Le Monte-Carlo Summer Festival présenté par son Directeur, Alfonso Ciulla cover
Le Monte-Carlo Summer Festival présenté par son Directeur, Alfonso Ciulla cover
Radio Monaco - Le Club

Le Monte-Carlo Summer Festival présenté par son Directeur, Alfonso Ciulla

Le Monte-Carlo Summer Festival présenté par son Directeur, Alfonso Ciulla

04min |15/04/2024|

49

Play
Le Monte-Carlo Summer Festival présenté par son Directeur, Alfonso Ciulla cover
Le Monte-Carlo Summer Festival présenté par son Directeur, Alfonso Ciulla cover
Radio Monaco - Le Club

Le Monte-Carlo Summer Festival présenté par son Directeur, Alfonso Ciulla

Le Monte-Carlo Summer Festival présenté par son Directeur, Alfonso Ciulla

04min |15/04/2024|

49

Play

Description

Benjamin Ducongé : 
Nous quittons nos studios pour la célèbre Salle des étoiles du Sporting Monte-carlo où nous retrouvons Alfonso Ciulla, directeur artistique de la SBM. Parmi la quantité d'événements tous très prestigieux en Principauté de Monaco, que représente le Monte-carlo Sporting Summer Festival?

Alfonso Ciulla :
Le Summer Festival, c'est un petit peu l'événement phare pour le resort et pour la principauté. C'est un festival récurrent qui investit beaucoup de personnes et beaucoup d'efforts pour arriver chaque année à programmer une série de concerts, à avoir un line up qui soit à la fois international, facile et fédérateur. C'est un festival pop, mais ce n'est pas un festival populaire. C'est un festival qui a des ambitions très hautes et qui doit répondre aux exigences d'une clientèle qui est super, super exigeante. Et chaque année, il faut à créer un juste équilibre entre les genres musicaux et les artistes que l'on propose. Après, il y a les moments phares, il y a les deux galas. Il y a le gala de la Croix Rouge, bien évidemment, le gala de Fight aid, qui sont un petit peu les deux piliers dans la structuration du festival. Après, c'est commen un Tetris, on vient organiser autour les artistes selon leur disponibilité et puis selon une architecture, un petit peu que l'on échafaude à chaque fois petit à petit. Une architecture où on essaie de satisfaire un maximum de personnes avec un minimum d'efforts.

Benjamin Ducongé : 
Deux temps forts, deux têtes d'affiche cet été, Lenny Kravitz et Sam Smith.

Alfonso Ciulla :
Lenny Kravitz revient avec un super album avec une super tournée. Et Sam Smith, c'est un artiste que je suis depuis diverses années. Depuis le début, pratiquement, j'ai toujours voulu l'inviter à mes concerts. Il a assis son charisme, sa notoriété et je trouve que même ces spectacles ont gagné en efficacité et sont devenus beaucoup plus spectaculaires. En fait, il a mis plus de force et de rage dans ses spectacles. Il s'est bonifié dans ce sens là. C'est devenu pour moi une des bêtes de scène, parce que chaque fois ces choses sont mémorables.

Benjamin Ducongé : 
La Salle des étoiles, c'est très intimiste comme ambiance. Comment on arrive à convaincre ces stars habituer plutôt des grands stades de venir dans cette petite salle devant seulement quelques centaines de personnes ?

Alfonso Ciulla :
Çafait partie aussi du challenge à chaque fois que l'on monte la programmation du Summer à la salle des étoiles, c'est que il faut faire accepter à ces artistes de jouer dans une salle qui est beaucoup plus limitée que celle dont ils ont l'habitude, voire des stades ou des arénas, sans parler des zéniths, etc. Donc ici, et bien c'est un écrin. On arrive à vendre ça comme ça. C'est un écrin où il y a une vraie proximité avec le public. Et puis c'est une salle qui est tellement iconique, qui a accueilli tellement de grands artistes que ça crée un petit peu le rêve, même chez des personnes comme ces artistes là qui ont tout foulé comme scène, mais qui retrouvent ici peut être les fantômes d'artistes comme Sinatra, Sammy Davis Junior, Liza Minnelli, j'en passe et des meilleurs.

Benjamin Ducongé : 
On rappelle le programme Alfonso ?

Alfonso Ciulla :
Diana Krall, le 16 juillet à l'Opéra Garnier. Jamiroquai, 19 juillet, dans le cadre du gala de la Croix Rouge, cella sera dans la salle des étoiles. Le 25 juillet le groupe Duran Duran, le 2 août Myriam Fares, sans oublier, avant le 29 juillet Trevor Noah.
Première fois que l'on fait du stand up dans la salle des étoiles et dans le Summer. Très belle tournée de Trevor Noah et ensuite on revient à la salle des étoiles IL VOLO le 3 août pour un concert dans le cadre de leur grosse tournée mondiale. Jorja Smith 14 août et on finit avec Lenny Kravitz les 15 et 16 août en concert, debout dans la salle des étoiles.

Description

Benjamin Ducongé : 
Nous quittons nos studios pour la célèbre Salle des étoiles du Sporting Monte-carlo où nous retrouvons Alfonso Ciulla, directeur artistique de la SBM. Parmi la quantité d'événements tous très prestigieux en Principauté de Monaco, que représente le Monte-carlo Sporting Summer Festival?

Alfonso Ciulla :
Le Summer Festival, c'est un petit peu l'événement phare pour le resort et pour la principauté. C'est un festival récurrent qui investit beaucoup de personnes et beaucoup d'efforts pour arriver chaque année à programmer une série de concerts, à avoir un line up qui soit à la fois international, facile et fédérateur. C'est un festival pop, mais ce n'est pas un festival populaire. C'est un festival qui a des ambitions très hautes et qui doit répondre aux exigences d'une clientèle qui est super, super exigeante. Et chaque année, il faut à créer un juste équilibre entre les genres musicaux et les artistes que l'on propose. Après, il y a les moments phares, il y a les deux galas. Il y a le gala de la Croix Rouge, bien évidemment, le gala de Fight aid, qui sont un petit peu les deux piliers dans la structuration du festival. Après, c'est commen un Tetris, on vient organiser autour les artistes selon leur disponibilité et puis selon une architecture, un petit peu que l'on échafaude à chaque fois petit à petit. Une architecture où on essaie de satisfaire un maximum de personnes avec un minimum d'efforts.

Benjamin Ducongé : 
Deux temps forts, deux têtes d'affiche cet été, Lenny Kravitz et Sam Smith.

Alfonso Ciulla :
Lenny Kravitz revient avec un super album avec une super tournée. Et Sam Smith, c'est un artiste que je suis depuis diverses années. Depuis le début, pratiquement, j'ai toujours voulu l'inviter à mes concerts. Il a assis son charisme, sa notoriété et je trouve que même ces spectacles ont gagné en efficacité et sont devenus beaucoup plus spectaculaires. En fait, il a mis plus de force et de rage dans ses spectacles. Il s'est bonifié dans ce sens là. C'est devenu pour moi une des bêtes de scène, parce que chaque fois ces choses sont mémorables.

Benjamin Ducongé : 
La Salle des étoiles, c'est très intimiste comme ambiance. Comment on arrive à convaincre ces stars habituer plutôt des grands stades de venir dans cette petite salle devant seulement quelques centaines de personnes ?

Alfonso Ciulla :
Çafait partie aussi du challenge à chaque fois que l'on monte la programmation du Summer à la salle des étoiles, c'est que il faut faire accepter à ces artistes de jouer dans une salle qui est beaucoup plus limitée que celle dont ils ont l'habitude, voire des stades ou des arénas, sans parler des zéniths, etc. Donc ici, et bien c'est un écrin. On arrive à vendre ça comme ça. C'est un écrin où il y a une vraie proximité avec le public. Et puis c'est une salle qui est tellement iconique, qui a accueilli tellement de grands artistes que ça crée un petit peu le rêve, même chez des personnes comme ces artistes là qui ont tout foulé comme scène, mais qui retrouvent ici peut être les fantômes d'artistes comme Sinatra, Sammy Davis Junior, Liza Minnelli, j'en passe et des meilleurs.

Benjamin Ducongé : 
On rappelle le programme Alfonso ?

Alfonso Ciulla :
Diana Krall, le 16 juillet à l'Opéra Garnier. Jamiroquai, 19 juillet, dans le cadre du gala de la Croix Rouge, cella sera dans la salle des étoiles. Le 25 juillet le groupe Duran Duran, le 2 août Myriam Fares, sans oublier, avant le 29 juillet Trevor Noah.
Première fois que l'on fait du stand up dans la salle des étoiles et dans le Summer. Très belle tournée de Trevor Noah et ensuite on revient à la salle des étoiles IL VOLO le 3 août pour un concert dans le cadre de leur grosse tournée mondiale. Jorja Smith 14 août et on finit avec Lenny Kravitz les 15 et 16 août en concert, debout dans la salle des étoiles.

Share

Embed

You may also like

Description

Benjamin Ducongé : 
Nous quittons nos studios pour la célèbre Salle des étoiles du Sporting Monte-carlo où nous retrouvons Alfonso Ciulla, directeur artistique de la SBM. Parmi la quantité d'événements tous très prestigieux en Principauté de Monaco, que représente le Monte-carlo Sporting Summer Festival?

Alfonso Ciulla :
Le Summer Festival, c'est un petit peu l'événement phare pour le resort et pour la principauté. C'est un festival récurrent qui investit beaucoup de personnes et beaucoup d'efforts pour arriver chaque année à programmer une série de concerts, à avoir un line up qui soit à la fois international, facile et fédérateur. C'est un festival pop, mais ce n'est pas un festival populaire. C'est un festival qui a des ambitions très hautes et qui doit répondre aux exigences d'une clientèle qui est super, super exigeante. Et chaque année, il faut à créer un juste équilibre entre les genres musicaux et les artistes que l'on propose. Après, il y a les moments phares, il y a les deux galas. Il y a le gala de la Croix Rouge, bien évidemment, le gala de Fight aid, qui sont un petit peu les deux piliers dans la structuration du festival. Après, c'est commen un Tetris, on vient organiser autour les artistes selon leur disponibilité et puis selon une architecture, un petit peu que l'on échafaude à chaque fois petit à petit. Une architecture où on essaie de satisfaire un maximum de personnes avec un minimum d'efforts.

Benjamin Ducongé : 
Deux temps forts, deux têtes d'affiche cet été, Lenny Kravitz et Sam Smith.

Alfonso Ciulla :
Lenny Kravitz revient avec un super album avec une super tournée. Et Sam Smith, c'est un artiste que je suis depuis diverses années. Depuis le début, pratiquement, j'ai toujours voulu l'inviter à mes concerts. Il a assis son charisme, sa notoriété et je trouve que même ces spectacles ont gagné en efficacité et sont devenus beaucoup plus spectaculaires. En fait, il a mis plus de force et de rage dans ses spectacles. Il s'est bonifié dans ce sens là. C'est devenu pour moi une des bêtes de scène, parce que chaque fois ces choses sont mémorables.

Benjamin Ducongé : 
La Salle des étoiles, c'est très intimiste comme ambiance. Comment on arrive à convaincre ces stars habituer plutôt des grands stades de venir dans cette petite salle devant seulement quelques centaines de personnes ?

Alfonso Ciulla :
Çafait partie aussi du challenge à chaque fois que l'on monte la programmation du Summer à la salle des étoiles, c'est que il faut faire accepter à ces artistes de jouer dans une salle qui est beaucoup plus limitée que celle dont ils ont l'habitude, voire des stades ou des arénas, sans parler des zéniths, etc. Donc ici, et bien c'est un écrin. On arrive à vendre ça comme ça. C'est un écrin où il y a une vraie proximité avec le public. Et puis c'est une salle qui est tellement iconique, qui a accueilli tellement de grands artistes que ça crée un petit peu le rêve, même chez des personnes comme ces artistes là qui ont tout foulé comme scène, mais qui retrouvent ici peut être les fantômes d'artistes comme Sinatra, Sammy Davis Junior, Liza Minnelli, j'en passe et des meilleurs.

Benjamin Ducongé : 
On rappelle le programme Alfonso ?

Alfonso Ciulla :
Diana Krall, le 16 juillet à l'Opéra Garnier. Jamiroquai, 19 juillet, dans le cadre du gala de la Croix Rouge, cella sera dans la salle des étoiles. Le 25 juillet le groupe Duran Duran, le 2 août Myriam Fares, sans oublier, avant le 29 juillet Trevor Noah.
Première fois que l'on fait du stand up dans la salle des étoiles et dans le Summer. Très belle tournée de Trevor Noah et ensuite on revient à la salle des étoiles IL VOLO le 3 août pour un concert dans le cadre de leur grosse tournée mondiale. Jorja Smith 14 août et on finit avec Lenny Kravitz les 15 et 16 août en concert, debout dans la salle des étoiles.

Description

Benjamin Ducongé : 
Nous quittons nos studios pour la célèbre Salle des étoiles du Sporting Monte-carlo où nous retrouvons Alfonso Ciulla, directeur artistique de la SBM. Parmi la quantité d'événements tous très prestigieux en Principauté de Monaco, que représente le Monte-carlo Sporting Summer Festival?

Alfonso Ciulla :
Le Summer Festival, c'est un petit peu l'événement phare pour le resort et pour la principauté. C'est un festival récurrent qui investit beaucoup de personnes et beaucoup d'efforts pour arriver chaque année à programmer une série de concerts, à avoir un line up qui soit à la fois international, facile et fédérateur. C'est un festival pop, mais ce n'est pas un festival populaire. C'est un festival qui a des ambitions très hautes et qui doit répondre aux exigences d'une clientèle qui est super, super exigeante. Et chaque année, il faut à créer un juste équilibre entre les genres musicaux et les artistes que l'on propose. Après, il y a les moments phares, il y a les deux galas. Il y a le gala de la Croix Rouge, bien évidemment, le gala de Fight aid, qui sont un petit peu les deux piliers dans la structuration du festival. Après, c'est commen un Tetris, on vient organiser autour les artistes selon leur disponibilité et puis selon une architecture, un petit peu que l'on échafaude à chaque fois petit à petit. Une architecture où on essaie de satisfaire un maximum de personnes avec un minimum d'efforts.

Benjamin Ducongé : 
Deux temps forts, deux têtes d'affiche cet été, Lenny Kravitz et Sam Smith.

Alfonso Ciulla :
Lenny Kravitz revient avec un super album avec une super tournée. Et Sam Smith, c'est un artiste que je suis depuis diverses années. Depuis le début, pratiquement, j'ai toujours voulu l'inviter à mes concerts. Il a assis son charisme, sa notoriété et je trouve que même ces spectacles ont gagné en efficacité et sont devenus beaucoup plus spectaculaires. En fait, il a mis plus de force et de rage dans ses spectacles. Il s'est bonifié dans ce sens là. C'est devenu pour moi une des bêtes de scène, parce que chaque fois ces choses sont mémorables.

Benjamin Ducongé : 
La Salle des étoiles, c'est très intimiste comme ambiance. Comment on arrive à convaincre ces stars habituer plutôt des grands stades de venir dans cette petite salle devant seulement quelques centaines de personnes ?

Alfonso Ciulla :
Çafait partie aussi du challenge à chaque fois que l'on monte la programmation du Summer à la salle des étoiles, c'est que il faut faire accepter à ces artistes de jouer dans une salle qui est beaucoup plus limitée que celle dont ils ont l'habitude, voire des stades ou des arénas, sans parler des zéniths, etc. Donc ici, et bien c'est un écrin. On arrive à vendre ça comme ça. C'est un écrin où il y a une vraie proximité avec le public. Et puis c'est une salle qui est tellement iconique, qui a accueilli tellement de grands artistes que ça crée un petit peu le rêve, même chez des personnes comme ces artistes là qui ont tout foulé comme scène, mais qui retrouvent ici peut être les fantômes d'artistes comme Sinatra, Sammy Davis Junior, Liza Minnelli, j'en passe et des meilleurs.

Benjamin Ducongé : 
On rappelle le programme Alfonso ?

Alfonso Ciulla :
Diana Krall, le 16 juillet à l'Opéra Garnier. Jamiroquai, 19 juillet, dans le cadre du gala de la Croix Rouge, cella sera dans la salle des étoiles. Le 25 juillet le groupe Duran Duran, le 2 août Myriam Fares, sans oublier, avant le 29 juillet Trevor Noah.
Première fois que l'on fait du stand up dans la salle des étoiles et dans le Summer. Très belle tournée de Trevor Noah et ensuite on revient à la salle des étoiles IL VOLO le 3 août pour un concert dans le cadre de leur grosse tournée mondiale. Jorja Smith 14 août et on finit avec Lenny Kravitz les 15 et 16 août en concert, debout dans la salle des étoiles.

Share

Embed

You may also like