ÉP 57 : Corps gros en contextes arabo-musulmans (hors-série) cover
ÉP 57 : Corps gros en contextes arabo-musulmans (hors-série) cover
JINS

ÉP 57 : Corps gros en contextes arabo-musulmans (hors-série)

ÉP 57 : Corps gros en contextes arabo-musulmans (hors-série)

15min |16/09/2021|

652

Listen
ÉP 57 : Corps gros en contextes arabo-musulmans (hors-série) cover
ÉP 57 : Corps gros en contextes arabo-musulmans (hors-série) cover
JINS

ÉP 57 : Corps gros en contextes arabo-musulmans (hors-série)

ÉP 57 : Corps gros en contextes arabo-musulmans (hors-série)

15min |16/09/2021|

652

Listen

Description

Ce 2ème mini-épisode hors-série concerne les relations qu’entretiennent le racisme, l’islamophobie, le sexisme et … la grossophobie

La grossophobie, c’est le rejet, le dégoût et la haine des corps gros. Les corps gros dégoûtent, répugnent quand d’autres en raffolent et les vénèrent. Pourtant, il y a 2 siècles, les femmes grasses étaient toujours synonymes de grâce. Les poètes arabes comme Ibn Hazm dans Le Collier de la colombe ont aussi loué les corps de femmes en embonpoint. Mais aujourd'hui, les corps gros ne sont jamais juste des corps. Leur sexualité est difficilement envisageable. Pourquoi coucher avec une femme grosse quand on pourrait avoir le choix ? disent-ils. Même quand certaines femmes grosses ont eu le courage de s’avancer pendant les vagues #MeToo, il y avait une mise en doute de leurs paroles du fait de leur grosseur. Quand on couche avec une femme grosse, on en fait une case à cocher, comme une expérience à avoir dans une vie. On couche avec, mais on ne la présent pas à ses amis. Surtout pas.

Pour certaines femmes arabes, obésité rime avec beauté. Les femmes noires musulmanes d’Afrique de l’Ouest sont réputées pour être bien en chair, puisque ce serait là le code d’une femme belle et en bonne santé. Les femmes Maures prennent 12 kgs en moyenne entre les fiançailles et le mariage, à cause de cérémonies de gavage. Les femmes arabes dans les pays arabes sont belles différemment des femmes arabes en France, que la pornographie a labellisé comme des beurettes. Les unes veulent grossir et se blanchir la peau, alors que les autres sont imaginées comme minces, épilées et basanées. 

Bref, tout le système de pensée actuel hétéropatriarcal capitaliste blanc est comme d’habitude discriminant, ici envers les personnes de poids différent de la norme.


Si vous voulez bouquiner 🤓📘📚

  • On ne naît pas grosse (2017) de Gabrielle Deydier
  • Le corps dans la tradition du Maghreb (1984) de Malek Chebel
  • T’es bonne bébé ! (2019) de Juliette Katz
  • Grossophobie. Sociologie d’une discrimination invisible (2021) de Solenne Carof
  • Beauté fatale (2012) de Mona Chollet
  • Fearing the Black Body : the Racial Origins of Fat Phobia (2019) de Sabrina Strings
  • Voracisme (2021) de Nicolas Kayser-Bril
  • « Gros » n’est pas un gros mot (2018) de Daria Marx & Eva Perez-Bello
  • The Racial Origins of Fat Phobia (2019) de Sabrina Strings

Si vous voulez mater des movies 🎬🎥🎞️

  • La grosse vie de Marie (2012) de Marie de Brauer
  • Le mariage de Vérida (2019) de Michela Occhipinti
  • Precious (2009) de Lee Daniels
  • Moi, grosse (2019) de Murielle Magellan
  • Dumplin’ (2018) d’Anne Fletcher
  • Tamara (2016) d’Alexandre Castagnetti
  • On achève bien les gros (2020) de Gabrielle Deydier
  • I Feel Pretty (2018) d’Abby Kohn & Marc Silverstein
  • Isn’t it romantic (2019) de Todd Strauss-Schulson

Si vous voulez mater des séries 🎬🎥🎞️

  • Dietland (2018) de Marti Noxon
  • Girls (2012) de Lena Dunham
  • En infiltré.e.s (2021) d’Océan – S2 E6 : Médecine et grossophobie

Description

Ce 2ème mini-épisode hors-série concerne les relations qu’entretiennent le racisme, l’islamophobie, le sexisme et … la grossophobie

La grossophobie, c’est le rejet, le dégoût et la haine des corps gros. Les corps gros dégoûtent, répugnent quand d’autres en raffolent et les vénèrent. Pourtant, il y a 2 siècles, les femmes grasses étaient toujours synonymes de grâce. Les poètes arabes comme Ibn Hazm dans Le Collier de la colombe ont aussi loué les corps de femmes en embonpoint. Mais aujourd'hui, les corps gros ne sont jamais juste des corps. Leur sexualité est difficilement envisageable. Pourquoi coucher avec une femme grosse quand on pourrait avoir le choix ? disent-ils. Même quand certaines femmes grosses ont eu le courage de s’avancer pendant les vagues #MeToo, il y avait une mise en doute de leurs paroles du fait de leur grosseur. Quand on couche avec une femme grosse, on en fait une case à cocher, comme une expérience à avoir dans une vie. On couche avec, mais on ne la présent pas à ses amis. Surtout pas.

Pour certaines femmes arabes, obésité rime avec beauté. Les femmes noires musulmanes d’Afrique de l’Ouest sont réputées pour être bien en chair, puisque ce serait là le code d’une femme belle et en bonne santé. Les femmes Maures prennent 12 kgs en moyenne entre les fiançailles et le mariage, à cause de cérémonies de gavage. Les femmes arabes dans les pays arabes sont belles différemment des femmes arabes en France, que la pornographie a labellisé comme des beurettes. Les unes veulent grossir et se blanchir la peau, alors que les autres sont imaginées comme minces, épilées et basanées. 

Bref, tout le système de pensée actuel hétéropatriarcal capitaliste blanc est comme d’habitude discriminant, ici envers les personnes de poids différent de la norme.


Si vous voulez bouquiner 🤓📘📚

  • On ne naît pas grosse (2017) de Gabrielle Deydier
  • Le corps dans la tradition du Maghreb (1984) de Malek Chebel
  • T’es bonne bébé ! (2019) de Juliette Katz
  • Grossophobie. Sociologie d’une discrimination invisible (2021) de Solenne Carof
  • Beauté fatale (2012) de Mona Chollet
  • Fearing the Black Body : the Racial Origins of Fat Phobia (2019) de Sabrina Strings
  • Voracisme (2021) de Nicolas Kayser-Bril
  • « Gros » n’est pas un gros mot (2018) de Daria Marx & Eva Perez-Bello
  • The Racial Origins of Fat Phobia (2019) de Sabrina Strings

Si vous voulez mater des movies 🎬🎥🎞️

  • La grosse vie de Marie (2012) de Marie de Brauer
  • Le mariage de Vérida (2019) de Michela Occhipinti
  • Precious (2009) de Lee Daniels
  • Moi, grosse (2019) de Murielle Magellan
  • Dumplin’ (2018) d’Anne Fletcher
  • Tamara (2016) d’Alexandre Castagnetti
  • On achève bien les gros (2020) de Gabrielle Deydier
  • I Feel Pretty (2018) d’Abby Kohn & Marc Silverstein
  • Isn’t it romantic (2019) de Todd Strauss-Schulson

Si vous voulez mater des séries 🎬🎥🎞️

  • Dietland (2018) de Marti Noxon
  • Girls (2012) de Lena Dunham
  • En infiltré.e.s (2021) d’Océan – S2 E6 : Médecine et grossophobie

Share

Embed

You may also like

Description

Ce 2ème mini-épisode hors-série concerne les relations qu’entretiennent le racisme, l’islamophobie, le sexisme et … la grossophobie

La grossophobie, c’est le rejet, le dégoût et la haine des corps gros. Les corps gros dégoûtent, répugnent quand d’autres en raffolent et les vénèrent. Pourtant, il y a 2 siècles, les femmes grasses étaient toujours synonymes de grâce. Les poètes arabes comme Ibn Hazm dans Le Collier de la colombe ont aussi loué les corps de femmes en embonpoint. Mais aujourd'hui, les corps gros ne sont jamais juste des corps. Leur sexualité est difficilement envisageable. Pourquoi coucher avec une femme grosse quand on pourrait avoir le choix ? disent-ils. Même quand certaines femmes grosses ont eu le courage de s’avancer pendant les vagues #MeToo, il y avait une mise en doute de leurs paroles du fait de leur grosseur. Quand on couche avec une femme grosse, on en fait une case à cocher, comme une expérience à avoir dans une vie. On couche avec, mais on ne la présent pas à ses amis. Surtout pas.

Pour certaines femmes arabes, obésité rime avec beauté. Les femmes noires musulmanes d’Afrique de l’Ouest sont réputées pour être bien en chair, puisque ce serait là le code d’une femme belle et en bonne santé. Les femmes Maures prennent 12 kgs en moyenne entre les fiançailles et le mariage, à cause de cérémonies de gavage. Les femmes arabes dans les pays arabes sont belles différemment des femmes arabes en France, que la pornographie a labellisé comme des beurettes. Les unes veulent grossir et se blanchir la peau, alors que les autres sont imaginées comme minces, épilées et basanées. 

Bref, tout le système de pensée actuel hétéropatriarcal capitaliste blanc est comme d’habitude discriminant, ici envers les personnes de poids différent de la norme.


Si vous voulez bouquiner 🤓📘📚

  • On ne naît pas grosse (2017) de Gabrielle Deydier
  • Le corps dans la tradition du Maghreb (1984) de Malek Chebel
  • T’es bonne bébé ! (2019) de Juliette Katz
  • Grossophobie. Sociologie d’une discrimination invisible (2021) de Solenne Carof
  • Beauté fatale (2012) de Mona Chollet
  • Fearing the Black Body : the Racial Origins of Fat Phobia (2019) de Sabrina Strings
  • Voracisme (2021) de Nicolas Kayser-Bril
  • « Gros » n’est pas un gros mot (2018) de Daria Marx & Eva Perez-Bello
  • The Racial Origins of Fat Phobia (2019) de Sabrina Strings

Si vous voulez mater des movies 🎬🎥🎞️

  • La grosse vie de Marie (2012) de Marie de Brauer
  • Le mariage de Vérida (2019) de Michela Occhipinti
  • Precious (2009) de Lee Daniels
  • Moi, grosse (2019) de Murielle Magellan
  • Dumplin’ (2018) d’Anne Fletcher
  • Tamara (2016) d’Alexandre Castagnetti
  • On achève bien les gros (2020) de Gabrielle Deydier
  • I Feel Pretty (2018) d’Abby Kohn & Marc Silverstein
  • Isn’t it romantic (2019) de Todd Strauss-Schulson

Si vous voulez mater des séries 🎬🎥🎞️

  • Dietland (2018) de Marti Noxon
  • Girls (2012) de Lena Dunham
  • En infiltré.e.s (2021) d’Océan – S2 E6 : Médecine et grossophobie

Description

Ce 2ème mini-épisode hors-série concerne les relations qu’entretiennent le racisme, l’islamophobie, le sexisme et … la grossophobie

La grossophobie, c’est le rejet, le dégoût et la haine des corps gros. Les corps gros dégoûtent, répugnent quand d’autres en raffolent et les vénèrent. Pourtant, il y a 2 siècles, les femmes grasses étaient toujours synonymes de grâce. Les poètes arabes comme Ibn Hazm dans Le Collier de la colombe ont aussi loué les corps de femmes en embonpoint. Mais aujourd'hui, les corps gros ne sont jamais juste des corps. Leur sexualité est difficilement envisageable. Pourquoi coucher avec une femme grosse quand on pourrait avoir le choix ? disent-ils. Même quand certaines femmes grosses ont eu le courage de s’avancer pendant les vagues #MeToo, il y avait une mise en doute de leurs paroles du fait de leur grosseur. Quand on couche avec une femme grosse, on en fait une case à cocher, comme une expérience à avoir dans une vie. On couche avec, mais on ne la présent pas à ses amis. Surtout pas.

Pour certaines femmes arabes, obésité rime avec beauté. Les femmes noires musulmanes d’Afrique de l’Ouest sont réputées pour être bien en chair, puisque ce serait là le code d’une femme belle et en bonne santé. Les femmes Maures prennent 12 kgs en moyenne entre les fiançailles et le mariage, à cause de cérémonies de gavage. Les femmes arabes dans les pays arabes sont belles différemment des femmes arabes en France, que la pornographie a labellisé comme des beurettes. Les unes veulent grossir et se blanchir la peau, alors que les autres sont imaginées comme minces, épilées et basanées. 

Bref, tout le système de pensée actuel hétéropatriarcal capitaliste blanc est comme d’habitude discriminant, ici envers les personnes de poids différent de la norme.


Si vous voulez bouquiner 🤓📘📚

  • On ne naît pas grosse (2017) de Gabrielle Deydier
  • Le corps dans la tradition du Maghreb (1984) de Malek Chebel
  • T’es bonne bébé ! (2019) de Juliette Katz
  • Grossophobie. Sociologie d’une discrimination invisible (2021) de Solenne Carof
  • Beauté fatale (2012) de Mona Chollet
  • Fearing the Black Body : the Racial Origins of Fat Phobia (2019) de Sabrina Strings
  • Voracisme (2021) de Nicolas Kayser-Bril
  • « Gros » n’est pas un gros mot (2018) de Daria Marx & Eva Perez-Bello
  • The Racial Origins of Fat Phobia (2019) de Sabrina Strings

Si vous voulez mater des movies 🎬🎥🎞️

  • La grosse vie de Marie (2012) de Marie de Brauer
  • Le mariage de Vérida (2019) de Michela Occhipinti
  • Precious (2009) de Lee Daniels
  • Moi, grosse (2019) de Murielle Magellan
  • Dumplin’ (2018) d’Anne Fletcher
  • Tamara (2016) d’Alexandre Castagnetti
  • On achève bien les gros (2020) de Gabrielle Deydier
  • I Feel Pretty (2018) d’Abby Kohn & Marc Silverstein
  • Isn’t it romantic (2019) de Todd Strauss-Schulson

Si vous voulez mater des séries 🎬🎥🎞️

  • Dietland (2018) de Marti Noxon
  • Girls (2012) de Lena Dunham
  • En infiltré.e.s (2021) d’Océan – S2 E6 : Médecine et grossophobie

Share

Embed

You may also like