undefined cover
undefined cover
✨🎧✨ #47 - Lucile Quillet - Ce que le couple hétéro coûte aux femmes cover
✨🎧✨ #47 - Lucile Quillet - Ce que le couple hétéro coûte aux femmes cover
The French Working Mums & Dads

✨🎧✨ #47 - Lucile Quillet - Ce que le couple hétéro coûte aux femmes

✨🎧✨ #47 - Lucile Quillet - Ce que le couple hétéro coûte aux femmes

1h30 |19/11/2021
Play
undefined cover
undefined cover
✨🎧✨ #47 - Lucile Quillet - Ce que le couple hétéro coûte aux femmes cover
✨🎧✨ #47 - Lucile Quillet - Ce que le couple hétéro coûte aux femmes cover
The French Working Mums & Dads

✨🎧✨ #47 - Lucile Quillet - Ce que le couple hétéro coûte aux femmes

✨🎧✨ #47 - Lucile Quillet - Ce que le couple hétéro coûte aux femmes

1h30 |19/11/2021
Play

Description

" L'accès au travail des femmes est toujours instrumentalisé par un contexte socio-politique et économique."


Cette semaine j'ai le plaisir d'accueillir Lucile Quillet.


Lucile en quelques mots :

👜 Journaliste et conférencière

📚 Autrice de "Le prix à payer"


La révolution industrielle qui se présente comme une ère de progrès est un des terreaux les plus terribles des inégalités entre hommes et femmes.


De façon historique, nous allons séparer le travail domestique et économique.


Et pour pouvoir assurer une main d'œuvre la plus exploitable possible, survient le concept de la ménagère : la personne qui va assurer le bien-être d'une autre corvéable.


Se met en place une pyramide de domination : l'entreprise domine l'homme, l'homme domine la femme et la femme domine l'enfant.


Et si les inégalités hommes-femmes n'étaient qu'un moyen détourné de sauvegarder les intérêts d'une élite ?


Et si les inégalités étaient instrumentalisées ?


Lucile décortique les aides et dispositifs mis en place par l'Etat pour tout ce qui concerne la femme à partir du moment où elle est en couple : aides au logement, allocations de congé maternité ou parental, retraite, pension de réversion...


Une vérité saute alors aux yeux : l'Etat entretient une logique patriarcale.


Saviez-vous qu'un homme peut déshériter sa femme ?


Saviez-vous que la pension de réversion est conditionnée au non-remariage de la veuve ?


Saviez-vous que 40% des enfants de moins de 3 ans n'ont aucune place en crèche ?


Saviez-vous que, suite aux décisions de divorce les femmes perdent 20% contre 3% pour les hommes de leurs niveaux de vie ?


Et que cette pension est ré-évaluée à la baisse si elle se remarie ?


Et qu'en plus elle est imposable ?


Persiste cette logique de la femme qui est sous la protection d'un homme.


Et de façon directe ou indirecte, les femmes sont vouées à percevoir moins d'argent qu'un homme.


Alors, lorsque les femmes, prises d'un élan égalitaire, veulent payer la moitié de la note au restaurant lorsqu'elles se mettent en couple ; en tirant le trait à l'échelle d'une vie, elles s'appauvrissent.


Et si on considère le travail gratuit assumé par les femmes pour l'intérêt de la famille et donc de la société, la facture s'alourdit encore plus.


Lucile nous invite à adopter une vision globale pour considérer la répartition du budget de la famille.


Belle écoute ✨



Description

" L'accès au travail des femmes est toujours instrumentalisé par un contexte socio-politique et économique."


Cette semaine j'ai le plaisir d'accueillir Lucile Quillet.


Lucile en quelques mots :

👜 Journaliste et conférencière

📚 Autrice de "Le prix à payer"


La révolution industrielle qui se présente comme une ère de progrès est un des terreaux les plus terribles des inégalités entre hommes et femmes.


De façon historique, nous allons séparer le travail domestique et économique.


Et pour pouvoir assurer une main d'œuvre la plus exploitable possible, survient le concept de la ménagère : la personne qui va assurer le bien-être d'une autre corvéable.


Se met en place une pyramide de domination : l'entreprise domine l'homme, l'homme domine la femme et la femme domine l'enfant.


Et si les inégalités hommes-femmes n'étaient qu'un moyen détourné de sauvegarder les intérêts d'une élite ?


Et si les inégalités étaient instrumentalisées ?


Lucile décortique les aides et dispositifs mis en place par l'Etat pour tout ce qui concerne la femme à partir du moment où elle est en couple : aides au logement, allocations de congé maternité ou parental, retraite, pension de réversion...


Une vérité saute alors aux yeux : l'Etat entretient une logique patriarcale.


Saviez-vous qu'un homme peut déshériter sa femme ?


Saviez-vous que la pension de réversion est conditionnée au non-remariage de la veuve ?


Saviez-vous que 40% des enfants de moins de 3 ans n'ont aucune place en crèche ?


Saviez-vous que, suite aux décisions de divorce les femmes perdent 20% contre 3% pour les hommes de leurs niveaux de vie ?


Et que cette pension est ré-évaluée à la baisse si elle se remarie ?


Et qu'en plus elle est imposable ?


Persiste cette logique de la femme qui est sous la protection d'un homme.


Et de façon directe ou indirecte, les femmes sont vouées à percevoir moins d'argent qu'un homme.


Alors, lorsque les femmes, prises d'un élan égalitaire, veulent payer la moitié de la note au restaurant lorsqu'elles se mettent en couple ; en tirant le trait à l'échelle d'une vie, elles s'appauvrissent.


Et si on considère le travail gratuit assumé par les femmes pour l'intérêt de la famille et donc de la société, la facture s'alourdit encore plus.


Lucile nous invite à adopter une vision globale pour considérer la répartition du budget de la famille.


Belle écoute ✨



Share

Embed

You may also like

Description

" L'accès au travail des femmes est toujours instrumentalisé par un contexte socio-politique et économique."


Cette semaine j'ai le plaisir d'accueillir Lucile Quillet.


Lucile en quelques mots :

👜 Journaliste et conférencière

📚 Autrice de "Le prix à payer"


La révolution industrielle qui se présente comme une ère de progrès est un des terreaux les plus terribles des inégalités entre hommes et femmes.


De façon historique, nous allons séparer le travail domestique et économique.


Et pour pouvoir assurer une main d'œuvre la plus exploitable possible, survient le concept de la ménagère : la personne qui va assurer le bien-être d'une autre corvéable.


Se met en place une pyramide de domination : l'entreprise domine l'homme, l'homme domine la femme et la femme domine l'enfant.


Et si les inégalités hommes-femmes n'étaient qu'un moyen détourné de sauvegarder les intérêts d'une élite ?


Et si les inégalités étaient instrumentalisées ?


Lucile décortique les aides et dispositifs mis en place par l'Etat pour tout ce qui concerne la femme à partir du moment où elle est en couple : aides au logement, allocations de congé maternité ou parental, retraite, pension de réversion...


Une vérité saute alors aux yeux : l'Etat entretient une logique patriarcale.


Saviez-vous qu'un homme peut déshériter sa femme ?


Saviez-vous que la pension de réversion est conditionnée au non-remariage de la veuve ?


Saviez-vous que 40% des enfants de moins de 3 ans n'ont aucune place en crèche ?


Saviez-vous que, suite aux décisions de divorce les femmes perdent 20% contre 3% pour les hommes de leurs niveaux de vie ?


Et que cette pension est ré-évaluée à la baisse si elle se remarie ?


Et qu'en plus elle est imposable ?


Persiste cette logique de la femme qui est sous la protection d'un homme.


Et de façon directe ou indirecte, les femmes sont vouées à percevoir moins d'argent qu'un homme.


Alors, lorsque les femmes, prises d'un élan égalitaire, veulent payer la moitié de la note au restaurant lorsqu'elles se mettent en couple ; en tirant le trait à l'échelle d'une vie, elles s'appauvrissent.


Et si on considère le travail gratuit assumé par les femmes pour l'intérêt de la famille et donc de la société, la facture s'alourdit encore plus.


Lucile nous invite à adopter une vision globale pour considérer la répartition du budget de la famille.


Belle écoute ✨



Description

" L'accès au travail des femmes est toujours instrumentalisé par un contexte socio-politique et économique."


Cette semaine j'ai le plaisir d'accueillir Lucile Quillet.


Lucile en quelques mots :

👜 Journaliste et conférencière

📚 Autrice de "Le prix à payer"


La révolution industrielle qui se présente comme une ère de progrès est un des terreaux les plus terribles des inégalités entre hommes et femmes.


De façon historique, nous allons séparer le travail domestique et économique.


Et pour pouvoir assurer une main d'œuvre la plus exploitable possible, survient le concept de la ménagère : la personne qui va assurer le bien-être d'une autre corvéable.


Se met en place une pyramide de domination : l'entreprise domine l'homme, l'homme domine la femme et la femme domine l'enfant.


Et si les inégalités hommes-femmes n'étaient qu'un moyen détourné de sauvegarder les intérêts d'une élite ?


Et si les inégalités étaient instrumentalisées ?


Lucile décortique les aides et dispositifs mis en place par l'Etat pour tout ce qui concerne la femme à partir du moment où elle est en couple : aides au logement, allocations de congé maternité ou parental, retraite, pension de réversion...


Une vérité saute alors aux yeux : l'Etat entretient une logique patriarcale.


Saviez-vous qu'un homme peut déshériter sa femme ?


Saviez-vous que la pension de réversion est conditionnée au non-remariage de la veuve ?


Saviez-vous que 40% des enfants de moins de 3 ans n'ont aucune place en crèche ?


Saviez-vous que, suite aux décisions de divorce les femmes perdent 20% contre 3% pour les hommes de leurs niveaux de vie ?


Et que cette pension est ré-évaluée à la baisse si elle se remarie ?


Et qu'en plus elle est imposable ?


Persiste cette logique de la femme qui est sous la protection d'un homme.


Et de façon directe ou indirecte, les femmes sont vouées à percevoir moins d'argent qu'un homme.


Alors, lorsque les femmes, prises d'un élan égalitaire, veulent payer la moitié de la note au restaurant lorsqu'elles se mettent en couple ; en tirant le trait à l'échelle d'une vie, elles s'appauvrissent.


Et si on considère le travail gratuit assumé par les femmes pour l'intérêt de la famille et donc de la société, la facture s'alourdit encore plus.


Lucile nous invite à adopter une vision globale pour considérer la répartition du budget de la famille.


Belle écoute ✨



Share

Embed

You may also like