undefined cover
undefined cover
#32- La cuisine est-elle vectrice d'intégration? Avec Marine Mandrila et Harouna Sow cover
#32- La cuisine est-elle vectrice d'intégration? Avec Marine Mandrila et Harouna Sow cover
Sur le grill d'Ecotable

#32- La cuisine est-elle vectrice d'intégration? Avec Marine Mandrila et Harouna Sow

#32- La cuisine est-elle vectrice d'intégration? Avec Marine Mandrila et Harouna Sow

1h00 |31/03/2021
Listen
undefined cover
undefined cover
#32- La cuisine est-elle vectrice d'intégration? Avec Marine Mandrila et Harouna Sow cover
#32- La cuisine est-elle vectrice d'intégration? Avec Marine Mandrila et Harouna Sow cover
Sur le grill d'Ecotable

#32- La cuisine est-elle vectrice d'intégration? Avec Marine Mandrila et Harouna Sow

#32- La cuisine est-elle vectrice d'intégration? Avec Marine Mandrila et Harouna Sow

1h00 |31/03/2021
Listen

Description

Bien souvent les migrants et réfugiés sont une source importante de recrutement dans le secteur de l'hôtellerie-restauration. Mais l’emploi des demandeurs d’asile n’est pas si simple. Les lourdeurs administratives compliquent l’emploi des exilés. Aujourd’hui, ils ne peuvent demander une autorisation de travail qu’au bout de 6 mois après le dépôt de la demande d’asile. 

Par ailleurs, le sujet est polémique. Si certains vantent la capacité du secteur de la restauration à accompagner ces personnes dans leur projet d'intégration, il y subsiste du travail au noir et un recours illégal à des personnes sans-papiers à des conditions de travail discutables.

Alors qu’en est-il réellement ? La cuisine est-elle un tremplin efficace pour l’intégration des personnes immigrées ? 

Pour en parler, Fanny Giansetto reçoit Marine Mandrila et Harouna Sow. Marine est fondatrice et présidente de Refugee Food. Harouna, lui,  est chef formateur à la Résidence, le restaurant parisien du refugee food dédié à l’intégration des cuisiniers réfugiés.

Description

Bien souvent les migrants et réfugiés sont une source importante de recrutement dans le secteur de l'hôtellerie-restauration. Mais l’emploi des demandeurs d’asile n’est pas si simple. Les lourdeurs administratives compliquent l’emploi des exilés. Aujourd’hui, ils ne peuvent demander une autorisation de travail qu’au bout de 6 mois après le dépôt de la demande d’asile. 

Par ailleurs, le sujet est polémique. Si certains vantent la capacité du secteur de la restauration à accompagner ces personnes dans leur projet d'intégration, il y subsiste du travail au noir et un recours illégal à des personnes sans-papiers à des conditions de travail discutables.

Alors qu’en est-il réellement ? La cuisine est-elle un tremplin efficace pour l’intégration des personnes immigrées ? 

Pour en parler, Fanny Giansetto reçoit Marine Mandrila et Harouna Sow. Marine est fondatrice et présidente de Refugee Food. Harouna, lui,  est chef formateur à la Résidence, le restaurant parisien du refugee food dédié à l’intégration des cuisiniers réfugiés.

Share

Embed

You may also like

Description

Bien souvent les migrants et réfugiés sont une source importante de recrutement dans le secteur de l'hôtellerie-restauration. Mais l’emploi des demandeurs d’asile n’est pas si simple. Les lourdeurs administratives compliquent l’emploi des exilés. Aujourd’hui, ils ne peuvent demander une autorisation de travail qu’au bout de 6 mois après le dépôt de la demande d’asile. 

Par ailleurs, le sujet est polémique. Si certains vantent la capacité du secteur de la restauration à accompagner ces personnes dans leur projet d'intégration, il y subsiste du travail au noir et un recours illégal à des personnes sans-papiers à des conditions de travail discutables.

Alors qu’en est-il réellement ? La cuisine est-elle un tremplin efficace pour l’intégration des personnes immigrées ? 

Pour en parler, Fanny Giansetto reçoit Marine Mandrila et Harouna Sow. Marine est fondatrice et présidente de Refugee Food. Harouna, lui,  est chef formateur à la Résidence, le restaurant parisien du refugee food dédié à l’intégration des cuisiniers réfugiés.

Description

Bien souvent les migrants et réfugiés sont une source importante de recrutement dans le secteur de l'hôtellerie-restauration. Mais l’emploi des demandeurs d’asile n’est pas si simple. Les lourdeurs administratives compliquent l’emploi des exilés. Aujourd’hui, ils ne peuvent demander une autorisation de travail qu’au bout de 6 mois après le dépôt de la demande d’asile. 

Par ailleurs, le sujet est polémique. Si certains vantent la capacité du secteur de la restauration à accompagner ces personnes dans leur projet d'intégration, il y subsiste du travail au noir et un recours illégal à des personnes sans-papiers à des conditions de travail discutables.

Alors qu’en est-il réellement ? La cuisine est-elle un tremplin efficace pour l’intégration des personnes immigrées ? 

Pour en parler, Fanny Giansetto reçoit Marine Mandrila et Harouna Sow. Marine est fondatrice et présidente de Refugee Food. Harouna, lui,  est chef formateur à la Résidence, le restaurant parisien du refugee food dédié à l’intégration des cuisiniers réfugiés.

Share

Embed

You may also like