undefined cover
undefined cover
Andreï Kourkov – Les Abeilles grises cover
Andreï Kourkov – Les Abeilles grises cover
Oh les beaux jours ! Frictions littéraires

Andreï Kourkov – Les Abeilles grises

Andreï Kourkov – Les Abeilles grises

1h05 |07/07/2022|

100

Play
undefined cover
undefined cover
Andreï Kourkov – Les Abeilles grises cover
Andreï Kourkov – Les Abeilles grises cover
Oh les beaux jours ! Frictions littéraires

Andreï Kourkov – Les Abeilles grises

Andreï Kourkov – Les Abeilles grises

1h05 |07/07/2022|

100

Play

Description

Oh les beaux jours ! avait convié l’écrivain ukrainien Andreï Kourkov avant que la tragédie de la guerre ne nous rattrape. Et c’est une grande chance de recevoir le célèbre auteur du Pingouin et du Journal de Maïdan pour profiter de son regard implacable autant qu’ironique sur les confusions de notre temps.
Dans son dernier roman, Les Abeilles grises, Kourkov nous entraîne dans le théâtre absurde d’un village abandonné de la « zone grise », aujourd’hui sous les bombes, coincé entre l’armée ukrainienne et les séparatistes prorusses. Dans ce no man’s land ne vivent plus que Sergueïtch et Pachka, ennemis d’enfance, désormais obligés de coopérer contre l’adversité. « Là-bas, le ciel est gris, les âmes sont mortes  », autant que dans le roman éponyme de Gogol, père fondateur de la littérature ukrainienne.
Sergueïtch, apiculteur désabusé, ne croit plus en grand chose si ce n’est en ses abeilles, cette société parfaitement ordonnée qui, contrairement à celle des hommes, ne dévie pas. Si les conditions de vie sont aussi rudimentaires qu’en temps de guerre, l’ennui, les journées monotones de Sergueïtch sont cependant peuplées de rêves visionnaires. Inapte à sauver les hommes, il fera tout ce qui est possible pour garder intactes ses six ruches qu’il exfiltre lors d’une aventure au cœur des prairies fleuries de l’ouest de l’Ukraine et des montagnes de Crimée. Précieux chargement surveillé et convoité par le « grand frère » russe qui, tel Caïn, tente depuis des siècles de mettre à terre la culture et le peuple ukrainien.
La littérature est le moyen le plus sûr pour capter l’indicible et nous faire mesurer l’inacceptable. Avec la lucidité grinçante qui le caractérise, Andreï Kourkov nous parle des abeilles et nous donne les dernières nouvelles de son pays en guerre.


__

Un entretien avec Andreï Kourkov animé par Christophe Ono-dit-Biot (Le Point) et enregistré en public au Mucem à Marseille, lors de la 6e édition du festival Oh les beaux jours !.


__

À lire  

  • Andreï Kourkov, Les Abeilles grises, Liana Levi, 2022.

__

Montage : Clément Lemariey

Voix : Nicolas Lafitte

Musique : The Unreal Story of Lou Reed by Fred Nevché & French 79

Un podcast produit par Des livres comme des idées.


__

La 7e édition du festival Oh les beaux jours ! aura lieu à Marseille du 24 au 29 mai 2023.


Description

Oh les beaux jours ! avait convié l’écrivain ukrainien Andreï Kourkov avant que la tragédie de la guerre ne nous rattrape. Et c’est une grande chance de recevoir le célèbre auteur du Pingouin et du Journal de Maïdan pour profiter de son regard implacable autant qu’ironique sur les confusions de notre temps.
Dans son dernier roman, Les Abeilles grises, Kourkov nous entraîne dans le théâtre absurde d’un village abandonné de la « zone grise », aujourd’hui sous les bombes, coincé entre l’armée ukrainienne et les séparatistes prorusses. Dans ce no man’s land ne vivent plus que Sergueïtch et Pachka, ennemis d’enfance, désormais obligés de coopérer contre l’adversité. « Là-bas, le ciel est gris, les âmes sont mortes  », autant que dans le roman éponyme de Gogol, père fondateur de la littérature ukrainienne.
Sergueïtch, apiculteur désabusé, ne croit plus en grand chose si ce n’est en ses abeilles, cette société parfaitement ordonnée qui, contrairement à celle des hommes, ne dévie pas. Si les conditions de vie sont aussi rudimentaires qu’en temps de guerre, l’ennui, les journées monotones de Sergueïtch sont cependant peuplées de rêves visionnaires. Inapte à sauver les hommes, il fera tout ce qui est possible pour garder intactes ses six ruches qu’il exfiltre lors d’une aventure au cœur des prairies fleuries de l’ouest de l’Ukraine et des montagnes de Crimée. Précieux chargement surveillé et convoité par le « grand frère » russe qui, tel Caïn, tente depuis des siècles de mettre à terre la culture et le peuple ukrainien.
La littérature est le moyen le plus sûr pour capter l’indicible et nous faire mesurer l’inacceptable. Avec la lucidité grinçante qui le caractérise, Andreï Kourkov nous parle des abeilles et nous donne les dernières nouvelles de son pays en guerre.


__

Un entretien avec Andreï Kourkov animé par Christophe Ono-dit-Biot (Le Point) et enregistré en public au Mucem à Marseille, lors de la 6e édition du festival Oh les beaux jours !.


__

À lire  

  • Andreï Kourkov, Les Abeilles grises, Liana Levi, 2022.

__

Montage : Clément Lemariey

Voix : Nicolas Lafitte

Musique : The Unreal Story of Lou Reed by Fred Nevché & French 79

Un podcast produit par Des livres comme des idées.


__

La 7e édition du festival Oh les beaux jours ! aura lieu à Marseille du 24 au 29 mai 2023.


Share

Embed

You may also like

Description

Oh les beaux jours ! avait convié l’écrivain ukrainien Andreï Kourkov avant que la tragédie de la guerre ne nous rattrape. Et c’est une grande chance de recevoir le célèbre auteur du Pingouin et du Journal de Maïdan pour profiter de son regard implacable autant qu’ironique sur les confusions de notre temps.
Dans son dernier roman, Les Abeilles grises, Kourkov nous entraîne dans le théâtre absurde d’un village abandonné de la « zone grise », aujourd’hui sous les bombes, coincé entre l’armée ukrainienne et les séparatistes prorusses. Dans ce no man’s land ne vivent plus que Sergueïtch et Pachka, ennemis d’enfance, désormais obligés de coopérer contre l’adversité. « Là-bas, le ciel est gris, les âmes sont mortes  », autant que dans le roman éponyme de Gogol, père fondateur de la littérature ukrainienne.
Sergueïtch, apiculteur désabusé, ne croit plus en grand chose si ce n’est en ses abeilles, cette société parfaitement ordonnée qui, contrairement à celle des hommes, ne dévie pas. Si les conditions de vie sont aussi rudimentaires qu’en temps de guerre, l’ennui, les journées monotones de Sergueïtch sont cependant peuplées de rêves visionnaires. Inapte à sauver les hommes, il fera tout ce qui est possible pour garder intactes ses six ruches qu’il exfiltre lors d’une aventure au cœur des prairies fleuries de l’ouest de l’Ukraine et des montagnes de Crimée. Précieux chargement surveillé et convoité par le « grand frère » russe qui, tel Caïn, tente depuis des siècles de mettre à terre la culture et le peuple ukrainien.
La littérature est le moyen le plus sûr pour capter l’indicible et nous faire mesurer l’inacceptable. Avec la lucidité grinçante qui le caractérise, Andreï Kourkov nous parle des abeilles et nous donne les dernières nouvelles de son pays en guerre.


__

Un entretien avec Andreï Kourkov animé par Christophe Ono-dit-Biot (Le Point) et enregistré en public au Mucem à Marseille, lors de la 6e édition du festival Oh les beaux jours !.


__

À lire  

  • Andreï Kourkov, Les Abeilles grises, Liana Levi, 2022.

__

Montage : Clément Lemariey

Voix : Nicolas Lafitte

Musique : The Unreal Story of Lou Reed by Fred Nevché & French 79

Un podcast produit par Des livres comme des idées.


__

La 7e édition du festival Oh les beaux jours ! aura lieu à Marseille du 24 au 29 mai 2023.


Description

Oh les beaux jours ! avait convié l’écrivain ukrainien Andreï Kourkov avant que la tragédie de la guerre ne nous rattrape. Et c’est une grande chance de recevoir le célèbre auteur du Pingouin et du Journal de Maïdan pour profiter de son regard implacable autant qu’ironique sur les confusions de notre temps.
Dans son dernier roman, Les Abeilles grises, Kourkov nous entraîne dans le théâtre absurde d’un village abandonné de la « zone grise », aujourd’hui sous les bombes, coincé entre l’armée ukrainienne et les séparatistes prorusses. Dans ce no man’s land ne vivent plus que Sergueïtch et Pachka, ennemis d’enfance, désormais obligés de coopérer contre l’adversité. « Là-bas, le ciel est gris, les âmes sont mortes  », autant que dans le roman éponyme de Gogol, père fondateur de la littérature ukrainienne.
Sergueïtch, apiculteur désabusé, ne croit plus en grand chose si ce n’est en ses abeilles, cette société parfaitement ordonnée qui, contrairement à celle des hommes, ne dévie pas. Si les conditions de vie sont aussi rudimentaires qu’en temps de guerre, l’ennui, les journées monotones de Sergueïtch sont cependant peuplées de rêves visionnaires. Inapte à sauver les hommes, il fera tout ce qui est possible pour garder intactes ses six ruches qu’il exfiltre lors d’une aventure au cœur des prairies fleuries de l’ouest de l’Ukraine et des montagnes de Crimée. Précieux chargement surveillé et convoité par le « grand frère » russe qui, tel Caïn, tente depuis des siècles de mettre à terre la culture et le peuple ukrainien.
La littérature est le moyen le plus sûr pour capter l’indicible et nous faire mesurer l’inacceptable. Avec la lucidité grinçante qui le caractérise, Andreï Kourkov nous parle des abeilles et nous donne les dernières nouvelles de son pays en guerre.


__

Un entretien avec Andreï Kourkov animé par Christophe Ono-dit-Biot (Le Point) et enregistré en public au Mucem à Marseille, lors de la 6e édition du festival Oh les beaux jours !.


__

À lire  

  • Andreï Kourkov, Les Abeilles grises, Liana Levi, 2022.

__

Montage : Clément Lemariey

Voix : Nicolas Lafitte

Musique : The Unreal Story of Lou Reed by Fred Nevché & French 79

Un podcast produit par Des livres comme des idées.


__

La 7e édition du festival Oh les beaux jours ! aura lieu à Marseille du 24 au 29 mai 2023.


Share

Embed

You may also like