undefined cover
undefined cover
#19 Le minimalisme (2/6) : désencombrer son intérieur cover
#19 Le minimalisme (2/6) : désencombrer son intérieur cover
Les Chemins De La Frugalité

#19 Le minimalisme (2/6) : désencombrer son intérieur

#19 Le minimalisme (2/6) : désencombrer son intérieur

08min |18/01/2023
Play
undefined cover
undefined cover
#19 Le minimalisme (2/6) : désencombrer son intérieur cover
#19 Le minimalisme (2/6) : désencombrer son intérieur cover
Les Chemins De La Frugalité

#19 Le minimalisme (2/6) : désencombrer son intérieur

#19 Le minimalisme (2/6) : désencombrer son intérieur

08min |18/01/2023
Play

Description

Encore aujourd’hui, lorsque j’essaie d’imaginer un intérieur minimaliste, je visualise une pièce immense et vide, avec aucune décoration, une chaise et une table au milieu, point. 


C’est bien entendu très beau, très spacieux, et ça rappelle invariablement des intérieurs nordiques, ou encore le dépouillement d’intérieurs inspirés du bouddhisme zen. 


C’est aussi beau que triste, et franchement, je n’aurais vraiment pas du tout envie de vivre dans un intérieur comme ça, même si on m’expliquait que c’était l’intérieur le plus fonctionnel possible ! 


Et pourtant, c’est ce qu’on nous vend quand on nous parle d’intérieur minimaliste. 

On nous vend du rien, du vide. 


Et ce vide absolu est censé nous donner envie d’aller vers plus de simplicité. 


Personnellement, si j’avais eu ces représentations dans la tête au moment où j’ai entamé mon processus de simplification, je pense que j’aurais tout arrêté immédiatement ! 


Et je pense que beaucoup n’osent pas se lancer dans une démarche minimaliste tout simplement parce qu’ils imagine qu’être minimaliste, ça signifie se séparer de tout. 


Je vous rassure, nous allons bien parler de minimalisme dans cet épisode, mais d’une conception un petit peu plus humaine. 


Une conception du minimalisme atteignable, et non pas une démarche qui ne nous mène nulle part. 

Description

Encore aujourd’hui, lorsque j’essaie d’imaginer un intérieur minimaliste, je visualise une pièce immense et vide, avec aucune décoration, une chaise et une table au milieu, point. 


C’est bien entendu très beau, très spacieux, et ça rappelle invariablement des intérieurs nordiques, ou encore le dépouillement d’intérieurs inspirés du bouddhisme zen. 


C’est aussi beau que triste, et franchement, je n’aurais vraiment pas du tout envie de vivre dans un intérieur comme ça, même si on m’expliquait que c’était l’intérieur le plus fonctionnel possible ! 


Et pourtant, c’est ce qu’on nous vend quand on nous parle d’intérieur minimaliste. 

On nous vend du rien, du vide. 


Et ce vide absolu est censé nous donner envie d’aller vers plus de simplicité. 


Personnellement, si j’avais eu ces représentations dans la tête au moment où j’ai entamé mon processus de simplification, je pense que j’aurais tout arrêté immédiatement ! 


Et je pense que beaucoup n’osent pas se lancer dans une démarche minimaliste tout simplement parce qu’ils imagine qu’être minimaliste, ça signifie se séparer de tout. 


Je vous rassure, nous allons bien parler de minimalisme dans cet épisode, mais d’une conception un petit peu plus humaine. 


Une conception du minimalisme atteignable, et non pas une démarche qui ne nous mène nulle part. 

Share

Embed

You may also like

Description

Encore aujourd’hui, lorsque j’essaie d’imaginer un intérieur minimaliste, je visualise une pièce immense et vide, avec aucune décoration, une chaise et une table au milieu, point. 


C’est bien entendu très beau, très spacieux, et ça rappelle invariablement des intérieurs nordiques, ou encore le dépouillement d’intérieurs inspirés du bouddhisme zen. 


C’est aussi beau que triste, et franchement, je n’aurais vraiment pas du tout envie de vivre dans un intérieur comme ça, même si on m’expliquait que c’était l’intérieur le plus fonctionnel possible ! 


Et pourtant, c’est ce qu’on nous vend quand on nous parle d’intérieur minimaliste. 

On nous vend du rien, du vide. 


Et ce vide absolu est censé nous donner envie d’aller vers plus de simplicité. 


Personnellement, si j’avais eu ces représentations dans la tête au moment où j’ai entamé mon processus de simplification, je pense que j’aurais tout arrêté immédiatement ! 


Et je pense que beaucoup n’osent pas se lancer dans une démarche minimaliste tout simplement parce qu’ils imagine qu’être minimaliste, ça signifie se séparer de tout. 


Je vous rassure, nous allons bien parler de minimalisme dans cet épisode, mais d’une conception un petit peu plus humaine. 


Une conception du minimalisme atteignable, et non pas une démarche qui ne nous mène nulle part. 

Description

Encore aujourd’hui, lorsque j’essaie d’imaginer un intérieur minimaliste, je visualise une pièce immense et vide, avec aucune décoration, une chaise et une table au milieu, point. 


C’est bien entendu très beau, très spacieux, et ça rappelle invariablement des intérieurs nordiques, ou encore le dépouillement d’intérieurs inspirés du bouddhisme zen. 


C’est aussi beau que triste, et franchement, je n’aurais vraiment pas du tout envie de vivre dans un intérieur comme ça, même si on m’expliquait que c’était l’intérieur le plus fonctionnel possible ! 


Et pourtant, c’est ce qu’on nous vend quand on nous parle d’intérieur minimaliste. 

On nous vend du rien, du vide. 


Et ce vide absolu est censé nous donner envie d’aller vers plus de simplicité. 


Personnellement, si j’avais eu ces représentations dans la tête au moment où j’ai entamé mon processus de simplification, je pense que j’aurais tout arrêté immédiatement ! 


Et je pense que beaucoup n’osent pas se lancer dans une démarche minimaliste tout simplement parce qu’ils imagine qu’être minimaliste, ça signifie se séparer de tout. 


Je vous rassure, nous allons bien parler de minimalisme dans cet épisode, mais d’une conception un petit peu plus humaine. 


Une conception du minimalisme atteignable, et non pas une démarche qui ne nous mène nulle part. 

Share

Embed

You may also like