undefined cover
undefined cover
Pos. Report cover
Pos. Report cover

Pos. Report

Pos. Report

www.tipandshaft.com/podcasts/posreport/
Subscribe
undefined cover
undefined cover
Pos. Report cover
Pos. Report cover

Pos. Report

Pos. Report

www.tipandshaft.com/podcasts/posreport/
Subscribe

Description

Les pos. report, ce sont les fichiers de positions des concurrents que reçoivent les marins en course et qu'ils attendent fébrilement pour connaître leur classement.


Pos. Report c'est le podcast hebdomadaire de Tip & Shaft qui explique, décortique, décrypte, analyse la voile de compétition sous toutes ses coutures en compagnie des meilleurs experts du secteur.

A découvrir chaque mardi en fin d’après-midi !


Pos. Report est animé par Pierre-Yves Lautrou et produit par Tip & Shaft, le média expert de la voile de compétition.


Pour vous abonner, c'est ici : https://www.tipandshaft.com/abonnement


Photo : Eloi Stichelbaut/PolaRYSE

Générique : Fast and wild - EdRecords

© Tip & Shaft 2020, tous droits réservés.


Hébergé par Ausha. Visitez ausha.co/politique-de-confidentialite pour plus d'informations.

Description

Les pos. report, ce sont les fichiers de positions des concurrents que reçoivent les marins en course et qu'ils attendent fébrilement pour connaître leur classement.


Pos. Report c'est le podcast hebdomadaire de Tip & Shaft qui explique, décortique, décrypte, analyse la voile de compétition sous toutes ses coutures en compagnie des meilleurs experts du secteur.

A découvrir chaque mardi en fin d’après-midi !


Pos. Report est animé par Pierre-Yves Lautrou et produit par Tip & Shaft, le média expert de la voile de compétition.


Pour vous abonner, c'est ici : https://www.tipandshaft.com/abonnement


Photo : Eloi Stichelbaut/PolaRYSE

Générique : Fast and wild - EdRecords

© Tip & Shaft 2020, tous droits réservés.


Hébergé par Ausha. Visitez ausha.co/politique-de-confidentialite pour plus d'informations.

176 episodes

    Season 4

  • Pos. Report #168 avec Charlie Dalin cover
    Pos. Report #168 avec Charlie Dalin cover
    Pos. Report #168 avec Charlie Dalin

    Ce 168e épisode reçoit Charlie Dalin, vainqueur le samedi 8 juin à 23h44 de la New York Vendée-Les Sables d’Olonne, dernière course qualificative pour le Vendée Globe.Nous commençons par un retour en arrière, en évoquant The Transat CIC, partie fin avril de Lorient et dont le skipper de Macif Santé Prévoyance avait pris la quatrième place. Un résultat “frustrant” pour celui qui se faisait fort jusque-là d’avoir toujours terminé sur le podium des courses Imoca auxquelles il avait participé, et qu’il met sur le compte d’avoir été un peu “rouillé”, faute d’avoir couru fin 2023 la Jacques Vabre et Retour à La Base (pour problème médical). D’où un gros vrac en milieu de course qui l’a conduit, enjeu de qualification pour le Vendée Globe oblige, à être plus prudent sur la fin.Sa qualification en poche après cette transat aller, le Havrais explique avoir abordé la New York Vendée dans un tout autre esprit, décidé à tirer très fort sur son plan Verdier, quitte à casser. Ce qui n’a pas été le cas, même s’il confie avoir été particulièrement secoué sur un long bord dans une mer très cassante provoquée par le courant du Gulf Stream.Il raconte ensuite en détail le moment clé de la course, le passage d’un talweg dépressionnaire dont il a été le seul, avec Boris Herrmann, à échapper, au prix d’efforts intenses et de pas mal de frayeurs de se faire happer, ce qui a été le cas de ses poursuivants. Charlie Dalin commente l’option nord de l’Allemand, qu’il estimait de son côté trop risquée, et confie sa satisfaction de remporter cette New York Vendée, qui lui permet de se rassurer et de marquer le coup vis-à-vis de la concurrence  à cinq mois du départ du Vendée Globe. Il finit par détailler son programme d’ici le 10 novembre, avec notamment de nouvelles optimisations sur son bateau prévues lors du chantier d’été.Diffusé le 11 juin 2024Générique : Fast and wild/EdRecordsPost-production : Grégoire Levillain  Hébergé par Ausha. Visitez ausha.co/fr/politique-de-confidentialite pour plus d'informations.

    51min | Published on June 11, 2024

  • Pos. Report #167 avec Sébastien Josse et Pascal Bidégorry cover
    Pos. Report #167 avec Sébastien Josse et Pascal Bidégorry cover
    Pos. Report #167 avec Sébastien Josse et Pascal Bidégorry

    Ce 167e épisode reçoit deux marins qui navigueront cette année en Ultim, le premier, Sébastien Josse, sur Banque Populaire XI, le second, Pascal Bidégorry, à bord de SVR Lazartigue.Mais avant de parler de leurs saisons respectives, nous ouvrons une large page consacrée à la New York Vendée-Les Sables d'Olonne que nos deux invités suivent avec beaucoup d’intérêt, d’autant que le scénario météo de la course donne lieu à des options assez radicales au milieu de l’Atlantique.Pascal Bidégorry explique comment on en est arrivé là, avec un front qui se présentait sur la route des 28 solitaires, que seuls Charlie Dalin et Boris Herrmann ont réussi à traverser sans dégâts, le second optant alors pour une route très nord afin de contourner un vaste anticyclone installé en Atlantique Nord. Une option jugée risquée par Sébastien Josse qui estime, que, compte tenu de l’instabilité météo, Charlie Dalin a bien fait de prendre une route plus directe, nos deux experts étant d'accord pour dire que le skipper de Macif Santé Prévoyance a les cartes bien en main.Pascal Bidégorry analyse quant à lui la position des deux autres groupes, entre les sudistes qui “subissent la situation” et ne vont pas avoir d’autre choix que de terminer la transat avec un vent de nord-est en plein dans le nez, et des “centraux”, composés notamment des bateaux à dérives, qui ont l’avantage de pouvoir choisir davantage leur route et pourraient très bien jouer une place sur le podium.Nous enchaînons avec Sébastien Josse qui raconte comment, avec Armel le Cléac’h et le Team Banque Populaire, ils ont préparé le Relais des océans qui consiste, à partir du 7 juin, à convoyer la flamme olympique de Brest aux Antilles, avec un équipage composé de quatre personnalités (Marie-José Pérec, Hugo Roellinger, Alexis Michalik, Marine Lorphelin). “Une sacrée responsabilité”, aux dires du marin, d’autant que le timing est serré, la flamme étant attendue le 15 juin en Guadeloupe.Pascal Bidégorry revient quant à lui sur sa participation récente au Trophée BPGO, couru en Figaro 3 avec Gaston Morvan (5e place), les deux marins finissant par détailler leur programme de la saison en Ultim, qui passera par les 24H Ultim en septembre à Lorient, une course entre Brest et Antibes en octobre, puis - ce n’est pas encore confirmé pour Banque Populaire XI - le Trophée Jules Verne, avec le record d’Idec Sport dans le viseur (40 jours 23h30).Diffusé le 4 juin 2024Générique : Fast and wild/EdRecordsPost-production : Grégoire Levillain  Hébergé par Ausha. Visitez ausha.co/fr/politique-de-confidentialite pour plus d'informations.

    1h01 | Published on June 4, 2024

  • Pos. Report #166 avec Eric Bellion cover
    Pos. Report #166 avec Eric Bellion cover
    Pos. Report #166 avec Eric Bellion

    Ce 166e épisode reçoit Eric Bellion, skipper de l’Imoca Stand as One, au moment où ce dernier s'apprête à prendre le départ de la New York Vendée-Les Sables d’Olonne, mercredi 29 mai.Depuis son bateau amarré dans la marina de Moonbeam, à une bonne heure de route de Manhattan, dans lequel on entend son équipe technique s’affairer, le marin raconte l’escale aux Etats-Unis et son rêve accompli d’avoir découvert à la fois Newport, où il a été dirigé dans un premier temps à l’arrivée de The Transat CIC, et New York.Nous revenons ensuite avec lui sur sa fin d’année 2023, marquée par son abandon précoce avec Martin Le Pape sur la Transat Jacques Vabre, qui a chamboulé son programme et contraint son équipe à une course contre la montre pour réparer dans les temps afin de lui permettre de s’aligner au départ des deux transats de printemps.Le skipper de Stand as One, confronté à des problématiques de qualification au départ de The Transat CIC, explique comment il n’a eu de cesse de préserver son bateau lors de la course entre Lorient et New York (dont il a pris la 20e place), ce qui sera encore le cas sur la New York Vendée, car il veut à tout prix éviter de casser, n’ayant ni le temps ni les moyens de réparer en cas d’avarie.Il évoque également sa collaboration avec Jean Le Cam, puis la façon dont il va aborder son deuxième Vendée Globe, très différente de l’état d’esprit qui était le sien avant son premier, couru en 2016 (9e place, premier bizuth).Diffusé le 28 mai 2024Générique : Fast and wild/EdRecordsPost-production : Grégoire Levillain  Hébergé par Ausha. Visitez ausha.co/fr/politique-de-confidentialite pour plus d'informations.

    42min | Published on May 28, 2024

  • Pos. Report #165 avec Anne-Claire Le Berre et Elodie-Jane Mettraux cover
    Pos. Report #165 avec Anne-Claire Le Berre et Elodie-Jane Mettraux cover
    Pos. Report #165 avec Anne-Claire Le Berre et Elodie-Jane Mettraux

    Ce 165e épisode reçoit Anne-Claire Le Berre et Elodie-Jane Mettraux au moment où elles s’apprêtent à disputer l’Act 1 des Ocean Fifty Series Saint-Malo à bord de l’équipage 100% féminin d’Upwind by MerConcept, mené par Francesca Clapcich.Elles commencent par raconter ce qui les a décidées à postuler pour faire partie de cet équipage lancé cette saison par MerConcept pour ouvrir l’accès du multicoque aux femmes, puis le processus de sélection qu’elles ont suivi, entre tests physiques, navigations en Diam 24 et sur l’Ocean Fifty, mais également entretiens.Les deux navigatrices expliquent ensuite comment elles ont préparé ce premier rendez-vous de la saison sur un support qu’Anne-Claire Le Berre découvre, ce qui n’est pas le cas d’Elodie-Jane Mettraux qui a navigué il y a trois ans à bord de Leyton aux côtés de Sam Goodchild et Aymeric Chappellier. Elles évoquent également la suite du programme, pas encore complètement définie, puisque l’équipage appelé à disputer la Route des Terre-Neuvas en août et le tandem qui courra la Med Max fin septembre seront connus plus tard.Nous ouvrons ensuite une nouvelle page consacré à leurs autres projets : Elodie-Jane Mettraux raconte les raisons pour lesquelles elle a quitté l’année dernière l’équipe féminine d’Alinghi Red Bull Racing, s’estimant insuffisamment rémunérée au vu de son expérience, puis comment elle a intégré The Famous Project d’Alexia Barrier. Anne-Claire Le Berre revient quant à elle sur son choix de se lancer il y a maintenant plus de deux ans dans la course au large - elle travaillait auparavant comme ingénieure sein du team Initiatives Coeur de Sam Davies -, choix payant puisqu’elle a depuis navigué sur nombre de supports (Mini, Figaro, Class40, Imoca…).Nous finissons par commenter les performances en Imoca de Justine Mettraux, la petite sœur d’Elodie-Jane, et de Sam Davies, Anne-Claire Le Berre se réjouissant de voir deux femmes au départ du Vendée Globe avec les moyens de performer.Diffusé le 21 mai 2024Générique : Fast and wild/EdRecordsPost-production : Grégoire Levillain  Hébergé par Ausha. Visitez ausha.co/fr/politique-de-confidentialite pour plus d'informations.

    52min | Published on May 21, 2024

  • Pos. Report #164 avec Anthony Marchand et Tom Laperche cover
    Pos. Report #164 avec Anthony Marchand et Tom Laperche cover
    Pos. Report #164 avec Anthony Marchand et Tom Laperche

    Ce 164e épisode reçoit Anthony Marchand et Tom Laperche, deux marins qui, après avoir participé en début d’année à l’Arkea Ultim Challenge-Brest, retrouvent cette semaine le circuit Figaro, par lequel ils sont passés, en participant à la deuxième édition du Trophée Banque Populaire Grand Ouest, course en double de 735 milles qui s’élance le samedi 18 mai de Concarneau. Le premier à bord d’Actual aux côtés de Jacques Delcroix, le second sur Edenred avec Basile Bourgnon.Avant d’aborder ce Trophée BPGO, nous revenons sur les suites de l’Arkea Ultim Challenge-Brest, Anthony Marchand, quatrième de la course, confiant notamment avoir complètement récupéré de son tour du monde en solitaire. Tom Laperche raconte quant à lui les suites de son abandon, SVR Lazartigue ayant été rapatrié il y a deux mois pour des réparations et optimisations qui vont durer jusqu’en juillet.Les deux marins parlent ensuite de leurs objectifs de la saison avec une priorité, le Trophée Jules Verne, pour Tom Laperche, l’équipe d’Actual réunie autour d’Anthony Marchand n’ayant pas encore défini son programme précis, en dehors des deux courses au calendrier de la classe, les 24H Ultim et la Finistère Atlantique qui ira en Méditerranée.Nos deux invités, qui ont participé à l’édition 2024 de The Ocean Race en Imoca, commentent également la victoire de Yoann Richomme sur The Transat CIC, nous ouvrons ensuite un chapitre Figaro, Anthony Marchand et Tom Laperche expliquant ce qui les a conduits à s’engager sur le Trophée Banque Populaire Grand Ouest. Le premier sera dans un rôle de transmission avec Jacques Delcroix, ingénieur au bureau d’études de l’équipe Actual, qui débute sur le circuit cette saison. Tom Laperche vise quant à lui la gagne avec Basile Bourgnon.Les deux marins évoquent le parcours et la concurrence sur ce Trophée BPGO qui fait le plein avec 30 duos pour sa seconde édition (12 sur la première en 2022).Diffusé le 14 mai 2024Générique : Fast and wild/EdRecordsPost-production : Grégoire Levillain  Hébergé par Ausha. Visitez ausha.co/fr/politique-de-confidentialite pour plus d'informations.

    56min | Published on May 14, 2024

  • Pos. Report #163 avec Christopher Pratt cover
    Pos. Report #163 avec Christopher Pratt cover
    Pos. Report #163 avec Christopher Pratt

    Ce 163e épisode reçoit Christopher Pratt pour refaire avec lui le match de The Transat CIC en Imoca et évoquer son projet d’Ocean Fifty Wind of Trust-Fondation pour l’Enfance.Nous commençons par une large page sur The Transat CIC, une course qui, nous explique celui qui était co-skipper de Maxime Sorel l’an dernier sur V and B-Monbana-Mayenne, a connu un scénario météo assez inhabituel, avec peu de près.Nous rentrons ensuite dans le détail de la transat, le Marseillais commente l'abandon prématuré de Jérémie Beyou et le bon début de course de Charlie Dalin, favorisé par des conditions convenant à son Imoca Macif Santé Prévoyance. Christopher Pratt décrypte les placements stratégiques au sud-ouest de l’Irlande puis raconte comment on vit de l’intérieur, collé à son siège de veille, le long bord de reaching dans du vent fort et de la mer formée auquel a ensuite eu droit la flotte.Il commente le passage de la deuxième dépression et notamment la prise de pouvoir de Yoann Richomme et de Boris Herrmann, dont les Imoca ont confirmé leur aisance au portant dans du vent fort, grâce à leur forme de carène un peu plus “rockée”. Christopher Pratt salue la victoire du skipper de Paprec Arkéa, clairement un des favoris du prochain Vendée Globe à ses yeux, et la performance de Sam Davies, troisième et “heureuse d’être en mer”.Nous abordons ensuite son projet Ocean Fifty, le skipper annonçant que, malgré un budget loin d’être bouclé, il a pris la décision de s’aligner sur toutes les courses des Ocean Fifty Series 2024 à bord d’un bateau qu’il vient tout juste de mettre à l’eau. Il évoque son objectif majeur qu’est la Route du Rhum 2026 et explique qu’il compte parallèlement continuer à naviguer en Imoca, avec l’ambition de disputer la prochaine édition de The Ocean Race.Diffusé le 7 mai 2024Générique : Fast and wild/EdRecordsPost-production : Grégoire Levillain  Hébergé par Ausha. Visitez ausha.co/fr/politique-de-confidentialite pour plus d'informations.

    58min | Published on May 7, 2024

  • Pos. Report #162 avec Marie Tabarly et Jean D'Arthuys cover
    Pos. Report #162 avec Marie Tabarly et Jean D'Arthuys cover
    Pos. Report #162 avec Marie Tabarly et Jean D'Arthuys

    Ce 162e épisode est consacré à la première édition de l’Ocean Globe Race, avec deux invités qui s’y sont illustrés : Marie Tabarly, skippeuse de Pen Duick VI (bateau lancé par son père Eric il y a 50 ans), qui s’est imposée en temps réel, et Jean d'Arthuys, skipper du Swan 53 Triana, troisième au classement général final en temps compensé IRC.Nous deux invitées commencent par raconter comment leur est venue l’envie de participer à l’Ocean Globe Race, puis expliquent comment ils ont monté leur projet, avec une longue sélection de l’équipage pour Marie Tabarly qui a beaucoup navigué en amont, une préparation plus commando pour Jean d’Arthuys qui s’est appuyé sur l’expertise du Brestois Sébastien Audigane.Nous refaisons ensuite le match des quatre étapes. Jean d’Arthuys confie avoir failli jeter l’éponge d’entrée, entre casse matérielle et mésentente à bord lors de l’étape initiale, avant un changement d’équipage qui a été bénéfique, au point que jusqu’au bout, Triana a été candidat à la victoire finale en IRC, remportant notamment la troisième étape. De son côté, Marie Tabarly raconte deux fins d’étape difficiles au Cap et à Auckland avant deux victoires en temps réel à Punta del Este et Cowes (et même en IRC pour cette dernière).Ils finissent par expliquer leur sentiment à l’arrivée et par commenter la victoire de l’équipage 100% féminin de Maiden sur une course qui aura donc consacré deux skippeuses féminines, Marie Tabarly s’imposant en temps réel, ce qui était son objectif de départ.Diffusé le 30 avril 2024Générique : Fast and wild/EdRecordsPost-production : Grégoire Levillain  Hébergé par Ausha. Visitez ausha.co/fr/politique-de-confidentialite pour plus d'informations.

    57min | Published on April 30, 2024

  • Pos. Report #161 avec Sam Davies et Isabelle Joschke cover
    Pos. Report #161 avec Sam Davies et Isabelle Joschke cover
    Pos. Report #161 avec Sam Davies et Isabelle Joschke

    Ce 161e épisode de Pos. Report reçoit deux navigatrices qui, dimanche 28 avril, s’élanceront en Imoca de Lorient à destination de New York pour The Transat CIC : la première, Sam Davies, sur Initiatives Coeur, la seconde, Isabelle Joschke, à bord de MACSF.Nous deux invitées commencent par raconter ce qu’évoque pour elle cette transat en solitaire, souvent appelée transat anglaise parce qu’elle partait de Plymouth jusqu’à la dernière édition courue, en 2016. Course à laquelle l’une comme l’autre ont déjà participé une fois, Sam Davies en 2008 sur l’Imoca Roxy, Isabelle Joschke en 2016 sur le Class40 Generali, l’une comme l’autre en gardant d’excellents souvenirs.Elles reviennent ensuite sur leur saison 2023 qui aura été très riche en apprentissage, notamment avec l’enchaînement Transat Jacques Vabre-Retour à La Base, et sur le chantier d’hiver de leurs bateaux respectifs : si l’équipe de MACSF s’est surtout concentrée sur l’ergonomie du cockpit pour faciliter l’utilisation en solitaire de l’Imoca mis à l’eau en 2007, Initiatives Coeur a de son côté reçu une nouvelle paire de foils et a été renforcé structurellement.Les deux navigatrices évoquent ensuite leur objectif sur The Transat CIC et, à plus long terme, sur le Vendée Globe, l’objectif prioritaire du projet, Sam Davies confiant avoir fait un état des lieux avec son équipe des couples bateau/skipper pour mieux cerner ses ambitions, parlant de “top 10”. Nous finissons par parler d’avenir et d’après Vendée Globe.Diffusé le 23 avril 2024Générique : Fast and wild/EdRecordsPost-production : Grégoire Levillain  Hébergé par Ausha. Visitez ausha.co/fr/politique-de-confidentialite pour plus d'informations.

    55min | Published on April 23, 2024

  • Pos. Report #160 avec Guillaume Chiellino et Jonathan Lobert cover
    Pos. Report #160 avec Guillaume Chiellino et Jonathan Lobert cover
    Pos. Report #160 avec Guillaume Chiellino et Jonathan Lobert

    Ce 160e épisode de Pos. Report reçoit Guillaume Chiellino, Directeur technique national de la Fédération française de voile, et Jonathan Lobert, médaillé de bronze en Finn aux JO de Londres 2012. Ils réagissent à l’annonce de la sélection qui représentera la France lors des épreuves disputées à Marseille du 28 juillet au 8 août.Les 14 sélectionnés - 7 filles, 7 garçons - s’engagent sur les 10 épreuves au programme et l’objectif affiché du DTN est de 30% de médailles. Langue de bois ou pas ? Guillaume Chiellino confie pourquoi il se cantonne à cette fourchette « basse »… en espérant mieux !Lauriane Nolot, marin de l’année 2023, championne d’Europe 2024, paraît bien placée pour décrocher l’or olympique en kitefoil, nouvelle discipline olympique. La Varoise de 23 ans incarne la jeune génération d’une équipe de France composée de marins plus expérimentés, à l’image de Jean-Baptiste Bernaz qui disputera ses cinquièmes JO (en dériveur, ILCA 7, ex-Laser) ou du duo de « Mamas » qui s’alignera en 49 FX : Charline Picon (championne olympique à Rio 2016 en planche à voile) et Sarah Steyaert. Les deux femmes, 33e lors des derniers Mondiaux, avaient terminé derrière le duo Amélie Riou et Lara Granier (20es) : Guillaume Chiellino s’explique sur les choix français qui peuvent paraître « cruels ». Il revient également sur le suspense autour de la sélection de Tim Mourniac / Lou Berthomieu (Nacra 17) et d’Hélène Noesmoen (planche IQ foil), moins dominatrice qu’en début de saison.Jonathan Lobert analyse les dernières performances françaises qui ont permis de prendre l’ascendant psychologique sur la concurrence : en témoignent les places obtenues lors de la dernière étape de Coupe du Monde à Palma : celles de Camille Lecointre et Jérémie Mion (1ers) ou le titre mondial pour Clément Péquin et Erwan Fischer. Jamais, avant eux, un duo français n’avait été sacré en 49er.Guillaume et Jonathan décryptent pourquoi la navigation à domicile confère un avantage certain dans une marina où ils ont pu apprivoiser / modéliser chaque vent et chaque courant. Les marins disposeront aussi de la « Maison de l’équipe de France » pour s’isoler quand ils en ressentiront le besoin. Pas question de faire subir aux adversaires l’histoire vécue à Londres : l’accès au plan d’eau volontairement cadenassé, pour leur interdire l’entraînement. Jonathan Lobert s’en souvient encore avec amertume.Les membres de l’équipe de France seront réunis pour la première fois à l’occasion de la Semaine Olympique Française du 20 au 27 avril : l’occasion d’échanger les bons conseils entre marins : « Navigue comme tu sais faire, n’essaie pas de faire plus », avait entendu Jonathan Lobert de la bouche de ses aînés. Cette phrase l’avait libéré avant la suite heureuse que l’on connaît pour Londres.Diffusé le 16 avril 2024Générique : Fast and wild/EdRecordsPost-production : Grégoire Levillain  Hébergé par Ausha. Visitez ausha.co/fr/politique-de-confidentialite pour plus d'informations.

    41min | Published on April 16, 2024

  • Pos. Report #159 avec Thibaut Derville et Jean-Philippe Cau cover
    Pos. Report #159 avec Thibaut Derville et Jean-Philippe Cau cover
    Pos. Report #159 avec Thibaut Derville et Jean-Philippe Cau

    Ce 159e épisode de Pos. Report, consacré à la Cap Martinique, transat en IRC dont le départ est donné le 14 avril de La Trinité-sur-Mer à destination de Fort-de-France, reçoit ses deux organisateurs, Thibaut Derville et Jean-Philippe Cau.Ils commencent par raconter comment ils ont lancé cette course, à la demande d’amateurs qui souhaitaient une transat sans escale sur un format plus resserré que la Transquadra, avec une première édition qui, en 2022, a réuni 38 bateaux, remportée en solitaire par Alexandre Ozon et en double par Ludovic Gérard et Nicolas Brossay.Ils sont cette année 60, 40 en duo, 20 en solo, à s’élancer, avec des profils assez différents, et, notamment des jeunes, certains participants ayant tout juste 20 ans. Le budget pour participer dépend forcément du choix du bateau, mais tourne entre 35 000 et 60 000 euros, selon Thibaut Derville. Qui explique par ailleurs que le budget d'organisation, entre inscriptions, partenaires privés et publics, se monte à 900 000 euros pour cette seconde édition.Jean-Philippe Cau évoque quant à lui les forces en présence, avec quelques favoris, mais, selon Thibaut Derville, “des pronostics très difficiles à faire.” Ce dernier, par ailleurs codirecteur des équipes jeune et féminine du défi français Orient Express Racing Team, finit par expliquer où en est ce projet, à moins de six mois de la 37e Coupe de l’America.Jean-Philippe Cau présente quant à lui l’association Lorient Grand Large, dont il est le président, qui, cette année, va notamment organiser le championnat du monde de course au large double mixte en septembre, l’objectif étant, à terme, de reproposer au CIO une épreuve olympique de course au large.Diffusé le 9 avril 2024Générique : Fast and wild/EdRecordsPost-production : Grégoire Levillain  Hébergé par Ausha. Visitez ausha.co/fr/politique-de-confidentialite pour plus d'informations.

    50min | Published on April 9, 2024

  • 1
    2

    ...

    18

Description

Les pos. report, ce sont les fichiers de positions des concurrents que reçoivent les marins en course et qu'ils attendent fébrilement pour connaître leur classement.


Pos. Report c'est le podcast hebdomadaire de Tip & Shaft qui explique, décortique, décrypte, analyse la voile de compétition sous toutes ses coutures en compagnie des meilleurs experts du secteur.

A découvrir chaque mardi en fin d’après-midi !


Pos. Report est animé par Pierre-Yves Lautrou et produit par Tip & Shaft, le média expert de la voile de compétition.


Pour vous abonner, c'est ici : https://www.tipandshaft.com/abonnement


Photo : Eloi Stichelbaut/PolaRYSE

Générique : Fast and wild - EdRecords

© Tip & Shaft 2020, tous droits réservés.


Hébergé par Ausha. Visitez ausha.co/politique-de-confidentialite pour plus d'informations.

Description

Les pos. report, ce sont les fichiers de positions des concurrents que reçoivent les marins en course et qu'ils attendent fébrilement pour connaître leur classement.


Pos. Report c'est le podcast hebdomadaire de Tip & Shaft qui explique, décortique, décrypte, analyse la voile de compétition sous toutes ses coutures en compagnie des meilleurs experts du secteur.

A découvrir chaque mardi en fin d’après-midi !


Pos. Report est animé par Pierre-Yves Lautrou et produit par Tip & Shaft, le média expert de la voile de compétition.


Pour vous abonner, c'est ici : https://www.tipandshaft.com/abonnement


Photo : Eloi Stichelbaut/PolaRYSE

Générique : Fast and wild - EdRecords

© Tip & Shaft 2020, tous droits réservés.


Hébergé par Ausha. Visitez ausha.co/politique-de-confidentialite pour plus d'informations.

176 episodes

    Season 4

  • Pos. Report #168 avec Charlie Dalin cover
    Pos. Report #168 avec Charlie Dalin cover
    Pos. Report #168 avec Charlie Dalin

    Ce 168e épisode reçoit Charlie Dalin, vainqueur le samedi 8 juin à 23h44 de la New York Vendée-Les Sables d’Olonne, dernière course qualificative pour le Vendée Globe.Nous commençons par un retour en arrière, en évoquant The Transat CIC, partie fin avril de Lorient et dont le skipper de Macif Santé Prévoyance avait pris la quatrième place. Un résultat “frustrant” pour celui qui se faisait fort jusque-là d’avoir toujours terminé sur le podium des courses Imoca auxquelles il avait participé, et qu’il met sur le compte d’avoir été un peu “rouillé”, faute d’avoir couru fin 2023 la Jacques Vabre et Retour à La Base (pour problème médical). D’où un gros vrac en milieu de course qui l’a conduit, enjeu de qualification pour le Vendée Globe oblige, à être plus prudent sur la fin.Sa qualification en poche après cette transat aller, le Havrais explique avoir abordé la New York Vendée dans un tout autre esprit, décidé à tirer très fort sur son plan Verdier, quitte à casser. Ce qui n’a pas été le cas, même s’il confie avoir été particulièrement secoué sur un long bord dans une mer très cassante provoquée par le courant du Gulf Stream.Il raconte ensuite en détail le moment clé de la course, le passage d’un talweg dépressionnaire dont il a été le seul, avec Boris Herrmann, à échapper, au prix d’efforts intenses et de pas mal de frayeurs de se faire happer, ce qui a été le cas de ses poursuivants. Charlie Dalin commente l’option nord de l’Allemand, qu’il estimait de son côté trop risquée, et confie sa satisfaction de remporter cette New York Vendée, qui lui permet de se rassurer et de marquer le coup vis-à-vis de la concurrence  à cinq mois du départ du Vendée Globe. Il finit par détailler son programme d’ici le 10 novembre, avec notamment de nouvelles optimisations sur son bateau prévues lors du chantier d’été.Diffusé le 11 juin 2024Générique : Fast and wild/EdRecordsPost-production : Grégoire Levillain  Hébergé par Ausha. Visitez ausha.co/fr/politique-de-confidentialite pour plus d'informations.

    51min | Published on June 11, 2024

  • Pos. Report #167 avec Sébastien Josse et Pascal Bidégorry cover
    Pos. Report #167 avec Sébastien Josse et Pascal Bidégorry cover
    Pos. Report #167 avec Sébastien Josse et Pascal Bidégorry

    Ce 167e épisode reçoit deux marins qui navigueront cette année en Ultim, le premier, Sébastien Josse, sur Banque Populaire XI, le second, Pascal Bidégorry, à bord de SVR Lazartigue.Mais avant de parler de leurs saisons respectives, nous ouvrons une large page consacrée à la New York Vendée-Les Sables d'Olonne que nos deux invités suivent avec beaucoup d’intérêt, d’autant que le scénario météo de la course donne lieu à des options assez radicales au milieu de l’Atlantique.Pascal Bidégorry explique comment on en est arrivé là, avec un front qui se présentait sur la route des 28 solitaires, que seuls Charlie Dalin et Boris Herrmann ont réussi à traverser sans dégâts, le second optant alors pour une route très nord afin de contourner un vaste anticyclone installé en Atlantique Nord. Une option jugée risquée par Sébastien Josse qui estime, que, compte tenu de l’instabilité météo, Charlie Dalin a bien fait de prendre une route plus directe, nos deux experts étant d'accord pour dire que le skipper de Macif Santé Prévoyance a les cartes bien en main.Pascal Bidégorry analyse quant à lui la position des deux autres groupes, entre les sudistes qui “subissent la situation” et ne vont pas avoir d’autre choix que de terminer la transat avec un vent de nord-est en plein dans le nez, et des “centraux”, composés notamment des bateaux à dérives, qui ont l’avantage de pouvoir choisir davantage leur route et pourraient très bien jouer une place sur le podium.Nous enchaînons avec Sébastien Josse qui raconte comment, avec Armel le Cléac’h et le Team Banque Populaire, ils ont préparé le Relais des océans qui consiste, à partir du 7 juin, à convoyer la flamme olympique de Brest aux Antilles, avec un équipage composé de quatre personnalités (Marie-José Pérec, Hugo Roellinger, Alexis Michalik, Marine Lorphelin). “Une sacrée responsabilité”, aux dires du marin, d’autant que le timing est serré, la flamme étant attendue le 15 juin en Guadeloupe.Pascal Bidégorry revient quant à lui sur sa participation récente au Trophée BPGO, couru en Figaro 3 avec Gaston Morvan (5e place), les deux marins finissant par détailler leur programme de la saison en Ultim, qui passera par les 24H Ultim en septembre à Lorient, une course entre Brest et Antibes en octobre, puis - ce n’est pas encore confirmé pour Banque Populaire XI - le Trophée Jules Verne, avec le record d’Idec Sport dans le viseur (40 jours 23h30).Diffusé le 4 juin 2024Générique : Fast and wild/EdRecordsPost-production : Grégoire Levillain  Hébergé par Ausha. Visitez ausha.co/fr/politique-de-confidentialite pour plus d'informations.

    1h01 | Published on June 4, 2024

  • Pos. Report #166 avec Eric Bellion cover
    Pos. Report #166 avec Eric Bellion cover
    Pos. Report #166 avec Eric Bellion

    Ce 166e épisode reçoit Eric Bellion, skipper de l’Imoca Stand as One, au moment où ce dernier s'apprête à prendre le départ de la New York Vendée-Les Sables d’Olonne, mercredi 29 mai.Depuis son bateau amarré dans la marina de Moonbeam, à une bonne heure de route de Manhattan, dans lequel on entend son équipe technique s’affairer, le marin raconte l’escale aux Etats-Unis et son rêve accompli d’avoir découvert à la fois Newport, où il a été dirigé dans un premier temps à l’arrivée de The Transat CIC, et New York.Nous revenons ensuite avec lui sur sa fin d’année 2023, marquée par son abandon précoce avec Martin Le Pape sur la Transat Jacques Vabre, qui a chamboulé son programme et contraint son équipe à une course contre la montre pour réparer dans les temps afin de lui permettre de s’aligner au départ des deux transats de printemps.Le skipper de Stand as One, confronté à des problématiques de qualification au départ de The Transat CIC, explique comment il n’a eu de cesse de préserver son bateau lors de la course entre Lorient et New York (dont il a pris la 20e place), ce qui sera encore le cas sur la New York Vendée, car il veut à tout prix éviter de casser, n’ayant ni le temps ni les moyens de réparer en cas d’avarie.Il évoque également sa collaboration avec Jean Le Cam, puis la façon dont il va aborder son deuxième Vendée Globe, très différente de l’état d’esprit qui était le sien avant son premier, couru en 2016 (9e place, premier bizuth).Diffusé le 28 mai 2024Générique : Fast and wild/EdRecordsPost-production : Grégoire Levillain  Hébergé par Ausha. Visitez ausha.co/fr/politique-de-confidentialite pour plus d'informations.

    42min | Published on May 28, 2024

  • Pos. Report #165 avec Anne-Claire Le Berre et Elodie-Jane Mettraux cover
    Pos. Report #165 avec Anne-Claire Le Berre et Elodie-Jane Mettraux cover
    Pos. Report #165 avec Anne-Claire Le Berre et Elodie-Jane Mettraux

    Ce 165e épisode reçoit Anne-Claire Le Berre et Elodie-Jane Mettraux au moment où elles s’apprêtent à disputer l’Act 1 des Ocean Fifty Series Saint-Malo à bord de l’équipage 100% féminin d’Upwind by MerConcept, mené par Francesca Clapcich.Elles commencent par raconter ce qui les a décidées à postuler pour faire partie de cet équipage lancé cette saison par MerConcept pour ouvrir l’accès du multicoque aux femmes, puis le processus de sélection qu’elles ont suivi, entre tests physiques, navigations en Diam 24 et sur l’Ocean Fifty, mais également entretiens.Les deux navigatrices expliquent ensuite comment elles ont préparé ce premier rendez-vous de la saison sur un support qu’Anne-Claire Le Berre découvre, ce qui n’est pas le cas d’Elodie-Jane Mettraux qui a navigué il y a trois ans à bord de Leyton aux côtés de Sam Goodchild et Aymeric Chappellier. Elles évoquent également la suite du programme, pas encore complètement définie, puisque l’équipage appelé à disputer la Route des Terre-Neuvas en août et le tandem qui courra la Med Max fin septembre seront connus plus tard.Nous ouvrons ensuite une nouvelle page consacré à leurs autres projets : Elodie-Jane Mettraux raconte les raisons pour lesquelles elle a quitté l’année dernière l’équipe féminine d’Alinghi Red Bull Racing, s’estimant insuffisamment rémunérée au vu de son expérience, puis comment elle a intégré The Famous Project d’Alexia Barrier. Anne-Claire Le Berre revient quant à elle sur son choix de se lancer il y a maintenant plus de deux ans dans la course au large - elle travaillait auparavant comme ingénieure sein du team Initiatives Coeur de Sam Davies -, choix payant puisqu’elle a depuis navigué sur nombre de supports (Mini, Figaro, Class40, Imoca…).Nous finissons par commenter les performances en Imoca de Justine Mettraux, la petite sœur d’Elodie-Jane, et de Sam Davies, Anne-Claire Le Berre se réjouissant de voir deux femmes au départ du Vendée Globe avec les moyens de performer.Diffusé le 21 mai 2024Générique : Fast and wild/EdRecordsPost-production : Grégoire Levillain  Hébergé par Ausha. Visitez ausha.co/fr/politique-de-confidentialite pour plus d'informations.

    52min | Published on May 21, 2024

  • Pos. Report #164 avec Anthony Marchand et Tom Laperche cover
    Pos. Report #164 avec Anthony Marchand et Tom Laperche cover
    Pos. Report #164 avec Anthony Marchand et Tom Laperche

    Ce 164e épisode reçoit Anthony Marchand et Tom Laperche, deux marins qui, après avoir participé en début d’année à l’Arkea Ultim Challenge-Brest, retrouvent cette semaine le circuit Figaro, par lequel ils sont passés, en participant à la deuxième édition du Trophée Banque Populaire Grand Ouest, course en double de 735 milles qui s’élance le samedi 18 mai de Concarneau. Le premier à bord d’Actual aux côtés de Jacques Delcroix, le second sur Edenred avec Basile Bourgnon.Avant d’aborder ce Trophée BPGO, nous revenons sur les suites de l’Arkea Ultim Challenge-Brest, Anthony Marchand, quatrième de la course, confiant notamment avoir complètement récupéré de son tour du monde en solitaire. Tom Laperche raconte quant à lui les suites de son abandon, SVR Lazartigue ayant été rapatrié il y a deux mois pour des réparations et optimisations qui vont durer jusqu’en juillet.Les deux marins parlent ensuite de leurs objectifs de la saison avec une priorité, le Trophée Jules Verne, pour Tom Laperche, l’équipe d’Actual réunie autour d’Anthony Marchand n’ayant pas encore défini son programme précis, en dehors des deux courses au calendrier de la classe, les 24H Ultim et la Finistère Atlantique qui ira en Méditerranée.Nos deux invités, qui ont participé à l’édition 2024 de The Ocean Race en Imoca, commentent également la victoire de Yoann Richomme sur The Transat CIC, nous ouvrons ensuite un chapitre Figaro, Anthony Marchand et Tom Laperche expliquant ce qui les a conduits à s’engager sur le Trophée Banque Populaire Grand Ouest. Le premier sera dans un rôle de transmission avec Jacques Delcroix, ingénieur au bureau d’études de l’équipe Actual, qui débute sur le circuit cette saison. Tom Laperche vise quant à lui la gagne avec Basile Bourgnon.Les deux marins évoquent le parcours et la concurrence sur ce Trophée BPGO qui fait le plein avec 30 duos pour sa seconde édition (12 sur la première en 2022).Diffusé le 14 mai 2024Générique : Fast and wild/EdRecordsPost-production : Grégoire Levillain  Hébergé par Ausha. Visitez ausha.co/fr/politique-de-confidentialite pour plus d'informations.

    56min | Published on May 14, 2024

  • Pos. Report #163 avec Christopher Pratt cover
    Pos. Report #163 avec Christopher Pratt cover
    Pos. Report #163 avec Christopher Pratt

    Ce 163e épisode reçoit Christopher Pratt pour refaire avec lui le match de The Transat CIC en Imoca et évoquer son projet d’Ocean Fifty Wind of Trust-Fondation pour l’Enfance.Nous commençons par une large page sur The Transat CIC, une course qui, nous explique celui qui était co-skipper de Maxime Sorel l’an dernier sur V and B-Monbana-Mayenne, a connu un scénario météo assez inhabituel, avec peu de près.Nous rentrons ensuite dans le détail de la transat, le Marseillais commente l'abandon prématuré de Jérémie Beyou et le bon début de course de Charlie Dalin, favorisé par des conditions convenant à son Imoca Macif Santé Prévoyance. Christopher Pratt décrypte les placements stratégiques au sud-ouest de l’Irlande puis raconte comment on vit de l’intérieur, collé à son siège de veille, le long bord de reaching dans du vent fort et de la mer formée auquel a ensuite eu droit la flotte.Il commente le passage de la deuxième dépression et notamment la prise de pouvoir de Yoann Richomme et de Boris Herrmann, dont les Imoca ont confirmé leur aisance au portant dans du vent fort, grâce à leur forme de carène un peu plus “rockée”. Christopher Pratt salue la victoire du skipper de Paprec Arkéa, clairement un des favoris du prochain Vendée Globe à ses yeux, et la performance de Sam Davies, troisième et “heureuse d’être en mer”.Nous abordons ensuite son projet Ocean Fifty, le skipper annonçant que, malgré un budget loin d’être bouclé, il a pris la décision de s’aligner sur toutes les courses des Ocean Fifty Series 2024 à bord d’un bateau qu’il vient tout juste de mettre à l’eau. Il évoque son objectif majeur qu’est la Route du Rhum 2026 et explique qu’il compte parallèlement continuer à naviguer en Imoca, avec l’ambition de disputer la prochaine édition de The Ocean Race.Diffusé le 7 mai 2024Générique : Fast and wild/EdRecordsPost-production : Grégoire Levillain  Hébergé par Ausha. Visitez ausha.co/fr/politique-de-confidentialite pour plus d'informations.

    58min | Published on May 7, 2024

  • Pos. Report #162 avec Marie Tabarly et Jean D'Arthuys cover
    Pos. Report #162 avec Marie Tabarly et Jean D'Arthuys cover
    Pos. Report #162 avec Marie Tabarly et Jean D'Arthuys

    Ce 162e épisode est consacré à la première édition de l’Ocean Globe Race, avec deux invités qui s’y sont illustrés : Marie Tabarly, skippeuse de Pen Duick VI (bateau lancé par son père Eric il y a 50 ans), qui s’est imposée en temps réel, et Jean d'Arthuys, skipper du Swan 53 Triana, troisième au classement général final en temps compensé IRC.Nous deux invitées commencent par raconter comment leur est venue l’envie de participer à l’Ocean Globe Race, puis expliquent comment ils ont monté leur projet, avec une longue sélection de l’équipage pour Marie Tabarly qui a beaucoup navigué en amont, une préparation plus commando pour Jean d’Arthuys qui s’est appuyé sur l’expertise du Brestois Sébastien Audigane.Nous refaisons ensuite le match des quatre étapes. Jean d’Arthuys confie avoir failli jeter l’éponge d’entrée, entre casse matérielle et mésentente à bord lors de l’étape initiale, avant un changement d’équipage qui a été bénéfique, au point que jusqu’au bout, Triana a été candidat à la victoire finale en IRC, remportant notamment la troisième étape. De son côté, Marie Tabarly raconte deux fins d’étape difficiles au Cap et à Auckland avant deux victoires en temps réel à Punta del Este et Cowes (et même en IRC pour cette dernière).Ils finissent par expliquer leur sentiment à l’arrivée et par commenter la victoire de l’équipage 100% féminin de Maiden sur une course qui aura donc consacré deux skippeuses féminines, Marie Tabarly s’imposant en temps réel, ce qui était son objectif de départ.Diffusé le 30 avril 2024Générique : Fast and wild/EdRecordsPost-production : Grégoire Levillain  Hébergé par Ausha. Visitez ausha.co/fr/politique-de-confidentialite pour plus d'informations.

    57min | Published on April 30, 2024

  • Pos. Report #161 avec Sam Davies et Isabelle Joschke cover
    Pos. Report #161 avec Sam Davies et Isabelle Joschke cover
    Pos. Report #161 avec Sam Davies et Isabelle Joschke

    Ce 161e épisode de Pos. Report reçoit deux navigatrices qui, dimanche 28 avril, s’élanceront en Imoca de Lorient à destination de New York pour The Transat CIC : la première, Sam Davies, sur Initiatives Coeur, la seconde, Isabelle Joschke, à bord de MACSF.Nous deux invitées commencent par raconter ce qu’évoque pour elle cette transat en solitaire, souvent appelée transat anglaise parce qu’elle partait de Plymouth jusqu’à la dernière édition courue, en 2016. Course à laquelle l’une comme l’autre ont déjà participé une fois, Sam Davies en 2008 sur l’Imoca Roxy, Isabelle Joschke en 2016 sur le Class40 Generali, l’une comme l’autre en gardant d’excellents souvenirs.Elles reviennent ensuite sur leur saison 2023 qui aura été très riche en apprentissage, notamment avec l’enchaînement Transat Jacques Vabre-Retour à La Base, et sur le chantier d’hiver de leurs bateaux respectifs : si l’équipe de MACSF s’est surtout concentrée sur l’ergonomie du cockpit pour faciliter l’utilisation en solitaire de l’Imoca mis à l’eau en 2007, Initiatives Coeur a de son côté reçu une nouvelle paire de foils et a été renforcé structurellement.Les deux navigatrices évoquent ensuite leur objectif sur The Transat CIC et, à plus long terme, sur le Vendée Globe, l’objectif prioritaire du projet, Sam Davies confiant avoir fait un état des lieux avec son équipe des couples bateau/skipper pour mieux cerner ses ambitions, parlant de “top 10”. Nous finissons par parler d’avenir et d’après Vendée Globe.Diffusé le 23 avril 2024Générique : Fast and wild/EdRecordsPost-production : Grégoire Levillain  Hébergé par Ausha. Visitez ausha.co/fr/politique-de-confidentialite pour plus d'informations.

    55min | Published on April 23, 2024

  • Pos. Report #160 avec Guillaume Chiellino et Jonathan Lobert cover
    Pos. Report #160 avec Guillaume Chiellino et Jonathan Lobert cover
    Pos. Report #160 avec Guillaume Chiellino et Jonathan Lobert

    Ce 160e épisode de Pos. Report reçoit Guillaume Chiellino, Directeur technique national de la Fédération française de voile, et Jonathan Lobert, médaillé de bronze en Finn aux JO de Londres 2012. Ils réagissent à l’annonce de la sélection qui représentera la France lors des épreuves disputées à Marseille du 28 juillet au 8 août.Les 14 sélectionnés - 7 filles, 7 garçons - s’engagent sur les 10 épreuves au programme et l’objectif affiché du DTN est de 30% de médailles. Langue de bois ou pas ? Guillaume Chiellino confie pourquoi il se cantonne à cette fourchette « basse »… en espérant mieux !Lauriane Nolot, marin de l’année 2023, championne d’Europe 2024, paraît bien placée pour décrocher l’or olympique en kitefoil, nouvelle discipline olympique. La Varoise de 23 ans incarne la jeune génération d’une équipe de France composée de marins plus expérimentés, à l’image de Jean-Baptiste Bernaz qui disputera ses cinquièmes JO (en dériveur, ILCA 7, ex-Laser) ou du duo de « Mamas » qui s’alignera en 49 FX : Charline Picon (championne olympique à Rio 2016 en planche à voile) et Sarah Steyaert. Les deux femmes, 33e lors des derniers Mondiaux, avaient terminé derrière le duo Amélie Riou et Lara Granier (20es) : Guillaume Chiellino s’explique sur les choix français qui peuvent paraître « cruels ». Il revient également sur le suspense autour de la sélection de Tim Mourniac / Lou Berthomieu (Nacra 17) et d’Hélène Noesmoen (planche IQ foil), moins dominatrice qu’en début de saison.Jonathan Lobert analyse les dernières performances françaises qui ont permis de prendre l’ascendant psychologique sur la concurrence : en témoignent les places obtenues lors de la dernière étape de Coupe du Monde à Palma : celles de Camille Lecointre et Jérémie Mion (1ers) ou le titre mondial pour Clément Péquin et Erwan Fischer. Jamais, avant eux, un duo français n’avait été sacré en 49er.Guillaume et Jonathan décryptent pourquoi la navigation à domicile confère un avantage certain dans une marina où ils ont pu apprivoiser / modéliser chaque vent et chaque courant. Les marins disposeront aussi de la « Maison de l’équipe de France » pour s’isoler quand ils en ressentiront le besoin. Pas question de faire subir aux adversaires l’histoire vécue à Londres : l’accès au plan d’eau volontairement cadenassé, pour leur interdire l’entraînement. Jonathan Lobert s’en souvient encore avec amertume.Les membres de l’équipe de France seront réunis pour la première fois à l’occasion de la Semaine Olympique Française du 20 au 27 avril : l’occasion d’échanger les bons conseils entre marins : « Navigue comme tu sais faire, n’essaie pas de faire plus », avait entendu Jonathan Lobert de la bouche de ses aînés. Cette phrase l’avait libéré avant la suite heureuse que l’on connaît pour Londres.Diffusé le 16 avril 2024Générique : Fast and wild/EdRecordsPost-production : Grégoire Levillain  Hébergé par Ausha. Visitez ausha.co/fr/politique-de-confidentialite pour plus d'informations.

    41min | Published on April 16, 2024

  • Pos. Report #159 avec Thibaut Derville et Jean-Philippe Cau cover
    Pos. Report #159 avec Thibaut Derville et Jean-Philippe Cau cover
    Pos. Report #159 avec Thibaut Derville et Jean-Philippe Cau

    Ce 159e épisode de Pos. Report, consacré à la Cap Martinique, transat en IRC dont le départ est donné le 14 avril de La Trinité-sur-Mer à destination de Fort-de-France, reçoit ses deux organisateurs, Thibaut Derville et Jean-Philippe Cau.Ils commencent par raconter comment ils ont lancé cette course, à la demande d’amateurs qui souhaitaient une transat sans escale sur un format plus resserré que la Transquadra, avec une première édition qui, en 2022, a réuni 38 bateaux, remportée en solitaire par Alexandre Ozon et en double par Ludovic Gérard et Nicolas Brossay.Ils sont cette année 60, 40 en duo, 20 en solo, à s’élancer, avec des profils assez différents, et, notamment des jeunes, certains participants ayant tout juste 20 ans. Le budget pour participer dépend forcément du choix du bateau, mais tourne entre 35 000 et 60 000 euros, selon Thibaut Derville. Qui explique par ailleurs que le budget d'organisation, entre inscriptions, partenaires privés et publics, se monte à 900 000 euros pour cette seconde édition.Jean-Philippe Cau évoque quant à lui les forces en présence, avec quelques favoris, mais, selon Thibaut Derville, “des pronostics très difficiles à faire.” Ce dernier, par ailleurs codirecteur des équipes jeune et féminine du défi français Orient Express Racing Team, finit par expliquer où en est ce projet, à moins de six mois de la 37e Coupe de l’America.Jean-Philippe Cau présente quant à lui l’association Lorient Grand Large, dont il est le président, qui, cette année, va notamment organiser le championnat du monde de course au large double mixte en septembre, l’objectif étant, à terme, de reproposer au CIO une épreuve olympique de course au large.Diffusé le 9 avril 2024Générique : Fast and wild/EdRecordsPost-production : Grégoire Levillain  Hébergé par Ausha. Visitez ausha.co/fr/politique-de-confidentialite pour plus d'informations.

    50min | Published on April 9, 2024

  • 1
    2

    ...

    18