#23 Emmanuelle, conservatrice du patrimoine cover
#23 Emmanuelle, conservatrice du patrimoine cover
Into the job

#23 Emmanuelle, conservatrice du patrimoine

#23 Emmanuelle, conservatrice du patrimoine

31min |19/08/2020
Listen
#23 Emmanuelle, conservatrice du patrimoine cover
#23 Emmanuelle, conservatrice du patrimoine cover
Into the job

#23 Emmanuelle, conservatrice du patrimoine

#23 Emmanuelle, conservatrice du patrimoine

31min |19/08/2020
Listen

Description

 Bienvenue dans le 23ème épisode du podcast Into the job. Je suis Laura et je suis ravie de vous retrouver pour un nouveau métier.

Je ne sais pas pour vous, mais moi j’adore flâner dans les musées, prendre mon temps pour découvrir de nouveaux peintres. Il arrive parfois qu’on tombe complètement sous le charme d’une oeuvre ou d’un artiste et puis d’autres fois, on aime moins. En fait, on se laisse juste porter de salle en salle, d’oeuvre en oeuvre, sans trop se poser la question de comment l’oeuvre est arrivée jusqu’ici ? qu’est-ce qui fait qu’elle est exposée dans cette salle, à cette place ? depuis combien de temps elle se trouve là ? pourquoi avoir choisi tel sujet d’exposition ? Bref, on ne pense pas à toute cette partie, la partie cachée, dans les coulisses du musée que nous fréquentons nous, visiteurs. Si vous avez écouté la saison 2 du podcast et plus particulièrement l’épisode sur les métiers invisibles, cela vous rappellera quelque chose. 

Emmanuelle fait partie de ceux et celles qui exercent un métier invisible, qui n’en reste pas moins passionnant et fascinant : elle est Responsable du département de Conservation du patrimoine du Musée National de l'Éducation, qui se trouve à Rouen et qui fait partie des 41 musées nationaux de France. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, les conservateurs du patrimoine ne sont pas si nombreux que ça en France, on en dénombre environ 1000, dont 800 travaillent dans des musées. Une goutte d’eau dans l’océan des métiers de la culture qui s’explique par l’entrée dans la profession par un concours très sélectif, pour accéder aux formations du prestigieux Institut national du patrimoine. Pour dire, c’est entre 40 et 50 lauréats retenus pour 1000 candidats. Bien entendu, certains prennent des chemins de traverse pour accéder aux postes de conservation du patrimoine.

J’étais très heureuse de pouvoir rencontrer et d’échanger avec Emmanuelle. Elle nous partage son quotidien au milieu des 950 000 oeuvres, rien que ça, du Musée, et aux côtés des autres professionnels de la culture qu’elle côtoie tous les jours. Elle nous partage ce que veut dire la conservation dans un monde où l’on nous incite plus à jeter et à remplacer qu’à entretenir. Et elle parle de traces, celles qui nous parviennent et qui nous en disent long et surtout celles que l’on peut laisser nous, de façon très humble, pour que les futures générations puissent comprendre nos façons de vivre.


Animation : Laura Pironnet

Musique par Eric Pitzini

Description

 Bienvenue dans le 23ème épisode du podcast Into the job. Je suis Laura et je suis ravie de vous retrouver pour un nouveau métier.

Je ne sais pas pour vous, mais moi j’adore flâner dans les musées, prendre mon temps pour découvrir de nouveaux peintres. Il arrive parfois qu’on tombe complètement sous le charme d’une oeuvre ou d’un artiste et puis d’autres fois, on aime moins. En fait, on se laisse juste porter de salle en salle, d’oeuvre en oeuvre, sans trop se poser la question de comment l’oeuvre est arrivée jusqu’ici ? qu’est-ce qui fait qu’elle est exposée dans cette salle, à cette place ? depuis combien de temps elle se trouve là ? pourquoi avoir choisi tel sujet d’exposition ? Bref, on ne pense pas à toute cette partie, la partie cachée, dans les coulisses du musée que nous fréquentons nous, visiteurs. Si vous avez écouté la saison 2 du podcast et plus particulièrement l’épisode sur les métiers invisibles, cela vous rappellera quelque chose. 

Emmanuelle fait partie de ceux et celles qui exercent un métier invisible, qui n’en reste pas moins passionnant et fascinant : elle est Responsable du département de Conservation du patrimoine du Musée National de l'Éducation, qui se trouve à Rouen et qui fait partie des 41 musées nationaux de France. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, les conservateurs du patrimoine ne sont pas si nombreux que ça en France, on en dénombre environ 1000, dont 800 travaillent dans des musées. Une goutte d’eau dans l’océan des métiers de la culture qui s’explique par l’entrée dans la profession par un concours très sélectif, pour accéder aux formations du prestigieux Institut national du patrimoine. Pour dire, c’est entre 40 et 50 lauréats retenus pour 1000 candidats. Bien entendu, certains prennent des chemins de traverse pour accéder aux postes de conservation du patrimoine.

J’étais très heureuse de pouvoir rencontrer et d’échanger avec Emmanuelle. Elle nous partage son quotidien au milieu des 950 000 oeuvres, rien que ça, du Musée, et aux côtés des autres professionnels de la culture qu’elle côtoie tous les jours. Elle nous partage ce que veut dire la conservation dans un monde où l’on nous incite plus à jeter et à remplacer qu’à entretenir. Et elle parle de traces, celles qui nous parviennent et qui nous en disent long et surtout celles que l’on peut laisser nous, de façon très humble, pour que les futures générations puissent comprendre nos façons de vivre.


Animation : Laura Pironnet

Musique par Eric Pitzini

Share

Embed

You may also like

Description

 Bienvenue dans le 23ème épisode du podcast Into the job. Je suis Laura et je suis ravie de vous retrouver pour un nouveau métier.

Je ne sais pas pour vous, mais moi j’adore flâner dans les musées, prendre mon temps pour découvrir de nouveaux peintres. Il arrive parfois qu’on tombe complètement sous le charme d’une oeuvre ou d’un artiste et puis d’autres fois, on aime moins. En fait, on se laisse juste porter de salle en salle, d’oeuvre en oeuvre, sans trop se poser la question de comment l’oeuvre est arrivée jusqu’ici ? qu’est-ce qui fait qu’elle est exposée dans cette salle, à cette place ? depuis combien de temps elle se trouve là ? pourquoi avoir choisi tel sujet d’exposition ? Bref, on ne pense pas à toute cette partie, la partie cachée, dans les coulisses du musée que nous fréquentons nous, visiteurs. Si vous avez écouté la saison 2 du podcast et plus particulièrement l’épisode sur les métiers invisibles, cela vous rappellera quelque chose. 

Emmanuelle fait partie de ceux et celles qui exercent un métier invisible, qui n’en reste pas moins passionnant et fascinant : elle est Responsable du département de Conservation du patrimoine du Musée National de l'Éducation, qui se trouve à Rouen et qui fait partie des 41 musées nationaux de France. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, les conservateurs du patrimoine ne sont pas si nombreux que ça en France, on en dénombre environ 1000, dont 800 travaillent dans des musées. Une goutte d’eau dans l’océan des métiers de la culture qui s’explique par l’entrée dans la profession par un concours très sélectif, pour accéder aux formations du prestigieux Institut national du patrimoine. Pour dire, c’est entre 40 et 50 lauréats retenus pour 1000 candidats. Bien entendu, certains prennent des chemins de traverse pour accéder aux postes de conservation du patrimoine.

J’étais très heureuse de pouvoir rencontrer et d’échanger avec Emmanuelle. Elle nous partage son quotidien au milieu des 950 000 oeuvres, rien que ça, du Musée, et aux côtés des autres professionnels de la culture qu’elle côtoie tous les jours. Elle nous partage ce que veut dire la conservation dans un monde où l’on nous incite plus à jeter et à remplacer qu’à entretenir. Et elle parle de traces, celles qui nous parviennent et qui nous en disent long et surtout celles que l’on peut laisser nous, de façon très humble, pour que les futures générations puissent comprendre nos façons de vivre.


Animation : Laura Pironnet

Musique par Eric Pitzini

Description

 Bienvenue dans le 23ème épisode du podcast Into the job. Je suis Laura et je suis ravie de vous retrouver pour un nouveau métier.

Je ne sais pas pour vous, mais moi j’adore flâner dans les musées, prendre mon temps pour découvrir de nouveaux peintres. Il arrive parfois qu’on tombe complètement sous le charme d’une oeuvre ou d’un artiste et puis d’autres fois, on aime moins. En fait, on se laisse juste porter de salle en salle, d’oeuvre en oeuvre, sans trop se poser la question de comment l’oeuvre est arrivée jusqu’ici ? qu’est-ce qui fait qu’elle est exposée dans cette salle, à cette place ? depuis combien de temps elle se trouve là ? pourquoi avoir choisi tel sujet d’exposition ? Bref, on ne pense pas à toute cette partie, la partie cachée, dans les coulisses du musée que nous fréquentons nous, visiteurs. Si vous avez écouté la saison 2 du podcast et plus particulièrement l’épisode sur les métiers invisibles, cela vous rappellera quelque chose. 

Emmanuelle fait partie de ceux et celles qui exercent un métier invisible, qui n’en reste pas moins passionnant et fascinant : elle est Responsable du département de Conservation du patrimoine du Musée National de l'Éducation, qui se trouve à Rouen et qui fait partie des 41 musées nationaux de France. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, les conservateurs du patrimoine ne sont pas si nombreux que ça en France, on en dénombre environ 1000, dont 800 travaillent dans des musées. Une goutte d’eau dans l’océan des métiers de la culture qui s’explique par l’entrée dans la profession par un concours très sélectif, pour accéder aux formations du prestigieux Institut national du patrimoine. Pour dire, c’est entre 40 et 50 lauréats retenus pour 1000 candidats. Bien entendu, certains prennent des chemins de traverse pour accéder aux postes de conservation du patrimoine.

J’étais très heureuse de pouvoir rencontrer et d’échanger avec Emmanuelle. Elle nous partage son quotidien au milieu des 950 000 oeuvres, rien que ça, du Musée, et aux côtés des autres professionnels de la culture qu’elle côtoie tous les jours. Elle nous partage ce que veut dire la conservation dans un monde où l’on nous incite plus à jeter et à remplacer qu’à entretenir. Et elle parle de traces, celles qui nous parviennent et qui nous en disent long et surtout celles que l’on peut laisser nous, de façon très humble, pour que les futures générations puissent comprendre nos façons de vivre.


Animation : Laura Pironnet

Musique par Eric Pitzini

Share

Embed

You may also like