On fait Salon

N°3: « Les cabinets de tendances sont-ils morts ? » avec Pascal Monfort (REC)

N°3: « Les cabinets de tendances sont-ils morts ? » avec Pascal Monfort (REC)

20min |21/11/2019
Listen
On fait Salon

N°3: « Les cabinets de tendances sont-ils morts ? » avec Pascal Monfort (REC)

N°3: « Les cabinets de tendances sont-ils morts ? » avec Pascal Monfort (REC)

20min |21/11/2019
Listen

Description

Depuis les années 60, les bureaux de tendances font partie de l’envers du décor de la mode. Si leur premier rôle était d’analyser les tendances actuelles afin de déterminer les prochaines, l’heure est actuellement à l’hyperpersonnalisation. 

Pascal Monfort, notre invité du jour, dirige REC un cabinet de conseil en tendances et en marketing. Si le travail de fond reste le même, il faut aujourd’hui ajouter des chiffres et de la data pour proposer des réponses sur mesure. En effet, pour perdurer, les bureaux de tendances ne doivent plus rester en surface. 

Pour cela, il est idéal de pouvoir collaborer avec les meilleurs interlocuteurs, ceux qui prennent les décisions dans les entreprises. Cela permet de donner des armes fortes à des dirigeants n’ayant pas le temps d’observer les tendances. Pour cela, les cabinets de tendances doivent prendre de la hauteur et aller sur le terrain pour rencontrer les consommateurs. 

Les grandes marques n’ont en effet pas la même facilité que les DNVB à dialoguer avec leur clientèle et les outils technologiques ne suffisent pas. Pascal Monfort rappelle ainsi que les plateformes digitales et autres data ne remplaceront pas des experts.

Le podcast est disponible à l’écoute pour découvrir le futur des cabinets de tendances et le rôle qu’ils ont à jouer aujourd’hui. 

Description

Depuis les années 60, les bureaux de tendances font partie de l’envers du décor de la mode. Si leur premier rôle était d’analyser les tendances actuelles afin de déterminer les prochaines, l’heure est actuellement à l’hyperpersonnalisation. 

Pascal Monfort, notre invité du jour, dirige REC un cabinet de conseil en tendances et en marketing. Si le travail de fond reste le même, il faut aujourd’hui ajouter des chiffres et de la data pour proposer des réponses sur mesure. En effet, pour perdurer, les bureaux de tendances ne doivent plus rester en surface. 

Pour cela, il est idéal de pouvoir collaborer avec les meilleurs interlocuteurs, ceux qui prennent les décisions dans les entreprises. Cela permet de donner des armes fortes à des dirigeants n’ayant pas le temps d’observer les tendances. Pour cela, les cabinets de tendances doivent prendre de la hauteur et aller sur le terrain pour rencontrer les consommateurs. 

Les grandes marques n’ont en effet pas la même facilité que les DNVB à dialoguer avec leur clientèle et les outils technologiques ne suffisent pas. Pascal Monfort rappelle ainsi que les plateformes digitales et autres data ne remplaceront pas des experts.

Le podcast est disponible à l’écoute pour découvrir le futur des cabinets de tendances et le rôle qu’ils ont à jouer aujourd’hui. 

Share

Embed

To listen also

Description

Depuis les années 60, les bureaux de tendances font partie de l’envers du décor de la mode. Si leur premier rôle était d’analyser les tendances actuelles afin de déterminer les prochaines, l’heure est actuellement à l’hyperpersonnalisation. 

Pascal Monfort, notre invité du jour, dirige REC un cabinet de conseil en tendances et en marketing. Si le travail de fond reste le même, il faut aujourd’hui ajouter des chiffres et de la data pour proposer des réponses sur mesure. En effet, pour perdurer, les bureaux de tendances ne doivent plus rester en surface. 

Pour cela, il est idéal de pouvoir collaborer avec les meilleurs interlocuteurs, ceux qui prennent les décisions dans les entreprises. Cela permet de donner des armes fortes à des dirigeants n’ayant pas le temps d’observer les tendances. Pour cela, les cabinets de tendances doivent prendre de la hauteur et aller sur le terrain pour rencontrer les consommateurs. 

Les grandes marques n’ont en effet pas la même facilité que les DNVB à dialoguer avec leur clientèle et les outils technologiques ne suffisent pas. Pascal Monfort rappelle ainsi que les plateformes digitales et autres data ne remplaceront pas des experts.

Le podcast est disponible à l’écoute pour découvrir le futur des cabinets de tendances et le rôle qu’ils ont à jouer aujourd’hui. 

Description

Depuis les années 60, les bureaux de tendances font partie de l’envers du décor de la mode. Si leur premier rôle était d’analyser les tendances actuelles afin de déterminer les prochaines, l’heure est actuellement à l’hyperpersonnalisation. 

Pascal Monfort, notre invité du jour, dirige REC un cabinet de conseil en tendances et en marketing. Si le travail de fond reste le même, il faut aujourd’hui ajouter des chiffres et de la data pour proposer des réponses sur mesure. En effet, pour perdurer, les bureaux de tendances ne doivent plus rester en surface. 

Pour cela, il est idéal de pouvoir collaborer avec les meilleurs interlocuteurs, ceux qui prennent les décisions dans les entreprises. Cela permet de donner des armes fortes à des dirigeants n’ayant pas le temps d’observer les tendances. Pour cela, les cabinets de tendances doivent prendre de la hauteur et aller sur le terrain pour rencontrer les consommateurs. 

Les grandes marques n’ont en effet pas la même facilité que les DNVB à dialoguer avec leur clientèle et les outils technologiques ne suffisent pas. Pascal Monfort rappelle ainsi que les plateformes digitales et autres data ne remplaceront pas des experts.

Le podcast est disponible à l’écoute pour découvrir le futur des cabinets de tendances et le rôle qu’ils ont à jouer aujourd’hui. 

Share

Embed

To listen also