undefined cover
undefined cover
E11 Venir comme je suis cover
E11 Venir comme je suis cover
Monstrueusement humain Tous hors norme

E11 Venir comme je suis

E11 Venir comme je suis

15min |12/04/2022
Play
undefined cover
undefined cover
E11 Venir comme je suis cover
E11 Venir comme je suis cover
Monstrueusement humain Tous hors norme

E11 Venir comme je suis

E11 Venir comme je suis

15min |12/04/2022
Play

Description

Je vous explique je suis malade depuis plusieurs jours, plus précisément depuis le jour de mon anniversaire.

Je ne sais pas ce que je dois comprendre…..Le premier jour j’ai donc été bien sage, j’y ai même entendu une part de moi «  hum c’est bien c’est peut être le moyen de faire une réelle pause. Avoir une bonne excuse pour ne plus penser, échaffauder, tourner en rond, donc REPOS !

Le 2e je me sentais mieux, yes c’est bon c’est ça en fait une journée et sa repart ! en fin de journée ce n’était plus le cas du tout. Bim redégringolade ! Avec la nuit qui va avec …….Dj 93 ouuuuu nuit de folie !…..je me suis bien fait croire que c’était correct, que je pouvais redémarrer.

 Ah Ah j’ai vu,  je ne me piègerai plus c’est promis !


Vendredi j’ai donc admis qu'être au lit un maximum serait bon pour moi.


Le petit vélo a débuté dans la tête: " purée je devais finaliser un courrier pour transmettre à Vincent, je vais tout retarder notre projet et ma fameuse interview prévue pour avril et mon épisode de cette semaine "

Avec tous les commentaires qui vont bien avec :

T’avais qu’à  tata ti, t'avais qu'à tata ta…..Et bien sûr que des propos doux pour mon petit coeur. 

Joyeux anniversaire Audrey ! Signé les saboteurs !


Samedi jour où je dois diffuser mon nouvel épisode, je semble aller un peu mieux et là je la sens bien venir. « C’est bien tu t’es reposée, maintenant goooooo. « Mets les bouchées doubles tu peux le faire, peut être décalé de quelques heures, mais c’est encore samedi ! »

Alors je bosse fort, sans souplesse d’adaptation au vu des jours passés.


En fait Je vais y aller comme je suis….

C’est ça je vais venir au micro du podcast comme je suis, je suis contente de moi encore, yes yes yes, après tout soyons simpe einh ? 


  • Est ce que c’est si simple que cela de venir comme l’on est, comme l’on se sent.
  • Est ce simple pour soi de s’autoriser à ne pas se fondre absolument dans l’ambiance convenue d’un de nos engagements ( réunion, fête)
  • Est-ce que nous ne sommes pas tant habitués, que nous n’avons nullement conscience du mode pilote automatique que nous mettons en place pour être à l’extérieur ?
  • Est-ce que nous préfèrons le mensonge à nous même ou l’adaptation convenable plutôt que la rencontre avec notre vulnérabilité ?

Cette vulnérabilité tellement emmerdante, de soi à soi ou de soi à l’autre, empêchant le monde de ronronner, de tourner en rond….

  • Est-ce que c’est si simple pour l’extérieur d’accepter notre inattendu « le grain de sable » quand tout est calé, tout est prévu.
  • Est-ce facile de recevoir le comme « vous êtes » réel de l’Autre lorsque tous les subterfuges sont bons pour ne pas regarder le sien.
  • Est-ce facile au regard de notre état physique ou psychique, de décliner un engagement si important soit-il en gardant en tête que cette loyauté c’est d’abord envers soi que nous la devons. 


Pour tous vos partages : monstrueusementhumain@gmail.com


Monstrueusement humain Le podcast : https://www.facebook.com/Monstrueusementhumain


Insta : monstrueusementhumain

Description

Je vous explique je suis malade depuis plusieurs jours, plus précisément depuis le jour de mon anniversaire.

Je ne sais pas ce que je dois comprendre…..Le premier jour j’ai donc été bien sage, j’y ai même entendu une part de moi «  hum c’est bien c’est peut être le moyen de faire une réelle pause. Avoir une bonne excuse pour ne plus penser, échaffauder, tourner en rond, donc REPOS !

Le 2e je me sentais mieux, yes c’est bon c’est ça en fait une journée et sa repart ! en fin de journée ce n’était plus le cas du tout. Bim redégringolade ! Avec la nuit qui va avec …….Dj 93 ouuuuu nuit de folie !…..je me suis bien fait croire que c’était correct, que je pouvais redémarrer.

 Ah Ah j’ai vu,  je ne me piègerai plus c’est promis !


Vendredi j’ai donc admis qu'être au lit un maximum serait bon pour moi.


Le petit vélo a débuté dans la tête: " purée je devais finaliser un courrier pour transmettre à Vincent, je vais tout retarder notre projet et ma fameuse interview prévue pour avril et mon épisode de cette semaine "

Avec tous les commentaires qui vont bien avec :

T’avais qu’à  tata ti, t'avais qu'à tata ta…..Et bien sûr que des propos doux pour mon petit coeur. 

Joyeux anniversaire Audrey ! Signé les saboteurs !


Samedi jour où je dois diffuser mon nouvel épisode, je semble aller un peu mieux et là je la sens bien venir. « C’est bien tu t’es reposée, maintenant goooooo. « Mets les bouchées doubles tu peux le faire, peut être décalé de quelques heures, mais c’est encore samedi ! »

Alors je bosse fort, sans souplesse d’adaptation au vu des jours passés.


En fait Je vais y aller comme je suis….

C’est ça je vais venir au micro du podcast comme je suis, je suis contente de moi encore, yes yes yes, après tout soyons simpe einh ? 


  • Est ce que c’est si simple que cela de venir comme l’on est, comme l’on se sent.
  • Est ce simple pour soi de s’autoriser à ne pas se fondre absolument dans l’ambiance convenue d’un de nos engagements ( réunion, fête)
  • Est-ce que nous ne sommes pas tant habitués, que nous n’avons nullement conscience du mode pilote automatique que nous mettons en place pour être à l’extérieur ?
  • Est-ce que nous préfèrons le mensonge à nous même ou l’adaptation convenable plutôt que la rencontre avec notre vulnérabilité ?

Cette vulnérabilité tellement emmerdante, de soi à soi ou de soi à l’autre, empêchant le monde de ronronner, de tourner en rond….

  • Est-ce que c’est si simple pour l’extérieur d’accepter notre inattendu « le grain de sable » quand tout est calé, tout est prévu.
  • Est-ce facile de recevoir le comme « vous êtes » réel de l’Autre lorsque tous les subterfuges sont bons pour ne pas regarder le sien.
  • Est-ce facile au regard de notre état physique ou psychique, de décliner un engagement si important soit-il en gardant en tête que cette loyauté c’est d’abord envers soi que nous la devons. 


Pour tous vos partages : monstrueusementhumain@gmail.com


Monstrueusement humain Le podcast : https://www.facebook.com/Monstrueusementhumain


Insta : monstrueusementhumain

Share

Embed

You may also like

Description

Je vous explique je suis malade depuis plusieurs jours, plus précisément depuis le jour de mon anniversaire.

Je ne sais pas ce que je dois comprendre…..Le premier jour j’ai donc été bien sage, j’y ai même entendu une part de moi «  hum c’est bien c’est peut être le moyen de faire une réelle pause. Avoir une bonne excuse pour ne plus penser, échaffauder, tourner en rond, donc REPOS !

Le 2e je me sentais mieux, yes c’est bon c’est ça en fait une journée et sa repart ! en fin de journée ce n’était plus le cas du tout. Bim redégringolade ! Avec la nuit qui va avec …….Dj 93 ouuuuu nuit de folie !…..je me suis bien fait croire que c’était correct, que je pouvais redémarrer.

 Ah Ah j’ai vu,  je ne me piègerai plus c’est promis !


Vendredi j’ai donc admis qu'être au lit un maximum serait bon pour moi.


Le petit vélo a débuté dans la tête: " purée je devais finaliser un courrier pour transmettre à Vincent, je vais tout retarder notre projet et ma fameuse interview prévue pour avril et mon épisode de cette semaine "

Avec tous les commentaires qui vont bien avec :

T’avais qu’à  tata ti, t'avais qu'à tata ta…..Et bien sûr que des propos doux pour mon petit coeur. 

Joyeux anniversaire Audrey ! Signé les saboteurs !


Samedi jour où je dois diffuser mon nouvel épisode, je semble aller un peu mieux et là je la sens bien venir. « C’est bien tu t’es reposée, maintenant goooooo. « Mets les bouchées doubles tu peux le faire, peut être décalé de quelques heures, mais c’est encore samedi ! »

Alors je bosse fort, sans souplesse d’adaptation au vu des jours passés.


En fait Je vais y aller comme je suis….

C’est ça je vais venir au micro du podcast comme je suis, je suis contente de moi encore, yes yes yes, après tout soyons simpe einh ? 


  • Est ce que c’est si simple que cela de venir comme l’on est, comme l’on se sent.
  • Est ce simple pour soi de s’autoriser à ne pas se fondre absolument dans l’ambiance convenue d’un de nos engagements ( réunion, fête)
  • Est-ce que nous ne sommes pas tant habitués, que nous n’avons nullement conscience du mode pilote automatique que nous mettons en place pour être à l’extérieur ?
  • Est-ce que nous préfèrons le mensonge à nous même ou l’adaptation convenable plutôt que la rencontre avec notre vulnérabilité ?

Cette vulnérabilité tellement emmerdante, de soi à soi ou de soi à l’autre, empêchant le monde de ronronner, de tourner en rond….

  • Est-ce que c’est si simple pour l’extérieur d’accepter notre inattendu « le grain de sable » quand tout est calé, tout est prévu.
  • Est-ce facile de recevoir le comme « vous êtes » réel de l’Autre lorsque tous les subterfuges sont bons pour ne pas regarder le sien.
  • Est-ce facile au regard de notre état physique ou psychique, de décliner un engagement si important soit-il en gardant en tête que cette loyauté c’est d’abord envers soi que nous la devons. 


Pour tous vos partages : monstrueusementhumain@gmail.com


Monstrueusement humain Le podcast : https://www.facebook.com/Monstrueusementhumain


Insta : monstrueusementhumain

Description

Je vous explique je suis malade depuis plusieurs jours, plus précisément depuis le jour de mon anniversaire.

Je ne sais pas ce que je dois comprendre…..Le premier jour j’ai donc été bien sage, j’y ai même entendu une part de moi «  hum c’est bien c’est peut être le moyen de faire une réelle pause. Avoir une bonne excuse pour ne plus penser, échaffauder, tourner en rond, donc REPOS !

Le 2e je me sentais mieux, yes c’est bon c’est ça en fait une journée et sa repart ! en fin de journée ce n’était plus le cas du tout. Bim redégringolade ! Avec la nuit qui va avec …….Dj 93 ouuuuu nuit de folie !…..je me suis bien fait croire que c’était correct, que je pouvais redémarrer.

 Ah Ah j’ai vu,  je ne me piègerai plus c’est promis !


Vendredi j’ai donc admis qu'être au lit un maximum serait bon pour moi.


Le petit vélo a débuté dans la tête: " purée je devais finaliser un courrier pour transmettre à Vincent, je vais tout retarder notre projet et ma fameuse interview prévue pour avril et mon épisode de cette semaine "

Avec tous les commentaires qui vont bien avec :

T’avais qu’à  tata ti, t'avais qu'à tata ta…..Et bien sûr que des propos doux pour mon petit coeur. 

Joyeux anniversaire Audrey ! Signé les saboteurs !


Samedi jour où je dois diffuser mon nouvel épisode, je semble aller un peu mieux et là je la sens bien venir. « C’est bien tu t’es reposée, maintenant goooooo. « Mets les bouchées doubles tu peux le faire, peut être décalé de quelques heures, mais c’est encore samedi ! »

Alors je bosse fort, sans souplesse d’adaptation au vu des jours passés.


En fait Je vais y aller comme je suis….

C’est ça je vais venir au micro du podcast comme je suis, je suis contente de moi encore, yes yes yes, après tout soyons simpe einh ? 


  • Est ce que c’est si simple que cela de venir comme l’on est, comme l’on se sent.
  • Est ce simple pour soi de s’autoriser à ne pas se fondre absolument dans l’ambiance convenue d’un de nos engagements ( réunion, fête)
  • Est-ce que nous ne sommes pas tant habitués, que nous n’avons nullement conscience du mode pilote automatique que nous mettons en place pour être à l’extérieur ?
  • Est-ce que nous préfèrons le mensonge à nous même ou l’adaptation convenable plutôt que la rencontre avec notre vulnérabilité ?

Cette vulnérabilité tellement emmerdante, de soi à soi ou de soi à l’autre, empêchant le monde de ronronner, de tourner en rond….

  • Est-ce que c’est si simple pour l’extérieur d’accepter notre inattendu « le grain de sable » quand tout est calé, tout est prévu.
  • Est-ce facile de recevoir le comme « vous êtes » réel de l’Autre lorsque tous les subterfuges sont bons pour ne pas regarder le sien.
  • Est-ce facile au regard de notre état physique ou psychique, de décliner un engagement si important soit-il en gardant en tête que cette loyauté c’est d’abord envers soi que nous la devons. 


Pour tous vos partages : monstrueusementhumain@gmail.com


Monstrueusement humain Le podcast : https://www.facebook.com/Monstrueusementhumain


Insta : monstrueusementhumain

Share

Embed

You may also like