Épisode 12 - Élevage : le secret des lignées maternelles cover
Épisode 12 - Élevage : le secret des lignées maternelles cover
L'Ecoute, le podcast de L'Eperon

Épisode 12 - Élevage : le secret des lignées maternelles

Épisode 12 - Élevage : le secret des lignées maternelles

45min |14/04/2021
Listen
Épisode 12 - Élevage : le secret des lignées maternelles cover
Épisode 12 - Élevage : le secret des lignées maternelles cover
L'Ecoute, le podcast de L'Eperon

Épisode 12 - Élevage : le secret des lignées maternelles

Épisode 12 - Élevage : le secret des lignées maternelles

45min |14/04/2021
Listen

Description

Ah, le printemps ! Pour la majorité des passionnés de sports équestres, il sonne la reprise des concours en extérieur. Mais pour les éleveurs, c’est le moment de faire les bons croisements pour espérer - peut-être un jour - voir l’un de ses produits briller sur les plus beaux terrains de concours. Si les choix de l’étalon animent nombre de conversations, il ne faut en aucun cas négliger la poulinière, et notamment sa génétique. Nous sommes allées à la rencontre d’éleveurs particulièrement attachés à la lignée maternelle de leurs poulinières pour comprendre pourquoi la mère compte au moins autant que l’étalon à qui on l’associe.

La souche maternelle, c’est le fer de lance de l’élevage Fondcombe. Lorsqu’il a lancé son élevage, Philippe Prévost a tenu à trouver les meilleures mères possibles. Pour lui, la qualité de la souche maternelle est indispensable et il n’hésite pas à sortir des sentiers battus en utilisant ses juments lorsqu’elles sont toutes jeunes, avant qu’elles n’entament leur carrière sportive. Une vision de l’élevage qu’il nous explique en détail.

Chez les Martinot, l’élevage est une affaire de famille. Le père, Michel, a créé l’élevage Merzé dans les années 60 avant que son fils, Jean-Michel Martinot, ne le rejoigne dans l’aventure familiale quelques décennies plus tard. Une aventure qui a débuté avec une jument pur-sang anglais, Quornepipe, qui engendra au fil des générations l’étalon performer If de Merzé, dont presque toutes leurs poulinières découlent de cette lignée. Les deux hommes partagent les réflexions de leurs croisements, les qualités de cette lignée maternelle et leur façon d’élever leurs poulains.

Description

Ah, le printemps ! Pour la majorité des passionnés de sports équestres, il sonne la reprise des concours en extérieur. Mais pour les éleveurs, c’est le moment de faire les bons croisements pour espérer - peut-être un jour - voir l’un de ses produits briller sur les plus beaux terrains de concours. Si les choix de l’étalon animent nombre de conversations, il ne faut en aucun cas négliger la poulinière, et notamment sa génétique. Nous sommes allées à la rencontre d’éleveurs particulièrement attachés à la lignée maternelle de leurs poulinières pour comprendre pourquoi la mère compte au moins autant que l’étalon à qui on l’associe.

La souche maternelle, c’est le fer de lance de l’élevage Fondcombe. Lorsqu’il a lancé son élevage, Philippe Prévost a tenu à trouver les meilleures mères possibles. Pour lui, la qualité de la souche maternelle est indispensable et il n’hésite pas à sortir des sentiers battus en utilisant ses juments lorsqu’elles sont toutes jeunes, avant qu’elles n’entament leur carrière sportive. Une vision de l’élevage qu’il nous explique en détail.

Chez les Martinot, l’élevage est une affaire de famille. Le père, Michel, a créé l’élevage Merzé dans les années 60 avant que son fils, Jean-Michel Martinot, ne le rejoigne dans l’aventure familiale quelques décennies plus tard. Une aventure qui a débuté avec une jument pur-sang anglais, Quornepipe, qui engendra au fil des générations l’étalon performer If de Merzé, dont presque toutes leurs poulinières découlent de cette lignée. Les deux hommes partagent les réflexions de leurs croisements, les qualités de cette lignée maternelle et leur façon d’élever leurs poulains.

Share

Embed

You may also like

Description

Ah, le printemps ! Pour la majorité des passionnés de sports équestres, il sonne la reprise des concours en extérieur. Mais pour les éleveurs, c’est le moment de faire les bons croisements pour espérer - peut-être un jour - voir l’un de ses produits briller sur les plus beaux terrains de concours. Si les choix de l’étalon animent nombre de conversations, il ne faut en aucun cas négliger la poulinière, et notamment sa génétique. Nous sommes allées à la rencontre d’éleveurs particulièrement attachés à la lignée maternelle de leurs poulinières pour comprendre pourquoi la mère compte au moins autant que l’étalon à qui on l’associe.

La souche maternelle, c’est le fer de lance de l’élevage Fondcombe. Lorsqu’il a lancé son élevage, Philippe Prévost a tenu à trouver les meilleures mères possibles. Pour lui, la qualité de la souche maternelle est indispensable et il n’hésite pas à sortir des sentiers battus en utilisant ses juments lorsqu’elles sont toutes jeunes, avant qu’elles n’entament leur carrière sportive. Une vision de l’élevage qu’il nous explique en détail.

Chez les Martinot, l’élevage est une affaire de famille. Le père, Michel, a créé l’élevage Merzé dans les années 60 avant que son fils, Jean-Michel Martinot, ne le rejoigne dans l’aventure familiale quelques décennies plus tard. Une aventure qui a débuté avec une jument pur-sang anglais, Quornepipe, qui engendra au fil des générations l’étalon performer If de Merzé, dont presque toutes leurs poulinières découlent de cette lignée. Les deux hommes partagent les réflexions de leurs croisements, les qualités de cette lignée maternelle et leur façon d’élever leurs poulains.

Description

Ah, le printemps ! Pour la majorité des passionnés de sports équestres, il sonne la reprise des concours en extérieur. Mais pour les éleveurs, c’est le moment de faire les bons croisements pour espérer - peut-être un jour - voir l’un de ses produits briller sur les plus beaux terrains de concours. Si les choix de l’étalon animent nombre de conversations, il ne faut en aucun cas négliger la poulinière, et notamment sa génétique. Nous sommes allées à la rencontre d’éleveurs particulièrement attachés à la lignée maternelle de leurs poulinières pour comprendre pourquoi la mère compte au moins autant que l’étalon à qui on l’associe.

La souche maternelle, c’est le fer de lance de l’élevage Fondcombe. Lorsqu’il a lancé son élevage, Philippe Prévost a tenu à trouver les meilleures mères possibles. Pour lui, la qualité de la souche maternelle est indispensable et il n’hésite pas à sortir des sentiers battus en utilisant ses juments lorsqu’elles sont toutes jeunes, avant qu’elles n’entament leur carrière sportive. Une vision de l’élevage qu’il nous explique en détail.

Chez les Martinot, l’élevage est une affaire de famille. Le père, Michel, a créé l’élevage Merzé dans les années 60 avant que son fils, Jean-Michel Martinot, ne le rejoigne dans l’aventure familiale quelques décennies plus tard. Une aventure qui a débuté avec une jument pur-sang anglais, Quornepipe, qui engendra au fil des générations l’étalon performer If de Merzé, dont presque toutes leurs poulinières découlent de cette lignée. Les deux hommes partagent les réflexions de leurs croisements, les qualités de cette lignée maternelle et leur façon d’élever leurs poulains.

Share

Embed

You may also like