Tous les animaux phobiques du Petit Hans   ( Podcast n° 23) cover
Tous les animaux phobiques du Petit Hans   ( Podcast n° 23) cover
Une psychanalyse à fleur d'inconscient

Tous les animaux phobiques du Petit Hans ( Podcast n° 23)

Tous les animaux phobiques du Petit Hans ( Podcast n° 23)

11min |25/02/2023|

780

Play
Tous les animaux phobiques du Petit Hans   ( Podcast n° 23) cover
Tous les animaux phobiques du Petit Hans   ( Podcast n° 23) cover
Une psychanalyse à fleur d'inconscient

Tous les animaux phobiques du Petit Hans ( Podcast n° 23)

Tous les animaux phobiques du Petit Hans ( Podcast n° 23)

11min |25/02/2023|

780

Play

Description

Bienvenue sur ce site de podcast “une psychanalyse à fleur d’inconscient”.  Aujourd'hui je voudrais vous parler de l’un des héros des cinq psychanalyses, celui dont Freud a choisi d’évoquer l’histoire, en même temps que celles de Dora, de l’Homme aux loups et de l’Homme aux rats, sans oublier, bien sûr celle pleine d’aléas du Président Schreber.  Il s’appelle le Petit Hans.  Son histoire  a ceci de particulier c’est que c’est une des premières analyses d’enfant. 

Dès les premiers jours du janvier 1908, son père,  Max Graf écrivait à Freud pour lui demander de l'aide au sujet de son petit garçon alors âgé de trois ans.  Il avait peur d'être mordu par un cheval et de ce fait refusait de sortir dans la rue. D'autres lettres du père suivirent décrivant le déploiement et l'évolution de ce symptôme ainsi que  les tentatives d'interprétation qu’il en faisait. Ainsi  naquit l’observation du "Petit Hans",  écrite cette fois-ci par Freud.

En un second temps,  dans le séminaire de la Relation d'objet,  Lacan en fit, à son tour,  un très long commentaire, la reprenant presque ligne à ligne et jour après jour.

La phobie du  petit Hans prendra  très vite une grande extension,  se déployant en  de nombreuses formes, sa peur initiale d'être mordu par un cheval deviendra aussi peur des chevaux qui tombent, peur des chevaux lourdement chargés, peur des chevaux ayant quelque chose de noir devant la bouche.  D'autres animaux seront eux aussi appelés à la rescousse de ce cheval, deux girafes, la grande et la petite, la cigogne,  personnage énigmatique qui apporte aussi bien la mort que la vie, et, presque passés inaperçus, une poule et son poussin à propos desquels ce jeune garçon se pose bien des questions sur les mystères de sa naissance et le rôle qu'avait  bien pu y jouer son père.

Je ne résiste pas au plaisir de le citer.

"A Mungden, dit-il à son père, tu as pondu un œuf dans l'herbe et un poulet en est tout de suite sorti. Tu as pondu un œuf un jour, je le sais, je sais que c'est sûr. Parce que maman l'a dit.

Moi - je demanderai à maman si c'est vrai.

Hans - ce n'est pas vrai du tout mais moi j'ai une fois pondu un œuf et un poulet en est sorti."

Au mensonge de la cigogne des parents, répond le mensonge du poulet du petit Hans. Mais il n'empêche que  lui, aussi bien que  son père,  peuvent mettre au monde des petits poussins. Il vient d'inventer, pour son propre usage,  le mythe de la couvade.


J'ai créé, il y a maintenant longtemps, dans les années 2000, un des premiers sites de psychanalyse.  Je l'ai appelé " Le goût de la psychanalyse". Vous pouvez y retrouver la plupart de  ces textes développés (  https://www.le-gout-de-la-psychanalyse.fr/ )  


J'ai aussi écrit quelques livres, la plupart, ont été publiés chez L'Harmattan. Parmi eux " Les orthographes du désir"  :  https://www.editions-harmattan.fr/livre-les_orthographes_du_desir_liliane_fainsilber-9782343105512-54074.html

Musique :  Sincerity par  Glowing Palace    


Hébergé par Ausha. Visitez ausha.co/politique-de-confidentialite pour plus d'informations.

Description

Bienvenue sur ce site de podcast “une psychanalyse à fleur d’inconscient”.  Aujourd'hui je voudrais vous parler de l’un des héros des cinq psychanalyses, celui dont Freud a choisi d’évoquer l’histoire, en même temps que celles de Dora, de l’Homme aux loups et de l’Homme aux rats, sans oublier, bien sûr celle pleine d’aléas du Président Schreber.  Il s’appelle le Petit Hans.  Son histoire  a ceci de particulier c’est que c’est une des premières analyses d’enfant. 

Dès les premiers jours du janvier 1908, son père,  Max Graf écrivait à Freud pour lui demander de l'aide au sujet de son petit garçon alors âgé de trois ans.  Il avait peur d'être mordu par un cheval et de ce fait refusait de sortir dans la rue. D'autres lettres du père suivirent décrivant le déploiement et l'évolution de ce symptôme ainsi que  les tentatives d'interprétation qu’il en faisait. Ainsi  naquit l’observation du "Petit Hans",  écrite cette fois-ci par Freud.

En un second temps,  dans le séminaire de la Relation d'objet,  Lacan en fit, à son tour,  un très long commentaire, la reprenant presque ligne à ligne et jour après jour.

La phobie du  petit Hans prendra  très vite une grande extension,  se déployant en  de nombreuses formes, sa peur initiale d'être mordu par un cheval deviendra aussi peur des chevaux qui tombent, peur des chevaux lourdement chargés, peur des chevaux ayant quelque chose de noir devant la bouche.  D'autres animaux seront eux aussi appelés à la rescousse de ce cheval, deux girafes, la grande et la petite, la cigogne,  personnage énigmatique qui apporte aussi bien la mort que la vie, et, presque passés inaperçus, une poule et son poussin à propos desquels ce jeune garçon se pose bien des questions sur les mystères de sa naissance et le rôle qu'avait  bien pu y jouer son père.

Je ne résiste pas au plaisir de le citer.

"A Mungden, dit-il à son père, tu as pondu un œuf dans l'herbe et un poulet en est tout de suite sorti. Tu as pondu un œuf un jour, je le sais, je sais que c'est sûr. Parce que maman l'a dit.

Moi - je demanderai à maman si c'est vrai.

Hans - ce n'est pas vrai du tout mais moi j'ai une fois pondu un œuf et un poulet en est sorti."

Au mensonge de la cigogne des parents, répond le mensonge du poulet du petit Hans. Mais il n'empêche que  lui, aussi bien que  son père,  peuvent mettre au monde des petits poussins. Il vient d'inventer, pour son propre usage,  le mythe de la couvade.


J'ai créé, il y a maintenant longtemps, dans les années 2000, un des premiers sites de psychanalyse.  Je l'ai appelé " Le goût de la psychanalyse". Vous pouvez y retrouver la plupart de  ces textes développés (  https://www.le-gout-de-la-psychanalyse.fr/ )  


J'ai aussi écrit quelques livres, la plupart, ont été publiés chez L'Harmattan. Parmi eux " Les orthographes du désir"  :  https://www.editions-harmattan.fr/livre-les_orthographes_du_desir_liliane_fainsilber-9782343105512-54074.html

Musique :  Sincerity par  Glowing Palace    


Hébergé par Ausha. Visitez ausha.co/politique-de-confidentialite pour plus d'informations.

Share

Embed

You may also like

Description

Bienvenue sur ce site de podcast “une psychanalyse à fleur d’inconscient”.  Aujourd'hui je voudrais vous parler de l’un des héros des cinq psychanalyses, celui dont Freud a choisi d’évoquer l’histoire, en même temps que celles de Dora, de l’Homme aux loups et de l’Homme aux rats, sans oublier, bien sûr celle pleine d’aléas du Président Schreber.  Il s’appelle le Petit Hans.  Son histoire  a ceci de particulier c’est que c’est une des premières analyses d’enfant. 

Dès les premiers jours du janvier 1908, son père,  Max Graf écrivait à Freud pour lui demander de l'aide au sujet de son petit garçon alors âgé de trois ans.  Il avait peur d'être mordu par un cheval et de ce fait refusait de sortir dans la rue. D'autres lettres du père suivirent décrivant le déploiement et l'évolution de ce symptôme ainsi que  les tentatives d'interprétation qu’il en faisait. Ainsi  naquit l’observation du "Petit Hans",  écrite cette fois-ci par Freud.

En un second temps,  dans le séminaire de la Relation d'objet,  Lacan en fit, à son tour,  un très long commentaire, la reprenant presque ligne à ligne et jour après jour.

La phobie du  petit Hans prendra  très vite une grande extension,  se déployant en  de nombreuses formes, sa peur initiale d'être mordu par un cheval deviendra aussi peur des chevaux qui tombent, peur des chevaux lourdement chargés, peur des chevaux ayant quelque chose de noir devant la bouche.  D'autres animaux seront eux aussi appelés à la rescousse de ce cheval, deux girafes, la grande et la petite, la cigogne,  personnage énigmatique qui apporte aussi bien la mort que la vie, et, presque passés inaperçus, une poule et son poussin à propos desquels ce jeune garçon se pose bien des questions sur les mystères de sa naissance et le rôle qu'avait  bien pu y jouer son père.

Je ne résiste pas au plaisir de le citer.

"A Mungden, dit-il à son père, tu as pondu un œuf dans l'herbe et un poulet en est tout de suite sorti. Tu as pondu un œuf un jour, je le sais, je sais que c'est sûr. Parce que maman l'a dit.

Moi - je demanderai à maman si c'est vrai.

Hans - ce n'est pas vrai du tout mais moi j'ai une fois pondu un œuf et un poulet en est sorti."

Au mensonge de la cigogne des parents, répond le mensonge du poulet du petit Hans. Mais il n'empêche que  lui, aussi bien que  son père,  peuvent mettre au monde des petits poussins. Il vient d'inventer, pour son propre usage,  le mythe de la couvade.


J'ai créé, il y a maintenant longtemps, dans les années 2000, un des premiers sites de psychanalyse.  Je l'ai appelé " Le goût de la psychanalyse". Vous pouvez y retrouver la plupart de  ces textes développés (  https://www.le-gout-de-la-psychanalyse.fr/ )  


J'ai aussi écrit quelques livres, la plupart, ont été publiés chez L'Harmattan. Parmi eux " Les orthographes du désir"  :  https://www.editions-harmattan.fr/livre-les_orthographes_du_desir_liliane_fainsilber-9782343105512-54074.html

Musique :  Sincerity par  Glowing Palace    


Hébergé par Ausha. Visitez ausha.co/politique-de-confidentialite pour plus d'informations.

Description

Bienvenue sur ce site de podcast “une psychanalyse à fleur d’inconscient”.  Aujourd'hui je voudrais vous parler de l’un des héros des cinq psychanalyses, celui dont Freud a choisi d’évoquer l’histoire, en même temps que celles de Dora, de l’Homme aux loups et de l’Homme aux rats, sans oublier, bien sûr celle pleine d’aléas du Président Schreber.  Il s’appelle le Petit Hans.  Son histoire  a ceci de particulier c’est que c’est une des premières analyses d’enfant. 

Dès les premiers jours du janvier 1908, son père,  Max Graf écrivait à Freud pour lui demander de l'aide au sujet de son petit garçon alors âgé de trois ans.  Il avait peur d'être mordu par un cheval et de ce fait refusait de sortir dans la rue. D'autres lettres du père suivirent décrivant le déploiement et l'évolution de ce symptôme ainsi que  les tentatives d'interprétation qu’il en faisait. Ainsi  naquit l’observation du "Petit Hans",  écrite cette fois-ci par Freud.

En un second temps,  dans le séminaire de la Relation d'objet,  Lacan en fit, à son tour,  un très long commentaire, la reprenant presque ligne à ligne et jour après jour.

La phobie du  petit Hans prendra  très vite une grande extension,  se déployant en  de nombreuses formes, sa peur initiale d'être mordu par un cheval deviendra aussi peur des chevaux qui tombent, peur des chevaux lourdement chargés, peur des chevaux ayant quelque chose de noir devant la bouche.  D'autres animaux seront eux aussi appelés à la rescousse de ce cheval, deux girafes, la grande et la petite, la cigogne,  personnage énigmatique qui apporte aussi bien la mort que la vie, et, presque passés inaperçus, une poule et son poussin à propos desquels ce jeune garçon se pose bien des questions sur les mystères de sa naissance et le rôle qu'avait  bien pu y jouer son père.

Je ne résiste pas au plaisir de le citer.

"A Mungden, dit-il à son père, tu as pondu un œuf dans l'herbe et un poulet en est tout de suite sorti. Tu as pondu un œuf un jour, je le sais, je sais que c'est sûr. Parce que maman l'a dit.

Moi - je demanderai à maman si c'est vrai.

Hans - ce n'est pas vrai du tout mais moi j'ai une fois pondu un œuf et un poulet en est sorti."

Au mensonge de la cigogne des parents, répond le mensonge du poulet du petit Hans. Mais il n'empêche que  lui, aussi bien que  son père,  peuvent mettre au monde des petits poussins. Il vient d'inventer, pour son propre usage,  le mythe de la couvade.


J'ai créé, il y a maintenant longtemps, dans les années 2000, un des premiers sites de psychanalyse.  Je l'ai appelé " Le goût de la psychanalyse". Vous pouvez y retrouver la plupart de  ces textes développés (  https://www.le-gout-de-la-psychanalyse.fr/ )  


J'ai aussi écrit quelques livres, la plupart, ont été publiés chez L'Harmattan. Parmi eux " Les orthographes du désir"  :  https://www.editions-harmattan.fr/livre-les_orthographes_du_desir_liliane_fainsilber-9782343105512-54074.html

Musique :  Sincerity par  Glowing Palace    


Hébergé par Ausha. Visitez ausha.co/politique-de-confidentialite pour plus d'informations.

Share

Embed

You may also like