Le HPI est-il un animal sociable?  (HPI, Surdoué.es & friends) Part2-avec Nathalie Boisselier cover
Le HPI est-il un animal sociable?  (HPI, Surdoué.es & friends) Part2-avec Nathalie Boisselier cover
Intensément podcast - L'univers des HPI, Neuroatypiques & Co

Le HPI est-il un animal sociable? (HPI, Surdoué.es & friends) Part2-avec Nathalie Boisselier

Le HPI est-il un animal sociable? (HPI, Surdoué.es & friends) Part2-avec Nathalie Boisselier

40min |15/09/2021
Play
Le HPI est-il un animal sociable?  (HPI, Surdoué.es & friends) Part2-avec Nathalie Boisselier cover
Le HPI est-il un animal sociable?  (HPI, Surdoué.es & friends) Part2-avec Nathalie Boisselier cover
Intensément podcast - L'univers des HPI, Neuroatypiques & Co

Le HPI est-il un animal sociable? (HPI, Surdoué.es & friends) Part2-avec Nathalie Boisselier

Le HPI est-il un animal sociable? (HPI, Surdoué.es & friends) Part2-avec Nathalie Boisselier

40min |15/09/2021
Play

Description

2eme partie du foisonant entretien avec Nathalie Boisselier, psychologue spécialisée HPI, doctorante, chargée de cours et chercheuse. Nous allons enfin décortiquer son étude sur la sociabilité et l’attrait pour la solitude des adultes à haut potentiel intellectuels!

 Sur les reseaux, que voit-on? D’un coté de tres nombreux témoignages expriment une une introversion, un décalage ou une difficulté à la communication, de l’autre on repère des leaders, boute en train ou tout simplement bons-vivants sans complexes curieux et aimant aller à la rencontre des autres… 

Qu’en est -il donc sur cette étude originale réalisée sur pres de 300 personnes, et dont l'autrice en donne ce résumé:

"En comparaison d'un groupe de personnes déclarant ne pas avoir reçu cette identification, l'étude montre que les adultes HPI sont plus sociables que les autres, mais ils sont sociables "autrement" : ils ressentent moins que les autres le besoin de s'entourer de beaucoup de gens. Et généralement, ils ont une sensibilité sociale plus forte. C'est-à-dire qu'ils ont une plus grande crainte du jugement et de l'évaluation, tout en étant plus attentionnés.

En parallèle, ils se montrent plus autonomes et indépendants. Ils sont plus tournés vers l'atteinte de leurs buts et plus attachés à leur liberté d'action et de mouvement. En confirmation des résultats sur la sociabilité, ils ont un plus grand besoin de moments de solitude (ce qui ne veut pas dire qu'ils sont plus seuls !). Il est difficile de savoir si ce besoin de solitude correspond à un besoin de temps libre pour s'adonner à leurs centres d'intérêt ou bien s'ils s'accommodent du fait qu'ils appartiennent à une population numériquement plus rare et ont donc plus de mal à trouver des personnes qui leur ressemblent et partagent les mêmes centres d'intérêt.

Finalement, il faut noter que cette étude était la première à s'intéresser à la sociabilité des adultes HPI. Elle suggère qu'ils sont très motivés à s’engager dans des interactions positives avec les autres, bien qu’ils n’expriment pas les mêmes besoins que leurs pairs concernant la fréquence, la quantité et la qualité de ces interactions. Ils pourraient être plus solitaires et mieux se porter en limitant leurs interactions avec peu d’amis. "

Bonne écoute !

l'étude sur la sociabilité et l’attrait pour la solitude des adultes à haut potentiel intellectuels  

l'étude de Csikszentmihalyi, M., Rathunde, K., & Whalen, S. (1997). Talented Teenagers: The Roots of Success and Failure

😊 Pour supporter le podcast (ou mon travail) en me payant un café c'est ici 😉  

Description

2eme partie du foisonant entretien avec Nathalie Boisselier, psychologue spécialisée HPI, doctorante, chargée de cours et chercheuse. Nous allons enfin décortiquer son étude sur la sociabilité et l’attrait pour la solitude des adultes à haut potentiel intellectuels!

 Sur les reseaux, que voit-on? D’un coté de tres nombreux témoignages expriment une une introversion, un décalage ou une difficulté à la communication, de l’autre on repère des leaders, boute en train ou tout simplement bons-vivants sans complexes curieux et aimant aller à la rencontre des autres… 

Qu’en est -il donc sur cette étude originale réalisée sur pres de 300 personnes, et dont l'autrice en donne ce résumé:

"En comparaison d'un groupe de personnes déclarant ne pas avoir reçu cette identification, l'étude montre que les adultes HPI sont plus sociables que les autres, mais ils sont sociables "autrement" : ils ressentent moins que les autres le besoin de s'entourer de beaucoup de gens. Et généralement, ils ont une sensibilité sociale plus forte. C'est-à-dire qu'ils ont une plus grande crainte du jugement et de l'évaluation, tout en étant plus attentionnés.

En parallèle, ils se montrent plus autonomes et indépendants. Ils sont plus tournés vers l'atteinte de leurs buts et plus attachés à leur liberté d'action et de mouvement. En confirmation des résultats sur la sociabilité, ils ont un plus grand besoin de moments de solitude (ce qui ne veut pas dire qu'ils sont plus seuls !). Il est difficile de savoir si ce besoin de solitude correspond à un besoin de temps libre pour s'adonner à leurs centres d'intérêt ou bien s'ils s'accommodent du fait qu'ils appartiennent à une population numériquement plus rare et ont donc plus de mal à trouver des personnes qui leur ressemblent et partagent les mêmes centres d'intérêt.

Finalement, il faut noter que cette étude était la première à s'intéresser à la sociabilité des adultes HPI. Elle suggère qu'ils sont très motivés à s’engager dans des interactions positives avec les autres, bien qu’ils n’expriment pas les mêmes besoins que leurs pairs concernant la fréquence, la quantité et la qualité de ces interactions. Ils pourraient être plus solitaires et mieux se porter en limitant leurs interactions avec peu d’amis. "

Bonne écoute !

l'étude sur la sociabilité et l’attrait pour la solitude des adultes à haut potentiel intellectuels  

l'étude de Csikszentmihalyi, M., Rathunde, K., & Whalen, S. (1997). Talented Teenagers: The Roots of Success and Failure

😊 Pour supporter le podcast (ou mon travail) en me payant un café c'est ici 😉  

Share

Embed

You may also like

Description

2eme partie du foisonant entretien avec Nathalie Boisselier, psychologue spécialisée HPI, doctorante, chargée de cours et chercheuse. Nous allons enfin décortiquer son étude sur la sociabilité et l’attrait pour la solitude des adultes à haut potentiel intellectuels!

 Sur les reseaux, que voit-on? D’un coté de tres nombreux témoignages expriment une une introversion, un décalage ou une difficulté à la communication, de l’autre on repère des leaders, boute en train ou tout simplement bons-vivants sans complexes curieux et aimant aller à la rencontre des autres… 

Qu’en est -il donc sur cette étude originale réalisée sur pres de 300 personnes, et dont l'autrice en donne ce résumé:

"En comparaison d'un groupe de personnes déclarant ne pas avoir reçu cette identification, l'étude montre que les adultes HPI sont plus sociables que les autres, mais ils sont sociables "autrement" : ils ressentent moins que les autres le besoin de s'entourer de beaucoup de gens. Et généralement, ils ont une sensibilité sociale plus forte. C'est-à-dire qu'ils ont une plus grande crainte du jugement et de l'évaluation, tout en étant plus attentionnés.

En parallèle, ils se montrent plus autonomes et indépendants. Ils sont plus tournés vers l'atteinte de leurs buts et plus attachés à leur liberté d'action et de mouvement. En confirmation des résultats sur la sociabilité, ils ont un plus grand besoin de moments de solitude (ce qui ne veut pas dire qu'ils sont plus seuls !). Il est difficile de savoir si ce besoin de solitude correspond à un besoin de temps libre pour s'adonner à leurs centres d'intérêt ou bien s'ils s'accommodent du fait qu'ils appartiennent à une population numériquement plus rare et ont donc plus de mal à trouver des personnes qui leur ressemblent et partagent les mêmes centres d'intérêt.

Finalement, il faut noter que cette étude était la première à s'intéresser à la sociabilité des adultes HPI. Elle suggère qu'ils sont très motivés à s’engager dans des interactions positives avec les autres, bien qu’ils n’expriment pas les mêmes besoins que leurs pairs concernant la fréquence, la quantité et la qualité de ces interactions. Ils pourraient être plus solitaires et mieux se porter en limitant leurs interactions avec peu d’amis. "

Bonne écoute !

l'étude sur la sociabilité et l’attrait pour la solitude des adultes à haut potentiel intellectuels  

l'étude de Csikszentmihalyi, M., Rathunde, K., & Whalen, S. (1997). Talented Teenagers: The Roots of Success and Failure

😊 Pour supporter le podcast (ou mon travail) en me payant un café c'est ici 😉  

Description

2eme partie du foisonant entretien avec Nathalie Boisselier, psychologue spécialisée HPI, doctorante, chargée de cours et chercheuse. Nous allons enfin décortiquer son étude sur la sociabilité et l’attrait pour la solitude des adultes à haut potentiel intellectuels!

 Sur les reseaux, que voit-on? D’un coté de tres nombreux témoignages expriment une une introversion, un décalage ou une difficulté à la communication, de l’autre on repère des leaders, boute en train ou tout simplement bons-vivants sans complexes curieux et aimant aller à la rencontre des autres… 

Qu’en est -il donc sur cette étude originale réalisée sur pres de 300 personnes, et dont l'autrice en donne ce résumé:

"En comparaison d'un groupe de personnes déclarant ne pas avoir reçu cette identification, l'étude montre que les adultes HPI sont plus sociables que les autres, mais ils sont sociables "autrement" : ils ressentent moins que les autres le besoin de s'entourer de beaucoup de gens. Et généralement, ils ont une sensibilité sociale plus forte. C'est-à-dire qu'ils ont une plus grande crainte du jugement et de l'évaluation, tout en étant plus attentionnés.

En parallèle, ils se montrent plus autonomes et indépendants. Ils sont plus tournés vers l'atteinte de leurs buts et plus attachés à leur liberté d'action et de mouvement. En confirmation des résultats sur la sociabilité, ils ont un plus grand besoin de moments de solitude (ce qui ne veut pas dire qu'ils sont plus seuls !). Il est difficile de savoir si ce besoin de solitude correspond à un besoin de temps libre pour s'adonner à leurs centres d'intérêt ou bien s'ils s'accommodent du fait qu'ils appartiennent à une population numériquement plus rare et ont donc plus de mal à trouver des personnes qui leur ressemblent et partagent les mêmes centres d'intérêt.

Finalement, il faut noter que cette étude était la première à s'intéresser à la sociabilité des adultes HPI. Elle suggère qu'ils sont très motivés à s’engager dans des interactions positives avec les autres, bien qu’ils n’expriment pas les mêmes besoins que leurs pairs concernant la fréquence, la quantité et la qualité de ces interactions. Ils pourraient être plus solitaires et mieux se porter en limitant leurs interactions avec peu d’amis. "

Bonne écoute !

l'étude sur la sociabilité et l’attrait pour la solitude des adultes à haut potentiel intellectuels  

l'étude de Csikszentmihalyi, M., Rathunde, K., & Whalen, S. (1997). Talented Teenagers: The Roots of Success and Failure

😊 Pour supporter le podcast (ou mon travail) en me payant un café c'est ici 😉  

Share

Embed

You may also like