undefined cover
undefined cover
Episode 3. Sean Krebs : l'expérience d'un jeune urbaniste pour co-construire le bien-être étudiant sur un campus cover
Episode 3. Sean Krebs : l'expérience d'un jeune urbaniste pour co-construire le bien-être étudiant sur un campus cover
Interfaces

Episode 3. Sean Krebs : l'expérience d'un jeune urbaniste pour co-construire le bien-être étudiant sur un campus

Episode 3. Sean Krebs : l'expérience d'un jeune urbaniste pour co-construire le bien-être étudiant sur un campus

14min |01/07/2022|

11

Play
undefined cover
undefined cover
Episode 3. Sean Krebs : l'expérience d'un jeune urbaniste pour co-construire le bien-être étudiant sur un campus cover
Episode 3. Sean Krebs : l'expérience d'un jeune urbaniste pour co-construire le bien-être étudiant sur un campus cover
Interfaces

Episode 3. Sean Krebs : l'expérience d'un jeune urbaniste pour co-construire le bien-être étudiant sur un campus

Episode 3. Sean Krebs : l'expérience d'un jeune urbaniste pour co-construire le bien-être étudiant sur un campus

14min |01/07/2022|

11

Play

Description

Interfaces, le podcast de la rencontre entre recherche académique, société et territoire. Une co-production du programme de recherche E-city et de la Chaire Aménager le Grand Paris, qui donne la parole aux chercheurs, étudiants, experts et militants.  


Pour cette première série, nous parlerons de santé environnementale, définie comme les aspects de la santé humaine qui sont déterminés par tous les facteurs de notre environnement physique et social.  


Comment mieux connaître et améliorer la santé des étudiants sur un campus universitaire du Grand Paris ? Dans ce troisième épisode, je discute avec Sean Krebs, étudiant en Master 2 à l’Ecole d’Urbanisme de Paris, actuellement en stage de fin d’études à l’agence d’architecture AREP. Il nous explique en quoi les interfaces sont pour lui au cœur de son domaine d’étude : l’urbanisme comme espace de rencontre entre différents domaines scientifiques, entre le savant et le professionnel, l’université et l’entreprise, ou encore entre les professionnels et les citoyens. 


Les interfaces, Sean les a expérimentées cette année lors d’un atelier pédagogique, visant à co-construire avec les étudiants du campus centre de l’UPEC, les conditions de leur propre bien-être. Vaste chantier, à l’interface entre des méthodes de la recherche scientifique (notamment des enquêtes sociologiques), un enjeu sociétal (le bien-être des étudiants) et un territoire d’expérimentation (le campus centre de l’UPEC).
Outre une meilleure connaissance des conditions de bien-être des étudiants, cet atelier avait pour Sean le mérite de remettre en question la posture surplombante de l’urbaniste “sachant”, et de faire voir que les étudiants ont une voix à porter, mais pas toujours les occasions de la faire entendre.  


Les interfaces, Sean les envisage enfin au cœur de son avenir professionnel en tant qu’urbaniste. Il prône une meilleure coopération entre les différents professionnels de la ville, et une plus forte intégration des usagers. L’intégration des usagers dans les projets d’urbanisme, les “démarches participatives”, c’est selon lui la nouvelle ruée vers l’or : tout le monde veut se positionner le premier. Lui envisage cette intégration comme une activité politique du quotidien, qui permet aux usagers de mieux s’approprier
les projets, et donc de mieux s’approprier la ville. Cette intégration est pour lui indispensable au vu des défis sanitaires et environnementaux que connaissent les villes, tels que la reconquête de l’espace public, ou les conflits d’usage liés aux nouvelles mobilités.  


Bonne écoute !


Pour aller plus loin :

Bilan de l’atelier mentionné dans l’épisode, sur le bien-être des étudiants de l’UPEC : https://e-city.fr/atelier-etudiants-m2aude/  

Description

Interfaces, le podcast de la rencontre entre recherche académique, société et territoire. Une co-production du programme de recherche E-city et de la Chaire Aménager le Grand Paris, qui donne la parole aux chercheurs, étudiants, experts et militants.  


Pour cette première série, nous parlerons de santé environnementale, définie comme les aspects de la santé humaine qui sont déterminés par tous les facteurs de notre environnement physique et social.  


Comment mieux connaître et améliorer la santé des étudiants sur un campus universitaire du Grand Paris ? Dans ce troisième épisode, je discute avec Sean Krebs, étudiant en Master 2 à l’Ecole d’Urbanisme de Paris, actuellement en stage de fin d’études à l’agence d’architecture AREP. Il nous explique en quoi les interfaces sont pour lui au cœur de son domaine d’étude : l’urbanisme comme espace de rencontre entre différents domaines scientifiques, entre le savant et le professionnel, l’université et l’entreprise, ou encore entre les professionnels et les citoyens. 


Les interfaces, Sean les a expérimentées cette année lors d’un atelier pédagogique, visant à co-construire avec les étudiants du campus centre de l’UPEC, les conditions de leur propre bien-être. Vaste chantier, à l’interface entre des méthodes de la recherche scientifique (notamment des enquêtes sociologiques), un enjeu sociétal (le bien-être des étudiants) et un territoire d’expérimentation (le campus centre de l’UPEC).
Outre une meilleure connaissance des conditions de bien-être des étudiants, cet atelier avait pour Sean le mérite de remettre en question la posture surplombante de l’urbaniste “sachant”, et de faire voir que les étudiants ont une voix à porter, mais pas toujours les occasions de la faire entendre.  


Les interfaces, Sean les envisage enfin au cœur de son avenir professionnel en tant qu’urbaniste. Il prône une meilleure coopération entre les différents professionnels de la ville, et une plus forte intégration des usagers. L’intégration des usagers dans les projets d’urbanisme, les “démarches participatives”, c’est selon lui la nouvelle ruée vers l’or : tout le monde veut se positionner le premier. Lui envisage cette intégration comme une activité politique du quotidien, qui permet aux usagers de mieux s’approprier
les projets, et donc de mieux s’approprier la ville. Cette intégration est pour lui indispensable au vu des défis sanitaires et environnementaux que connaissent les villes, tels que la reconquête de l’espace public, ou les conflits d’usage liés aux nouvelles mobilités.  


Bonne écoute !


Pour aller plus loin :

Bilan de l’atelier mentionné dans l’épisode, sur le bien-être des étudiants de l’UPEC : https://e-city.fr/atelier-etudiants-m2aude/  

Share

Embed

You may also like

Description

Interfaces, le podcast de la rencontre entre recherche académique, société et territoire. Une co-production du programme de recherche E-city et de la Chaire Aménager le Grand Paris, qui donne la parole aux chercheurs, étudiants, experts et militants.  


Pour cette première série, nous parlerons de santé environnementale, définie comme les aspects de la santé humaine qui sont déterminés par tous les facteurs de notre environnement physique et social.  


Comment mieux connaître et améliorer la santé des étudiants sur un campus universitaire du Grand Paris ? Dans ce troisième épisode, je discute avec Sean Krebs, étudiant en Master 2 à l’Ecole d’Urbanisme de Paris, actuellement en stage de fin d’études à l’agence d’architecture AREP. Il nous explique en quoi les interfaces sont pour lui au cœur de son domaine d’étude : l’urbanisme comme espace de rencontre entre différents domaines scientifiques, entre le savant et le professionnel, l’université et l’entreprise, ou encore entre les professionnels et les citoyens. 


Les interfaces, Sean les a expérimentées cette année lors d’un atelier pédagogique, visant à co-construire avec les étudiants du campus centre de l’UPEC, les conditions de leur propre bien-être. Vaste chantier, à l’interface entre des méthodes de la recherche scientifique (notamment des enquêtes sociologiques), un enjeu sociétal (le bien-être des étudiants) et un territoire d’expérimentation (le campus centre de l’UPEC).
Outre une meilleure connaissance des conditions de bien-être des étudiants, cet atelier avait pour Sean le mérite de remettre en question la posture surplombante de l’urbaniste “sachant”, et de faire voir que les étudiants ont une voix à porter, mais pas toujours les occasions de la faire entendre.  


Les interfaces, Sean les envisage enfin au cœur de son avenir professionnel en tant qu’urbaniste. Il prône une meilleure coopération entre les différents professionnels de la ville, et une plus forte intégration des usagers. L’intégration des usagers dans les projets d’urbanisme, les “démarches participatives”, c’est selon lui la nouvelle ruée vers l’or : tout le monde veut se positionner le premier. Lui envisage cette intégration comme une activité politique du quotidien, qui permet aux usagers de mieux s’approprier
les projets, et donc de mieux s’approprier la ville. Cette intégration est pour lui indispensable au vu des défis sanitaires et environnementaux que connaissent les villes, tels que la reconquête de l’espace public, ou les conflits d’usage liés aux nouvelles mobilités.  


Bonne écoute !


Pour aller plus loin :

Bilan de l’atelier mentionné dans l’épisode, sur le bien-être des étudiants de l’UPEC : https://e-city.fr/atelier-etudiants-m2aude/  

Description

Interfaces, le podcast de la rencontre entre recherche académique, société et territoire. Une co-production du programme de recherche E-city et de la Chaire Aménager le Grand Paris, qui donne la parole aux chercheurs, étudiants, experts et militants.  


Pour cette première série, nous parlerons de santé environnementale, définie comme les aspects de la santé humaine qui sont déterminés par tous les facteurs de notre environnement physique et social.  


Comment mieux connaître et améliorer la santé des étudiants sur un campus universitaire du Grand Paris ? Dans ce troisième épisode, je discute avec Sean Krebs, étudiant en Master 2 à l’Ecole d’Urbanisme de Paris, actuellement en stage de fin d’études à l’agence d’architecture AREP. Il nous explique en quoi les interfaces sont pour lui au cœur de son domaine d’étude : l’urbanisme comme espace de rencontre entre différents domaines scientifiques, entre le savant et le professionnel, l’université et l’entreprise, ou encore entre les professionnels et les citoyens. 


Les interfaces, Sean les a expérimentées cette année lors d’un atelier pédagogique, visant à co-construire avec les étudiants du campus centre de l’UPEC, les conditions de leur propre bien-être. Vaste chantier, à l’interface entre des méthodes de la recherche scientifique (notamment des enquêtes sociologiques), un enjeu sociétal (le bien-être des étudiants) et un territoire d’expérimentation (le campus centre de l’UPEC).
Outre une meilleure connaissance des conditions de bien-être des étudiants, cet atelier avait pour Sean le mérite de remettre en question la posture surplombante de l’urbaniste “sachant”, et de faire voir que les étudiants ont une voix à porter, mais pas toujours les occasions de la faire entendre.  


Les interfaces, Sean les envisage enfin au cœur de son avenir professionnel en tant qu’urbaniste. Il prône une meilleure coopération entre les différents professionnels de la ville, et une plus forte intégration des usagers. L’intégration des usagers dans les projets d’urbanisme, les “démarches participatives”, c’est selon lui la nouvelle ruée vers l’or : tout le monde veut se positionner le premier. Lui envisage cette intégration comme une activité politique du quotidien, qui permet aux usagers de mieux s’approprier
les projets, et donc de mieux s’approprier la ville. Cette intégration est pour lui indispensable au vu des défis sanitaires et environnementaux que connaissent les villes, tels que la reconquête de l’espace public, ou les conflits d’usage liés aux nouvelles mobilités.  


Bonne écoute !


Pour aller plus loin :

Bilan de l’atelier mentionné dans l’épisode, sur le bien-être des étudiants de l’UPEC : https://e-city.fr/atelier-etudiants-m2aude/  

Share

Embed

You may also like