ÉP 14 : Prostitution coloniale et islam - avec Christelle TARAUD cover
ÉP 14 : Prostitution coloniale et islam - avec Christelle TARAUD cover
JINS

ÉP 14 : Prostitution coloniale et islam - avec Christelle TARAUD

ÉP 14 : Prostitution coloniale et islam - avec Christelle TARAUD

46min |04/02/2021|

914

Listen
ÉP 14 : Prostitution coloniale et islam - avec Christelle TARAUD cover
ÉP 14 : Prostitution coloniale et islam - avec Christelle TARAUD cover
JINS

ÉP 14 : Prostitution coloniale et islam - avec Christelle TARAUD

ÉP 14 : Prostitution coloniale et islam - avec Christelle TARAUD

46min |04/02/2021|

914

Listen

Description

Dans ce deuxième épisode de la trilogie sur le colonialisme, on va parler de prostitution, de son interdiction plus ou moins évidente dans la religion, de sa réglementation et surtout du rapport que la France a entretenu avec les prostituées dans l’ère coloniale jusqu’à aujourd'hui. Aujourd’hui, on parle de « travail du sexe », car oui, il s’agit d’un travail. On va tenter de comprendre avec elle ce qui se joue dans la prostitution comme contrôle des corps féminins, pauvres et « autres », comment a pu se construire l’idéal féminin de la femme maghrébine lubrique pour les orientalistes, comment est perçu le travail du sexe des personnes maghrébines en France depuis la colonisation jusqu’au aujourd'hui. Le débat du jour n’est pas de savoir si on est pour ou contre la prostitution, si c’est un choix économique ou une dépravation ; il s’agit juste de respecter toustes les travailleur·euse·s du sexe comme toute autre personne sans que leur désignation ne soit une insulte. Et sur ça il n’y a pas de débat.  


Pour tenter d’y voir plus clair sur la très épineuse question de la prostitution, dans un contexte arabo-musulman, colonial et postcolonial, j’ai réussi à parler à une très grande pointure, spécialiste de ce sujet, il s’agit de Christelle Taraud. Elle est historienne, féministe et connaisseuse experte de l’histoire contemporaine du Maghreb. Professeure à l’Université libre de Bruxelles et professeure dans les programmes parisiens de Columbia University à New York. Elle s’est intéressée toute sa carrière à l’histoire des femmes, du genre et des sexualités en contexte colonial. Elle a notamment publié son travail énorme en 2003 aux éditions Payot, intitulé La prostitution coloniale : Algérie, Tunisie, Maroc (1830-1962).


« Après la colonisation française, la claustration des femmes devient publique. Le quartier réservé [aux travailleur·euse·s du sexe] devient un espace où les femmes sont enfermées, où elles subissent un système sexiste, raciste, classiste ; et à la fois cet espace devient un espace de fantasmagories sexuelles. » --- Christelle Taraud

Si vous voulez bouquiner 🤓📘📚

  • Prostitution coloniale et post-coloniale (2012) sous la direction de Christelle Taraud
  • Amour interdit. Prostitution, marginalité, colonialisme (2012) de Christelle Taraud
  • La fin du tapin. Sociologie de la croisage pour l’abolition de la prostitution (2014) de Lilian Mathieu
  • Sexe, race et colonie (2012) de Pascal Blanchard
  • King-Kong Théorie (2006) de Virginie Despentes
  • Le noir est une couleur (1974) de Grisélidis Réal
  • Carnet de bal d’une courtisane (2005) de Grisélidis Réal
  • Le sexe et l’argent des trottoirs (2006) de Catherine Deschamps
  • La dangereuse (2016) de Loubna Abidar

Si vous voulez mater des movies 🎬🎥🎞️

  • Viva Laldjérie (2004) de Nadir Moknèche
  • Much Loved (2015) de Nabil Ayouch
  • Secrets d’oreiller (2013) de Jilali Ferhati
  • L’immeuble Yacoubian (2006) de Marwan Hamed
  • L’Apollonide : Souvenirs de la maison close (2011) de Bertrand Bonello
  • Sex Doll (2016) de Sylvie Verheyde
  • J’ai tant aimé (2008) documentaire de Dalila Ennadre
  • Belle-de-jour (1967) de Luis Buñuel
  • Joy (2018) de Sudabeh Mortezai
  • Sauvage (2018) de Camille Vidal-Naquet
  • Les Nuits de Cabiria (1957) de Federico Fellini 

Description

Dans ce deuxième épisode de la trilogie sur le colonialisme, on va parler de prostitution, de son interdiction plus ou moins évidente dans la religion, de sa réglementation et surtout du rapport que la France a entretenu avec les prostituées dans l’ère coloniale jusqu’à aujourd'hui. Aujourd’hui, on parle de « travail du sexe », car oui, il s’agit d’un travail. On va tenter de comprendre avec elle ce qui se joue dans la prostitution comme contrôle des corps féminins, pauvres et « autres », comment a pu se construire l’idéal féminin de la femme maghrébine lubrique pour les orientalistes, comment est perçu le travail du sexe des personnes maghrébines en France depuis la colonisation jusqu’au aujourd'hui. Le débat du jour n’est pas de savoir si on est pour ou contre la prostitution, si c’est un choix économique ou une dépravation ; il s’agit juste de respecter toustes les travailleur·euse·s du sexe comme toute autre personne sans que leur désignation ne soit une insulte. Et sur ça il n’y a pas de débat.  


Pour tenter d’y voir plus clair sur la très épineuse question de la prostitution, dans un contexte arabo-musulman, colonial et postcolonial, j’ai réussi à parler à une très grande pointure, spécialiste de ce sujet, il s’agit de Christelle Taraud. Elle est historienne, féministe et connaisseuse experte de l’histoire contemporaine du Maghreb. Professeure à l’Université libre de Bruxelles et professeure dans les programmes parisiens de Columbia University à New York. Elle s’est intéressée toute sa carrière à l’histoire des femmes, du genre et des sexualités en contexte colonial. Elle a notamment publié son travail énorme en 2003 aux éditions Payot, intitulé La prostitution coloniale : Algérie, Tunisie, Maroc (1830-1962).


« Après la colonisation française, la claustration des femmes devient publique. Le quartier réservé [aux travailleur·euse·s du sexe] devient un espace où les femmes sont enfermées, où elles subissent un système sexiste, raciste, classiste ; et à la fois cet espace devient un espace de fantasmagories sexuelles. » --- Christelle Taraud

Si vous voulez bouquiner 🤓📘📚

  • Prostitution coloniale et post-coloniale (2012) sous la direction de Christelle Taraud
  • Amour interdit. Prostitution, marginalité, colonialisme (2012) de Christelle Taraud
  • La fin du tapin. Sociologie de la croisage pour l’abolition de la prostitution (2014) de Lilian Mathieu
  • Sexe, race et colonie (2012) de Pascal Blanchard
  • King-Kong Théorie (2006) de Virginie Despentes
  • Le noir est une couleur (1974) de Grisélidis Réal
  • Carnet de bal d’une courtisane (2005) de Grisélidis Réal
  • Le sexe et l’argent des trottoirs (2006) de Catherine Deschamps
  • La dangereuse (2016) de Loubna Abidar

Si vous voulez mater des movies 🎬🎥🎞️

  • Viva Laldjérie (2004) de Nadir Moknèche
  • Much Loved (2015) de Nabil Ayouch
  • Secrets d’oreiller (2013) de Jilali Ferhati
  • L’immeuble Yacoubian (2006) de Marwan Hamed
  • L’Apollonide : Souvenirs de la maison close (2011) de Bertrand Bonello
  • Sex Doll (2016) de Sylvie Verheyde
  • J’ai tant aimé (2008) documentaire de Dalila Ennadre
  • Belle-de-jour (1967) de Luis Buñuel
  • Joy (2018) de Sudabeh Mortezai
  • Sauvage (2018) de Camille Vidal-Naquet
  • Les Nuits de Cabiria (1957) de Federico Fellini 

Share

Embed

You may also like

Description

Dans ce deuxième épisode de la trilogie sur le colonialisme, on va parler de prostitution, de son interdiction plus ou moins évidente dans la religion, de sa réglementation et surtout du rapport que la France a entretenu avec les prostituées dans l’ère coloniale jusqu’à aujourd'hui. Aujourd’hui, on parle de « travail du sexe », car oui, il s’agit d’un travail. On va tenter de comprendre avec elle ce qui se joue dans la prostitution comme contrôle des corps féminins, pauvres et « autres », comment a pu se construire l’idéal féminin de la femme maghrébine lubrique pour les orientalistes, comment est perçu le travail du sexe des personnes maghrébines en France depuis la colonisation jusqu’au aujourd'hui. Le débat du jour n’est pas de savoir si on est pour ou contre la prostitution, si c’est un choix économique ou une dépravation ; il s’agit juste de respecter toustes les travailleur·euse·s du sexe comme toute autre personne sans que leur désignation ne soit une insulte. Et sur ça il n’y a pas de débat.  


Pour tenter d’y voir plus clair sur la très épineuse question de la prostitution, dans un contexte arabo-musulman, colonial et postcolonial, j’ai réussi à parler à une très grande pointure, spécialiste de ce sujet, il s’agit de Christelle Taraud. Elle est historienne, féministe et connaisseuse experte de l’histoire contemporaine du Maghreb. Professeure à l’Université libre de Bruxelles et professeure dans les programmes parisiens de Columbia University à New York. Elle s’est intéressée toute sa carrière à l’histoire des femmes, du genre et des sexualités en contexte colonial. Elle a notamment publié son travail énorme en 2003 aux éditions Payot, intitulé La prostitution coloniale : Algérie, Tunisie, Maroc (1830-1962).


« Après la colonisation française, la claustration des femmes devient publique. Le quartier réservé [aux travailleur·euse·s du sexe] devient un espace où les femmes sont enfermées, où elles subissent un système sexiste, raciste, classiste ; et à la fois cet espace devient un espace de fantasmagories sexuelles. » --- Christelle Taraud

Si vous voulez bouquiner 🤓📘📚

  • Prostitution coloniale et post-coloniale (2012) sous la direction de Christelle Taraud
  • Amour interdit. Prostitution, marginalité, colonialisme (2012) de Christelle Taraud
  • La fin du tapin. Sociologie de la croisage pour l’abolition de la prostitution (2014) de Lilian Mathieu
  • Sexe, race et colonie (2012) de Pascal Blanchard
  • King-Kong Théorie (2006) de Virginie Despentes
  • Le noir est une couleur (1974) de Grisélidis Réal
  • Carnet de bal d’une courtisane (2005) de Grisélidis Réal
  • Le sexe et l’argent des trottoirs (2006) de Catherine Deschamps
  • La dangereuse (2016) de Loubna Abidar

Si vous voulez mater des movies 🎬🎥🎞️

  • Viva Laldjérie (2004) de Nadir Moknèche
  • Much Loved (2015) de Nabil Ayouch
  • Secrets d’oreiller (2013) de Jilali Ferhati
  • L’immeuble Yacoubian (2006) de Marwan Hamed
  • L’Apollonide : Souvenirs de la maison close (2011) de Bertrand Bonello
  • Sex Doll (2016) de Sylvie Verheyde
  • J’ai tant aimé (2008) documentaire de Dalila Ennadre
  • Belle-de-jour (1967) de Luis Buñuel
  • Joy (2018) de Sudabeh Mortezai
  • Sauvage (2018) de Camille Vidal-Naquet
  • Les Nuits de Cabiria (1957) de Federico Fellini 

Description

Dans ce deuxième épisode de la trilogie sur le colonialisme, on va parler de prostitution, de son interdiction plus ou moins évidente dans la religion, de sa réglementation et surtout du rapport que la France a entretenu avec les prostituées dans l’ère coloniale jusqu’à aujourd'hui. Aujourd’hui, on parle de « travail du sexe », car oui, il s’agit d’un travail. On va tenter de comprendre avec elle ce qui se joue dans la prostitution comme contrôle des corps féminins, pauvres et « autres », comment a pu se construire l’idéal féminin de la femme maghrébine lubrique pour les orientalistes, comment est perçu le travail du sexe des personnes maghrébines en France depuis la colonisation jusqu’au aujourd'hui. Le débat du jour n’est pas de savoir si on est pour ou contre la prostitution, si c’est un choix économique ou une dépravation ; il s’agit juste de respecter toustes les travailleur·euse·s du sexe comme toute autre personne sans que leur désignation ne soit une insulte. Et sur ça il n’y a pas de débat.  


Pour tenter d’y voir plus clair sur la très épineuse question de la prostitution, dans un contexte arabo-musulman, colonial et postcolonial, j’ai réussi à parler à une très grande pointure, spécialiste de ce sujet, il s’agit de Christelle Taraud. Elle est historienne, féministe et connaisseuse experte de l’histoire contemporaine du Maghreb. Professeure à l’Université libre de Bruxelles et professeure dans les programmes parisiens de Columbia University à New York. Elle s’est intéressée toute sa carrière à l’histoire des femmes, du genre et des sexualités en contexte colonial. Elle a notamment publié son travail énorme en 2003 aux éditions Payot, intitulé La prostitution coloniale : Algérie, Tunisie, Maroc (1830-1962).


« Après la colonisation française, la claustration des femmes devient publique. Le quartier réservé [aux travailleur·euse·s du sexe] devient un espace où les femmes sont enfermées, où elles subissent un système sexiste, raciste, classiste ; et à la fois cet espace devient un espace de fantasmagories sexuelles. » --- Christelle Taraud

Si vous voulez bouquiner 🤓📘📚

  • Prostitution coloniale et post-coloniale (2012) sous la direction de Christelle Taraud
  • Amour interdit. Prostitution, marginalité, colonialisme (2012) de Christelle Taraud
  • La fin du tapin. Sociologie de la croisage pour l’abolition de la prostitution (2014) de Lilian Mathieu
  • Sexe, race et colonie (2012) de Pascal Blanchard
  • King-Kong Théorie (2006) de Virginie Despentes
  • Le noir est une couleur (1974) de Grisélidis Réal
  • Carnet de bal d’une courtisane (2005) de Grisélidis Réal
  • Le sexe et l’argent des trottoirs (2006) de Catherine Deschamps
  • La dangereuse (2016) de Loubna Abidar

Si vous voulez mater des movies 🎬🎥🎞️

  • Viva Laldjérie (2004) de Nadir Moknèche
  • Much Loved (2015) de Nabil Ayouch
  • Secrets d’oreiller (2013) de Jilali Ferhati
  • L’immeuble Yacoubian (2006) de Marwan Hamed
  • L’Apollonide : Souvenirs de la maison close (2011) de Bertrand Bonello
  • Sex Doll (2016) de Sylvie Verheyde
  • J’ai tant aimé (2008) documentaire de Dalila Ennadre
  • Belle-de-jour (1967) de Luis Buñuel
  • Joy (2018) de Sudabeh Mortezai
  • Sauvage (2018) de Camille Vidal-Naquet
  • Les Nuits de Cabiria (1957) de Federico Fellini 

Share

Embed

You may also like