Les 7 travaux du pape François

En finir avec des siècles d’abus, épisode 7

En finir avec des siècles d’abus, épisode 7

14min |09/03/2020
Listen
Les 7 travaux du pape François

En finir avec des siècles d’abus, épisode 7

En finir avec des siècles d’abus, épisode 7

14min |09/03/2020
Listen

Description

Dans ce dernier épisode du podcast Les 7 travaux du pape François, Nicolas Senèze, correspondant permanent du journal La Croix à Rome, nous raconte comment le pape s’est trouvé confronté au scandale des abus sexuels lors de son voyage au Chili en janvier 2018, et sa volonté d’en finir avec des siècles d’abus de pouvoir dans l’Église.

► Les 7 travaux du pape François, résumé du dernier épisode :

Pour François, la crise des abus sexuels au Chili aura été l’occasion d’une prise de conscience. Après un voyage catastrophique dans le pays, en janvier 2018, où il avait vertement défendu un évêque accusé d’avoir couvert des abus, une enquête lancée par ses soins lui a permis de découvrir un véritable système qui, dans l’Église, a permis et encouragé les abus et leur couverture par la hiérarchie.

Avec des mots rares dans la bouche d’un pape, François s’excuse dans une lettre aux catholiques chiliens. Surtout, la lecture du rapport rédigé par l’enquêteur de choc dépêché au Chili comme ses longues rencontres avec les victimes lui font comprendre les racines systémiques du problème.

Le pape va ainsi se mobiliser contre le « cléricalisme » dans lequel il a identifié le terreau de « la culture de l’abus » et du « système de couverture qui lui permet de se perpétuer ». Pour celui qui a compris comment l’abus sexuel naît de l’abus de pouvoir qui trouve lui-même sa source dans l’abus de conscience, « dire non aux abus, c’est dire non, de façon catégorique, à toute forme de cléricalisme ».

Concrètement, il s’agit d’abord pour lui de faire prendre conscience à l’Église de l’ampleur des abus sexuels et de leurs conséquences sur les victimes. C’était le but du sommet convoqué en février 2019 au Vatican et où tous les présidents de conférences épiscopales du monde ont pu entendre, face à face, de très forts témoignages de victimes.

Mais, plus profondément, il s’agit aussi de revoir les relations de pouvoir dans l’Église et de promouvoir le rôle des laïcs dans l’Église, non contre les prêtres, mais à leurs côtés. C’est ce qu’il fait dans la Curie en nommant peu à peu des laïcs – dont des femmes – à des postes de direction mais aussi en invitant les évêques à la créativité en inventant des ministères laïcs aux côtés des ministères ordonnés.

Cela bouscule évidemment la vision traditionnelle d’une Église, encore largement héritée du concile de Trente, au XVIe siècle, et qui plaçait en son centre le seul ministère du prêtre axé sur la célébration de l’eucharistie.

Mais, face aux oppositions, François sait que la crédibilité de l’Église est aujourd’hui en jeu et que, pour assurer sa principale mission, l’annonce de l’Évangile, elle se doit de se réformer en profondeur. Notamment en mettant définitivement en œuvre ce concile Vatican II qui, il y a 50 ans, avait permis à l’Église de se rapprocher du monde.

 

► Trois articles de La Croix pour en savoir davantage sur ce sujet :  

Abus sexuels au Chili : le pape reconnaît avoir commis « de graves erreurs »

Comment les victimes ont occupé leur place au Vatican

« Abusée par un prêtre, j’ai pourtant passé le reste de ma vie au service de l’Église »


► Archives sonores :

• Radio Bio Bio. - Le pape au Chili - 2018

• Vatican News – Italiano YouTube Channel - Conférence du pape au Pérou - 2018


► Découvrez également Ainsi soient-elles, la première série de notre podcast Place des religions


CREDITS :

Auteur : Nicolas Senèze – Responsable éditorial : Christophe de Galzain – Prise de son : Flavien Edenne – Montage et mixage : Gabriel Fadavi – Production : Laurence Szabason – Suivi de production : Célestine Albert – Édition : Clémence Maret – Voix : Paula Pinto Gomes – Création musicale et doublage : Emmanuel Viau – Illustration : Isabel Espanol – Graphisme : Christèle Larpin.


Les 7 travaux du pape François est un podcast original de LA CROIX – Mars 2020 

Description

Dans ce dernier épisode du podcast Les 7 travaux du pape François, Nicolas Senèze, correspondant permanent du journal La Croix à Rome, nous raconte comment le pape s’est trouvé confronté au scandale des abus sexuels lors de son voyage au Chili en janvier 2018, et sa volonté d’en finir avec des siècles d’abus de pouvoir dans l’Église.

► Les 7 travaux du pape François, résumé du dernier épisode :

Pour François, la crise des abus sexuels au Chili aura été l’occasion d’une prise de conscience. Après un voyage catastrophique dans le pays, en janvier 2018, où il avait vertement défendu un évêque accusé d’avoir couvert des abus, une enquête lancée par ses soins lui a permis de découvrir un véritable système qui, dans l’Église, a permis et encouragé les abus et leur couverture par la hiérarchie.

Avec des mots rares dans la bouche d’un pape, François s’excuse dans une lettre aux catholiques chiliens. Surtout, la lecture du rapport rédigé par l’enquêteur de choc dépêché au Chili comme ses longues rencontres avec les victimes lui font comprendre les racines systémiques du problème.

Le pape va ainsi se mobiliser contre le « cléricalisme » dans lequel il a identifié le terreau de « la culture de l’abus » et du « système de couverture qui lui permet de se perpétuer ». Pour celui qui a compris comment l’abus sexuel naît de l’abus de pouvoir qui trouve lui-même sa source dans l’abus de conscience, « dire non aux abus, c’est dire non, de façon catégorique, à toute forme de cléricalisme ».

Concrètement, il s’agit d’abord pour lui de faire prendre conscience à l’Église de l’ampleur des abus sexuels et de leurs conséquences sur les victimes. C’était le but du sommet convoqué en février 2019 au Vatican et où tous les présidents de conférences épiscopales du monde ont pu entendre, face à face, de très forts témoignages de victimes.

Mais, plus profondément, il s’agit aussi de revoir les relations de pouvoir dans l’Église et de promouvoir le rôle des laïcs dans l’Église, non contre les prêtres, mais à leurs côtés. C’est ce qu’il fait dans la Curie en nommant peu à peu des laïcs – dont des femmes – à des postes de direction mais aussi en invitant les évêques à la créativité en inventant des ministères laïcs aux côtés des ministères ordonnés.

Cela bouscule évidemment la vision traditionnelle d’une Église, encore largement héritée du concile de Trente, au XVIe siècle, et qui plaçait en son centre le seul ministère du prêtre axé sur la célébration de l’eucharistie.

Mais, face aux oppositions, François sait que la crédibilité de l’Église est aujourd’hui en jeu et que, pour assurer sa principale mission, l’annonce de l’Évangile, elle se doit de se réformer en profondeur. Notamment en mettant définitivement en œuvre ce concile Vatican II qui, il y a 50 ans, avait permis à l’Église de se rapprocher du monde.

 

► Trois articles de La Croix pour en savoir davantage sur ce sujet :  

Abus sexuels au Chili : le pape reconnaît avoir commis « de graves erreurs »

Comment les victimes ont occupé leur place au Vatican

« Abusée par un prêtre, j’ai pourtant passé le reste de ma vie au service de l’Église »


► Archives sonores :

• Radio Bio Bio. - Le pape au Chili - 2018

• Vatican News – Italiano YouTube Channel - Conférence du pape au Pérou - 2018


► Découvrez également Ainsi soient-elles, la première série de notre podcast Place des religions


CREDITS :

Auteur : Nicolas Senèze – Responsable éditorial : Christophe de Galzain – Prise de son : Flavien Edenne – Montage et mixage : Gabriel Fadavi – Production : Laurence Szabason – Suivi de production : Célestine Albert – Édition : Clémence Maret – Voix : Paula Pinto Gomes – Création musicale et doublage : Emmanuel Viau – Illustration : Isabel Espanol – Graphisme : Christèle Larpin.


Les 7 travaux du pape François est un podcast original de LA CROIX – Mars 2020 

Share

Embed

To listen also

Description

Dans ce dernier épisode du podcast Les 7 travaux du pape François, Nicolas Senèze, correspondant permanent du journal La Croix à Rome, nous raconte comment le pape s’est trouvé confronté au scandale des abus sexuels lors de son voyage au Chili en janvier 2018, et sa volonté d’en finir avec des siècles d’abus de pouvoir dans l’Église.

► Les 7 travaux du pape François, résumé du dernier épisode :

Pour François, la crise des abus sexuels au Chili aura été l’occasion d’une prise de conscience. Après un voyage catastrophique dans le pays, en janvier 2018, où il avait vertement défendu un évêque accusé d’avoir couvert des abus, une enquête lancée par ses soins lui a permis de découvrir un véritable système qui, dans l’Église, a permis et encouragé les abus et leur couverture par la hiérarchie.

Avec des mots rares dans la bouche d’un pape, François s’excuse dans une lettre aux catholiques chiliens. Surtout, la lecture du rapport rédigé par l’enquêteur de choc dépêché au Chili comme ses longues rencontres avec les victimes lui font comprendre les racines systémiques du problème.

Le pape va ainsi se mobiliser contre le « cléricalisme » dans lequel il a identifié le terreau de « la culture de l’abus » et du « système de couverture qui lui permet de se perpétuer ». Pour celui qui a compris comment l’abus sexuel naît de l’abus de pouvoir qui trouve lui-même sa source dans l’abus de conscience, « dire non aux abus, c’est dire non, de façon catégorique, à toute forme de cléricalisme ».

Concrètement, il s’agit d’abord pour lui de faire prendre conscience à l’Église de l’ampleur des abus sexuels et de leurs conséquences sur les victimes. C’était le but du sommet convoqué en février 2019 au Vatican et où tous les présidents de conférences épiscopales du monde ont pu entendre, face à face, de très forts témoignages de victimes.

Mais, plus profondément, il s’agit aussi de revoir les relations de pouvoir dans l’Église et de promouvoir le rôle des laïcs dans l’Église, non contre les prêtres, mais à leurs côtés. C’est ce qu’il fait dans la Curie en nommant peu à peu des laïcs – dont des femmes – à des postes de direction mais aussi en invitant les évêques à la créativité en inventant des ministères laïcs aux côtés des ministères ordonnés.

Cela bouscule évidemment la vision traditionnelle d’une Église, encore largement héritée du concile de Trente, au XVIe siècle, et qui plaçait en son centre le seul ministère du prêtre axé sur la célébration de l’eucharistie.

Mais, face aux oppositions, François sait que la crédibilité de l’Église est aujourd’hui en jeu et que, pour assurer sa principale mission, l’annonce de l’Évangile, elle se doit de se réformer en profondeur. Notamment en mettant définitivement en œuvre ce concile Vatican II qui, il y a 50 ans, avait permis à l’Église de se rapprocher du monde.

 

► Trois articles de La Croix pour en savoir davantage sur ce sujet :  

Abus sexuels au Chili : le pape reconnaît avoir commis « de graves erreurs »

Comment les victimes ont occupé leur place au Vatican

« Abusée par un prêtre, j’ai pourtant passé le reste de ma vie au service de l’Église »


► Archives sonores :

• Radio Bio Bio. - Le pape au Chili - 2018

• Vatican News – Italiano YouTube Channel - Conférence du pape au Pérou - 2018


► Découvrez également Ainsi soient-elles, la première série de notre podcast Place des religions


CREDITS :

Auteur : Nicolas Senèze – Responsable éditorial : Christophe de Galzain – Prise de son : Flavien Edenne – Montage et mixage : Gabriel Fadavi – Production : Laurence Szabason – Suivi de production : Célestine Albert – Édition : Clémence Maret – Voix : Paula Pinto Gomes – Création musicale et doublage : Emmanuel Viau – Illustration : Isabel Espanol – Graphisme : Christèle Larpin.


Les 7 travaux du pape François est un podcast original de LA CROIX – Mars 2020 

Description

Dans ce dernier épisode du podcast Les 7 travaux du pape François, Nicolas Senèze, correspondant permanent du journal La Croix à Rome, nous raconte comment le pape s’est trouvé confronté au scandale des abus sexuels lors de son voyage au Chili en janvier 2018, et sa volonté d’en finir avec des siècles d’abus de pouvoir dans l’Église.

► Les 7 travaux du pape François, résumé du dernier épisode :

Pour François, la crise des abus sexuels au Chili aura été l’occasion d’une prise de conscience. Après un voyage catastrophique dans le pays, en janvier 2018, où il avait vertement défendu un évêque accusé d’avoir couvert des abus, une enquête lancée par ses soins lui a permis de découvrir un véritable système qui, dans l’Église, a permis et encouragé les abus et leur couverture par la hiérarchie.

Avec des mots rares dans la bouche d’un pape, François s’excuse dans une lettre aux catholiques chiliens. Surtout, la lecture du rapport rédigé par l’enquêteur de choc dépêché au Chili comme ses longues rencontres avec les victimes lui font comprendre les racines systémiques du problème.

Le pape va ainsi se mobiliser contre le « cléricalisme » dans lequel il a identifié le terreau de « la culture de l’abus » et du « système de couverture qui lui permet de se perpétuer ». Pour celui qui a compris comment l’abus sexuel naît de l’abus de pouvoir qui trouve lui-même sa source dans l’abus de conscience, « dire non aux abus, c’est dire non, de façon catégorique, à toute forme de cléricalisme ».

Concrètement, il s’agit d’abord pour lui de faire prendre conscience à l’Église de l’ampleur des abus sexuels et de leurs conséquences sur les victimes. C’était le but du sommet convoqué en février 2019 au Vatican et où tous les présidents de conférences épiscopales du monde ont pu entendre, face à face, de très forts témoignages de victimes.

Mais, plus profondément, il s’agit aussi de revoir les relations de pouvoir dans l’Église et de promouvoir le rôle des laïcs dans l’Église, non contre les prêtres, mais à leurs côtés. C’est ce qu’il fait dans la Curie en nommant peu à peu des laïcs – dont des femmes – à des postes de direction mais aussi en invitant les évêques à la créativité en inventant des ministères laïcs aux côtés des ministères ordonnés.

Cela bouscule évidemment la vision traditionnelle d’une Église, encore largement héritée du concile de Trente, au XVIe siècle, et qui plaçait en son centre le seul ministère du prêtre axé sur la célébration de l’eucharistie.

Mais, face aux oppositions, François sait que la crédibilité de l’Église est aujourd’hui en jeu et que, pour assurer sa principale mission, l’annonce de l’Évangile, elle se doit de se réformer en profondeur. Notamment en mettant définitivement en œuvre ce concile Vatican II qui, il y a 50 ans, avait permis à l’Église de se rapprocher du monde.

 

► Trois articles de La Croix pour en savoir davantage sur ce sujet :  

Abus sexuels au Chili : le pape reconnaît avoir commis « de graves erreurs »

Comment les victimes ont occupé leur place au Vatican

« Abusée par un prêtre, j’ai pourtant passé le reste de ma vie au service de l’Église »


► Archives sonores :

• Radio Bio Bio. - Le pape au Chili - 2018

• Vatican News – Italiano YouTube Channel - Conférence du pape au Pérou - 2018


► Découvrez également Ainsi soient-elles, la première série de notre podcast Place des religions


CREDITS :

Auteur : Nicolas Senèze – Responsable éditorial : Christophe de Galzain – Prise de son : Flavien Edenne – Montage et mixage : Gabriel Fadavi – Production : Laurence Szabason – Suivi de production : Célestine Albert – Édition : Clémence Maret – Voix : Paula Pinto Gomes – Création musicale et doublage : Emmanuel Viau – Illustration : Isabel Espanol – Graphisme : Christèle Larpin.


Les 7 travaux du pape François est un podcast original de LA CROIX – Mars 2020 

Share

Embed

To listen also