NAVBAKHOR BOUDOT, grandir dans les champs de coton d'Ouzbékistan cover
NAVBAKHOR BOUDOT, grandir dans les champs de coton d'Ouzbékistan cover
NOUVEAU MODELE

NAVBAKHOR BOUDOT, grandir dans les champs de coton d'Ouzbékistan

NAVBAKHOR BOUDOT, grandir dans les champs de coton d'Ouzbékistan

46min |07/07/2021
Listen
NAVBAKHOR BOUDOT, grandir dans les champs de coton d'Ouzbékistan cover
NAVBAKHOR BOUDOT, grandir dans les champs de coton d'Ouzbékistan cover
NOUVEAU MODELE

NAVBAKHOR BOUDOT, grandir dans les champs de coton d'Ouzbékistan

NAVBAKHOR BOUDOT, grandir dans les champs de coton d'Ouzbékistan

46min |07/07/2021
Listen

Description

Cette semaine je reçois Navbakhor Boudot, créatrice de l’association Eco Couture à Lyon et de la marque de vêtements Bahor. 

Navbakhor a grandi en Ouzbékistan, forcée de récolter le coton, cet or blanc et une manne économique pour le pays. D’ailleurs, la surproduction de coton et les pesticides utilisés ont pollué la région. La mer d’Aral s’est même asséchée et a pratiquement disparu aujourd’hui. 

Navbakhor a travaillé aussi dans les usines de confection textile d’Ouzbékistan, payée au lance pierre et exploitée. Mais grâce à sa maman qui l’a poussée à faire des études pour échapper au mariage forcé, Bahor comme on la surnomme, est arrivée en France, à Lyon. Son arrivée n’a pas été simple, bien au contraire, mais elle s’est battue et a fait preuve d’une immense résilience. Aujourd’hui elle est à la tête de l’association Eco Couture qui accompagne les femmes des quartiers, pour leur apprendre la couture et le français et pour leur permettre d’être financièrement indépendantes. Et on sait à quel point c’est important pour lutter contre le patriarcat. Grâce à cette association, Bahor produit des vêtements pour sa marque éponyme, et elle réutilise les stocks dormants de la région lyonnaise. Car en débarquant en France, elle a réalisé que les vêtements qu’elle produisait en Ouzbékistan, et pour lesquels elle était maltraitée, étaient finalement jetés. Ce qui a provoqué son réveil écologique ! 

Avec Bahor, nous avons parlé de son parcours incroyable, de courage, et de transmission. 


Je vous souhaite une très belle écoute !


——


Références : 

——

Mixage : Thomas Lenglain 

Description

Cette semaine je reçois Navbakhor Boudot, créatrice de l’association Eco Couture à Lyon et de la marque de vêtements Bahor. 

Navbakhor a grandi en Ouzbékistan, forcée de récolter le coton, cet or blanc et une manne économique pour le pays. D’ailleurs, la surproduction de coton et les pesticides utilisés ont pollué la région. La mer d’Aral s’est même asséchée et a pratiquement disparu aujourd’hui. 

Navbakhor a travaillé aussi dans les usines de confection textile d’Ouzbékistan, payée au lance pierre et exploitée. Mais grâce à sa maman qui l’a poussée à faire des études pour échapper au mariage forcé, Bahor comme on la surnomme, est arrivée en France, à Lyon. Son arrivée n’a pas été simple, bien au contraire, mais elle s’est battue et a fait preuve d’une immense résilience. Aujourd’hui elle est à la tête de l’association Eco Couture qui accompagne les femmes des quartiers, pour leur apprendre la couture et le français et pour leur permettre d’être financièrement indépendantes. Et on sait à quel point c’est important pour lutter contre le patriarcat. Grâce à cette association, Bahor produit des vêtements pour sa marque éponyme, et elle réutilise les stocks dormants de la région lyonnaise. Car en débarquant en France, elle a réalisé que les vêtements qu’elle produisait en Ouzbékistan, et pour lesquels elle était maltraitée, étaient finalement jetés. Ce qui a provoqué son réveil écologique ! 

Avec Bahor, nous avons parlé de son parcours incroyable, de courage, et de transmission. 


Je vous souhaite une très belle écoute !


——


Références : 

——

Mixage : Thomas Lenglain 

Share

Embed

You may also like

Description

Cette semaine je reçois Navbakhor Boudot, créatrice de l’association Eco Couture à Lyon et de la marque de vêtements Bahor. 

Navbakhor a grandi en Ouzbékistan, forcée de récolter le coton, cet or blanc et une manne économique pour le pays. D’ailleurs, la surproduction de coton et les pesticides utilisés ont pollué la région. La mer d’Aral s’est même asséchée et a pratiquement disparu aujourd’hui. 

Navbakhor a travaillé aussi dans les usines de confection textile d’Ouzbékistan, payée au lance pierre et exploitée. Mais grâce à sa maman qui l’a poussée à faire des études pour échapper au mariage forcé, Bahor comme on la surnomme, est arrivée en France, à Lyon. Son arrivée n’a pas été simple, bien au contraire, mais elle s’est battue et a fait preuve d’une immense résilience. Aujourd’hui elle est à la tête de l’association Eco Couture qui accompagne les femmes des quartiers, pour leur apprendre la couture et le français et pour leur permettre d’être financièrement indépendantes. Et on sait à quel point c’est important pour lutter contre le patriarcat. Grâce à cette association, Bahor produit des vêtements pour sa marque éponyme, et elle réutilise les stocks dormants de la région lyonnaise. Car en débarquant en France, elle a réalisé que les vêtements qu’elle produisait en Ouzbékistan, et pour lesquels elle était maltraitée, étaient finalement jetés. Ce qui a provoqué son réveil écologique ! 

Avec Bahor, nous avons parlé de son parcours incroyable, de courage, et de transmission. 


Je vous souhaite une très belle écoute !


——


Références : 

——

Mixage : Thomas Lenglain 

Description

Cette semaine je reçois Navbakhor Boudot, créatrice de l’association Eco Couture à Lyon et de la marque de vêtements Bahor. 

Navbakhor a grandi en Ouzbékistan, forcée de récolter le coton, cet or blanc et une manne économique pour le pays. D’ailleurs, la surproduction de coton et les pesticides utilisés ont pollué la région. La mer d’Aral s’est même asséchée et a pratiquement disparu aujourd’hui. 

Navbakhor a travaillé aussi dans les usines de confection textile d’Ouzbékistan, payée au lance pierre et exploitée. Mais grâce à sa maman qui l’a poussée à faire des études pour échapper au mariage forcé, Bahor comme on la surnomme, est arrivée en France, à Lyon. Son arrivée n’a pas été simple, bien au contraire, mais elle s’est battue et a fait preuve d’une immense résilience. Aujourd’hui elle est à la tête de l’association Eco Couture qui accompagne les femmes des quartiers, pour leur apprendre la couture et le français et pour leur permettre d’être financièrement indépendantes. Et on sait à quel point c’est important pour lutter contre le patriarcat. Grâce à cette association, Bahor produit des vêtements pour sa marque éponyme, et elle réutilise les stocks dormants de la région lyonnaise. Car en débarquant en France, elle a réalisé que les vêtements qu’elle produisait en Ouzbékistan, et pour lesquels elle était maltraitée, étaient finalement jetés. Ce qui a provoqué son réveil écologique ! 

Avec Bahor, nous avons parlé de son parcours incroyable, de courage, et de transmission. 


Je vous souhaite une très belle écoute !


——


Références : 

——

Mixage : Thomas Lenglain 

Share

Embed

You may also like