undefined cover
undefined cover
✨🎧✨ #48 - Alexandre MARCEL - Papa Plume - Mes congés paternité de 14 à 28 jours cover
✨🎧✨ #48 - Alexandre MARCEL - Papa Plume - Mes congés paternité de 14 à 28 jours cover
The French Working Mum

✨🎧✨ #48 - Alexandre MARCEL - Papa Plume - Mes congés paternité de 14 à 28 jours

✨🎧✨ #48 - Alexandre MARCEL - Papa Plume - Mes congés paternité de 14 à 28 jours

53min |03/12/2021
Play
undefined cover
undefined cover
✨🎧✨ #48 - Alexandre MARCEL - Papa Plume - Mes congés paternité de 14 à 28 jours cover
✨🎧✨ #48 - Alexandre MARCEL - Papa Plume - Mes congés paternité de 14 à 28 jours cover
The French Working Mum

✨🎧✨ #48 - Alexandre MARCEL - Papa Plume - Mes congés paternité de 14 à 28 jours

✨🎧✨ #48 - Alexandre MARCEL - Papa Plume - Mes congés paternité de 14 à 28 jours

53min |03/12/2021
Play

Description

"Je n'ai pas le Jordan de la paternité."


Cette semaine j'ai le plaisir d'accueillir Alexandre MARCEL, vous le connaissez surement mieux sous le nom de Papa Plume.


En quelques mots, Alexandre est :


👞 Working Dad


💼 Business Demand Manager chez Guerlain


🖍 Auteur du Blog Papa Plume et du livre "Je ne m'attendais pas à ça !"


👨‍👩‍👧‍👦 Papa d'une fille de 3 ans et d'un petit garçon d'un petit garçon de 4 mois.


Quand il est devenu Papa, Alexandre a ressenti l'envie de partager son expérience.


De plume en plume, il a commencé à questionner les logiques patriarcales autour de la parentalité. Son objectif : renforcer la place des pères dans l'éducation des enfants, partager la charge familiale et assurer un environnement qui permette aux enfants de pleinement développer leurs liens affectifs avec les deux parents.


Comme une suite logique, il a commencé à militer pour l'allongement du congé paternité qui est effectivement passé de 14 à 28 jours entre la naissance de sa fille et celle de son fils.


Il a donc pris 14 puis 28 jours. Ce temps lui a paru nécessaire pour s'impliquer pleinement dans le tourbillon que représente l'arrivée d'un nouvel enfant. Pour autant, il réalise à quel point cette durée n'est pas suffisante.


Elle peut permettre aux hommes de prendre conscience de la charge qui incombe aux mères losrqu'elles doivent s'occuper d'un nouveau-né mais elle n'est pas suffisante pour lutter contre l'inégalité de répartition de la charge familiale et contre les multiples conséquences que cela a.


Alexandre, par ses écrits, par ses interventions, appelle à une plus grande implication des pères, mais il appelle aussi à ce que les entreprises accompagnent ce mouvement.


Alexandre nous explique combien le schéma patriarcal ancré et que pour qu'un homme prenne son congé paternité, il faut qu'il l'assume pleinement, encore plus que pour une femme dont on s'attend (plus) à ce qu'elle le prenne. 


Alexandre nous raconte également les conséquences de cette absence du père dans les premiers temps de vie de l'enfant. 


Je ne vous en dis pas plus et vous laisse découvrir son témoignage.


Belle écoute ✨

Description

"Je n'ai pas le Jordan de la paternité."


Cette semaine j'ai le plaisir d'accueillir Alexandre MARCEL, vous le connaissez surement mieux sous le nom de Papa Plume.


En quelques mots, Alexandre est :


👞 Working Dad


💼 Business Demand Manager chez Guerlain


🖍 Auteur du Blog Papa Plume et du livre "Je ne m'attendais pas à ça !"


👨‍👩‍👧‍👦 Papa d'une fille de 3 ans et d'un petit garçon d'un petit garçon de 4 mois.


Quand il est devenu Papa, Alexandre a ressenti l'envie de partager son expérience.


De plume en plume, il a commencé à questionner les logiques patriarcales autour de la parentalité. Son objectif : renforcer la place des pères dans l'éducation des enfants, partager la charge familiale et assurer un environnement qui permette aux enfants de pleinement développer leurs liens affectifs avec les deux parents.


Comme une suite logique, il a commencé à militer pour l'allongement du congé paternité qui est effectivement passé de 14 à 28 jours entre la naissance de sa fille et celle de son fils.


Il a donc pris 14 puis 28 jours. Ce temps lui a paru nécessaire pour s'impliquer pleinement dans le tourbillon que représente l'arrivée d'un nouvel enfant. Pour autant, il réalise à quel point cette durée n'est pas suffisante.


Elle peut permettre aux hommes de prendre conscience de la charge qui incombe aux mères losrqu'elles doivent s'occuper d'un nouveau-né mais elle n'est pas suffisante pour lutter contre l'inégalité de répartition de la charge familiale et contre les multiples conséquences que cela a.


Alexandre, par ses écrits, par ses interventions, appelle à une plus grande implication des pères, mais il appelle aussi à ce que les entreprises accompagnent ce mouvement.


Alexandre nous explique combien le schéma patriarcal ancré et que pour qu'un homme prenne son congé paternité, il faut qu'il l'assume pleinement, encore plus que pour une femme dont on s'attend (plus) à ce qu'elle le prenne. 


Alexandre nous raconte également les conséquences de cette absence du père dans les premiers temps de vie de l'enfant. 


Je ne vous en dis pas plus et vous laisse découvrir son témoignage.


Belle écoute ✨

Share

Embed

You may also like

Description

"Je n'ai pas le Jordan de la paternité."


Cette semaine j'ai le plaisir d'accueillir Alexandre MARCEL, vous le connaissez surement mieux sous le nom de Papa Plume.


En quelques mots, Alexandre est :


👞 Working Dad


💼 Business Demand Manager chez Guerlain


🖍 Auteur du Blog Papa Plume et du livre "Je ne m'attendais pas à ça !"


👨‍👩‍👧‍👦 Papa d'une fille de 3 ans et d'un petit garçon d'un petit garçon de 4 mois.


Quand il est devenu Papa, Alexandre a ressenti l'envie de partager son expérience.


De plume en plume, il a commencé à questionner les logiques patriarcales autour de la parentalité. Son objectif : renforcer la place des pères dans l'éducation des enfants, partager la charge familiale et assurer un environnement qui permette aux enfants de pleinement développer leurs liens affectifs avec les deux parents.


Comme une suite logique, il a commencé à militer pour l'allongement du congé paternité qui est effectivement passé de 14 à 28 jours entre la naissance de sa fille et celle de son fils.


Il a donc pris 14 puis 28 jours. Ce temps lui a paru nécessaire pour s'impliquer pleinement dans le tourbillon que représente l'arrivée d'un nouvel enfant. Pour autant, il réalise à quel point cette durée n'est pas suffisante.


Elle peut permettre aux hommes de prendre conscience de la charge qui incombe aux mères losrqu'elles doivent s'occuper d'un nouveau-né mais elle n'est pas suffisante pour lutter contre l'inégalité de répartition de la charge familiale et contre les multiples conséquences que cela a.


Alexandre, par ses écrits, par ses interventions, appelle à une plus grande implication des pères, mais il appelle aussi à ce que les entreprises accompagnent ce mouvement.


Alexandre nous explique combien le schéma patriarcal ancré et que pour qu'un homme prenne son congé paternité, il faut qu'il l'assume pleinement, encore plus que pour une femme dont on s'attend (plus) à ce qu'elle le prenne. 


Alexandre nous raconte également les conséquences de cette absence du père dans les premiers temps de vie de l'enfant. 


Je ne vous en dis pas plus et vous laisse découvrir son témoignage.


Belle écoute ✨

Description

"Je n'ai pas le Jordan de la paternité."


Cette semaine j'ai le plaisir d'accueillir Alexandre MARCEL, vous le connaissez surement mieux sous le nom de Papa Plume.


En quelques mots, Alexandre est :


👞 Working Dad


💼 Business Demand Manager chez Guerlain


🖍 Auteur du Blog Papa Plume et du livre "Je ne m'attendais pas à ça !"


👨‍👩‍👧‍👦 Papa d'une fille de 3 ans et d'un petit garçon d'un petit garçon de 4 mois.


Quand il est devenu Papa, Alexandre a ressenti l'envie de partager son expérience.


De plume en plume, il a commencé à questionner les logiques patriarcales autour de la parentalité. Son objectif : renforcer la place des pères dans l'éducation des enfants, partager la charge familiale et assurer un environnement qui permette aux enfants de pleinement développer leurs liens affectifs avec les deux parents.


Comme une suite logique, il a commencé à militer pour l'allongement du congé paternité qui est effectivement passé de 14 à 28 jours entre la naissance de sa fille et celle de son fils.


Il a donc pris 14 puis 28 jours. Ce temps lui a paru nécessaire pour s'impliquer pleinement dans le tourbillon que représente l'arrivée d'un nouvel enfant. Pour autant, il réalise à quel point cette durée n'est pas suffisante.


Elle peut permettre aux hommes de prendre conscience de la charge qui incombe aux mères losrqu'elles doivent s'occuper d'un nouveau-né mais elle n'est pas suffisante pour lutter contre l'inégalité de répartition de la charge familiale et contre les multiples conséquences que cela a.


Alexandre, par ses écrits, par ses interventions, appelle à une plus grande implication des pères, mais il appelle aussi à ce que les entreprises accompagnent ce mouvement.


Alexandre nous explique combien le schéma patriarcal ancré et que pour qu'un homme prenne son congé paternité, il faut qu'il l'assume pleinement, encore plus que pour une femme dont on s'attend (plus) à ce qu'elle le prenne. 


Alexandre nous raconte également les conséquences de cette absence du père dans les premiers temps de vie de l'enfant. 


Je ne vous en dis pas plus et vous laisse découvrir son témoignage.


Belle écoute ✨

Share

Embed

You may also like