undefined cover
undefined cover
#57 : Des ours un poil casaniers cover
#57 : Des ours un poil casaniers cover
LUM lu

#57 : Des ours un poil casaniers

#57 : Des ours un poil casaniers

04min |23/04/2024
Play
undefined cover
undefined cover
#57 : Des ours un poil casaniers cover
#57 : Des ours un poil casaniers cover
LUM lu

#57 : Des ours un poil casaniers

#57 : Des ours un poil casaniers

04min |23/04/2024
Play

Description

Des ours un poil casaniers 🐻

Pour avancer sur la route du repeuplement, les ours bruns des Pyrénées ont appris à ne pas croiser celle de l’Homme quitte à limiter leur distribution et restreindre leur habitat. A quel point les infrastructures humaines et notamment routières influencent-elle leur utilisation de l’espace ?


𝐋𝐔𝐌 𝟐𝟏 / 𝐋'𝐚𝐩𝐩𝐞𝐥 𝐝𝐞 𝐥𝐚 𝐟𝐨𝐫𝐞̂𝐭 🌳🐦
Des forêts françaises, à la mangrove en passant par les forêts boréales ou insulaires, c’est en écartant les feuillages qui abritent animaux, hommes et organismes que l’on accède aux racines d’un monde foisonnant de vie. Mais pour combien de temps encore ? Écosystèmes aussi riches que menacés par le changement climatique et les activités anthropiques, c’est aux forêts que ce LUM 21 est consacré. Mettez-vous au vert en écoutant LUM.  

_________________________ 

📌  Retrouvez l'article : 

📌  Retrouvez tous les articles des magazines LUM : https://www.umontpellier.fr/?type-contenu=magazine-lum   




Hébergé par Ausha. Visitez ausha.co/politique-de-confidentialite pour plus d'informations.

Transcription

  • Caroline Quilis

    Des forêts françaises à la mangrove, en passant par les forêts boréales ou insulaires, c'est en écartant les feuillages qui abritent animaux, hommes et organismes que l'on accède aux racines d'un monde foisonnant de vie. Mais pour combien de temps encore ? Écosystèmes aussi risques menacés par le changement climatique et les activités anthropiques, c'est aux forêts que ce LUM 21 est consacré. Mettez-vous au vert en écoutant LUM !

  • Thomas

    Des ours un poil casaniers. Pour avancer sur la route du repeuplement, les ours bruns des Pyrénées ont appris à ne pas croiser celles de l'Homme, quitte à limiter leur distribution et restreindre leur habitat. A quel point les infrastructures humaines, et notamment routières, influencent-elles leur utilisation de l'espace ? En 2004, Cannelle, la dernière ourse femelle des Pyrénées, était abattue par un chasseur dont elle venait de croiser la route. Elle laissait derrière elle Canelito, un ourson de 8 mois. ultime descendant de la souche pyrénéenne de cette espèce. Aujourd'hui, Canelito partage ses forêts escarpées avec au moins 76 congénères, en grande partie issues de la réintroduction d'individus prélevés en Slovénie, et 5 portées ont été détectées cette année. Pour suivre au plus près cette population, l'Office français de la biodiversité, en collaboration avec ses homologues espagnols et andorans, s'appuie sur des méthodes non-invasives telles que les pièges photographiques ou les pièges à poils, relevés chaque mois par les 450 bénévoles du réseau ours brun. La population d'ours des Pyrénées est aujourd'hui bien connue des observateurs.

  • Maëlis Kervellec

    Mais plus il y a d'ours... Plus il y a de risques que certains d'entre eux passent sous les radars, l'effort de suivi étant déjà très important, nous avons besoin d'utiliser des modèles statistiques afin d'estimer la population réelle.

  • Thomas

    Explique Maëlis Kervellec, modélisatrice et doctorante au Centre d'écologie fonctionnelle et évolutive en collaboration avec l'Office français de la biodiversité. Sous la direction d'Olivier Jiménez, le chercheur du CEFE, sa thèse propose d'établir des cartes de densité pour faciliter leur recensement. C'est grâce au modèle spatialisé de capture-recapture, et à partir des données de localisation issues des pièges photographiques et des prélèvements de poils, que la jeune chercheuse a modélisé, à plus large échelle, la distribution des ours.

  • Maëlis Kervellec

    En partant des différents endroits où l'animal a été détecté, nous essayons de représenter comment cet individu utilise le paysage dans la réalité. En combinant l'espace utilisé par chaque ours, on obtient une carte de distribution qui tient compte des possibles barrières.

  • Thomas

    Réintroduits en Ariège, les ours se sont peu dispersés sur le reste de la chaîne des Pyrénées, et ce malgré l'augmentation de leur population. Dans quelle mesure leur distribution est-elle limitée par celle de l'homme ? Pour répondre à cette question, la doctorante s'est penchée sur l'impact des infrastructures routières sur la connectivité du paysage.

  • Maëlis Kervellec

    Le terme connectivité est ici défini comme le degré auquel le paysage facilite ou empêche les déplacements des individus entre des zones ou patches de ressources.

  • Thomas

    Précise Maëlis Kervellec, qui, pour réaliser cette étude, a utilisé dans son modèle toutes les routes possibles,

  • Maëlis Kervellec

    sans faire de distinction entre les grandes et les petites.

  • Thomas

    Sans surprise, la jeune chercheuse constate que plus la densité de route est grande, moins les ours ont tendance à utiliser l'habitat. Elle observe également que la vallée de la Garonne, entre Viella et Bagnères de Luchon, semble restreindre la distribution de ce noyau ariégeois.

  • Maëlis Kervellec

    On ne peut pas affirmer que la route est responsable du fait que les ours se restreignent à l'espace utilisé actuellement, car dans cette vallée on trouve aussi d'autres facteurs possibles, comme la voie ferrée ou la rivière, qui ne sont pas pris en compte dans mon modèle.

  • Thomas

    Des études complémentaires permettront sûrement de mieux expliquer le comportement de cette espèce. qui reste aujourd'hui encore en danger critique d'extinction.

  • Caroline Quilis

    Merci d'avoir écouté ce nouvel épisode de LUM LU. Si vous le souhaitez, vous pouvez nous laisser un avis sur Apple Podcast ou sur Spotify. Et vous pouvez aussi le partager autour de vous. A la semaine prochaine pour un nouvel épisode. Merci

Description

Des ours un poil casaniers 🐻

Pour avancer sur la route du repeuplement, les ours bruns des Pyrénées ont appris à ne pas croiser celle de l’Homme quitte à limiter leur distribution et restreindre leur habitat. A quel point les infrastructures humaines et notamment routières influencent-elle leur utilisation de l’espace ?


𝐋𝐔𝐌 𝟐𝟏 / 𝐋'𝐚𝐩𝐩𝐞𝐥 𝐝𝐞 𝐥𝐚 𝐟𝐨𝐫𝐞̂𝐭 🌳🐦
Des forêts françaises, à la mangrove en passant par les forêts boréales ou insulaires, c’est en écartant les feuillages qui abritent animaux, hommes et organismes que l’on accède aux racines d’un monde foisonnant de vie. Mais pour combien de temps encore ? Écosystèmes aussi riches que menacés par le changement climatique et les activités anthropiques, c’est aux forêts que ce LUM 21 est consacré. Mettez-vous au vert en écoutant LUM.  

_________________________ 

📌  Retrouvez l'article : 

📌  Retrouvez tous les articles des magazines LUM : https://www.umontpellier.fr/?type-contenu=magazine-lum   




Hébergé par Ausha. Visitez ausha.co/politique-de-confidentialite pour plus d'informations.

Transcription

  • Caroline Quilis

    Des forêts françaises à la mangrove, en passant par les forêts boréales ou insulaires, c'est en écartant les feuillages qui abritent animaux, hommes et organismes que l'on accède aux racines d'un monde foisonnant de vie. Mais pour combien de temps encore ? Écosystèmes aussi risques menacés par le changement climatique et les activités anthropiques, c'est aux forêts que ce LUM 21 est consacré. Mettez-vous au vert en écoutant LUM !

  • Thomas

    Des ours un poil casaniers. Pour avancer sur la route du repeuplement, les ours bruns des Pyrénées ont appris à ne pas croiser celles de l'Homme, quitte à limiter leur distribution et restreindre leur habitat. A quel point les infrastructures humaines, et notamment routières, influencent-elles leur utilisation de l'espace ? En 2004, Cannelle, la dernière ourse femelle des Pyrénées, était abattue par un chasseur dont elle venait de croiser la route. Elle laissait derrière elle Canelito, un ourson de 8 mois. ultime descendant de la souche pyrénéenne de cette espèce. Aujourd'hui, Canelito partage ses forêts escarpées avec au moins 76 congénères, en grande partie issues de la réintroduction d'individus prélevés en Slovénie, et 5 portées ont été détectées cette année. Pour suivre au plus près cette population, l'Office français de la biodiversité, en collaboration avec ses homologues espagnols et andorans, s'appuie sur des méthodes non-invasives telles que les pièges photographiques ou les pièges à poils, relevés chaque mois par les 450 bénévoles du réseau ours brun. La population d'ours des Pyrénées est aujourd'hui bien connue des observateurs.

  • Maëlis Kervellec

    Mais plus il y a d'ours... Plus il y a de risques que certains d'entre eux passent sous les radars, l'effort de suivi étant déjà très important, nous avons besoin d'utiliser des modèles statistiques afin d'estimer la population réelle.

  • Thomas

    Explique Maëlis Kervellec, modélisatrice et doctorante au Centre d'écologie fonctionnelle et évolutive en collaboration avec l'Office français de la biodiversité. Sous la direction d'Olivier Jiménez, le chercheur du CEFE, sa thèse propose d'établir des cartes de densité pour faciliter leur recensement. C'est grâce au modèle spatialisé de capture-recapture, et à partir des données de localisation issues des pièges photographiques et des prélèvements de poils, que la jeune chercheuse a modélisé, à plus large échelle, la distribution des ours.

  • Maëlis Kervellec

    En partant des différents endroits où l'animal a été détecté, nous essayons de représenter comment cet individu utilise le paysage dans la réalité. En combinant l'espace utilisé par chaque ours, on obtient une carte de distribution qui tient compte des possibles barrières.

  • Thomas

    Réintroduits en Ariège, les ours se sont peu dispersés sur le reste de la chaîne des Pyrénées, et ce malgré l'augmentation de leur population. Dans quelle mesure leur distribution est-elle limitée par celle de l'homme ? Pour répondre à cette question, la doctorante s'est penchée sur l'impact des infrastructures routières sur la connectivité du paysage.

  • Maëlis Kervellec

    Le terme connectivité est ici défini comme le degré auquel le paysage facilite ou empêche les déplacements des individus entre des zones ou patches de ressources.

  • Thomas

    Précise Maëlis Kervellec, qui, pour réaliser cette étude, a utilisé dans son modèle toutes les routes possibles,

  • Maëlis Kervellec

    sans faire de distinction entre les grandes et les petites.

  • Thomas

    Sans surprise, la jeune chercheuse constate que plus la densité de route est grande, moins les ours ont tendance à utiliser l'habitat. Elle observe également que la vallée de la Garonne, entre Viella et Bagnères de Luchon, semble restreindre la distribution de ce noyau ariégeois.

  • Maëlis Kervellec

    On ne peut pas affirmer que la route est responsable du fait que les ours se restreignent à l'espace utilisé actuellement, car dans cette vallée on trouve aussi d'autres facteurs possibles, comme la voie ferrée ou la rivière, qui ne sont pas pris en compte dans mon modèle.

  • Thomas

    Des études complémentaires permettront sûrement de mieux expliquer le comportement de cette espèce. qui reste aujourd'hui encore en danger critique d'extinction.

  • Caroline Quilis

    Merci d'avoir écouté ce nouvel épisode de LUM LU. Si vous le souhaitez, vous pouvez nous laisser un avis sur Apple Podcast ou sur Spotify. Et vous pouvez aussi le partager autour de vous. A la semaine prochaine pour un nouvel épisode. Merci

Share

Embed

You may also like

Description

Des ours un poil casaniers 🐻

Pour avancer sur la route du repeuplement, les ours bruns des Pyrénées ont appris à ne pas croiser celle de l’Homme quitte à limiter leur distribution et restreindre leur habitat. A quel point les infrastructures humaines et notamment routières influencent-elle leur utilisation de l’espace ?


𝐋𝐔𝐌 𝟐𝟏 / 𝐋'𝐚𝐩𝐩𝐞𝐥 𝐝𝐞 𝐥𝐚 𝐟𝐨𝐫𝐞̂𝐭 🌳🐦
Des forêts françaises, à la mangrove en passant par les forêts boréales ou insulaires, c’est en écartant les feuillages qui abritent animaux, hommes et organismes que l’on accède aux racines d’un monde foisonnant de vie. Mais pour combien de temps encore ? Écosystèmes aussi riches que menacés par le changement climatique et les activités anthropiques, c’est aux forêts que ce LUM 21 est consacré. Mettez-vous au vert en écoutant LUM.  

_________________________ 

📌  Retrouvez l'article : 

📌  Retrouvez tous les articles des magazines LUM : https://www.umontpellier.fr/?type-contenu=magazine-lum   




Hébergé par Ausha. Visitez ausha.co/politique-de-confidentialite pour plus d'informations.

Transcription

  • Caroline Quilis

    Des forêts françaises à la mangrove, en passant par les forêts boréales ou insulaires, c'est en écartant les feuillages qui abritent animaux, hommes et organismes que l'on accède aux racines d'un monde foisonnant de vie. Mais pour combien de temps encore ? Écosystèmes aussi risques menacés par le changement climatique et les activités anthropiques, c'est aux forêts que ce LUM 21 est consacré. Mettez-vous au vert en écoutant LUM !

  • Thomas

    Des ours un poil casaniers. Pour avancer sur la route du repeuplement, les ours bruns des Pyrénées ont appris à ne pas croiser celles de l'Homme, quitte à limiter leur distribution et restreindre leur habitat. A quel point les infrastructures humaines, et notamment routières, influencent-elles leur utilisation de l'espace ? En 2004, Cannelle, la dernière ourse femelle des Pyrénées, était abattue par un chasseur dont elle venait de croiser la route. Elle laissait derrière elle Canelito, un ourson de 8 mois. ultime descendant de la souche pyrénéenne de cette espèce. Aujourd'hui, Canelito partage ses forêts escarpées avec au moins 76 congénères, en grande partie issues de la réintroduction d'individus prélevés en Slovénie, et 5 portées ont été détectées cette année. Pour suivre au plus près cette population, l'Office français de la biodiversité, en collaboration avec ses homologues espagnols et andorans, s'appuie sur des méthodes non-invasives telles que les pièges photographiques ou les pièges à poils, relevés chaque mois par les 450 bénévoles du réseau ours brun. La population d'ours des Pyrénées est aujourd'hui bien connue des observateurs.

  • Maëlis Kervellec

    Mais plus il y a d'ours... Plus il y a de risques que certains d'entre eux passent sous les radars, l'effort de suivi étant déjà très important, nous avons besoin d'utiliser des modèles statistiques afin d'estimer la population réelle.

  • Thomas

    Explique Maëlis Kervellec, modélisatrice et doctorante au Centre d'écologie fonctionnelle et évolutive en collaboration avec l'Office français de la biodiversité. Sous la direction d'Olivier Jiménez, le chercheur du CEFE, sa thèse propose d'établir des cartes de densité pour faciliter leur recensement. C'est grâce au modèle spatialisé de capture-recapture, et à partir des données de localisation issues des pièges photographiques et des prélèvements de poils, que la jeune chercheuse a modélisé, à plus large échelle, la distribution des ours.

  • Maëlis Kervellec

    En partant des différents endroits où l'animal a été détecté, nous essayons de représenter comment cet individu utilise le paysage dans la réalité. En combinant l'espace utilisé par chaque ours, on obtient une carte de distribution qui tient compte des possibles barrières.

  • Thomas

    Réintroduits en Ariège, les ours se sont peu dispersés sur le reste de la chaîne des Pyrénées, et ce malgré l'augmentation de leur population. Dans quelle mesure leur distribution est-elle limitée par celle de l'homme ? Pour répondre à cette question, la doctorante s'est penchée sur l'impact des infrastructures routières sur la connectivité du paysage.

  • Maëlis Kervellec

    Le terme connectivité est ici défini comme le degré auquel le paysage facilite ou empêche les déplacements des individus entre des zones ou patches de ressources.

  • Thomas

    Précise Maëlis Kervellec, qui, pour réaliser cette étude, a utilisé dans son modèle toutes les routes possibles,

  • Maëlis Kervellec

    sans faire de distinction entre les grandes et les petites.

  • Thomas

    Sans surprise, la jeune chercheuse constate que plus la densité de route est grande, moins les ours ont tendance à utiliser l'habitat. Elle observe également que la vallée de la Garonne, entre Viella et Bagnères de Luchon, semble restreindre la distribution de ce noyau ariégeois.

  • Maëlis Kervellec

    On ne peut pas affirmer que la route est responsable du fait que les ours se restreignent à l'espace utilisé actuellement, car dans cette vallée on trouve aussi d'autres facteurs possibles, comme la voie ferrée ou la rivière, qui ne sont pas pris en compte dans mon modèle.

  • Thomas

    Des études complémentaires permettront sûrement de mieux expliquer le comportement de cette espèce. qui reste aujourd'hui encore en danger critique d'extinction.

  • Caroline Quilis

    Merci d'avoir écouté ce nouvel épisode de LUM LU. Si vous le souhaitez, vous pouvez nous laisser un avis sur Apple Podcast ou sur Spotify. Et vous pouvez aussi le partager autour de vous. A la semaine prochaine pour un nouvel épisode. Merci

Description

Des ours un poil casaniers 🐻

Pour avancer sur la route du repeuplement, les ours bruns des Pyrénées ont appris à ne pas croiser celle de l’Homme quitte à limiter leur distribution et restreindre leur habitat. A quel point les infrastructures humaines et notamment routières influencent-elle leur utilisation de l’espace ?


𝐋𝐔𝐌 𝟐𝟏 / 𝐋'𝐚𝐩𝐩𝐞𝐥 𝐝𝐞 𝐥𝐚 𝐟𝐨𝐫𝐞̂𝐭 🌳🐦
Des forêts françaises, à la mangrove en passant par les forêts boréales ou insulaires, c’est en écartant les feuillages qui abritent animaux, hommes et organismes que l’on accède aux racines d’un monde foisonnant de vie. Mais pour combien de temps encore ? Écosystèmes aussi riches que menacés par le changement climatique et les activités anthropiques, c’est aux forêts que ce LUM 21 est consacré. Mettez-vous au vert en écoutant LUM.  

_________________________ 

📌  Retrouvez l'article : 

📌  Retrouvez tous les articles des magazines LUM : https://www.umontpellier.fr/?type-contenu=magazine-lum   




Hébergé par Ausha. Visitez ausha.co/politique-de-confidentialite pour plus d'informations.

Transcription

  • Caroline Quilis

    Des forêts françaises à la mangrove, en passant par les forêts boréales ou insulaires, c'est en écartant les feuillages qui abritent animaux, hommes et organismes que l'on accède aux racines d'un monde foisonnant de vie. Mais pour combien de temps encore ? Écosystèmes aussi risques menacés par le changement climatique et les activités anthropiques, c'est aux forêts que ce LUM 21 est consacré. Mettez-vous au vert en écoutant LUM !

  • Thomas

    Des ours un poil casaniers. Pour avancer sur la route du repeuplement, les ours bruns des Pyrénées ont appris à ne pas croiser celles de l'Homme, quitte à limiter leur distribution et restreindre leur habitat. A quel point les infrastructures humaines, et notamment routières, influencent-elles leur utilisation de l'espace ? En 2004, Cannelle, la dernière ourse femelle des Pyrénées, était abattue par un chasseur dont elle venait de croiser la route. Elle laissait derrière elle Canelito, un ourson de 8 mois. ultime descendant de la souche pyrénéenne de cette espèce. Aujourd'hui, Canelito partage ses forêts escarpées avec au moins 76 congénères, en grande partie issues de la réintroduction d'individus prélevés en Slovénie, et 5 portées ont été détectées cette année. Pour suivre au plus près cette population, l'Office français de la biodiversité, en collaboration avec ses homologues espagnols et andorans, s'appuie sur des méthodes non-invasives telles que les pièges photographiques ou les pièges à poils, relevés chaque mois par les 450 bénévoles du réseau ours brun. La population d'ours des Pyrénées est aujourd'hui bien connue des observateurs.

  • Maëlis Kervellec

    Mais plus il y a d'ours... Plus il y a de risques que certains d'entre eux passent sous les radars, l'effort de suivi étant déjà très important, nous avons besoin d'utiliser des modèles statistiques afin d'estimer la population réelle.

  • Thomas

    Explique Maëlis Kervellec, modélisatrice et doctorante au Centre d'écologie fonctionnelle et évolutive en collaboration avec l'Office français de la biodiversité. Sous la direction d'Olivier Jiménez, le chercheur du CEFE, sa thèse propose d'établir des cartes de densité pour faciliter leur recensement. C'est grâce au modèle spatialisé de capture-recapture, et à partir des données de localisation issues des pièges photographiques et des prélèvements de poils, que la jeune chercheuse a modélisé, à plus large échelle, la distribution des ours.

  • Maëlis Kervellec

    En partant des différents endroits où l'animal a été détecté, nous essayons de représenter comment cet individu utilise le paysage dans la réalité. En combinant l'espace utilisé par chaque ours, on obtient une carte de distribution qui tient compte des possibles barrières.

  • Thomas

    Réintroduits en Ariège, les ours se sont peu dispersés sur le reste de la chaîne des Pyrénées, et ce malgré l'augmentation de leur population. Dans quelle mesure leur distribution est-elle limitée par celle de l'homme ? Pour répondre à cette question, la doctorante s'est penchée sur l'impact des infrastructures routières sur la connectivité du paysage.

  • Maëlis Kervellec

    Le terme connectivité est ici défini comme le degré auquel le paysage facilite ou empêche les déplacements des individus entre des zones ou patches de ressources.

  • Thomas

    Précise Maëlis Kervellec, qui, pour réaliser cette étude, a utilisé dans son modèle toutes les routes possibles,

  • Maëlis Kervellec

    sans faire de distinction entre les grandes et les petites.

  • Thomas

    Sans surprise, la jeune chercheuse constate que plus la densité de route est grande, moins les ours ont tendance à utiliser l'habitat. Elle observe également que la vallée de la Garonne, entre Viella et Bagnères de Luchon, semble restreindre la distribution de ce noyau ariégeois.

  • Maëlis Kervellec

    On ne peut pas affirmer que la route est responsable du fait que les ours se restreignent à l'espace utilisé actuellement, car dans cette vallée on trouve aussi d'autres facteurs possibles, comme la voie ferrée ou la rivière, qui ne sont pas pris en compte dans mon modèle.

  • Thomas

    Des études complémentaires permettront sûrement de mieux expliquer le comportement de cette espèce. qui reste aujourd'hui encore en danger critique d'extinction.

  • Caroline Quilis

    Merci d'avoir écouté ce nouvel épisode de LUM LU. Si vous le souhaitez, vous pouvez nous laisser un avis sur Apple Podcast ou sur Spotify. Et vous pouvez aussi le partager autour de vous. A la semaine prochaine pour un nouvel épisode. Merci

Share

Embed

You may also like