undefined cover
undefined cover
Femmes à l’ère des réseaux sociaux cover
Femmes à l’ère des réseaux sociaux cover
L'heure des éclaireuses

Femmes à l’ère des réseaux sociaux

Femmes à l’ère des réseaux sociaux

33min |08/01/2024
Play
undefined cover
undefined cover
Femmes à l’ère des réseaux sociaux cover
Femmes à l’ère des réseaux sociaux cover
L'heure des éclaireuses

Femmes à l’ère des réseaux sociaux

Femmes à l’ère des réseaux sociaux

33min |08/01/2024
Play

Description

"Faut-il rester dans ces réseaux, marqués par le capitalisme et le patriarcat, mais pour tout de même occuper ces espaces ? Ou est -e qu'il s'agit de créer de nouveaux espaces avec des nouvelles règles ?"

 

Début 2023, 9,44 millions de Belges utilisaient au moins un réseau social. Soit 80,9 % de la population, dont 50,8 % de femmes et 49,2 % d’hommes. Une réalité sociale de masse, qui nous concerne toutes. Des plus jeunes, nées pendant l’ère des réseaux sociaux, aux plus âgées : les Belges de + de 65 ans sont désormais 73 % à utiliser Internet.

Au-delà du "lien" évident que toutes ces plateformes représentent – moyen de communication dans une famille, avec ses ami·es, collègues, relations avec les institutions, etc. –, comme tous les outils, elles ont des limites... et quelques cadavres dans leurs placards. Le dossier de notre numéro de janvier-février 2024 s’intéresse donc aux luttes féministes sur les réseaux sociaux, mais aussi de réfléchir à l’impact de ces réseaux sur la démocratie plus généralement.

Pour ce dossier, notre grand entretien réunit deux éclaireuses belges aguerries des réseaux :

• Laurence Rosier, professeure de linguistique et autrice de nombreux livres dont De l’insulte… aux femmes (2018) et Cohabitante l’égale (voir notre n° 255) – relire aussi son interview dans notre n° 231 autour de l’écriture inclusive.

• et Barbara Dupont, doctorante en communication et créatrice de la page Instagram D’Où ?, qui présente sa démarche comme telle : "C’est du délestage de coups de gueule au gré d’interactions sexistes. Parce que sentir, exprimer et informer sa colère, c’est politique as fuck."

Un échange à bâtons rompus sur les enjeux des réseaux sociaux et leurs liens avec la démocratie à l’heure où les mouvements conservateurs de tous bords reprennent du terrain sur les luttes féministes.

 

Réalisation, prise de son, montage : Maïté Warland. Générique : Time Sick Rap / Trap Beat / Hard Hip Hop Rap Instrumental 2019 (prod. Kyu Tracks).  Visuel de l’épisode : Malijo. Visuel de la série : Candela Sierra.


🎧 Retrouvez tous nos podcasts sur :  

👉 www.axellemag.be/les-podcasts  

🔥 Soutenez notre média indépendant d'information générale féministe :  

👉 www.axellemag.be  

💜 Rejoignez-nous sur les réseaux sociaux :  

👉 Instagram : www.instagram.com/axellemagazine   

👉 Facebook : www.facebook.com/axellemagazine    

Description

"Faut-il rester dans ces réseaux, marqués par le capitalisme et le patriarcat, mais pour tout de même occuper ces espaces ? Ou est -e qu'il s'agit de créer de nouveaux espaces avec des nouvelles règles ?"

 

Début 2023, 9,44 millions de Belges utilisaient au moins un réseau social. Soit 80,9 % de la population, dont 50,8 % de femmes et 49,2 % d’hommes. Une réalité sociale de masse, qui nous concerne toutes. Des plus jeunes, nées pendant l’ère des réseaux sociaux, aux plus âgées : les Belges de + de 65 ans sont désormais 73 % à utiliser Internet.

Au-delà du "lien" évident que toutes ces plateformes représentent – moyen de communication dans une famille, avec ses ami·es, collègues, relations avec les institutions, etc. –, comme tous les outils, elles ont des limites... et quelques cadavres dans leurs placards. Le dossier de notre numéro de janvier-février 2024 s’intéresse donc aux luttes féministes sur les réseaux sociaux, mais aussi de réfléchir à l’impact de ces réseaux sur la démocratie plus généralement.

Pour ce dossier, notre grand entretien réunit deux éclaireuses belges aguerries des réseaux :

• Laurence Rosier, professeure de linguistique et autrice de nombreux livres dont De l’insulte… aux femmes (2018) et Cohabitante l’égale (voir notre n° 255) – relire aussi son interview dans notre n° 231 autour de l’écriture inclusive.

• et Barbara Dupont, doctorante en communication et créatrice de la page Instagram D’Où ?, qui présente sa démarche comme telle : "C’est du délestage de coups de gueule au gré d’interactions sexistes. Parce que sentir, exprimer et informer sa colère, c’est politique as fuck."

Un échange à bâtons rompus sur les enjeux des réseaux sociaux et leurs liens avec la démocratie à l’heure où les mouvements conservateurs de tous bords reprennent du terrain sur les luttes féministes.

 

Réalisation, prise de son, montage : Maïté Warland. Générique : Time Sick Rap / Trap Beat / Hard Hip Hop Rap Instrumental 2019 (prod. Kyu Tracks).  Visuel de l’épisode : Malijo. Visuel de la série : Candela Sierra.


🎧 Retrouvez tous nos podcasts sur :  

👉 www.axellemag.be/les-podcasts  

🔥 Soutenez notre média indépendant d'information générale féministe :  

👉 www.axellemag.be  

💜 Rejoignez-nous sur les réseaux sociaux :  

👉 Instagram : www.instagram.com/axellemagazine   

👉 Facebook : www.facebook.com/axellemagazine    

Share

Embed

You may also like

Description

"Faut-il rester dans ces réseaux, marqués par le capitalisme et le patriarcat, mais pour tout de même occuper ces espaces ? Ou est -e qu'il s'agit de créer de nouveaux espaces avec des nouvelles règles ?"

 

Début 2023, 9,44 millions de Belges utilisaient au moins un réseau social. Soit 80,9 % de la population, dont 50,8 % de femmes et 49,2 % d’hommes. Une réalité sociale de masse, qui nous concerne toutes. Des plus jeunes, nées pendant l’ère des réseaux sociaux, aux plus âgées : les Belges de + de 65 ans sont désormais 73 % à utiliser Internet.

Au-delà du "lien" évident que toutes ces plateformes représentent – moyen de communication dans une famille, avec ses ami·es, collègues, relations avec les institutions, etc. –, comme tous les outils, elles ont des limites... et quelques cadavres dans leurs placards. Le dossier de notre numéro de janvier-février 2024 s’intéresse donc aux luttes féministes sur les réseaux sociaux, mais aussi de réfléchir à l’impact de ces réseaux sur la démocratie plus généralement.

Pour ce dossier, notre grand entretien réunit deux éclaireuses belges aguerries des réseaux :

• Laurence Rosier, professeure de linguistique et autrice de nombreux livres dont De l’insulte… aux femmes (2018) et Cohabitante l’égale (voir notre n° 255) – relire aussi son interview dans notre n° 231 autour de l’écriture inclusive.

• et Barbara Dupont, doctorante en communication et créatrice de la page Instagram D’Où ?, qui présente sa démarche comme telle : "C’est du délestage de coups de gueule au gré d’interactions sexistes. Parce que sentir, exprimer et informer sa colère, c’est politique as fuck."

Un échange à bâtons rompus sur les enjeux des réseaux sociaux et leurs liens avec la démocratie à l’heure où les mouvements conservateurs de tous bords reprennent du terrain sur les luttes féministes.

 

Réalisation, prise de son, montage : Maïté Warland. Générique : Time Sick Rap / Trap Beat / Hard Hip Hop Rap Instrumental 2019 (prod. Kyu Tracks).  Visuel de l’épisode : Malijo. Visuel de la série : Candela Sierra.


🎧 Retrouvez tous nos podcasts sur :  

👉 www.axellemag.be/les-podcasts  

🔥 Soutenez notre média indépendant d'information générale féministe :  

👉 www.axellemag.be  

💜 Rejoignez-nous sur les réseaux sociaux :  

👉 Instagram : www.instagram.com/axellemagazine   

👉 Facebook : www.facebook.com/axellemagazine    

Description

"Faut-il rester dans ces réseaux, marqués par le capitalisme et le patriarcat, mais pour tout de même occuper ces espaces ? Ou est -e qu'il s'agit de créer de nouveaux espaces avec des nouvelles règles ?"

 

Début 2023, 9,44 millions de Belges utilisaient au moins un réseau social. Soit 80,9 % de la population, dont 50,8 % de femmes et 49,2 % d’hommes. Une réalité sociale de masse, qui nous concerne toutes. Des plus jeunes, nées pendant l’ère des réseaux sociaux, aux plus âgées : les Belges de + de 65 ans sont désormais 73 % à utiliser Internet.

Au-delà du "lien" évident que toutes ces plateformes représentent – moyen de communication dans une famille, avec ses ami·es, collègues, relations avec les institutions, etc. –, comme tous les outils, elles ont des limites... et quelques cadavres dans leurs placards. Le dossier de notre numéro de janvier-février 2024 s’intéresse donc aux luttes féministes sur les réseaux sociaux, mais aussi de réfléchir à l’impact de ces réseaux sur la démocratie plus généralement.

Pour ce dossier, notre grand entretien réunit deux éclaireuses belges aguerries des réseaux :

• Laurence Rosier, professeure de linguistique et autrice de nombreux livres dont De l’insulte… aux femmes (2018) et Cohabitante l’égale (voir notre n° 255) – relire aussi son interview dans notre n° 231 autour de l’écriture inclusive.

• et Barbara Dupont, doctorante en communication et créatrice de la page Instagram D’Où ?, qui présente sa démarche comme telle : "C’est du délestage de coups de gueule au gré d’interactions sexistes. Parce que sentir, exprimer et informer sa colère, c’est politique as fuck."

Un échange à bâtons rompus sur les enjeux des réseaux sociaux et leurs liens avec la démocratie à l’heure où les mouvements conservateurs de tous bords reprennent du terrain sur les luttes féministes.

 

Réalisation, prise de son, montage : Maïté Warland. Générique : Time Sick Rap / Trap Beat / Hard Hip Hop Rap Instrumental 2019 (prod. Kyu Tracks).  Visuel de l’épisode : Malijo. Visuel de la série : Candela Sierra.


🎧 Retrouvez tous nos podcasts sur :  

👉 www.axellemag.be/les-podcasts  

🔥 Soutenez notre média indépendant d'information générale féministe :  

👉 www.axellemag.be  

💜 Rejoignez-nous sur les réseaux sociaux :  

👉 Instagram : www.instagram.com/axellemagazine   

👉 Facebook : www.facebook.com/axellemagazine    

Share

Embed

You may also like