undefined cover
undefined cover
#4 Pauline Roux (Elaia) - Pourquoi, quand et comment convaincre un fonds d’investir dans son SaaS ? cover
#4 Pauline Roux (Elaia) - Pourquoi, quand et comment convaincre un fonds d’investir dans son SaaS ? cover
Morning Saas

#4 Pauline Roux (Elaia) - Pourquoi, quand et comment convaincre un fonds d’investir dans son SaaS ?

#4 Pauline Roux (Elaia) - Pourquoi, quand et comment convaincre un fonds d’investir dans son SaaS ?

45min |17/03/2021
Play
undefined cover
undefined cover
#4 Pauline Roux (Elaia) - Pourquoi, quand et comment convaincre un fonds d’investir dans son SaaS ? cover
#4 Pauline Roux (Elaia) - Pourquoi, quand et comment convaincre un fonds d’investir dans son SaaS ? cover
Morning Saas

#4 Pauline Roux (Elaia) - Pourquoi, quand et comment convaincre un fonds d’investir dans son SaaS ?

#4 Pauline Roux (Elaia) - Pourquoi, quand et comment convaincre un fonds d’investir dans son SaaS ?

45min |17/03/2021
Play

Description

“Si j’avais un conseil pour ceux qui hésitent à lancer leur SaaS, ce serait : lancez-vous !”

Vous ne connaissez peut-être pas Elaia, ce fonds de capital risque qui met des tickets d’un à plusieurs dizaines de millions d’euros pour soutenir des startups disruptives. 

Mais vous connaissez forcément une des entreprises qu’ils backent. Vous ne nous croyez pas ? Elaia est au board de Sigfox, Criteo ou encore de Shift Technology. Ce sont eux aussi qui se cachent - en partie - derrière la levée record de Mirakl (300 millions de dollars). 

“Le SaaS, c’est un marqueur est hyper présent dans notre portefeuille d’investissement. C’est une nouvelle génération de sociétés.”

Eux qui reçoivent, en moyenne, 2200 à 3000 sociétés chaque année pour pitcher leurs idées et présenter leur deck et qui sont aux premières loges des plus beaux succès de la tech européenne… et donc eux les mieux placés pour comprendre leurs succès et leurs échecs.  

Alors, forcément, on avait très envie de les faire intervenir au micro du Morning SaaS. Et c’est Pauline Roux, l’une des investisseuses et associées d’Elaia qui nous fait l’honneur d’être l’invitée d’Anthony Virapin, directeur des programmes start-up France de Microsoft, pour ce 5ème épisode.  

Ensemble, ils reviennent sur la place que le SaaS a peu à peu pris dans le monde de la tech, sur l’importance de la relation et de la confiance mutuelle entre un fonds et un.e fondateur.ice et du rapport de séduction qu’il existe entre les deux. 

“La confiance mutuelle entre l’investisseur et le fondateur, c’est aussi important que les metrics.”

Pauline répond aussi aux trois grandes questions : quand, pourquoi et comment faire appel à un fonds d’investissement pour sa solution SaaS. Elle explique aussi comment choisir son fonds et comment le convaincre d’investir dans son entreprise. 

“Chez Elaia, on a 90 investissements au portefeuille. Sur ces 90, il y a des choses qu’on a bien fait, des choses qu’on a mal faites, et du coup, beaucoup de partage d'expériences, notamment sur les stratégies d’acquisition clients, le marketing, sur le recrutement, le déploiement à l’international et le pricing. Un fond ça apporte cela aussi : son expérience. ”  

En particulier, Pauline, revient sur les metrics à soigner pour taper dans l’oeil des meilleurs fonds (et d’Elaia, mais ils entrent dans la première catégorie !). Elle vous conseille ainsi d’entretenir plus particulièrement : 

  • Votre Monthly Recurring Revenue (ou MRR,  en français la croissance récurrente) - le KPI roi dans le monde du SaaS - ainsi que votre Annual Contract Value (ACV), la valeur du contrat annuel. Deux éléments clés pour comprendre la qualité de l’attraction du chiffre d’affaires. 
  • Le coût d’acquisition de vos clients (CAC) qui permet de comprendre combien vous coûte de trouver et de faire signer un nouveau client. Attention, cela inclut toutes vos dépenses marketing et publicitaires mais aussi tous les salaires de vos sales et pré-sales. 
  • La Lifetime Value (LTV), ce que votre client, sur la durée présumée de sa vie, va vous rapporter.  
  • Le ratio entre votre CAC et votre LTV qui doit osciller entre 3 et 5 (ou plus !). 

Et, s’il vous en fallait plus, elle vous explique aussi comment intéresser un fonds, comment les contacter et quelles sont les erreurs qu’ils constatent le plus souvent (et comment les éviter). On vous laisse écouter l’épisode pour tout savoir ! 

Où suivre et contacter Pauline ? 

Nous avons cité d’autres épisodes du Morning SaaS : 

  • #1 Guillaume Moubeche (Lemlist) 
  • #2 Patrick Joubert (Ponicode)
  • #4 Gwenaël Flatres (Glaze) 

Cet épisode de Morning SaaS vous a plu ? N’hésitez pas à vous abonner au podcast sur Spotify, Deezer, Google Podcasts et Apple Podcasts, à le noter 5 étoiles et à laisser un commentaire ! 

Description

“Si j’avais un conseil pour ceux qui hésitent à lancer leur SaaS, ce serait : lancez-vous !”

Vous ne connaissez peut-être pas Elaia, ce fonds de capital risque qui met des tickets d’un à plusieurs dizaines de millions d’euros pour soutenir des startups disruptives. 

Mais vous connaissez forcément une des entreprises qu’ils backent. Vous ne nous croyez pas ? Elaia est au board de Sigfox, Criteo ou encore de Shift Technology. Ce sont eux aussi qui se cachent - en partie - derrière la levée record de Mirakl (300 millions de dollars). 

“Le SaaS, c’est un marqueur est hyper présent dans notre portefeuille d’investissement. C’est une nouvelle génération de sociétés.”

Eux qui reçoivent, en moyenne, 2200 à 3000 sociétés chaque année pour pitcher leurs idées et présenter leur deck et qui sont aux premières loges des plus beaux succès de la tech européenne… et donc eux les mieux placés pour comprendre leurs succès et leurs échecs.  

Alors, forcément, on avait très envie de les faire intervenir au micro du Morning SaaS. Et c’est Pauline Roux, l’une des investisseuses et associées d’Elaia qui nous fait l’honneur d’être l’invitée d’Anthony Virapin, directeur des programmes start-up France de Microsoft, pour ce 5ème épisode.  

Ensemble, ils reviennent sur la place que le SaaS a peu à peu pris dans le monde de la tech, sur l’importance de la relation et de la confiance mutuelle entre un fonds et un.e fondateur.ice et du rapport de séduction qu’il existe entre les deux. 

“La confiance mutuelle entre l’investisseur et le fondateur, c’est aussi important que les metrics.”

Pauline répond aussi aux trois grandes questions : quand, pourquoi et comment faire appel à un fonds d’investissement pour sa solution SaaS. Elle explique aussi comment choisir son fonds et comment le convaincre d’investir dans son entreprise. 

“Chez Elaia, on a 90 investissements au portefeuille. Sur ces 90, il y a des choses qu’on a bien fait, des choses qu’on a mal faites, et du coup, beaucoup de partage d'expériences, notamment sur les stratégies d’acquisition clients, le marketing, sur le recrutement, le déploiement à l’international et le pricing. Un fond ça apporte cela aussi : son expérience. ”  

En particulier, Pauline, revient sur les metrics à soigner pour taper dans l’oeil des meilleurs fonds (et d’Elaia, mais ils entrent dans la première catégorie !). Elle vous conseille ainsi d’entretenir plus particulièrement : 

  • Votre Monthly Recurring Revenue (ou MRR,  en français la croissance récurrente) - le KPI roi dans le monde du SaaS - ainsi que votre Annual Contract Value (ACV), la valeur du contrat annuel. Deux éléments clés pour comprendre la qualité de l’attraction du chiffre d’affaires. 
  • Le coût d’acquisition de vos clients (CAC) qui permet de comprendre combien vous coûte de trouver et de faire signer un nouveau client. Attention, cela inclut toutes vos dépenses marketing et publicitaires mais aussi tous les salaires de vos sales et pré-sales. 
  • La Lifetime Value (LTV), ce que votre client, sur la durée présumée de sa vie, va vous rapporter.  
  • Le ratio entre votre CAC et votre LTV qui doit osciller entre 3 et 5 (ou plus !). 

Et, s’il vous en fallait plus, elle vous explique aussi comment intéresser un fonds, comment les contacter et quelles sont les erreurs qu’ils constatent le plus souvent (et comment les éviter). On vous laisse écouter l’épisode pour tout savoir ! 

Où suivre et contacter Pauline ? 

Nous avons cité d’autres épisodes du Morning SaaS : 

  • #1 Guillaume Moubeche (Lemlist) 
  • #2 Patrick Joubert (Ponicode)
  • #4 Gwenaël Flatres (Glaze) 

Cet épisode de Morning SaaS vous a plu ? N’hésitez pas à vous abonner au podcast sur Spotify, Deezer, Google Podcasts et Apple Podcasts, à le noter 5 étoiles et à laisser un commentaire ! 

Share

Embed

You may also like

Description

“Si j’avais un conseil pour ceux qui hésitent à lancer leur SaaS, ce serait : lancez-vous !”

Vous ne connaissez peut-être pas Elaia, ce fonds de capital risque qui met des tickets d’un à plusieurs dizaines de millions d’euros pour soutenir des startups disruptives. 

Mais vous connaissez forcément une des entreprises qu’ils backent. Vous ne nous croyez pas ? Elaia est au board de Sigfox, Criteo ou encore de Shift Technology. Ce sont eux aussi qui se cachent - en partie - derrière la levée record de Mirakl (300 millions de dollars). 

“Le SaaS, c’est un marqueur est hyper présent dans notre portefeuille d’investissement. C’est une nouvelle génération de sociétés.”

Eux qui reçoivent, en moyenne, 2200 à 3000 sociétés chaque année pour pitcher leurs idées et présenter leur deck et qui sont aux premières loges des plus beaux succès de la tech européenne… et donc eux les mieux placés pour comprendre leurs succès et leurs échecs.  

Alors, forcément, on avait très envie de les faire intervenir au micro du Morning SaaS. Et c’est Pauline Roux, l’une des investisseuses et associées d’Elaia qui nous fait l’honneur d’être l’invitée d’Anthony Virapin, directeur des programmes start-up France de Microsoft, pour ce 5ème épisode.  

Ensemble, ils reviennent sur la place que le SaaS a peu à peu pris dans le monde de la tech, sur l’importance de la relation et de la confiance mutuelle entre un fonds et un.e fondateur.ice et du rapport de séduction qu’il existe entre les deux. 

“La confiance mutuelle entre l’investisseur et le fondateur, c’est aussi important que les metrics.”

Pauline répond aussi aux trois grandes questions : quand, pourquoi et comment faire appel à un fonds d’investissement pour sa solution SaaS. Elle explique aussi comment choisir son fonds et comment le convaincre d’investir dans son entreprise. 

“Chez Elaia, on a 90 investissements au portefeuille. Sur ces 90, il y a des choses qu’on a bien fait, des choses qu’on a mal faites, et du coup, beaucoup de partage d'expériences, notamment sur les stratégies d’acquisition clients, le marketing, sur le recrutement, le déploiement à l’international et le pricing. Un fond ça apporte cela aussi : son expérience. ”  

En particulier, Pauline, revient sur les metrics à soigner pour taper dans l’oeil des meilleurs fonds (et d’Elaia, mais ils entrent dans la première catégorie !). Elle vous conseille ainsi d’entretenir plus particulièrement : 

  • Votre Monthly Recurring Revenue (ou MRR,  en français la croissance récurrente) - le KPI roi dans le monde du SaaS - ainsi que votre Annual Contract Value (ACV), la valeur du contrat annuel. Deux éléments clés pour comprendre la qualité de l’attraction du chiffre d’affaires. 
  • Le coût d’acquisition de vos clients (CAC) qui permet de comprendre combien vous coûte de trouver et de faire signer un nouveau client. Attention, cela inclut toutes vos dépenses marketing et publicitaires mais aussi tous les salaires de vos sales et pré-sales. 
  • La Lifetime Value (LTV), ce que votre client, sur la durée présumée de sa vie, va vous rapporter.  
  • Le ratio entre votre CAC et votre LTV qui doit osciller entre 3 et 5 (ou plus !). 

Et, s’il vous en fallait plus, elle vous explique aussi comment intéresser un fonds, comment les contacter et quelles sont les erreurs qu’ils constatent le plus souvent (et comment les éviter). On vous laisse écouter l’épisode pour tout savoir ! 

Où suivre et contacter Pauline ? 

Nous avons cité d’autres épisodes du Morning SaaS : 

  • #1 Guillaume Moubeche (Lemlist) 
  • #2 Patrick Joubert (Ponicode)
  • #4 Gwenaël Flatres (Glaze) 

Cet épisode de Morning SaaS vous a plu ? N’hésitez pas à vous abonner au podcast sur Spotify, Deezer, Google Podcasts et Apple Podcasts, à le noter 5 étoiles et à laisser un commentaire ! 

Description

“Si j’avais un conseil pour ceux qui hésitent à lancer leur SaaS, ce serait : lancez-vous !”

Vous ne connaissez peut-être pas Elaia, ce fonds de capital risque qui met des tickets d’un à plusieurs dizaines de millions d’euros pour soutenir des startups disruptives. 

Mais vous connaissez forcément une des entreprises qu’ils backent. Vous ne nous croyez pas ? Elaia est au board de Sigfox, Criteo ou encore de Shift Technology. Ce sont eux aussi qui se cachent - en partie - derrière la levée record de Mirakl (300 millions de dollars). 

“Le SaaS, c’est un marqueur est hyper présent dans notre portefeuille d’investissement. C’est une nouvelle génération de sociétés.”

Eux qui reçoivent, en moyenne, 2200 à 3000 sociétés chaque année pour pitcher leurs idées et présenter leur deck et qui sont aux premières loges des plus beaux succès de la tech européenne… et donc eux les mieux placés pour comprendre leurs succès et leurs échecs.  

Alors, forcément, on avait très envie de les faire intervenir au micro du Morning SaaS. Et c’est Pauline Roux, l’une des investisseuses et associées d’Elaia qui nous fait l’honneur d’être l’invitée d’Anthony Virapin, directeur des programmes start-up France de Microsoft, pour ce 5ème épisode.  

Ensemble, ils reviennent sur la place que le SaaS a peu à peu pris dans le monde de la tech, sur l’importance de la relation et de la confiance mutuelle entre un fonds et un.e fondateur.ice et du rapport de séduction qu’il existe entre les deux. 

“La confiance mutuelle entre l’investisseur et le fondateur, c’est aussi important que les metrics.”

Pauline répond aussi aux trois grandes questions : quand, pourquoi et comment faire appel à un fonds d’investissement pour sa solution SaaS. Elle explique aussi comment choisir son fonds et comment le convaincre d’investir dans son entreprise. 

“Chez Elaia, on a 90 investissements au portefeuille. Sur ces 90, il y a des choses qu’on a bien fait, des choses qu’on a mal faites, et du coup, beaucoup de partage d'expériences, notamment sur les stratégies d’acquisition clients, le marketing, sur le recrutement, le déploiement à l’international et le pricing. Un fond ça apporte cela aussi : son expérience. ”  

En particulier, Pauline, revient sur les metrics à soigner pour taper dans l’oeil des meilleurs fonds (et d’Elaia, mais ils entrent dans la première catégorie !). Elle vous conseille ainsi d’entretenir plus particulièrement : 

  • Votre Monthly Recurring Revenue (ou MRR,  en français la croissance récurrente) - le KPI roi dans le monde du SaaS - ainsi que votre Annual Contract Value (ACV), la valeur du contrat annuel. Deux éléments clés pour comprendre la qualité de l’attraction du chiffre d’affaires. 
  • Le coût d’acquisition de vos clients (CAC) qui permet de comprendre combien vous coûte de trouver et de faire signer un nouveau client. Attention, cela inclut toutes vos dépenses marketing et publicitaires mais aussi tous les salaires de vos sales et pré-sales. 
  • La Lifetime Value (LTV), ce que votre client, sur la durée présumée de sa vie, va vous rapporter.  
  • Le ratio entre votre CAC et votre LTV qui doit osciller entre 3 et 5 (ou plus !). 

Et, s’il vous en fallait plus, elle vous explique aussi comment intéresser un fonds, comment les contacter et quelles sont les erreurs qu’ils constatent le plus souvent (et comment les éviter). On vous laisse écouter l’épisode pour tout savoir ! 

Où suivre et contacter Pauline ? 

Nous avons cité d’autres épisodes du Morning SaaS : 

  • #1 Guillaume Moubeche (Lemlist) 
  • #2 Patrick Joubert (Ponicode)
  • #4 Gwenaël Flatres (Glaze) 

Cet épisode de Morning SaaS vous a plu ? N’hésitez pas à vous abonner au podcast sur Spotify, Deezer, Google Podcasts et Apple Podcasts, à le noter 5 étoiles et à laisser un commentaire ! 

Share

Embed

You may also like