Metaclassique #142 – Regarder cover
Metaclassique #142 – Regarder cover
METACLASSIQUE

Metaclassique #142 – Regarder

Metaclassique #142 – Regarder

1h00 |20/10/2021
Listen
Metaclassique #142 – Regarder cover
Metaclassique #142 – Regarder cover
METACLASSIQUE

Metaclassique #142 – Regarder

Metaclassique #142 – Regarder

1h00 |20/10/2021
Listen

Description

Au moment de s’installer dans la salle avant le début d’un récital de piano, on peut toujours se poser la question : faut-il se mettre côté jardin pour pouvoir profiter du spectacle des mains ? Il peut même y avoir débat entre ceux qui consomment la musique avec les yeux et ceux qui savourent le concert les yeux fermés comme s’ils ne voulaient jouir de rien d’autre que de la musique. Ce qui veut dire qu’il ne faudrait justement pas oublier ceux qui restent agnostiques ou qui préfèrent ne pas trancher la question parce qu’ils se sont bien aperçus que, selon les moments, ils pouvaient se laisser happer du regard alors qu’ils peuvent aussi privilégier de fermer les yeux quand l’interprète en fait trop ou quand la musique semble leur demander une introspection qui peut se croire plus profonde quand elle se fait purement auditive. Pour ce numéro « Regarder » de Metaclassique, nous accueillons Matthieu Guillot qui a publié aux Presses universitaires de Provence, un essai intitulé : Conflits de l’oreille et de l’œil dans l’œuvre musicale. L’écoute intériorisée.

Une émission produite et réalisée par David Christoffel.

Description

Au moment de s’installer dans la salle avant le début d’un récital de piano, on peut toujours se poser la question : faut-il se mettre côté jardin pour pouvoir profiter du spectacle des mains ? Il peut même y avoir débat entre ceux qui consomment la musique avec les yeux et ceux qui savourent le concert les yeux fermés comme s’ils ne voulaient jouir de rien d’autre que de la musique. Ce qui veut dire qu’il ne faudrait justement pas oublier ceux qui restent agnostiques ou qui préfèrent ne pas trancher la question parce qu’ils se sont bien aperçus que, selon les moments, ils pouvaient se laisser happer du regard alors qu’ils peuvent aussi privilégier de fermer les yeux quand l’interprète en fait trop ou quand la musique semble leur demander une introspection qui peut se croire plus profonde quand elle se fait purement auditive. Pour ce numéro « Regarder » de Metaclassique, nous accueillons Matthieu Guillot qui a publié aux Presses universitaires de Provence, un essai intitulé : Conflits de l’oreille et de l’œil dans l’œuvre musicale. L’écoute intériorisée.

Une émission produite et réalisée par David Christoffel.

Share

Embed

You may also like

Description

Au moment de s’installer dans la salle avant le début d’un récital de piano, on peut toujours se poser la question : faut-il se mettre côté jardin pour pouvoir profiter du spectacle des mains ? Il peut même y avoir débat entre ceux qui consomment la musique avec les yeux et ceux qui savourent le concert les yeux fermés comme s’ils ne voulaient jouir de rien d’autre que de la musique. Ce qui veut dire qu’il ne faudrait justement pas oublier ceux qui restent agnostiques ou qui préfèrent ne pas trancher la question parce qu’ils se sont bien aperçus que, selon les moments, ils pouvaient se laisser happer du regard alors qu’ils peuvent aussi privilégier de fermer les yeux quand l’interprète en fait trop ou quand la musique semble leur demander une introspection qui peut se croire plus profonde quand elle se fait purement auditive. Pour ce numéro « Regarder » de Metaclassique, nous accueillons Matthieu Guillot qui a publié aux Presses universitaires de Provence, un essai intitulé : Conflits de l’oreille et de l’œil dans l’œuvre musicale. L’écoute intériorisée.

Une émission produite et réalisée par David Christoffel.

Description

Au moment de s’installer dans la salle avant le début d’un récital de piano, on peut toujours se poser la question : faut-il se mettre côté jardin pour pouvoir profiter du spectacle des mains ? Il peut même y avoir débat entre ceux qui consomment la musique avec les yeux et ceux qui savourent le concert les yeux fermés comme s’ils ne voulaient jouir de rien d’autre que de la musique. Ce qui veut dire qu’il ne faudrait justement pas oublier ceux qui restent agnostiques ou qui préfèrent ne pas trancher la question parce qu’ils se sont bien aperçus que, selon les moments, ils pouvaient se laisser happer du regard alors qu’ils peuvent aussi privilégier de fermer les yeux quand l’interprète en fait trop ou quand la musique semble leur demander une introspection qui peut se croire plus profonde quand elle se fait purement auditive. Pour ce numéro « Regarder » de Metaclassique, nous accueillons Matthieu Guillot qui a publié aux Presses universitaires de Provence, un essai intitulé : Conflits de l’oreille et de l’œil dans l’œuvre musicale. L’écoute intériorisée.

Une émission produite et réalisée par David Christoffel.

Share

Embed

You may also like