CHARLINE GOUTAL, "j'ai placé mon entreprise en liquidation judiciaire" cover
CHARLINE GOUTAL, "j'ai placé mon entreprise en liquidation judiciaire" cover
NOUVEAU MODELE

CHARLINE GOUTAL, "j'ai placé mon entreprise en liquidation judiciaire"

CHARLINE GOUTAL, "j'ai placé mon entreprise en liquidation judiciaire"

1h08 |24/06/2021
Listen
CHARLINE GOUTAL, "j'ai placé mon entreprise en liquidation judiciaire" cover
CHARLINE GOUTAL, "j'ai placé mon entreprise en liquidation judiciaire" cover
NOUVEAU MODELE

CHARLINE GOUTAL, "j'ai placé mon entreprise en liquidation judiciaire"

CHARLINE GOUTAL, "j'ai placé mon entreprise en liquidation judiciaire"

1h08 |24/06/2021
Listen

Description

Cette semaine je reçois Charline Goutal, la fondatrice de la marque de lingerie « Ma p’tite culotte » devenue « Naïa », et qui a été placée en liquidation judiciaire l’année dernière.

Naïa c’était pourtant le rêve d’une vie. Charline souhaitait créer sa propre marque de lingerie depuis l’âge de 11 ans. Elle a construit tout son parcours académique et professionnel pour y arriver, et elle a même pris des cours du soir en stylisme pour se former. 

Mais l’aventure ne s’est pas passée exactement comme prévue… même si la marque a existé pendant 8 ans. Alors comment Charline en est arrivée à placer son entreprise en liquidation judiciaire ? Comment prendre une telle décision ? Et comment rebondir après une aventure aussi éprouvante ? 

Car la vie d’entrepreneur·e engagé·e est loin d’être facile, et beaucoup de marques de mode responsables mettent encore aujourd’hui la clé sous la porte. 

Alors j’ai souhaité gratter le vernis de la mode, de ce que veulent nous faire croire les réseaux sociaux et le but ici n’est pas de vous déprimer mais de montrer la réalité de l’entrepreneuriat.


Je vous souhaite une très belle écoute !


——

Références : 

——


Mixage : Thomas Lenglain 

Description

Cette semaine je reçois Charline Goutal, la fondatrice de la marque de lingerie « Ma p’tite culotte » devenue « Naïa », et qui a été placée en liquidation judiciaire l’année dernière.

Naïa c’était pourtant le rêve d’une vie. Charline souhaitait créer sa propre marque de lingerie depuis l’âge de 11 ans. Elle a construit tout son parcours académique et professionnel pour y arriver, et elle a même pris des cours du soir en stylisme pour se former. 

Mais l’aventure ne s’est pas passée exactement comme prévue… même si la marque a existé pendant 8 ans. Alors comment Charline en est arrivée à placer son entreprise en liquidation judiciaire ? Comment prendre une telle décision ? Et comment rebondir après une aventure aussi éprouvante ? 

Car la vie d’entrepreneur·e engagé·e est loin d’être facile, et beaucoup de marques de mode responsables mettent encore aujourd’hui la clé sous la porte. 

Alors j’ai souhaité gratter le vernis de la mode, de ce que veulent nous faire croire les réseaux sociaux et le but ici n’est pas de vous déprimer mais de montrer la réalité de l’entrepreneuriat.


Je vous souhaite une très belle écoute !


——

Références : 

——


Mixage : Thomas Lenglain 

Share

Embed

You may also like

Description

Cette semaine je reçois Charline Goutal, la fondatrice de la marque de lingerie « Ma p’tite culotte » devenue « Naïa », et qui a été placée en liquidation judiciaire l’année dernière.

Naïa c’était pourtant le rêve d’une vie. Charline souhaitait créer sa propre marque de lingerie depuis l’âge de 11 ans. Elle a construit tout son parcours académique et professionnel pour y arriver, et elle a même pris des cours du soir en stylisme pour se former. 

Mais l’aventure ne s’est pas passée exactement comme prévue… même si la marque a existé pendant 8 ans. Alors comment Charline en est arrivée à placer son entreprise en liquidation judiciaire ? Comment prendre une telle décision ? Et comment rebondir après une aventure aussi éprouvante ? 

Car la vie d’entrepreneur·e engagé·e est loin d’être facile, et beaucoup de marques de mode responsables mettent encore aujourd’hui la clé sous la porte. 

Alors j’ai souhaité gratter le vernis de la mode, de ce que veulent nous faire croire les réseaux sociaux et le but ici n’est pas de vous déprimer mais de montrer la réalité de l’entrepreneuriat.


Je vous souhaite une très belle écoute !


——

Références : 

——


Mixage : Thomas Lenglain 

Description

Cette semaine je reçois Charline Goutal, la fondatrice de la marque de lingerie « Ma p’tite culotte » devenue « Naïa », et qui a été placée en liquidation judiciaire l’année dernière.

Naïa c’était pourtant le rêve d’une vie. Charline souhaitait créer sa propre marque de lingerie depuis l’âge de 11 ans. Elle a construit tout son parcours académique et professionnel pour y arriver, et elle a même pris des cours du soir en stylisme pour se former. 

Mais l’aventure ne s’est pas passée exactement comme prévue… même si la marque a existé pendant 8 ans. Alors comment Charline en est arrivée à placer son entreprise en liquidation judiciaire ? Comment prendre une telle décision ? Et comment rebondir après une aventure aussi éprouvante ? 

Car la vie d’entrepreneur·e engagé·e est loin d’être facile, et beaucoup de marques de mode responsables mettent encore aujourd’hui la clé sous la porte. 

Alors j’ai souhaité gratter le vernis de la mode, de ce que veulent nous faire croire les réseaux sociaux et le but ici n’est pas de vous déprimer mais de montrer la réalité de l’entrepreneuriat.


Je vous souhaite une très belle écoute !


——

Références : 

——


Mixage : Thomas Lenglain 

Share

Embed

You may also like