Transition(s)

Passionné d’aéronautique, Bruno a décidé de ne plus prendre l’avion

Passionné d’aéronautique, Bruno a décidé de ne plus prendre l’avion

19min |06/02/2020
Listen
Transition(s)

Passionné d’aéronautique, Bruno a décidé de ne plus prendre l’avion

Passionné d’aéronautique, Bruno a décidé de ne plus prendre l’avion

19min |06/02/2020
Listen

Description

Pour ce neuvième numéro, Bruno Etchenic est à mon micro.

S’arrêter devant une piste d’atterrissage et regarder les avions passer n’a rien d’original pour ce passionné d’aéronautique. Bruno a une passion, les avions, il avait 14 ans quand il a pris ses premiers cours de pilotage. Il a d’ailleurs été à l’origine d’un blog sur le sujet qui a connu ses heures de gloire, Bruno a également eu une chronique radio sur le thème de l’aviation.

« Avec deux kilomètres de route, on peut aller deux kilomètres plus loin, mais avec deux kilomètres de piste on peut aller n’importe où »

Les sensations, la liberté, voir un engin de 20 tonnes décoller en 400 mètres le fascine.

Et puis, il y a eu ses questionnements, son envie d’aller plus loin pour faire sa part. Pas facile tous les jours quand son rêve est à portée de main, mais Bruno est décidé, entre autres engagements, l’avion, pour lui, c’est terminé quitte à ce que cela fasse l’objet de quelques sarcasmes. Il a réalisé que beaucoup de voyages pouvaient se faire en train, notamment en France..Et même s’il affirme que l’aviation, en valeur absolue, par rapport à d’autres moyens de transports pollue peu, il n’était plus concevable de faire des efforts au quotidien sans regarder en face ce geste aussi.   

Un rêve de gosse qu’il laisse sur le bord de son cheminement écologique. Rencontre.

Description

Pour ce neuvième numéro, Bruno Etchenic est à mon micro.

S’arrêter devant une piste d’atterrissage et regarder les avions passer n’a rien d’original pour ce passionné d’aéronautique. Bruno a une passion, les avions, il avait 14 ans quand il a pris ses premiers cours de pilotage. Il a d’ailleurs été à l’origine d’un blog sur le sujet qui a connu ses heures de gloire, Bruno a également eu une chronique radio sur le thème de l’aviation.

« Avec deux kilomètres de route, on peut aller deux kilomètres plus loin, mais avec deux kilomètres de piste on peut aller n’importe où »

Les sensations, la liberté, voir un engin de 20 tonnes décoller en 400 mètres le fascine.

Et puis, il y a eu ses questionnements, son envie d’aller plus loin pour faire sa part. Pas facile tous les jours quand son rêve est à portée de main, mais Bruno est décidé, entre autres engagements, l’avion, pour lui, c’est terminé quitte à ce que cela fasse l’objet de quelques sarcasmes. Il a réalisé que beaucoup de voyages pouvaient se faire en train, notamment en France..Et même s’il affirme que l’aviation, en valeur absolue, par rapport à d’autres moyens de transports pollue peu, il n’était plus concevable de faire des efforts au quotidien sans regarder en face ce geste aussi.   

Un rêve de gosse qu’il laisse sur le bord de son cheminement écologique. Rencontre.

Share

Embed

To listen also

Description

Pour ce neuvième numéro, Bruno Etchenic est à mon micro.

S’arrêter devant une piste d’atterrissage et regarder les avions passer n’a rien d’original pour ce passionné d’aéronautique. Bruno a une passion, les avions, il avait 14 ans quand il a pris ses premiers cours de pilotage. Il a d’ailleurs été à l’origine d’un blog sur le sujet qui a connu ses heures de gloire, Bruno a également eu une chronique radio sur le thème de l’aviation.

« Avec deux kilomètres de route, on peut aller deux kilomètres plus loin, mais avec deux kilomètres de piste on peut aller n’importe où »

Les sensations, la liberté, voir un engin de 20 tonnes décoller en 400 mètres le fascine.

Et puis, il y a eu ses questionnements, son envie d’aller plus loin pour faire sa part. Pas facile tous les jours quand son rêve est à portée de main, mais Bruno est décidé, entre autres engagements, l’avion, pour lui, c’est terminé quitte à ce que cela fasse l’objet de quelques sarcasmes. Il a réalisé que beaucoup de voyages pouvaient se faire en train, notamment en France..Et même s’il affirme que l’aviation, en valeur absolue, par rapport à d’autres moyens de transports pollue peu, il n’était plus concevable de faire des efforts au quotidien sans regarder en face ce geste aussi.   

Un rêve de gosse qu’il laisse sur le bord de son cheminement écologique. Rencontre.

Description

Pour ce neuvième numéro, Bruno Etchenic est à mon micro.

S’arrêter devant une piste d’atterrissage et regarder les avions passer n’a rien d’original pour ce passionné d’aéronautique. Bruno a une passion, les avions, il avait 14 ans quand il a pris ses premiers cours de pilotage. Il a d’ailleurs été à l’origine d’un blog sur le sujet qui a connu ses heures de gloire, Bruno a également eu une chronique radio sur le thème de l’aviation.

« Avec deux kilomètres de route, on peut aller deux kilomètres plus loin, mais avec deux kilomètres de piste on peut aller n’importe où »

Les sensations, la liberté, voir un engin de 20 tonnes décoller en 400 mètres le fascine.

Et puis, il y a eu ses questionnements, son envie d’aller plus loin pour faire sa part. Pas facile tous les jours quand son rêve est à portée de main, mais Bruno est décidé, entre autres engagements, l’avion, pour lui, c’est terminé quitte à ce que cela fasse l’objet de quelques sarcasmes. Il a réalisé que beaucoup de voyages pouvaient se faire en train, notamment en France..Et même s’il affirme que l’aviation, en valeur absolue, par rapport à d’autres moyens de transports pollue peu, il n’était plus concevable de faire des efforts au quotidien sans regarder en face ce geste aussi.   

Un rêve de gosse qu’il laisse sur le bord de son cheminement écologique. Rencontre.

Share

Embed

To listen also