undefined cover
undefined cover
S01E07 - Reconnaître le génocide kurde perpétré en Irak avec Béatrice Dillies cover
S01E07 - Reconnaître le génocide kurde perpétré en Irak avec Béatrice Dillies cover
Luttes Kurdes Podcast

S01E07 - Reconnaître le génocide kurde perpétré en Irak avec Béatrice Dillies

S01E07 - Reconnaître le génocide kurde perpétré en Irak avec Béatrice Dillies

1h03 |23/07/2023|

185

Play
undefined cover
undefined cover
S01E07 - Reconnaître le génocide kurde perpétré en Irak avec Béatrice Dillies cover
S01E07 - Reconnaître le génocide kurde perpétré en Irak avec Béatrice Dillies cover
Luttes Kurdes Podcast

S01E07 - Reconnaître le génocide kurde perpétré en Irak avec Béatrice Dillies

S01E07 - Reconnaître le génocide kurde perpétré en Irak avec Béatrice Dillies

1h03 |23/07/2023|

185

Play

Description

Peut-être avez-vous déjà entendu parler du massacre par armes chimiques de Halabja perpétré en mars 1988 ? Ce massacre, qui a tué environ 5000 kurdes, avait été documenté par la presse et avait suscité un bref émoi dans la communauté internationale. Ce massacre n'est pourtant qu'une goutte d'eau dans le génocide kurde mis en œuvre en Irak en 1988. Le massacre de Halabja fait en effet partie de l'opération Anfal, qui provoqua la mort de 182 000 personnes et la destruction de plus de 90 % des villages kurdes d'Irak. Les autres attaques de l'opération Anfal n'ont pas été couvertes par les médias et demeurent largement méconnues. Tout comme les événements qui ont précédé l'opération Anfal pendant plusieurs décennies et qui étaient pourtant autant de signaux d'alertes. Comment établir l'existence d'un génocide lorsque ce dernier n'est pas documenté ? Faute de presse libre à l'époque des faits, faute d'intérêt des grandes puissances pour ce drame, le génocide kurde perpétré en Irak est-il voué à l'oubli ? 

Béatrice Dillies a voulu documenter ce génocide en allant à la rencontre des survivantes et survivants. Elle le dit sans détours : "Mon but est d'alimenter le débat en France sur la reconnaissance du génocide kurde. Car quand la France bouge sur la question kurde, c'est le monde qui bouge sur la question kurde. La France doit être au cœur des efforts d'information. C'est une mesure qui ne coûte rien mais c'est une décision symbolique très importante. Une décision qui dit le droit, qui dit la justice, qui dit l'humanité".  


Hébergé par Ausha. Visitez ausha.co/politique-de-confidentialite pour plus d'informations.

Description

Peut-être avez-vous déjà entendu parler du massacre par armes chimiques de Halabja perpétré en mars 1988 ? Ce massacre, qui a tué environ 5000 kurdes, avait été documenté par la presse et avait suscité un bref émoi dans la communauté internationale. Ce massacre n'est pourtant qu'une goutte d'eau dans le génocide kurde mis en œuvre en Irak en 1988. Le massacre de Halabja fait en effet partie de l'opération Anfal, qui provoqua la mort de 182 000 personnes et la destruction de plus de 90 % des villages kurdes d'Irak. Les autres attaques de l'opération Anfal n'ont pas été couvertes par les médias et demeurent largement méconnues. Tout comme les événements qui ont précédé l'opération Anfal pendant plusieurs décennies et qui étaient pourtant autant de signaux d'alertes. Comment établir l'existence d'un génocide lorsque ce dernier n'est pas documenté ? Faute de presse libre à l'époque des faits, faute d'intérêt des grandes puissances pour ce drame, le génocide kurde perpétré en Irak est-il voué à l'oubli ? 

Béatrice Dillies a voulu documenter ce génocide en allant à la rencontre des survivantes et survivants. Elle le dit sans détours : "Mon but est d'alimenter le débat en France sur la reconnaissance du génocide kurde. Car quand la France bouge sur la question kurde, c'est le monde qui bouge sur la question kurde. La France doit être au cœur des efforts d'information. C'est une mesure qui ne coûte rien mais c'est une décision symbolique très importante. Une décision qui dit le droit, qui dit la justice, qui dit l'humanité".  


Hébergé par Ausha. Visitez ausha.co/politique-de-confidentialite pour plus d'informations.

Share

Embed

You may also like

Description

Peut-être avez-vous déjà entendu parler du massacre par armes chimiques de Halabja perpétré en mars 1988 ? Ce massacre, qui a tué environ 5000 kurdes, avait été documenté par la presse et avait suscité un bref émoi dans la communauté internationale. Ce massacre n'est pourtant qu'une goutte d'eau dans le génocide kurde mis en œuvre en Irak en 1988. Le massacre de Halabja fait en effet partie de l'opération Anfal, qui provoqua la mort de 182 000 personnes et la destruction de plus de 90 % des villages kurdes d'Irak. Les autres attaques de l'opération Anfal n'ont pas été couvertes par les médias et demeurent largement méconnues. Tout comme les événements qui ont précédé l'opération Anfal pendant plusieurs décennies et qui étaient pourtant autant de signaux d'alertes. Comment établir l'existence d'un génocide lorsque ce dernier n'est pas documenté ? Faute de presse libre à l'époque des faits, faute d'intérêt des grandes puissances pour ce drame, le génocide kurde perpétré en Irak est-il voué à l'oubli ? 

Béatrice Dillies a voulu documenter ce génocide en allant à la rencontre des survivantes et survivants. Elle le dit sans détours : "Mon but est d'alimenter le débat en France sur la reconnaissance du génocide kurde. Car quand la France bouge sur la question kurde, c'est le monde qui bouge sur la question kurde. La France doit être au cœur des efforts d'information. C'est une mesure qui ne coûte rien mais c'est une décision symbolique très importante. Une décision qui dit le droit, qui dit la justice, qui dit l'humanité".  


Hébergé par Ausha. Visitez ausha.co/politique-de-confidentialite pour plus d'informations.

Description

Peut-être avez-vous déjà entendu parler du massacre par armes chimiques de Halabja perpétré en mars 1988 ? Ce massacre, qui a tué environ 5000 kurdes, avait été documenté par la presse et avait suscité un bref émoi dans la communauté internationale. Ce massacre n'est pourtant qu'une goutte d'eau dans le génocide kurde mis en œuvre en Irak en 1988. Le massacre de Halabja fait en effet partie de l'opération Anfal, qui provoqua la mort de 182 000 personnes et la destruction de plus de 90 % des villages kurdes d'Irak. Les autres attaques de l'opération Anfal n'ont pas été couvertes par les médias et demeurent largement méconnues. Tout comme les événements qui ont précédé l'opération Anfal pendant plusieurs décennies et qui étaient pourtant autant de signaux d'alertes. Comment établir l'existence d'un génocide lorsque ce dernier n'est pas documenté ? Faute de presse libre à l'époque des faits, faute d'intérêt des grandes puissances pour ce drame, le génocide kurde perpétré en Irak est-il voué à l'oubli ? 

Béatrice Dillies a voulu documenter ce génocide en allant à la rencontre des survivantes et survivants. Elle le dit sans détours : "Mon but est d'alimenter le débat en France sur la reconnaissance du génocide kurde. Car quand la France bouge sur la question kurde, c'est le monde qui bouge sur la question kurde. La France doit être au cœur des efforts d'information. C'est une mesure qui ne coûte rien mais c'est une décision symbolique très importante. Une décision qui dit le droit, qui dit la justice, qui dit l'humanité".  


Hébergé par Ausha. Visitez ausha.co/politique-de-confidentialite pour plus d'informations.

Share

Embed

You may also like