Il était une fois... le bijou

le bijou comme un bisou #35 l'art de la glyptique

le bijou comme un bisou #35 l'art de la glyptique

09min |23/04/2020
Listen
Il était une fois... le bijou

le bijou comme un bisou #35 l'art de la glyptique

le bijou comme un bisou #35 l'art de la glyptique

09min |23/04/2020
Listen

Description

   

Parce que le soir les pensées remontent, j’avais envie de vous lire une histoire.

Parce que les temps sont incertains j’avais envie de vous envoyer un câlin, un bisou. Alors je vous propose le bijou comme un bisou du soir.

Il était une fois l’art de la glyptique...

La glyptique vient du mot grec glyptós qui signifie objet gravé.

En matière d’art, il consiste à graver et à sculpter des pierres dures, précieuses ou fines. 

Les sceaux cylindriques de la région de Sumer, en basse Mésopotamie, témoignent les premiers de cet art et datent de 5000 ans avant J.C. Le sceau sert à apposer sa signature et à indiquer sa position sociale, la glyptique a donc une fonction utilitaire, un peu comme un logo aujourd’hui.  

La glyptique débouche sur 2 techniques : l’intaille et le camée.

Dans l’intaille, le motif est gravé en dépression, c’est-à-dire en creux dans la matière.

Dans le camée, c’est l’inverse, la pierre est sculptée en relief.  

La glyptique est devenue un métier rare. Depuis 1995, aucun enseignement national n’est dispensé.

Le savoir-faire de la glyptique est, en France, inscrit à l'Inventaire du patrimoine culturel immatériel à la direction générale des Patrimoines, du ministère de la Culture. En tout il doit y avoir à peine 10 glypticiens en France dont le plus connu est certainement le Maître d’art Philippe Nicolas qui réalise des pièces uniques pour la haute joaillerie de Cartier. 

Ainsi se termine cette histoire d’Il était une fois le bijou. Si cette histoire vous a plu, partagez la autour de vous, pour vous aussi envoyer plein de bijou bisou et encouragez moi en me mettant plein d’étoiles et de like.

A demain pour un prochain bijou, un nouveau bisou du soir

Site

Twitter

Facebook

Instagram

LinkedIn

Description

   

Parce que le soir les pensées remontent, j’avais envie de vous lire une histoire.

Parce que les temps sont incertains j’avais envie de vous envoyer un câlin, un bisou. Alors je vous propose le bijou comme un bisou du soir.

Il était une fois l’art de la glyptique...

La glyptique vient du mot grec glyptós qui signifie objet gravé.

En matière d’art, il consiste à graver et à sculpter des pierres dures, précieuses ou fines. 

Les sceaux cylindriques de la région de Sumer, en basse Mésopotamie, témoignent les premiers de cet art et datent de 5000 ans avant J.C. Le sceau sert à apposer sa signature et à indiquer sa position sociale, la glyptique a donc une fonction utilitaire, un peu comme un logo aujourd’hui.  

La glyptique débouche sur 2 techniques : l’intaille et le camée.

Dans l’intaille, le motif est gravé en dépression, c’est-à-dire en creux dans la matière.

Dans le camée, c’est l’inverse, la pierre est sculptée en relief.  

La glyptique est devenue un métier rare. Depuis 1995, aucun enseignement national n’est dispensé.

Le savoir-faire de la glyptique est, en France, inscrit à l'Inventaire du patrimoine culturel immatériel à la direction générale des Patrimoines, du ministère de la Culture. En tout il doit y avoir à peine 10 glypticiens en France dont le plus connu est certainement le Maître d’art Philippe Nicolas qui réalise des pièces uniques pour la haute joaillerie de Cartier. 

Ainsi se termine cette histoire d’Il était une fois le bijou. Si cette histoire vous a plu, partagez la autour de vous, pour vous aussi envoyer plein de bijou bisou et encouragez moi en me mettant plein d’étoiles et de like.

A demain pour un prochain bijou, un nouveau bisou du soir

Site

Twitter

Facebook

Instagram

LinkedIn

Share

Embed

To listen also

Description

   

Parce que le soir les pensées remontent, j’avais envie de vous lire une histoire.

Parce que les temps sont incertains j’avais envie de vous envoyer un câlin, un bisou. Alors je vous propose le bijou comme un bisou du soir.

Il était une fois l’art de la glyptique...

La glyptique vient du mot grec glyptós qui signifie objet gravé.

En matière d’art, il consiste à graver et à sculpter des pierres dures, précieuses ou fines. 

Les sceaux cylindriques de la région de Sumer, en basse Mésopotamie, témoignent les premiers de cet art et datent de 5000 ans avant J.C. Le sceau sert à apposer sa signature et à indiquer sa position sociale, la glyptique a donc une fonction utilitaire, un peu comme un logo aujourd’hui.  

La glyptique débouche sur 2 techniques : l’intaille et le camée.

Dans l’intaille, le motif est gravé en dépression, c’est-à-dire en creux dans la matière.

Dans le camée, c’est l’inverse, la pierre est sculptée en relief.  

La glyptique est devenue un métier rare. Depuis 1995, aucun enseignement national n’est dispensé.

Le savoir-faire de la glyptique est, en France, inscrit à l'Inventaire du patrimoine culturel immatériel à la direction générale des Patrimoines, du ministère de la Culture. En tout il doit y avoir à peine 10 glypticiens en France dont le plus connu est certainement le Maître d’art Philippe Nicolas qui réalise des pièces uniques pour la haute joaillerie de Cartier. 

Ainsi se termine cette histoire d’Il était une fois le bijou. Si cette histoire vous a plu, partagez la autour de vous, pour vous aussi envoyer plein de bijou bisou et encouragez moi en me mettant plein d’étoiles et de like.

A demain pour un prochain bijou, un nouveau bisou du soir

Site

Twitter

Facebook

Instagram

LinkedIn

Description

   

Parce que le soir les pensées remontent, j’avais envie de vous lire une histoire.

Parce que les temps sont incertains j’avais envie de vous envoyer un câlin, un bisou. Alors je vous propose le bijou comme un bisou du soir.

Il était une fois l’art de la glyptique...

La glyptique vient du mot grec glyptós qui signifie objet gravé.

En matière d’art, il consiste à graver et à sculpter des pierres dures, précieuses ou fines. 

Les sceaux cylindriques de la région de Sumer, en basse Mésopotamie, témoignent les premiers de cet art et datent de 5000 ans avant J.C. Le sceau sert à apposer sa signature et à indiquer sa position sociale, la glyptique a donc une fonction utilitaire, un peu comme un logo aujourd’hui.  

La glyptique débouche sur 2 techniques : l’intaille et le camée.

Dans l’intaille, le motif est gravé en dépression, c’est-à-dire en creux dans la matière.

Dans le camée, c’est l’inverse, la pierre est sculptée en relief.  

La glyptique est devenue un métier rare. Depuis 1995, aucun enseignement national n’est dispensé.

Le savoir-faire de la glyptique est, en France, inscrit à l'Inventaire du patrimoine culturel immatériel à la direction générale des Patrimoines, du ministère de la Culture. En tout il doit y avoir à peine 10 glypticiens en France dont le plus connu est certainement le Maître d’art Philippe Nicolas qui réalise des pièces uniques pour la haute joaillerie de Cartier. 

Ainsi se termine cette histoire d’Il était une fois le bijou. Si cette histoire vous a plu, partagez la autour de vous, pour vous aussi envoyer plein de bijou bisou et encouragez moi en me mettant plein d’étoiles et de like.

A demain pour un prochain bijou, un nouveau bisou du soir

Site

Twitter

Facebook

Instagram

LinkedIn

Share

Embed

To listen also