Le devoir de vigilance des multinationales - SĂ©bastien Mabile cover
Le devoir de vigilance des multinationales - SĂ©bastien Mabile cover
Nouvelle Aube

Le devoir de vigilance des multinationales - SĂ©bastien Mabile

Le devoir de vigilance des multinationales - SĂ©bastien Mabile

35min |12/02/2021
Listen
Le devoir de vigilance des multinationales - SĂ©bastien Mabile cover
Le devoir de vigilance des multinationales - SĂ©bastien Mabile cover
Nouvelle Aube

Le devoir de vigilance des multinationales - SĂ©bastien Mabile

Le devoir de vigilance des multinationales - SĂ©bastien Mabile

35min |12/02/2021
Listen

Description

đŸ“ˆđŸ’Œ Notre sociĂ©tĂ© moderne est composĂ©e d’une diversitĂ© d’acteurs, parmi lesquels on retrouve l’entreprise. 

Les entreprises ont un rĂŽle social important dans notre quotidien puisqu’elles nous permettent d’acquĂ©rir des vĂȘtements, des aliments, des Ă©quipements, de l’énergie, dont nous profitons tous. 

Toutefois le nĂ©olibĂ©ralisme, la mondialisation ont construit un monde oĂč les entreprises multinationales s’imposent dĂ©sormais comme acteurs sur la scĂšne internationale, sont pour certaines devenues aussi puissantes que les Ă©tats et influencent les dĂ©cideurs politiques.  

📊La vision des Ă©conomistes prĂ©domine encore : l’objectif de l’entreprise se limite essentiellement Ă  la maximisation du profit point de vue partagĂ© par l'actionnariat. 

S’il est indĂ©niable que l’économie de marchĂ© guidĂ©e par la main invisible d’Adam Smith  conduit les acteurs Ă©conomiques dans leur intĂ©rĂȘt personnel Ă  accroĂźtre leur richesse par la production des biens et services, il est moins vrai de considĂ©rer que ceux-ci, muĂ©s par la satisfaction de leurs propres intĂ©rĂȘts, contribuent nĂ©cessairement au bien commun. 

Car l’entreprise cherche Ă  diminuer ses coĂ»ts afin de maximiser son profit, elle tend naturellement Ă  minimiser la prise en compte des externalitĂ©s nĂ©gatives qu’elle fait peser sur l’environnement et l’humain. 

🚧C’est ainsi que le comportement des acteurs majeurs de l’économie peuvent avoir des consĂ©quences positives, tout comme nĂ©gatives sur l’ensemble de la sociĂ©tĂ©. 

🏭 ⛰ đŸ‘„ Les exemples de comportements conduisant Ă  des violations graves des droits humains et environnementaux par des multinationales ne manquent pas. 

Certains secteurs sont particuliĂšrement concernĂ©s, comme le secteur extractif qui serait Ă  lui seul responsable de 28 % des atteintes aux droits humains commises par les entreprises selon le professeur John Ruggie, ancien reprĂ©sentant spĂ©cial du secrĂ©taire gĂ©nĂ©ral des Nations unies pour les droits de l’Homme et les entreprises transnationales.

Le 24 avril 2013, un immeuble qui abritait plusieurs usines textiles s’est effondrĂ© au Bangladesh : 1 138 personnes ont trouvĂ© la mort. 

Des milliers d’autres se retrouvent handicapĂ©es Ă  vie et incapables de travailler Ă  nouveau. Dans les dĂ©combres du Rana Plaza ont Ă©tĂ© retrouvĂ©es des Ă©tiquettes de grandes marques de vĂȘtements europĂ©ennes et françaises comme Carrefour (marque Tex), Auchan (marque In Extenso) et CamaĂŻeu pour lesquelles travaillaient ces sous-traitants bangladais. Les donneurs d’ordre ont parfois niĂ© leurs relations avec ces sous-traitants preuve qu’ils ne contrĂŽlaient pas pleinement leur chaĂźne de production.

Devant ces nombreuses alertes, la France a conclu Ă  la nĂ©cessitĂ© de responsabiliser les acteurs Ă©conomiques pour empĂȘcher les violations des droits humains et les atteintes Ă  l’environnement dans le cadre des Ă©changes Ă©conomiques mondiaux. Le lĂ©gislateur français adoptera, le 27 mars 2017 une loi relative au devoir de vigilance des sociĂ©tĂ©s mĂšres et des entreprises donneuses d'ordre.

Nous avons pu Ă©changer avec Me SĂ©bastien Mabile, avocat au barreau de Paris sur le devoir de vigilance des multinationales.


đŸŽ”Musique đŸŽ”

KV - Leaf : https://youtu.be/f3Fuir6KQ5c 

KV : https://soundcloud.com/kvmusicprod/

Description

đŸ“ˆđŸ’Œ Notre sociĂ©tĂ© moderne est composĂ©e d’une diversitĂ© d’acteurs, parmi lesquels on retrouve l’entreprise. 

Les entreprises ont un rĂŽle social important dans notre quotidien puisqu’elles nous permettent d’acquĂ©rir des vĂȘtements, des aliments, des Ă©quipements, de l’énergie, dont nous profitons tous. 

Toutefois le nĂ©olibĂ©ralisme, la mondialisation ont construit un monde oĂč les entreprises multinationales s’imposent dĂ©sormais comme acteurs sur la scĂšne internationale, sont pour certaines devenues aussi puissantes que les Ă©tats et influencent les dĂ©cideurs politiques.  

📊La vision des Ă©conomistes prĂ©domine encore : l’objectif de l’entreprise se limite essentiellement Ă  la maximisation du profit point de vue partagĂ© par l'actionnariat. 

S’il est indĂ©niable que l’économie de marchĂ© guidĂ©e par la main invisible d’Adam Smith  conduit les acteurs Ă©conomiques dans leur intĂ©rĂȘt personnel Ă  accroĂźtre leur richesse par la production des biens et services, il est moins vrai de considĂ©rer que ceux-ci, muĂ©s par la satisfaction de leurs propres intĂ©rĂȘts, contribuent nĂ©cessairement au bien commun. 

Car l’entreprise cherche Ă  diminuer ses coĂ»ts afin de maximiser son profit, elle tend naturellement Ă  minimiser la prise en compte des externalitĂ©s nĂ©gatives qu’elle fait peser sur l’environnement et l’humain. 

🚧C’est ainsi que le comportement des acteurs majeurs de l’économie peuvent avoir des consĂ©quences positives, tout comme nĂ©gatives sur l’ensemble de la sociĂ©tĂ©. 

🏭 ⛰ đŸ‘„ Les exemples de comportements conduisant Ă  des violations graves des droits humains et environnementaux par des multinationales ne manquent pas. 

Certains secteurs sont particuliĂšrement concernĂ©s, comme le secteur extractif qui serait Ă  lui seul responsable de 28 % des atteintes aux droits humains commises par les entreprises selon le professeur John Ruggie, ancien reprĂ©sentant spĂ©cial du secrĂ©taire gĂ©nĂ©ral des Nations unies pour les droits de l’Homme et les entreprises transnationales.

Le 24 avril 2013, un immeuble qui abritait plusieurs usines textiles s’est effondrĂ© au Bangladesh : 1 138 personnes ont trouvĂ© la mort. 

Des milliers d’autres se retrouvent handicapĂ©es Ă  vie et incapables de travailler Ă  nouveau. Dans les dĂ©combres du Rana Plaza ont Ă©tĂ© retrouvĂ©es des Ă©tiquettes de grandes marques de vĂȘtements europĂ©ennes et françaises comme Carrefour (marque Tex), Auchan (marque In Extenso) et CamaĂŻeu pour lesquelles travaillaient ces sous-traitants bangladais. Les donneurs d’ordre ont parfois niĂ© leurs relations avec ces sous-traitants preuve qu’ils ne contrĂŽlaient pas pleinement leur chaĂźne de production.

Devant ces nombreuses alertes, la France a conclu Ă  la nĂ©cessitĂ© de responsabiliser les acteurs Ă©conomiques pour empĂȘcher les violations des droits humains et les atteintes Ă  l’environnement dans le cadre des Ă©changes Ă©conomiques mondiaux. Le lĂ©gislateur français adoptera, le 27 mars 2017 une loi relative au devoir de vigilance des sociĂ©tĂ©s mĂšres et des entreprises donneuses d'ordre.

Nous avons pu Ă©changer avec Me SĂ©bastien Mabile, avocat au barreau de Paris sur le devoir de vigilance des multinationales.


đŸŽ”Musique đŸŽ”

KV - Leaf : https://youtu.be/f3Fuir6KQ5c 

KV : https://soundcloud.com/kvmusicprod/

Share

Embed

You may also like

Description

đŸ“ˆđŸ’Œ Notre sociĂ©tĂ© moderne est composĂ©e d’une diversitĂ© d’acteurs, parmi lesquels on retrouve l’entreprise. 

Les entreprises ont un rĂŽle social important dans notre quotidien puisqu’elles nous permettent d’acquĂ©rir des vĂȘtements, des aliments, des Ă©quipements, de l’énergie, dont nous profitons tous. 

Toutefois le nĂ©olibĂ©ralisme, la mondialisation ont construit un monde oĂč les entreprises multinationales s’imposent dĂ©sormais comme acteurs sur la scĂšne internationale, sont pour certaines devenues aussi puissantes que les Ă©tats et influencent les dĂ©cideurs politiques.  

📊La vision des Ă©conomistes prĂ©domine encore : l’objectif de l’entreprise se limite essentiellement Ă  la maximisation du profit point de vue partagĂ© par l'actionnariat. 

S’il est indĂ©niable que l’économie de marchĂ© guidĂ©e par la main invisible d’Adam Smith  conduit les acteurs Ă©conomiques dans leur intĂ©rĂȘt personnel Ă  accroĂźtre leur richesse par la production des biens et services, il est moins vrai de considĂ©rer que ceux-ci, muĂ©s par la satisfaction de leurs propres intĂ©rĂȘts, contribuent nĂ©cessairement au bien commun. 

Car l’entreprise cherche Ă  diminuer ses coĂ»ts afin de maximiser son profit, elle tend naturellement Ă  minimiser la prise en compte des externalitĂ©s nĂ©gatives qu’elle fait peser sur l’environnement et l’humain. 

🚧C’est ainsi que le comportement des acteurs majeurs de l’économie peuvent avoir des consĂ©quences positives, tout comme nĂ©gatives sur l’ensemble de la sociĂ©tĂ©. 

🏭 ⛰ đŸ‘„ Les exemples de comportements conduisant Ă  des violations graves des droits humains et environnementaux par des multinationales ne manquent pas. 

Certains secteurs sont particuliĂšrement concernĂ©s, comme le secteur extractif qui serait Ă  lui seul responsable de 28 % des atteintes aux droits humains commises par les entreprises selon le professeur John Ruggie, ancien reprĂ©sentant spĂ©cial du secrĂ©taire gĂ©nĂ©ral des Nations unies pour les droits de l’Homme et les entreprises transnationales.

Le 24 avril 2013, un immeuble qui abritait plusieurs usines textiles s’est effondrĂ© au Bangladesh : 1 138 personnes ont trouvĂ© la mort. 

Des milliers d’autres se retrouvent handicapĂ©es Ă  vie et incapables de travailler Ă  nouveau. Dans les dĂ©combres du Rana Plaza ont Ă©tĂ© retrouvĂ©es des Ă©tiquettes de grandes marques de vĂȘtements europĂ©ennes et françaises comme Carrefour (marque Tex), Auchan (marque In Extenso) et CamaĂŻeu pour lesquelles travaillaient ces sous-traitants bangladais. Les donneurs d’ordre ont parfois niĂ© leurs relations avec ces sous-traitants preuve qu’ils ne contrĂŽlaient pas pleinement leur chaĂźne de production.

Devant ces nombreuses alertes, la France a conclu Ă  la nĂ©cessitĂ© de responsabiliser les acteurs Ă©conomiques pour empĂȘcher les violations des droits humains et les atteintes Ă  l’environnement dans le cadre des Ă©changes Ă©conomiques mondiaux. Le lĂ©gislateur français adoptera, le 27 mars 2017 une loi relative au devoir de vigilance des sociĂ©tĂ©s mĂšres et des entreprises donneuses d'ordre.

Nous avons pu Ă©changer avec Me SĂ©bastien Mabile, avocat au barreau de Paris sur le devoir de vigilance des multinationales.


đŸŽ”Musique đŸŽ”

KV - Leaf : https://youtu.be/f3Fuir6KQ5c 

KV : https://soundcloud.com/kvmusicprod/

Description

đŸ“ˆđŸ’Œ Notre sociĂ©tĂ© moderne est composĂ©e d’une diversitĂ© d’acteurs, parmi lesquels on retrouve l’entreprise. 

Les entreprises ont un rĂŽle social important dans notre quotidien puisqu’elles nous permettent d’acquĂ©rir des vĂȘtements, des aliments, des Ă©quipements, de l’énergie, dont nous profitons tous. 

Toutefois le nĂ©olibĂ©ralisme, la mondialisation ont construit un monde oĂč les entreprises multinationales s’imposent dĂ©sormais comme acteurs sur la scĂšne internationale, sont pour certaines devenues aussi puissantes que les Ă©tats et influencent les dĂ©cideurs politiques.  

📊La vision des Ă©conomistes prĂ©domine encore : l’objectif de l’entreprise se limite essentiellement Ă  la maximisation du profit point de vue partagĂ© par l'actionnariat. 

S’il est indĂ©niable que l’économie de marchĂ© guidĂ©e par la main invisible d’Adam Smith  conduit les acteurs Ă©conomiques dans leur intĂ©rĂȘt personnel Ă  accroĂźtre leur richesse par la production des biens et services, il est moins vrai de considĂ©rer que ceux-ci, muĂ©s par la satisfaction de leurs propres intĂ©rĂȘts, contribuent nĂ©cessairement au bien commun. 

Car l’entreprise cherche Ă  diminuer ses coĂ»ts afin de maximiser son profit, elle tend naturellement Ă  minimiser la prise en compte des externalitĂ©s nĂ©gatives qu’elle fait peser sur l’environnement et l’humain. 

🚧C’est ainsi que le comportement des acteurs majeurs de l’économie peuvent avoir des consĂ©quences positives, tout comme nĂ©gatives sur l’ensemble de la sociĂ©tĂ©. 

🏭 ⛰ đŸ‘„ Les exemples de comportements conduisant Ă  des violations graves des droits humains et environnementaux par des multinationales ne manquent pas. 

Certains secteurs sont particuliĂšrement concernĂ©s, comme le secteur extractif qui serait Ă  lui seul responsable de 28 % des atteintes aux droits humains commises par les entreprises selon le professeur John Ruggie, ancien reprĂ©sentant spĂ©cial du secrĂ©taire gĂ©nĂ©ral des Nations unies pour les droits de l’Homme et les entreprises transnationales.

Le 24 avril 2013, un immeuble qui abritait plusieurs usines textiles s’est effondrĂ© au Bangladesh : 1 138 personnes ont trouvĂ© la mort. 

Des milliers d’autres se retrouvent handicapĂ©es Ă  vie et incapables de travailler Ă  nouveau. Dans les dĂ©combres du Rana Plaza ont Ă©tĂ© retrouvĂ©es des Ă©tiquettes de grandes marques de vĂȘtements europĂ©ennes et françaises comme Carrefour (marque Tex), Auchan (marque In Extenso) et CamaĂŻeu pour lesquelles travaillaient ces sous-traitants bangladais. Les donneurs d’ordre ont parfois niĂ© leurs relations avec ces sous-traitants preuve qu’ils ne contrĂŽlaient pas pleinement leur chaĂźne de production.

Devant ces nombreuses alertes, la France a conclu Ă  la nĂ©cessitĂ© de responsabiliser les acteurs Ă©conomiques pour empĂȘcher les violations des droits humains et les atteintes Ă  l’environnement dans le cadre des Ă©changes Ă©conomiques mondiaux. Le lĂ©gislateur français adoptera, le 27 mars 2017 une loi relative au devoir de vigilance des sociĂ©tĂ©s mĂšres et des entreprises donneuses d'ordre.

Nous avons pu Ă©changer avec Me SĂ©bastien Mabile, avocat au barreau de Paris sur le devoir de vigilance des multinationales.


đŸŽ”Musique đŸŽ”

KV - Leaf : https://youtu.be/f3Fuir6KQ5c 

KV : https://soundcloud.com/kvmusicprod/

Share

Embed

You may also like