard, cette plateforme devient une véritable boîte à outil pour plus de 400 Data Scientist, dans une vingtaine de pays.

 

Changement de paradigme. Avant l'existence de cette plateforme par exemple, pour enregistrer une donnée quelque part, il fallait se déplacer, physiquement, parfois loin, avec un disque dur crypté, ouvrir un ticket, etc. Ce qui pouvait parfois prendre des semaines. Avec cette plateforme, tout est intégré, chacun est autonome. La première pierre était posée.

 

La deuxième pierre est peut être plus ambitieuse encore : former les collaborateurs qui le souhaitent aux métiers de demain. C'est ainsi que, profitant du programme Upskilling déjà en place, des gens sont formés au métier de data engineer.

 

Évidemment, c'est très difficile pour eux de rattraper les années, d'être sur des technologies de pointe. Techniquement, ce retard est parfois irratrapable. En revanche, ce qui est sûr, c'est que les années d'expérience métier de ces collaborateurs valent de l'or. Et c'est tout l'enjeu !

 

Casser les silos, ou plutôt, outrepasser les silos, les ignorer si intensément qu'on ne se souvient même plus qu'ils existent, voilà l'enjeu. Ces collaborateurs formés permettent d'ouvrir de nouvelles portes, d'arriver jusqu'à des CODIR jusqu'alors inatteignables, le fruit de plusieurs années de labeurs et de projets en tous genre. 

 

L'art de favoriser des échanges intergénérationnels pour briser les silos.

Share

Embed

You may also like

Description

La chance sourit aux audacieux paraît-il. Je ne saurai pas dire si Jérémie a eu de la chance ou pas. Ce qui est sûr en revanche, c'est qu'il n'a pas manqué d'audace ! Propulsé à la tête du pôle data après le départ de ses N+1 et N+2, à peine quelques mois après avoir rejoint la BNP... et se saisir de l'opportunité pour créer un DataLab qui va révolutionner l'usage de la data métier, il fallait en avoir.


La trentaine, reprendre les études et rendre sa thèse à3h du mat, la veille de son mariage. Voilà qui en dit long sur le personnage. Comme dirait l'autre, "la chance, ça se provoque".

 

En bossant sa thèse sur les modèles de traitement du langage, il trouve un modèle sur un blog au fin fond du web. L'auteur du modèle est un ingénieur de chez Google. Le genre de mec inaccessible. C'est presque une bouteille à la mer que lui a lancé Jérémie en lui demandant de l'aide pour avancer sur le modèle de sa thèse. Surprise, le gars répond 2 jours plus trad.

 

Découverte de l'open source, d'un mindset nouveau fait d'ouverture, de partage et de confiance. Piqûre.

 

C'est avec ce même mindset qu'il rejoint la BNP. Quand il lance le DataLab, il repart d'une plateforme embryonnaire, le projet d'une plateforme à destination des Data Scientist du groupe. Quelques mois plus tard, cette plateforme devient une véritable boîte à outil pour plus de 400 Data Scientist, dans une vingtaine de pays.

 

Changement de paradigme. Avant l'existence de cette plateforme par exemple, pour enregistrer une donnée quelque part, il fallait se déplacer, physiquement, parfois loin, avec un disque dur crypté, ouvrir un ticket, etc. Ce qui pouvait parfois prendre des semaines. Avec cette plateforme, tout est intégré, chacun est autonome. La première pierre était posée.

 

La deuxième pierre est peut être plus ambitieuse encore : former les collaborateurs qui le souhaitent aux métiers de demain. C'est ainsi que, profitant du programme Upskilling déjà en place, des gens sont formés au métier de data engineer.

 

Évidemment, c'est très difficile pour eux de rattraper les années, d'être sur des technologies de pointe. Techniquement, ce retard est parfois irratrapable. En revanche, ce qui est sûr, c'est que les années d'expérience métier de ces collaborateurs valent de l'or. Et c'est tout l'enjeu !

 

Casser les silos, ou plutôt, outrepasser les silos, les ignorer si intensément qu'on ne se souvient même plus qu'ils existent, voilà l'enjeu. Ces collaborateurs formés permettent d'ouvrir de nouvelles portes, d'arriver jusqu'à des CODIR jusqu'alors inatteignables, le fruit de plusieurs années de labeurs et de projets en tous genre. 

 

L'art de favoriser des échanges intergénérationnels pour briser les silos.

Description

La chance sourit aux audacieux paraît-il. Je ne saurai pas dire si Jérémie a eu de la chance ou pas. Ce qui est sûr en revanche, c'est qu'il n'a pas manqué d'audace ! Propulsé à la tête du pôle data après le départ de ses N+1 et N+2, à peine quelques mois après avoir rejoint la BNP... et se saisir de l'opportunité pour créer un DataLab qui va révolutionner l'usage de la data métier, il fallait en avoir.


La trentaine, reprendre les études et rendre sa thèse à3h du mat, la veille de son mariage. Voilà qui en dit long sur le personnage. Comme dirait l'autre, "la chance, ça se provoque".

 

En bossant sa thèse sur les modèles de traitement du langage, il trouve un modèle sur un blog au fin fond du web. L'auteur du modèle est un ingénieur de chez Google. Le genre de mec inaccessible. C'est presque une bouteille à la mer que lui a lancé Jérémie en lui demandant de l'aide pour avancer sur le modèle de sa thèse. Surprise, le gars répond 2 jours plus trad.

 

Découverte de l'open source, d'un mindset nouveau fait d'ouverture, de partage et de confiance. Piqûre.

 

C'est avec ce même mindset qu'il rejoint la BNP. Quand il lance le DataLab, il repart d'une plateforme embryonnaire, le projet d'une plateforme à destination des Data Scientist du groupe. Quelques mois plus tard, cette plateforme devient une véritable boîte à outil pour plus de 400 Data Scientist, dans une vingtaine de pays.

 

Changement de paradigme. Avant l'existence de cette plateforme par exemple, pour enregistrer une donnée quelque part, il fallait se déplacer, physiquement, parfois loin, avec un disque dur crypté, ouvrir un ticket, etc. Ce qui pouvait parfois prendre des semaines. Avec cette plateforme, tout est intégré, chacun est autonome. La première pierre était posée.

 

La deuxième pierre est peut être plus ambitieuse encore : former les collaborateurs qui le souhaitent aux métiers de demain. C'est ainsi que, profitant du programme Upskilling déjà en place, des gens sont formés au métier de data engineer.

 

Évidemment, c'est très difficile pour eux de rattraper les années, d'être sur des technologies de pointe. Techniquement, ce retard est parfois irratrapable. En revanche, ce qui est sûr, c'est que les années d'expérience métier de ces collaborateurs valent de l'or. Et c'est tout l'enjeu !

 

Casser les silos, ou plutôt, outrepasser les silos, les ignorer si intensément qu'on ne se souvient même plus qu'ils existent, voilà l'enjeu. Ces collaborateurs formés permettent d'ouvrir de nouvelles portes, d'arriver jusqu'à des CODIR jusqu'alors inatteignables, le fruit de plusieurs années de labeurs et de projets en tous genre. 

 

L'art de favoriser des échanges intergénérationnels pour briser les silos.

Share

Embed

You may also like