Le CV

Le CV avec Bolewa Sabourin (Ep. 6)

Le CV avec Bolewa Sabourin (Ep. 6)

1h50 |04/11/2018
Listen
Le CV

Le CV avec Bolewa Sabourin (Ep. 6)

Le CV avec Bolewa Sabourin (Ep. 6)

1h50 |04/11/2018
Listen

Description

Si d’ordinaire pour mes entretiens je m’appuie sur un CV qui tient généralement sur une page, l’exercice sera légèrement différent aujourd’hui car c’est à travers plusieurs pages que je vais nous proposer de voyager, de valser, de cadencer habilement en suivant le tempo et en ne faisant aucun faux pas.

Plusieurs pages, 155 exactement mais une seule vie, un seul parcours. Le parcours d’un homme ponctué par différents maux (M-A-U-X) et contée par différents mots (M-O-T-S), des mots portant chacun un sens et judicieusement choisis par l’auteur. 

Les lettrés diront que c’est une biographie, une autobiographie. 

Au delà d'être le titre de son livre, « La Rage de vivre » est le sentiment qui le meut très tôt dans son enfance, alors qu'il est balloté au gré des volontés rarement siennes et des choix pas toujours responsables de son Congolais de père, et des états d’âme de sa française de mère.

Et quand je lui demande un lieu de rendez-vous, c’est évidemment naturellement qu’il me conduit dans le 5ème arrondissement de Paris, dans les Arènes de Lutèce ne soupçonnant absolument pas qu’il nous emmène dans un lieu avec plus de sens qu’il ne l’imagine.

Alors maintenant que avez tous la référence du gladiateur, laissez-moi vous décrire celui en face de moi : 

Capillarité et pilosité très peu discrètes, sa belle chemise laisse dessiner le relief de son corps marqué par la culture anatomique et forgé par l’effort physique. 

Il n’est pas rare de le voir presqu’innocemment esquisser un petit sourire joyeux et naïf, ce qui n'affaiblit pas son mental d’acier et son moral de sportif infatigable.

C’est de ce corps qu’il a aujourd’hui choisi de faire une machine, une machine distributrice, il a appris à donner alors que n’ayant lui-même quasiment pas beaucoup reçu.

Description

Si d’ordinaire pour mes entretiens je m’appuie sur un CV qui tient généralement sur une page, l’exercice sera légèrement différent aujourd’hui car c’est à travers plusieurs pages que je vais nous proposer de voyager, de valser, de cadencer habilement en suivant le tempo et en ne faisant aucun faux pas.

Plusieurs pages, 155 exactement mais une seule vie, un seul parcours. Le parcours d’un homme ponctué par différents maux (M-A-U-X) et contée par différents mots (M-O-T-S), des mots portant chacun un sens et judicieusement choisis par l’auteur. 

Les lettrés diront que c’est une biographie, une autobiographie. 

Au delà d'être le titre de son livre, « La Rage de vivre » est le sentiment qui le meut très tôt dans son enfance, alors qu'il est balloté au gré des volontés rarement siennes et des choix pas toujours responsables de son Congolais de père, et des états d’âme de sa française de mère.

Et quand je lui demande un lieu de rendez-vous, c’est évidemment naturellement qu’il me conduit dans le 5ème arrondissement de Paris, dans les Arènes de Lutèce ne soupçonnant absolument pas qu’il nous emmène dans un lieu avec plus de sens qu’il ne l’imagine.

Alors maintenant que avez tous la référence du gladiateur, laissez-moi vous décrire celui en face de moi : 

Capillarité et pilosité très peu discrètes, sa belle chemise laisse dessiner le relief de son corps marqué par la culture anatomique et forgé par l’effort physique. 

Il n’est pas rare de le voir presqu’innocemment esquisser un petit sourire joyeux et naïf, ce qui n'affaiblit pas son mental d’acier et son moral de sportif infatigable.

C’est de ce corps qu’il a aujourd’hui choisi de faire une machine, une machine distributrice, il a appris à donner alors que n’ayant lui-même quasiment pas beaucoup reçu.

Share

Embed

To listen also

Description

Si d’ordinaire pour mes entretiens je m’appuie sur un CV qui tient généralement sur une page, l’exercice sera légèrement différent aujourd’hui car c’est à travers plusieurs pages que je vais nous proposer de voyager, de valser, de cadencer habilement en suivant le tempo et en ne faisant aucun faux pas.

Plusieurs pages, 155 exactement mais une seule vie, un seul parcours. Le parcours d’un homme ponctué par différents maux (M-A-U-X) et contée par différents mots (M-O-T-S), des mots portant chacun un sens et judicieusement choisis par l’auteur. 

Les lettrés diront que c’est une biographie, une autobiographie. 

Au delà d'être le titre de son livre, « La Rage de vivre » est le sentiment qui le meut très tôt dans son enfance, alors qu'il est balloté au gré des volontés rarement siennes et des choix pas toujours responsables de son Congolais de père, et des états d’âme de sa française de mère.

Et quand je lui demande un lieu de rendez-vous, c’est évidemment naturellement qu’il me conduit dans le 5ème arrondissement de Paris, dans les Arènes de Lutèce ne soupçonnant absolument pas qu’il nous emmène dans un lieu avec plus de sens qu’il ne l’imagine.

Alors maintenant que avez tous la référence du gladiateur, laissez-moi vous décrire celui en face de moi : 

Capillarité et pilosité très peu discrètes, sa belle chemise laisse dessiner le relief de son corps marqué par la culture anatomique et forgé par l’effort physique. 

Il n’est pas rare de le voir presqu’innocemment esquisser un petit sourire joyeux et naïf, ce qui n'affaiblit pas son mental d’acier et son moral de sportif infatigable.

C’est de ce corps qu’il a aujourd’hui choisi de faire une machine, une machine distributrice, il a appris à donner alors que n’ayant lui-même quasiment pas beaucoup reçu.

Description

Si d’ordinaire pour mes entretiens je m’appuie sur un CV qui tient généralement sur une page, l’exercice sera légèrement différent aujourd’hui car c’est à travers plusieurs pages que je vais nous proposer de voyager, de valser, de cadencer habilement en suivant le tempo et en ne faisant aucun faux pas.

Plusieurs pages, 155 exactement mais une seule vie, un seul parcours. Le parcours d’un homme ponctué par différents maux (M-A-U-X) et contée par différents mots (M-O-T-S), des mots portant chacun un sens et judicieusement choisis par l’auteur. 

Les lettrés diront que c’est une biographie, une autobiographie. 

Au delà d'être le titre de son livre, « La Rage de vivre » est le sentiment qui le meut très tôt dans son enfance, alors qu'il est balloté au gré des volontés rarement siennes et des choix pas toujours responsables de son Congolais de père, et des états d’âme de sa française de mère.

Et quand je lui demande un lieu de rendez-vous, c’est évidemment naturellement qu’il me conduit dans le 5ème arrondissement de Paris, dans les Arènes de Lutèce ne soupçonnant absolument pas qu’il nous emmène dans un lieu avec plus de sens qu’il ne l’imagine.

Alors maintenant que avez tous la référence du gladiateur, laissez-moi vous décrire celui en face de moi : 

Capillarité et pilosité très peu discrètes, sa belle chemise laisse dessiner le relief de son corps marqué par la culture anatomique et forgé par l’effort physique. 

Il n’est pas rare de le voir presqu’innocemment esquisser un petit sourire joyeux et naïf, ce qui n'affaiblit pas son mental d’acier et son moral de sportif infatigable.

C’est de ce corps qu’il a aujourd’hui choisi de faire une machine, une machine distributrice, il a appris à donner alors que n’ayant lui-même quasiment pas beaucoup reçu.

Share

Embed

To listen also